Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

I. Positions de recherche, méthodologie

Risques et pauvreté

Le cas de la région ouest de Thessalonique

Georges Hadjiconstantinou et Chrisostome Kalogirou

Texte intégral

  • 1 J. Theys et autres. La société vulnérable. P.E.N.S., Paris, 1989, p. 21.
  • 2 L. Faugères. "Les risques naturels et technologiques, nouveau domaine de recherche, nouveau domain (...)
  • 3 J. Theys. La société vulnérable. Op. cit., p. 9-13.
  • 4 Bulletin d’Etudes Economiques (SIGMA). Compagnie Suisse de réassurance, nov. 1986.

1Dans un livre publié en 1987 sous le titre "La Société Vulnérable - Evaluer et maîtriser les risques", Jacques Theys soutient l'idée que "...les travaux sur la vulnérabilité restent de très loin les parents pauvres des recherches sur les risques et la sécurité".1 Il est vrai que les dernières années ont été marquées par une très importante accumulation d'accidents naturels, technologiques, économiques, sociaux, industriels et autres. L. Faugères pense de son côté que la marque des sociétés modernes est bien la menace généralisée du risque technologique et naturel sous ses formes diverses.2 J. Theys parle d'un glissement entre la catastrophe "perçue comme une manifestation de la providence" et le "risque insupportable", qui marquerait la conscience sociale depuis les années 70.3 Pour d'autres, la fragilisation accrue de nos sociétés explique la perception de notre civilisation comme "civilisation du risque".4

2A notre avis, la vulnérabilité de notre société constitue en soi un risque social, politique et économique étant donné qu'elle n'est pas seulement liée à la concentration des activités, à l'emploi de techniques de plus en plus complexes, sophistiquées et dangereuses, à l'urbanisation, ou à l'amélioration des performances des systèmes industriels liée à la poursuite souvent fanatique du profit. Elle est aussi étroitement liée à la pauvreté d'une grande partie de la population et à la répartition inégale des richesses, des revenus et des moyens, qui donnent naissance à des milieux sociaux particulièrement sensibles aux risques en tous genres. La pauvreté en tant que risque, ou manifestation d'une crise incontrôlable, nécessite un enseignement et une recherche interdisciplinaires, ouverts à la compréhension des systèmes complexes qui nous entourent et à la dimension stochastique des événements.

VULNERABILITE ET RISQUE DE PAUVRETE

3De ce point de vue, le problème se pose tant à court qu'à long terme. L'introduction de la dimension temporelle complique la prise de décisions. Si un certain nombre de décisions considérées comme efficaces à court terme, pouvaient diminuer, effectivement, la vulnérabilité de la société à court terme, ces mêmes décisions, étant donné qu'elles se prennent dans le contexte du développement socioéconomique établi, pourraient augmenter la vulnérabilité de la société à long terme. La fragilité de la société contemporaine transitoire nécessite une nouvelle grille de lecture pour comprendre les phénomènes complexes actuels.

4Le point de bifurcation de l'évolution technique, systémique et spirituelle que nous traversons exige l'élaboration d'un arsenal épistémologique et méthodologique nouveau. Nous devons faire progresser les capacités d'une science nouvelle, fondée sur un ensemble de termes et de concepts différents, capables de contribuer à la compréhension et à la gestion d'un présent complexe et d'un avenir incertain. La pensée purement analytique et axiomatique est insuffisante à résoudre les problèmes d'une évolution stochastique. La réalité complexe, changeante, évolutive, nécessite une pensée systémique, interdisciplinaire, transdisciplinaire, capable de concevoir toute l'étendue des interactions et des rétroactions des facteurs qui entrent en jeu et qui révèlent le contenu d'un progrès non-linéaire, d'un progrès stochastique.

5Les problèmes socio-économiques, y compris ceux de la pauvreté, sont des problèmes complexes. L'exercice difficile visant à la réconciliation entre pauvreté et richesse, entre pauvres et pouvoir, malheureux et heureux, constitue toujours, même à l'aube du siècle qui émerge, un défi pour l'humanité et nécessite cette science nouvelle se développant à côté des études disciplinaires. Etudier le risque majeur de la pauvreté, suppose la mise en relief d'un ensemble de risques et de situations dangereuses qui se cachent derrière la façade d'une société tolérante. Cette société vit sur une inertie parfaitement explicable dans le cadre d'une civilisation fondée sur l'efficacité à court terme. Elle est en même temps marquée par une tendance déstabilisatrice qui, à côté d'autres tendances, est fonction de l'existence et de la multiplication de situations à haut risque. C'est pour cette raison finalement, que nous devons aborder le problème du risque majeur de la pauvreté dans ses dimensions sociales, économiques, politiques ou institutionnelles, sans oublier les aspects techniques et naturels qui sont relatifs à la gestion des accidents et à la complexité systémique actuelle.

6La complexité des systèmes techniques rend leur maîtrise problématique en cas d'accident. Ces accidents constituent la conséquence d'une multiplicité de facteurs qui se combinent d'une manière aléatoire. Les effets des catastrophes industrielles ne sont pas isolables géographiquement ou socialement. De fait, en général, les régions pauvres des concentrations urbaines se situent à proximité des zones industrielles, pour des raisons historiques. Par ailleurs, les catastrophes et les crises modernes sont caractérisées par la résistance qu'elles opposent à toute forme de rationalisation pouvant, comme dans le passé, les rendre acceptables. Aujourd'hui, même dans les régions pauvres qui sont marquées par un niveau culturel très bas, le public perçoit le risque technologique et environnemental comme qualitativement différent des risques passés. Cette perception peut provoquer une véritable déstabilisation économique et sociale dans le cas où le risque dégénère en crise. Dans le cadre d'une telle problématique, la pauvreté devient un risque important parce qu'elle est insupportable. Elle est insupportable car elle est définie comme l'absence d'un certain bienêtre étroitement lié à la mesure du niveau de vie.

  • 5 L. Stoléru. Vaincre la pauvreté dans les pays riches. Ed. Flammarion, 1974, p. 2.

7Dès 1954, les Nations Unies proposaient une définition internationale et une mesure des standards du niveau de vie, distinguant les trois concepts de "niveau de vie", "standard de vie" et "normes de vie". En 1961, un nouveau rapport suggérait une analyse de ces données en neuf composantes5 (santé, consommation alimentaire, emploi et conditions de travail, conditions de logement, enseignement, sécurité sociale, habillement, loisirs, liberté individuelle). Actuellement les choses deviennent plus complexes. Un certain nombre de valeurs différentes entrent en jeu. La vulnérabilité du milieu social pauvre, la qualité de l'environnement des régions pauvres, les risques de violence, la fréquence des accidents en tous genres, l'aliénation des hommes et la prise de conscience de l’inégalité sociale ou de l'inégalité des débouchés face à l'avenir et au progrès, constituent sans aucun doute des composantes qu'on pourrait ajouter à l'ensemble des facteurs qui définissent le niveau de vie, en distinguant les pauvres des riches, ou les pauvres relatifs des pauvres absolus. Il est clair, de ce point de vue, que le réductionnisme et la tendance des économistes à tout mesurer, à traduire tout en unités monétaires et à plaider pour une science économique pure, posent un problème, l'éternel problème de la prépondérance entre le quantitatif et le qualitatif. Mais ce n'est pas seulement l'économiste qui a la responsabilité scientifique face à la pauvreté. L'étude des problèmes humains, des problèmes de la qualité de la vie et du bien-être, a besoin de la collaboration de scientifiques qui, tout en conservant une pensée disciplinaire, auront la possibilité de se comprendre, de discuter et de dialoguer.

ETUDE DE CAS : LE RISQUE MAJEUR DE PAUVRETE A THESSALONIQUE

8La brève contribution que nous présentons ici, partie d'une recherche plus large développée dans un programme des Municipalités de Thessalonique financé par la C.E.E (Pauvreté III), pose le problème du risque de pauvreté dans les trois municipalités principales de la région Ouest de la ville.

9Ces trois municipalités sont :

  1. la municipalité de Menemeni,
  2. la municipalité de Kordelio et
  3. la municipalité de Evosmos.

10Nous devons signaler que la conception de la pauvreté en tant que risque majeur, n'est pas une conception arbitraire. Elle s'appuie sur le grand nombre de risques et de situations dangereuses qui s'accumulent aujourd'hui dans les milieux pauvres de la société Il est paradoxal de parler, dans la Grèce moderne de l'Europe de 1992, d'un risque majeur de pauvreté et des possibilités qu'il a d'évoluer et d'aboutir à une crise incontrôlée. Pourtant dans l'Europe du développement économique et de la modernisation, dans l'Europe de la croissance, des restructurations, de la technologie avancée et de la consommation souvent excessive, on rencontre aujourd'hui des phénomènes et des situations qui, même en ayant une ampleur limitée, présentent une intensité totalement incompatible avec la tradition humaniste des démocraties occidentales.

11Les inégalités des revenus, le chômage technologique, le racisme, la marginalisation sociale, le recul de l'Etat-Providence, la dégradation de l'environnement, l'analphabétisme et bien-sûr le destin incertain de groupes d'émigrés, sont les composantes du phénomène de la pauvreté moderne en Europe. Ce phénomène n'est pas seulement économique. Bien que le marché et ses structures aient une part considérable de responsabilités, ce phénomène touche l'ensemble des structures sociales, politiques et culturelles du système de l'Europe-unie. Ainsi, actuellement on évoque l'existence de "coins obscurs" rencontrés dans de grandes villes européennes, de "niches du Tiers-monde" au coeur de l'Europe.

12Un exemple de telles réalités se rencontre à l'ouest de Thessalonique, deuxième ville de Grèce après Athènes et grand centre économique industriel, commercial et culturel de la Macédoine grecque. Dans les municipalités étudiées ici, on rencontre des quartiers avec toutes les caractéristiques des régions urbaines dégradées, caractéristiques qui créent des conditions insupportables pour les habitants défavorisés.

13On voit ainsi des quartiers surpeuplés, voisins de la zone industrielle, avec des problèmes provenant du niveau souvent inacceptable des infrastructures techniques. Le réseau d'eau potable paraît, aujourd'hui encore, insuffisant et incapable de répondre aux besoins accrus d'une population en pleine expansion. La pollution et la dégradation qualitative de l'environnement dues aux déchets industriels, chimiques, toxiques, se combinent avec l'existence de cours d'eau ou de ravines ouvertes, qui constituent des sources de maladies pour les habitants. Tout cela coïncide avec un niveau d'enseignement et de culture bas, une qualité de vie dégradée, un manque presque total d'espaces verts et une structure d'emploi anormale. Il est à signaler par ailleurs, qu'à l'anarchie de la construction immobilière et à sa mauvaise qualité, s'ajoutent les problèmes liés à l'infrastructure des chemins de fer qui rompt la continuité du milieu urbain.

14En outre, on rencontre dans ces quartiers une composition sociale particulière. Un certain nombre de couches sociales posent des problèmes d'intégration sociale, économique, linguistique ou culturelle. Les gitans, les réfugiés politiques de la guerre civile aujourd'hui rapatriés, les grecs rapatriés des pays de l'Est, les grecs de la région de la mer Noire de l'URRS qui sont arrivés ces derniers mois, rencontrent des difficultés d'adaptation au contact d'une grande ville d'un million d'habitants dont la population est aujourd'hui, en général, homogène. Il serait intéressant d'ajouter aussi que la variété, l'hétérogénéité du milieu social des municipalités occidentales de Thessaloniki reflètent aussi l'image des grands mouvements d'émigration que la Grèce a connu depuis l'année 1922 et l'échange réciproque des populations entre la Grèce et la Turquie.

15Un résultat important du programme Européen "Pauvreté III" orienté vers l'étude des problèmes d'intégration économique et sociale des groupes sociaux défavorisés, est aussi la mise en évidence d'une pauvreté cachée à côté d'une pauvreté spécifique, celle qui touche les gitans et les grecs émigrés de la mer Noire.

Evaluation du risque

16Comme indices pour la description et la mesure des phénomènes de pauvreté dans les municipalités de Menemeni, d'Evosmos et de Kordelio, nous avons utilisé les données existantes sur le revenu, l'emploi, l'enseignement, la santé, l'habitat, la pollution de l'environnement, l'origine et les caractéristiques linguistiques.

a) En ce qui concerne le revenu et le niveau de vie

17L'étude statistique des impôts que les salariés et les employés ont payé en Grèce en 1989, a montré que le revenu moyen mensuel d'un salarié ou d'un employé s'élève à 120.000 Drchs (4.000 F.F.). Ce même revenu en 1990 atteint presque 140.000 Drchs (4.700 FF). Cependant, nous avons constaté que dans les municipalités considérées, 24 % des familles ont un revenu familial mensuel qui est inférieur à la moitié du revenu moyen d'un salarié ou d'un employé. (Voir le Tableau No 1).

18Sur le Tableau No. 2, on constate la subjectivité de la perception par les défavorisés de leur propre pauvreté (toujours dans les municipalités en question).

Tableau No. 1. Répartition du revenu familial mensuel réel et du revenu considéré comme nécessaire dans les municipalités de Menemeni, Evosmos et Kordelio (Thessaloniki) ( % de l'ensemble de la population)

Revenu familial mensuel

Revenu familial mensuel considéré comme nécessaire

Revenu familial mensuel effectivement disponible

(en Drachmes)

( % de la population)

( % de la population)

Jusqu'à 70.000

4

24

70.001-100.000

12

22

100.001-130.000

18

17

130.001-160.000

29

14

160.001-190.000

12

6

190.001-220.000

13

4

220.001 et plus

9

4

Tableau No. 2. Répartition du revenu mensuel réel et considéré comme nécessaire par membre de famille dans les municipalités de Menemeni, Evosmos et Kordelio (Thessaloniki) (en % de la population)

 % de la population

Ils disposent d'un revenu mensuel par membre de famille inférieur à (en drachmes)

Ils considèrent le revenu mensuel nécessaire par membre de famille à

5

13.000

21.000

10

16.500

27.500

25

21.250

35.000

50

29.000

42.500

75

43.000

54.000

90

58.000

70.000

95

70.000

80.000

b. En ce qui concerne l'emploi

19D'après les données du Service Statistique National, on constate :

  1. Une tendance régulière et importante de réduction de la production agricole pour des raisons d'urbanisation excessive, de pollution et d'érosion continue du sol.
  2. Une chute du secteur secondaire, qui est interprétée de différentes façons. Tout d'abord, on constate une baisse des investissements réalisés lors de la dernière décennie. Cela s'accompagne d'une dégradation qualitative des installations déjà existantes et d'un manque de modernisation. Dans ce cadre déjà dégradé, l'emploi devient problématique. L'existence des unités productives dans lesquelles domine la production en sous-traitance et travail partiel, constitue la situation générale. Une telle situation est à la base de la création d'un nombre considérable de travailleurs non-qualifiés qui offrent leur travail au marché officiel, au marché-noir ou augmentent le nombre des chômeurs non-déclarés. La rareté des institutions compétentes pour la formation des travailleurs dans les municipalités en question crée les circonstances qui maintiennent les salaires à des niveaux bas. Les données statistiques montrent que dans 16,6 % des familles, il y a au moins un chômeur ou un membre de la famille à travail partiel.
  3. Une hausse considérable du secteur tertiaire. Cette hausse est due au développement des entreprises de petit-commerce et de caractère traditionnel, d'une efficacité et d'un rendement très bas.

c. En ce qui concerne l'enseignement

20Le niveau de l'enseignement constitue un facteur vraiment inquiétant étant donné (voir le Tableau No. 3) que 10,4 % de la population est presque analphabète, 41,4 % a reçu seulement l'enseignement de l'école primaire, tandis que seulement 1,6 % des jeunes sont actuellement étudiants de l'enseignement supérieur. Le tableau qui suit montre une réalité très inquiétante car plus de 50 % de la population des municipalités en question n'a pas terminé les études obligatoires (l'école primaire et le gymnase-lycée).

Tableau No. 3. Répartition de la population des municipalités (Menemeni, Evosmos, Kordelio) par catégorie concernant le niveau de l'enseignement

Niveau de l’enseignement

 % de la population

Sans enseignement

10,4

Ecole primaire

41,4

Gymnase

13,1

Lycée

14,8

Ecole professionnelle moyenne

4,9

Etudiant/Etudiante

1,6

Licencié (Univ.-Inst.Tech.)

4,6

Inconnu

9,3

d. En ce qui concerne les problèmes de santé

21Les données qui suivent concernent le quartier Dendropotamos qui appartient à la municipalité de Kordelio et qui se considère comme quartier dégradé et abandonné, l'un des plus proches de la zone industrielle. On a estimé qu'il y a une corrélation profonde entre la situation de santé de la population et le voisinage de grandes industries de pétrochimie, de produits chimiques et toxiques, la grande industrie d'ammoniaque et les installations de l'usine sidérurgique. La situation fait que des centaines de jeunes enfants jouent chaque jour à côté des installations pétrolières ; ils sont exposés à des risques divers sans aucune protection de la part de l'Etat.

2225 % des habitants du quartier souffrent de maladies chroniques. Les cardiopathies constituent le problème principal. Entre 0 et 4 ans, 5,3 % des enfants souffrent d'asthme, tandis qu'à l'âge de 60 ans et plus, le pourcentage est de 10,03 % de la population. Un pourcentage de 2,24 % des habitants souffrent du cancer et de maladies des reins, et on doit signaler que le nombre des personnes droguées atteint 2,6 % de la population. Dans les municipalités en question, le système de santé est imparfait et la sécurité sociale est tout à fait insuffisante, souvent inexistante, pour des raisons liées au manque d'information et à l'inertie sociale due au niveau bas de la culture et de l'éducation.

e. En ce qui concerne la qualité de l'habitat

23On doit signaler que 39,5 % de la population n'a pas de maison assez vaste et suffisante pour des familles souvent nombreuses ; 4,1 % des maisons n'ont pas d'eau et d'électricité tandis qu'un grand nombre de maisons n'ont pas de toilettes particulières.

f. En ce qui concerne la pollution de l'environnement

24"Nous devons terminer maintenant avec ce cauchemar." C'est avec ce slogan qu'en 1986 a commencé une campagne qui avait comme objectif le déplacement de grandes industries voisines des municipalités dont nous parlons. Le point de départ en était l'incendie des installations de Jet-oil en 1986. Cet accident a menacé la ville de Thessaloniki plus de dix jours : on a pu observer à cette occasion comment un risque pouvait dégénérer en véritable crise. Même si la situation fut finalement contrôlée, le même risque subsiste aujourd'hui. Incontestablement, la ville de Thessalonique est en permanence menacée par l'existence de risques technologiques et naturels dont la combinaison aggrave le danger. Elle fut dans le passé victime de forts séismes (7 degrés de l'échelle de Richter) dont l'épicentre a toujours été situé entre 12 et 30 kilomètres de l'agglomération. Les lacs voisins de Volvi et de Lagada sont périodiquement les lieux de tremblement de terre responsables de dégâts souvent considérables (50 morts en 1978). La région ouest de Thessaloniki est marquée par les conséquences d'une planification mal étudiée, sans aucune prévision pour l'avenir. La logique à court-terme a toujours influencé les décisions économiques. Malgré les inquiétudes et les mobilisations sporadiques, les habitants ont un comportement passif et supportent la pollution de l'environnement sans faire aucune confiance aux promesses officielles.

25D'une manière générale, on pourrait dire que les résultats des recherches du programme "Pauvreté III" des municipalités ouest de la ville sont très explicites. Les problèmes se sont accumulés et les solutions nécessitent désormais un financement énorme et régulier. La pauvreté constitue un risque déclaré et la recherche nécessite une étude interdisciplinaire méthodique. Des études comparatives sont nécessaires et l'exemple d'autres villes européennes, avec des problèmes analogues, pourrait aider à la prise de décisions plus efficaces.

Notes

1 J. Theys et autres. La société vulnérable. P.E.N.S., Paris, 1989, p. 21.

2 L. Faugères. "Les risques naturels et technologiques, nouveau domaine de recherche, nouveau domaine d'action", Paderborn Universitätreden, no 18, 1990.

3 J. Theys. La société vulnérable. Op. cit., p. 9-13.

4 Bulletin d’Etudes Economiques (SIGMA). Compagnie Suisse de réassurance, nov. 1986.

5 L. Stoléru. Vaincre la pauvreté dans les pays riches. Ed. Flammarion, 1974, p. 2.

Auteurs

Université Aristote, Département d'Economie, Thessalonique.

Economiste, responsable de programme « Pauvreté III », Municipalité de Thessalonique, Grèce.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search