Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

I. Positions de recherche, méthodologie

À la recherche d’une approche interdisciplinaire en économie

L'ouverture à la complexité

George Hadjiconstantinou

Texte intégral

1La notion de complexité contient celle d'évolution. L'évolution est produit de la complexité. Si les deux termes ne sont pas synonymes, au moins sont-ils inséparables.

2La compréhension des tendances modernes de la connaissance présuppose la compréhension de la complexité. Le monde semble plus complexe qu'auparavant parce que les connaissances scientifiques et les interdépendances observées, tant au niveau théorique qu'au niveau pratique, se dévoilent devant nous plus nombreuses, plus compliquées, souvent sophistiquées et épistémologiquement plus exigeantes.

3Dans la science classique, la complexité n'est pas considérée en tant que telle. Elle constitue une méta-notion, un terme plutôt "littéraire" qui n'a pas beaucoup à faire avec la méthode. La science classique envisage toujours ses modèles par rapport au nombre de leurs variables, de leurs constantes et de leurs paramètres. La complexité s'accroît ou diminue dans la mesure où les facteurs qui entrent en jeu se multiplient ou diminuent.

LA COMPLEXITE DANS LA SCIENCE MODERNE

  • 1 Pour le contenu des termes "science classique" et "science moderne" voir : I. Prigogine, I. Stenge (...)

4Dans la science moderne la complexité devient elle-même un paramètre fondamental de la réalité.1 Elle n'est plus un simple facteur de représentation descriptive de la réalité. Elle joue un rôle primordial dans la recherche de la vérité scientifique qui s'ouvre à la mutation, au changement perpétuel, à l'aléatoire, à l'adoption des faits et des phénomènes indéterminés, bref à l'évolution. Dans la science moderne, la complexité devient une vraie notion, un instrument, un facteur endogène à la théorie qui l'intègre et qui se développe actuellement sous le nom de la "Théorie des systèmes complexes".

  • 2 R. Passet. "Réductionnismes et complexité. De l'ordre des choses à l’ordre des hommes" - Reflets e (...)

5La réalité se révèle plus révolutionnaire que les théories qui veulent l'interpréter, et le changement continu du monde, la réforme de la matière de la société et de l'esprit, compliquent les procédures de la compréhension. La complexité ne constitue pourtant pas le vrai problème. Le but de la recherche scientifique ne doit pas être nécessairement la simplification par la voie d'un réductionnisme souvent excessif.2 Le but des scientifiques doit être l'interprétation et la gestion efficace de la complexité apparente. La notion de complexité et l'adoption de la notion de "système" évolutif en tant que fondement épistémologique ou instrument opérationnel, nous semblent aptes à offrir une médiation efficace entre la science et la pratique.

  • 3 G. Gallopin, P. Gutman, H. Maletta.

6Etant donné les caractéristiques principales des processus d’évolution sociale, économique, politique et écologique à l'échelle du globe, il est évident qu'une approche analytique, sectorielle, essentiellement linéaire et déterministe serait aussi insuffisante tant pour les comprendre que pour prendre les mesures nécessaires. Pour des spécialistes comme G. Gallopin, P. Gutman et H. Maletta, parmi ces caractéristiques, les plus frappantes sont l'accélération des processus de changement et de réaménagement au niveau social, économique et écologique, les rapports toujours plus étroits qui existent entre les systèmes socio-économiques et naturels, l'amplification et l'invasion des effets de l'activité humaine, l'interdépendance des processus locaux et planétaires et enfin la complexité croissante des systèmes sociaux, économiques, politiques et naturels au niveau mondial.3

7Seule une vision systémique de la complexité nous paraît susceptible de reconnaître à des disciplines telles que l'économie, la sociologie, l'écologie ou la politique leur véritable nature et de les situer à leur juste place dans la richesse de leurs relations réciproques avec le vivant et l'importance que celui-ci conserve sur le globe terrestre.

  • 4 R. Passet. "Réductionnismes et complexité", op.cit. p. 188.

8D'après René Passet "la relation d'inclusion unissant les trois sphères - économique, humaine ou socio-culturelle, et naturelle - comporte un sens précis : par définition, un ensemble est inclus dans un autre lorsque tous les éléments qui le constituent appartiennent aussi à cet autre. Tout élément de la sphère économique appartient donc également à la sphère socio-culturelle et à la biosphère, aux mécanismes, lois et régulations auxquelles il est soumis : l'homme de l'économique est aussi l'homme de la vie sociale et familiale en même temps qu'un être vivant obéissant aux lois du vivant. Appliquer à l'étude des systèmes économiques les enseignements des sciences de la nature, de la physique ou de la biologie comportementale, examiner le déroulement dans le temps des phénomènes économiques sous l'angle des processus thermodynamiques ou informationnels qui gouvernent la biosphère, cela n'est donc pas raisonner par analogie. C'est beaucoup plus simplement s'attacher à mettre en évidence certains aspects, généralement négligés, de l'économie afin de se rapprocher du réel".4

  • 5 G. Hadjiconstantinou. "L'incertain et la thermodynamique du déséquilibre en économie", Revue Vie e (...)
  • 6 Le lecteur intéressé par les notions d'équilibre thermodynamique, d'état stable ou stationnaire, d (...)

9Dans cette logique, la science moderne est d'habitude préoccupée par l'examen des systèmes complexes toujours changeants, tant à l'échelle locale ainsi qu'à l'échelle mondiale, en cherchant une forme nouvelle d'efficacité. Deux remarques peuvent être faites à propos. La première concerne le contenu du terme "systèmes complexes" surtout dans le domaine des sciences humaines. Ce sont des systèmes ouverts qui ont avec les systèmes qui les entourent un échange constant de matière, d'énergie et d'information. Aucun de ces systèmes n'est jamais en équilibre thermodynamique.5 Si on parle d'équilibre en s'adressant à des systèmes semblables, cela est fait pour désigner un état dynamique stable, ou encore, quasi-stable. Les systèmes complexes se caractérisent par des mécanismes homéostatiques. Ces mécanismes règlent leur fonctionnement en étant indispensables à leur évolution en dépit des innombrables mutations mineures ou majeures qu'eux-mêmes et leurs éléments subissent d'une façon continue. Il est certain que les systèmes complexes peuvent manifester de brusques mutations qualitatives de comportement. Ils peuvent passer d'un haut à un bas niveau d’équilibre, ou à un comportement "chaotique". Les mutations comportementales peuvent encore être produites même si la structure systémique reste inchangée. Cela voudrait dire que les niveaux différents de stabilité se traduisent par des comportements, qualitativement différents, bien que les variables structurelles critiques puissent rester les mêmes. Nous devons aussi souligner que la mutation structurelle implique toujours la possibilité d'une nouveauté et d'une évolution véritables, parce qu'il est impossible de prévoir quel nouveau système d'organisation apparaîtra au moment où l'ancien système aura dépassé les seuils de la stabilité structurelle existante.6

  • 7 R. Passet. L'économique et le vivant - Ed. Payot - Paris - 1971 - p. 15.
  • 8 U. Simonis. "La modernisation écologique de la société industrielle : trois éléments stratégiques" (...)

10La deuxième remarque concerne l'efficacité. Cette dernière prend, en tant que telle, une dimension nouvelle et une qualité notionnelle différente orientée vers l'"être" plutôt que vers l'"inanimé". Elle ne peut plus être considérée d'une façon traditionnelle, au moins dans le cadre des sciences humaines. Le développement économique, social, politique ou culturel doit définir de nouvelles conditions qui doivent respecter et ne pas compromettre les grands ajustements du milieu naturel dont la reproduction commande toutes les autres. Le problème ne porte pas sur le bien-être lui même, mais sur les conditions minimales d'une reproduction sans laquelle la question du bien-être cesserait bientôt de se poser.7 C'est dans le cadre d'une telle logique qu'à notre avis le contenu de l'efficacité doit être posé en vue d'une civilisation qui émerge d'une ère industrielle en pleine mutation. La restructuration industrielle en vue d'une modernisation respectant l'harmonie du globe, constitue un concept exigeant, aussi bien sur le plan méthodologique que sur le plan pratique. Sa mise en oeuvre exige une réforme profonde de l'économie, de la politique économique, de la politique d'environnement et des systèmes de valeurs des sociétés humaines. D'après le professeur allemand Udo Simonis8 "l'aménagement écologique des structures économiques, une politique d'environnement préventive et une orientation écologique de la politique économique sont les trois grands axes stratégiques de toute action visant à concilier les intérêts de l'homme et de la nature, de la société et de l'environnement. Les sciences sociales - économie, sociologie, droit, science politique, psychologie - doivent perfectionner les fondements méthodologiques et améliorer les dispositifs institutionnels qui permettront de faire passer ces idées dans les faits".

  • 9 R. Passet. L'économique et... op. cit. p. 16.

11En fin de compte nous devons accepter une vision macroscopique des faits. En prenant conscience que les hommes ont adopté jusqu'à nos jours un certain contenu microscopique de la notion d'efficacité, en tirant le maximum d'une nature dont ils ne menaçaient pas directement l'existence, nous devons reconnaître qu'ils sont conduits maintenant, en vue du développement d'une efficacité macroscopique, à repenser leurs comportements dans le respect des lois qui gouvernent le monde9. L'efficacité nouvelle est donc une efficacité macroscopique et multidimensionnelle. Elle possède un contenu diversifié qui, pour qu'il puisse être défini, a besoin d'une synergie entre les disciplines diverses, en d'autres termes, elle nécessite l'adoption d'un esprit interdisciplinaire. L'interdisciplinarité devient alors une optique scientifique indissociable de l'approche par la complexité.

LES DISCIPLINES ET LA COMPLEXITE

  • 10 E. Ploman. "The science and praxis of complexity".

12Il est certain que l'élaboration de la pensée scientifique contribue à l'apparition de la théorie de la complexité. On sait que l'idée des systèmes complexes, telle qu'elle a été définie plus haut, peut être rencontrée dans les disciplines traditionnelles de la physique, de la chimie, de la biologie ou des mathématiques, tandis qu'on l'a vu se développer plus récemment dans le cadre de disciplines modernes telles que la théorie des systèmes, la science de l'information, la théorie des télécommunications, les sciences de l'environnement et de l'écologie, ou encore dans les approches nouvelles de la géographie (mental maps, espace informationnel, géographie temporelle etc.), de l'économie, de la bioéconomie, de la science politique, de la cyndinique, etc.10

  • 11 G. Hadjiconstantinou. Systèmes économiques et pensée systémique - Ed. Sakoula - Thessaloniki - 198 (...)

13L'ouverture à la complexité et au "vivant" conduit à une approche originale des relations établies entre l'homme et la nature, en même temps qu'elle crée les conditions d'une meilleure interprétation de la nature et de la société. Sous cet angle, Prigogine parle d'un "rationalisme scientifique nouveau" et d'une "ouverture au champ théorique nouveau", et révèle une multitude de notions, de processus et de termes qui s'opposent au contenu épistémologique des notions traditionnelles telles que le mécanicisme, la linéarité, le réductionnisme simplificateur ou le déterminisme classique et statistique.11 Les modèles et les théories modernes s'orientent vers l'étude de l'incertain, la thermodynamique du déséquilibre, même en économie, vers les systèmes ouverts et dynamiques, les structures dissipatives ou encore la mesure du métabolisme systémique. On adopte le cadre d'un processus évolutif où les facteurs stochastiques jouent un rôle principal et où l'indéterminisme vient se placer aux côtés du déterminisme classique d'une thermodynamique de Carnot et de Clausius.

  • 12 R. Boyer : "Economie et Histoire : vers de nouvelles alliances ?” AnnalesEconomies, Sociétés, Civi (...)
  • 13 G. Hadjiconstantinou - V. Drymbetas : "Complexification des Systèmes et autoasphyxie d'un mode de (...)

14Si on accepte le fait que la majorité des approches par la complexité se présentent dans les domaines de la recherche moderne, on est alors obligé d'examiner les idées nouvelles dans une perspective historique qui pourrait découvrir et dévoiler les points communs réunissant des disciplines différentes, en prenant en considération notamment les succès observés dans les sciences humaines et sociales.12 Dans celles-ci l'économie donne un exemple encourageant. Le renouvellement des idées se fait en particulier dans la recherche bioéconomique, la thermodynamique économique, et dans l'étude de l'évolution du système économique selon une optique non-linéaire, s'appuyant sur la conception de la mutation continue et la mesure du coût de son métabolisme.13

15Sans aucun doute l'évolution des systèmes organisés se caractérise par un processus qui englobe un accroissement de la complexité structurelle, organisationnelle et fonctionnelle. Elle concerne de cette manière non seulement la situation actuelle et l'avenir des systèmes biologiques et naturels (Henri Atlan) mais aussi l'avenir des êtres humains considérés comme systèmes non uniquement biologiques (J. Piaget), ainsi que celui des sociétés (E. Morin).

16Nous devons signaler qu'au niveau économique traditionnel, niveau qui envisage, pourrait-on dire, une modernisation dans la continuité, les théoriciens ont souvent inconsciemment, du point de vue méthodologique, accepté un esprit systémique et complexifiant en utilisant non seulement des notions et des concepts, mais aussi des instruments méthodologiques qui échappent à la méthode analytique et cartésienne. L'introduction des mathématiques stochastiques, de l'aléatoire, des procédures rétroactives, des dynamiques des systèmes qui concernent un grand nombre des secteurs productifs etc. constitue la preuve d'une rénovation méthodologique qui nécessite un fondement épistémologique autre que purement analytique.

L'ENSEIGNEMENT DE LA COMPLEXITE

17L'application de la connaissance qui provient de l'étude de la complexité et qui nécessite une approche interdisciplinaire, exige la diffusion de cette connaissance d'une manière compréhensible et efficace. Cela exige que ceux qui prennent les décisions pour le peuple doivent prendre en considération les niveaux différents de l'expérience, de la complexité et de sa gestion.

18Un tel objectif requiert un enseignement qui ne sera plus limité au seul transfert des connaissances et des informations qui graduellement se multiplient et se systématisent dans un cadre éducatif de disciplines "baroques". Un tel objectif requiert un enseignement créatif adopté au niveau mondial et intégré dans ce que A. Danzin et M. Godet appellent "apprentissage de l'apprentissage". Nous devons finalement comprendre que l'univers de la réalité et de la connaissance que nous décrivons est sans cesse agité de mouvements comme les particules gravitant autour d'un atome. C'est dans la reconnaissance d'une approche interdisciplinaire et d'une ouverture à la complexité que peut être bâtie la nouvelle harmonie sociale et économique capable de répondre au transformisme scientifique qui caractérise notre époque.

Notes

1 Pour le contenu des termes "science classique" et "science moderne" voir : I. Prigogine, I. Stengers : La nouvelle alliance - Edit. Gallimard - Coll. Folio - Paris - 1979.

2 R. Passet. "Réductionnismes et complexité. De l'ordre des choses à l’ordre des hommes" - Reflets et perspectives de la vie économique – No 2/3 - Mars - 1985 - pp. 187-200.

3 G. Gallopin, P. Gutman, H. Maletta.

4 R. Passet. "Réductionnismes et complexité", op.cit. p. 188.

5 G. Hadjiconstantinou. "L'incertain et la thermodynamique du déséquilibre en économie", Revue Vie et Science Economique, A.N.D.E.SE – No 118 - 1988 - pp. 19-31.

6 Le lecteur intéressé par les notions d'équilibre thermodynamique, d'état stable ou stationnaire, de mutation structurelle etc. peut s'adresser à : a. P. Glansdorff, I. Prigogine : Strcture, Stabilité, et fluctuations - Ed. Maksson et cie - Paris - 1971. b) I. Prigogine : Introduction à la Thermodynamique des phénomènes irréversibles - Ed. Dunod - Paris - 1967. c) M. Lavoie : "Loi de Minsky et loi d'entropie" Economie Appliquée – No 2-3 - 1983.

7 R. Passet. L'économique et le vivant - Ed. Payot - Paris - 1971 - p. 15.

8 U. Simonis. "La modernisation écologique de la société industrielle : trois éléments stratégiques" - Revue Internationale des sciences sociales - UNESCO - Août 1989 - p. 398.

9 R. Passet. L'économique et... op. cit. p. 16.

10 E. Ploman. "The science and praxis of complexity".

11 G. Hadjiconstantinou. Systèmes économiques et pensée systémique - Ed. Sakoula - Thessaloniki - 1985 (en grec). G. Hadjiconstantinou : "Au delà du mécanicisme dans la théorie économique" E.I. Paratiritis - Thessaloniki - 1989 - (Readings en grec).

12 R. Boyer : "Economie et Histoire : vers de nouvelles alliances ?” AnnalesEconomies, Sociétés, Civilisations – No 6 - 1989 - pp. 1397-1426.

13 G. Hadjiconstantinou - V. Drymbetas : "Complexification des Systèmes et autoasphyxie d'un mode de croissance économique" - Cahiers du C3E - Paris I – No 76 - 1988.

Auteur

Université Aristote, Département d'Economie, Thessalonique.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search