Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

Les glaciations des Alpes Maritimes : essai de mise au point

Maurice Julian

Résumé

Quelques rares blocs erratiques ou manteaux morainiques d'altitude élevée attestent de la formation et de l'extension de glaciations anciennes et très anciennes mais leur connaissance est superficielle et les corrélations avec les dépôts élevés, alluviaux ou littoraux, sont des plus délicates. Au contraire, l'extension de glaciers de vallée lors des deux dernières glaciations a donné lieu à des cartographies et à des interprétations correctes. Dans la haute montagne, les refroidissements qui ont développé glaciers perchés et glaciers rocheux au cours du Tardiglaciaire et de l'Holocène ont été un thème de recherche fructueux au cours des récentes années.

Some high erratic boulders and morainic sheets are the marks of the oldest and older glaciations whose real knowledge is uncertain and the correlations with high alluvial and Coastal mediterranean deposits are difficult. At the opposite the extension of the glacial tongues into the valleys during the two last glaciations is correctly mapped and interpreted. In the high mountain, cold fluctuations forming glaciers and rockglaciers, belonging to lateglacial and holocene times were a good scope for many recent researches.

Texte intégral

1Hautes montagnes dont les sommets ne dépassent qu'en de rares points les 3000m, les Alpes-Maritimes ont connu des conditions diversifiées d'englacement au Pléistocène et à l'Holocène. L'insuffisance d'altitude a été compensée par la proximité de la source d'humidité de la Méditerranée mais si l'englacement paraît avoir été des plus honorables lors des principales séquences froides du Quaternaire, si les stades dits de retrait, traduisant les fluctuations de température et, secondairement, d'humidité du Tardiglaciaire et du Postglaciaire, sont bien repérables grâce aux moraines et aux glaciers rocheux d'altitude, au dessus de 2000m généralement, si le petit Age de la Glace s'est affirmé par une modeste mais réelle reconquête des glaciers de parois et de cirques (Assier, 1993), le réchauffement récent a, en fonction de l'altitude critique des massifs, conduit à la disparition d'un grand nombre de petits appareils.

2La connaissance de ces phénomènes s'est établie de façon progressive depuis la fin du XIXème siècle :

  • les travaux pionniers, à la suite des reconnaissances de Penck et Brückner qui ont visité quelques vallées, ont été le fait de Sacco, Malaroda, Carraro (1970) sur le versant italien, donnant lieu à de précises cartographies, ils ont été également dus à de Martonne (1923), Blanchard (1956), Fallût et Faure-Muret (1950), Faure-Muret (1955), côté français, ces derniers portant une attention spéciale aux « rock-streams » (glaciers rocheux), tout en reculant devant toute tentative de chronologie ;
  • les études de Schweizer (1968) et de Julian (1976-1981) apportèrent ensuite des éléments nouveaux, en ce qui concerne le domaine de haute montagne pour le premier, l'ensemble régional pour le second ;
  • parallèlement aux recherches de Jorda (1980, 1983) plus au Nord, grâce à des données paléobotaniques et paléoclimatiques affinées (Beaulieu, 1977), et à des recherches sui-generis sur les glaciers rocheux (Evin, 1987) et sur l'englacement récent (Hanss, 1970 ; Assier, 1993), les images des phases d'englacement ou de refroidissement successives ont été précisées ou redéfinies.

3La synthèse que nous avions proposée en 1976, modifiée à l'occasion de mises au point postérieures (1984), synthèse qui d'ailleurs regroupait insuffisamment les données des glaciations pléistocènes des vallées, comme le regrettait Beaudet (1984) dans le compte-rendu critique de notre étude, peut-être dans l'ensemble confirmée pour le Pléistocène, à condition de corréler plus fermement les données de la montagne et celles recueillies sur le littoral et dans les basses vallées, dans la mesure où la Côte d'Azur est un vaste chantier pour les quaternaristes, mais doit bénéficier d'améliorations substantielles pour le Tardiglaciaire et l'Holocène.

I. UNE CONNAISSANCE FRAGMENTAIRE DES ANCIENNES PHASES GLACIAIRES

4Le nombre et l'extension des phases d'englacement du Pléistocène ancien et moyen demeurent en l'état des connaissances fortement problématiques. Les indices sont des plus ténus, les corrélations spatiales entre ceux-ci et les séquences littorales et intermédiaires hypothétiques.

1. Les plus anciens dépôts glaciaires (oldest deposits)

5Quelques blocs erratiques, isolés ou en pastilles, ont été découverts à de très hauts niveaux sur les versants des vallées intérieures ou en fonction de cols élevés (au dessus de 2000m). Les vallées de la Gordolasque, de la Tinée, de la Stura di Demonte et du Gesso recèlent quelques uns de ces témoins du premier type alors que la preuve d'une très ancienne diffluence a été découverte par Faure-Muret (1955) sur la rive droite de la haute Tinée, où des blocs de roches métamorphiques appartenant au socle du massif du Mercantour ont franchi un col à plus de 2100m et sont venus se déposer dans le vallon de Vignols, en terrain sédimentaire, pour être ensuite remaniés dans un cône fluvioglaciaire. Même en tenant compte d'un creusement limité de la vallée principale, il faut envisager un épais glacier franchissant la crête élevée entre Tinée et Vionène.

2. D'anciens dépôts, d'altitude inférieure et plus abondants (older deposits)

6Sur les sections supérieures des versants, mais nettement en contrebas de précédents dépôts, on observe également des traces d'extensions de glaciers anciens. Ainsi, sur le bord gauche de la vallée de la haute Tinée, entre Saint-Etienne et Saint Sauveur, où, avec une certaine continuité, des épaulements ou des replats portant d'anciennes prairies de fauche et des granges sont empâtés de dépôts de cailloutis à blocs volumineux, inégalement émoussés, témoignant de phénomènes de transport fluvioglaciaire en bordure du glacier. Dans la vallée inférieure de la Gordolasque et dans le secteur de confluence avec la Vésubie (site de Fort de Flaut, à 750m au-dessus du fond actuel), de vieilles moraines, épaisses et très altérées (gneiss pourris), affleurent sous les châtaigniers. De même, les géologues turinois ont cartographié des traces semblables, élevées sur les versants de l'Argentera, sous forme principalement de blocs erratiques de fort volume.

3. Les correspondances possibles avec les hautes terrasses aval

7Quelques lambeaux discontinus de très hautes terrasses ou de cônes latéraux torrentiels perchés sont contigus à ces dépôts glaciaires anciens : deux niveaux largement déboîtés sont conservés dans la vallée inférieure de la Tinée, aux alentours de Clans (Julian, 1967) ; il en existe aussi dans le Var moyen et ils prennent une extension notable dans la vallée inférieure du Var entre Carros et la mer (site de la ville nouvelle de Carros, hauteurs des quartiers ouest de Nice). A Fabron, avant les récentes constructions urbaines, il était possible d'observer ces épandages détritiques grossiers, angulairement discordants sur les bancs deltaïques frontaux pliocènes, à matériau intensément altéré et coiffés d'une dalle calcaire épaisse de plusieurs décimètres, avec totale épigénie des galets cristallins. En raison de sa position perchée entre 100 et 200m d'altitude, on peut considérer que ce haut niveau alluvial est plus ancien que les plus anciens dépôts quaternaires de la Riviera, comme ceux de la Grotte du Vallonnet, près de Roquebrune ou, plus proches, de Fort Thaon, à Nice-Mont Boron (de Lumley, 1976).

8A titre d'hypothèse, on peut admettre une corrélation entre ces traces glaciaires anciennes de l'intérieur montagnard et les très hautes terrasses des vallées moyennes, notamment les dépôts de la deuxième génération. Les correspondances avec les séries littorales sont tout à fait hypothétiques. Les analyses récentes ont fourni des données abondantes et précises concernant les refroidissements des températures marines au début et au milieu du Pléistocène. Les séries calabriennes de Nice-Saint-Philippe contiennent en effet Globigerina pachyderma et Hyalinea baltica mais l'on sait maintenant que les conditions bathymétriques entrent en compte et brouillent quelque peu les indications thermiques de surface. D'autre part dans la grotte du Vallonnet, les dépôts marins intercalés dans les formations continentales d'appartenance « villafranchienne », qui contiennent à leur sommet quelques choppers, sont inclus dans une séquence à champ géomagnétique normal mais compris en fait dans la durable séquence de champ magnétique inverse de Matuyama, cette courte période-repère à champ normal marquant la séquence indiquée étant attribuée à l'épisode de Jaramillo, entre - 0,95 et - 0,90 MA (de Lumley, 1980).

9La transition entre les séquences magnétiques de Matuyama et de Brunhes est située au niveau chrono-séquentiel du « Sicilien » (ca 0,7 MA) ; la ligne de rivage de Fort Thaon (83m) est significative de cette séquence mais son perchement dépend du soulèvement épeirogénique de la Riviera, voire des mouvements différentiels néotectoniques. Le passage entre le Pléistocène inférieur et le début du Pléistocène moyen est corrélable avec cette césure entre les deux hauts rivages (vers 110m et vers 83m), étant entendu que des sédiments marins plus profonds peuvent affleurer à des altitudes variées (Calabrien de Nice-Saint-Philippe à + 15m, par exemple).

10L'étude des paléotempératures révélées par la composition isotopique des carbonates des coquilles des séries marines (rapport18 O/16 O) indique un net déclin des conditions climatiques des eaux de la Méditerranée occidentale mais ne révèle pas de conditions thermiques rigoureuses antérieurement au rivage transgressif du Sicilien, sans doute placé chronologiquement à l'interglaciaire Mindel-Riss de la chronologie alpine de Penck et Brückner, cette chronologie étant en fait largement abandonnée (Létolle et al., 1971).

11Au moins une glaciation, dans les Alpes Maritimes, est sûrement antérieure au renversement de champ géomagnétique de la transition Matuyama-Brunhes (0,7MA) et il est fort probable que des avancées de glaciers, une ou deux fois, se soient manifestées en montagne et aient alimenté les épandages détritiques aval attestés par les plus hauts niveaux alluviaux. Se seraient ainsi succédées une très ancienne glaciation du début extrême du Pléistocène, mal définie, presque uniquement authentifiée par des blocs erratiques et une ancienne glaciation se manifestant par des langues glaciaires de grande extension et de nombreuses diffluences, produisant un remplissage glaciaire des vallées sans que pour autant puisse être défini un véritable « ice cap », comme le pensait Faure-Muret, parce qu'un réseau de vallées nettement incisées existait au Pliocène, comme le montre la paléogéographie de cette période.

II. UNE IDENTIFICATION CORRECTE DES DEUX DERNIERES GLACIATIONS

12Le développement de formes typiquement glaciaires, la conservation de moraines, d'accumulations fluvioglaciaires ou de dépôts torrentiels d'obturation par les glaciers de vallée, selon un schéma géomorphologique correspondant à la situation actuelle, sont les éléments qui autorisent une reconstitution fiable de la paléogéographie pléistocène des secteurs de l'intérieur montagnard des Alpes Maritimes. Des corrélations convenables peuvent être faites avec les terrasses alluviales et les dépôts littoraux correspondants.

1. Le Maximum glaciaire (avant dernière glaciation)

13De nombreuses données de terrain permettent d'attribuer une extension maximale à l'avant dernière glaciation, traditionnellement dénommée Riss depuis la synthèse chronostratigraphique pionnière de Penck et Brückner.

a) Les vallées du versant piémontais

14- Le vallum de Gaiola (Stura di Demonte)

15C'est une chance particulière qu'un vallum aussi classique soit conservé dans une vallée qui n'a pas une largeur remarquable. L'ensemble consiste en l'association de quatre arcs morainiques bien conservés, quoique émoussés, sur un niveau perché du fait de l'enfoncement de la rivière actuelle et d'un cône fluvioglaciaire prolongé par des terrasses caillouteuses dans lesquelles s'emboîtent des terrasses basses attribuables au Würm. Des sondages effectués en amont du front glaciaire, lors d'études préliminaires à l'implantation d'un barrage (projet en fait abandonné), ont révélé l'existence d'un ombilic fortement surcreusé, d'au moins 200m, remblayé de cônes caillouteux passant à l'aval à un remblaiement glacio-lacustre de sables et d'argiles (Ognibeni & Venzo, 1951). Au delà du cône de transition la terrasse principale se développe jusqu'à la ville de Cuneo dont le site perché, à la bordure des Alpes, occupe l'éperon de confluence Stura-Gesso.

16La vigueur de l'emboîtement due au creusement de la Stura ainsi que les différences d'altération des alluvions des niveaux respectifs (poches de sols fersiallitiques sur le plan supérieur, notamment à proximité de Vignolo, sol brun modal développé sur la basse terrasse) sont des arguments favorables à l'attribution au Riss du plus haut système de terrasse prolongeant le vallum de Gaiola. En amont de celui-ci, au confluent du vallon de Valloriate, des terrasses glaciolacustres typiques ont été identifiées (Malaroda, 1970). Plus en amont encore, des terrasses de kame sont nettes (à Saret notamment) et des dépôts et des formes glaciaires de cet épisode sont repérables, autant dans la vallée principale qu'au débouché des vallons latéraux perchés (Julian, 1980).

17- Dans la vallée proche du Gesso, aucun vallum de cette ampleur n'est repérable mais un système de deux générations de moraines est identifiable, en particulier vers Entraque, où de longs et nets cordons morainiques frais, würmiens, reposent sur des replats empâtés de moraine altérée attribuable au Riss (Serra dei Castagni).

b) Les avancées glaciaires dans les vallées du versant français

18(1) Si l'avancée d'une langue glaciaire est difficile à établir pour cette période dans les vallées occidentales, bien que les formes d'obturation développées à la confluence des vallées du Var et du Tuébi (Guillaumes) laissent présager une extension du glacier varois jusqu'aux abords du Dôme permien de Barrot (Pont des Roberts, où des alluvions fluvio-glaciaires perchées attestent la proximité du front glaciaire), la preuve de l'avancée extrême du glacier est apportée dans la vallée de la Tinée puisque à Ivernette, en amont de Clans, nous avons découvert une moraine perchée au-dessus des gorges de Bancairon, associée à d'épais dépôts de kame, ce complexe se situant à une altitude intermédiaire entre les hautes terrasses précédemment évoquées et les basses terrasses développées dans les gorges (Julian, 1974).

19(2) Dans la vallée de la Vésubie, les empreintes glaciaires principales relèvent de la dernière phase glaciaire. Les indices de la précédente avancée glaciaire sont sous forme de dépôts latéraux : lambeaux de cônes torrentiels et d'épandages fluvioglaciaires latéraux, au contact du versant et du glacier, entre Saint-Martin et Lantosque, le site de verrou de cette dernière localité relevant sans doute du modelé du glacier de cette avancée maximale. Des données stratigraphiques sont clairement établies par une coupe située en contrebas du village perché de Venanson, qui fut découverte par Bagnères et que nous avons ré-interprétée : un tablier de brèches correspondant à la cimentation d'éboulis stratifiés périglaciaires est surmontée par une moraine latérale à matériau peu altéré, appartenant sans conteste au glacier ultime, würmien ; dessous, sur les bords d'une profonde doline d'effondrement formée du fait de la dissolution du gypse sous-jacent, affleure une ancienne moraine très altérée. Les éboulis stratifiés très épais et peu consolidés qu'on observe en amont (les Champons) appartiennent pour leur part au cycle würmien. La différenciation entre deux avancées de langues glaciaires nettement distinctes est donc bien établie dans ce secteur, de même que la présence d'au moins deux, sinon trois, générations d'éboulis cryonivaux.

20(3) Des relations identiques sont observables dans le Valdeblore, courte vallée entre Vésubie et Tinée, dont le haut bassin-versant se développe sur la bordure du Mercantour. L'érosion torrentielle postglaciaire découpe d'épais dépôts quaternaires, montrant la superposition ou l'emboîtement de formations variées :

  • une moraine ou un dépôt torrentiel de base, très riche en éléments permiens colorés,
  • une formation de cailloutis stratifiés, épaisse de plusieurs dizaines de mètres, de cachet fluvioglaciaire, avec des galets métamorphiques dominants, dans une matrice de sables et de graviers,
  • selon une discordance de ravinement, une brèche consolidant des éboulis cryonivaux, de composition et de dureté assez comparables à celle de Venanson,
  • en aval, juste avant le profond canyon de raccordement avec la Tinée, creusé dans les calcaires jurassiques, une moraine latérale du glacier würmien qui est venu labourer les dépôts antérieurs et repose sur un replat taillé dans le fluvioglaciaire ancien, aux Granges de Chastagne, ce dispositif ayant été parfaitement observé par de Martonne (1923) mais oublié sur la récente carte géologique,
  • plusieurs petites terrasses ou cônes ayant la signification de dépôts de kame ou de débâcle glaciaire occupent le fond, au-dessus du lit torrentiel actuel.

21Si la présence de blocs métamorphiques au-dessus du Col de Saint-Martin-la Colmiane et en aval, vers Rimplas, autorise l'hypothèse d'anciennes diffluences, respectivement à partir de la Vésubie et de la Tinée, l'absence totale du marqueur qu'est le granité leucocrate de l'Argentera-Mercantour dans les dépôts du Valdebore prouve que ce n'est pas, comme le pensaient de Martonne et Blanchard, une diffluence du glacier de la Vésubie qui les a fournis, la séparation entre les bassins englacés étant réalisée dés l'avant dernière glaciation.

22(4) Cirques glaciaires et moraines à la périphérie du haut massif

23Quelques hauts sommets, découpés dans la couverture sédimentaire ou le dôme permien de Barrot, aux alentours de 1600-2000m, à la périphérie du Mercantour, montrent des traces - parfois ténues-de modelé glaciaire : c'est le cas des replats disposés en contrebas des crêtes des synclinaux perchés nummulitiques, à Bairols (massif des Quatre Cantons) ou aux Granges du Lac au Nord de Peira Cava, où un arc de blocs de grès isole une cuvette à laquet temporaire. Des formations aussi basses témoignent d'une ligne d'équilibre glaciaire abaissée à près de 1500m, ce qui nous renvoie à une situation antérieure à la phase würmienne, où la ligne d'équilibre était plus élevée de 200 à 300m.

24(5) Corrélations avec d'autres dépôts continentaux et littoraux

25- De nombreux dépôts de pente périglaciaires, formant des tabliers successifs différenciés, existent dans les vallées non englacées des Alpes Maritimes, comme par exemple sur l'adret du Mont-Vial (Julian, 1985), ils constituent des éléments de comparaison avec les formations observées dans la vallée de la Vésubie et le Valdeblore.

26- Des terrasses fluvioglaciaires prolongeant les fronts morainiques, sans que s'observent des dispositions de complexes terminaux schématiques, sont largement développées dans les vallées principales (Var moyen, Tinée dans la région de Clans), le matériau alluvial provenant d'amont se trouvant fréquemment mélangé à des dépôts latéraux de volumineux cônes torrentiels. Dans la vallée inférieure du Var, à Carros, la terrasse présumée rissienne est recouverte d'un manteau épais de limons rouges, plus ou moins loessiques, contenant une industrie d'âge moustérien probable.

27- En ce qui concerne les dépôts littoraux, si les relations avec les terrasses de Saint-Laurent et de Vaugrenier, en direction d'Antibes, montrent un probable déphasage entre les séquences froides du continent et les séquences de transgression glacio-eustatique correspondant aux remblais littoraux (Dubar, 1988), la stratigraphie de la grotte du Lazaret atteste de la complexité des variations climatiques de cette période, avec trois séquences froides. Les corrélations entre ces divers dépôts sont difficiles à établir, en raison des conditions particulières données par le milieu protecteur des grottes.

2. La glaciation du Würm

28Compte tenu du fait que l'ultime avancée glaciaire a eu pour effet de remodeler le paysage et d'effacer, en les remobilisant, la plus grande partie des moraines des phases antérieures, c'est à l'évidence la glaciation würmienne qui constitue l'héritage essentiel observable, autant au plan des formes glaciaires qu'au plan des couvertures et édifices morainiques, nonobstant le remaniement postglaciaire dont l'intensité a pu être localement élevée, allant jusqu'à la liquidation complète des sédiments,

a). L'englacement des vallées piémontaises

29- Dans la vallée de la Stura di Demonte, aux environs de l'ancien front glaciaire rissien de Gaiola, les glaciers suspendus qui réoccupèrent les cirques et les vallons ont laissé d'abondants rides et arcs morainiques, en position de retrait par rapport aux extensions précédentes (Mont Merqua). La ligne d'équilibre, en position d'ubac, est descendue jusqu'à 1800m environ. Dans la vallée principale, curieusement, le front est plus mal fixé au Würm qu'au Riss : sans doute en raison d'une plus grande étroitesse et surtout de l'absence de surcreusement d'un ombilic comme celui de Gaiola. Hormis quelques rides transversales proches de Festiona, les empreintes glaciaires sont surtout de type latéral, sous forme d'une remarquable terrasse de kame, à San Lorenzo, et de modelés de verrous et de chenaux marginaux très nets vers Demonte. Une terrasse fluvioglaciaire s'enracine plus loin, emboîtée dans le complexe rissien de Gaiola ; elle constitue le niveau alluvial intermédiaire, à Cuneo, entre la haute terrasse qui porte la ville ancienne et le large lit torrentiel actuel.

30- Dans la vallée du Gesso. le bassin d'Entraque a été remodelé par le glacier würmien qui a déposé une couverture morainique accidentée de quelques rides ; des empreintes marginales identiques à celles de Demonte sont observables. Le glacier le mieux alimenté débouchait de la branche du Gesso della Valletta et créait un barrage du Gesso d'Entraque, provoquant ainsi une forte accumulation d'alluvions fluvioglaciaires découpées ensuite en plusieurs terrasses, lors de la désobstruction. Plus en aval, la position du front du glacier confluent lors du maximum est mal identifiable : elle se situe entre la confluence des deux vallons et la localité d'Andonno où s'enracine la première terrasse fluvioglaciaire.

31- Le Bassin de la Vermegnana. en contrebas du Col de Tende, montre une morphologie glaciaire de belle venue jusqu'à la confluence de Limone Piemonte, alimentée par plusieurs vallons issus de l'Abisso et de ses enveloppes (vallons des Prati della Chiesa et de Limonetto) ainsi que du Marguareis (vallon de San Giovanni) alors qu'en rive gauche, les petits glaciers du Val Grande restaient perchés. Privée d'alimentation latérale, la langue issue du bassin de Limone s'allongeait en direction de Vernante, site où aucune trace de son extension n'est toutefois perceptible.

b) L'extension des glaciers sur le versant méditerranéen

32- Dans le bassin de la Roya, un épais glacier occupait la vallée de la Beonia (Vallée des Merveilles et Val de Castérine), déposant un vallum volumineux à Saint-Dalmas. Les autres vallons (Rio Freddo, vallons de la Brigue), mal exposés, n'étaient occupés par des glaciers que dans leur secteurs amont. De fait la vallée de la Roya elle-même était pour l'essentiel libre de glace, soit en amont de Saint-Dalmas, sauf dans le vallon de Caramagne, au pied du Col de Tende, soit en aval où la morphologie en gorges n'a pas facilité l'empreinte glaciaire.

33- La vallée de la Vésubie est un terrain privilégié pour la délimitation de l'avancée des glaciers würmiens. Le glacier vésubien lui-même était mince et déclinant à Venanson mais le glacier tributaire de la Gordolasque, en aval, était beaucoup plus nourri, épais de près de 300m, cette vallée montrant une sculpture glaciaire tout à fait remarquable. En raison du barrage aval produit par ce flux et lors des phases de rétraction du glacier, entre Belvédère et Saint-Martin, se sont édifiées de fortes accumulations torrentielles latérales, formant, du fait du creusement postérieur, des terrasses qui sont des plans favorables à la mise en valeur agricole et à l'habitat : les trois compartiments de terrasses de l'épaisse accumulation de Berthemont-les-Bains en rive gauche trouvent leur correspondant sur l'autre bord, avec les replats allluviaux dominant le nouveau village de Roquebillière, construit après la catastrophe de 1926 (Conego). Des replats empâtés de cailloutis fluvioglaciaires de marge ou appartenant à des cônes barrés indiquent l'extension du glacier en direction de Lantosque (le Mirail), localité dont le verrou semble avoir été à nouveau submergé par la glace au Würm ; en aval de ce site, l'épaisse terrasse proglaciaire du Pont de Loda, reposant sur le substrat gypseux, est l'indice du front glaciaire de la vallée le long de laquelle se disséminent en aval, dans les élargissements et même les gorges, des lambeaux de l'épaisse terrasse fluvioglaciaire würmienne, plombée par les matériaux d'éboulements massifs, et, en un point, ravinée et surmontée par des éboulis stratifiés périglaciaires tardifs.

34- Dans le Valdebore, on a vu la réoccupation du vallon par le petit glacier alimenté dans les bassins de Guasch et de Bramafam au Würm.

35- Dans la vallée de la Tinée, la position du front glaciaire au cours de l'avancée würmienne est difficile à fixer en aval de l'auge remarquablement calibrée qui s'allonge de Saint-Etienne à Isola, dont le fond a été surcreusé de 70m par rapport au niveau actuel, au droit du grand glissement rocheux de la Clapière (récents sondages de l'E.D.F.) puis remblayée par les apports longitudinaux et latéraux. Des moraines à blocs reposant sur les bas versants de la vallée, vers la confluence avec le vallon de Bramafam (Valdeblore), sont sans doute les témoins de cette avancée ; vers Marie, la première terrasse fluvioglaciaire correspondante s'enracinant a été identifiée par Blanchard. Un stationnement durable du glacier s'est fait plus tardivement en amont et la forte asymétrie des deux versants s'est traduite par un déglacement précoce du bassin du compartiment sédimentaire de rive droite par rapport au versant gauche du Mercantour, produisant le remblaiement fluvioglaciaire, par obstruction, des parties aval des vallons de Demandols, d'Auron et de Roya.

36- Les plus hauts sommets au Nord du Dôme de Barrot, entourés de cuvettes karstiques dont le fond était rendu étanche et imperméabilisé en raison du développement d'un pergélisol, alimentaient de courtes langues glaciaires qui occupaient des cirques ou l'amont des vallées, comme celle du Cians en amont de Beuil.

37- Dans le bassin du Var supérieur, légèrement plus continental, les langues glaciaires d'amont (Gorgias, Estrop) étaient convergentes mais les glaciers restaient perchés en aval (Chastelonnette, Col des Champs), si bien que l'alimentation réduite réduisait d'autant l'extension du glacier de la vallée qui atteignait juste Villeneuve d'Entraunes, en amont de Guillaumes, où l'on observe une terrasse fluvioglaciaire à faciès proglaciaire prononcé.

c) Les corrélations aval

38Deux basses terrasses, dont l'une, l'inférieure, est formée d'un matériau détritique plus grossier que la première, s'allongent en aval des fronts glaciaires du Würm (Var, Tinée, Vésubie, Roya). Quelquefois des talus d'éboulis stratifiés cryonivaux montrent une forte épaisseur au contact ou à proximité des glaciers : c'est le cas dans la haute Vésubie aux Champons, près de Venanson. En aval, dans la section littorale des cours, ces terrasses plongent sous les remblais subactuels, elles se raccordent nettement au bas niveau régressif glacio-eustatique, abaissé au maximum du Würm d'à peu près 120m. Ces remblaiements récents, d'âge holocène, épais et recélant d'utiles aquifères, de plus en plus exploités, sont connus par des sondages et des mesures hydrogéologiques dans la basse vallée de la Roya et surtout dans la vallée inférieure du Var.

39Les données du littoral sont précieuses pour les reconstitutions paléoclimatiques et la prise en compte du contrôle glacio-eustatique. De nombreux gisements tyrrhéniens à Strombus bubonius senegalensis indiquent le rivage transgressif de l'interglaciaire Riss-Würm et des prélèvements sous-marins, à échantillons de coquilles, principalement deux d'entre eux prélevés sur la côte ligure, au large du Capo Mele, respectivement datés de - 24 000 et-17 000 BP, instruisent de l'ampleur du refroidissement du dernier glaciaire : l'indice isotopique d 18/0 atteint une valeur de + 5,0. Le Würm III et le début du Würm IV ont été les périodes les plus froides de tous les temps pléistocènes (de Lumley, 1980). Les changements environnementaux (ceintures de végétation, populations animales, pédogenèse, géomorphogenèse) furent prononcés. Si l'extension des glaciers fut moindre que lors de la précédente glaciation (Fig 1), il faut sans doute envisager une humidité inférieure.

III. LES FLUCTUATIONS FROIDES TARDIGLACIAIRES ET HOLOCENES

40L'abondance de rides et d'arcs morainiques bien conservés dans les cirques et les hauts vallons du Mercantour et des montagnes sédimentaires périphériques, principalement au-dessus de 2000m, auxquels s'ajoutent en grand nombre les amas de blocailles des glaciers rocheux et des bourrelets de blocs, est un trait spécifique de ce massif qui, au contraire, est des plus pauvres en glaciers actifs. Alors que toute tentative de chronologie paraissait hasardeuse il y a une trentaine d'années, des recherches ont permis une approche de reconstitution des séquences du Tardiglaciaire et de l'Holocène.

1. Les premières synthèses morpho-stratigraphiques

41Avant qu'on dispose de données paléobotaniques et paléoclimatiques encadrées par des datations radiométriques, Schweizer (1968) et Julian (1976-1980) proposèrent une différenciation des séquences froides successives en s’appuyant sur une cartographie précise des environnements et la reconstitution des la ligne des neiges par l'adoption de l'ancienne méthode de Höffer qui nécessite deux valeurs encadrantes : l'altitude moyenne de la ligne des crêtes du bassin d'alimentation de l'ancien appareil et l'altitude du front, la limite paléoclimatique des neiges étant égale à la moyenne arithmétique de ces deux valeurs. La méthode de Lichtnecker-Visser, qui repose sur l'observation de l'altitude d'apparition (enracinement) des moraines latérales de l'ancien glacier, a pu servir de méthode de contrôle. Bien qu'anciennes, ces méthodes ont pu encore montrer récemment leur efficacité dans l'Apennin (Jaurand, 1994).

42Schweizer proposa une nomenclature chrono-stratigraphique locale pour quatre stades qu'il identifia, compris entre les basses moraines du maximum würmien et les plus hautes moraines jouxtant les appareils glaciaires les plus élevés, actifs ou disparus à la suite du réchauffement séculaire faisant suite à la pulsion du Petit Age de la Glace (environ 1600-1850), comme ceux qui firent l'objet des recherches de Hanss (1970) sur le versant italien de l'Argentera-Mercantour et, plus généralement et plus récemment, celles d'Assier (1993).

43Le premier stade de Mollières permettait l'extension de nombreuses langues glaciaires, mais de petite dimension, de longueur inférieure à 5km ; la ligne des neiges était plus basse de 800 à 900m par rapport à la situation actuelle.

44Durant le stade de Chastillon, les glaciers étaient encore plus réduits en dimension et fixés dans les cirques et près des parois, la part des blocailles s'accentuant de ce fait et le faciès glacier rocheux se développant en proportion ; la ligne des neiges était alors située 550 à 600m plus bas qu'actuellement. Les formes de ce stade de « retrait » sont moins émoussées que les précédentes mais la forêt a reconquis la plupart de ces accumulations bien que la progression des alpages fasse qu'ils soient fréquemment situés au-dessus de la limite supérieure des forêts, certaines gardant de vieux arbres relictuels (vallon de Prals par exemple).

45Des traits glaciaires similaires et l'invasion par les blocailles encore plus prononcée caractérisent les stades de Margès et de Mounier dont les fronts ne descendent pas à moins de 2500m et dont les lignes des neiges correspondantes n'étaient plus basses que de 450-400m pour le stade de Margès et de 300m pour le stade de Mounier par rapport à la valeur actuelle.

46Schweizer essaya également de mettre en parallèle les stades de retrait, comme l'on disait, des Alpes Maritimes et ceux qui avaient été étudiés depuis plus longtemps et avec l'appui de données paléobotaniques (palynologie) dans les Alpes Autrichiennes (travaux alors récents de Heuberger) : si des rapprochements furent proposés par Schweizer entre les stades maralpins de Mollières et de Chastillon et les stades orientaux de Schlern et de Gschnitz, les corrélations entre les deux stades de Margès et de Mounier d'une part et les stades de Daun et d'Egesen de l'autre donnèrent lieu à plus de difficultés.

47A titre comparatif, Schweizer exprima l'idée que les périodes les plus anciennes de l'Holocène (Pré-boréal et Boréal) étaient assez froides pour créer des conditions propices au développement de petits glaciers à haute altitude et il admet une coupure marquée de part et d'autre de l'Atlantique, exprimée par les positions distinctes des moraines et glaciers rocheux des quatre stades anciens et les fronts à moraines aiguës et les glaciers rocheux subactifs du dernier stade historique (équivalent du stade de Fernau des Alpes Orientales) et des stades immédiatement antérieurs, dont les laisses morainiques sont plus estompées.

48Pour notre part (Julian, 1980), nous nous appliquâmes à compléter la cartographie des dépôts morainiques et périglaciaires à l'échelle du massif entier et à préciser les relations avec ces phases d'englacement et les environnements périglaciaires correspondants ; sans disposer encore de données paléobotaniques et radiométriques fiables, nous optâmes pour un allongement de la chronologie des stades par rapport au pas de temps utilisé par Schweizer dans sa synthèse. Il nous était apparu possible de corréler le stade de Chastillon avec le Dryas III, grâce à la découverte, en compagnie de Maryan Pulina, dans les cirques de Prals (haute Madone de Fenestre, bassin vésubien) de sols périglaciaires circulaires, à matériau trié, de près de 2m de diamètre ; cela permettait de placer le stade de Mollières dans un Dryas plus ancien (Dryas II, selon notre choix) et incluait les stades plus récents de Margès et Mounier sans doute dans le Pré-boréal, peut-être le Boréal.

2. Les progrès récents dans la connaissance du Tardiglaciaire et de l'Holocène

49Des données plus précises et des tableaux chrono-séquentiels plus affinés, rendus possibles par l'adjonction de connaissances paléoclimatiques, grâce aux analyses palynologiques du contenu de quelques tourbières d'altitude (Beaulieu, 1977), furent publiés à la suite des actives recherches menées en altitude par Jorda (1980) dans les Alpes du Verdon et de la Durance. Ainsi, pour concentrer l'attention sur les Alpes Maritimes, l'étude de Beaulieu de la tourbière du Lac Long inférieur, à l'aval immédiat de la Vallée des Merveilles (haute-Roya), appuyée sur des datations, apporta la preuve du déglacement précoce du site. : le lac était libre de glace antérieurement à la période Bölling (13 300-12 400 BP), de sorte que les moraines et les glaciers rocheux proches du lac, attribuables au stade de Chastillon, appartiennent probablement à une période antérieure à l'Alleröd, vraisemblablement le Dryas I, et les plus jeunes moraines de Margès et Mounier au Dryas III, le Dryas II n'ayant pas, de façon générale, d'individualité nette dans les diagrammes polliniques des diverses tourbières des Alpes du Sud proches de la Méditerranée.

50Cette option de vieillissement des stades a été adoptée de façon systématique par Jorda (en dernier lieu en 1983) dans les publications successives consacrées au secteur plus septentrional du Verdon et de la haute Durance

51L'examen sur le terrain des glaciers actuellement survivants, dont l'analyse précise a été conduite avec soin par Assier (1993), du Queyras à la Méditerranée, et des arcs morainiques qui les frangent apporte la preuve d'une réduction drastique à la fin du Tardiglaciaire, le relèvement de toutes les limites climatiques et géoécologiques au cours de l'Atlantique ayant conduit vraisemblablement à la disparition par fusion de la quasi-totalité des glaciers, la période de renouvellement de la couverture glaciaire se plaçant ensuite au Petit Age de la Glace, période courte mais assez froide pour que les Alpes Maritimes aient eu, selon les calculs d Assier, quelques 230 ha de glaciers.

52De grands progrès dans la connaissance des glaciers rocheux sont dus aux recherches d'Evin (thèse et nombreuses publications - 1987 et 1993 notamment). Grâce à un considérable travail de terrain et aussi, en particulier, à des prospections géophysiques menées en collaboration, les modalités de structure, de fonctionnement, de mobilité, de comportement hydro-glaciologique de ces glaciers rocheux, ainsi que les conditions de leur insertion dans la chronologie des séquences de morphogenèse des hautes montagnes des Alpes du Sud, ont été définies et ou précisées dans ces travaux. Ils confirment en particulier l'origine périglaciaire de la plupart de ces appareils, la superposition possible de glaciers, comme c'est le cas dans le cirque de Schiantala, sur le versant piémontais (Evin, 1993), où de la glace massive et litée est apparue récemment sur les parois d'un lac de thermo-karst, cette glace n'étant qu’un élément subordonné, comme surimposé, postiche sur le glacier rocheux développé au cours du petit Age de la Glace, en raison de précipitations trop faibles par rapport à la fourniture de débris rocheux par les parois.

53En regrettant le manque de datations, faute de bois fossiles dans ces accumulations, on dispose d'assez de données pour affirmer que les périodes les plus favorables au développement des glaciers rocheux semblent être, dans les Alpes du Sud, d'une part le Dryas III et, d'autre part, le Subboréal ; les derniers glaciers rocheux actifs, contenant de la glace interne, celle-ci étant susceptible de conditionner une mobilité, sont relictuels.

54Des recherches ont été aussi focalisées sur la Vallée des Merveilles (Begin, 1987) : là, en effet, on trouve un des sites les plus décorés du Bronze ancien des Alpes, presque à l'égal du Val Camonica, des Alpes Bergamasques. Une quantité considérable de gravures, correspondant soit à des signes abstraits, soit à des figures et à des scènes, ont été gravées sur les roches permiennes, schisteuses ou micro-gréseuses, modelées, polies par les glaces.

55Les données palynologiques de la tourbière du Lac Long inférieur autorisent une reconstitution précise du déglacement de la vallée : si au stade de Mollières la vallée pouvait encore contenir de la glace, il n'en était plus question dès le stade de Chastillon, représenté par des glaciers rocheux dominant le lac nettement, de petits appareils ont pu persister à l'état de pastilles en altitude mais il n'y avait plus de glaciers réels quand les hommes du Bronze ont occupé le site, autant pour l'utilisation des alpages sans doute que pour l'édification d'une sorte de sanctuaire. La technique utilisée pour les gravures rupestres consistait en l'inscription par percussions multiples dans la patine mince formée d'hydroxydes de fer qui revêtait la roche ; les processus hydrochimiques de formation de la patine ont pu se développer à l'Atlantique, période relativement chaude et humide où s'observe aussi une dynamique de pédogenèse révélée par les sols d'altitude proches ; des observations similaires ont été faites par Tricart (1958) en Queyras.

CONCLUSION

56En raison de l'absence de piémont véritable du côté méditerranéen et du confinement des langues glaciaires dans la montagne côté piémontais, les conditions d'enregistrement stratigraphique des glaciations quaternaires n'ont pas été favorables dans les Alpes Maritimes. Beaucoup d'incertitudes subsistent pour ce qui concerne les anciennes glaciations, en particulier leur nombre et leur amplitude ainsi que les corrélations avec les terrasses alluviales des vallées à l'aval et les formations littorales.

57Le tableau des glaciations récentes est de meilleure venue et l'on peut développer à leur sujet des comparaisons valables avec d'autres grands bassins plus septentrionaux, tels que celui du Drac (Monjuvent, 1978).

58L'échelle d'étude au plan de la durée et le degré de conservation des formes et de dépôts sont tout autres pour les moraines récentes et les glaciers rocheux tardiglaciaires et holocènes. Quelques datations et les possibilités de reconstitution des paléoclimats et des paléo-environnements successifs en font des témoins précieux dont la connaissance n'a cessé de s'affiner au cours des dernières années.

fig. 1 : Les glaciers des Alpes maritimes au Riss et au Würm. Légende : 1. crêtes - 2. zone d’alimentation - 3. langue glaciaire au maximum würmien - 4. avancée au Riss - gorges proglaciaires.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ASSIER, A., 1993, L'englacement des Alpes du Sud franco-italiennes du Petit Age de Glace à la fin du XX° siècle (Thèse Géogr., Institut de Géographie Alpine, Grenoble).

BEAULIEU, J.L. de, 1977, Contribution pollenanalytiue à l'histoire tardiglaciaire et holocène de la végétation des Alpes Méridionales françaises. Thèse Sci. Aix-Marseille H, 358 p.

BEAUDET, G., 1984, Compte-rendu de la thèse de M. Julian., Ann.de Géogr., no519, p.576-581.

BEGIN, J., 1990, Contexte géologique et géomorphologique de la région du Mont Bego. Répartition des gravures rupestres de l'Age du Bronze dans le site. Thèse de Doctorat (nouveau régime), Muséum National d'Histoire Naturelle, Paris.

BLANCHARD, R., 1956, Les Alpes Occidentales. T.7 : Essai de synthèse. Grenoble, Arthaud.

Carta geologica del Massiccio dell’Argentera alla scala 1 : 50.000, a cura di R. Malaroda - 1970, Vol. IX, p. 557-663.

DUBAR, M., 1988, Niveaux marins étagés des Alpes-Maritimes : détritisme, tectonique et eustatisme sur le littoral méditerranéen au Pliocène supérieur et au Quaternaire.. Géologie Alpine, Mém. h. s. no 14, p.235-240.

EVIN, M., 1987, Dynamique, répartition et âge des glaciers rocheux des Alpes du Sud. Thèse Doctorat, Institut de Géographie Alpine, Grenoble.

EVIN, M., 1993, Glacier et glaciers rocheux dans les vallons de Mongioie et de Schiantala (Haute Stura di Demonte, Italie). Une nouvelle interprétation.. Zeitsch. f. Gletscherkunde und Glazialgeol. Band 27/28, p. 1-10.

FALLOT, P. et FAURE-MURET, A, 1950, Formations glaciaires et dépôts aberrants des feuilles Saint-Etienne-de-Tinée et Le Boréon Alpes Maritimes). Trav. Sci. du Club Alpin Français, 3, p. 544-594.

FAURE-MURET, A., 1955, Etude géologique sur le massif de l'Argentera-Mercantour et ses enveloppes sédimentaires Paris, Mém. Soc. Géol.Fr.

HANSS, C., 1970, Les glaciers les plus méridionaux des Alpes. Observations de morphologie glaciaire dans les Alpes Maritimes, versant italien. Rev.Géogr. Alp. T.LVIII, 4, p. 619-648.

JAURAND, E.,1994, Les héritages glaciaires de l'Apennin. 2 volumes.Thèse de Géogr. Paris I-ENS Fontenay-Saint-Cloud.

JORDA, M., 1980, Le glaciaire quaternaire des Alpes de Haute-Provence. Rev. de Géogr. Alp._ « Montagnes et Montagnards »-Hommage à P. Veyret, p. 183-194.

JORDA, M., 1983, L'évolution glaciaire d'altitude dans les Alpes françaises du Sud au cours des quinze derniers millénaires. Colloque de Trier In memoriam Hans Kinzl, Balkema, Rotterdam, « Oscillations fini- et postglaciaires des glaciers. Formes glaciaires et périglaciaires », p.35-54.

JULIAN, M., 1971, Les alluvions et le creusement quaternaire de la basse Tinée (Alpes Maritimes), Bull. Ass.fr.du Quaternaire (BAFEQ),_27, p.75-90.

JULIAN, M., 1980, Les Alpes Maritimes franco-italiennes.Etude géomorphologique. Atelier Reprod.des Thèses, Univ. de Lille III, 836 p., fig., 1 carte géom. coul. h.t.(Thèse Doct. soutenue en 1976).

JULIAN, M., 1985, Observations sur les brèches de pente du Quaternaire moyen dans les Alpes méditerranéennes. Physio-Géo, 14-15, p.3-7, fig.

LETOLLE, R., LUMLEY, H. de, VERGNAUD-GRAZZINI, C., 1971, Composition isotopique des carbonates organogènes quaternaires de Méditerranée occidentale : essai d'interprétation climatique. C.r. Acad. Sci. Paris, t..273, p.2225-2228.

LUMLEY, H. de, 1976, Les lignes de rivage quaternaires de la Provence et de la région de Nice. La Préhistoire française_CNRS T. 1, p. 311-320.

LUMLEY, H. de, et coll., 1980, Quaternaire et Préhistoire : littoral méditerranéen de Gënes à Barcelone. Excursion 103 A, 26° Congrès Géologique International, Paris. Livret-guide.

MARTONNE, E.de, 1923, L'ancien delta du Var et les glaciers des Alpes Maritimes. Ann.de Géogr. 32, p.313-338.

MONJUVENT, G., 1978, Le Drac. Morphologie, stratigraphie, et chronologie quaternaires d'un bassin alpin ; Thèse ; Grenoble, 431 p., fig.

OGNIBENI, T. & VENZO, S., 1951, Indagini geologiche e geotecniche per l'impostazione di diga in terra e serbatoio idrico nella zona di Moiola (Valle Stura di Demonte - Cuneo). lngegneria, 10, 12p., fig., 1 carta geol. scala 1 : 30000.

SCHWEIZER, G., 1968, Der Formenschatz des Spât-und post-glazials in den hohen seealpen. Aktualgeomorphologische studien im Oberen Tinéetal. Zeits. f. Geomorphologie_-Suppl. Vol. 6, 177 p.. Synthèse Géologique de la France du Sud-Est* 1984-2 Volumes - BRGM éditeur.

TRICART, J., 1959, Observations sur le Tardi glaciaire et le Postglaciaire du Queyras (Hautes-Alpes). C.R.somm.Soc.Géol.Fr., 6, p.132-134.

Table des illustrations

Légende fig. 1 : Les glaciers des Alpes maritimes au Riss et au Würm. Légende : 1. crêtes - 2. zone d’alimentation - 3. langue glaciaire au maximum würmien - 4. avancée au Riss - gorges proglaciaires.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31896/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 283k

Auteur

Laboratoire de Géoécologie alpine et méditerranéenne, UFR Espaces et Cultures, Université de Nice, 98 Bd Ed Herriot, BP 209, 06204 Nice Cedex 3

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540