Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

Les formations quaternaires dans une vallée du Haut Atlas oriental marocain et leur rôle dans la conservation ou la régénération de la steppe à Alfa

Jean-Michel Avenard

Résumé

Dans le Haut Atlas Oriental Marocain, la disposition particulière de vallées affluentes qui se sont trouvées perchées par rapport à l'axe principal de drainage, a permis la conservation de formations quaternaires. L'apparition assez systématique d'un liseré de roche en place séparant deux niveaux précise l'importance de la phase d'incision entre deux remblaiements. Les caractéristiques différentes de ces formations orientent les possibilités de régénération de la steppe à alpha.

In the Eastem High Atlas of Morocco. a special aspect of the affluent valleys, perched with regard to the principal drainage axis, allowed the conservation of quaternary deposits. The rather systematic appearance of a bedrock-edge, keeping apart two levels, specifies the importance taken by the cutting stage between two aggradations. The different characteristics of this formations direct the regeneration possibilities of the Alfasteppe.

Texte intégral

1La structure du Haut Atlas Oriental offre le cadre général dans lequel viennent s'insérer les formations superficielles que nous avons plus particulièrement examinées dans le haut bassin versant du Ziz (entre les latitudes 39° 20'et 32° 55'Nord et les longitudes 4° 28'et 4° 42'Ouest).

2Des plis calcaires, plus ou moins pincés, se succèdent parallèlement les uns aux autres, avec localement des déversements et des failles. Ils sont séparés par des dépressions marneuses qui sont occupées par des vallées s'élargissant parfois pour donner de véritables plaines intérieures (Rich par exemple), et qui sont tapissées de formations détritiques issues de l'évolution quaternaire.

3L'originalité vient du fait que cet ensemble est traversé, perpendiculairement à l'axe principal des plis, par le Ziz et ses hauts affluents comme l'oued Hamza, qui coupent les crêtes anticlinales par des gorges profondes qui se sont progressivement encaissées au cours du quaternaire. Le bloc-diagramme extrait de « Géographie du Maroc » (p. 138) et reproduit ci-dessous, illustre cette disposition.

4Il en résulte que les vallées se sont ainsi trouvées perchées par rapport à l'axe principal du drainage, ce qui a permis, dans de nombreux cas, un emboîtement des formes.

I. DISPOSITION SCHEMATIQUE DES VALLEES

5L'ensemble des dépressions entre les plis calcaires, constituant les vallées perpendiculaires à l'axe principal du drainage (oued Ziz et affluents), présente la même disposition générale, qui devra être nuancée par une cartographie de détail, mais dont la vallée de Seddour donne un bon exemple. De l'amont vers l'aval, quatre formations de nature différente se succèdent, emboîtées les unes dans les autres, tandis que les formations les plus basses prennent une extension de plus en plus grande vers l'aval.

6Le niveau 1, le plus ancien, est très démantelé, se présentant soit sous la forme de reliefs tabulaires, à croûte conglorématique épaisse, soit plaqué sur les versants des plis et alors souvent tronqué (on reconnaît souvent la base de la croûte, blanchâtre et pulvérulente), il semble correspondre au « Moulouyen » largement décrit par R. Raynal.

7Le niveau 3, de plus grande extension, forme un glacis assez généralisé, avec des éléments grossiers (20 cm de diamètre environ), emballés dans un matériel hétérométrique encroûté en de nombreux endroits (croûte compacte, souvent en feuillets). Ce niveau présente toutes les caractéristiques du « Tensiftien ».

8Le niveau 4, beaucoup moins étendu, souvent sous forme de liseré, est beaucoup plus fin, avec une superposition assez fréquente de deux formations :

  • à la base une formation fine (sablo-argileuse), très homogène, avec seulement quelques lentilles plus grossières (graviers et petits galets) ;
  • au-dessus un matériel plus grossier et plus hétérométrique, les éléments grossiers ne dépassant cependant guère 10 à 15 cm de diamètre.

9L'ensemble de la formation ne présente pas de trace d'encroûtement et toujours par analogie, il est possible d'attribuer ce niveau au « Soltanien » (parfois dédoublé).

10Le niveau 5, représenté par les bas fonds plus ou moins marécageux, est constitué par du matériel fin, sablo-argileux. Il constitue une banquette d'extension plus ou moins grande, dominant l'entaille actuelle du lit mineur des oueds. Cette entaille s’approfondit vers l'aval, en bordure de l'axe principal, par suite du surcreusement des gorges. Ce niveau correspond à la basse terrasse « rharbienne », remaniée localement par des éléments de la dynamique actuelle (épandage de surface, incisions de petits ravineaux...).

11Des profils en travers dans les parties moyennes et inférieures des vallées permettent de préciser la forme prise par l'emboîtement de ces niveaux. On retrouve en effet presque systématiquement, un liseré de roche en place (marnes) dans l'entaille du niveau 3, prouvant une phase d'incision importante avant le remblaiement soltanien, et à mettre en rapport avec l'appel au vide des gorges, évoqué précédemment.

12Deux variantes viennent compléter ce schéma général :

  • Au débouché de certaines entailles perpendiculaires aux plis, des cônes de piedmont dominent très légèrement le glacis attribué au « Tensiftien » (niveau 2). Le matériel très hétérométrique, avec des blocs dépassant 30 à 40 cm de diamètre, et la disposition dans le paysage peut faire penser à une mise en place datant du quaternaire ancien (Salétien), mais des observations plus précises devraient être faites.
  • Lorsque la vallée s'est trouvée suffisamment perchée par rapport à l'axe principal, lorsque les calcaires des plis prennent des faciès plus gréseux, et peut être aussi lorsque l'orientation est propice, des phénomènes éoliens remanient les dépôts soltano-rharbiens. C'est plus particulièrement le cas de la vallée de l'Ahadjimi.

13Deux types de secteurs sont à considérer dans l'axe central du Ziz et affluents, coupant les plis anticlinaux, à savoir les gorges et les traversées des dépressions. Dans les gorges, un véritable ramonage n'a laissé que peu de traces des dépôts quaternaires et les escarpements n'ont souvent à leurs pieds qu'un talus d'éboulis « polygénique ». se raccordant à la basse terrasse subactuelle ou récente. Quelques élargissements permettent cependant de retrouver des lambeaux de niveaux « accrochés » aux versants, qui seraient certes très utiles pour une reconstitution de l'évolution géomorphologique, mais que nous n'avons pu examiner en détail dans le cadre de ce travail.

14Ces élargissements ont d'autre part un grand intérêt sur le plan de l’agriculture, car ils permettent une plus grande extension de la basse terrasse (rharbienne), unité favorable à l'installation de périmètres irrigués. Le problème d'aménagement est ici de limiter les sapements.

15La traversée des plaines pose le problème du raccord entre le bas niveau des vallées transversales et les dépôts fluviatiles de l'axe principal. Des études sédimentologiques fines seraient à faire, mais la préoccupation majeure provient de l'activité actuelle des oueds dont la tendance est à l'élargissement du lit mineur, par sapement des basses terrasses soltano-rharbiennes. Cette dynamique fluviale qui semble réactivée depuis une période relativement récente est très certainement à mettre en rapport avec la dynamique érosive qui affecte les versants et glacis à la suite d'une dégradation de la couverture végétale, caractérisée principalement par une steppe à alfa.

H. DYNAMIQUE ACTUELLE SUR VERSANTS ET DEGRADATION DE LA STEPPE A ALFA

16Selon les années, le climat de la région se localise dans la zone aride ou semi-aride sur le climagramme pluviothermique du coefficient d’Emberger. Si en effet le régime des précipitations se caractérise par une faiblesse annuelle (moy/an autour de 200 mm), une grande irrégularité interannuelle (la station de Zaouit Sidi Hamza a reçu par exemple 509 mm en 1974-75), et la tendance à la concentration au printemps et secondairement en automne sont une règle générale. Il en résulte une forte agressivité pendant ces périodes, rendant ce milieu très sensible, particulièrement à l'action du ruissellement. La modification d'un paramètre, à savoir la dégradation du couvert végétal, sera alors de nature à créer une crise érosive, avec, comme l'a montré G. Beaudet « une augmentation de la concentration du ruissellement » (G. Beaudet et al., 1964) et une accélération de la dynamique amplifiant cette dégradation.

17Le mécanisme est résumé dans les planches photographiques suivantes, et fait apparaître des différences en fonction des formations quaternaires qui ont des caractéristiques différentes (granulométrie, perméabilité....).

18- sur le glacis « tensiflien », le matériel détritique relativement grossier offre une défense « naturelle » ; lorsque le ruissellement reste modéré, lorsqu'il est contrecarré par une végétation suffisamment dense, les éléments grossiers se concentrent en pavage et s'opposent aux entailles linéaires. Il n'en est plus de même lorsque les touffes d'alfa deviennent plus espacées : des traces de rills apparaissent, avec en bas de versant, concentration des écoulements se traduisant par des ravineaux, et, parfois même mise à nu de la croûte sous-jacente.

19- sur les versants « soltaniens », de granulométrie plus fine, et de structure plus imperméable, ce ruissellement entre les touffes est beaucoup plus actif et rapidement décapant. Il met en relief les touffes d'alfa, qui à court terme dépérissent, se raréfient, le stade final étant un décapage généralisé ne permettant aucune régénération naturelle ultérieure.

20Mais dans le même temps, cette concentration du ruissellement provoque une érosion régressive se traduisant par des incisions qui s'élargissent pour attaquer les autres niveaux (« tensiflien » et « moulouyen »). Une lutte anti-érosive pour conserver les nappes alfatières serait d’arrêter l'élargissement et la progression de ces incisions en constituant des petits barrages en pierre sèche le long des entailles du niveau « soltanien », car le phénomène amorcé est difficilement réversible.

CONCLUSION

21Le but de cette courte étude était de reconnaître les différentes unités géomorphologiques et leur évolution, permettant ainsi de définir des compartiments morphopédologiques, et, par mise en corrélation, d'expliquer la répartition des formations végétales et les possibilités de régénération de la nappe alfatière, à la suite de sa dégradation par les actions humaines.

22Le schéma général établi devra bien évidemment être nuancé dans le détail, par une cartographie systématique, mais il permet dans un premier temps, d'une part de mettre en évidence une formation quaternaire plus favorable à la régénération de l'alfa, d'autre part de montrer l'interdépendance du milieu puisque de la protection du niveau « soltanien » dépendra la stabilité des autres formations.

Répartition schématique des formations dans les vallées affluentes du Ziz

Répartition schématique des formations dans les vallées affluentes du Ziz

Coupe schématique montrant l'emboîtement des formations

Bloc-diagramme du Haut Atlas oriental : on remarquera la structure des syndicaux élargis et le déversement des plis vers le Nord et vers le Sud.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

AVENARD J-M., 1985 et 1989, Rapports de mission : Observations géomorphologiques dans le Haut Atlas Oriental marocain. Cereg, documents inédits.

BEAUDET G., MARTIN J., MAURER G., 1964, Remarques sur quelques facteurs de l'érosion du sol. Revue de géographie du Maroc, 6, p.65-73.

LAAOUANE M., 1984, Le Haut Atlas de Rich (Haut Atlas Oriental) - Etude géomorphologique. Thèse 3ème cycle. Université de Toulouse-Le Mirail, Institut de Géographie D. Faucher

LAHRAOUI L., 1987, Etude Phyto-écologique et Géomorphologique du Haut Bassinversant du Zig (Haut Atlas Oriental du Maroc) - Utilisation de la Télédétection et changements d'échelles. Thèse Université des Sciences et Techniques du Languedoc, Montpellier, 144p.

MARTIN J., JOVER H., LE COZ J., MAURER G., NOIN D., 1964, Géographie du Maroc, Hatier, Paris.

RAYNAL R., 1961, Plaines et Piedmonts du bassin de la Moulouya (Maroc Oriental). Etude géomorphologique. INFRAMAR, Rabat, 617 p.

Table des illustrations

Titre Répartition schématique des formations dans les vallées affluentes du Ziz
Légende Coupe schématique montrant l'emboîtement des formations
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31902/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 282k
Légende Bloc-diagramme du Haut Atlas oriental : on remarquera la structure des syndicaux élargis et le déversement des plis vers le Nord et vers le Sud.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31902/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 190k

Auteur

UFR de Géographie, Institut de Géographie et d’Aménagement, Université Louis Pasteur, 3 rue de l’Argonne, 67083 Strasbourg Cedex

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540