Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

La place des « piémonts-cônes » aragonais dans l’évolution quaternaire du bassin de l’Èbre

Bertrand Lemartinel

Résumé

Au débouché du Jalon sur le bassin de l'Ebre (piémont de Rida), s’observent des formes peu marquées mais significatives d'une évolution quaternaire nuancée, où s'entremêlent les effets d'une tectonique affaiblie et ceux d'un environnement climatique conduisant à une épigenèse des calcaires étonnante en Europe.

When the Jalòn river leaves the Celtiberian Ranges on the piedmont of Ricla, it goes across landforms as erosional fans with very gentle slopes : they are indicative of a specific quaternary evolution. This combines the effects of a slight tectonics and a former climatic environment leading to an amazing epigenesis of carbonates in Europe.

Texte intégral

1G. Beaudet, lors du dernier voyage que je fis avec lui dans les Monts Celtibériques Occidentaux, avait été passionné par les « formes molles »-selon son expression-visibles au débouché du Jalon sur le bassin de l'Ebre. Il retrouvait en partie dans cette région, une des plus sèches d'Europe, les morphogenèses autrefois observées au Maroc. Elles piquaient encore sa curiosité, non par passéisme, mais parce qu'il mesurait combien nos explications des environnements carbonatés continentaux nécessitent encore et toujours un retour au terrain, ainsi que l'observation du plus grand nombre possible de cas de figure. En Aragon central, l'évolution morphologique est suffisamment originale pour que nous nous y arrêtions. A la surface des topographies peu étagées, elle a conduit à une lente réorganisation des calcaires et à l'induration de modelés à peine réentaillés par les écoulements mieux organisés du Quaternaire récent.

I. DE GRANDS CONES PEU OU PAS ETAGES

1. Les piémonts-cônes de la Sierra de Herrera

2Au SE de la Muela de Borja, les modelés quaternaires - bien étagés au pied même du Moncayo - s'affadissent. Près de Fuendejalòn, les dépôts minces de quartzites rubéfiés issus du Bollòn sont toujours présents sur les sommets plans de quelques collines (fig.1). Ils attestent que nous sommes bien en présence de lambeaux de glacis. Mais il devient délicat d'en tenir le compte exact car les buttes se réduisent souvent à des crêtes molles et basses, dépourvues de couverture alluviale. Il n'est pas non plus possible d'affirmer que la totalité des niveaux est conservée. De plus, ces formes supérieures mal dessinées convergent vers l'amont. Elles s'y confondent avec des restes plus anciens d'épandages siliceux à enduits ferromagnésiques. Au-delà du km 14 de la route de Fuendejalòn à Ricla, il n'est plus possible de distinguer des niveaux sur l'immédiat piémont de Rodanas et du Monegre L'ensemble des topographies se regroupe en une sorte de cône rocheux décakilométrique, adossé à des reliefs résiduels calcaires de faibles volume et commandement. La couverture alluviale est réduite, en rapport avec l'étroitesse de l'aire d'alimentation. Certes nous trouvons des galets sur les amonts ; mais ceux-ci, parfois quartzitiques, ne peuvent être remaniés que du substratum miocène sous-jacent. Le terme de cône est d'abord descriptif et nous avons hésité à l'employer en raison des dimensions de cet objet morphologique ; s'il était mieux découpé, n’appellerions-nous pas les vestiges glacis ? Dans le détail, c'est un assemblage de vallons extraordinairement évasés, souvent de plusieurs centaines de mètres de large. Les fonds sont tapissés de limons roses (50 cm d’épaisseur moyenne) ; de rares graviers se mêlent au matériel fin. Les interfluves sont très mous, bosselés ; nul replat ne semble y passer : aucune rupture de pente n'est visible, certaines parties du bassin-versant de Rodanas sont mal drainées, donnant alors lieu à des charcos (étangs temporaires) parfois humides, comme celui de la Dehesa Nueva, à l'W de Lumpiaque.

3Les écoulements récents et actuels ont créé des incisions plus nettes, aux bords très verticaux vers l'amont du Monegre et de Rodanas. Localement sont dégagées des corniches liées à des changements de faciès ou des microcrêts calcaires. Mais les entailles sont modestes, ne dépassant pas un à deux mètres de profondeur. Le creusement s'est bloqué sur les affleurements de calcaire jurassique et sur les lentilles du conglomérat miocène inférieur de bordure, par exemple au pied du revers de la Cuesta du Ricla. A l'aval, les croûtes ont aussi contenu les amorces d'enfoncement linéaires des arroyos. Ces retouches radiales n'ont donc eu aucune influence sur la forme d'ensemble. Cela contribue à expliquer la mollesse de la topographie sans toutefois suffire à sa compréhension.

2. Faiblesse des déboîtements quaternaires

4Près de Fuendejalòn, la totalité des lambeaux de glacis identifiables s'inscrit dans une tranche verticale de moins de 100 m. Vers le Jalon, le calcul est plus délicat parce que le cône qui est le plus haut niveau morphologique sous les muelas (buttes relictuelles) et les résidus du plan miocène, n'a pas une superficie très régulière. Près des piscines municipales de Ricla, la dénivelée entre sa surface et la rivière est de 40 m, valeur très faible, même pour la région. Elle s'accroît, certes, vers l'Ebre. A Lumpiaque, 16 km plus au N, le rebord du cône se perche 60 m au-dessus du Jalon, ce qui est encore peu comparé au commandement maximal relevé dans le bassin de Calatayud, au S de la chaîne ibérique. Les formes molles de cette partie du piémont septentrional ont donc une grande originalité. Elles se lisent aussi plus à l'E, dans le Campo de Carinena, et forment l'environnement spécifique du débouché du Jalon sur la dépression de l'Ebre.

5Cette situation implique une évolution spécifique et ancienne. En effet, le cône rocheux est partout encroûté et parfois massivement, autant sinon plus que le glacis G5 de Villaroya, qui nivelle un célèbre dépôt daté du Pliocène supérieur. S'est ensuivie une longue histoire, qui a vu agir l'ensemble des processus morphogéniques sur une surface presque identique à elle-même au cours du Pléistocène. Il est très ardu de comprendre les conditions de mise en place de cette vaste forme développée au pied du petit amont résiduel du Monegre. Une ambiance relativement sèche et contrastée peut en expliquer - à l'instar des glacis « classiques » - le façonnement. Il est encore facile d'imaginer des écoulements mobiles et peu concentrés décapant un sédiment molassique peu résistant. Mais le contexte climatique ne suffit point à en saisir le développement, puisque ces formes ne se retrouvent pas dans le proche bassin de Catalayud. D'autre part, la dissection du Miocène tendre devrait être aisée. Il est donc impératif d’envisager d'autres limitations au creusement vertical. Certaines sont locales : le secteur, épargné par le tracé du Jalon, est presque détaché de la chaîne ibérique, réduisant les alimentations à bien peu de choses. D'autres sont d'ordre plus général, comme l'induration par les carbonates. Mais la plus importante est la débilité de l'incision quaternaire, qui pose le problème de la tectonique verticale, ou du moins, de son insuffisance. L'Aragon a été peu soulevé à la charnière mio-pliocène. En outre, la flexure quaternaire d’Alfamen (Borner, 1978) a contribué à l'abaissement relatif des environs du Jalon, et, partant, contrarié le démantèlement du piémont-cône. La déformation, affectant la croûte massive à l'E d'Alfamen (Borner, 1978), est postérieure au Quaternaire ancien ; la régularité de l'étagement des terrasses T2 et Tl semble signifier que l'accident leur est antérieur. Nous le plaçons donc dans le Quaternaire moyen. Il est fort modeste et ne remet pas en cause la stabilité locale du bassin de l’Ebre au Pléistocène. Mais les faibles mouvements qu'il implique peuvent suffire à saisir la spécificité du piémont du Jalon.

6Lorsqu'on s'en approche, les étagements de glacis se réduisent puis cèdent la place à des formes molles, bosselées, organisées en vastes cônes visibles de part et d’autre de la rivière. Ces modelés, à peine retouchés par de larges vallons, difficilement entaillés par les barrancos actuels, résultent d'une longue histoire morphologique qui s'est déroulée dans l'atonie glyptogénétique. Leur faible altitude relative, conservée durant les deux derniers millions d'années, est un facteur décisif de l'inhibition du creusement. L'Aragon central s'est peu soulevé en même temps que ses périphéries lors de l'épéirogenèse ibérique. Au Pléistocène, probablement moyen, les légères déformations qui affectent ici le piémont nord de la chaîne ibérique confirment cette tendance à la stabilité verticale, voire à la subsidence des pays du Jalon. L'aspect des cônes paraît être une conséquence logique de cette situation tectonique. Mais les modelés ne seraient pas tels que nous les observons s'ils n'avaient pas été affectés par une intense activité chimique remaniant les carbonates à leur surface.

II. UNE EPIGENESE CALCAIRE ENVAHISSANTE

1. Des croûtes massives en diverses positions

7Le piémont situé en rive gauche du Jalon est puissamment encroûté, depuis les versants d'appui des cônes quaternaires jusqu'à leur rebord. A l'amont, les pentes établies sur les calcaires secondaires assez dolomitiques sont déjà affectées par une épigenèse sous-cutanée des calcaires. Si la roche est sculptée par de petits lapiés et présente un poli chimique, elle reste apparemment saine. Pourtant, à quelques centimètres de profondeur, le calcaire jurassique a d'abord été dissous puis reconsolidé. Le processus n'est pas isovolumétrique puisque l'épiderme rocheux s'est soulevé (Lemartinel, 1994, p.515). D’autre part, les résidus argileux brunâtres le dissocient souvent du substratum, ce qui permet parfois de le décoller à la main. Dans un grand nombre de cas, la calcite néoformée occupe des fissures rectilignes créées par la fracturation. Mais en d'autres, les veines, très contournées, semblent avoir obéi à une logique propre. La karstification superficielle s'avère ancienne puisqu'elle est en contrebas scellée par le dépôt miocène ; de plus les zones de poli chimique sont fragmentées par l'épigenèse sous-cutanée. Cette dernière est donc plus récente, et vraisemblablement postérieure à l'aplanissement miocène : les versants issus de sa dissection sont touchés. Il n'est pas possible de mieux dater le phénomène. Néanmoins, il dégrade préférentiellement les calcaires proches de la surface du cône dans les endroits les plus encroûtés, ainsi au-dessus de Ricla. Il semble donc qu'il y ait un lien entre les deux évolutions. A ce même endroit, les dépôts miocènes ont été transformés en un béton de couleur beige par une pseudo-strate zonaire de plus d'un mètre d'épaisseur habillant les bosses de la vieille topographie pléistocène. A la base du profil, ce sont des galets roulés du conglomérat miocène. A son sommet, le faciès, à petits éléments plus anguleux, se rapproche de la « mortadelle » chère à E. Moissenet. Sans vouloir établir de corrélation sur le seul faciès, force est de noter que ce caractère tend à confirmer l'ancienneté du cône (équivalent au glacis G5 ?). La croûte, zonaire et finement rubanée, connaît cependant des variations d'épaisseur et de résistance.

8L'illuviation s'avère réelle, sans être la seule à intervenir. En effet, si les galets de quartzite enchâssés restent intacts, il n'en va pas de même pour ceux formés de dolomie noirâtre empruntée au Jurassique. Ces derniers montrent des auréoles d'épigénisation, qui altèrent les éléments sans en modifier la structure. L'étude des minéraux argileux inclus dans une lentille de la croûte zonaire (K = 15 %, I = 70 %, Chl = 15 %) ne nous apprend pas grand-chose car nous ne savons pas s'il lui préexistent ou procèdent d'une évolution contemporaine, voire postérieure. En effet, l'histoire de la surface du cône rocheux ne s'arrête pas après son induration généralisée par les carbonates, en raison de la faiblesse du creusement quaternaire. La dégradation de la surface initiale du cône s'accompagne d'une redistribution du calcaire. Les retouches du modelé par les vallons ont subi elles aussi un encroûtement généralisé. Les versants sont armés comme les interfluves ; des morceaux du « béton mortadelle » supérieur, descendus sur les pentes, sont même cimentés par leur habillage carbonaté, par exemple sur le Lado de Rodanas. Seules les incisions métriques des arroyos ont échappé à l'intense remaniement chimique.

2. Un façonnement géochimique puissant

9Postérieurement à la genèse du cône, les subsurfaces ont subi une intense « trituration » chimique, selon l'expression de G. Beaudet. L'illuviation initiale semble accompagnée, ou plutôt suivie - comme le suggère la dégradation des galets inclus - par une réorganisation des carbonates. Une lame mince taillée dans la croûte zonaire située près de Ricla fait d'abord voir une pâte grise très fine traversée de nombreux canalicules suivant les involutions (fig.2). Ce ciment micritique gris emballe des masses noduleuses ocres à petits grains internes plus clairs. Les nodules ont tous le même aspect et résultent apparemment d'une désagrégation d'un seul ensemble. Que s'est-il passé entre l'induration du cône et celle des vallons telle que nous l'observons ? Ces derniers sont d'origine fluviatile, avec des talwegs soulignant les radiales de la forme. Mais l'absence de matériel grossier nous montre que l'eau évacuait surtout des solutions. Nous avons cherché à savoir si les vallons n'étaient pas localisés dans les secteurs où la « mortadelle » était au départ moins consolidée : le terrain n'apporte pas d'arguments probants, pas plus qu'il ne permet d'expliquer les causes de l'incision. Nous pensons cependant plausible d'envisager un ou des regains très ménagés d'humidité induisant un creusement peu marqué, une reprise d'érosion. Comprendre et caler la dégradation superficielle parfois subie par la croûte supérieure, distincte des attaques plus modernes, est bien moins simple. Dérive-t-elle d'une soudaine destruction de la croûte consécutive à une augmentation des précipitations ou, au contraire, a-t-elle participé à une alimentation lente des ciments qui ont tapissé les versants des vallons pendant ou après leur façonnement ?

10L'observation n'exclut pas la première hypothèse, mais affirme sans conteste le second processus. Sur les pentes molles établies en contrebas de la croûte supérieure existe une induration calcitique beaucoup plus blanchâtre, rarement chargée de galets, au contraire de la « mortadelle » (fig.2) : des feuillets suivent la faible pente et se soudent vers le haut à la vieille croûte zonaire supérieure du cône, en incluant parfois des morceaux dissociés de celle-ci. Lorsque des galets sont inclus dans les carbonates, ils sont revêtus d'une gangue épaisse (1-2 cm), dans laquelle les lamelles concentriques ne sont plus visibles (barrancos de Las Tres Alcantarillas et du Cascayo, 2 km au N de Ricla). Le long du chemin qui descend du sanctuaire de Rodanas, les masses carbonatées se remanient d'amont en aval, laissant imaginer une évolution monotone, n'excluant pas un histoire nuancée. La lithologie a joué un rôle, puisque les feuillets ont colonisé des zones plus marneuses que conglomératiques, les vallons étant surtout inscrits vers l'aval-bassin. Mais partout, l'infiltration devait être limitée par le colmatage carbonaté des subsurfaces. Enfin, l'étude des rares argiles prélevées dans les zones moins bien indurées ne montre aucune évolution du cortège minéral d'un modelé à l'autre. Les migrations de la calcite - que nous ne prétendons pas appréhender en totalité - constituent donc le facteur principal du creusement comme de l'oblitération des vallons. Les conditions globalement sèches ralentissent le transit des carbonates, assurant leur remaniement localisé et la fixation des pentes. Les versants des barrancos deviennent leurs propres fournisseurs et s'encroûtent dans leur totalité, jusqu'à fixer les rebords mous de la « mortadelle », détériorés au cours du processus. L'évolution géochimique abaissant modestement la topographie initiale du cône, le long des zones les mieux drainées, a sans doute été graduelle. Cette intense épigenèse n'a pas créé les formes générales du piémont du Monegre, mais lui a conféré son originalité et a permis l'excellente conservation des modelés fort mous qu'elle a engendrés. Cette dernière, cependant, semble quelque peu remise en cause.

3. Une dissolution en cours ?

11La croûte supérieure, quoique bien conservée, présente néanmoins des signes indiscutables de dégradation. Ce sont des cupules, des perforations voire de véritables vasques dans lesquelles séjournent les eaux pluviales, comme il s'en trouve au N de la Cuesta de Ricla. La « mortadelle » est affectée par une petite mais réelle karstification qui la détruit lentement, soit par dissociation des éléments résistants, soit par usure chimique de la surface. La croûte à feuillets des vallons est aussi entamée par la dissolution. Sa partie supérieure est en effet friable et des nodules subsistent, isolés, à la base du sol brun d'une trentaine de cm qui la masque parfois à la base des versants. B. Borner (1985) a fait, dans un domaine nettement plus large que le nôtre, la remarque qu’« à l'heure actuelle, les croûtes sont en voie de désagrégation ». Nous pensons qu'ici, la démolition fait toutefois preuve d'une considérable lenteur. Les puissants engins de sous-solage, en cette période de mise en valeur à tout prix des secanos, sont loin de pouvoir partout défoncer les croûtes de carbonates, dont l'âge est pourtant vénérable.

12Le climat actuel est sans doute insuffisamment sec pour assurer la formation voire l'entretien des croûtes. Nous verrons plus en détail que ni la terrasse T2 ni a fortiori la Tl du Jalon ne sont réellement envahies par la calcite ; les incisions récentes et actuelles du piémont-cône du Monegre n'en portent pas plus de trace. Il est donc nécessaire d'attribuer au Quaternaire moyen l'encroûtement des larges vallons. Nous pensons même qu'il serait assez logique de le mettre en parallèle avec les indurations légèrement feuilletées repérées en Rioja dans les vastes glacis G3. Bien plus que le faciès, qui ne saurait représenter un « fossile d'étage » malgré les nettes ressemblances, c'est la position morphologique qui nous conduit à une telle idée. Les remarquables consolidations observées au-dessus de Ricla font donc du Pléistocène ancien et moyen une période de considérable aridité dans la zone centrale de l'Aragon. Elle a été sans doute légèrement infléchie lors de moments plus humides, favorisant l'incision. Leur nombre, un ou plusieurs, ne saurait être défini sur ce piémont qui n'a pas nécessairement conservé des vestiges de chaque moment de l'évolution morphologique. Le creusement des larges vallons peut avoir effacé d'autres indices...

III. EN CONTREBAS, LES NAPPES ALLUVIALES RECENTES

1. Des aspects variés de l'aval vers l'amont

13Les encroûtements, ajoutés au faible dynamisme vertical de la région, ont accru de manière notable l'inertie morphologique de ce piémont septentrional de la Sierra de Herrera et du Monegre. Le seul facteur d'évolution efficace vient d'ailleurs : c'est le Jalon. Il a construit deux terrasses dont les éléments se repèrent sans difficulté, non seulement sur ce piémont, mais encore dans la traversée des Monts Ibériques et dans le bassin interne de Catalayud. Près de Ricla, le piémontcône T2 est réduit à presque rien, il porte des galets roulés peu altérés ou sains, souvent dégagés mécaniquement d'une gangue calcaire dont il subsiste des traces. Ici, l'alimentation est à dominante locale, fournie par le démantèlement du conglomérat miocène et des croûtes quaternaires du piémont-cône. Le piémont-cône Tl, large d'un à deux kilomètres, a été drapé d'un matériel beaucoup plus fin : quelques galets sains, petits, parfaitement roulés, se perdent dans une masse de sables roses lithochromes. Il est difficile d'en dire plus, tant la vega (fond humide) est cultivée et disparaît sous les vergers de poiriers et de pommiers. Aucune coupe n'est significative dans des niveaux totalement anthropisés. L'analyse des minéraux argileux de T2 et Tl montre une différence avec la surface du cône et des vallons ; à la trilogie kaolinite (20 %), illite (50 %) et chlorite (10 %), s’ajoute la vermiculite (20 %). Mais il n'est pas permis d'en tirer conclusions, puisque les argiles des terrasses du Jalon sont allogènes, bien plus que celles du piémont du Monegre. Le bas niveau garde une belle ampleur dans les bassins intramontagnards de Morata et Mores. Les caractères sédimentaires restent voisins de ceux du piémont. Il faut aller dans les gorges pour observer un matériel plus grossier. D'étroits lambeaux de T2 (+ 15 m) et Tl (+ 3 m) sont encore visibles en amont, par exemple au N de Purroy.

14Ces gorges du Jalon constituent un véritable palier en arrière duquel les niveaux quaternaires plus anciens se déploient à nouveau normalement, avec des dénivellations qui rappellent la Rioja bien plus que l'Aragon. Sous les lanières du glacis G4 du bassin de Catalayud (+ 120 m) et surtout les grands plans à limons roses du glacis G3 (+ 40 m), les basses terrasses restent approximativement aux mêmes altitudes relatives. L'anomalie tectonique « négative » qui explique, en bonne logique, la forme et les modelés pléistocènes originaux du piémont de Ricla jusqu'à Alfamen et Carinena, semble ainsi recevoir confirmation de son âge quaternaire moyen. En amont de Catalayud, le niveau T2 n'est plus représenté dans les rétrécissements que subissent la vallée du Jalon et ses affluents. Par exemple, le Manubles, au S de Bijuesca, coule en léger contrebas du seul Tl, dont le plan contraste vivement avec les versants fort raides du secteur. Dès que la vallée s'élargit un peu, en amont de Moros, les niveaux récents sont tous deux conservés, avant que le rio ne s'engage à nouveau dans une gorge épigénique. Le T2 y est rose et contient, outre les galets, de gros éclats mal roulés de calcaire jurassique ou de socle quartzitique. Le Tl, qui remanie des sédiments de couleur variée, est d'abord lithochrome et, puisque très anthropisé, il est difficile à déterminer. Il en va de même le long du Ribota ; mais cette rivière passe au N de la Sierra de Aramantes dans les dépôts du Néogène inférieur à moyen qui ont été plus facilement déblayés. Nous lisons donc sur ses rives l'ensemble de l'étagement quaternaire classiquement représenté dans la dépression de l'Ebre.

2. Dépôts et devenir du calcaire des terrasses

15Nous n'avons pas vu d'encroûtements dans les basses terrasses T2 et Tl, au plus une calcitisation modeste des galets dans T2, dont une partie est héritée. Nous passerons encore sur les travaux de F. Pellicer, qui pense encore que les croûtes du bassin de l'Ebre sont formées per ascension (Pellicer et Echeverria, 1989, p. 159). Nous sommes plus gênés a posteriori par les affirmations de M. Gutierrez Elorza, formulées lors d'une réunion - Pour la Synthèse Géologique des Pyrénées - tenue à Saragosse en janvier 1986. Il y confirmait à P. Barrière comme à l'auteur de ces lignes, la présence de croûtes jusque dans les bas niveaux pléistocènes de la région. Il ne s'agit pas d'un lapsus linguae puisque les cartes présentées par S. Mensua et M-J. Ibanez lors de la IIIème Réunion du Groupe de Travail sur le Quaternaire Espagnol montrent que « toutes les terrasses sont encroûtées et (que) les accumulations sont parfois plus épaisses sur les bas niveaux que sur les hauts niveaux » (C.R. Vaudour, 1979). Malgré des recherches soigneuses, il ne nous a pas été possible d'en retrouver une preuve indiscutable le long du Jalon, entre Rida et Epila. Certes, au niveau de la route C 220 qui relie La Almunia de Dona Godina à Calatorao, existe une induration massive et zonaire seulement perchée d'une quinzaine de mètres au-dessus de la rivière. Elle cimente des galets de calcaire jurassique noir et de quartzite. Mais il s'avère impossible d'en faire un équivalent du T2 dont nous avons précédemment donné des descriptions. L'hypothèse la plus vraisemblable est que nous avons ici affaire à un vestige de la « mortadelle » du vieux cône du Monegre séparé de son amont par l'incision du Jalon. Tout nous invite à accepter cette solution : le faciès comme la position morphologique. Entre Lucena de Jalon et Epila, cette même croûte est encore présente mais moins résistante soit en raison d'une plus faible consolidation originelle - nous nous éloignons de l'amont-, soit à cause d'une dégradation ultérieure. Les lambeaux de T2 conservés en rive gauche, près de Lumpiaque, permettent d'ailleurs de se rendre facilement compte des différences entre la couverture alluviale récente et la croûte zonaire. Nous ne préjugeons pas de ce qui a pu être observé en d'autres endroits ; nous nous bornerons à noter que dans le bas Aragon, M.-J. Ibañez ne décrit pas de croûtes dans les niveaux inférieurs (Ibañez, 1976).

16Cela ne veut pas dire que le calcaire ne soit pas très abondant dans T2 et Tl, notamment en aval de Ricla, comme le prouve la franche effervescence à l'acide chlorhydrique. Mais le concrétionnement n'y est pas sensible. Ont-ils été consolidés par des croûtes actuellement disparues ? Rien ne permet de l'affirmer. Nous n'avons repéré aucun résidu pouvant évoquer la présence passée d'un envahissement par les carbonates, grumeaux, filaments de calcite ou autres. L'examen a des limites que nous avons déjà signalées, à savoir la totale anthropisation de la vallée du Jalon ; mais la mise en culture, fort ancienne, aurait-elle bien réussi en cas d'encroûtement ? Nous pouvons en douter, d'autant que le défonçage profond est une pratique récente peu réalisable autrefois. Les sols installés sur les fines roses des Tl sont de plus relativement banals et ont subi une brunification qui modifie légèrement la teinte initiale du matériel alluvial. Elle s'avère bien répartie dans l'épaisseur du profil mais de manière trop peu naturelle pour qu'il soit permis d'en tirer des conclusions supplémentaires.

CONCLUSION

17Les modelés pléistocènes qui encadrent le Jalon à son débouché sur le piémont nord de la chaîne ibérique sont en Europe fort originaux. Dans cette partie de l'Aragon, la faiblesse des déboîtements quaternaires est remarquable. Sans doute, la région de Saragosse a-t-elle mal accompagné le N de la péninsule dans son épéirogenèse. Mais nous estimons aussi vraisemblable une tarditectonique déprimant légèrement ce secteur. La conservation des cônes à peine disséqués a été favorisée non seulement par ce phénomène mais aussi par une épigenèse généralisée des carbonates. Cependant elle n'a pas atteint les entailles les plus récentes ; d'autre part, les croûtes ne semblent pas en état de se former et se détériorent lentement. Cela nous fait penser que la création des formes molles du piémont est ancienne et qu'elle ne s'est pas prolongée au-delà du Pléistocène moyen. Une importante rupture évolutive, concurremment tectonique et climatique se produit. Malgré l'aspect encore « exotique » de la région, les morphogenèses récentes ne sauraient plus guère se comparer à celles du Quaternaire moyen et ancien. Au total, c'est une évolution complexe, nuancée que nous montrent ces formes. Voilà sans doute la raison de l'intérêt que G. Beaudet leur portait, lui qui détestait les explications simplistes, les positions sectaires et les « querelles tribales » qui en résultaient...

fig. 1 : Le piémont à "formes molles" des pays du Jalon.
1 : Tl à fines roses, fortement anthropisé ; 2 : T2 à galets, non encroûté ; 3 : T3, induré par des carbonates ; 4 : G4/5 à galets siliceux et gangues carbonatées du piémont du Bollòn ; 5 : Idem, pour le bassin intramontagnard de Tierga ; 6 : "Piémont-cône" massivement induré du Quaternaire ancien et moyen.

fig.2 : Une puissante épigenèse des carbonates à proximité du Jalon.
2A : Vue macro-et microscopique de la croûte massive de Ricla ; 2B : Aspects des encroûtements du cône de Ricla : "mortadelle" supérieure, croûte feuilletée des versants des vallons ; 2C : Bloc-diagramme d'un des vallons très évasés du "piémont-cône" de Ricla.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BOMER B. (1978) - Le bassin de l'Ebre et ses bordures montagneuses. Etude géomorphologique. Thèse de Doctorat d'Etat, Caen, 662 p.

BOMER B. (1985) - Formes et formations attribuables au Quaternaire moyen dans le bassin de l'Ebre, Physio-Géo, 14-15, p.87-80.

IBANEZ MARCELLAN M.-J. (1976) - El piedemonte iberico bajoaragones. Estudio geomorfologico, Tesis de Doctorado, C.S.I.C., Madrid, 524 p.

LEMARTINEL B. (1993) - Histoire d'une montagne : étude géomorphologique des Monts Celtibériques occidentaux, Thèse de Doctorat d'Etat, 680 p.

LEMARTINEL B. (1994) - Héritages semi-arides dans les Monts Celtibériques Occidentaux, Actes du Colloque en l'honneur du Professeur R. Coque, Saint-Cloud, p.503-517.

PELLICER F. et ECHEVERRIA M. (1989) - Formas de relieve del centro de la depresion des Ebro, Instituto Fernando el Catolico, Saragosse, 216 p.

VAUDOUR J. (1979) - Géomorphologie du bassin de l'Ebre d'après les travaux récents des chercheurs espagnols, Méditerranée, 3, p.97-100.

Table des illustrations

Légende fig. 1 : Le piémont à "formes molles" des pays du Jalon.1 : Tl à fines roses, fortement anthropisé ; 2 : T2 à galets, non encroûté ; 3 : T3, induré par des carbonates ; 4 : G4/5 à galets siliceux et gangues carbonatées du piémont du Bollòn ; 5 : Idem, pour le bassin intramontagnard de Tierga ; 6 : "Piémont-cône" massivement induré du Quaternaire ancien et moyen.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31854/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 298k
Légende fig.2 : Une puissante épigenèse des carbonates à proximité du Jalon.2A : Vue macro-et microscopique de la croûte massive de Ricla ; 2B : Aspects des encroûtements du cône de Ricla : "mortadelle" supérieure, croûte feuilletée des versants des vallons ; 2C : Bloc-diagramme d'un des vallons très évasés du "piémont-cône" de Ricla.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31854/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 431k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540