Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

I. Positions de recherche, méthodologie

Économie et risque écologique

Jean-François Noël

Texte intégral

L'ECONOMIE STANDARD DE L'ENVIRONNEMENT ("ENVIRONMENTAL ECONOMICS"). UN MOYEN DE GERER LE RISQUE ECOLOGIQUE ?

  • 1 J.F. Noël. Le mode de traitement de l'environnement dans le théorie et la pratique économique, Thè (...)

1Dès les années 1960 et 1970 de nombreux travaux, notamment américains, viennent former ce qu'on appelle déjà l'économie de l'environnement et qui vise à gérer conformément à la rationalité économique les problèmes concrets d'environnement qui commencent à se poser et à constituer un véritable risque environnemental. Cette économie de l'environnement apparaît alors comme une extension de l'analyse économique à un nouvel objet, l'environnement naturel, situé hors de son domaine traditionnel.1

  • 2 A. Marshall. Principles of Economies, 1890, 9th Ed. 1961, Macmillan, London.
  • 3 A.C. Pigou. The Economies of Welfare, Macmillan, London, 1920.
  • 4 R.H.Coase. "The problem of social cost", Journal of Law and Economics, 3, 1, 1960.

2Le concept central de cette analyse est celui d'externalité. Introduit par Marshall2 dans un tout autre but (l'explication de l'existence de firmes à coûts décroissants dans un univers concurrentiel), celui-ci va être développé et réinterprété par Pigou.3 Pour ce dernier, l'externalité reflète une divergence entre coûts sociaux et coûts privés qu'il convient de combler par une intervention appropriée afin de retrouver un optimum social. A cette conception ancienne de Pigou s'oppose la conception moderne de Coase qui voit dans les droits de propriété mal définis l'origine des externalités.4 Le rétablissement de droits de propriété exclusifs et transférables suffit en général à faire disparaître les externalités sans aucune intervention.

  • 5 J.H. Dales. Pollution, Property and Prices, Toronto University Press, Toronto, 1968.

3Dans les deux cas, on a affaire à une position normative : en présence d'externalités, on cherche à les "internaliser" pour revenir à l'optimum. Les méthodes utilisées pour cette internalisation découlent alors directement des conceptions des externalités. A la position pigovienne correspond l'utilisation d'une taxe d'un montant suffisant pour amener les coûts privés au niveau du coût social. Les positions issues de Coase vont au contraire donner lieu à deux méthodes différentes d'internalisation. D'un côté une négociation bilatérale entre agents émetteurs et victimes de l'externalité, aboutissant soit à un paiement compensatoire par l'émetteur des dommages subis par la victime, soit à un paiement par la victime à l'émetteur afin que ce dernier cesse de nuire. Dans les deux cas l'équilibre atteint par la négociation est un optimum, le sens du paiement dépendant uniquement de l'allocation initiale des droits de propriété et/ou d'une règle de responsabilité fixée a priori. De l'autre, la création de marchés de droits sur lesquels vont s'échanger les droits exclusifs et transférables créés dans le but d'internaliser l'externalité.5 Dans ce dernier cas la fixation d’un prix d'équilibre pour le droit permet l'atteinte de l'optimum.

4Cependant, la mise en oeuvre pratique de ces diverses méthodes d'internalisation pose le problème de la valeur des biens d'environnement puisqu'il est le plus souvent nécessaire de connaître la valeur des dégâts infligés à l'environnement. Mais peut-on donner un prix à la nature ?

  • 6 L. Robbins. Essai sur la nature et la signification de la science économique. 1932, trad fse, 1947

5Dans l'économie politique classique les "éléments naturels" sont souvent traités en tant que biens libres : l'eau, l'air, la lumière solaire ne sont pas appropriés. N'étant ni produits, ni échangés sur un marché, ils ne relèvent pas du domaine de l'économique. Ayant relégué les éléments naturels dans "l'extra-économique", l'économique concentre son intérêt sur la sphère des échanges marchands. Au sein de celle-ci, les biens économiques sont avant tout caractérisés par leur rareté. La science économique moderne se veut la science de l'allocation de ces biens rares. Tel est le sens de la définition plus générale encore de l'économique donnée par Robbins6 comme "la science qui étudie le comportement humain en tant que relation entre des fins et des moyens rares ayant des usages alternatifs." Dans une telle conception, les ressources naturelles apparaissent comme gratuites et illimitées. Et de fait on fait remarquer que les ressources offertes par la nature (faune et flore sauvage, écosystèmes, eau, air, énergie solaire, etc.) n'ont pas de prix de marché, donc pas d’indicateur visible de leur valeur pour les agents économiques. Cette caractéristique amène ces derniers à les sacrifier éventuellement, faute de pouvoir intégrer leur valeur dans leur calcul économique, alors que l'évidence montre que ces ressources constituent des éléments vitaux pour l'homme ou bien participent directement aux divers processus productifs.

6Le caractère crucial du problème posé par l'évaluation est renforcé par le fait que toute évaluation du risque environnemental nécessite au préalable une évaluation des biens d'environnement concernés. Cette évaluation a recours aux préférences individuelles ou collectives, ou découle des caractéristiques physiques des biens eux-mêmes.

EVALUATION PAR LES PREFERENCES INDIVIDUELLES

  • 7 D.W. Pearce, K. Turner. Economies of Natural Resources and the Environment, Harvester Wheatsheaf, (...)

7On peut concevoir un premier type d'évaluation des biens d'environnement fondé sur les préférences individuelles.7

  • 8 B.A. Weisbrod. "Collective Consumption Services of Individual Consumption Goods", Quaterly Journal (...)
  • 9 C. Henry. "Investment Decisions Under Uncertainty : The Irreversibility Effect", American Economic (...)
  • 10 C. Henry. "Option Value in the Economics of Irreplaceable Assets in "Symposium on the Economics of (...)
  • 11 J.V. Krutilla. "Conservation reconsidered", American Economic Review, 47, 1967, p. 777-786.
  • 12 J.V. Krutilla, A.C. Fisher. The Economics of Natural Environments : Studies in the Valuation of Co (...)

8Dans ce premier cas, on opère une extension de la valeur traditionnelle et de son expression monétaire à des biens situés en dehors du marché. Cette extension recourt à des concepts tels que la valeur d'option8, la valeur de quasi-option9,10, la valeur d'existence ou la valeur de legs11,12, qui manifestent tous le détachement progressif de la valeur de l’usage présent et effectif du bien. Le concept de valeur d'option permet en particulier la prise en compte de l'incertitude et de l'irréversibilité, éléments constitutifs du risque : on considère que les agents désirant garder ouverte la possibilité d'utiliser dans le futur un bien d'environnement sont prêts à payer pour cela, à la manière d'une prime d'assurance. Le concept de valeur de quasi-option suppose, lui, que l'information sur les états futurs de la nature est croissante avec le temps. De même la simple valeur d'existence (hors de toute utilisation même future du bien) ou la valeur de legs (qui reflète le désir altruiste de transmettre un bien aux générations futures) peuvent être prises en compte dans l'évaluation des biens d'environnement. La référence au temps apparaît essentielle pour toute évaluation des biens d'environnement et en même temps elle pose problème. D'une part parce que les délais de réaction de la biosphère sont très longs et en tout cas sans commune mesure avec le temps habituel de l'économie. D'autre part, parce que toute comparaison de valeurs présentes et futures doit recourir à l'actualisation et que celle-ci, en dépréciant l'avenir par rapport au présent, diminue encore la valeur future des biens d'environnement. Enfin, parce que la prise en compte de l'intérêt de générations futures, éventuellement différent de celui de la génération actuelle, est indispensable mais ne peut se faire qu'au prix d'hypothèses très simplificatrices, essentiellement celle d'identité des préférences des générations futures et des nôtres.

9Les méthodes de l'analyse coût-avantage se proposent de déterminer empiriquement ce type de valeur. La méthode d'évaluation contingente repose sur une évaluation directe du consentement à payer et/ou à recevoir des agents au moyen d'enquêtes avec questionnaire ou d'interrogations expérimentales en laboratoire. La méthode des prix hédoniques consiste à chercher un marché de substitution sur lequel sont échangés des biens et services ayant pour attribut un avantage ou un coût environnemental et à essayer d'évaluer par différence cet avantage ou ce coût. La méthode des coûts de trajet, très utilisée en matière d'évaluation des loisirs, estime le consentement à payer à partir du coût d'opportunité du temps consacré à se rendre sur un site.

  • 13 D.W. Pearce. "The Limits of Cost-Benefit Analysis as a Guide to Environmental Policy", Kyklos, p.  (...)

10Toutes ces méthodes de l'analyse coût-avantage connaissent des limites. L'évaluation contingente par exemple comporte de nombreux biais : biais stratégique, lorsque les agents n'ont pas intérêt à révéler leurs préférences mais au contraire à les cacher (free rider), biais conceptuel, lorsque le résultat est dépendant de l'instrument de paiement utilisé ou de l'information donnée, sans parler du fait qu'il ne s'agit pas d'une évaluation réelle mais seulement simulée (biais hypothétique), etc. De même les éventuelles réponses infinies ne peuvent être traitées que de manière conventionnelle. Dans le cas des prix hédoniques, on n'est jamais sûr de trouver dans les prix de marché d'un bien une indication sur l'évaluation d'un attribut environnemental, en particulier lorsque l'établissement de ce prix de marché est dominé par d'autres attributs. Sur un plan plus général, Pearce13 a montré que l'analyse coût-avantage n'est pas applicable en matière d'environnement aux pollutions ayant des effets dynamiques, en particulier des effets écologiques prolongés. De même, elle n'est pas adaptée aux cas où cette pollution a des effets biologiques.

EVALUATION PAR LES PREFERENCES COLLECTIVES

11Un deuxième type d'évaluation est fondé sur les préférences publiques et les normes sociales. En l'absence de marché, la puissance publique peut pour des raisons tenant à des insuffisances de l'information des agents, ou au caractère collectif des risques encourus, ou à sa responsabilité vis-à-vis des générations futures, exercer une intervention tutélaire sur le fonctionnement des marchés. La puissance publique va par exemple édicter une norme (norme de qualité d'un milieu ou norme d'émission d'un polluant). S'il existe une fonction objectif de bien-être social que l'on cherche à maximiser tout en respectant les normes, ce calcul aboutira à la détermination de prix fictifs (shadow prices) associés à chaque niveau de la norme, ce qui est une manière indirecte d'évaluer les biens d'environnement, le prix fictif représentant la valeur marginale de l'actif naturel écarté par la norme d'un usage productif. On peut également considérer de la même manière les redevances de pollution fixées par l'administration (telles les redevances perçues par les Agences de Bassin en France) ou même les prix qui s'établissent sur les marchés de droits à polluer lorsque ces derniers sont organisés par la puissance publique (cas de l'application du Clean Air Act aux Etats-Unis).

EVALUATION PAR LES CARACTERISTIQUES PHYSIQUES

12Il existe enfin un troisième type d'évaluation fondé sur le fonctionnement physique des écosystèmes. Celui-ci, à la différence des deux précédents est indépendant des préférences qu'elles soient individuelles ou collectives, ainsi que du fonctionnement du marché. Ce type d'évaluation ne cherche pas à obtenir pour les biens d'environnement un indicateur de valeur ayant la dimension de prix, mais seulement à définir un valorimètre commun à l'ensemble constitué par les biens économiques et les biens naturels. Par là même il assure le fondement d'une économie hétérodoxe de l'environnement, qui cherche à mieux articuler les deux domaines de l'économique et de la nature, et qui est constitue le courant désormais connu sous le nom d'"ecological economics".

L'ECONOMIE HETERODOXE DE L'ENVIRONNEMENT ("ECOLOGICAL ECONOMICS"). VERS UNE STRATEGIE DE DEVELOPPEMENT SOUTENABLE

  • 14 R. Costanza. "What is ecological economics ?" Ecological Economics, 1, 1, february 1989.
  • 15 S. Faucheux, F.D. Vivien. "Plaidoyer pour une écoénergétique", La Recherche, 23, 243, mai 1992.

13Le fondement de cette nouvelle approche14 est la reconnaissance du caractère matériel, "réel", de l'économie : d'une part cette dernière se compose d'opérations portant sur la matière, comportant des flux d'énergie, et situées en relation avec l'environnement naturel (ressources naturelles, déchets) et d'autre part, l'homme, sujet et agent de cette économie, fait lui-même, en tant qu'être vivant, partie de la biosphère. Une meilleure compréhension des liens unissant l'homme, et plus généralement les sociétés humaines, à leur environnement naturel ne doit donc pas passer par une exclusion de l'environnement du champ de l'économique, telle que la pratique l'économie standard de l'environnement. Elle doit au contraire assurer l'intégration des deux domaines dont ne peut rendre compte une mesure exclusivement monétaire et inventer de nouveaux valorimètres n'ayant pas le caractère d'un prix, s'appliquant tout autant aux biens économiques qu'aux biens environnementaux et relevant de l'une ou de l'autre des deux dimensions essentielles du réel que sont la matière et l'énergie.15

  • 16 F.D.Vivien. Sadi Carnot économiste, enquête sur un paradigme perdu : Economie - Thermodynamique - (...)
  • 17 K. Boulding. "The Economies of the Coming Spaceship Earth", in Jarrett (Edr), Environmental Econom (...)
  • 18 N. Georgescu-Roegen. The Entropy Law and the Economic Process, Harvard University Press, Cambridge (...)
  • 19 H. Daly. "The Economic Growth Debate : What Some Economists Have Learned But many Have Not", Journ (...)

14Cette double référence au réel rejoint les préoccupations affirmées par quelques économistes précurseurs dans la réflexion sur la relation du système économique à la nature.16 Boulding17 compare la situation de l'humanité sur la terre à celle d'astronautes dans un vaisseau spatial contraints de gérer au mieux des ressources limitées. Mais pour lui cette gestion doit être rationnelle, non pas au sens où l'entend la théorie économique orthodoxe mais à celui que lui donne l'écologie. Georgescu-Roegen18 place très nettement les activités économiques de l'homme génératrices de pollution dans le courant de l'entropie qui gouverne l'univers. On retrouve là les deux grands axes, celui de la finitude et celui de l'entropie, qui pour Daly19 structurent les relations de l’ensemble formé par le système économique et son environnement naturel.

15A cet ensemble s'appliquent les lois de la thermodynamique qui vont donner naissance à une série d'instruments non-monétaires susceptibles de rendre compte à la fois des activités de l'homme et de celles de la nature.

  • 20 A.V. Kneese, R. Ayres, R. d'Arge. Economics and the Environment, A Material Balance Approach, Reso (...)

16La première loi de la thermodynamique, connue sous le nom de loi de la conservation de la matière, impose que dans toute transformation subie par celle-ci les masses en jeu initialement se retrouvent intégralement dans le résultat final. Elle permet ainsi l'établissement d'une certaine forme de comptabilité dans laquelle "tout ce qui entre" est nécessairement égal à "tout ce qui sort" : on reconnaît là le principe du bilan matières20, applicable aussi bien à un processus technique productif particulier qu'à l'ensemble de la "filière" d'un produit (offres et demandes aux différents stades de la transformation) ou même à l'ensemble des échanges économie-environnement.

17Les limites de cette approche sont connues : utile tant qu'il s'agit de répertorier des flux dont l'équilibre comptable est assuré par le principe de la conservation de la masse, le bilan-matières est mal outillé pour traiter des stocks ou réservoirs. D'autre part, le temps est mal pris en compte : l'égalité des flux entrants et sortants n'est valable que "sans considération de temps", c'est-à-dire que rien n'est dit sur la date à laquelle un flux entré ressortira du système.

  • 21 S. Faucheux. L'articulation des évaluation monétaires et énergétiques en économie, Thèse de Doctor (...)

18La première loi de la thermodynamique peut aussi être entendue au sens de loi de conservation de l'énergie.21 Appliquée à l'énergie en effet, elle permet d'établir que l'énergie présente dans l'Univers est constante en quantité, comme l'est également l'énergie présente dans tout processus de conversion énergétique : la "consommation" apparente d'énergie n'en est en vérité pas une, puisque toute énergie entant dans un processus doit se retrouver intégralement à sa sortie sous forme d'énergie utile (énergie mécanique) ou de rejets de chaleur ("pertes"). Cette loi est à l'origine de la comptabilité énergétique, forme la plus simple de l'analyse énergétique, qui additionne toutes les formes d'énergie (énergie thermique, énergie mécanique, énergie chimique, énergie rayonnante, énergie électrique) après les avoir converties en une énergie thermique de référence (par exemple la tonne-équivalent-pétrole ou tep). Il s'agit alors du barème enthalpique, utilisé par exemple pour la confection de bilans énergétiques.

19La deuxième loi de la thermodynamique est connue sous le nom de loi d'entropie. Elle indique que si la quantité d'énergie est bien constante dans toutes les transformations énergétiques (1ère loi), il existe cependant une diminution inéluctable de la qualité de cette énergie au cours des conversions énergétiques qui s'accompagnent d'une dégradation d'une partie de l'énergie sous forme de "pertes" tandis que l'autre est "upgraded" c'est-à-dire plus concentrée et capable de plus de "feedbacks". Le barème qui en découle, dit barème exergétique, est très lié à la notion de rendement énergétique qui évalue à partir du rendement théorique de Carnot ou à partir d'un rendement conventionnellement fixé la capacité d'une énergie donnée à fournir un travail mécanique. Cette mesure exergétique permet non seulement d'élaborer des bilans énergétiques à la fois quantitatifs et qualitatifs, c'est-à-dire faisant apparaître les pertes thermodynamiques d'un système. Elle permet aussi de fournir une aide à la décision sous la forme d'un calcul énergétique reposant sur la prise en compte de ratios exprimant les divers rendements énergétiques.

  • 22 A.J. Lotka. "Natural Selection as a Physical Principle", Proceedings of the National Academy of Sc (...)
  • 23 G. Pillet, H.T. Odum. E3, Energie, Ecologie, Environnement, Georg Editeur, Genève, 1987.

20Une troisième catégorie d'analyse énergétique, l'analyse éco-énergétique, repose sur la prise en compte simultanée des lois de la thermodynamique et du principe du maximum de puissance, énoncé par Lotka22, qui établit que des organismes vivants en lutte pour leur survie dans un univers compétitif doivent arbitrer en permanence entre la quantité d'énergie qu'ils prélèvent dans l'environnement et l'efficacité interne avec laquelle ils utilisent cette énergie. Ce principe permet d'appliquer aux systèmes biologiques l'analyse énergétique. Il permet de normer les différents flux énergétiques traversant écosystèmes et systèmes économiques à partir de leur contenu en énergie solaire. Ce barème, appelé barème émergétique, a été développé en particulier par Odum & Pillet23, afin d'évaluer la part des ressources provenant de l'environnement qui entrent, sans faire l'objet d'un échange marchand, dans les biens économiques.

  • 24 A. Tsushida, T. Murota. "Fundamentals in the Theory of Ecocycle and Human Economy", in Pillet & Mu (...)
  • 25 R. Kümmel. "Energy as Factor of Production and Entropy as a Pollution Indicator in Macroeconomic M (...)
  • 26 R. Kümmel, U. Schüssler. "Heat Equivalents of Noxious Substances : A Pollution Indicator for Envir (...)

21Une dernière catégorie d'analyse énergétique, l'analyse entropique, regroupe diverses tentatives24,25,26 pour évaluer directement l'entropie produite par un système productif. Celle-ci est en général interprétée comme un indice de la pollution rejetée par ce système.

LES DEFIS CONTEMPORAINS

22La décennie 70, période au cours de laquelle on a commencé, notamment avant le déclenchement de la crise économique en 1974, à se poser le problème des rapports de l'économie et de l'environnement, correspond à une première phase de l'évolution des problèmes d'environnement. Elle est dominée par les pollutions classiques de l'eau, de l'air, du sol. Jusqu'alors ces pollutions avaient des émetteurs et des victimes assez bien identifiés. Elles avaient une forme locale ou régionale, parfois transfrontière. Elles entraînaient des dommages ponctuels et le plus souvent réversibles à l'aide de techniques de dépollution.

  • 27 S. Faucheux, J.F. Noël. Les menaces globales sur l'environnement, Coll. Repères, La Découverte, Pa (...)

23L'évolution récente des problèmes d'environnement depuis la fin des années 1980 a redonné à ces questions une actualité qu'elles n'ont plus perdu. En France, on peut situer ce regain d'intérêt au début de l'année 1990, mais on pourrait bien sûr trouver des dates plus précoces dans d'autres pays : la raison en est que les atteintes à l'environnement se rapprochent maintenant d'un nouveau seuil, celui de la mise en cause des régulations globales de la biosphère. En témoigne l'irruption sur le devant de la scène des premières pollutions que l'on peut qualifier de globales, la diminution de la couche d'ozone stratosphérique ou l'accroissement de l'effet de serre.27

  • 28 J. Benhaïm, A. Caron, F. Levarlet. "La maîtrise des émissions de CO2 : un accord international est (...)

24Ces pollutions globales présentent toute une série de caractéristiques qui constituent autant de défis à l'analyse économique : il s'agit de risques planétaires, dans la mesure où ce sont les régulations de la biosphère dans son ensemble qui sont susceptibles d'être touchées, mal identifiables, car ils nécessitent un appareillage sophistiqué pour être mis en évidence, irréversibles, au moins à l'échelle de plusieurs générations, soumis à une grande incertitude scientifique enfin, sinon sur leur réalité, du moins sur l'intensité et la localisation de leurs conséquences. Leur élimination relève avant tout d'une démarche préventive, car il n'existe aucune technologie de dépollution efficace, et nécessitant des mesures rapides, puisqu'on ne peut se permettre d'attendre les progrès de la connaissance scientifique pour réagir. Si l'on ajoute la connaissance insuffisante des coûts de ces pollutions du fait de la complexité des mécanismes en cause, la multiplicité de leurs sources (évidente dans le cas du CO2 incriminé dans le renforcement de l'effet de serre), les enjeux géopolitiques qui en découlent et qui rendent difficile la négociation internationale à leur sujet28, on mesure toute la difficulté d'appliquer à ces problèmes l'analyse économique standard de l'environnement.

25Il peut sembler par exemple déraisonnable de recourir en ce domaine à la méthode d'évaluation contingente. Si, confronté à une pollution locale d'un cours d'eau, on admet déjà difficilement que le coût de cette pollution soit calculé en fonction de la somme que les utilisateurs sont prêts à payer pour lui faire retrouver son état initial ou celle qu'ils sont prêts à recevoir pour accepter cette nuisance, que dire lorsqu'il s'agit d'une pollution globale ? Ne serait-ce pas poser un faux problème, dont les conséquences pourraient s'avérer irrémédiables, que de demander, dans le cas de l'effet de serre, à l'usager de la mer, combien il est prêt à recevoir ou à payer pour accepter ou non que le niveau de celle-ci augmente ? La vraie question reviendrait en fait à lui demander la somme qu'il accepterait de recevoir ou payerait pour cautionner ou refuser le déséquilibre de la biosphère et la condamnation des générations futures. Une telle valeur est infinie. On se trouverait de plus confronté aux difficultés habituelles d'évaluation par une génération de phénomènes concernant essentiellement les générations suivantes.

  • 29 S. Faucheux, J.F. Noël. "Le calcul économique peut-il venir au secours d'une politique de lutte co (...)

26En revanche l'analyse énergétique peut servir à déterminer des normes que l'activité économique doit respecter. On a ainsi pu montrer29 qu'en matière de politique de lutte contre l'effet de serre, un système de taxe fondé sur le potentiel optimal d'économie d'énergie - calculé à l'aide d'une analyse énergétique - était plus efficace pour l'environnement et plus équitable, qu'une taxe proportionnelle au contenu en carbone, aux consommations énergétiques ou à un composé des deux.

  • 30 D. Meadows. Halte à la croissance, trad fse. Fayard, Paris, 1972.
  • 31 CMED (Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement). Notre avenir à tous (Rapport B (...)

27Les pollutions globales ont également relancé le débat sur la pérennité du développement qui, dans les années 1970, était né de la crainte d'une pénurie de ressources naturelles.30 Elles ont fait prendre conscience du fait que les interactions entre économie et environnement doivent désormais être gérées de façon à répondre aux besoins actuels sans sacrifier la satisfaction de ceux des générations futures. La notion de développement soutenable en est issue, popularisée par le rapport Brundtland.31 Mais si l'on veut que le développement soutenable ne constitue pas une "boîte vide", il faut en approfondir les conditions et définir les critères de gestion correspondants.

  • 32 J. Stiglitz. "Growth with Exhaustible Natural Resources and Optimal Growth Path", in "Symposium on (...)
  • 33 R. Solow. "On the Intergenerational Allocation of Natural Resources", Scandinavian Economic Journa (...)
  • 34 E. Barbier, A. Markandya. "The conditions for achieving environmentally sustainable growth", Europ (...)
  • 35 R. Passet. L'économique et le vivant, Payot, Paris, 1979.
  • 36 R. Passet. "Environnement et biosphère", in Encyclopédie économique, vol II, Economica, Paris, 199 (...)

28Le développement soutenable apparaît d'abord comme un développement qui assure le maintien des systèmes économiques et de la biosphère sur le long, voire le très long terme. Le développement soutenable n'est pas un état stationnaire mais "un processus de changement dans lequel l'exploitation des ressources, le choix des investissements, l'orientation du développement technique ainsi que le changement institutionnel sont déterminés en fonction des besoins tant actuels qu'à venir."31. Il doit donc répondre "aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs" (ibid). Le caractère multidimensionnel du concept de développement soutenable empêche de le réduire à la seule dimension monétaire d'un PIB soutenable obtenu en déduisant du PNB les dépenses liées à l’environnement. Ceci empêche également d'aborder le développement soutenable sous l'angle d'un optimum parétien intergénérationnel comme la théorie conventionnelle de l'environnement a tenté de le faire.32,33,34 La "gestion normative sous contrainte"3536s'attache à définir les conditions d'un développement soutenable tant économiquement qu'écologiquement. La reconnaissance de l'interdépendance du développement économique et de son environnement évite tout autant de réduire ce dernier à une pure logique marchande qui n'est pas la sienne que de diluer l'économique dans un écologisme qui ne reconnaîtrait pas sa spécificité. Le développement soutenable apparaît alors comme un développement où coévoluent systèmes économiques et biosphère de façon à ce que la production issue des premiers assure la reproduction de la totalité de ces facteurs.

  • 37 R. Passet. "Limites de la régulation marchande", Le Monde Diplomatique, juin 1992.

29L'ampleur du défi posé à l'économie de l'environnement saute aux yeux : une approche libérale du développement soutenable est-elle possible et selon quels principes ? La théorie standard de l'économie de l'environnement est-elle à même de s'étendre au domaine des enjeux du développement ? Peut-elle donner lieu à des développements autonomes et originaux à la hauteur du défi que représente l'irruption du thème de l'environnement dans les sociétés contemporaines ? La réponse à toutes ces questions semble devoir être négative. "L'idée d'une économie de l'environnement conçue comme la projection d'une orthodoxie soigneusement préservée sur des problèmes périphériques n'a pas de sens. C'est l'orthodoxie elle-même qui se trouve remise en cause." écrit R. Passet.37

Notes

1 J.F. Noël. Le mode de traitement de l'environnement dans le théorie et la pratique économique, Thèse de Doctorat d'Etat, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1977.

2 A. Marshall. Principles of Economies, 1890, 9th Ed. 1961, Macmillan, London.

3 A.C. Pigou. The Economies of Welfare, Macmillan, London, 1920.

4 R.H.Coase. "The problem of social cost", Journal of Law and Economics, 3, 1, 1960.

5 J.H. Dales. Pollution, Property and Prices, Toronto University Press, Toronto, 1968.

6 L. Robbins. Essai sur la nature et la signification de la science économique. 1932, trad fse, 1947.

7 D.W. Pearce, K. Turner. Economies of Natural Resources and the Environment, Harvester Wheatsheaf, Hemel Hampstead, Herts, 1990.

8 B.A. Weisbrod. "Collective Consumption Services of Individual Consumption Goods", Quaterly Journal of Economics, 78, 3, 1964.

9 C. Henry. "Investment Decisions Under Uncertainty : The Irreversibility Effect", American Economic Review, 64, 1974, p. 1006-1012.

10 C. Henry. "Option Value in the Economics of Irreplaceable Assets in "Symposium on the Economics of Exhaustible Resources", Review of Economic Studies, 41, 3, 1974.

11 J.V. Krutilla. "Conservation reconsidered", American Economic Review, 47, 1967, p. 777-786.

12 J.V. Krutilla, A.C. Fisher. The Economics of Natural Environments : Studies in the Valuation of Commodity and Amenity Resources, Johns Hopkins Press, Baltimore, 1975.

13 D.W. Pearce. "The Limits of Cost-Benefit Analysis as a Guide to Environmental Policy", Kyklos, p. 97-112.

14 R. Costanza. "What is ecological economics ?" Ecological Economics, 1, 1, february 1989.

15 S. Faucheux, F.D. Vivien. "Plaidoyer pour une écoénergétique", La Recherche, 23, 243, mai 1992.

16 F.D.Vivien. Sadi Carnot économiste, enquête sur un paradigme perdu : Economie - Thermodynamique - Ecologie, Thèse de Doctorat ès Sciences Economiques, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1991.

17 K. Boulding. "The Economies of the Coming Spaceship Earth", in Jarrett (Edr), Environmental Economics in a Growing Economy, Johns Hopkins Press, Baltimore, 1966.

18 N. Georgescu-Roegen. The Entropy Law and the Economic Process, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1971.

19 H. Daly. "The Economic Growth Debate : What Some Economists Have Learned But many Have Not", Journal of Environmental Economics and Management, 14, 3, 1987.

20 A.V. Kneese, R. Ayres, R. d'Arge. Economics and the Environment, A Material Balance Approach, Resources For the Future Inc., Johns Hopkins Press, Baltimore & London, 1970.

21 S. Faucheux. L'articulation des évaluation monétaires et énergétiques en économie, Thèse de Doctorat ès Sciences Economiques, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, 1990.

22 A.J. Lotka. "Natural Selection as a Physical Principle", Proceedings of the National Academy of Sciences, 8, 6, 1922, p. 151.

23 G. Pillet, H.T. Odum. E3, Energie, Ecologie, Environnement, Georg Editeur, Genève, 1987.

24 A. Tsushida, T. Murota. "Fundamentals in the Theory of Ecocycle and Human Economy", in Pillet & Murota (Edrs, Environmental Economics : The Analysis of a Major Interface, R. Leimgruber, Genève, 1987.

25 R. Kümmel. "Energy as Factor of Production and Entropy as a Pollution Indicator in Macroeconomic Modelling", Ecological Economics, 1, 2, may 1989.

26 R. Kümmel, U. Schüssler. "Heat Equivalents of Noxious Substances : A Pollution Indicator for Environmental Accounting", Ecological Economics, 3, 2, july 1991.

27 S. Faucheux, J.F. Noël. Les menaces globales sur l'environnement, Coll. Repères, La Découverte, Paris, 1990.

28 J. Benhaïm, A. Caron, F. Levarlet. "La maîtrise des émissions de CO2 : un accord international est-il possible ?", Mondes en développement, 19, 75-76, 1991.

29 S. Faucheux, J.F. Noël. "Le calcul économique peut-il venir au secours d'une politique de lutte contre l’effet de serre ?". Revue Française d'Economie, VII, 1, 1992.

30 D. Meadows. Halte à la croissance, trad fse. Fayard, Paris, 1972.

31 CMED (Commission Mondiale sur l'Environnement et le Développement). Notre avenir à tous (Rapport Brundtland), trad fse., Editions du Fleuve, Monréal, 1988.

32 J. Stiglitz. "Growth with Exhaustible Natural Resources and Optimal Growth Path", in "Symposium on the Economics of Exhaustible Resources", Review of Economic Studies, 41, 3, 1974.

33 R. Solow. "On the Intergenerational Allocation of Natural Resources", Scandinavian Economic Journal 88, 1, 1986.

34 E. Barbier, A. Markandya. "The conditions for achieving environmentally sustainable growth", European Economic Review, 34, p.659-669, 1986.

35 R. Passet. L'économique et le vivant, Payot, Paris, 1979.

36 R. Passet. "Environnement et biosphère", in Encyclopédie économique, vol II, Economica, Paris, 1990.

37 R. Passet. "Limites de la régulation marchande", Le Monde Diplomatique, juin 1992.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search