Version classiqueVersion mobile

Risque, nature et société

 | 
Lucien Faugères
, 
Christiane Villain-Gandossi

Préface

Yves Jegouzo

Texte intégral

1Le risque, inhérent à toute vie et à toute société, est devenu une préoccupation obsessionnelle de cette fin du XXème siècle. Soit que des civilisations ayant atteint des degrés de développement scientifique inconnus à ce jour n'en supportent plus l'idée et rêvent d'un monde où le risque serait banni (le mythe du risque zéro), soit que le progrès technique en ait accentué tant la connaissance que l'ampleur (progression des risques technologiques). Ce qui explique et justifie un développement sans précédent de la recherche en la matière. Et si la recherche en sciences exactes s'est bien développée la première en ce domaine, il est vite apparu que la connaissance et la gestion du risque - fût-il naturel ou technologique - passait également par une vigoureuse réflexion dans le domaine des sciences sociales.

2C'est donc tout naturellement que ce thème a constitué l'un des thèmes majeurs du séminaire de Delphes, organisé par le Centre Européen de Coordination, Recherche et Documentation en Sciences Sociales. Et les travaux initiés par le Groupe d'Etude Européen sur le Risque et la Crise ont débouché sur ces Actes qui sont publiés ici sous la direction de Lucien FAUGERES et Christiane VILLAIN-GANDOSSI.

3Leur lecture me conduit à la conclusion que dans un domaine aussi complexe que le risque, la seule approche véritablement efficace est effectivement interdisciplinaire.

4Il ne sert à rien aux juristes de promulguer des prohibitions, des normes (et Dieu sait si elles fleurissent !) si leurs conséquences économiques et leur gestion sociale sont mal connues et mal maîtrisées. Cette erreur, trop fréquente, produit ce que l'on appelle par pudeur une "effectivité insuffisante" de la norme.

5Pas plus qu'il ne sert aux géographes, aux médecins, aux agronomes, de recenser les causes et les effets des manifestations de risque, si les solutions proposées vont à l'encontre des structures fondamentales tant sociales qu'économiques, ou politiques, des sociétés qui y sont confrontées.

6En réfléchissant à ce que peut apporter l'interdisciplinarité dans le domaine de la gestion du risque et de l'environnement (ce qui n'est malgré tout pas la même chose), en s'interrogeant sur ce qu'elle doit être (surtout pas l'abatardisation des méthodes propres aux diverses disciplines mais l'interrogation croisée et coordonnée des unes et des autres), ce séminaire a témoigné d'une grande intelligence dans sa conception et dans sa gestion. Et la lecture de ses travaux en convaincront aisément.

Auteur

Président de l'Université Paris 1 Panthéon - Sorbonne

© Éditions de la Sorbonne, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search