Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

Réflexion sur les notions de territorialité et d'environnement en Méditerranée orientale : le cas de la vallée du Jourdain

Céline Caillere

Résumé

Le processus de paix entre Israéliens et Palestiniens, qui a débuté depuis 1993, est plus synonyme jusqu'alors de séparation que de coopération. Dans ce contexte, il existe une forte territorialité. L'objet de cette publication, est de mener une réflexion, d'un point de vue extérieur, sur les relations qui peuvent exister entre environnement, territorialité et développement agricole dans la vallée du Jourdain (Cisjordanie et Jordanie) en fonction des différentes populations (jordanienne, israélienne, palestinienne).

The peace process between Israelis and Palestinians, since 1993, is more a separation process than a cooperation process, until now. In this context, the phenomenon of territoriality is very important. The aim of this paper is to lead a reflexion, from an external point of view, about relations existing between environment, territoriality and agricultural development in the Jordan valley (west and east banks) in relation to the different populations (Jordanian, Israelian, Palestinian).

Texte intégral

1A l'heure des pourparlers de paix entre les différentes entités qui constituent la vallée du Jourdain (israélienne, jordanienne et palestinienne), la notion de territorialité prend tout son sens. Comme le souligne A. Dieckhoff (1994) dans son récent commentaire des événements, dans le journal Libération : « la démarche des deux hommes (Rabin et Arafat) est opposée à celle du tandem sud-africain ; il ne s'agit pas de construire un espace public commun mais bien d'édifier deux sphères socio-politiques distinctes. (...) Israéliens et Palestiniens aspirent à protéger une identité spécifique, et non à vouloir vivre ensemble. »

2L'analyse suivante s'appuie sur une série d'enquêtes réalisées au cours de missions dans les parties cisjordanienne et jordanienne de la vallée du Jourdain. Elle se limitera donc à ces deux espaces.

3Nous retenons ici le terme de territoire, soulignant avec H. Gumuchian (1988) que « c'est admettre implicitement que les valeurs sociales jouent un rôle premier dans l'analyse du processus cognitif c'est à dire dans toute lecture d’une étendue terrestre quelconque ». La territorialité nous apparaît donc comme l'expression du rapport individuel ou collectif spécifique à un territoire, que l'on considère comme « approprié » par un groupe social donné. Les facteurs de territorialité sont nombreux qu'ils soient d'ordre politique, juridique, culturel ou social.

4Nous nous intéresserons plus précisément à la relation territorialité - environnement. La raison en est simple. L'espace, dans le contexte de la vallée du Jourdain, n'est pas qu'une donnée de géographie physique. Il est le produit concret de politiques et de stratégies, de modes de structuration du territoire par les types d'exploitation et d'utilisation des ressources. C'est dans ce sens particulier que nous l'appelons environnement. Il ne s'agit donc pas ici, de lui donner une acception écologique et protectionniste, semblable à celle, courante, que l'on peut trouver dans des écrits ou discours en Occident. Dans la vallée du Jourdain, les enjeux quotidiens sont autres : politiques, sociaux et culturels.

5Avant de relier ce concept d'environnement avec la notion de territorialité, il semble nécessaire de faire une aparté rapide afin de présenter le milieu physique de la vallée du Jourdain.

6La fragilité du milieu est une spécificité de la vallée. Celle-ci est une dépression d'axe Nord-Sud (dont le fond se situe en dessous du niveau de la mer, de-210 m à-392 m), encadrée à l'Ouest et à l'Est de monts et collines atteignant 800-900 m d'altitude. Elle est par ailleurs caractérisée par un réseau hydrographique de type endoréique. Le cours d'eau principal, le Jourdain, prend sa source au Liban. Dans la partie étudiée, il s'écoule du lac de Tibériade à la mer Morte sur une distance de 110 km environ à vol d'oiseau.

7Le facteur topographique a des conséquences essentielles sur le climat. Il entraîne une très forte élévation des températures au fond de la dépression, et des écarts thermiques importants entre les sommets et le talweg.

8La répartition des précipitations épouse la disposition du relief et s'organise suivant un gradient latitudinal. La pluviométrie de la vallée se caractérise par de faibles valeurs totales (de 400 mm à 300 m d'altitude jusqu'à moins de 200 mm en dessous de-300 m).

9Les caractéristiques de déficit hydrique y sont exacerbées par un substrat calcaire perméable. Dans la partie plane de la vallée, la salinité des sols et de l'eau est une autre caractéristique importante du milieu, du fait de l'évaporation intense, et de la fermeture des vannes du Jourdain à Deganiya, à l'exutoire du lac de Tibériade.

10Tel est le portrait général que l'on peut dresser du milieu physique de la vallée. A des échelles plus grandes, les nuances seraient nombreuses. Ce cadre général nous paraît suffisant pour l'objet de l'article, qui est d'établir les liens entre territorialité et environnement.

11Ce milieu fragile et contraignant fait l'objet de différentes stratégies d'aménagement. Les enjeux varient suivant les parties en présence. Le paysage de la vallée en est imprégné et traduit assez bien la complexité des rapports de territorialité. L'occupation agricole d'un espace en est une expression assez fidèle.

12Dans un premier temps, nous étudierons les diverses stratégies agricoles institutionnelles, pour ensuite discerner les réactions et réponses de la part des acteurs locaux.

I. ENVIRONNEMENT ET TERRITORIALITE COLLECTIVE : LE SYMBOLE AU SECOURS DE LA POLITIQUE ET DE L’ECONOMIQUE

13Les paysages agricoles dans la vallée du Jourdain cisjordanienne et jordanienne sont très différenciés. On peut, à travers eux, lire des phénomènes de territorialité qui correspondent à des stratégies de développement agricole bien spécifiques. En Jordanie, celles-ci ont été étroitement liées à un programme d'irrigation et à une réforme agraire. Dans les implantations israéliennes des Territoires Occupés, elles ont soutenu une politique de colonisation Dans le contexte palestinien, le terme de stratégie peut être discutable : l'absence de souveraineté nationale fragilise la société dans une démarche collective ; les signes de territorialité, par le biais de l'agriculture, sont le fait d'individus, ou de petits groupes d'individus (peut-on dans ce cas employer le terme de stratégie de type institutionnelle ou même collective ?).

14Dans le contexte de la vallée du Jourdain, le milieu naturel est l'objet d'enjeux territoriaux fondamentaux pour les décideurs, puisqu'il est le support d'actions politiques et économiques.

15Nous nous en tiendrons dans cette première partie, à une réflexion sur le rapport territorialité-environnement au niveau décisionnel de type institutionnel.

1. La stratégie jordanienne : la consolidation d'une identité nationale par un secteur agricole fort. Ou la politique à la recherche de l'identité collective

16L'État jordanien a été crée 1946, suite au mandat britannique. Le peuplement local a été renforcé par des apports de migrants d'origines caucasienne (XIXème siècle) et palestinienne (1948 et 1967). Aujourd'hui, la population (4,6 millions d'habitants) est à 70 % constituée de Palestiniens.

17Dans le conflit israélo-palestinien, l'État jordanien a dû soutenir son voisin palestinien, mais l'afflux massif de réfugiés palestiniens, en particulier dans la vallée du Jourdain (rive orientale) a « perturbé » cet État en création. Un obstacle est immédiatement apparu. Comment s'affirmer jordanien et avoir une identité jordanienne tandis que la population est à 70 % palestinienne ? Cette difficulté est d'autant plus sensible que l'importante fraction de la population, que représentent les Palestiniens, est en décalage identitaire ; bien que vivant en Jordanie, elle se dit palestinienne. C'est donc dans ce contexte difficile qu'a dû se construire la territorialité jordanienne.

18Les potentialités agricoles de la vallée, ainsi que la valeur symbolique de la terre sont apparues comme un moyen de mise en valeur de l'espace et d'emprise économique des Jordaniens face aux Palestiniens ; ceci d'autant plus que l'économie jordanienne, au niveau national, est en grande partie maîtrisée par les Palestiniens. C'est pourquoi une stratégie « institutionnelle » de développement agricole s'est mise en place dès la fin des années 50. Elle s’est articulée autour de deux axes : un vaste programme d'irrigation dans toute la vallée, et une réforme agraire fondée sur un remembrement et une redistribution du foncier. Il s'agissait d'inscrire fortement l'identité jordanienne dans ce territoire.

19Le programme d'irrigation a eu pour but d'atténuer les contraintes naturelles (déficit hydrique, forte évaporation....) en construisant un grand canal.

20Le King Abdullah Canal, étayé aujourd'hui de barrages construits sur les différents affluents jordaniens du Jourdain, est encore un élément clé de la relation territorialité-environnement. Il est l'armature du développement agricole, de l'organisation de l'espace et des pratiques agricoles Ce canal d’irrigation dédouble le Jourdain sur la totalité de la rive orientale, du Yarmouk à la Mer Morte (Cf. fig. nol). Il a ainsi permis l'extension de la surface agricole utilisée (SAU) à la presque totalité de la vallée, sur une bande d'environ 5 km de large, comprise entre le canal et le Jourdain.

21Par ailleurs, le remembrement effectué dans les années 70 a permis une réorganisation du parcellaire et du système foncier. Les unités de surface sont de l'ordre de 2-3 ha chacune. En théorie, un individu ne peut être propriétaire que de 2 ou 3 unités. Pourtant, certains exploitants sont à la tête d'exploitations de superficie dix fois supérieure. Dans ce cas, les exploitants sont propriétaires de 2 ou 3 unités, mais opèrent soit à un regroupement avec d'autres propriétaires, soit à une location massive d'unités afin d'agrandir l'exploitation, soit à une combinaison de ces deux solutions.

22La politique foncière, déterminée par la Jordan Valley Authority (JVA), témoigne d'une volonté forte, par le biais de l'agriculture, de marquer l'identité jordanienne sur cet espace. Depuis 1967, la JVA est responsable de l'attribution des terres. En effet, avec l'afflux massif de réfugiés d'abord en 1948, puis en 1967, les Palestiniens ont participé activement à la mise en valeur de la vallée. La première vague de réfugiés a pu accéder, le plus souvent peu à peu, au statut de propriétaire. Mais au moment de la seconde phase de migration en 1967, les Jordaniens ont craint une dépossession de leur terre, et de leur territoire. Pour limiter l'accès des Palestiniens à la propriété, voire parfois même à la location, la distribution des terres a été confiée à la JVA. Ainsi, un propriétaire qui souhaite vendre son exploitation, le fait auprès de la JVA qui est libre ensuite de la revendre ou la louer à la personne de son choix. C'est à ce niveau que le filtrage s'effectue pour éviter de mettre la terre entre les mains de Palestiniens.

23La possession d'une terre n'est pas banale. Elle est un point essentiel de la territorialité. Elle participe de la notion même de territoire, elle en est un élément constitutif. Le territoire correspond à l'appropriation de l'espace. Cette appropriation peut être physique ou mentale. Mais la possession d'un espace peut favoriser son appropriation mentale. Il s'agit donc de la limiter pour les Palestiniens et de la favoriser pour les Jordaniens.

24Le second aspect de la relation territorialité-environnement, qui vise également à consolider l'identité jordanienne est plus subtil. En plus d'une occupation physique sur le terrain, le développement agricole permet le développement d'une activité et la création de richesses. C'est un moyen de créer une identité économique qui peut ensuite participer d'une identité collective jordanienne plus large. Dans cette optique, la Jordanie a opté pour le développement d’une agriculture dont une part importante de la production est destinée à l'exportation (légumes, agrumes, bananes, blé).

2. La stratégie israélienne : l'environnement et le développement agricole au service d'une colonisation

25La localisation des implantations juives répond à un double objectif, politique et économique : « la localisation des différentes colonies ne s'explique pas uniquement par leur intégration dans le dispositif de défense israélienne, il faut aussi la comprendre à travers la volonté d'octroyer à ces colonies une base agricole » A. Dieckhoff Ces colonies (une quinzaine dans la vallée) représentent une population d'environ quatre milliers de personnes.

26L'eau est souvent présentée, à juste titre, comme un point névralgique du conflit israélo-palestinien. Mais dans la localisation des implantations juives de la vallée cisjordanienne, ce facteur est presque secondaire. Les problèmes d'accès à l'eau ont été résolus par des systèmes de canalisations et de puits qui détournent l'eau de sa source vers les colonies. Les zones d'habitation de ces colonies sont malgré tout situées entre la route et la rupture de pente des monts (Cf. fig. no2), où l'accès de l'eau est plus aisé et sa qualité supérieure qu'à proximité du Jourdain.

27Par contre, la qualité des sols est un facteur plus déterminant de localisation de ces colonies. Elle est d'autant plus importante, que ces sols doivent permettre le développement d'une agriculture intensive, dont le produit est essentiellement destiné à l'exportation. Les meilleurs sols (sols alluviaux) sont situés dans le Zor et dans le Ghor (Cf. fig. no3). Aussi, la stratégie consiste à occuper des espaces à très haut capital pédologique, bien au delà des zones d'habitat : la lutte pour la mainmise sur les sols est rude, et illustre le conflit de territorialité.

28Si l'on observe, dans la vallée, un dispositif d'implantation israélienne alterné avec les exploitations ou les villages palestiniens dans le Ghor, au contraire, entre la route et le Jourdain, les espace agricoles israéliens s'étendent davantage et de manière continue. Ces espaces sont une illustration typique de la logique politique et économique d'implantation des colonies israéliennes. En effet, ils ont à la fois une fonction économique (exploitation agricole de l'espace) et défensive (possession physique de l'espace frontalier). L'environnement est un maillon dans une stratégie territoriale d'envergure. Que les colonies soient des kibboutzim ou des moshavim, l'enjeu est national. La marge de manœuvre individuelle est limitée. Les décisions dépendent très largement des institutions les plus hautes de l'État d'Israël.

3. La stratégie palestinienne : une identité collective à la recherche d'une politique

29La territorialité palestinienne, en terme de politique collective est très limitée au contraire des deux autres entités analysées. L'identité collective est très forte et participe activement à la territorialité. Cependant, l'absence de souveraineté nationale stable, forte et reconnue juridiquement, ampute le peuple palestinien d'une véritable politique territoriale. Le milieu demeure un support fort dans l'identité collective. Il est le support et le rappel constant de la rupture et des blessures collectives. La territorialité au plan collectif est le fait d'une somme d'actions individuelles, ou associatives. Du point de vue juridique, elle existe, mais de manière précaire, à l'échelon municipal. Les droits sont limités et sous surveillance étroite de l'administration israélienne, en particulier en ce qui concerne la gestion de l'espace et de ses ressources. Cependant, malgré l'étroitesse du cadre juridique, cet échelon décisionnel est essentiel dans la territorialité palestinienne. L'utilisation de l'espace par le biais de l'agriculture, et sous influence un tant soit peu palestinienne, permet de ne pas s'appuyer uniquement sur l'identité culturelle. L'identité culturelle peut se vivre hors du territoire. L'agriculture est donc le lien vital pour le peuple palestinien entre son identité et son territoire.

30Concrètement, sur le terrain, le rapport milieu-territorialité est simple. Les villages et zones de cultures sont localisés autour des points d'eau. L'irrigation est pratiquée tout autant que chez les israéliens, mais l'accès aux ressources est sous contrôle de l'administration israélienne.

31Nous avons émis comme postulat en introduction, que la territorialité était un rapport individuel ou collectif au territoire. Nous avons envisagé dans cette première partie, la territorialité collective institutionnelle. Il nous faut à présent analyser le poids des acteurs locaux de la relation territorialité - environnement.

II. ENVIRONNEMENT ET TERRITORIALITE LOCALE : L'IMAGE INVERSE DE LA TERRITORIALITE COLLECTIVE

32Les politiques institutionnelles présentées auparavant ont pour objectif de renforcer ou d'impulser une territorialité collective. Ces politiques sont ressenties comme nécessaires dans la mesure où les populations sont en mal de territoire. Au travers des enquêtes, l'échelle locale d'analyse propose l'image négative de la situation présentée auparavant. Ces populations diverses (jordanienne, palestinienne, israélienne, et autres migrants) se reconnaissent mal, chacune pour sa part, dans les politiques institutionnelles de conquête d'identité par la mise en valeur de l'espace. Au niveau local, les résistances, ou réticences - qu'elles s'expriment ou non, peuvent être individuelles ou collectives, car elles peuvent concerner aussi bien des individus, que des familles ou des groupes. Il apparaît que sur la rive gauche (jordanienne) du Jourdain, les 4/5 de la population résidante ne s'identifient pas à son territoire. Dans les colonies israéliennes, l'identification au territoire est autrement problématique du fait de la situation d'isolat et de tension des implantations. Les Palestiniens sont une population bien territorialisée. Si bien que, dans cette région, on constate des degrés très divers de « territorialisation » (entendue comme le caractère plus ou moins achevé de conquête de son identité par occupation et mise en valeur d'un espace approprié) ; cela génère des relations spécifiques entre environnement et territorialité.

1. Des populations peu ou pas territorialisées sur la rive jordanienne du Jourdain

33La population sur la rive orientale du Jourdain est composée d'environ 70 % de Palestiniens (englobant les vagues successives d'immigration), de 10 % d’Egyptiens et Indiens, et de 20 % de Jordaniens. Cette composition démographique entraîne des territorialités différentes suivant chaque groupe.

34Les exploitants d'origine palestinienne ont un rapport au milieu souvent temporaire et utilitaire, car ils sont encore nombreux à avoir le statut de réfugié (ce qui ne signifie pourtant pas qu'ils auront un jour la possibilité de retourner en Palestine). Et cela même s'ils résident en Jordanie depuis 20-30 ans. Leur territoire est ailleurs, au delà de la frontière. Leur identité territoriale est marquée par la dépossession physique et juridique de leur espace d'origine ; mais mentalement cet espace reste le leur. La terre jordanienne n'est qu'un passage obligé. Le sentiment d’être palestinien et non jordanien est une marque de résistance et d'affirmation de soi - au delà de ce constat, se pose d'ailleurs le problème du rapport au milieu concernant les personnes des seconde et troisième générations, nées en Jordanie ; peuvent-elles s'identifier à un territoire palestinien qu'elles n'ont jamais connu ?-.

35Dans ce contexte, l'environnement n'intervient pas comme un élément fort de territorialité : il est un support de survie mais absolument pas un élément d'identification.

36Cependant, concernant les Palestiniens ayant accédé à la propriété, ce propos est à nuancer. Ils ont émigré en Jordanie entre 1948 et 1967. Le fait d'accepter de devenir propriétaire ne serait-il pas le signe de résignation à l'exil définitif ? Pour eux, dans ce cas, l'identité palestinienne aurait la force symbolique d'une référence revendiquée, à un territoire d'origine pour lequel on aurait renoncé à tout espoir de retour.

37La population égyptienne et indienne a immigré plus récemment en Jordanie. Son rapport à l'espace est seulement de nature économique ; c'est une population masculine très jeune, ne fondant pas de famille sur place, et retournant saisonnièrement au pays d'origine. Le rapport à l'espace quotidien actuel est utilitaire, mais ne draine pas des ruptures culturelles intérieures aussi violentes. Cette population n'est pas en recherche de territorialité en Jordanie. L'environnement n'est le cadre d'aucun transfert de nature culturelle et politique ; il est le support vital, à la fois en tant qu'espace d'activités agricoles et donc de nourriture, de subsistance, et de production de revenus ré-injectables au pays d'origine.

38La dernière catégorie de population est jordanienne. Le désir de s'affirmer Jordanien, par opposition aux Palestiniens, est fondamental dans le rapport qui existe entre ces deux populations, mais également dans le rapport au milieu. En effet, l'environnement, en tant que support et produit du développement agricole, est le moyen d'une légitimation sociale et identitaire.

2. Le mythe israélien de la Terre Promise, et la difficile situation d'isolat

39La territorialité israélienne locale est confrontée à une question essentielle : le fait d'être implanté dans un espace suffit-il à en faire son territoire ?

40Nous l'avons précédemment souligné, la logique d'implantation israélienne est idéologique et économique. Les colonies dans la vallée ont été essentiellement peuplées par des populations immigrantes, originaires d'Europe centrale et orientale. Cette immigration s'est faite dans un contexte de rupture : Les populations, dans la majorité des cas, quittaient leur pays d'origine afin de bénéficier de plus de liberté. Le plus souvent, suite à une série d'accords entre les pays et le gouvernements israélien, Israël était l'unique destination possible.

41La logique d'implantation fonctionne sur un réseau de colonies isolées (mais reliées entre elles par un réseau routier réservé aux israéliens). Les situations d'isolat en milieu hostile ont pour double effet :

  • d'entretenir l'idéologie de la Terre Promise, et de justifier l'occupation en s'appuyant sur la valeur symbolique de l'espace,
  • de maintenir les anciennes frustrations de liberté par leur situation de dépendance vis à vis des institutions étatiques israéliennes, et d'insécurité latente par la peur de l'autre.

42Les populations tentent alors de relever le défi de leur nouvelle identité israélienne, en sur-valorisant la référence symbolique de leur rapport à cet espace, et le refoulement de toute référence à leurs citoyenneté et territoire de naguère. Le développement agricole est l'instrument privilégié de légitimation de leur revendication territoriale dans une logique de nature à la fois idéologique et économique : l'environnement est dans ce contexte à la fois support et produit du développement agricole, et grâce à cela même, la sur-légitimation d'une territorialité initialement symbolique, est redevenue actuelle.

43Cependant, cette recherche de territorialité se réalise au quotidien, dans une atmosphère conflictuelle, du fait des tensions politiques. Elle doit faire face à la confrontation, parfois difficile, entre le symbole idéologique et la réalité quotidienne. C'est la raison pour laquelle, une part significative de la population des colonies a souhaité quitter les implantations situées dans les territoires occupés. On peut alors s'interroger, dans le cadre de la relation environnement-territorialité, sur le caractère nécessaire et suffisant pour fonder une nouvelle territorialité, des pratiques d'appropriation et de mise en valeur d'un espace contesté.

3. La population palestinienne, paradoxalement la mieux territorialisée

44Dans la vallée du Jourdain cisjordanienne, les Palestiniens originaires de la région, bien qu'au cœur du conflit, sont paradoxalement les mieux enracinés. Ils luttent au quotidien pour la défense de leur territoire, mais vivent sur les lieux de leur histoire continue individuelle et collective. L'activité agricole devient un acte essentiel à cette résistance, en tant qu'occupation effective de l'espace hérité, et moyen de subsistance.

45De ce point de vue, la relation territorialité-environnement est certes, fortement, symbolique et culturelle (lutte pour la reconnaissance de l'identité palestinienne), mais également très fortement économique, sociale et politique. L'agriculture, activité économique prédominante de la vallée, est vitale. En effet, elle doit d'une part faire vivre une population sans cesse croissante, et d'autre part permettre d'enrayer en partie le chômage grandissant.

46Du point de vue historique la relation environnement-territorialité a toujours été ici guidée par la proximité immédiate de l'eau et des sols riches. Aujourd’hui, le paysage agricole palestinien est resté figé dans cette logique d'organisation spatiale malgré l'intensification de l'agriculture et les modifications des pratiques agricoles. La SAU correspond à des parcelles cultivées séparées par des bandes de désert. Cela est dû à l'occupation des territoires par une force extérieure, interdisant toute mobilité ou extension des surfaces. Les contraintes autoritairement prescrites à l'irrigation, aux pratiques de l'agriculture, et les expulsions, ont empêché un développement spatial de l'agriculture palestinienne. Cependant, le milieu est devenu un support de territorialité individuelle symboliquement plus solide.

CONCLUSION

47Dans le contexte caractéristique de la vallée du Jourdain, cohabitent différents niveaux de territorialité selon qu'ils intègrent plus ou moins le facteur environnemental. L'environnement révèle par le biais de l'agriculture, un mode de structuration du territoire, du fait des différents types d'exploitation, de systèmes de culture et d'utilisation des ressources. Par cette structuration, il donne aussi une image des systèmes sociaux, et là encore il en est à la fois le cadre et le produit : il renvoie donc à une acception sociale complexe de l'environnement. Il y a interpénétration des différentes acceptions, le sens écologique occidental étant le plus difficilement défendable dans le contexte politique sensible de la région.

48La notion d'environnement est l'objet d'enjeux politiques, car selon les définitions qu'on lui donne, elle peut être l'outil de légitimation de la pénétration de nouveaux acteurs dans un espace donné, et par là fonder de nouvelles et très diverses territorialités.

49L'exemple que nous avons présenté, peut inciter à entreprendre une analyse des décalages qui peuvent exister entre cette réflexion sur la relation triangulaire environnement/stratégies de développement agricole/territorialité, dans un milieu naturel fragile et un contexte politique tendu, menée avec un regard extérieur, et la perception qu'en ont les acteurs du développement agricole eux-mêmes.

fig. no1 : Schéma des différentes pratiques dans la concurrence pour l'eau.

fig. no2 : Colonies israéliennes, villages palestiniens et aménagements dans la vallée du Jourdain.

fig. no3 : Profil d'un versant type de la vallée du Jourdain.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AYED K., 1989, Les colonies de peuplement israéliennes dans les territoires occupés, in Les palestiniens de l'intérieur, Les livres de la Revue d'études palestiniennes, p. 53-75, Paris.

DIECKHOFF A., 1989, Les espaces d'Israël. Essai sur la stratégie territoriale israélienne, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 215p., Paris.

DIECKHOFF A., 1994, Plaidoyer pour un rapide divorce israélo-palestinien, rubrique Rebonds, Libération du 28/10/94, Paris.

DI MEO G., 1991, L'homme, la société, l'espace, Economica, coll. Anthropos, 319p., Paris.

DUCLOS L-J., 1988, Territorialités palestiniennes, Revue du Monde Musulman et de la Méditerranée, no48-49, p.250-265, Aix-en-Provence.

GUMUCHIAN H., 1988, De l'espace au territoire. Représentations spatiales et aménagement, Université de Grenoble 1, coll. Grenoble Sciences, 214p., Grenoble.

MANSOUR A., 1989, Les conditions économiques dans les territoires occupés, in Les palestiniens de l'intérieur, Les livres de la Revue d’études palestiniennes, p. 77-97, Paris.

RIBAU P., 1992, La guerre de l'eau aura-t-elle lieu ?, La Pensée, no 285, p.39-58, Paris.

SALAMEH E. et al., 1991, Water pollution in Jordan. Causes and effects, Friedrich Ebert Stiftung, 137p., Amman.

SANBAR E., 1984, Palestine 1948 : l'expulsion. Les livres de la Revue d'études palestiniennes, 236p., Paris.

YEHOSHUA A. B., 1992, Pour une normalité juive, Liana Lévi, coll. Opinion, 135p., Paris.

Table des illustrations

Légende fig. no1 : Schéma des différentes pratiques dans la concurrence pour l'eau.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 245k
Légende fig. no2 : Colonies israéliennes, villages palestiniens et aménagements dans la vallée du Jourdain.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende fig. no3 : Profil d'un versant type de la vallée du Jourdain.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 50k

Auteur

URBAMA, Université de Tours, BP 2221, 23 rue de la Loire, 37021 Tours Cedex 21

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter