Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

Préface

Salvino Busuttil

Texte intégral

1En 1990 la Fondation pour les Etudes Internationales de l'Université de Malte a déjà eu le plaisir de publier les premiers résultats d'un Projet de recherche du Centre de Vienne sous le titre "Le risque et la crise". Cette publication était l'oeuvre d'un réseau de recherche international sur 1'"Etude des risques naturels et technologiques. Gestion des risques, gestion des crises", animé par le Professeur Lucien Faugères, de l'Université Paris I Panthéon-Sorbonne, et Christiane Villain-Gandossi, Directeur de Recherche au CNRS.

2Le principal objectif du projet RISQUES du Centre de Vienne était d'entreprendre une recherche expérimentale interdisciplinaire et transdisciplinaire sur une question d'importance majeure à l'échelle européenne. Cette recherche était orientée vers l'analyse des interactions entre risques naturels et risques technologiques. Mais au-delà, elle soulignait le besoin d’une approche globale de la question des risques.

3Dans le domaine des risques et des crises, un champ plus étroit a été choisi pour le séminaire de Delphes (mars 1990), celui des risques séismiques. Leurs implications pour la population et les responsables en charge de la gestion administrative et politique sont considérables. L'analyse d'une méthode spécifique de prévision, proposée par une équipe de chercheurs grecs, a été présentée. Cette méthode, connue sous le nom de VAN, prétend pousser les idées concernant la prédiction des séismes au-delà des limites traditionnelles d'une discipline spécialisée, la séismologie. Une importante conséquence des possibilités de la nouvelle méthode, est qu'elle débouche sur des champs qui sont loin des sciences de la terre au sens strict. Ainsi est soulignée l'importance des composantes sociologiques, économiques, juridiques, administratives et politiques des risques séismiques et de leur prévision. Une conséquence majeure est qu'une analyse globale - conduite conformément aux méthodes interdisciplinaires - devient indispensable.

4Un certain chemin a déjà été accompli dans cette direction. Le Conseil de l'Europe, à travers son système d'Accords Partiels Ouverts, a pu ainsi ouvrir, dans différents Etats membres, des centres spécialisés sur la question des séismes, l'un des plus importants étant celui qui a été créé à Athènes en 1992. L'UNESCO elle-même n'a pas contribué dans une faible mesure au débat, en particulier à l'occasion de sa Conférence de 1976 sur l'évaluation et la réduction des risques séismiques.

5Toutefois, toutes ces organisations, en dépit d'efforts louables, n'ont pas suffisamment affirmé le caractère globalement interdisciplinaire d'une investigation holistique sur les séismes. Les accords du Conseil de l'Europe, largement inspirés par les efforts persévérants de Jean-Pierre Massué, ont apporté d'excellents résultats de recherche et produit des collaborations notables, incluant un plan d'urgence pour la prévention des séismes en Albanie. Toutefois, le champ d'investigation, et par suite de prévision et de prévention, est resté principalement dominé par les experts d'une seule discipline. La responsabilité, naturellement, n'est pas celle du Conseil de l'Europe. Elle est plutôt à rechercher dans cette ceinture protectrice qui réduit encore l'ouverture de la recherche dans beaucoup d'institutions européennes au niveau régional et national. Les recommandations de la Conférence de l'UNESCO de 1976 étaient un compromis. Certaines Résolutions étaient clairement le résultat de la "pression" d'experts en faveur de leur discipline. Néanmoins, la section 11.3 des travaux s'intéressait à l'éducation et à la formation interdisciplinaire dans trois perspectives : à long terme pour les études d'un haut degré de spécialisation, à moyen terme pour les séminaires de reconversion des ingénieurs, à court terme pour les séminaires intensifs destinés aux techniciens et juristes des services publics.

6 Le Centre de Vienne est le nom sous lequel était généralement connu "European Coordination Center for Research and Documentation in the Social Sciences".

  • 1 Les travaux de la Conférence ont été publiés en 1980 par l'UNESCO sous le titre "La protection con (...)

7Des résolutions spécifiques furent adoptées, notamment la Résolution 11.34. Au-delà, la Section 12.1 était consacrée à la recherche interdisciplinaire sur la diminution des pertes liées aux séismes, et elle suivait les conclusions du groupe de travail organisé à cet effet. La Résolution 12.11 énumérait différents champs interdisciplinaires qui devaient constituer la base de groupes de travail et de programmes de recherche, au plan national et international. Ces champs allaient du choix de paramètres pour caractériser les types de mouvements séismiques, aux effets sociaux et économiques des séismes. La résolution 12.12 enjoignait aux Etats membres "de reconnaître la nécessité d'organiser des travaux interdisciplinaires sur leur propre territoire au sujet de l'évaluation et de la diminution des risques sismiques. Des efforts particuliers devaient être consacrés à la formation interdisciplinaire au niveau universitaire". Les Conférences Générales de l'UNESCO, dans les années suivantes, soulignèrent l'urgence d'approches interdisciplinaires pour les risques naturels et technologiques.1

  • 2 Voir, par exemple "Guidelines on Studies in Environmental Epidemiology. Environmental Health Crite (...)

8L'initiative de Delphes doit être vue, ainsi, dans le contexte des efforts des organisations internationales, aussi bien que non-gouvernementales, pour renforcer la conscience du besoin d'introduire une vision holistique dans la problématique du risque. Plusieurs autres organisations internationales, autres que celles mentionnées ci-dessus, ont affronté dans les dernières années les problèmes associés au terme de risque. Il serait fastidieux de tenter de les évoquer toutes. Un exemple du travail excellent effectué par certaines est l'étude des relations entre les risques environnementaux et la santé des communautés humaines entreprise par U.N.E.P., I.L.O. et W.H.O.2.

  • 3 Beck, Ulrich, "Risk society : towards a new modernity", Sage Publications, Londres, 1992 (traducti (...)
  • 4 Brown, Jennifer, (ed) : "Environmental Threats : Perception, analysis and management", Londres, 19 (...)

9La littérature sur le risque est volumineuse. Retenons deux publications récentes qui apportent des vues nouvelles. Dans "Risk society : towards a new modernity", le sociologue Ulrich Beck soutient que nous vivons dans une "risk society" dominée, plutôt que par cette "distribution of goods" caractéristique de la société industrielle passée, par une "distribution of bads", et que la science pourrait être un facteur de base dans la "risk sociéty"3. Jennifer Brown, dans sa série d'essais "Environmental threats : perception, analysis and management", souligne l'importance de l'aspect social du risque4. Les deux auteurs partagent la même approche du risque, séismique ou autre, conçu comme un phénomène relevant de l'interdisciplinarité. C'est dans cette perspective que le réseau de chercheurs sur le risque dont les résultats sont présentés ici a travaillé sous l'impulsion du professeur Lucien Faugères, son animateur, et de Christiane Villain-Gandossi, son responsable au Centre de Vienne.

  • 5 Le premier volume, intitulé "Le risque et la crise", a été publié par la Fondation en 1990, édité (...)

10La Fondation des Etudes Internationales, à l'Université de Malte, qui abrite 1'"Euro-mediterranean Center on Marine Contamination Hazards" du Conseil de l'Europe, est fière de poursuivre la collaboration avec le Projet Risques, initié par le Centre de Vienne, qui se prolonge avec l'appui d'universités européennes, de la Communauté européenne (programme ERASMUS), et de l'UNESCO (directions E.P.D. et C.I.I.). Le présent volume n'est pas seulement le second ouvrage sur le risque publié avec le soutien de la Fondation5. Il s'agit aussi, on le souhaite, d'une contribution modeste à la re-naissance du Centre de Vienne, qui vient tout récemment d'être décidée par une réunion ad hoc de l'International Social Sciences Council, comme un "Euro-Mediterranean Social Sciences Network" - avec la Fondation pour humilis ancilla, et ses services pour assurer la coordination du réseau. Sans risque, sur ce point !

Notes

1 Les travaux de la Conférence ont été publiés en 1980 par l'UNESCO sous le titre "La protection contre le risque séismique".

2 Voir, par exemple "Guidelines on Studies in Environmental Epidemiology. Environmental Health Criteria. 27." publié par W.H.O. (O.M.S.) à Genève en 1983.

3 Beck, Ulrich, "Risk society : towards a new modernity", Sage Publications, Londres, 1992 (traduction Mark Ritter).

4 Brown, Jennifer, (ed) : "Environmental Threats : Perception, analysis and management", Londres, 1989.

5 Le premier volume, intitulé "Le risque et la crise", a été publié par la Fondation en 1990, édité par Lucien Faugères, Pal Vasarhélyi et Christiane Villain-Gandossi.

Auteur

Directeur Général, Fondation pour les Etudes Internationales, Malte

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search