Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

Barrages en terrains karstiques. Problèmes géomorphologiques et géotechniques dans le domaine méditerranéen

Jean Nicod

Résumé

La plupart des ouvrages en site karstique, autour de la Méditerranée, connaissent de nombreux problèmes de construction et d'entretien, et d'imperméabilisation des réservoirs. La détermination des zones de pertes, les problèmes de stabilité ont suscité de nombreuses études, qui nous renseignent sur l'évolution karstique et les paléokarsts. Réciproquement, les recherches géomorphologiques peuvent contribuer à la reconnaissance des sites et à la maintenance des ouvrages.

DAMS IN KARSTIC TERRAINS, Geomorphological and geotechnical problems in the mediterranean lands
Most dams in karstic areas around the Mediterranean regions, experience many construction and maintenance difficulties, as well as problems in preventing leakages from lakes have many difficulties. The leakage areas and the problems of stability are recognised by many studies, that have produced important informations about karst evolution and paleokarst of these areas. Reciprocally, the geomorphological studies in the exo- and endo-karst would contribute to the survey of the right places and the fmaintenance of the dams.

Texte intégral

1De très nombreux barrages-réservoirs ont été réalisés (certains depuis plus d'un demi-siècle), dans les montagnes et plateaux calcaires autour de la Méditerranée. Depuis certains échecs retentissants (dont celui de Montejaque, Andalousie, abandonné en 1925), de nombreux géologues se sont penchés sur les problèmes (spécialement des fuites) des ouvrages en milieu karstique (références in M. Gignoux et R. Barbier, 1955 et R. Therond, 1973). Depuis quelques décades les ouvrages réalisés dans les pays dinariques et dans bien d'autres pays ont fait l'objet de nombreux rapports et publications. De plus, à l'occasion de diverses réunions, nous avons profité des explications et discussions sur les sites. Aussi nous nous proposons d'exprimer le point de vue d'un géomorphologue, tant sur l'intérêt des études qu'ont suscitées ces ouvrages, que sur l'utilisation des levés géomorphologiques et des recherches dans l'endo-karst.

I. MULTIPLICATION DES BARRAGES-RESERVOIRS EN SITE KARSTIQUE

2Ils répondent bien sûr à une nécessité : produire de l'électricité dans des régions autrefois défavorisées au point de vue énergétique, et surtout maintenant, stocker de l'eau pour l'irrigation et les besoins urbains et les activités touristiques. Par ailleurs ils bénéficient la plupart du temps de conditions hydrologiques favorables : abondance des précipitations sur les reliefs, coefficients d'écoulement particulièrement élevés (Nicod, 1993) et stockage naturel dans les réservoirs karstiques atténuant les irrégularités saisonnières.

Tableau I - Principaux barrages-réservoirs en site karstique

Pays, ouvrage

type, hauteur m

vol. hm3

pertes

usage (1)

ALGERIE : O. Fodda(Oranie)

voûte, 100

228/137 ?

latérales

E + I

MAROC : Bin-el-
Ouidane (S Moyen-Atlas)

-id-132

1500

-id-

E + I

ESPAGNE : Tous
(Jucar)

enrochement, 78

53

id.+bassin en partie détruit
en 1982

I+al. Valencia

FRANCE, SE : Ste
Croix

voûte, 85

767

latérales+bass
in ?

E+I+al.Toulon
Aix-Marseille

ITALIE : Sta Giustina
(Trento)
Vaiont (Dolomites)
Salto (Abruzze)

-id-153
-id-261
poids 108

183
169
278

Latérales

latérales

E
E+I-détruit
1963
E+I

Ex YOUGOSLAVIE :
Peruca (Cetina)
Busko Blato (Poljé de Livno)
Grancarevo (Popovo)
Niksic (Montenegro)

enrochement,
60
2 digues
voûte, 123
3 bassins

540
800
1100
224 ?

bassin
-id-
latérales
bassin

E+al. Split
-id-
E+I
E+I

GRECE : Mornos

Enrochement
130

780

partie du b.

al. Athènes

LIBAN : Litani

-id-62

200

sous le bar.

E+I+al. littoral

DAGHESTAN :
Tchirkei (Soulak)

voûte 232

2500/1200

latérales

E+I+al.
Makhatchkala

(1) - E=Energie électrique, I=Irrigation, al=alimentation urbaine, industrielle etc.
Données compilées par J. Nicod et U. Sauro, in Gams et al. (1993), modifié.

3Ces équipements servent à de multiples usages : produire de l'électricité (particulièrement du courant de pointe), réduire les crues et les étiages, fournir de l'eau pour les irrigations, et de plus en plus alimenter les villes, les industries et les agglomérations touristiques littorales... Certains ouvrages mineurs n'ont qu'une fonction (exemple le barrage de Ceyrac, écréteur de crues sur un affluent du Vidourle, (Avias, 1968) ; mais la plupart des grands barrages servent à des fins multiples, d'où la recherche du stockage maximum possible en fonction des conditions naturelles. Le tableau I donne les caractéristiques essentielles des principaux barrages réservoirs en milieu karstique (nous n'avons pas actuellement de données suffisantes pour ceux du Sud-Est de la Turquie), dont la fig. 1 indique la localisation.

1. Le problème des pertes.

4Le problème géotechnique le plus fréquent en milieu karstique est celui des pertes. Il se situe de deux manières différentes :

  1. pertes au voisinage des culées ou sous le barrage lui-même, commandées par la pression hydraulique résultant de la mise en eau du réservoir, et en fonction de la hauteur de chute. Ces pertes se produisent vers l'aval par les plans de stratification, failles et zones de broyage, le plus souvent karstifiés, et par les réseaux actifs, ou fossiles dont les colmatages cèdent à la pression. En amont le marnage joue aussi un rôle déstabilisateur. Les sites en gorge dans les calcaires, favorables à la construction de barrages élevés, sont aussi très exposés aux fuites, en raison de la fréquence des réseaux karstiques, latéralement et même sous le cours subaérien : la genèse de ces réseaux ayant été précisément favorisée par les phénomènes de détente commandés par le creusement de la gorge (notion de canyon karstique). Comme le débit des pertes est commandé par la hauteur de chute, on a pu avoir intérêt à réduire la hauteur de l'ouvrage projeté : ainsi le barrage voûte de Sainte-Croix du Verdon n'a finalement que 85 m, contre 95 projeté, ce qui a considérablement réduit le volume de la retenue.
  2. pertes dans le fond ou sur les bords de la retenue. C'est le cas des poljés d'altitude des montagnes dinariques, et aussi partiellement de nombreux autres bassins comportant ennoyage de secteurs calcaires, dolomitiques ou gypseux. Non seulement les points d'absorption connus (ponors, estavelles, pertes dans le lit même des cours d'eau) augmentent leur débit d'absorption, mais d'autres pertes apparaissent par mise en charge de l'épikarst.

5Le remède généralement employé est celui de voiles d'injection sous et au droit des ouvrages, et de colmatages et recouvrement imperméables des zones sensibles. Mais malgré l'importance (et le coût) de ces travaux annexes, un débit résiduel de pertes subsiste le plus souvent ; toutefois il est négligeable si les apports et la capacité de la retenue sont très importants.

2. Les problèmes de stabilité.

6Les pertes peuvent entraîner un risque d'instabilité des barrages, soit aux culées pour les barrages-voûtes, soit par succion au fond dans les barrages en enrochement (avec apparition de sinkholes (Sowers, 1984). Toutefois, probablement à cause des précautions prises, aucune rupture de barrage autour de la Méditerranée n'est directement en rapport avec des processus karstiques : Malpasset (1959) était situé dans les gneiss ; dans le cas du Vaiont (catastrophe de Longarone, 1963) la voûte ancrée dans les calcaires a résisté à l'onde de crue produite par le glissement accéléré d'une masse rocheuse dans le réservoir (analyse dans Letourneur et Michel, 1971, p. 191) et le barrage d'enrochement de Tous (infra § III, 1) n'a été endommagé en 1982 que par la crue du Segura. Par contre la construction d'ouvrages en voûte dans des sites difficiles, où l'on a dû multiplier les injections et ancrages des masses rocheuses au droit des culées pose un problème de stabilité vis à vis des séismes, naturels ou éventuellement induits dans le cas d'ouvrages importants (discussion in J. Rothe, 1970). Pour cette raison, nous envisagerons le cas du barrage de Tchirkei, au Daghestan.

II. LE PROBLEME DES PERTES : Cas typiques dans le domaine méditerranéen

1. Le barrage-réservoir abandonné de Montejaque (Andalousie).

7Ce barrage-voûte de 73,5 m de haut fut construit en 1922/24, à l'extrémité orientale de la Sierra de Grazalema, immédiatement à l'amont de la perte du Rio Guadares, dans la grotte-tunnel Hundidero-Gato (fig. 2). Le « pantano » de 34 hm3 de réserve utile devait alimenter une centrale de 7 MW. Mais il ne fut jamais rempli, malgré quelques travaux de colmatage des pertes les plus visibles, car leur somme atteignait 4 m3/s pour un apport moyen annuel de 0,8 ! Cet ouvrage abandonné en 1925 constitue un cas d'école, mettant particulièrement en lumière la méconnaissance des milieux karstiques ; les problèmes de son implantation ont été ré-étudiés du point de vue géotechnique (Therond, 1973), hydrogéologique (Benavente et Mangin, 1984), hydrologique et spéléologique (Alvarez Garcia et al., 1992), et géomorphologique (Delannoy et Diaz Del Olmo, 1986, et Delannoy 1991).

8Si la plus grande partie de la cuvette de la retenue se trouve dans les marnes crétacées et les grès du Flysch, le barrage est à l'entrée d'un court (et spectaculaire) canyon (devant le porche du Hundidero), qui entaille la retombée NW d'un pli coffré. Les calcaires jurassiques y sont intensément fracturés et karstifîés (fentes de décollement, lapiés de fissures). Les recherches hydrogéologiques et spéléologiques ont montré que la grotte-tunnel Hundidero-Gato (4,5 km) constituait un système souterrain complexe, percée hydrogéologique du Guadares avec un affluent actif, plus le drainage d'une zone noyée importante. Les pertes ne pouvaient être que multiples, tant sous et au droit du barrage, que sur le bord SE de la retenue (fig. 2). Bien sûr les recherches géomorphologiques et hydrogéologiques étaient inexistantes à l'époque de la conception de cet équipement, mais il fallait fermer les yeux pour ne pas voir qu'il y aurait problème, d'autant plus que la grotte-tunnel était déjà connue et fut même équipée pour permettre aux ouvriers de se rendre sur le chantier ! Par contre les études méthodiques ont permis à J. J. Delannoy de proposer un schéma d'évolution : la capture du Rio Guadares par le système souterrain est vraisemblablement due au soulèvement tectonique de la transition plio-pleistocène qui a permis le développement de l'endo-karst ; le creusement de la grotte-tunnel étant particulièrement lié à l'action du cours d'eau allogène.

2. Les réservoirs d'altitude dans les poljés dinariques.

9Dans le cadre du développement économique de l'ex Fédération Yougoslave, un nombre important de réservoirs ont été aménagés dans les poljés d'altitude de Croatie méridionale, de Bosnie-Herzégovine et du Montenegro. A leur finalité première énergétique, s'est ajoutée la fourniture d’eau aux irrigations et surtout aux villes du littoral (Nicod, 1978). Tous ces réservoirs ont des pertes, que les ingénieurs s'efforcent d'entraver par des injections et imperméabilisation des surfaces karstiques ennoyées.

  1. le barrage-voûte de Peruca, sur la Cetina, a été construit dans une gorge entaillant les calcaires crétacés, en dispositif synclinal. Le réservoir est dans un semi-poljé, partie amont de la vallée. Sur le site même de l'ouvrage, un écran étanche a été réalisé par injections jusqu'à une profondeur de-260 m (Borelli et Pavlin, 1965, Mijatovic', 1975). Mais le barrage a ennoyé des surfaces de corrosion dont la terra-rossa est maintenant débourrée par les fluctuations du lac, aussi des pertes persistent, heureusement faibles vis à vis du débit du cours d'eau (Qm=14 m3/s).
  2. Le réservoir de Busko Blato (800 hm3) a été aménagé dans la partie marécageuse (« blato ») du poljé de Livno, entre deux digues d'enrochement. Ce réservoir situé à 708 m alimente par une chute de 403 m la centrale d'Orlovac, dans le système hydro-énergétique de la Cetina. Toutefois les conditions naturelles favorisent les pertes, les embayments sur la bordure SW du poljé correspondent aux pertes principales, d'autres sont masquées par le remblaiement quaternaire. Aussi les injections et colmatages sont poursuivis depuis la mise en eau, ce qui a permis de réduire les pertes de 4 à 2 m3 /s environ. La plupart alimentent la grosse résurgence de Grab, dans la vallée de la Cetina. Il est intéressant de noter que la mise en eau du réservoir a réduit le débit moyen de cette source de 7,4 à 5 m3/s, mais que son régime a été modifié : écrêtement des crues printanières et augmentation du débit estival (Bonacci, 1977, p. 156). Ce qui signifie une combinaison du jeu des réservoirs karstiques et du bassin artificiel non étanche.
  3. Les réservoirs du poljé de Niksic (Crna Gora = Montenegro) consistent en trois bassins aménagés dans sa partie basse, vers 600 m, pour alimenter la centrale de Perucica, située à proximité des résurgences de la Zeta 550 m plus bas (fig. 3). Les conditions hydrologiques de cette partie montagneuse du Montenegro particulièrement arrosée sont très favorables quant aux apports (Qm = 150 m3/s) par la Gracanica et les estavelles, mais les basses eaux climatiques sont aggravées par le soutirage karstique. Pour cette raison trois réservoirs barrés par des digues ont été aménagés dans la zone inondable du poljé (description in Radojicic', 1977) :

Krupac

5,7 km2

42 hm3

Slano

8,9

111

Vrtac

13,4

71

(prévu).

10Malheureusement la structure en écailles du secteur de Niksic et l'existence de nombreux ponors et estavelles rendaient l'opération difficile. Si Krupac perd par sa rive sud des eaux vers Slano, celui-ci fuit directement par des conduits importants à circulation rapide vers les sources de la Zeta (Bonacci 1987, p. 73). Encore est-on arrivé à y obstruer les estavelles connues. Mais dans le troisième bassin (Vrtac) les fuites s’opèrent non seulement par les estavelles de bordure, mais aussi par des pertes de fond, sous-alluviales, qu'on essaye de boucher par un revêtement bétonné. De plus la digue aval a dû être reconstruite, après injections pour assurer sa stabilité et son étanchéité. De ce fait, le stockage des eaux ne peut atteindre en été la capacité prévue, et la productibilité de la centrale s'en ressent.

3.- Le barrage-réservoir du Mornos. (fig. 4).

11Aménagé de 1969 à 1979, à l'ouest du Parnasse, le réservoir du Mornos (780 hm3) est d’une importance capitale pour l'alimentation en eau de l'agglomération athénienne par un aqueduc de 186 km. Le bassin versant amont du fleuve Mornos (560 km2) est bien alimenté (300 hm3 /an) grâce aux précipitations sur les massifs du Ghiona (2515 m) et du Kokkinias. Le barrage, en enrochement, haut de 130 m, et la plus grande partie de la retenue sont dans les flyschs de l'unité du Pinde, chevauchés par celle en grande partie calcaire, du Parnasse-Giona. Mais dans la cuvette, des écailles calcaires présentaient des points d'absorption qu'il a fallu traiter : en particulier une zone de lapiés de 0,29 km2 a dû être imperméabilisée sur l'écaille du Pyrnos, au voisinage du pont de Lidoriki(on). Les études hydrogéologiques ont montré que les écoulements souterrains aboutissent aux sources littorales et sous-marines du Golfe de Corinthe. Le percement du principal tunnel (14,6 km) de l'aqueduc à travers le massif du Giona a posé bien des problèmes en raison des zones de broyage karstifiées et des cavités actives rencontrées qui entraînèrent l'inondation de la galerie par période de fortes pluies (Marinos, 1988).

12Rappelons enfin que le barrage de Sainte-Croix du Verdon installé dans le canyon de Baudinard a nécessité le curetage et l'obstruction de plusieurs cavités paléokarstiques ainsi que la réalisation d'un voile d'étanchéité triple de la longueur de l'ouvrage. Malgré ces injections, les fuites au voisinage des culées sont encore de l'ordre de 0,5 m3/s en remplissage normal. Le réservoir ennoie les sources de Fontaine-L'Evêque et les Garrubys, mais en raison de la diminution de hauteur (de 95 à 85 m) de l'ouvrage, il ne semble pas que les pertes par communication des réservoirs karstiques vers le sud soient très importantes. L'étude de ces problèmes (cf. Therond, 1973) a donné de très précieuses indications sur les paléokarsts au voisinage de la formation de Valensole, et sur le fonctionnement des aquifères karstiques des Plans du Verdon.

III. RISQUES HYDROLOGIQUES ET SISMIQUES

13Comme nous allons le montrer dans deux cas très particuliers, les phénomènes karstiques peuvent intervenir dans ces risques.

1. Le barrage de Tous (Levant, Espagne) : désastre dû à une crue

14Depuis 1936, on envisageait la construction d'un barrage réservoir sur le Jucar (ou Xuquer en Catalan) dans une gorge entaillant les calcaires du Crétacé Supérieur, en amont de la plaine irriguée, la Ribera. Cet ouvrage répondait à des fins multiples : régulariser l'alimentation agricole des canaux de la Ribera, laminer les crues et alimenter par pompage le nouveau canal Jucar-Turia, qui dessert Valence.

15Mais la réalisation était « hasardeuse » en raison des difficultés géologiques et géomorphologiques (Eraso, 1984) :

  • remblaiement plio-quaternaire de la gorge de près de 100 m ;
  • système de failles NNW-SSE (ayant orienté le creusement de la gorge) et montrant des indices de rejeu (en coulissage) ;
  • paléokarst très important, sous la gorge et de part et d'autre.

16La réalisation de l'ouvrage (1973-1978) eut un caractère empirique ; on a construit un ouvrage mixte (culées en béton + enrochement) de 78 m de haut, pouvant être surélevé ultérieurement à 130 m, ce qui permettrait d'augmenter la capacité de la retenue de 53 à 390 hm3, donc de mieux régulariser les débits. Mais déjà des fuites importantes s'étaient produites (une source débitait 4,5 m3/s en aval !).

17Par malheur lors de la crue du 20/21 octobre 1982, les vannes du déversoir de crue n'ayant pu fonctionner, le couronnement du barrage a été emporté, produisant une catastrophe en aval, avec un débit de l'ordre de 18 300 m3/s contre 10 000 pour les seuls débits naturels probables du Jucar et de ses affluents (M. Rossello Verger, 1983, p. 33). Dans le cas de la rupture du barrage de Tous on a donc eu une succession en chaîne de problèmes, dont celui de la réactivation des paléokarsts n'est qu’un maillon.

2. Le barrage-voûte de Tchirkei sur le Soulak (Daghestan) : le risque sismique.

18Bien que situé dans le NE du Caucase, et dans le bassin de la Mer Caspienne, ce barrage-réservoir, dont l'environnement et la finalité s'apparentent à celle des ouvrages des pays méditerranéens, se trouvent en plus dans un secteur à haut risque sismique (fig. 5, références in Nicod, 1984).

19C’est en effet un des plus hauts barrages-voûte du monde (232 m de haut, 330 m de longueur au couronnement) permettant de stocker les eaux du Soulak avant son entrée sur le piémont (réserve utile de 1 200 hm3 contre 900 à Serre-Ponçon). Mais le site est difficile : profonde gorge dans des calcaires bien lités du Crétacé supérieur, affectés par les processus de détente et de karstification, qu'il a fallu consolider (injections et ancrages en rive gauche). Or le risque sismique dans ce secteur proche de l'accident frontal N du Caucase est particulièrement important, dans cette zone charnière entre la chaîne en soulèvement et les plaines du Soulak et du Terek en subsidence. Un séisme d'intensité 6,5 MSK s'est produit en 1976, le réservoir étant à peine mis en eau, et on ignore dans quelle mesure le barrage n'a pas focalisé ce séisme. Mais il a fallu reprendre les injections, surtout en rive gauche. Par ailleurs, en raison de la structure des reliefs escarpés dominant le lac, un risque du type Vaiont 1963 ne peut être écarté.

20Il existe bien sûr d'autres ouvrages appuyés à des massifs rocheux consolidés à grand peine qui posent des problèmes analogues à ceux du barrage de Tchirkei : Castillon sur le haut Verdon, Sta Giustina dans la province de Trente, Grancarevo sur la Trebisjnica en Herzégovine...

CONCLUSION

21Apports réciproques des investigations hydrogéologiques et géotechniques et des recherches géomorphologiques à la connaissance du fonctionnement et de l'évolution des karsts méditerranéens.

1 - Apport des investigations sur les différents sites.

22Exception faite des anciens ouvrages (Montejaque, Castillon...) les recherches préalables à toute implantation de barrage réservoir ont été menées avec des moyens de plus en plus perfectionnés (surtout après la catastrophe de Malpasset, 1959). Aussi de nombreuses données ont été recueillies sur :

  • les cavités et les poches sur les sites projetés, et souvent la nature des remplissages ;
  • la fracturation, les zones de broyage, la sismicité ;
  • les zones de pertes, le fonctionnement des ponors et des estavelles, et par traçages et mesures hydrométriques les exutoires probables. Ainsi les connaissances sur le fonctionnement du Popovo ont été acquises grâce aux investigations pour la réalisation d'un réservoir sur la Trebisjnica aval (Nicod, 1975).

23Parfois des mises en charge expérimentales ont été effectuées avant la mise en eau des retenues : ainsi à Fontaine l'Evêque avant l'édification du barrage de Sainte-Croix en 1967 (Therond, 1973). Mais c'est surtout le suivi des ouvrages qui fournit, comme à Tous, Busko Blato, Niksic de nouvelles données sur le fonctionnement hydrogéologique et la réactivation des paléokarsts.

24Enfin la ré-interprétation a posteriori des documents et des mesures permet de saisir les erreurs de conception et de dégager des synthèses : ainsi dans le cas de Montejaque, l'étude hydrogéologique de J. Benavente et A. Mangin (1984) et karstologique de J.J. Delannoy (1991), et surtout, pour la connaissance du fonctionnement des poljés dinariques le livre d'O. Bonacci (1987). De même J.J. Blanc (1992) a réexploité et complété les études des cavités dans le canyon de Baudinard en aval immédiat du barrage de Sainte-Croix pour présenter un schéma d'évolution des moyennes gorges du Verdon. D'une manière générale l'importance des paléokarsts dans le domaine méditerranéen est soulignée, et A. Eraso (1989) en a dégagé les conséquences géotechniques.

2 - Apports et perspectives de la recherche géomorphologique

25Réciproquement les études géomorphologiques se sont avérées importantes et peuvent connaître de nouveaux développements. L'étude de terrain couplée à la photo-géologie permet d'établir une cartographie détaillée des sites et futures retenues - sur les surfaces karstiques la photo-géologie n'est-elle pas essentiellement l'observation et l'interprétation des micro-formes et méso-formes de l'exo-karst, lapiés, dolines, couloirs karstiques (Karstgassen) embayments des poljés, etc ? L'imagerie satellitaire, en permettant d'analyser l'humidité des sols offre la possibilité de déceler poches et zones de broyage, et parfois aussi grâce au signal thermique les failles actives. A une plus grande échelle, dans les sites en gorge, l'examen des fentes de décollement (Mouret, 1984), des zones de broyage et d'arénisation peut donner des indications utiles pour le choix de l'emplacement de l'ouvrage, les sondages à effectuer, les injections à prévoir...

26L'approche spéléologique dans l'endokarst n'est pas moins importante, si des accès naturels ou révélés par les premiers travaux sont praticables. On s'est surtout préoccupé d'évaluer l'importance des cavités et la nature des remplissages (spécialement argileux dans une perspective géotechnique, par exemple sur le site de Sainte-Croix, Therond, 1973). Mais des perspectives nouvelles sont offertes par l'examen des stratigraphies observables dans les paléo-cavités : différentes méthodes, dont les mesures isotopiques sur les concrétions, permettent de retracer de mieux en mieux l'évolution des paléokarsts en fonction des phases de soulèvement et de distension, du creusement des vallées et des variations du niveau marin, et aussi des variations climatiques (Quinif, 1993) : toutes informations utiles pour apprécier la profondeur et les caractères des paléo-réseaux et leur possibilité de ré-activation. De plus l'analyse des déformations des conduits et des planchers stalagmitiques, la mesure des déviations d'axe des stalagmites (Forti et Postpischl, 1984) jointe à la datation isotopique des concrétions permet d'entrevoir la possibilité de repérer avec précision les phases néotectoniques, si importantes dans les karsts du domaine méditerranéen (références in Nicod, 1983). Ainsi de nouvelles perspectives s'offrent aux recherches des karstologues...

27Outre les ouvrages et articles cités en référence, cette note intègre les observations et discussions sur le terrain avec de nombreux géomorphologues et ingénieurs : nous rappellerons particulièrement notre visite avec Roglic et les ingénieurs Borelli et Milancovic du Busko Plato et de Grancarevo (1975) et celle avec Iv. Gams du poljé de Niksic, sous la conduite de Radocivic lors du colloque « Man on Karst » de 1987. Lors de la Table Ronde Franco-espagnole en Andalousie (1989), l'ensemble des problèmes concernant l'échec de Montejaque a été évoqué sur le site même, au cours d'une discussion animée par Delannoy, Diaz Del Olmo, Mangin, Pulido-Bosch... Sur le réservoir du Momos, Trimmel a bien voulu nous fournir la documentation qu'il avait recueillie lors du Symposium « Engineering Geology as related to study, preservation and protection of ancient monuments and historical sites », IAEG, Athènes (1988). Enfin Julian nous a communiqué quelques articles récents et Courtot des informations sur le barrage de Tous. Que tous soient remerciés.

Fig.1 – Localisation des principaux barrages en site karstique, autour de la Méditerranée.

Fig.2-Le barrage réservoir abandonné de Montejaque (Andalousie) :
A-Plan de situation d'après J.J. DELANNOY et F. DIAZ DEL OLMO (1986), flèches en pointillé : infiltrations vers la grotte-tunnel Hundidero-Gato ;
B-Coupe, d'après J.J. DELANNOY (1991),
a-flysch numidien, b-calcaires jurassiques, c-marno-calcaires crétacés.

Fig. 3-Aménagement de réservoirs d'altitude dans le poljé de Niksic (Cma Gora) d'après O. BONACCI (1987) et B. RADOJICIC'(1977).
1-Contour du Poljé, 2-hum majeur, 3-Cours d'eau permanent, 4-id.temporaire, submergé, 5-source, ponor, estavelle, 6-direction des écoulements souterrains, 7-canal, 8-digue et lac, 9-id. en aménagement, 10-routes, 11-voie ferrée, 12-usine hydroélectrique.

Fig.4-Le barrage réservoir du Mornos, pour l'aqueduc d'Athènes.
Croquis d'après G. MARINOS (1992) et documents IAEG, Athènes (1988).

Fig. 5-Carte de situation du barrage de Tchirkei, sur le Soulak (Daghestan).
Données de D.A. LILIENBERG (in J. NICOD, 1984, fig. 1).
1-SouIèvement maximal (+ de 12 mm/an), 2-+ de 4 mm/an, 3-affaissement

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

ALVAREZ GARCIA, G., ARIAS GARCIA E. et al., 1992, Documentacion historica a... Hundidero-Gato ; B. Museo Andaluz Espeleologia, 6, p. 9-16.

AVIAS J., 1968, Barrages en terrain karstique : l'exemple du barrage de Ceyrac (Gard) ; A. Réunion Inter. Karstologie, Languedoc-Provence, Et. et Mém. Méditerranée no 7, 1970, p. 51-55.

BENAVENTE J. et MANGIN A., 1984, Application del analysis de series de tiempo al sistema espeleogico Hundidero-Gato ; A. 1° Congr. Espanol Geologia, 3, p. 41-541-553.

BLANC J.J, 1992, Signification géodynamique des réseaux karstiques étagés du Canyon de Baudinard ; Karstologia, 20, p. 37-48.

BONACCI O., 1987, Karst Hydrology ; Springer V., Berlin Heidelberg, 184 p.

BORELLI M. et PAVLIN B., 1965, Approach of the problem of the underground water leakage... Busko Blato, Peruca,... ;A.I.H., Coll. Dubrovnik, p. 32-62.

COSTA J.E., 1988, Floods of dams failures ; in W.R. BAKER et al. « Flood Geomorphology ».

DELANNOY J.J., 1991, Contribution des grands réseaux souterrains à la compréhension de la karstogenèse de la Serrania de Grazalema ; Acta Carsologica (Ljubljana) XX, p. 51-75.

DELANNOY J.J. et DIAZ DEL OLMO F., 1986, La Serrania de Grazalema (MalagaCadiz) ; Karst et cavités d'Andalousie, Karstologia Mém. no 1, p. 55-69.

ERASO A., 1989, Paleokarst in civil Engineering ; in P. BOSAK, Paleokarst, Academia, Praha, p. 554-558.

ERASO A. et al., 1984, Problèmes posés par le barrage de Tous (Espagne) ; Kras i Speleologia (Katowice), 5 (XIV), p. 53-61.

FORD D. et WILLIAMS P., 1989, Karst Geomorphology and Hydrology ; Unwin Hyman, London, 601 p. (sp. Chap. 11).

FORTI P. et POSTPISCHL D., 1984, Relazioni tra terremoti e deviazioni degli assi di accrescimento delle stalagmiti ; Le Grotte d'Italia, 4 (XII), p. 287-303.

GAMS Iv., NICOD J., JULIAN M., ANTHONY E. & SAURO U., 1993, Environmental Change and human Impact on the mediterranean Karsts... ; Catena suppl. 25, p. 59-98.

GIGNOUX M. et BARBIER R., 1955, Géologie des barrages et des aménagements hydrauliques ; Masson, Paris, 343 p.

HAKIM B., 1985, Recherches hydrologiques et hydrochimiques sur quelques karsts médit., Liban, Syrie et Maroc ; Pub. Univ. Libanaise, Beyrouth, 701 p. + 6 cartes h.t.

LETOURNEUR J. et MICHEL R., 1971, Géologie de Génie civil ; A. Colin, Paris, 728 p.

MARINOS P.G., 1992 - Karstification and groundwater hydraulics... Giona Mts in Central Greece, Hydrology of selected Karst Régions, I.A.H., vol. 13, p. 241-247.

MIJATOVIC' B.F., 1975, Exploitation rationnelle des eaux karstiques ; in A. BURGER & E. DUBERTRET, Hydrogeology of Karstic terrains ; I.A.H., Paris, X, p. 123-135.

MOURET C., 1984, Les fentes de décollement, Caen, BRGM Documents 83, p. 109-112.

NICOD J., 1978, Les eaux et l'aménagement des poljés du Karst dinarique ; Méditerranée, 1-2, 85-103.

NICOD J., 1983, Effets de la néotectonique dans les karsts méditerranéens ; New Directions in Karst, Geo Books, Norwich (1986), p. 151-163.

NICOD J., 1984, Le grand barrage du Soulak. Daghestan, en région de haut risque sismique ; Méditerranée, 1-2, p. 109-112.

NICOD J., 1993, Rendement hydrologique dans les régions calcaires et dolomitiques du domaine méditerranéen ; in M. GRISELIN, L'eau, la terre et les hommes, P.U. Nancy, p. 253-262.

QUINIF Y., 1994, Les dépôts karstiques, Concepts et méthodologies ; in R. MAIRE et al., Enregistreurs et indicateurs de l'évolution de l'environnement, P.U. Bordeaux, p. 55-72.

RADOJICIC'B., 1977, Qq. remarques sur les eaux souterraines... dans le poljé de Niksic' ; Proc. Congress of Yugoslav Geogr. in Serbia, Beograd, p. 396-403.

ROSSELLO VERGER V.M., 1983, La revinguda del Xuquer i el desastre de la Ribera... 1982 ; Cuad de Geogr., Valencia, 32-33, p. 3-38.

ROTHE J.P., 1970, Séismes artificiels, Tectono-physics, 9, Elsevier, Amsterdam, p231-237. SOWERS G.F., 1984, Correction and protection in limestone terrane ; in B.F. BECK, Sinkholes, A. Balkema, Rotterdam Boston, p. 373-378.

THEROND R., 1973, Recherches sur l'étanchéité des barrages en terrain karstique ; Eyrolles, Paris, 444p.

Table des illustrations

Légende Fig.1 – Localisation des principaux barrages en site karstique, autour de la Méditerranée.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31809/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 266k
Légende Fig.2-Le barrage réservoir abandonné de Montejaque (Andalousie) :A-Plan de situation d'après J.J. DELANNOY et F. DIAZ DEL OLMO (1986), flèches en pointillé : infiltrations vers la grotte-tunnel Hundidero-Gato ;B-Coupe, d'après J.J. DELANNOY (1991),a-flysch numidien, b-calcaires jurassiques, c-marno-calcaires crétacés.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31809/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende Fig. 3-Aménagement de réservoirs d'altitude dans le poljé de Niksic (Cma Gora) d'après O. BONACCI (1987) et B. RADOJICIC'(1977).1-Contour du Poljé, 2-hum majeur, 3-Cours d'eau permanent, 4-id.temporaire, submergé, 5-source, ponor, estavelle, 6-direction des écoulements souterrains, 7-canal, 8-digue et lac, 9-id. en aménagement, 10-routes, 11-voie ferrée, 12-usine hydroélectrique.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31809/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Légende Fig.4-Le barrage réservoir du Mornos, pour l'aqueduc d'Athènes.Croquis d'après G. MARINOS (1992) et documents IAEG, Athènes (1988).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31809/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 234k
Légende Fig. 5-Carte de situation du barrage de Tchirkei, sur le Soulak (Daghestan).Données de D.A. LILIENBERG (in J. NICOD, 1984, fig. 1).1-SouIèvement maximal (+ de 12 mm/an), 2-+ de 4 mm/an, 3-affaissement
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31809/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

Auteur

UFR des Sciences géographiques et de l’Aménagement, Université Aix-Marseille I, 29 av. R. Schuman, 13621 Aix-en-Provence Cedex 1

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540