Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

Delphes I. Théories et pratiques interdisciplinaires appliquées au domaine du risque

Lucien Faugères et Christiane Villain-Gandossi

Texte intégral

1Le séminaire de formation avancée qui s'est tenu à Delphes, du 25 au 27 mars 1990, prenait place dans la série des réunions organisées par le Centre Européen de Coordination, Recherche et Documentation en Sciences Sociales (Vienne, Autriche), sous le thème général "Interdisciplinarité dans les sciences sociales". Dans ce cadre, un groupe de chercheurs de formations très variées, appartenant aussi bien à l'Europe de l'Est qu'à l'Europe de l'Ouest, a mis au premier plan de ses préoccupations la pratique concrète de méthodes de travail inter- et transdisciplinaires.

LE CENTRE DE VIENNE ET LE GEERC

2Pour atteindre cet objectif, il a été décidé de retenir une question d'intérêt très large, susceptible de provoquer des échanges efficaces entre scientifiques de formations très différentes, et provenant de tous les pays européens ou de pays proches. C'est ainsi qu'a pu se constituer, après les premières rencontres de Syra (juillet 1987), Saint-Valery-sur-Somme (octobre 1988), Budapest (mai 1989), un Groupe d'Etudes Européen sur le Risque et la Crise (GEERC). En juin 1989, une proposition du GEERC a été officiellement intégrée dans le cadre des actions permanentes du Centre de Vienne.

3Les orientations du GEERC et les objectifs du programme "Gérer les risques, gérer les crises" ont été exposés dans l'ouvrage "Le risque et la crise", publié en 1990, après le séminaire de Saint-Valery-sur-Somme. Le domaine d'étude du groupe couvre l'ensemble des manifestations de risques, sans distinction de nature (facteurs naturels ou technologiques), d'échelle spatiale ou d'intensité (risques majeurs, risques mineurs), ou de structure socio-politique (pays de l'Europe de l'Est aussi bien que de l'Ouest). Une des orientations de base du programme est précisément de contribuer à une intensification des échanges internationaux en ce qui concerne la gestion des risques et des crises. Etant donnée l'échelle continentale de beaucoup de problèmes envisagés, le programme se veut explicitement européen. Les préoccupations méthodologiques sont également au coeur de la démarche du GEERC. Au cours des réunions organisées par celui-ci sont mises en oeuvre :

  • une approche globale du développement et de l'aménagement, intégrant les concepts de risque et de crise, mais aussi de ressource, ces termes étant pris au sens le plus large et saisis dans toute leur complexité ;

  • une réflexion théorique sur les facteurs et les conditions de manifestation du risque et de la crise, ainsi que sur la prise de décision en général, cette réflexion étant systématiquement équilibrée par des études de cas concrètes, des évaluations de projets ou aménagements particuliers, ceci tant aux niveaux local, régional, que national ou international ;

  • des méthodes de travail de type inter- et transdisciplinaire, tenant compte des formations diverses des membres du groupe et des interlocuteurs extérieurs rencontrés à l'occasion des études de cas ou évaluations de projets ;

  • les nouvelles possibilités offertes par les traitements modernes de l'information (moyens informatiques) et de la communication (y compris de très large communication, comme la presse ou l'audiovisuel), que ce soit à usage interne (au sein du GEERC) ou à usage externe (en direction des systèmes éducatifs, des décideurs ou du grand public, en vue de la diffusion d'informations et l'ouverture de perspectives pour la formation à la gestion des risques et des crises).

4En résumé, à la mesure de ses moyens, le GEERC se propose d'apporter une contribution à l'amélioration des conditions dans lesquelles sont prises les décisions concernant le développement et l'aménagement, avec pour finalité immédiate d'identifier, d'évaluer, de minorer les risques et les crises de toutes natures auxquels peuvent être exposées les populations européennes dans leur vie quotidienne, ainsi que les menaces qui pèsent sur leur avenir.

LE SEMINAIRE DELPHES I

5Le séminaire de mars 1990 a représenté une nouvelle étape dans les échanges internationaux et interdisciplinaires développés au sein du GEERC.

6Dans la définition de ses objectifs, trois idées-force avaient été retenues à l'origine :

  • d'une part, la réunion devait permettre un approfondissement de la théorie du risque et de la crise, dont une première ébauche avait été esquissée à Saint-Valery-sur-Somme : il s'agissait de confronter à nouveau des approches disciplinaires encore éloignées (écologie, économie, sociologie, droit... du risque et de la crise) afin d'aboutir à un accord sur le contenu à donner à quelques termes clés fournissant les bases d'une langue commune du risque et de la crise ; il s'agissait également d'utiliser l'analyse d'événements et manifestations de risques réels pour faire progresser la modélisation des procédures de prises de décision et de gestion des crises.

  • d'autre part, l'effort théorique devait être contrebalancé et conforté par une application dans un domaine de risque précis, intéressant un espace défini, se caractérisant par des impacts lourds, et suscitant depuis quelques années une intense activité de recherche. L'étude de cas retenue couvrait le risque sismique, principalement sur le territoire grec, et les difficultés rencontrées dans la mise au point d'une méthode de prévision des séismes, connue sous le nom de méthode VAN (d'après les initiales des noms de ses inventeurs grecs). - enfin, un des objectifs était de créer une dynamique à l'échelle d'une grande région européenne, en permettant à des chercheurs venus des pays voisins de la Grèce de recevoir une information précise de la bouche même des membres de l'équipe VAN, et de confronter directement la méthode grecque aux méthodes de prévision du risque sismique utilisées dans l'ensemble balkanique.

7Dans son déroulement, le séminaire s'est efforcé de respecter les objectifs ci-dessus, tout en évitant un découpage thématique trop accentué. C'est ainsi qu'après plusieurs interventions de nature méthodologique ou consacrées à des points de vue disciplinaires, la session centrale a été marquée par la présentation de la méthode VAN et par la discussion des approches adoptées en matière de prévision dans les autres équipes de sismologues représentées. La discussion de points de vues théoriques a été ensuite relancée, autour de thèmes principalement économiques et sociologiques.

ACTES DU SEMINAIRE

8Pour des raisons de lisibilité, dans les Actes du séminaire, les diverses présentations des participants au premier séminaire Delphes I ont été regroupées sous deux rubriques seulement.

9Dans la première partie, on trouvera l'illustration d'une coexistence entre l'approche globale de la question des risques, nourrie par la méthodologie interdisciplinaire (C. Villain-Gandossi, L. Faugères, J. Berting, G. Hadjiconstantinou et C. Kalogirou) et des approches plus spécialisées (E. Drymbetas, H. Papachristou, J.F. Noël et Z. Madar), dont l'approfondissement se poursuit de réunion en réunion (certains textes sont enrichis de réflexions qui ont été exposées ultérieurement, au séminaires de Texel, de Thessalonique et du Frioul).

10La seconde partie regroupe les interventions consacrées au risque sismique, avec comme éléments centraux la formulation par l'équipe VAN de sa méthode de prévision (P. Varotsos, K. Alexopoulos, M. Lazaridou), et un essai de chronique "historique" des efforts et des difficultés rencontrées par l'équipe VAN au cours des dix dernières années (L. Faugères). Ce dernier texte, nourri d'entretiens avec l'équipe VAN et avec d'autres sismologues grecs, ainsi que de la consultation de très nombreux documents de presse, s'arrête à la "crise" de 1990 et insiste sur les causes complexes d'une situation de blocage, souvent rencontrée dans le cours du développement scientifique. Ces deux présentations sont encadrées par deux textes de J. Labeyrie. Celui-ci, physicien, a joué un rôle déterminant dans le séminaire, comme médiateur entre les membres de l'équipe VAN, physiciens eux aussi, et les autres chercheurs présents à Delphes. Ses interventions ont également ouvert des perspectives de recherche très larges à partir de l'intuition initiale et des expériences ultérieures des chercheurs grecs. En cours de séminaire, le problème de la transposition de la méthode VAN hors de Grèce - à commencer par l'ensemble des Balkans - a été longuement débattu avec des séismologues de pays voisins présents à Delphes : Roumanie et Albanie. Les caractères de la séismicité régionale et les méthodes de prévision en cours dans ces pays ont fait l'objet de présentations détaillées, dont trois, portant sur le cas de l'Albanie sont reprises en fin de ce volume (E. Sulstarova, S. Kociaj). Les éditeurs formulent l'espoir que la réunion dans ce volume des contributions de chercheurs grecs et albanais contribuera au développement d'échanges si nécessaires, mais restés si longtemps incertains.

REMERCIEMENTS

11Si les discussions, abritées dans les locaux du Centre Européen de Delphes, ont été si animées et en même temps si fidèles à ce voeu d'échanges libres et amicaux qui réunit les membres du GEERC, faut-il en rendre quelque compte à ces Dieux qui ont été les maîtres de lieux tout proches ? Lieux inspirés : Delphes, les falaises nées du jeu de forces telluriques démesurées, la fontaine sacrée, la Tholos, la voie sacrée...

12Bien plus sûrement, sans aucun doute, nous devons ces résultats à l'organisation matérielle sans défaillance du séminaire, et à l'excellence de l'accueil de nos amis grecs, E. Sorocos, B. Panayiatopoulos, toujours empreint de cette chaleur communicative qui avait déjà été la marque de la réunion de Syra. Que tous ceux qui ont participé avec eux à la réalisation du projet de séminaire Delphes I, au Centre de Vienne et à l'UNESCO, au Centre d'Etudes Sociales et à la Fondation Néo-hellénique pour la recherche à Athènes, reçoivent ici nos remerciements les plus vifs.

13Savigny sur Orge, Jouques, septembre 1990

14L'ouvrage issu du séminaire Delphes I parait finalement en 1996 - et ce, grâce au soutien du Service des Publications de la Sorbonne, et du Président de l'Université, Y. Jegouzo. Le très long délai de parution est dû aux difficultés, puis à la fermeture définitive du Centre de Vienne, en mars 1993. Dans toute la mesure du nécessaire, et du possible, nous avons actualisé ce qui pouvait, ce qui devait l'être. L'ouvrage a été définitivement assemblé en novembre 1993. De nouvelles difficultés matérielles ont retardé la publication jusqu'au début de 1996. Nous nous en excusons auprès des participants du séminaire et de nos lecteurs.

15Depuis 1990, les chercheurs réunis à Delphes ont eu l'occasion de poursuivre l'exécution du programme lancé l'année précédente, et se sont retrouvés, naturellement, en de mutiples occasions au cours des cinq dernières années. Ils ont développé en commun de nombreuses activités, dont il est fait état dans les dernières pages de cet ouvrage. Le coeur de celui-ci conserve, à la réflexion, toute sa raison d'être. Il se propose d'illustrer un projet et une méthode d'approche d'un problème complexe, aux multiples implications, et - malheureusement - d'une actualité toujours plus incontournable.

16Paris, novembre 1993 - janvier 1995

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search