Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

I. Positions de recherche, méthodologie

Expériences sur la voie de conduites interdisciplinaires et transdisciplinaires concrètes

Lucien Faugères

Texte intégral

1La réunion organisée à Delphes par le Centre de Vienne, venant après celles de Syra et de Saint-Valery-sur-Somme, constitue une nouvelle étape dans une démarche orientée vers la mise en pratique concrète de l'interdisciplinarité et de la transdisciplinarité. Cette démarche s'appuie sur des méthodes de travail visant à ce que se développent de manière effective les échanges entre disciplines. Quatre mot-clés, qui se retrouvent dans le titre de ce texte, résument les principales orientations suivies par le groupe de chercheurs réunis à Delphes, à l'invitation du GEERC.

UNE EXPERIENCE COLLECTIVE

2En premier lieu, il s'agit bien d'une démarche de recherche, et chaque réunion représente bien une expérience. Les résultats en sont évalués et ils fournissent une base à partir de laquelle est décidée l'exploration ultérieure d'un thème, d'un champ, dont l'intérêt a été révélé. En tant qu'expérience, chaque réunion vise des objectifs modestes, délimités avec le plus de précision possible. Elle comporte inévitablement, dans sa réalisation, un certain degré d'incertitude. Cette incertitude peut être utilisée en fait comme un élément favorable pour optimiser la conduite de la réunion, celle-ci devant être gérée avec le maximum de flexibilité.

3Le terme de conduite insiste sur un second point, qui paraît aussi important. Les comportements, individuels ou de groupe, face à l'expérience ou au sein de l'expérience, sont naturellement déterminants pour le succès de celle-ci. Parvenir à une bonne qualité de la communication, suppose de faire prévaloir tout un ensemble d'attitudes, de comportements, de recourir à des aménagements, à des techniques... Les efforts accomplis dans cette direction, dans le cadre d'une brève réunion de réflexion méthodologique comme celle de Delphes, peuvent être transposés sur le plan de l'action, lorsqu'il s'agit pour des chercheurs de formations très différentes de s'engager effectivement dans des recherches communes, sur le terrain. L'aptitude à de telles recherches ne se décrète pas. De la part de chaque intervenant, elle exige une motivation réelle, peut-être une disposition naturelle, mais tout autant un apprentissage, voire une véritable formation préparant à l'adoption de conduites appropriées, qui rompent avec les habitudes de travail contractées par chacun dans le cadre de sa propre discipline.

4L'utilisation des deux termes interdisciplinarité / transdisciplinarité, associés, accolés, souligne pour sa part la place considérable que doivent encore occuper dans nos discussions les problèmes de terminologie et de vocabulaire. Il serait naturellement très souhaitable que chacun puisse identifier les mêmes concepts par des termes semblables, ou désigner sans ambiguïté les divers schémas de relations qui peuvent s'établir entre chercheurs opérant dans un domaine ou sur un sujet commun. Mais le vocabulaire n'est, malheureusement, toujours pas codifié et on le voit aujourd'hui encore utilisé avec une imprécision qui est un véritable obstacle à la communication. L'adoption d'une langue commune, élaborée collectivement et assimilable par les chercheurs de diverses disciplines, est le préalable incontournable du développement des conduites évoquées ci-dessus. Chaque réunion représente un effort pour aller dans cette direction.

5Un dernier aspect de la démarche adoptée ici concerne notre souci de ne pas rester confinés aux débats sémantiques et théoriques, mais de trouver des applications concrètes à nos réflexions. C'est à ce souci qu'a répondu, à l'issue de la réunion de Syra, la décision d'explorer le domaine des risques et des crises, s'agissant d'un problème dont l'intérêt est manifeste pour tous les Européens. Dès la réunion de Saint-Valery-sur-Somme, les réflexions des divers spécialistes réunis ont été confrontées à des situations réelles de risque et de crise grâce à des études de cas, pratiquées en direct sur le terrain, qui ont permis une prise de contact avec des interlocuteurs non scientifiques, gestionnaires impliqués du fait de leurs compétences et de leurs responsabilités dans des manifestations bien réelles de risque.

6Le séminaire de Delphes va plus loin dans cette voie : il place l'étude de cas au coeur des discussions. Rien n'est plus concret, plus traumatique, en effet que le risque sismique pour la Grèce et la plupart des pays méditerranéens ou balkaniques. Ses implications pour les populations et les responsables administratifs, politiques, sont considérables. La méthode VAN bouleverse les idées établies concernant la prévision des tremblements de terre. Elle le fait en transgressant les frontières traditionnelles d'une discipline spécialisée, la sismologie, et a soulevé en premier des interrogations et des oppositions parmi les spécialistes de celle-ci. Mais en raison des possibilités nouvelles qu'elle ouvre dans le domaine de la prévention, et par son impact médiatique, la méthode débouche sur des domaines fort éloignés de celui des sciences de la terre, au sens strict. Elle soulève des problèmes échappant au contrôle des scientifiques qui en sont les inventeurs, mais qui peuvent peser de manière très contraignante sur leur travail. Les composantes sociologiques, économiques, juridiques, administratives, techniques et politiques, du risque sismologique et de sa prévision, prennent des dimensions si importantes qu'une analyse globale devient indispensable.

7On se trouve de fait pleinement engagé sur un terrain qui peut être identifié comme celui de l'interdisciplinarité., et/ou de la transdisciplinarité. L'incertitude est ici exprimée de manière intentionnelle. Nous avons dès le départ, en réalité, à nous interroger sur le sens que nous attribuons aux deux préfixes inter- et trans-, ainsi qu'à quelques autres, ceci afin de mieux préciser le cadre dans lequel nous situons nos discussions.

UNE QUESTION DE PREFIXES

8Contrairement à ce qu'on pourrait croire, étant donné tous les efforts qui ont été consacrés depuis une vingtaine d'années à la réflexion sur l'interdisciplinarité, et à sa promotion au sein des activités de recherche, une telle interrogation n'est pas inutile. Dans une récente réunion organisée à l'UNESCO et qui regroupait plusieurs centaines de chercheurs, essentiellement du CNRS (Paris, 12-13 février 1990), on a pu souligner à quel point aujourd'hui encore l'interdisciplinarité restait mal définie, et sa mise en oeuvre incertaine, face à des obstacles très difficiles à contourner - et de fait, sa place réelle dans un grand organisme de recherche comme le CNRS demeure très marginale par rapport au travail effectué dans le cadre traditionnel des spécialités.

  • 1 E. Morin, Actes du colloque "Carrefour des sciences". CNRS, Paris, 1991.

9Il est intéressant de relever les propos tenus à cette occasion par le sociologue E. Morin, lequel n'ignore rien de ce déséquilibre.1 On y trouve à la fois une réaffirmation forte de la fécondité de la discipline, en dépit du danger que représentent l'hyperspécialisation, l'enfermement sur soi, et une démonstration de l'intérêt de l'ouverture et des échanges par-delà les frontières établies. Ainsi donc une discipline devrait être à la fois ouverte et fermée. Au-delà du paradoxe, ou de l'évidence, la formule traduit en fait le poids des réalités, reflète l'inertie constatée dans le renouvellement des modes de pensée. Les disciplines sont fortes de plus d'un siècle d'efforts de plus en plus canalisés. Elles s'ouvrent difficilement. Tandis que, pour leur part, c'est de manière le plus souvent informelle, accidentelle, voire clandestine, par des voies, et en des territoires incertains, que s'établissent les échanges et domaines interdisciplinaires.

10Selon E. Morin, il arrive qu'ils naissent d'empiétements, emprunts et greffes réussies de concepts d'une discipline à l'autre, comme dans le cas de la théorie de l'information ou de la théorie des catastrophes. Ils sont rendus parfois nécessaires par la complexification de certains champs de recherche où s'élabore un nouvel objet, un nouveau projet exigeant l'association de chercheurs aux compétences complémentaires, comme en préhistoire. Ils peuvent surgir au sein d'une discipline, comme en astrophysique ou biologie, lorsque celle-ci est transformée par l'introduction d'un nouveau schéma cognitif, celui de l'unité de l'univers ou celui de l'écosystème. Ils se créent également par hybridation, par rencontres sur les marges de plusieurs disciplines constituées, comme dans le cas de l'informatique. Ajoutons à cette liste les entreprises volontaires de coopération entre des disciplines parfois très éloignées les unes des autres, qui peuvent être suscitées pour répondre à des demandes socio-politiques, ce qui est le cas d'une recherche sur le risque et la crise. Au total, il existe dans le champ de la réflexion scientifique une étonnante variété de possibilités et d'évolutions. Chacune d'entre elles a sa place dans l'image synthétique d'une connaissance en mouvement continu, procédant par boucles, s'enrichissant sur la périphérie et hors de la discipline pour revenir prendre de nouvelles forces au coeur de celle-ci, avant de rechercher à nouveau le contact avec l'extérieur.

  • 2 UNESCO. Interdisciplinarité et sciences humaines. Paris. 1983.

11Une telle conception, duale et dynamique, étant posée, il reste que dans les divers cas de figures énumérés ci-dessus, les cheminements vers l'extérieur et hors du champ de la discipline peuvent s'effectuer avec des intentions, selon des dispositifs, et avec des résultats bien différents. C'est cette hétérogénéité fondamentale qu'exprime le recours à toute la gamme des préfixes : mono-, pluri-, multi-, inter-, trans-, qu'on trouve accolés au terme de disciplinaire, pour désigner, avec plus ou moins de bonheur, telle ou telle conduite de recherche. Le problème est qu'il existe pour chacun d'entre nous une tendance à conférer aux termes une signification étroitement liée une expérience personnelle, et par suite, à considérer que la rigueur dans l'utilisation d'un vocabulaire pouvant décrire cette expérience n'est pas une priorité. Et ceci bien que tout un effort ait été effectué, sous l'impulsion de l'UNESCO notamment, pour identifier des degrés dans l'intensité des échanges, des niveaux dans les méthodologies mises en oeuvre.2 Une terminologie a été adoptée dont il serait absurde pour le chercheur de refuser le secours. Nous rappelons ici cette terminologie qui servira de référence dans nos discussions.

  • Monodisciplinaire n'a guère besoin d'être explicité. Il renvoie à des recherches faisant appel à un champ de compétences, et un seul. Les limites de ce champ sont clairement marquées. Elles résultent d'une tendance permanente à l'autonomie, au réductionnisme, s'inscrivant à l'intérieur d'une histoire des sciences qui est aussi une histoire sociale et qui comme telle est particulièrement contingente.
  • Pluri-ou multidisciplinaire sont généralement considérés comme des termes équivalents. Ils désignent un premier niveau d'échanges entres disciplines. Des représentants de celles-ci sont réunis dans un cadre unique, plus rarement un véritable projet commun, mais les échanges réels sont limités, soit qu'on se contente de juxtaposer les apports de diverses compétences, sans véritable effort d'intégration, soit qu'une discipline domine et impose ses vues aux autres disciplines. Dans les deux cas, font défaut une véritable langue de communication, et une réflexion collective préalable définissant la stratégie de l'échange entre disciplines. Les termes sont souvent utilisés pour qualifier des institutions, organisations d'enseignement ou de recherche, dans lesquelles sont physiquement réunis les chercheurs de plusieurs disciplines. Cette réunion peut parfois déboucher sur de profondes interactions, mais le plus souvent reste à un niveau très formel.
  • Interdisciplinaire exprime que les interactions sont bien réelles entre les disciplines. L'effort est alors porté sur la définition collective d'un projet, qui passe par l'apprentissage d'une langue commune d'échange, suppose la mise sur un pied d'égalité de l'ensemble des disciplines, même si dans les faits, l'existence d'une discipline-leader finit parfois par s'imposer. Le projet doit par définition se situer dans une zone de contact, de recoupement entre les disciplines, qui existe à la périphérie de celles-ci. Cet espace, à l'instar de celui que recouvrent les concepts de risques et de crise, est déjà occupé partiellement par les disciplines associées par le projet, mais il ne peut faire l’objet d'une appropriation par l'une ou l'autre d'entre elles. Chacune dispose de compétences réelles, mais seulement partielles : l'objectif est de mettre en contact des approches différentes de l'espace commun, de trouver des articulations non arbitraires, et d'élaborer une nouvelle connaissance reconnue comme l'oeuvre de tous. En fait, l'interdisciplinarité suppose que de nouveaux paradigmes soient introduits, imposant et permettant la communication, l'intégration entre disciplines : systèmes, turbulence, discontinuité, complexité...
  • Transdisciplinaire désigne un dernier niveau d'échanges, qui nous éloigne davantage encore des compétences propres des disciplines et peut conduire à une sortie du domaine scientifique proprement dit.

12Le qualificatif suggère l'existence d'un projet qui se situe au-dessus, hors des disciplines, et impose aux spécialistes d'innover à partir de leurs compétences propres, en reconsidérant leur discipline. L'adoption d'un schéma cognitif traversant les disciplines peut conduire à une remise en question de celles-ci, lorsque des problèmes pour lesquels elles n'ont pas de réponse immédiate leur sont posés.

  • 3 J. Lovelock, La terre est un être vivant. Ed. du Rocher, Monaco, 1990.
  • 4 G. Nicolis et I. Prigogine, A la rencontre du complexe. PUF, Paris, 1992.

13En ce sens, la transdisciplinarité, plus encore que l'interdisciplinarité, peut conduire à l'émergence de nouvelles disciplines, ce qui a été le cas tout récemment pour la cindynique, ou science du risque, actuellement en cours de développement. Elle peut conduire ainsi à des tentatives plus ou moins larges allant dans le sens d'une réunification de la science, à l'émergence de méta-langages qui se superposent à ceux des disciplines. La nouvelle science de la Planète-Terre, ou géophysiologie, imaginée par J. Lovelock, et qui considère celle-ci comme un unique et gigantesque système vivant, désigné par le nom de Gaia, en est un exemple.3 Cette science devrait réussir l'intégration de toutes les composantes physiques, chimiques, biologiques et sociales de l'ensemble des systèmes terrestres et utiliser pour cela les paradigmes récemment développés pour exprimer la complexité et la dynamique de ces systèmes.4

14Mais la transdisciplinarité ne s'exprime pas seulement dans le dépassement, par le haut, des disciplines scientifiques. Si on veut bien suivre l'UNESCO, et en particulier les travaux des écologistes du Programme MAB (L'Homme et la Biosphère), le niveau transdisciplinaire est aussi atteint lors que les équipes de scientifiques chargées de l'étude d'un problème donné, exigeant dans un premier temps une approche interdisciplinaire, établissent le contact avec les populations et avec les responsables de la gestion, soit pour en obtenir une information indispensable, soit pour dispenser une formation qui est en elle-même un élément de solution. A ce titre, la recherche sur le risque et la crise, qui exige la collaboration de multiples experts dans un cadre interdisciplinaire, doit aussi être qualifiée de transdisciplinaire parce qu'elle touche à des domaines échappant pour l'essentiel ou en totalité aux disciplines scientifiques (la prise de décision politique par exemple) et qu'elle débouche sur des propositions dont la mise en oeuvre est conditionnée par la capacité des différents acteurs sur le terrain (administratifs, techniciens, public), à appréhender le risque et à comprendre les règles de la prévention..

ACQUIS METHODOLOGIQUES DU SEMINAIRE DE SAINT-VALERY-SUR-SOMME

15Le séminaire d'octobre 1988 a représenté pour l'essentiel une expérience méthodologique. Les objectifs étaient :

  1. de faire communiquer plusieurs disciplines et de réaliser un véritable travail interdisciplinaire,
  2. d'ouvrir le champ des réflexions au-delà des disciplines et de déboucher dans le domaine du transdisciplinaire,
  3. d'élaborer un point de vue, alimenté par les apports des disciplines mais les dépassant (théorie, paradigme), et susceptible de devenir un instrument éclairant pour les disciplines elles-mêmes (enrichissement par bouclage),
  4. de définir une stratégie de développement de la recherche, avec répartition des rôles, pour l'avenir.

16La communication entre les participants au séminaire a été établie d'abord parce que le thème retenu correspondait véritablement à un enjeu majeur, perçu avec une intensité comparable dans les sociétés contrastées qui sont aujourd'hui en place dans les divers pays européens, à l'Est comme à l'Ouest. Il existait de ce fait une volonté générale d'aboutir à des résultats significatifs.

17Par ailleurs, on a pu parvenir à établir un échange réel entre les disciplines représentées en faisant alterner deux types de situations : d'une part, chaque discipline a eu l'occasion de formuler son approche spécifique du concept de risque et du concept de crise, d'autre part, une réflexion en commun à partir d'études de cas concrets, analysés au cours d'une journée sur le terrain, a permis d'amorcer l'intégration des points de vue, dans une perspective à la fois inter- et transdisciplinaire.

  • 5 G.-Y. Kervern et Patrick Rubise, L'archipel du danger. Introduction aux cindyniques. Economica, Pa (...)

18En partant de quelques interrogations élémentaires, il a été ainsi possible de délimiter un champ de convergence minimal quant à l'interprétation à donner d'un certain nombre de faits bien connus ou moins connus (par exemple la prise en compte du risque sous un angle technique, juridique.. au cours de l'histoire), d'identifier quelques obstacles reconnus sur la voie d'une pensée globale, d'envisager leur dépassement, puis de dégager un projet commun et d'esquisser les premières lignes de cette théorie unitaire des risques dont le besoin est vivement perçu, mais qui fait encore défaut à ce jour.5

19Dans sa première formulation, élaborée en commun, la théorie se présente comme un simple schéma réunissant un petit nombre de concepts, dégagés à partir d'un vocabulaire pléthorique. Ces concepts trouvent une place déterminée dans une séquence temporelle de valeur très générale qui peut être utilisée pour analyser toute manifestation de risque, conduisant ou non à une crise. Ce schéma distingue deux domaines, dont l'un pourrait être qualifié d'amont-risque, l'autre de domaine du risque proprement dit. L'amont est constitué par les systèmes de processus naturels (géosystèmes) ou anthropiques (sociosystèmes), qui sont à l'oeuvre à la surface de la terre depuis des âges plus ou moins reculés, mais qui jusqu'à une date toute récente n'ont pas été perçus comme générateurs de risques au sens où nous l'entendons aujourd'hui. Les sociétés affectées par ces processus ignorent les liens de causalités réels, subissent passivement les conséquences de leur intervention, ne se soucient pas d'en prévoir ou prévenir le retour. On n'entre dans le domaine (ou le temps) du risque, au sens plein du terme, que lorsque la prise de conscience et la formalisation du risque sont pleinement opérées par une société. L'attitude vis à vis des manifestations de risque évolue alors vers ce qu'on appellera une gestion du risque. Celle-ci intègre trois moments : celui du risque proprement dit (qui se prête à une analyse globale, respectant toutes ses dimensions), celui du danger (qui doit être évalué, annoncé), celui de la crise (qui sera subie puis dépassée). Risque, danger, crise sont les trois concepts-clés autour desquels tourne toute analyse dans le domaine du risque, naturel ou technologique, à l'échelle locale, régionale ou planétaire.

20A l'issue du séminaire, les participants ont naturellement discuté des moyens à mettre en oeuvre pour prolonger la réflexion entreprise. Le Groupe d'Etudes européen sur les risques et les crises (GEERC) a été chargé de mettre sur pied un programme de réunions comportant des orientations complémentaires : analyse de risques spécifiques dans une approche globale, réflexion théorique et terminologie, études de cas sur le terrain... Ce programme, adopté par le Centre de Vienne, prévoyait la tenue de trois réunions en 1990, la première étant celle de Delphes.

DELPHES I, LA METHODE VAN ET LTNTER/TRANSDISCIPLINARITE

21Comme indiqué plus haut, la réunion de Delphes représente une expérience d'analyse d'un type particulier de risque, le risque sismique. Elle vise à substituer une approche globale à l'approche monodisciplinaire selon laquelle ce risque est généralement traité. Quelques indications sur les principes de base de la méthode VAN et sur les étapes de son élaboration récente permettent d'esquisser ici le cadre des échanges qui ont pu s'établir entre les différentes disciplines représentées.

22Dans les mois qui ont suivi le séisme de février 1981, responsable de très gros dommages dans la région d'Athènes, les membres de l'équipe VAN (P. Varotsos, K. Alexopoulos, physiciens, et C. Nomikos, électronicien), avaient décidé d'effectuer la mesure des courants électriques dans le sol de la région la plus éprouvée. Ils ne tardèrent pas à noter qu'une augmentation brutale et de brève durée de l'intensité de ces courants intervenait régulièrement, dans un intervalle compris entre 6 jours et 6 heures, avant chaque secousse sismique. La détection de ces signaux électro-sismiques (S.E.S.) fut naturellement envisagée comme le moyen d'effectuer une prévision, et par suite de rendre possible la mise en alerte des populations.

23L'importance de l'enjeu était telle que l'équipe put trouver les concours nécessaires à la mise sur pied d'un réseau de stations d'enregistrement des courants telluriques, localisées en divers points du pays, et dont les mesures étaient transmises et interprétées en continu à Athènes. En 1984, les premiers résultats de la campagne de mesure, les principes de prévision dans le temps, dans l'espace (localisation de l'épicentre), et en magnitude, ainsi que l'interprétation donnée par l'équipe VAN aux S.E.S., furent publiés par la revue Tectonophysics, après que celle-ci ait observé un long délai de réflexion.

24Ce long délai était la première manifestation des résistances que la diffusion de la méthode VAN allait rencontrer dans les années suivantes. La méthode ne faisait en réalité que reprendre, en les systématisant, des observations datant de la fin du siècle dernier, établissant une liaison entre l'activité sismique et des perturbations brutales des courants telluriques. Mais la prévision électrique avait été considérée par la suite comme peu fiable et finalement condamnée unanimement par les spécialistes, en raison de la difficulté rencontrée pour distinguer le signal électro-sismique de tous les autres facteurs de variation des courants (d'origine ionosphérique, ou introduits par les activités industrielles, les réseaux ferroviaires électrifiés...). Cette condamnation antérieure explique les réticences, et parfois l'hostilité, de la communauté des sismologues et géophysiciens, au plan national ou international, face à une entreprise conduite par des physiciens du solide, par ailleurs nullement spécialistes de la sismicité.

25Un autre élément de conflit a été le souci très tôt affiché par l'équipe VAN de faire bénéficier la population grecque des retombées de ses travaux. Les recherches ont été développées en liaison étroite avec les autorités gouvernementales, systématiquement averties des prévisions effectuées à partir des signaux électro-sismiques, et ainsi mises à même de prendre éventuellement des mesures préventives. Ces orientations conduisaient inévitablement à une médiatisation très forte des activités de l'équipe VAN, qui devait faire face à une sensibilisation extrême du public grec, et en même temps à de nombreuses critiques concernant les aspects proprement scientifiques de la prévision. Dans ces conditions, les années 1984-1989 ont été naturellement marquées par des polémiques vives, alimentées aussi bien par des prévisions réussies que par des échecs (par exemple, Kalamata en septembre 1986).

26Dans cette atmosphère souvent difficile, les travaux de l'équipe grecque n'en ont pas moins continué à se développer. Le réseau des stations de mesure s'est étoffé (jusqu'à atteindre une vingtaine dans tout le pays). Les contacts avec l'extérieur se sont élargis progressivement. Un des premiers soutiens de l'équipe a été H. Tazieff, alors Secrétaire d'Etat français à la Prévention des Risques Majeurs, convaincu dès la fin de 1984 de l'intérêt de la méthode de prévision. Les visites et enquêtes de spécialistes se sont depuis lors multipliées (notamment l'enquête dirigée à l'initiative de Tazieff par J. Labeyrie en 1986), et des essais d'application (notamment au Japon, en France) ont vu le jour. En 1990, l'audience de l'équipe VAN est incontestable dans de nombreux pays, bien qu'une grande partie de la communauté scientifique, toujours très prudente, demande de nouvelles évaluations.

  • 6 H. Tazieff, La prévision des séismes. Hachette, Paris, 1989.

27Dans le cadre du séminaire de Delphes, l'objectif n'était naturellement pas de se livrer à un examen complet des points forts de la méthode et de ses incertitudes actuelles. Des rencontres de sismologues et de physiciens, organisées sur des bases très différentes, ont eu l'occasion, ces dernières années et jusqu'à la veille du séminaire (Athènes, février 1990), de se livrer à un tel examen.6

28Si l'équipe VAN a eu sa place dans les discussions de Delphes, c'est parce que la véritable entreprise qu'elle représente, et la mise en oeuvre de la méthode de prévision électrique sont exemplaires à bien des titres. Et tout d'abord de la façon dont s'édifie la connaissance scientifique et dont cheminent, difficilement, les innovations.

29La courte histoire de l'équipe VAN est celle de l'émergence dans une discipline (la physique) de concepts et de pratiques nouveaux appliqués à un champ qui traditionnellement était celui d'une autre discipline (la sismologie). Cette émergence conduit à mettre en question des savoirs établis de cette dernière discipline, à y provoquer des interrogations majeures, et par suite à y faire naître des blocages. Ces derniers traduisent les résistances à la modification des contenus de la discipline, mais révèlent en même temps que cette modification est en cours, que les frontières des disciplines ne sont plus tout à fait étanches.

30Dès à présent, l'audience acquise par la méthode conduit dans les faits à faire entrer la prévision des séismes dans un cadre de type déjà pluridisciplinaire, certes encore conflictuel. Ceci en attendant d'en faire l'objet d'un véritable travail interdisciplinaire, puis transdisciplinaire, ce qui sera réalisé lorsque les conditions d'une communication équilibrée entre sismologues, géologues et physiciens seront établies, et au delà de ceux-ci, entre eux et bien d'autres représentants de disciplines des sciences sociales, des sciences exactes, ou du monde extérieur.

31En fait, si on analyse les conditions dans lesquelles s'est déroulé le travail de l'équipe VAN depuis 1981, il apparaît nettement que la mise au point de la méthode de prévision des séismes ne peut être considérée comme une opération d'ordre exclusivement scientifique. Elle s'intègre dans un domaine beaucoup plus large qui est celui de la gestion du risque sismique. L'équipe s'est engagée délibérément dans ce domaine dès lors qu'elle a divulgué ses prévisions successives avec l'espoir qu'elles puissent servir de base à des décisions.

32Pour ces raisons, l'équipe n'a pas cessé d'être soumise à des pressions de natures variées - ni par ailleurs de recevoir des soutiens. Elle a naturellement rencontré un intérêt constant de la part des médias et entretient avec ceux-ci des rapports déterminants, mais ambigus. A travers eux, elle modifie profondément la perception du risque par les populations, et reçoit l'écho de ces changements.

33L'équipe a des relations précisément définies avec les autorités et le gouvernement : la poursuite de ses travaux en dépend, la qualité de ses prévisions conditionne des mises en état d'alerte dont les implications administratives, économiques, politiques sont de première importance. L'équipe VAN se trouve ainsi placée au centre d'un dispositif, ou système, fort complexe, dans lequel interactions et rétroactions prennent toute leur place. Une meilleure connaissance de ce système a constitué l'un des résultats attendus du séminaire.

ETUDE DE CAS ET FINALITES DU SEMINAIRE

34Comment faire progresser cette connaissance ? Le point de départ devait être la présentation détaillée, par P. Varotsos, des principes et des résultats de la méthode. Cette présentation s'est déroulée dans un cadre inhabituel pour un physicien. Une partie de ses interlocuteurs était constituée par des sismologues, spécialistes de sciences de la terre et ouverts à la géophysique, mais il y avait aussi des économistes, sociologues, juristes, géographes, historiens... provenant de divers pays. La communication a été facilitée par la présence d'un médiateur, parfait connaisseur de la méthode, mais extérieur à l'équipe VAN et susceptible d'établir des passerelles avec la communauté internationale des sismologues et physiciens, mais aussi avec les autres disciplines.

35Les échanges devaient s'établir et aller aussi loin que nécessaire. Deux exigences étaient à respecter. D'une part, l'information technique sur la méthode VAN devait être précise car il s'agissait de répondre aux besoins des sismologues soucieux de l'appliquer et de la tester dans leur propre pays. Le premier intérêt du séminaire était pour eux de permettre un contact direct avec les inventeurs de la méthode. D'autre part, les chercheurs en sciences sociales avaient également besoin de connaître les fondements de la méthode, les péripéties de son élaboration, pour évaluer sa fiabilité et son image dans la communauté scientifique ainsi que dans le public. Il s'agit de composantes majeures des décisions prises par les autorités dans le cadre de la prévention du risque et de la gestion des crises. Dans le domaine sismologique, tout tremblement de terre d'une certaine intensité affectant une région habitée débouche sur une crise, au sens où nous l'entendons : pertes humaines, pertes matérielles, impacts sociaux variés... Il est évident que selon la qualité de la prévision, le degré de confiance accordé à la méthode, la crise sera gérée de façon très différente. Ceci dit, dans l'hypothèse où la prévision pourra être considérée comme acquise, et où des mesures adaptées seront effectivement prises, l'impact réel des manifestations du risque sismique dépendra encore longtemps de toute une gamme de facteurs externes, comme l'efficacité des organisations mises en place, la tenue des bâtiments et infrastructures, le potentiel économique, le niveau culturel et la sociologie des populations... C'est l'existence de cet écheveau de causalités et d'interactions qui fait tout l'intérêt d'approches du risque sismique réalisant l'intégration entre les niveaux interdisciplinaire et transdisciplinaire. Elles seules sont susceptibles de permettre des progrès réels, durables, dans la prise en compte de ce risque et dans la maîtrise des impacts de ses manifestations.

Notes

1 E. Morin, Actes du colloque "Carrefour des sciences". CNRS, Paris, 1991.

2 UNESCO. Interdisciplinarité et sciences humaines. Paris. 1983.

3 J. Lovelock, La terre est un être vivant. Ed. du Rocher, Monaco, 1990.

4 G. Nicolis et I. Prigogine, A la rencontre du complexe. PUF, Paris, 1992.

5 G.-Y. Kervern et Patrick Rubise, L'archipel du danger. Introduction aux cindyniques. Economica, Paris, 1991.

6 H. Tazieff, La prévision des séismes. Hachette, Paris, 1989.

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search