Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

Les vallées de la Syrtique (Libye)

Bernard Bousquet

Abstract

Les vallées côtières du golfe du Syrte (Libye) présentent un encaissement atténué par des formations superficielles d'origine éolienne et alluviale. Des équipements (wadi wall) en partie fossilisés indiquent une utilisation agricole qui, pendant l'Antiquité, subit des caractéristiques du milieu aussi sévères si ce n'est plus que celles d'aujourd'hui (érosion des sols, attaque du ruissellement, recouvrement par les sables éoliens).

This paper describes the principal geomorphological features noted in the wadi of the pre-desert of Tripolitania (gulf of Sirte). This provisionnal statement of results describes the geomorphology of the wadi, the complex sequens of alluvial fans and aeolian sand on the wadi floor and slope, the settlement archaeology, ceramic dating evidence, and palaeoclimatology data. The location of the walls appears to have been likely to exacerbate the problem of soil erosion and gullying.

Full text

Mors saxis numquam nominibus venit.

1La Syrtique, région de pré-désert qui en bordure du golfe du Syrte permet le passage de la Tripolitaine à la Cyrénaïque, se présente sous l'aspect d'un plateau bas et à nu, incisé par une série de vallées côtières. Cette plate-forme qui est dominée à l'intérieur par de faibles hauteurs surbaissées, s'incline vers la Méditerranée en grandes surfaces d'aplanissement gauchies. A proximité de la mer, son substrat calcaire disparaît sous une nappe de sable ocre à rouge qu'une végétation steppique fixe jusqu'au littoral. Cependant, des dunes vives y attestent un actuel remaniement éolien sur place, en même temps que, plus en amont, des sables plus pâles se déversent dans les vallées encaissées des oueds. Au rivage, un cordon de sable très clair recouvre les sédiments plus sombres de la couverture arénique intérieure, de la sorte présente jusqu'à la côte. Il isole de la mer des sebkhas inondées en hiver. De leur côté, à leur embouchure, leur lit atténué par des alluvions sableuses en position de très basse terrasse, les oueds sont obstrués par des plages et des dunes côtières récentes, portées parfois par une plate-forme d'abrasion défoncée par des vasques et dont l'extrémité aval est parfois taillée par les vagues en une courte falaise.

  • 1 La chronologie déterminée par la céramique est fournie par D. Kennet, Mission Archéologique França (...)

2De nos jours, la steppe est pâturée par des moutons et des chèvres. Des troupeaux nomades de dromadaires bruns s'y ajoutent en hiver. Le long des oueds, sur les versants, à proximité des vallées, moins fréquentes sur le plateau, à l'état de ruines, de nombreuses petites bâtisses de pierre, aux fondations rondes ou quadrangulaires, et des parcs à bestiaux auxquels s'associent des champs de vallée enclos par des murs, témoignent que la Syrtique fut occupée pendant l'Antiquité par des pasteurs et des cultivateurs. Au rivage, de rares et petits établissements étaient dévolus à un commerce d'escale pour les bateaux de Rome et de son empire. Les indigènes venaient y acquérir, entre autres marchandises, des céramiques d'Italie dont se retrouvent dans les ruines des maisons les témoins brisés, mélangés à la céramique locale1

3Plus dense que celle d'aujourd'hui réduite à la présence de quelques pasteurs nomades ou semi-nomades et à celle d'exploitants liés à la réimplantation d’établissements agricoles, l'occupation humaine d'alors ne se comprend qu'en fonction d'un paysage autre dont il s'agit de définir les caractéristiques. La reconnaissance en cours aboutit à esquisser le schéma de sa transformation selon une évolution dont tous les épisodes ne sont pas encore clairement définis. La ruine de l’oekoumène local antique est en effet à comprendre à partir de l'analyse des caractères d'un milieu naturel modifié. En particulier, la mobilité des formations superficielles et leur transformation sédimentologique permettent de saisir comment l'apparition du paysage actuel résulterait de l'exploitation et de l'aménagement de la Syrtique, au cours de l'Antiquité.

I. LE CADRE GEOMORPHOLOGIQUE

4Les vallées plus particulièrement étudiées des oueds Harrawa et Hamra sont des auges alluviales. Leurs versants se développent aux dépens d'un calcaire miocène peu déformé, ultime terme de la série sédimentaire qu'incisent ces réseaux hydrographiques. L'âge du dernier faciès fixe le début de l'évolution géomorphologique à la fin de cette époque, et plus certainement encore à partir du début de l'époque suivante, le Pliocène. A l'intérieur des bassins-versants, la hiérarchie des cours d'eau est encore peu élaborée ; elle traduit la récente constitution de cet équipement hydrographique dont l'organisation diffère d'un bassin-versant à l'autre. Si l'Harrawa est quasi défini par un cours unique sur lequel se greffent de très brefs affluents, l'oued Hamra plus court résulte en revanche de la réunion de plusieurs cours d'eau aux dimensions semblables. La disposition des drains fait dire que le stade de la plaine côtière est dépassé.

5Cependant, la topographie qui dérive de vastes surfaces d'aplanissement incisées par les oueds souligne la jeunesse de ce modelé fluvial. Les vallées découpent en effet en lanières plus ou moins larges d'anciens pédiments affectés d'une dégradation karstique, (présence de rares dolines et lapiés structuraux de surface), que dominent des reliefs résiduels à versants convexes surbaissés.

6Transversalement, si à leur sommet les versants des vallées présentent un profil à enveloppe convexe, en revanche, à leur base ils se raidissent et la présence d'abrupts parfois dédoublés parce qu'emboîtés explique l'approfondissement des cours d'eau par des reprises d'érosion plus récentes, produites par des modifications d'origine climatique mais sans doute aussi par une mobilité d'ordre tectonique.

7Longitudinalement, les rivières sont adaptées à une pente orientée vers le nord. Mais certains secteurs médians, à l'encaissement plus prononcé, à coudes brutaux qui modifient momentanément le tracé du cours d'eau, révèlent l'influence de contraintes structurales. Si des fractures guident l'écoulement (Harrawa), on peut penser qu'un bombement d'origine néo-tectonique a été traversé par antécédence (Hamra). L'absence de plages anciennes, la submersion de dunes grésifiées pré-littorales tendent à prouver l'existence de cette déformation gauche active. Le mouvement négatif situé à la côte explique dans ces conditions l'ennoiement et la régularisation de la ligne du rivage aux dépens et par l'intermédiaire d'un matériel continental déposé à une époque plus récente.

  • 2 Paysage de hamada disséquée plus récent que celui voisin de l'extrême sud tunisien cf. R. Coque, L (...)

8La bordure terrestre du golfe de Syrte se présente donc comme une hamada disséquée, due à la déformation d'un aplanissement mio-pliocène. Le plateau à la pente dirigée vers le bassin oriental de la Méditerranée, a été gauchi, puis incisé par un fluvio-karst rajeuni au Quaternaire, selon un schéma de marge continentale plus proche de la Méditerranée occidentale que des marges actives de la Méditerranée orientale, auxquelles il est opposé2.

II. LES FORMATIONS SUPERFICIELLES

9C'est à l'intérieur de ce cadre géomorphologique rapidement esquissé qu'il faut comprendre la répartition discontinue des dépôts. Les formations superficielles définissent en effet une stratigraphie affectée de discordances multiples.

10La plupart de ces dépôts sont liés à l'incision des vallées où ils se trouvent emboîtés ou perchés, hors ceux des interfluves d'origine pédologique et éolienne (Fig. 1).

11Les formations résistantes sont pour les plus anciennes indurées et d'évidence héritées, comme le prouvent leur position topographique et leur état de conservation. Cimentées et perchées par réincision, elles datent du Pleistocène.

12Les formations meubles atténuent les entailles fluviales ou fossilisent la topographie des interfluves. Leur mise en place relève de l'établissement de lits d'écoulements hydriques ou éoliens, anciens ou récents. Ces dépôts sont de la sorte en partie postérieurs au Pleistocène, holocènes et actuels. Certains ont joué un rôle prépondérant dans l'établissement des aménagements anciens. Leur évolution dépend désormais d'une dynamique qui se modifie en fonction de leur inégal degré de conservation sur les pentes.

1. Les formations résistantes continentales et marines

13Elles paraissent sous la forme d'un voile de cailloux. Pour les plus récentes, encore mobiles. Pour les plus anciennes, immobilisées sur les pentes et au fond des thalweg car indurées par un ciment calcaire.

a) - Les nappes libres caillouteuses

14Les interfluves portent des revêtements de cailloux mobiles qui, par ruissellement ou par colluvionnement glissent vers les thalweg, le long des versants, canalisés par des ravines dont ils constituent le pavage. Ces nappes grossières, de la simple épaisseur des éléments qui les composent, se retrouvent sous la forme de lentilles caillouteuses ou de bancs d'accrétion dans l'alluvionnement le plus récent des lits de crue. Leur déplacement conduit à la lente expulsion de ce matériel détritique directement fourni par le substratum dénudé.

b) - Les brèches de pente cimentées

15Il s'agit d'une blocaille de calcaire peu émoussée ou anguleuse, accumulée sur les pentes en nappes à stratification grossière, jusqu'à 1 m d'épaisseur. Ces dépôts ont été cimentés. Ils atténuent les petits thalweg affluents et sont désormais, par incision, le plus souvent perchés au-dessus du chenal d'écoulement. Ces nappes clastiques anciennes reposent directement sur les versants dénudés et le lit rocheux de l'entaille, ou bien elles recouvrent en bas des versants des plus grands cours d'eau des racines de sols rouges développés sur d'anciens placages sablo-limoneux qu'ainsi elles fossilisent

c) - La grève alluviale cimentée

16Dans les oueds majeurs, la dernière nappe alluviale caillouteuse (un demi-mètre d'épaisseur au maximum) est cimentée. Elle borde, car légèrement incisée, les actuels lits de crue anastomosés et son matériel détaché et remanié constitue des barres caillouteuses dans le chenal d'écoulement de l'oued qu'enrichissent les apports latéraux des nappes mobiles récentes. Elle repose sur des limons sableux et rubéfiés d'origine éolienne, remaniés par ruissellement. Elle se présente parfois en passage latéral des brèches de versant cimentées.

d) - La dune grésifiée côtière et le beach-rock

  • 3 Ce type de formation est à rapprocher de semblables décrites dans le sud tunisien (formation Sidi S (...)

17Il s'agit d'un ancien cordon dunaire et de sa plage, comme l'indiquent les figures de dépôt Ces accumulations de couleur claire ont été mises en place et indurées au cours même de la dernière remontée du niveau marin (Versilien). Les cordons parallèles déterminent des zones de déferlements que séparent des chenaux plus calmes qui peuvent servir actuellement de mouillage à une flottille de petites barques de pêche. De tels sites ont pu être déjà, en particulier face aux embouchures des oueds, des points d'accostage utilisés pendant l'Antiquité, les conditions nautiques n'ayant que peu changé depuis3.

2. Les croûtes

18Rares, elles s'observent perchées au sommet des versants y déterminant des replats, ou bien en affleurement dans le lit d'inondation des plus grands oueds.

a) - Les croûtes perchées

  • 4 Les plus proches par comparaison sont celles de la Tunisie méridionale, cf. R. Coque, op. cit., 19 (...)

19Ces croûtes zonaires4 sont constituées de plusieurs feuillets, associés sur une épaisseur de 30 à 40 cm. Elles passent à une accumulation inférieure de nodules carbonatés (jusqu'à 30 cm d'épaisseur) qui, en se substituant au matériel limoneux inférieur, constitue leur support. La dalle limitée à l'amont par un versant surbaissé détermine un replat dont l'abrupt d'érosion donne à l'aval sur l'oued actuel.

b) - Les croûtes du lit d'inondation

20Occasionnellement, elles forment une dalle (40 cm), parfois dégagée par sapement dans un des chenaux actuels, abandonnés après une crue. La croûte est massive et compacte ou constituée de feuillets superposés. Elle est prolongée à sa base par des nodules carbonatés. L'ensemble repose par l'intermédiaire d'un front sinueux sur le colmatage sableux du remblai alluvial qui repose lui-même sur la nappe alluviale cimentée antérieure.

3. Les dépôts meubles continentaux

21Ces dépôts sont sableux à limoneux. Ils enveloppent les interfluves et atténuent les fonds des vallées. Ils sont fixés par une haute végétation broutée par les troupeaux qui s'y déplacent.

a) - Les accumulations alluviales du lit des oueds

22Un chenal dénudé, à sinuosités libres, définit le lit d'écoulement actuel, faiblement inscrit (30 cm) à la surface d'un colmatage sableux. Il peut occuper toute la largeur de la vallée comme être étroitement contenu par les basses terrasses dans lesquelles il est incisé. Il s'agit d'un lit de crue modelé en bancs sableux très plats que séparent des bras larges anastomosés. Ces bras peuvent être eux-mêmes composés d'une succession de bancs, en position de seuils et de trous d'eau, mouilles tapissées d'une fine pellicule de limons beiges accumulés par décantation après une crue.

23Pour les affluents, les alluvions sableuses constituent une nappe discontinue. Dans l'intervalle, le lit correspond à des surfaces de bancs calcaires (ressaut structural à cascades), ou à un lit rocheux taillé dans le gypse et les marnes blanches sous-jacents de la série stratigraphique, en particulier au droit du bombement tectonique récent.

b) - La très basse terrasse sableuse ocre

24Le lit de crue est encadré par de très basses terrasses sableuses, à la surface modelée en nebkas (dunes à buissons) et en rares dunes vives (échantillon no2). Ces accumulations peuvent être inondées au moment des plus hautes crues et être entaillées par des chenaux de suffosion à l'aval desquels le matériel remanié est étalé en une nappe d'épandage parallèlement à celle du lit d'inondation (Harrawa).

25Leur matériel repose en accordance sur une assise inférieure de limon plus brun et compact, elle-même parfois réincisée par le lit majeur et fossilisée par les nappes alluviales actuelles (échantillon no3). Ce dépôt plus ancien affleure rarement sauf sous l'aspect de bancs qui barrent l'embouchure des tributaires. Le matériel de cette basse terrasse ensable les murs de barrage (wadi wall), établis en fond de vallée.

26Latéralement, l'accumulation sablo-limoneuse atténue le bas du versant et se confond avec un glacis colluvial, affecté de griffures. Ces placages ocres se retrouvent le long des pentes parfois jusqu'à leur sommet.

c) - La terrasse sablo-limoneuse rouge

27Cette terrasse épaisse de moins d'un mètre dans les petits vallons repose sur l'extrémité aval des apports latéraux, clastiques et cimentés et disparaît sous les apports alluviaux ocres. A son aval, elle est recoupée par un abrupt de sapement. En surface s'y développent une structure polyédrique à colonnes et un horizon à limon plus beige qui sont les traits manifestes d'une pédogenèse ultérieure.

28Ce faciès constitue une assise largement étendue dans la plaine côtière. Débordant des vallées, elle semble jalonner le fond d'anciennes sebkhas (secteur aval du Hamra), comme on l'observe actuellement pour les cuvettes inondées à l'arrière des dunes côtières. Elle peut arriver jusqu'au trait de côte et présenter des restes de murs anciens installés en surface et à proximité du déferlement.

d) - Les sols fossilisés

29Sous les nappes clastiques de pente, sous les croûtes de vallée et sous la croûte zonée, on observe des témoins d'horizons pédologiques (échantillon no4), qui sont autant de restes de sols fossiles. D'évidence, ils n'ont pas le même âge, mais ils ont pour roche mère chaque fois un sable limoneux. On peut leur adjoindre les sols des dolines ou des sillons de lapiés de la hamada.

  • 5 R. Coque, op. cit., 1962. R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983, Tb.III, p. 154.

30On peut les interpréter comme des sables éoliens, en partie remaniés. Formation présente sur cette bordure de la Méditerranée5, ce matériel a enregistré les effets d'une période fraîche et humide, avant d'avoir été pédogénisé.

e) - Les dunes et les accumulations sableuses continentales et littorales

31On dénombre plusieurs types qui relèvent tous de la déflation éolienne actuelle. En effet le rivage de la Syrtique se situe au départ des vents issus de la cellule occidentale des hautes pressions tropicales et sous l'influence des coulées froides boréales.

32- Les petites nebkas à flèche de sable (échantillon no1) et les grosses nebkas ou buttes phytogéniques construites à partir d'un buisson. Le dense groupement en réseau de ces dunes constitue la topographie de la surface du colmatage le plus récent des oueds. Leur matériel est un sable limoneux ocre.

33- La même topographie chaotique de buttes sableuses à buissons, hautes de 1 à 2 mètres caractérise la surface de la nappe sableuse généralisée ocre-rouge qui à partir du cours inférieur des oueds jusqu'à la côte recouvre progressivement les interfluves jusqu'à fossiliser entièrement la vallée côtière des rivières et circonscrire les rives des sebkhas (échantillon no2).

34- les amas sableux d'abri, accumulés sous le vent des versants à regard sud ou nord, constituent des pentes ébouleuses ocre-pâle, qui finissent par recouvrir les versants des oueds.

35- les amas en bouclier et les barkhanes élémentaires, dunes vives et mobiles élaborées à partir du sable des nebkas en voie de destruction et de la fraction fine argilo-limoneuse des nappes colluviales. Ces dunes atténuent les rebords des terrasses comme le sommet des versants des vallées principales. Elles sont également présentes à la surface de la nappe sableuse ocre de la plaine côtière.

36- les revêtements sablo-limoneux des interfluves. A la surface des buttes résiduelles du plateau et des pédiments qu'elles dominent, s'étale un revêtement très mince de sable recouvrant par place des sols érodés ocre-clair dont les tourbillons de vent dispersent les éléments fins. Ce revêtement est souvent associé aux nappes appelées à devenir un reg, mobiles et caillouteuses qui en émergent.

37- Le cordon littoral sableux.

38Il s'agit d'une accumulation de sable gris à blanc, plaquée sur le matériel ocre à rouge de l'intérieur. Ce cordon à la mer présente une pente forte constituant la plage actuelle, battue par une mer déferlante à rouleaux puissants en hiver.

39- Les dunes bordières blanches littorales, sous la forme d'épaisses crêtes dunifiées au sommet du cordon littoral, ou sous l'aspect d'une mince nappe d aspersion de sables littoraux clairs (Echantillon no5). Dans ce cas, la déflation blanchit seulement les faces des buttes phytogéniques profilées ocres en les couvrant du sable soufflé des plages. Ces pseudo-dunes blanches définissent au littoral un stade en cours de destruction des nebkas.

4. Chronostratigraphie et dynamique

40La répartition des formations et leurs relations topographiques et géomorphologiques permettent de définir une chrono-stratigraphie relative, à défaut d'être très précisément datée pour l'instant (Fig.2).

a) - Les dépôts quaternaires

  • 6 R. Coque, op. cit, 1962, pp.322-324. Et pour comparaison avec une région voisine, R. Coque, Morpho (...)

41- Les croûtes perchées se sont développées dans une ancienne vallée de fluviokarst désorganisée, et sans doute sont à dater du Mio-Pliocène. Leur position dominante au dessus du lit actuel témoigne du creusement ultérieur pleistocène. Leur degré d'induration et leur état de conservation indiquent une constitution relativement ancienne qu'on pourrait situer au début du Quaternaire (Villafranchien)6.

42- Les brèches de pente toujours en contre bas des croûtes perchées puisqu'elles recouvrent les versants des vallons qui s'y emboîtent, sont une formation détritique héritée soit de la dernière période froide du Quaternaire, soit d'un des épisodes frais qui ont caractérisé les débuts du réchauffement actuel (Tardiglaciaire). Elles fossilisent des dépôts sablo-limoneux rubéfiés qui leur sont donc antérieurs (Echantillons no4). Ces derniers sont les témoins d'oscillations plus chaudes et humides (optimum climatique succédant à une phase aride à semi-aride).

43- La nappe alluviale cimentée des rivières principales est contemporaine des dépôts de pente cimentés auxquels elle peut être en effet par endroit latéralement raccordée. Elle représente le dépôt d'un colmatage alluvial mis en place au cours du Pléistocène supérieur-Tardiglaciaire. On peut estimer lui être postérieures les dunes grésifiées du littoral actuellement submergées.

b) - Les dépôts fini-pleistocènes et holocènes

  • 7 R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983, fig. 1 et Tb.m, p. 154.

44- La terrasse sablo-limoneuse (échantillon no2) a servi d'assise à des habitats et aménagements de l'Antiquité. Les murs de thalweg comme ceux des pentes (wadi wall et slope wall) sont enchâssés dans ce matériel. Cette accumulation récente à l'échelle géologique, sans doute fini-pleistocène, a servi de support aux installations de l'époque romano-libyenne. Il pourrait s'agir d'un équivalent de la formation des sables limoneux rouges continentaux de la formation dite Sidi Daoud, en Tunisie7.

  • 8 R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983, fig. 1 et Tb.m, p. 154.

45- Sur cette terrasse reposent les nebkas et les dunes vives à sédiment ocre, au sable plus faiblement enrichi de limon et d'argile (échantillon nol). Comme elles recouvrent aussi bien les installations de l'Antiquité, qu'une route littorale construite par les Italiens, juste après la Première Guerre mondiale (1922) ainsi que les vergers de la plaine côtière plantés après les années 1970, elles montrent qu'elles sont sans cesse en cours de remaniement. Leur densité oblige à les aplanir pour installer un parcellaire, mais elles ne sont pas une gêne pour l'élevage. Leur végétation est la pâture autant des dromadaires que des brebis et des chèvres. Les couloirs qui les séparent servent de pistes aux troupeaux qu'elles accueillent. Le matériel de ces nebkas peut dériver des sols détruits par les modes d'occupation développés pendant l'Antiquité. Elle pourrait équivaloir à la formation dite Dar Chichou-Demna en Tunisie méridionale8.

46Sur la hamada, la formation caillouteuse mobile de surface leur serait ainsi liée et son apparition serait donc récente, puisque son élaboration résulterait de la destruction des sols. Il faudrait donc la comprendre comme dérivant de la mobilisation de l'horizon C calcaire, roche mère fragmentée par la pédogenèse et les racines de la couverture végétale d'alors. Les blocaux sont anguleux et frais ou plus émoussés avec des faces présentant des micro-formes de dissolution d'ordre bio-pédogénique (cortex et micro-alvéolisation de dissolution en surface).

47- les racines de sols de la hamada seraient les témoins de cette évolution sans doute historique. Elles résultent de l'effet du ruissellement diffus de surface que les installations de l'Antiquité ont cherché à contrôler, si on accepte l'interprétation développée pour d'autres oueds de la Tripolitaine (oued Soffagin).

48Dès qu'ils affectent plus de 80 % de la superficie des pentes, ces témoins de sols permettent en effet l'implantation d'un couvert végétal de buissons ou d'herbes rases. L'infiltration l'emporte alors sur le ruissellement. En dessous de 60-50 % de recouvrement, l'apparition du ruissellement diffus est possible. Dans ces conditions, on peut interpréter la nappe des cailloux qui s'étale à la surface des pentes, comme dérivant de la mobilisation de l'horizon C de ces anciens sols mis au jour, eux-mêmes subsistant à l'état de témoins très érodés.

49Leur transformation sédimentologique se démontre quand on compare la granulométrie des formations sableuses placées selon leur superposition stratigraphique (Echantillon nol à 4, Tableau 1).

Tableau 1. Granulométrie des faciès des formations sableuses.

Tableau 1. Granulométrie des faciès des formations sableuses.

50On peut conclure à l'enrichissement en sable des formations continentales. Leurs faciès se composent d'une fraction fine qui diminue pour les formations les plus récentes. On observe également que la fraction des sables fins augmente parallèlement à celle des sablons. Le tri tend à s'établir au profit de ces classes. Le faciès marin est plus grossier et pas moins trié cependant, réalisant la tendance qui se dessine pour les faciès sableux continentaux (Fig. 3).

51- La terrasse sablo-limoneuse rouge des oueds peut être le résultat de l'érosion des sols développés au cours d'interstades pléistocènes (optimum climatique), période sans doute responsable également de la rubéfaction des sables de la plaine côtière (Echantillon no3). Sa mise en place précède la colonisation de ces vallées à l'époque historique.

52- La nappe ocre des sables qui la fossilise serait la fraction remaniée par le vent de ces revêtements plus fins dégradés par la surexploitation d'origine anthropique des anciennes couvertures pédologiques alors plus étendues. Le vannage éolien expliquerait la disparition des fractions plus fines

53- le colmatage sableux des oueds, le matériel des dunes vives ainsi que les lentilles caillouteuses confirment cette dégradation récente du milieu. Ce sont des formations historiques, postérieures à l'occupation des sites de l'Antiquité.

54- Si les dunes grésifiées sont versiliennes, les dunes claires vives représentent l'action de la déflation actuelle à la côte. Ces sables blancs résulteraient de la dérubéfaction par l'eau de mer des alluvions sableuses apportées à la côte par les rivières et redistribuées au littoral par les vagues. Elles sont mises en place par la remontée du niveau marin constatée après l'époque romaine.

55- Le beach rock et sa plate-forme d'abrasion.

56Arasée, cette plate-forme d'abrasion est en cours de démolition par l'érosion marine. Les fragments des lits sédimentés, détachés par les vagues de tempête sont accumulés sous la forme d'une levée chaotique de dalles à l'amont de la plateforme. A l'aval, le platier dégagé sert de support au sable du cordon actuel qui se constitue en particulier au droit des embouchures des oueds. Ce dernier forme un barrage qui en hiver retient l'eau des écoulements.

57Les formations superficielles de l'arrière pays se répartissent donc en deux familles, celles des interfluves et celles des vallées.

58La nappe rouge des sables de la hamada constitue la nappe de base à partir de laquelle a pu se réaliser l'implantation humaine. La formation ocre récente est le support de la steppe actuelle pâturée. Les formations des vallées sont issues à la fois du remaniement des précédentes par le ruissellement et d'apports éoliens. Elles démontrent que le paysage antique est en partie recouvert par des apports plus récents. Ces derniers peuvent être compris comme résultant de la dégradation d'un fonds hérité, mais aussi comme étant des apports allochtones récents d'origine éolienne.

59La modification du paysage ne serait donc pas entièrement à mettre au compte des groupes humains établis sur cette hamada pendant l'Antiquité. Des fluctuations climatiques ont pu intervenir également et modifier la sensibilité au ruissellement de ce milieu. Au cours de l'évolution, celui-ci aurait même changé de nature, la rugosité progressive du versant changeant le mode d'écoulement sur les pentes en modifiant la continuité des filets d'eau en fonction d'une légère modification de l'angle des pentes.

Tableau 2. Chronologie des formes et des formations.

III. LE SYSTEME MORPHOGENIQUE

60Le système morphogénique à l'origine du modelé des bassins-versants associe les écoulements de surface à la déflation éolienne. Il est actuellement commandé par la déflation éolienne sans qu'on puisse dire si cette situation est le fait d'une aridification du climat ou la conséquence d'une désertification déclenchée par l'utilisation du couvert végétal et le pâturage actuel.

1. L'écoulement hydrique

61Il s'exerce sur les pentes lorsque les placages sablo-limoneux y sont encore suffisamment étendus. Le ruissellement y est de type diffus sur celles inférieures à 3o. Le ruissellement concentré inscrit des griffures sur celles supérieures à 5°.

62Les écoulements concentrés apparaissent dans les ravins, agressifs jusqu'au stade de la morphogenèse puisqu'on y observe une incision du lit rocheux.

63Dans le lit des oueds, l'écoulement se fait sous la forme de chenaux et de nappes d'inondation, à la surface d'un colmatage sableux atténuant le fond des vallées. Des épandages par suffosion se substituent à la plus basse terrasse sableuse, simulant une pseudo-reprise d'érosion, puisque le sable est de fait seulement étalé dans le lit majeur.

64Seuls des écoulements concentrés expliquent le creusement ancien des vallées. Ils correspondent à des périodes plus fraîches que l'actuelle. La région devait être située dans une zone semi-humide et non aride comme maintenant.

  • 9 Cette évolution peut être comparée à celle qui a été récemment décrite pour des régions climatique (...)

65L'écoulement actuel des oueds est comme étouffé par les formations sableuses qui atténuent le fond des vallées. Il y est en partie infiltré. Les steppes-galeries qui caractérisent les secteurs amont des vallées s'expliquent par la présence de l'inféro-flux qui en dérive. Le sable joue donc le rôle d'un réservoir hydrique dont la limite inférieure est commandée soit par la présence de l'accumulation limoneuse fossilisée, soit par celle d'un lit rocheux sous-tendu par le gypse ou les marnes blanches imperméables du substratum. Ces coulées de verdure s'opposent aux interfluves dénudés qui les bordent. En revanche, là où la nappe ocre sableuse est largement étalée, les versants des interfluves sont revêtus d'une couverture végétale buissonnante, alors que le fond des oueds oppose les lits d'écoulement actifs et les très basses terrasses sableuses couvertes qui les encadrent9.

66L'inversion de paysage végétal constatée, (dans un cas le couvert est concentré dans les vallées peu profondes, dans l'autre il les délaisse et habille largement les interfluves vêtus de sable), serait due à la lithologie et à la présence ou non du revêtement sableux. De la sorte, la limite du couvert steppique si nette dans le paysage ne dépendrait pas aussi directement de l'influence d'une limite zonale bio-climatique. On constate cependant que les vallées ne sont pas à l'abri d'ensablement éolien à l'intérieur même de la zone de steppe. Et, au delà d'une bande où le couvert végétal devient très ouvert et où les plantes se réduisent à de petits buissons ras et en forme de coussinet, les secteurs les plus amont des vallées sont actuellement ennoyés sous une nappe de sable à vif. Il semblerait dans ces conditions que la transformation du paysage ne serait pas cependant tout à fait indépendante des données bioclimatiques.

67La limite de cette steppe aurait donc une origine complexe où les données humaines et mésologiques interfèrent. Selon la part qui reviendrait aux unes et aux autres, l'agressivité du ruissellement n'est pas la même.

2. Les écoulements éoliens

68La déflation éolienne explique les différentes accumulations dunaires qui masquent d'une couverture inégalement continue les méga-formes du modelé hérité.

69Les dunes actuelles dérivent de la dégradation des formations à matériel fin mises en place au cours du Quaternaire récent et du Tardiglaciaire, ainsi que de celle des sols qui se sont formés au cours de l'Holocène.

70Actuellement les vents sont assez puissants pour édifier des dunes vives, ou pour construire ou détruire les nebkas qui semblent présenter un cycle d'évolution très court, d'un siècle à un siècle et demi (cf. le recouvrement par des nebkas de la route italienne de 1922).

71Ils sont avec le ruissellement à l'origine de la dégradation des sols présents sur les interfluves et que conservent toujours de petites cuvettes de dissolution karstiques préservées encore, à l'amont des bassins-versants, et à peine au tout début de leur dissection.

72Auparavant, il semble que la déflation fut peut être moins destructrice. Les installations humaines destinées à maîtriser l'écoulement sur les pentes l'indiqueraient a contrario. Leur ensablement reste postérieur et donc récent.

CONCLUSION : OCCUPATION DES SITES ET DYNAMIQUE ECO-GEOGRAPHIQUE DU PAYSAGE

73Il est difficile d'établir à partir des installations humaines les alternances périodiques de ruissellement prépondérant et de déflation exclusive qui sont à l'origine des différentes familles de dépôts. On peut dire toutefois que la rugosité de la surface de la hamada et des versants est rendue telle par la nappe caillouteuse mobile actuelle qu'elle ne peut expliquer, si l'état d'alors était le même que celui d'aujourd'hui, les aménagements destinés à maîtriser le ruissellement. Il y a donc eu changement de l'état de surface des pentes au cours même de l'Antiquité et par conséquent du système morphogénique, même si les conditions climatiques sont restées équivalentes.

  • 10 Si on utilise les termes proposés par les chercheurs anglais. En effet la prospection actuelle des (...)

74En conséquence, on peut se demander si les installations de type terrassement de fond de vallée ou wadi wall, et de type enclos à bétail qui équipent également leurs pentes ou slope wall, comme leur fond alluvial, sont toutes deux contemporaines et d'époque romaine10. Leur concomitance est déduite de la céramique qu'on y trouve, parfois. Leur similitude chronologique se justifie si les pentes qui convergent vers les vallées sont suffisamment couvertes de sols.

75Mais on peut aussi penser que les aménagements de vallées qui sont des champs de barrage (wadi wall) sont peut-être plus anciens que les enclos à bétail. En effet certains parcs destinés aux troupeaux pourraient être plus récents et dater de la période romaine de l'histoire de la Méditerranée. Il y aurait réoccupation d'anciens sites de sédentaires agriculteurs par des populations d'éleveurs semi-nomades. Le genre de vie aurait été modifié en raison de l'invasion inéluctable du sable qui serait à l'origine de la nappe ocre et de son paysage de nebkas si caractéristique du secteur inférieur des rivières et de la plaine côtière. La mobilité des monticules sableux qui le définissent n'est pas un obstacle pour l'élevage comme le montre aujourd'hui la présence des troupeaux, mais en revanche elle gêne considérablement une agriculture de sédentaires attachés à des parcellaires délimités et dont on ne retrouve aucune trace, hors les vallées (champs à l’arrière des wadi wall).

  • 11 Même constat en Tunisie, R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983.
  • 12 Selon un schéma historiquement démontré, P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen-Age, 1987, 827 (...)

76Si pour l'époque romaine, il est difficile d'envisager une modification climatique importante, même si au littoral on constate un abaissement du niveau marin11, on peut penser que ce changement a eu lieu antérieurement (cf.période humide de l'âge du Fer en domaine tempéré qui a pu se traduire en Méditerranée par un épisode à très longues sécheresses12). Il était déjà bien affirmé à l'époque d'Hérodote d'après la description qu'il fait de ces régions. L'apparition de ce changement serait dans ces conditions antérieure et peut remonter à l'époque archaïque, alors que dans le bassin oriental de la Méditerranée s'affirmaient des périodes d'aridité prononcée dont on connaît une des conséquences : la colonisation de ces rivages par les Grecs de l'Egée.

77L'évolution éco-géographique des paysages qu'indiquent les discontinuités morpho-sédimentologiques des dépôts tendrait à dissocier dans le temps les genres de vie et les types d'aménagement, en raison de la durée nécessaire pour mettre en place les nappes à nebkas ocres de la plaine côtière.

78A titre d'hypothèse, on peut pour le dernier millénaire avant J-C, proposer une évolution fondée sur la succession suivante :

  • période à ruissellement diffus et développement d'une agriculture de vallée fondée sur la constitution de barrages de thalweg (céramique locale et silex taillés de sédentaires, peut être avant le Vlème siècle av.JC).
  • dégradation des sols et constitution des murs de pente et de ligne de crête, pour mieux maîtriser le ruissellement qui se fait de plus en plus destructeur (ravines et griffures dans les têtes de vallons, comme on l'observe aujourd'hui, mise en place progressive du colmatage sableux des oueds). Cette modification suppose une évolution différente selon que l'on considère le bassin-versant ou une portion de versant. Elle se traduirait par une disparité dans les modes de ruissellement entre pente et thalweg, la rugosité des pentes commandant cette transformation.
  • aridification du climat et désertification des pentes des secteurs amont dans les bassins-versants (effet d'une anthropisation plus importante des vallées), apparition de la déflation éolienne et des dunes dans la plaine côtière ; érosion des sols qui élimine le ruissellement sur pente et entrave l'agriculture des vallées sous l'effet de l'aridification.
  • développement de l'élevage, à partir du pâturage offert par la végétation des nebkas dont le cycle de renouvellement est court. Les sédentaires deviennent des semi-nomades. Abandon des aménagements de vallée ou modification des anciens équipements (multiplication des passages dans les murs pour les troupeaux). Architectoniquement, il faudrait considérer le long des murs certaines de leurs sections à chatières comme des aménagements tardifs opérés aux dépens des murs hérités (réemploi par les semi-nomades d'aménagements agricoles).
  • contact à la côte avec le monde romain. Usage plus courant de la céramique, sans que le mode d'utilisation du paysage soit modifié.
  • abandon définitif pour des raisons historiques (changement dans le paysage de l'oekoumène, généralisation sur les pentes de la nappe caillouteuse) et mésologiques (modifications des conditions du milieu naturel).

79On peut résumer l'évolution éco-géographique du paysage de la façon suivante.

  • 13 Une comparaison peut être faite avec l'installation des Romains à l'intérieur du Sahara oriental, (...)

80A partir de la première moitié du dernier millénaire, des nappes d'ensablement (cf.les nappes actuelles en cours de constitution dans les têtes de vallons) ont atténué les vallées. Le matériel est fourni par la destruction des sols (cf. la rubéfaction des nappes qui est originelle et ne résulte pas entièrement d'une évolution pédologique ultérieure in situ). Leur épaississement progressif a fait apparaître un nouveau processus : la suffosion alimentée par la réserve hydrique qui se constituait dans la nappe de sable (l'imperméabilité est assurée par le dépôt sablo-limoneux dont la surface a été enrichie en argiles et limon (pédogenèse et horizon de culture des champs). Les tranchées-rigoles qui en sont l'expression morphogénique (cf. l'évolution de la basse terrasse sableuse de l'Harrawa), ont découpé en fines lanières le remblaiement. Leur destruction progressive a entraîné par la suite la constitution de chapelets de tertres, qui ont donné naissance aux tertres phytogéniques (cf.paysage de la plaine alluviale de l'Harrawa et de l'Hamra). Une topographie chaotique finement disséquée où les rigoles peuvent devenir des couloirs de circulation pour les troupeaux, a remplacé la surface plane des remblais sableux. L'élevage y a trouvé un terrain propice et y a remplacé l'agriculture sur terrasses et retenues construites (wadi wall). En même temps le régime des oueds s'est modifié et les chenaux anastomosés qui sont apparus, ont balayé la nouvelle plaine alluviale y rendant plus difficile une agriculture permanente, mais non l'élevage (cf.l'utilisation actuelle des dunes et des vallées). Les installations d'habitats permanents se sont transformées en campements d'éleveurs (cf. les camps actuels juxtaposés aux installations anciennes ou récentes). La mobilité est devenue plus importante et des contacts avec le littoral possibles (cf. les coquillages retrouvés dans les campements de l'arrière pays et la céramique romaine qui consacre cette transformation éco-géographique13).

81Bref, si les nappes sableuses à monticules végétalisés donnent les pâturages, les terrasses planes et les surfaces d'accumulation des fonds de vallée offrent les terres cultivables. Pour ces peuples à la marge d'un bassin méditerranéen romanisé, seule l'histoire du milieu et de l'éco-géographie de leur paysage importe. Les formations superficielles en deviennent ses archives.

Fig. 1 Les VALLEES DE LA SYRTIQUE : les formations superficielles et l’évolution géomophologique (schéma syntéthique)
211 : les nappes caillouteuses mobiles - 212 : les brèches de pente cimentées - 213 : la nappe alluviale cimentée - 221 : les croûtes penchées cimentées - 222 : les croûtes du lit d’inondation - 231 : les accumulations alluviales des oueds - 232 : la très basse terrasse sableuse ocre - 233 : la terrasse limoneuse à horizons pédologiques - 234 : TERRA ROSSA de doline

Fig. 2 - Les formations sableuses

Fig. 3 - WADI EL GHAZAL : Murs de vallée et bâtisses (s. 93,212)

Notes

1 La chronologie déterminée par la céramique est fournie par D. Kennet, Mission Archéologique Française en Libye, Mission UNESCO, Campagne de prospection 1990 et 1993, 1993, Rapport inédit, 16 p.

2 Paysage de hamada disséquée plus récent que celui voisin de l'extrême sud tunisien cf. R. Coque, La Tunisie présaharienne. Etude géomorphologique, 1962, pp. 310-327. Pour une mise au point récente, cf. J.-J. Blanc, Importance géodynamique des surfaces d'aplanissement en Provence (Analyse multicritères), in Hommage à Jean Nicod, Karst et évolutions climatiques, 1992, pp. 191-207 ; ou R. Marie et S. Pomel, Les Levka Ori (Crète-Grèce) : un jalon miocène dans l’évolution des karsts méditerranéens, in Hommage à Jean Nicod, op. cit., 1992, pp. 227-246. B. Bousquet, La Grèce occidentale, 1974. et B.Bousquet & P.-Y. Péchoux, Le Djebel Akhdar (Cyrénaïque, Libye) : évolution morphostructurale, 1983, BAGF, No491, pp. 37-41

3 Ce type de formation est à rapprocher de semblables décrites dans le sud tunisien (formation Sidi Salem), cf. R. Paskoff et P. Sanlaville, Les côtes de la Tunisie, Variation du niveau marin depuis le Tyrrhénien, 1983, 192 p.

4 Les plus proches par comparaison sont celles de la Tunisie méridionale, cf. R. Coque, op. cit., 1962, 101-110.

5 R. Coque, op. cit., 1962. R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983, Tb.III, p. 154.

6 R. Coque, op. cit, 1962, pp.322-324. Et pour comparaison avec une région voisine, R. Coque, Morphogenèse quaternaire du piémont méditerranéen du djebel Akhdar (Cyrénaïque), 1970, An de Géo., T. 79, no 434, pp. 375-385.

7 R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983, fig. 1 et Tb.m, p. 154.

8 R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983, fig. 1 et Tb.m, p. 154.

9 Cette évolution peut être comparée à celle qui a été récemment décrite pour des régions climatiquement proches, J. -L. Ballais, Evolution holocène de la Tunisie saharienne et présaharienne, 1991, Méditerranée, No4, pp. 31-38.

10 Si on utilise les termes proposés par les chercheurs anglais. En effet la prospection actuelle des vallées de la Syrtique fait partie d'un programme de recherche commandité par la République libyenne auprès de l'UNESCO : l'Unesco Libyan Valleys Survey (ULVS). Les résultats de l'équipe anglaise sont régulièrement publiés depuis 1980 dans les Libyan Studies. Leur secteur de prospection se situe plus à l'ouest en Tripolitaine autour des oueds Soffegin et Zem Zem. La prospection de la Syrtique plus tardive en est encore dans sa phase exploratoire qui ne permet pas pour l'instant une comparaison systématique avec les

11 Même constat en Tunisie, R. Paskoff & P. Sanlaville, op. cit., 1983.

12 Selon un schéma historiquement démontré, P. Alexandre, Le climat en Europe au Moyen-Age, 1987, 827 p.

13 Une comparaison peut être faite avec l'installation des Romains à l'intérieur du Sahara oriental, B. Bousquet, Tell Douch et sa région (désert libyque, Egypte). Géographie d'une limite de milieu à une frontière d'Empire, 1993, IFAO, Le Caire, (à paraître en 1995). Comme pour l'eau du désert surconsommée, l'évolution des steppes libyennes pourrait être comprise selon le schéma de la tragedy of the commons (tragédie des terrains communaux) développé par Garrett Hardin, « The tragedy of the commons » in H. E. Daly, ed.. Economie, ecology, ethics, 1980. On peut la résumer de la façon suivante. Chaque berger, au cours d'une phase d'instabilité qui empêche toute surcharge, profite des communaux sans les détruire. Au cours d'une phse de stabilité, l'intérêt individuel primant dans une société où l'accès aux communaux est libre, chaque berger augmente peu à peu son troupeau et mène à la ruine le paturage commun.

List of illustrations

Title Tableau 1. Granulométrie des faciès des formations sableuses.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31848/img-1.jpg
File image/jpeg, 171k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31848/img-2.jpg
File image/jpeg, 376k
Caption Fig. 1 Les VALLEES DE LA SYRTIQUE : les formations superficielles et l’évolution géomophologique (schéma syntéthique)211 : les nappes caillouteuses mobiles - 212 : les brèches de pente cimentées - 213 : la nappe alluviale cimentée - 221 : les croûtes penchées cimentées - 222 : les croûtes du lit d’inondation - 231 : les accumulations alluviales des oueds - 232 : la très basse terrasse sableuse ocre - 233 : la terrasse limoneuse à horizons pédologiques - 234 : TERRA ROSSA de doline
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31848/img-3.jpg
File image/jpeg, 144k
Caption Fig. 2 - Les formations sableuses
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31848/img-4.jpg
File image/jpeg, 112k
Caption Fig. 3 - WADI EL GHAZAL : Murs de vallée et bâtisses (s. 93,212)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31848/img-5.jpg
File image/jpeg, 117k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Terms of use: http://www.openedition.org/6540