Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

I. Positions de recherche, méthodologie

Problèmes d’environnement et interdisciplinarité

Zdenek Madar

Texte intégral

1L'interdisciplinarité a toujours représenté une des forces motrices du développement des sciences. Cependant, l'importance de la recherche interdisciplinaire s'accroît d'une manière particulièrement forte avec la croissance - légitime - de la spécialisation de la recherche scientifique, qui atteint aujourd'hui des dimensions presque infinies. En l'absence d'une coopération interdisciplinaire solide au sein de chaque branche scientifique et, en outre, en l'absence de coopération interdisciplinaire d'une branche scientifique avec d'autres branches scientifiques, on pourrait assister à une atomisation progressive de la recherche. Ainsi surgirait le danger que chaque recherche ne poursuive une fin en soi, sans entrevoir la possibilité de mettre plus largement en valeur ses résultats au profit du développement d'autres branches de la recherche et de l'application des résultats, ceci en vue de perfectionner les pratiques existantes dans les domaines économique, technique, de la gestion de l'Etat, des soins sanitaires et sociaux, etc.

2Cependant, la recherche scientifique interdisciplinaire n'est pas une entreprise aisée à mettre en oeuvre. Il ne s'agit pas tout simplement de procéder à l'addition arithmétique (si elle est possible) des résultats de la recherche concernant les différentes questions dans le cadre d'une ou de plusieurs branches scientifiques et de présenter le résultat en tant que celui de la recherche interdisciplinaire. Si la recherche interdisciplinaire doit fournir des résultats réellement efficients, il faut avant tout préparer une méthodologie adéquate pour cette recherche et, en recourant à une forme d'abstraction d'un certain niveau (qui différera en fonction de l'étendue de la recherche interdisciplinaire, tant du point de vue du nombre des branches scientifiques participantes que de celui du nombre et de la complexité des questions étudiées), fixer les principes de création d'une "langue commune" compréhensible pour tous les participants à cette recherche représentant différentes branches scientifiques.

RECHERCHE INTERDISCIPLINAIRE ET ENVIRONNEMENT

3Essayons d'analyser dans les grandes lignes le problème de la recherche interdisciplinaire en prenant l'exemple de la recherche ayant trait à la protection de l'environnement. En effet, l'étude de l'ensemble des problèmes de l'environnement et de sa protection, est précisément le domaine où il est impossible d'obtenir les résultats souhaitables dans toute leur ampleur en absence de recherche interdisciplinaire. La réalisation d'une politique concernant la protection de l'environnement ne peut jamais obtenir les résultats souhaités si l'on ne s'appuie pas sur la recherche interdisciplinaire. En principe, toutes les branches scientifiques principales touchent à la problématique de l'environnement.

4Ainsi, les sciences sociales traitent des relations mutuelles entre la nature et la société, y compris l'évolution historique de ces relations. Elles s'occupent aussi des questions théoriques concernant la différenciation territoriale des relations entre la nature et l'homme, des instruments économiques et juridiques de la gestion de ces relations, de la corrélation entre les différentes branches scientifiques dans l'étude de la gamme des problèmes "homme - société - environnement", etc.

5Les sciences naturelles s'orientent notamment vers la recherche des conséquences de l'influence des différentes formes de l'activité humaine et de la technique sur la nature, elles examinent le système des réactions en chaîne et l'influence de ces dernières, analysent les mécanismes de caractère permanent et les possibilités de changement des systèmes naturels dans le but d'améliorer l'environnement, d'élever la productivité biologique des systèmes écologiques naturels et artificiels. Elles participent enfin à l'évaluation des ressources naturelles. L'essentiel de cette recherche s'appuie logiquement sur des idées théoriques touchant à la structure, le dynamique et l'évolution de la nature. C'est la science de la biosphère et des complexes naturels conçue en tant que science des systèmes dynamiques complexes qui constitue la base de ces idées. Au-delà, c'est sur la base des résultats obtenus par la recherche dans le domaine des sciences sociales et naturelles que les problèmes de l'environnement sont abordés dans le domaine des sciences médicales, agricoles et techniques.

6Les sciences médicales sont responsables d'un des chaînons les plus importants de cette problématique. Elles étudient les paramètres de l'activité normale de l'organisme humain, les possibilités d'adaptation aux conditions en voie d'évolution de l'environnement, les déviations pathologiques provoquées par les changements de l'environnement, les caractéristiques de l'état de l'environnement qui sont critiques pour l'organisme humain, ainsi que les voies et modes d'assainissement de l'environnement.

7Les sciences agronomiques prennent part à la solution des questions posées par la protection de l'environnement et cela, en particulier, en examinant l'influence de la production agricole sur les sols et sur les produits végétaux et, avant tout, elles étudient les conditions et les formes de l'érosion anthropogène et de la déflation, ainsi que des modes de lutte à engager contre ces dégradations.

8Les sciences techniques (sciences de l'ingénieur) participent à l'étude de cet ensemble de problèmes avant tout par la recherche des technologies nouvelles susceptibles de protéger au maximum l'environnement contre les agressions. Simultanément, elles s'occupent aussi du développement d'appareils de contrôle de l'environnement en vue de réduire le taux de dégradation de ce dernier et d'empêcher en général la pollution de l'environnement. Simultanément, elles jouent un rôle important lors de la construction d'ensembles d'habitations avec l'objectif que cette construction garantisse à l'homme des conditions de vie saine. Cependant, la mission prioritaire des sciences techniques réside dans l'invention des technologies inoffensives pour l'environnement ou dont la nocivité pour l'environnement est minimale.

9N'ont été mentionnées que les branches scientifiques fondamentales et la nécessité d'assurer entre elles la recherche interdisciplinaire. Comment assurer efficacement l'interdisciplinarité dans le cadre de ces domaines scientifiques fondamentaux ?

10En ce qui concerne les sciences sociales tenues pour nécessaires du point de vue du caractère interdisciplinaire de la recherche, un rôle fondamental revient, en particulier, à la science du droit, à la science économique, à la sociologie et, dans une mesure moindre (mais pas négligeable), à l'histoire.

11Concernant les sciences économiques, il s'agit notamment d'obtenir qu'elles oeuvrent pour la création d'un modèle économique optimum, susceptible, d'un côté, d'assurer un développement économique supportable du point de vue de la protection de l'environnement et, de l'autre, de créer simultanément un modèle de développement économique continu comme condition de l'élévation du niveau de vie de la population sur notre planète tout entière.

12L'assurance d'une interdisciplinarité réelle est importante même pour les sciences juridiques. En effet, en examinant le rôle de la science juridique d'une manière plus détaillée, on relèvera que toute une série de branches du droit jouent un rôle important dans la protection de l'environnement et cela dans le système juridique de n'importe quel Etat. Il s'agit de certaines stipulations du droit constitutionnel, de nombre de dispositions du droit administratif, de certaines dispositions du droit civil, du droit pénal, du droit économique et du droit du travail.

DROIT DE L'ENVIRONNEMENT

13De nos jours (en fait, dès la fin des années 70), tous les Etats du monde utilisent la notion de droit de l'environnement. Cependant, le niveau d'intégrité des différentes dispositions juridiques dans les différentes branches du droit engagées dans cette problématique est assez peu homogène. Dans quelques Etats, on se sert de cette notion pour désigner tout simplement tous les aspects juridiques de la protection de l'environnement, contenus dans les branches juridiques sus-mentionnées, alors que, dans d'autres pays, on est déjà parvenu à un degré d'intégration élevé, de sorte que l'on peut réellement parler du droit de l'environnement en tant que branche du droit intégrée. Cependant, dans les deux cas, l'interdisciplinarité des différentes branches du droit ayant trait à ce domaine se manifeste d'une manière relativement importante.

14En outre, il faut tenir compte d'autres coopérations de la science juridique avec les autres branches des sciences sociales, dont, en particulier, la science économique et la sociologie. Il s'agit là, en effet, d'intégrer à la recherche juridique, ainsi qu'à la création des règlements juridiques concernant la protection de l'environnement, nombre de points de vues économiques, de concepts économiques (par exemple, la question des sanctions économiques - amendes, taxes, etc., l'utilisation d'un système d'impôts orienté vers la protection de l'environnement, etc.). Il s'agit d'y englober aussi les aspects sociologiques, qui relèvent de l'attitude des personnes individuelles vis-à-vis des problèmes de la protection de l'environnement, ceci sous divers angles : sous l'angle du comportement de ces personnes en tant qu'individus et membres des collectivités (communautés), sous l'angle de leur comportement en tant que personnes occupant une certaine fonction dans le processus de prise de décision (travailleurs de l'appareil d'Etat, ceux de l'appareil économique, etc.) ou en tant que personnes privées.

15En outre, il est impératif que la science juridique coopère étroitement avec les représentants des autres branches scientifiques et cela non seulement avec ceux qui se recrutent dans le domaine des sciences sociales. Si la science juridique doit réellement évaluer objectivement l'efficience et le caractère réaliste des règlements juridiques en vue de la protection de l'environnement et produire des projets d'amélioration des règlements juridiques, il faut que ses représentants se familiarisent avec les connaissances fondamentales acquises dans les domaines des sciences autres que sociales, surtout la biologie, la médecine et la technique. Il s'agit avant tout de s'assurer que les juristes connaissent les effets de l'influence de l'activité humaine sur l'environnement et vice versa, les effets de l'environnement sur l'organisme de l'homme. Ces connaissances leur permettraient de coopérer tout d'abord sur le plan de la recherche et ensuite au niveau des projets d'amélioration des règlements juridiques respectueux du droit de l'environnement. Ce droit s'orienterait principalement vers la prévention.

APPORTS DE L'INTERDISCIPLINARITE

16En somme, dans la recherche sur l'environnement, l'interdisciplinarité est d'une importance particulière et cela pour deux raisons principales :

171. Les questions d'environnement sont complexes à un point tel que si nous voulons obtenir une vision vraiment objective et large de l'ensemble des problèmes posés (et cela même en ce qui concerne des questions partielles), nous devons partir des connaissances de base de tous les aspects scientifiques de ce problème. Il ne s'agit pas là de comprendre en détail chaque branche scientifique, puisque cela échappe aux capacités intellectuelles de chaque individu quel que soit son Q.I.

18Il s'agit d'assurer une certaine cumulation des résultats de la recherche et de les résumer. Cette synthèse des résultats doit revêtir deux formes pour remplir sa mission :

  1. la forme d'abstraction scientifique compréhensible au spécialiste dans le domaine donné,
  2. une forme d'abstraction généralisante compréhensible pour les non-professionnels du domaine respectif, leur permettant d'accéder à des connaissances de base et d'en tirer des conclusions pour leur propre spécialité.

19Ainsi, il s'agit de créer les conditions de la création d'une certaine langue, compréhensible par les représentants de toutes les branches scientifiques, qu'il s'agisse des sciences biologique, sociale, technique, etc.

202. L'interdisciplinarité est non moins importante pour le domaine de l'application des résultats scientifiques dans la vie pratique. Jusqu'à l'heure actuelle, les mesures prises dans le domaine de la protection de l'environnement ont d'ordinaire souffert du fait qu’elles avaient été conçues unilatéralement, sans respecter les très nombreuses interactions entre les différentes composantes de l'environnement, de sorte que certaines mesures, prises avec de bonnes intentions mais insuffisantes dans leur conception, ont, en réalité, provoqué dans la pratique toute une série de conséquences négatives imprévues (en dehors de l'effet positif partiel).

21Le niveau d'une langue commune, notamment la profondeur des connaissances partagées, sont très importants du point de vue de la compréhension mutuelle entre les spécialistes des branches scientifiques différentes.

22Par exemple, les spécialistes des sciences sociales - pour continuer à évoluer dans le domaine de la protection de l'environnement - trouveront difficile à comprendre une information technique détaillée concernant les processus chimiques, physiques ou autres qui se déroulent dans les installations luttant contre la pollution de l'atmosphère. En revanche, ils trouveront compréhensible une information sur le niveau d'efficacité de différentes installations d'épuration, notamment lorsqu'elle sera exprimée en pourcentages. Ceci leur permettra de comparer avec d'autres installations et de choisir entre différents types d'installations d'épuration.

23Dans le même ordre d'idées, par exemple, les économistes et juristes ne peuvent pas s'exprimer au niveau des connaissances très détaillées acquises dans leurs branches et recourir aux termes et notions qui ne sont pas généralement connus des non-spécialistes. Ainsi, ils doivent opter pour un certain degré de généralisation accessible à tous les participants à un certain débat ou à une certaine action de recherche, alors même que cette généralisation n'entraînera cependant aucune vulgarisation de la question traitée.

24En effet, la recherche interdisciplinaire ne tend pas à une vulgarisation des résultats de la recherche dans une branche scientifique, mais à la création d'une certaine plate-forme compréhensible aux représentants des autres branches scientifiques, de manière à ce que, sur la base de cette plate-forme, ils puissent développer conjointement la recherche scientifique pour l'élever à un niveau qualitativement supérieur. Ceci en vue d'obtenir, sur le plan social, des résultats d'une qualité supérieure, dans le cadre d'un travail réalisé en commun.

Auteur

Institute of Law, Czechoslovak Academy of Sciences, Prague.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search