Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

I. Positions de recherche, méthodologie

Méthodologies interdisciplinaires

Christiane Villain-Gandossi

Texte intégral

  • 1 Cité par Edgar Morin, "De l'interdisciplinarité", in Actes du Colloque Carrefour des sciences, Sess (...)

1Jacques Labeyrie, l'un des auteurs de cet ouvrage a dit : "Quand on ne trouve pas de solution dans une discipline, la solution vient d'en dehors de la discipline"1. Ce théorème, tous les participants de cette recherche interdisciplinaire sur la prévision des séismes l'ont appliqué avec le plus grand bonheur. Les contributions de cet ouvrage en témoignent : on ne peut rêver, pour Implication d'une telle démarche scientifique de la coopération entre des spécialistes de disciplines si diverses (histoire, sociologie, économie, droit, sciences de la communication et de l'environnement, géographie, physique, géologie, climatologie, hydrologie, paléontologie, vulcanologie...), venant d'horizons si différents de l'Europe (les pays représentés à la réunion de Delphes, en mars 1990, étaient au nombre de dix : l'Albanie, l'Algérie, la Bulgarie, la France, la Grèce, les Pays-Bas, le Portugal, la Roumanie, la Tchécoslovaquie, l'URSS).

2Les responsables au Centre de Vienne de la Conférence de Syra (Hermoupolis), en juillet 1987, avaient compris l'intérêt de l'application de méthodologies interdisciplinaires sur cette question d'importance majeure à l'échelle européenne, la question des risques, en mettant l'accent sur les interactions étroites entre risques naturels et risques technologiques et sur la nécessité d'une approche globale des risques.

  • 2 François Durand-Dastès, "La géographie, science carrefour, science sociale", in Marc Guillaume, L'E (...)

3Ontologiquement, ce projet de recherche a été défini par son maître d'oeuvre, Lucien Faugères, qui doit, entre autres, à sa discipline, une aptitude particulière au discours interdisciplinaire. On a dit avec raison que la géographie était une "discipline carrefour", caractère qu'elle doit à la nature complexe des localisations dont elle s'occupe. Cette complexité des interférences fait que la géographie serait comparable de ce point de vue à des disciplines comme la médecine, l'anthropologie ou la philosophie.2 Les contacts importants entre la géographie et les sciences de la nature et de la vie n'empêchent pas celle-ci d'être nettement située parmi les sciences sociales. Il existe en effet une interaction constante entre les espaces et les sociétés. Ne pourrait-on pas paraphraser Karl Popper : le géographe n'est pas spécialiste de certaines questions, mais plutôt de certains problèmes. Il est en effet plus facile de définir une discipline à partir des problèmes qu'elle pose, de ses interrogations de base, plus que par les domaines qu'elle étudie.

  • 3 Voir ci-dessous "Etude de cas : la prévision des séismes".
  • 4 Voir ci-dessous "Histoire de la méthode VAN...".

4A chacune des étapes, l'état du "chantier" interdisciplinaire - métaphore particulièrement heureuse en l'occurence - a été décrit avec soin au fur et à mesure de la tenue de ces réunions dont Lucien Faugères fait état dans les pages de cet ouvrage : Syra (juillet 1987), Saint-Valéry-sur-Somme (octobre 1988), Athènes-Delphes (mars 1990), Texel (novembre 1990). Nous ne reviendrons pas ici sur les étapes de cette démarche collective. Lucien Faugères a évoqué dans ces pages l'originalité de l'expérience que représente chacune de ces réunions ; il a fait état de la conduite individuelle ou collective au sein de cette démarche ; il a mis en évidence les problèmes inhérents, soulevés par la terminologie et le vocabulaire : "Au total, écrit-il, à partir de la présentation de la méthode VAN, le Séminaire de Delphes répond à une triple demande : d'échanges entre pays européens de niveaux culturels et scientifiques différenciés, de diffusion d'une information de première main concernant un domaine neuf, de formation à des méthodologies de communication entre disciplines scientifiques...".3 Il a raison d'insister sur le caractère d'innovation, "d'une innovation qui transgresse le domaine traditionnel des recherches consacrées aux séismes, celui de la sismologie. VAN aborde le problème de la prévision à partir d'un domaine jusqu'alors non relié à la sismologie, celui de la physique du solide. Mais l'équipe VAN innove plus encore lorsqu'elle adopte très tôt une attitude d'ouverture aux médias, et de communication permanente avec les autorités...".4

  • 5 Le Centre Européen de Coordination, de Recherche et de Documentation en Sciences Sociales (Centre d (...)
  • 6 Les recherches du Centre étaient comparatives, en ce sens que : a) elles concentraient leur attenti (...)

5Par vocation, le Centre de Vienne - plate-forme institutionnelle souple, car il s'agissait d'une petite organisation et non d'un grand appareil international5 - rompu à cette coopération très particulière suscitée par le contexte de la bipolarisation Est/Ouest de l'Europe, s'est révélé particulièrement apte - à la lumière de l'analyse des projets internationaux de recherches comparatives transnationales menées pendant la trentaine d'années de son existence - à différentes approches théoriques : la recherche comparative6, l'interdisciplinarité et la théorie des systèmes complexes.

INTERDISCIPLINARITE : ETAT DES LIEUX

6Les savoirs en mouvements incessants, organisés selon une géographie, ou plutôt une géologie complexe et diversifiée, sont à identifier selon leur objet, leurs méthodes, la structure des communautés scientifiques correspondantes, leurs enjeux sociaux et politiques, leurs niveaux d'analyse, leurs statuts épistémologiques.

  • 7 Rappelons à cet égard les résultats obtenus dans le domaine de cette problématique par une réunion (...)

7C'est un fait établi : l'interdisciplinarité ne doit pas être ressentie comme un objectif abstrait, mais plutôt comme un mouvement sans cesse déclenché par les besoins de la recherche scientifique, un mouvement auquel on donne de temps à autre une forme bien définie dans le cadre de synthèses.7

  • 8 Daniel Lindenberg, "Grandeur et misère des sciences humaines", in Marc Guillaume, op. cit., p. 39.

8Ce n'est plus dans le cadre des anciennes sciences "sociales" et "humaines" qu'il faut chercher la globalisation. Les progrès récents de la biologie, spécialement de la génétique, couplés avec ceux de la théorie de l’information, le développement des techniques de l'intelligence artificielle, certaines théories mathématiques ("catastrophes", "chaos") qui permettent de penser la rationalité du désordre et l'imprévisibilité de l'événement, convergent dans des recherches pluridisciplinaires d'un type tout à fait nouveau, puisque la séparation absolue entre les "sciences dures" et les autres s'y estompe.8

9Quand on évoque l'interdisciplinarité, on songe d'abord aux échanges nécessaires entre les disciplines qui s'allient pour mener à bien l'investigation d'un certain domaine scientifique. On est également tenté de chercher l'identité, incertaine au niveau de l'objet, du côté du champ probablement plus homogène. L'organisation administrative de la recherche scientifique s'est orientée dans ce sens en constituant des "sections transversales", distinctes des disciplines "verticales". Cette situation n'est pas originale. Les sciences politiques, les sciences de la terre, les sciences médicales, tout comme celles au service de l'architecture et de l'urbanisme, comportent tout autant de savoirs hétérogènes sans que leur existence de "discipline" se trouve mise en danger.

10La réunion d'Hermoupolis (Ile de Syra, juillet 1987) avait pour thème : "La recherche interdisciplinaire dans les sciences sociales : ontologie, épistémologie, méthodologies des nouvelles interfaces". L'une des qualités de cette réunion - et c'est la première conclusion qui s'était imposée à l'issue des travaux - c'est que, si les participants ont fait part de leur expérience propre, avec l'exposé de cas précis, la réflexion d'ordre épistémologique n'a pas été pour autant absente des débats. Reportons-nous à cet égard au regroupement thématique des travaux, tel qu'il a pu être établi :

  1. Cadre conceptuel de l'interdisciplinarité. Théorie de la science.

  2. Étude de cas d'interdisciplinarité

    1. entre les sciences sociales elles-mêmes

    2. entre sciences sociales et

      1. modèles donnés par les mathématiques, l'informatique,

      2. et les autres sciences exactes

  3. Organisation et formation de la recherche interdisciplinaire

  4. Politique de la recherche interdisciplinaire

11Concernant la typologie des sciences sociales, ou plutôt celle des sciences de l'homme et de la société, on peut noter que certaines disciplines ont fait l'objet de restructuration ; que certaines, par ailleurs, qui étaient hier encore inscrites à l'intérieur d'un territoire interdisciplinaire, sont devenues des disciplines à part entière (on a pris, à titre d'exemple, ce nouveau champ : l'informatique juridique ; il est constitué par l'ensemble des sciences et techniques qui ont pour objet le traitement de l'information juridique par ordinateur. Nées dans les années soixante des recherches cybernétiques sur le phénomène juridique, les recherches sont essentiellement interdisciplinaires, puisqu'elles intègrent non seulement le droit et l'informatique, mais aussi le traitement des langues naturelles et du discours juridique, les sciences cognitives et l'intelligence artificielle). Par ailleurs, les cas d'interdisciplinarité réunissant les domaines comme la biologie jusqu'aux mathématiques modernes les plus abstraites, montrent bien qu'il y a possibilité de communications entre les sciences exactes et les sciences sociales.

12Concernant le catalogue des nouvelles interfaces : qu'il s'agisse de cas de multi- de pluri-, de trans-, ou d'inter-disciplinarité, il s'est enrichi - il est inutile de le souligner - d'une manière notable. L'importance de certains problèmes et le degré d'urgence qu'il faut apporter à leur solution ne peuvent être traités que par une approche interdisciplinaire (ex : les problèmes liés à la notion de risque). Il ne s'agit plus de simple praxis.

13Concernant la conceptualisation et la formalisation relatives aux nouveaux foyers de recherche, il s'est avéré évident que les cas évoqués ont permis d'affiner les cadres conceptuels dans lesquels peuvent s'inscrire les formes ontologiques et épistémologiques de l'interdisciplinarité. Significatifs également ont été l'évocation des cas où l'interdisciplinarité ne fonctionne pas. Certains ont beaucoup insisté sur ces problèmes d'interdisciplinarité instrumentale, donnant à l'une des disciplines en cause, un rôle de pivot ou de maître d'oeuvre ; pour d'autres, le problème apparaît différemment. Certes, il faut bien, quand un choix est à faire, qu'une décision simple soit prise dans le cadre d'une seule discipline pour s'imposer aux autres disciplines, mais le fonctionnement même de l'interdisciplinarité doit être un continuel feed-back, chaque discipline jouant à son tour le rôle de pivot avec droit de veto. Par ailleurs, et l'on retrouve là une des formes sociales de l'organisation de l'interdisciplinarité, il s'avère que celle-ci n'est pas seulement une nécessité pour les disciplines, mais elle est également une nécessité pour les institutions.

14On a en outre beaucoup évoqué les conditions requises pour le développement d’une interdisciplinarité bien comprise. A cet égard le problème de la formation des chercheurs est apparu comme très important. La formation à l'interdisciplinarité devrait être inscrite dans le curriculum universitaire. Et naturellement, on a beaucoup insisté également sur les problèmes de communication. Certains des blocages évoqués au travers de l'expérience de cas précis étaient du ressort de l'"incommunicabilité".

DISCIPLINE, INTERDISCIPLINARITE, TRANSDISCIPLINARITE

15Tout au long des travaux - en toile de fond - l'opposition entre le concept de discipline et celui d'interdisciplinarité a été précisé. Le concept de discipline présuppose un domaine différencié, avec ses lois spécifiques, différentes de celles qui sont supposées s'appliquer dans d'autres domaines. La démarcation entre les domaines soulève toujours, d'une part, le problème des critères qui pourraient les définir de manière immanente et, d'autre part, celui des cas limites ambigus, qu'on ne peut classer exclusivement ici plutôt que là. Le domaine d'étude interdisciplinaire serait donc, par définition, celui qui non seulement présenterait des caractéristiques rebelles à toute appréhension purement monodisciplinaire, mais qui, par sa nature même, ferait intervenir des catégories qui transcendent les disciplines et qui sont également, par construction, inapplicables à l'un quelconque de ces domaines considérés isolément.

16Aucune discipline ne se maintient perpétuellement sans changement : elle peut non seulement perdre du terrain à l'égard des autres, mais aussi changer radicalement ses concepts, catégories et méthodes d'études, ce qui soulève le point de savoir si cette discipline est restée la même, en dehors de son nom. Ainsi, si les différentes disciplines sont elles-mêmes de caractère instable et changeant, il en est de même de la notion d'interdisciplinarité. Les domaines interdisciplinaires d'aujourd'hui seront les disciplines de demain et celles que l'on considère actuellement comme des disciplines bien définies et bien délimitées peuvent s'assouplir pour devenir à leur tour des domaines d'études interdisciplinaires.

17Ainsi, les deux notions de "discipline" et d'"interdisciplinarité" ne sont-elles pas seulement dépendantes l’une envers l'autre, mais elles sont aussi liées à une époque donnée.

18En matière de réforme universitaire, chacun se plaît à reconnaître la nécessité de souligner le caractère multidisciplinaire ou pluridisciplinaire des institutions d'enseignement. Mais cela signifie souvent le rassemblement dans le même lieu de spécialistes qui n'ont rien à se dire parce qu'ils n'ont pas de langage commun.

  • 9 Georges Gusdorf, "Passé, présence, avenir de la recherche interdisciplinaire", in Interdisciplinari (...)

19"Le thème de l'interdisciplinarité évoque une figure spatiale différente. Il ne s'agit pas seulement de juxtaposition, mais de mise en commun. L’intérêt se porte sur les confins et les recoupements mutuels entre les disciplines ; il s'agit d'une connaissance aux limites, instituant entre les divers occupants de l’espace mental un régime de copropriété, qui fonde la possibilité d'un dialogue entre les intéressés. Cette notion ne fait que reprendre l'idée de l'universitas scientiarum constitutive de l'université traditionnelle".9

  • 10 Ibid., p. 39, sqq.
  • 11 Edgar Morin, "L'unité de l'homme comme fondement et approche interdisciplinaire", in Interdisciplin (...)

20Plus neuve, plus fascinante, au moins dans l'ordre linguistique, est la notion de transdisciplinarité : elle énonce l'idée d'une transcendance, d'une instance scientifique capable d'imposer son autorité aux disciplines particulières ; elle désigne peut-être un foyer de convergence, une perspective de visée qui rassemblerait à l'horizon du savoir, selon une dimension horizontale ou verticale, les intentions et les préoccupations des diverses épistémologies.10 Seule l'interdisciplinarité forme un champ constitué ou aisément constituable, puisqu'elle conduit à des négociations "diplomatiques" avec ce qui coexiste déjà dans un cadre clos. En revanche, la transdisciplinarité ne peut construire son propre champ d'investigation qu'à partir du moment où une problématique et une théorie de l'auto-organisation auront été définies. On ne peut donc prendre la transdisciplinarité pour point de départ.11

INTERDISCIPLINARITES

  • 12 Nous reprenons la typologie rigoureuse donée par Stanislas Nikolaevitch Smirnov, "L'approche interd (...)

21Par ailleurs, à l'issue de la réunion de Delphes, il aurait été souhaitable de pouvoir, par exemple, situer dans le cadre d'une typologie déjà rigoureusement établie, à quelles catégories de formes ontologiques de l'interdisciplinarité, on a eu à faire au cours de ces débats en relation avec les problèmes de risques.12

22S'agissait-il :

  • d'interdisciplinarité scientifique concrète ? Il semble opportun de distinguer et d'étudier tout spécialement les processus interdisciplinaires qui affectent chacune des sciences concrètes dans le domaine qui est le leur. En effet, l'unité de tout ce qui existe prend en quelque sorte la forme de "noeuds" de cohésion plus forte, séparés par des éléments dont la cohésion est plus faible (ce faisant, on, a recours à une approche réductionniste) ;

  • d'interdisciplinarité "limitrophe" ? Le champ d'étude des sciences "limitrophes" se trouve au point de jonction de deux niveaux du mouvement de la matière, l'un supérieur et l'autre inférieur - ainsi examine-t-on le passage du physique au chimique et au biologique, ou encore du biologique au social. Mais leurs champs d'étude peuvent aussi se situer au même niveau du mouvement de la matière, au point où s'effectue le passage d'une organisation inférieure à une organisation supérieure ;

  • d'interdisciplinarité systémique ou de transdisciplinarité ? L'unité ontologique des objets qui constituent le monde apparaît également sous forme de processus et de systèmes qui sont communs soit au domaine tout entier des phénomènes qui entrent dans le champ d'étude d'une zone déterminée, soit à plusieurs de ces domaines, soit encore à tous les domaines. En particulier, s'agissant des sciences humaines, cette unité se manifeste abondamment sous la forme de systèmes et de processus spécifiques de la vie sociale, qui constituent, plus ou moins, d'une manière médiate ou immédiate, le champ d'étude de tout ou partie des sciences humaines.

  • 13 Ibid., p. 61.

23Il est indéniable que ces organisations scientifiques remplissent une fonction interdisciplinaire à la fois très vaste et tout à fait spécifique. La formation de ces sciences en théories, synthétiques et intégrées, a en général pour origine l'interaction des sciences naturelles, techniques et humaines entre elles (transdisciplinarité globale), ou bien celle de l'ensemble des sciences sociales, ou des sciences techniques, ou des sciences biologiques (transdisciplinarité limitée à une zone).13

  • 14 Ibid., p. 62.

24On aurait pu s'interroger aussi sur les formes épistémologiques de l'interdisciplinarité du risque.14 Y a-t-il :

    • prépondérance d'une discipline fondamentale dans une zone,

    • interaction des épistémostructures dans une zone,

    • prépondérance d'une discipline fondamentale dans l'interdisciplinarité "limitrophe",

    • interaction "limitrophe" des épistémostructures,

    • transdisciplinarité épistémologique intégrée,

    • interdisciplinarité épistémologique systémique intégrée,

    • processus transdisciplinaires épistémologiques communs à toutes les sciences ?

25Quant aux formes d'organisation sociale de la planification de la recherche et de sa mise en oeuvre, il aurait été souhaitable de voir comment s'articule la coordination interdisciplinaire des activités de recherche dans ce domaine précis, quelles sont les politiques intégrées, comment définir une politique scientifique internationale concernant ces problèmes.

26En fait, plus modestement à Delphes, nous avons essayé de distinguer cinq niveaux d'analyse :

  1. Le théorique (le niveau de l'explication),

  2. L'analyse comparative des méthodes dans les paradigmes différents selon les disciplines impliquées,

  3. Les modèles conceptuels qui organisent les données empiriques,

  4. Le niveau de la gestion des recherches dans un champ d'action (mono-, pluridisciplinaire, etc...),

  5. L'analyse de la collaboration entre les sciences (analyse des interfaces), à un niveau international, tout en tenant compte des changements intervenus en Europe.

  • 15 Tom Burton Bottomore, in Interdisciplinarité et sciences humaines, op. cit., p. 14.

27On a beaucoup insisté aussi sur le fait que les problèmes sont aggravés quand les scientifiques sont exposés à l'influence des entreprises industrielles ou agences gouvernementales auxquels ils sont liés. Nécessité est de faire une place dans ce genre de recherches aux "victimes" ; c'est-à-dire de tenir compte, lors de la définition des problèmes et de la planification de la recherche, et ce dès le début des travaux, du point de vue et du bon sens du non-spécialiste, ce qui permet de placer le problème dans une perspective plus large, non-spécialisée.15

  • 16 Pierre Delattre, "Recherches interdisciplinaires", in Encyclopedia universalis, t. II, Paris, 1990, (...)
  • 17 Ibid., p. 435.

28Par ailleurs, et cela est évident à la lecture des différentes contributions, on pourrait procéder à une comparaison des différents systèmes d'information, presqu'en terme de métalangage commun. Chaque discipline, nous le savons, selon ses propres concepts fondamentaux, et selon les opérations auxquelles ceux-ci se prêtent, est conduite à utiliser une logique plus ou moins élaborée : "toutes les nuances sont possibles entre la rigueur extrême du langage mathématique le plus raffiné et les approximations du langage courant".16 Le problème essentiel du langage interdisciplinaire se situe au niveau fondamental où doit être assurée la compatibilité entre le contenu des concepts utilisés et le traitement logique auquel on les soumet, qu'il s'agisse d'une logique "faible" comme dans le langage courant, ou d'une logique "forte", comme dans la mathématisation plus ou moins complète du discours scientifique.17

29En tout cas, malgré les tentatives séduisantes surtout dans les travaux des économistes inclus dans cet ouvrage, plutôt que d'une véritable approche systémique de ces problèmes, on se trouve plutôt en présence d'un certain nombre de formalismes divers qui recherchent tous les caractères d'universalité propres à l'objectif poursuivi, mais qui diffèrent entre eux par les concepts fondamentaux utilisés et par les types de représentation phénoménologique adoptés.

30Si l'on entend par étude interdisciplinaire, non seulement une étude menée conjointement par des experts de diverses disciplines - ayant des capacités d'ouverture à des disciplines autres - mais aussi une coopération organique entre les membres d'une équipe, les travaux de Delphes ont été de "nature interdisciplinaire". Mais est-ce suffisant ?

  • 18 Actes du Colloque du Carrefour des Sciences, op. cit., p. 83.

31Le dépassement de la démarcation entre sciences exactes et sciences sociales a été effectué à plusieurs niveaux : au niveau des circulations conceptuelles opératoires et intrumentales entre les savoirs, au niveau de l'imagination scientifique créatrice, au niveau d'une approche critique des outils, tels que modèle, structure, système, etc... Ce travail, en outre, soulignons-le à nouveau, s'est effectué sous formes d'ateliers transnationaux qui ont élu et poursuivi leur travail en étroite liaison. Comme cela a déjà été bien noté, par ailleurs,18 il est évident que la diversité des formes d'interdisciplinarité et des types d'évaluations ne permet pas des généralisations simples et l'établissement de recettes pour la réussite de l'évaluation interdisciplinaire : il faut admettre la grande complexité du sujet et souligner encore les exigences de travail, de temps, et d'expérimentation, qu'il requiert.

  • 19 Georges-Yves Kervern, "Latest advances in cindynics", Comité Directeur du G.E.E.R.C., Paris, Panthé (...)
  • 20 Pierre Delattre, op. cit., p. 434.
  • 21 Ibid., p.436. "Une théorie n'est véritablement intelligible que dans la mesure où les concepts et l (...)

32Une récente conférence de G.-Y. Kervern19 a mis en évidence les cinq axes qui délimitent 1'"hyperespace cindynique", celui dans lequel s'inscrivent les divers aspects du risque : il s'agit des axes "statistique", "épistémologique", téléologique", "déontologique", "axiologique", ce qui ajoute à la complexification croissante de cette étude - comme à toutes celles d'ailleurs ayant trait à l'environnement. Il s'en suit, étant donné la complexité des langages mise en oeuvre, qu'il ne peut s'agir d'une discipline cindynique, mais de cindyniques. Si les énoncés sont précis, dénués d'ambiguïtés, reliés entre eux dans un cadre descriptif ou explicatif cohérent et "susceptibles ainsi de recueillir un large assentiment"20 ; si ces objectifs ont requis l'observation convenable des faits, la définition de concepts bien adaptés au domaine d'étude choisi, manque la véritable élaboration théorique qui, à partir de ces concepts, fournit le langage de la science considérée.21

Notes

1 Cité par Edgar Morin, "De l'interdisciplinarité", in Actes du Colloque Carrefour des sciences, Session plénière du Comité National de la Recherche Scientifique, 1990, pp. 21-29, p. 22.

2 François Durand-Dastès, "La géographie, science carrefour, science sociale", in Marc Guillaume, L'Etat des sciences sociales en France, Paris, 1986, pp. 85-87.

3 Voir ci-dessous "Etude de cas : la prévision des séismes".

4 Voir ci-dessous "Histoire de la méthode VAN...".

5 Le Centre Européen de Coordination, de Recherche et de Documentation en Sciences Sociales (Centre de Vienne) a été créé en 1963, à la suite de la résolution de la XIIe Conférence Générale de l'UNESCO et installé à Vienne, conformément à un accord passé entre l'UNESCO et le gouvernement autrichien. Il avait pour mission d’encourager et de promouvoir la coopération scientifique internationale. A la suite des bouleversements que l'Europe a connu récemment, la finalité première du Centre de Vienne : le rapprochement Est/Ouest, n’ayant plus de raison d’être, le Centre de Vienne a fermé ses portes le 31 mars 1993.

6 Les recherches du Centre étaient comparatives, en ce sens que : a) elles concentraient leur attention sur les aspects macro-dimensionnels, interdimensionnels et institutionnels des sociétés de plusieurs Etats-nations ; b) elles utilisaient la méthode comparative, terme défini dans son acception la plus large, en tant que méthode scientifique possible pour construire des propositions empiriques de validité plus générale, par l'élargissement du nombre des variables prises en considération (grâce à un plus grand nombre de sociétés étudiées), et par leur réduction à un certain nombre de relations considérées comme significatives.

7 Rappelons à cet égard les résultats obtenus dans le domaine de cette problématique par une réunion de consultants organisée conjointement par le Conseil International de la Philosophie et des Sciences Humaines et le Conseil International des Sciences Sociales et tenue sous les auspices de l'UNESCO (Interdisciplinarité et sciences humaines, Paris, UNESCO, 1983).

8 Daniel Lindenberg, "Grandeur et misère des sciences humaines", in Marc Guillaume, op. cit., p. 39.

9 Georges Gusdorf, "Passé, présence, avenir de la recherche interdisciplinaire", in Interdisciplinarité et sciences humaines, op. cit., p. 39.

10 Ibid., p. 39, sqq.

11 Edgar Morin, "L'unité de l'homme comme fondement et approche interdisciplinaire", in Interdisciplinarité et sciences humaines, op. cit., pp. 211-212.

12 Nous reprenons la typologie rigoureuse donée par Stanislas Nikolaevitch Smirnov, "L'approche interdisciplinaire dans la science d'aujourd'hui : fondements ontologiques et épistémologiques, formes et fonctions", in Interdisciplinarité dans les sciences humaines, op. cit., p 54, sqq.

13 Ibid., p. 61.

14 Ibid., p. 62.

15 Tom Burton Bottomore, in Interdisciplinarité et sciences humaines, op. cit., p. 14.

16 Pierre Delattre, "Recherches interdisciplinaires", in Encyclopedia universalis, t. II, Paris, 1990, p. 434.

17 Ibid., p. 435.

18 Actes du Colloque du Carrefour des Sciences, op. cit., p. 83.

19 Georges-Yves Kervern, "Latest advances in cindynics", Comité Directeur du G.E.E.R.C., Paris, Panthéon-Sorbonne, 17 septembre 1993. Cindynique (ou cindyniques) est le terme retenu depuis 1990 pour désigner la naissante science du(des) risque(s) ou du(des) danger(s). Cindynique vient du grec "kindynos" qui désigne le danger.

20 Pierre Delattre, op. cit., p. 434.

21 Ibid., p.436. "Une théorie n'est véritablement intelligible que dans la mesure où les concepts et la logique qu'elle utilise sont cohérents, ce qui revient à dire que les relations que l'on est conduit à établir entre les concepts ne doivent introduire aucun résultat incompatible avec le contenu propre de ceux-ci".

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search