Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

Un géosystème méditerranéen complexe soumis à une cyclogenèse variée : le bassin-versant de l’Argens (var)

Quelques facteurs modifiant l’impact des pluies à partir d’une chronique climatique trentenaire

Bertrand Combarré

Résumé

Dans le bassin-versant de l’Argens, fleuve côtier varois, du domaine climatique méditerranéen sont présentés quelques aspects des impacts des pluies sur un géosystème. Les cyclogenèses diverses, la complexité de l’impluvium engendrent de nombreux types de conjonctures. Une série de trente années d’événements climatiques facilite la compréhension des modalités d’évacuation des eaux et met en valeur l’évolution de la dynamique du bassin-versant en dégageant notamment la part qui incombe aux mécanismes anthropiques.

For the river basin of Argens, varois coast river, enclosed in the mediterranean domain are presented some aspects of impacts of rains on a geosystem. The various cyclogenesis, the complexity of drainage area develops numerous types of conjunctures. A diachronic study of thirty years climatic events makes easier the perception of the modes of draining off of waters and puts the emphasis on the evolution of the dinamics of the river basin as it more particularly shows the share devolved on the anthropic mechanisms.

Texte intégral

1« Le chaos des crues », « Du jamais vu » titre Nice Matin, le 6 novembre 1994, alors que Var Matin se réfère au « Déluge ». Les violents évènements climatiques qui ont affecté le Sud-Est de la France en novembre 1994 n'ont pourtant rien d'inhabituel. Les quantités de précipitations, recueillies en 24 heures, durant la dernière décennie (tab. I) dépassent fréquemment 200mm. Les sociétés locales, choquées par l'ampleur des destructions, perçoivent ainsi une manifestation naturelle, récurrente, comme un accident inédit. La mémoire sous-estime l'impétuosité du climat méditerranéen, dont les effets peuvent être amplifiés par des aménagements récents souvent inadaptés. Quelle est donc la part du « naturel » et de « l'anthropique » dans ces situations de crise ?

2Les cyclogénèses en Méditerranée occidentale engendrent des précipitations de volume et d'intensité divers. Etudier l'impact de cette dynamique régionale sur un petit bassin-versant comme celui de l'Argens (fig. 1), permet de montrer qu'avec des conditions météorologiques identiques, les effets diffèrent. Des facteurs exogènes aux quantités précipitées influent sur le potentiel d'évacuation des eaux. Le degré et la qualité d'anthropisation semblent être un des facteurs déterminants dans le passage à la crise ou la catastrophe.

Tab. no1 : Précipitations supérieures à 200 mm/24h relevées depuis 1980 dans le SE de la France sur la rive gauche du Rhône (source : Météo France)

jour

an

département

lieu

précipitations

25/08

1980

Var

Grimaud
Le Levant

200 mm
236mm

25/09

1981

Alpes maritimes

Carros Contes Vence

>200 mm

26/08

1986

Bouches du Rhône

Roquefort la Bédoule

>200 mm

11/10

1988

Alpes maritimes

Coursegoules Tourettes

>200 mm

30/07

1991

Vaucluse

Châteauneuf du Pape

>200 mm

22/09

1992

Vaucluse

Mollans s/Ouvèze
Carpentras Vaison
Malaucène

179 mm

22-

1993

Bouches du Rhône

Pertuis

307 mm

23/09

Pennes-Mirabeau
Puyricard Aix

301 mm
300 mm

Var

Barjols

219 mm

I. PRINCIPAUX ASPECTS DU BASSIN-VERSANT DE L’ARGENS

A) Les conditions météorologiques favorables aux épisodes pluvieux intenses

3La cyclogénèse représente 69 % du total des dépressions qui circulent sur le bassin occidental de la Méditerranée (Berenger, 1960). Il est possible de schématiser les circulations selon leur échelle : perturbations à échelle régionale, où l'accumulation d'eau est prépondérante, et perturbations orageuses, de grande échelle, intenses et de courte durée.

4Les perturbations régionales relèvent de trois types de circulation (fig. 2), dont l'origine est soit du sahara, soit des Baléares, soit du golfe de Gênes (Fons, 1979). On constate une occurrence saisonnière de chacune de ces circulations (Reiter, 1975).

5- La circulation perturbée d'origine saharienne se caractérise par la présence de l'anticyclone dynamique Est-Atlantique sur l'ouest du Portugal, qui dirige un flux de nord-est et d'un anticyclone thermique d'Europe centrale avec un flux de sud-est. Les perturbations, du fait de la trajectoire des masses d'air, se chargent d'humidité et provoquent des orages locaux, des pluies continues et durables. (Bérenger, 1960).

6- La circulation perturbée des Baléares peut se présenter sous deux formes selon les saisons. Au printemps, (courbe « W Baléares » de la fig. 2) les perturbations venant de l'Atlantique empruntent une voie d'ouest, au sud du 45eme parallèle. Un anticyclone Nord-Atlantique permet l'advection d'air froid sur le bassin. Les perturbations qui passent sur la Péninsule Ibérique se comblent momentanément puis au contact du bassin méditerranéen se creusent rapidement. En hiver au contraire (courbe « Flux W Baléares » de la fig. 2), l'anticyclone Est-Atlantique est toujours centré au sud des Açores mais, au nord, se trouve une vaste zone dépressionnaire composée des dépressions de la mer du Nord et de la Baltique, en position très méridionale qui dirigent un flux puissant d'ouest.

7- Les circulations associées à la dépression ligurienne :

8Ce centre d'action, visible toute l'année, règle la trajectoire des perturbations d'ouest en les attirant vers le bassin occidental créant ainsi un flux puissant de nord-ouest (courbe « Gênes NW » de la fig. 2). Mais le courant perturbé peut être du sud-ouest quand la dépression aspire les masses d'air sahariennes ou sud-méditerranéennes. La cyclogénèse, faiblement active au début, peut considérablement s'aggraver. L'air froid est retardé dans sa progression normale du fait de la chaîne alpine. Quand il contourne l'obstacle et rattrape un talweg centré sur le golfe de Gênes, l'air chaud est brutalement rejeté en altitude. Ce mécanisme régénère de vieilles perturbations et crée un creux barométrique important qui est responsable de forts vents de secteur nord, le « Mistral ». Cette situation ne s'accompagne pas toujours d'une absence de nébulosité. Elle peut évoluer en une circulation complexe dite de « retour d'est » pendant laquelle on observe de fortes précipitations (Bontrond, 1962). Parfois la présence d'un anticyclone sur la Méditerranée centrale ou sur l'est de la Libye oblige les perturbations à prendre une trajectoire est et non plus sud-est. Si un autre anticyclone est également présent sur les Balkans les perturbations sont bloquées et stationnent sur le golfe de Gênes. Les hautes pressions sur le nord de la Libye favorisent l'invasion d'air saharien qui se charge d'humidité, au cours de son trajet vers le nord. Souvent les perturbations pivotent autour de la dépression ligurienne et remontent vers le nord. Puis, par une voie nord-est elles envahissent les régions méditerranéennes (courbe « Gênes NE » de la fig. 2). On observe fréquemment la formation d'une dépression d'altitude où s'individualise une « goutte froide ». Cette évolution peut générer des tempêtes localisées et très violentes.

9Les scénarios pluvio-orageux, de grande échelle, sont dénommés « M.C.S régénératifs quasi stationnaires en V ». Ce sont des systèmes convectifs de méso échelle, responsables de précipitations intenses et localisées : Nîmes, le 3 Octobre 1988, reçoit 420 mm en 8 heures. Une intensité horaire maximum de 130 m, a été relevée à Châteauneuf-du-Pape le 30 Juillet 1991 (Benech et al, 1993). La forme en « v » est constituée par la partie sommitale du système nuageux en forme d'enclume. La pointe détermine le lieu du maximum de précipitations où la convection s'auto-entretient. L'arrière, en panache, souligne l'exportation des cellules convectives par les vents d'altitude. La cyclogénèse la plus active se localise là où, en altitude, l'aspiration est la plus forte : en sortie du maximum du courant jet, en limite de diffluence sur la partie orientale de l'onde planétaire et de sa goutte froide. Sa localisation permet de cerner les espaces susceptibles d'être touchés par les fortes pluies : quand elle se situe à l'est des Baléares, ce sont la Corse et la Côte d'Azur qui sont concernées, quand elle est plus au nord-ouest (golfe de Gascogne) ce sont la Provence et la basse vallée du Rhône. Même si la période estivale est favorable à la stabilité il peut se produire localement, sur mer, en fin d'été, quand les eaux de la Méditerranée sont les plus chaudes, une convection importante qui évolue en violentes tempêtes. Ces dépressions à centre chaud ont la même structure que les cyclones tropicaux (Mayençon, 1982, Tabeaud, 1995).

10Lors de leur passage sur le bassin ou sur les marges continentales, les caractéristiques des individus isobariques sont modifiées du fait de l'influence de la mer mais aussi par les dispositions orographiques. L'impact de facteurs orographiques locaux est essentiel.

B) Un relief compartimenté qui reproduit la gradation climatique des espaces méditerranéens côtiers du sud-est de la France

11Au nord-est, les plateaux du Haut Var atteignent des altitudes supérieures à 1000 m (Grand et Petit Plan de Canjuers, de Comps) et s'associent à des sommets plus élevés (montagne de Lachens 1715 m). Ils s'abaissent progressivement vers l'ouest et se terminent au sud par le rebord préalpin d'orientation NW-SE (Vérignon-Bargemon). Puis, deux étagements de plateaux se succèdent : les plateaux nord-occidentaux d'altitude supérieure à 500 m (Aups) et ceux du moyen Argens qui avoisinent les 200 m (Cabasse). Le contact entre ces deux éléments de relief ne se fait pas par un rebord bien net (de St. Maximin à Lorgues) mais par des surfaces transitoires, ondulées et basculées vers le sud qui sont parsemées ça et là de reliefs résiduels (le Grand Bessillon 813 m). De nombreux bassins et vallées, sinueux et encaissés compartimentent ce secteur (bassin de Salernes). Les chaînes côtières, est-ouest, parallèles aux traits de côte, culminent à 778 pour la Sauvette dans le massif des Maures, 618 m au mont Vinaigre dans l'Esterel. Elles délimitent, au nord, la basse et la haute vallée de l'Argens, au sud, une bande de plaines littorales plus ou moins développées, sans bassins importants, qui prennent plus d'ampleur au niveau de l'embouchure de l'Argens et du Gapeau.

12La diversité de circulation associée à l'agencement orographique modèle la grille climatique.

13Les hauts plateaux étagés septentrionaux constituent la limite de la zone climatique : la bande littorale entre le Rhône et le Var bénéficie d'un climat stricto-sensu méditerranéen. Par la proximité de la mer, la côte et la basse vallée de l'Argens sont sous influence maritime alors que les plateaux septentrionaux et l'arrière-pays occidental présentent une nuance plus montagnarde liée à l'altitude au nord-est et à l'influence des vents froids au nord-ouest.

14Deux grands ensembles climatiques (Ascencio, 1983) s'individualisent : un climat montagnard pour le domaine nord, un climat méditerranéen au sud que l'on peut, vu la diversité orographique, nuancer en plusieurs sous-types (côtier et littoral pour les basses vallées de l'Argens et du Gapeau, d'altitude pour les massifs côtiers de la Ste Baume, des Maures et de Festerel, intérieur pour la haute et moyenne vallée de l'Argens et du Gapeau) (fig. 3). Les isohyètes se calquent sur les isohypses. L'abondance des pluies sur les reliefs du littoral et des hauts plateaux s'oppose aux faibles précipitations de la côte et du bas arrière-pays. Il en est de même pour les températures. L'isotherme moyen de 14°C concrétisé cependant une dualité entre Provence cristalline où la moyenne est supérieure à 14°C et Provence calcaire où elle y est inférieure. Les isallothermes soulignent la rapidité de l'élévation des reliefs entre la côte et les massifs littoraux. De tous les caractères climatiques, c'est l'importance de l'insolation qui uniformise le mieux cet espace.

15Si le domaine climatique est relativement homogène, la topographie morcelée traduit une géomorphologie composite que soulignent le réseau hydrographique et les aquifères.

C) Un réseau hydrographique complexe, des aquifères variés au contact entre Basse Provence alpine, cristalline et calcaire

16L'impluvium est inscrit dans les « confins alpino-provençaux » (Menessier, 1959) (fig. 4). L'extrémité NE du bassin-versant appartient à la Provence alpine (tectonique alpine fini-miocène) avec la terminaison méridionale de l'arc de Castellane. Sa convexité est tournée vers le sud-est et le chevauchement de Bauduen-Vérignon-Aups résulte des accidents les plus externes. Le reste du bassin se rattache à l'ensemble pyrénéo-provençal. Trois tectoniques se superposent : l’une « inférieure » qui correspond au socle (cycle hercynien) et à son tégument composé de terrains permien et werfénien (Trias inférieur), la seconde, propre au Trias moyen, et la « supérieure » affectant les terrains jurassiques.

17La lithologie permet d'opposer la Basse Provence cristalline et la Basse Provence calcaire. Le contact avec la Provence calcaire jurassique se fait par l'intermédiaire d'une dépression dans les terrains permiens sédimentaires (de Toulon à St Raphaël). Plusieurs langues triasiques se prolongent vers la zone centrale jurassique. Elles constituent les bas plateaux en position de gradins, qui forment les rebords de la Provence calcaire (anticlinorium de Flayosc-Tourtour, Salernes). La plus étendue longe la vallée de l'Argens jusqu'à Carcès pour rejoindre la bande de Barjols, c'est la terminaison nord-ouest du bassin-versant. A ces arcs triasiques de convexité tournée vers le N ou l'E sont associées plusieurs zones de plis jurassiques au faciès dolomitique, calcaire ou calcairo-marneux.

18La Basse Provence cristalline est visible au sud, avec le versant nord du massif des Maures, composé de roches métamorphiques, traversées par des granits porphyroïdes et à l'est et au sud-est avec les terrains permiens et volcaniques de l'Esterel (rhyolite, dolérite). Quelques dépôts, postérieurs à la phase provençale majeure, sont visibles sur le flanc est du synclinal triasique du Bas Argens.

19L'Argens, long de 116 km, a un bassin-versant assez modeste, voisin de 2700 km2 (en y incluant le bassin-versant du Reyran et du Fournel). Le réseau hydrographique d'orientation pyrénéo-provençale, parallèle aux traits de côte appartient au domaine climatique méditerranéen (fig. 5). Le réseau hydrographique peut être subdivisé en trois ensembles d'inégale superficie :

  • la basse vallée : de Fréjus, l’embouchure, au Muy, sur une distance de 15 km le fleuve est adapté à la structure et utilise le synclinal du bas Argens d'orientation W.NW-S.SE pour rejoindre son exutoire. Il passe ainsi entre l'Esterel à l'Est et la terminaison orientale des Maures : le Massif de Peigros. Les deux aquifères se caractérisent par une faiblesse des réserves. Elles sont insignifiantes et localisées essentiellement dans les alluvions et schistes altérés. Mis à part le Reyran (100 km2), principal affluent de rive gauche, les bassins sont petits. Du fait de la remontée des eaux marines la salinité de l'Argens est forte : 2,5g/l.

  • la moyenne vallée : du Muy à Carcès où pendant une quarantaine de km la dépression permienne est drainée par le réseau de l'Argens, à partir de Gonfaron, par l'intermédiaire de l'Aille. Le chevelu hydrographique est dissymétrique, les affluents de rive gauche plus développés profitent d'un impluvium important, constitué par les bas plateaux jurassiques. L'aquifère y est étendu. Ils s'opposent ainsi aux petits affluents à écoulement intermittent de rive droite, aux bassins versants plus modestes qui s'inscrivent dans des terrains imperméables métamorphiques (chaîne de la Sauvette, de la Verne).

  • la haute vallée : de Carcès à Seillons, où le tracé s'inscrit dans l'anticlinorium triasique de Carcès puis de Barjols à l'ouest. Les cours d'eau bénéficient des hauts plateaux calcaires : St Martin-Esparon, Grand et Petit Bessillons. Même compartimentés, les aquifères karstiques ont ici des réserves importantes et profondes dont témoignent les débits soutenus des exurgences locales : Seillons Source d'Argens, Varages, Sillans, Salernes, Tourtour...

20Deux ensembles s'opposent donc dans leur dynamique d'évacuation des eaux. Pour les affluents de rive droite et ceux du cours aval proches de l'embouchure, le ruissellement prédomine, l'infiltration et le temps de concentration sont faibles. Alors que pour les affluents de rive gauche auxquels on peut rajouter l'Aille, l'infiltration alimente un réservoir d’où un régime à pulsations régulières au débit d'étiage soutenu. Par ailleurs, du fait des caractéristiques structurales et lithologiques du bassin-versant il n'y a pas de corrélations directes entre précipitations et débits. Le régime normal des eaux est celui des fleuves côtiers méditerranéens, très contrasté. Le module de l'Argens (moyenne de 1971-1994), à la station de Roquebrune-la Roquette est de 18,7m3/s. L'estimation du débit annuel (ajustement à une loi de Galton) donne en année quinquennale sèche 9,380m3/s et en année humide 25,700m3/s. Il présente deux périodes de crues, en automne et en hiver encadrant un étiage estival. Le régime de l'exurgence pérenne de Seillons source d'Argens est mixte. Le débit de base (0,84m3/s) est soutenu car régulé par le réservoir karstique barré : le plateau des Selves du Jurassique supérieur est ici au contact avec le bassin de Seillons constitué par des argiles du Vindobonien. En période d'averses, les crues coiffent l'hydrogramme de base (Nicod, 1969). Les affluents ayant un aquifère karstique ont des régimes élémentaires opposés. Le Caramy dont le débit moyen est estimé à 64 1/s présente des pulsations brutales et des tarissements prolongés, en période estivale, qui soulignent la faiblesse des capacités de stockage. A l'inverse, les sources de la Bresque, de la Florieye ont des pulsations amorties et des débits de base soutenus. Les édifices carbonatés de tufs et de travertins qui jalonnent les cours témoignent de l'absence d'étiage, condition essentielle à la prolifération des édifices biothermes (Combarré, 1985). Les sources des karsts triasiques, comme celle de St Michel d'Entraigues (565 1/s) sont à inclure dans cette catégorie. La limite nord-est du bassin-versant coïncide avec le grand réservoir karstique des Plans du Verdon. Les régimes des Nartuby et de l'Endre sont plus complexes et doivent être appréhendés en parallèle avec ceux de l'Artuby et du Jabron. Il semble que le Verdon, malgré son encaissement, n'ait pas réussi à retrouver à son profit des circulations karstiques orientées depuis le Pliocène vers l'Argens (Mennessier, 1959). Le bilan de l'écoulement (tab. II) montre que les valeurs des lames d’eau écoulées varient beaucoup selon les caractéristiques de l'année climatique et notamment de la valeur de la lame d'eau précipitée : l'année 1967 s'oppose ainsi à 1972, 1993,1994 plus arrosées. Le déficit d'écoulement qui traduit l'évaporation réelle du bassin-versant suit la même évolution. Cette rapide présentation des principaux aspects du bassin-versant de l'Argens montre la complexité des éléments et la variété des interconnexions du système. A ceci, se superposent les influences anthropiques. L'étude des facteurs atmosphériques et lithologiques ne suffit pas pour mesurer la sensibilité d'un espace face aux intempéries. Pour une même lame d'eau précipitée, des disparités apparaissent dans leur impact suivant l'aménagement des sites. Ces différences dépendront, entre autres, de la tolérance des utilisateurs envers les phénomènes naturels et des estimations puis des investissements consentis par les aménageurs. Isoler un épisode d'une histoire climatique ne permet pas de cerner tous les facteurs. Une étude diachronique permet de replacer chaque événement dans son contexte et éventuellement de mesurer les distorsions entre les faits observés, leurs perceptions et les réponses apportées.

II. APPROCHE DIACHRONIQUE DES FACTEURS MODIFIANT L'IMPACT DES EVENEMENTS CLIMATIQUES SUR LE BASSIN-VERSANT DE L’ARGENS

21Faire la chronique du temps passé montre la répétivité des phénomènes mais aussi paradoxalement le peu de persistance qu'ils occupent dans la mémoire des hommes. Seules quelques bornes subsistent quand le paysage en souligne encore les stigmates : les gelées de 1956 sont associées aux oliviers torves, l'inondation de Fréjus par la rupture du barrage de Malpasset (1959) à la canalisation du Reyran, les périodes de sécheresse aux incendies. Les aménagements successifs favorisent l'amnésie, d'autant plus que les réalisations s'accompagnent d'une modification des structures démographiques. L'événement n'est plus apprécié selon des critères mesurés mais selon une perception subjective des dégâts, amplifiée par l'information locale. Une voie de circulation récente, un nouveau centre commercial, mal assimilés par le milieu car surimplantés et non intégrés, peuvent donc être endommagés à répétition : les résidents, surtout s'il s'agit de saisonniers, sans « racines climatiques » ou d'autochtones aux références spatiales perturbées, contribueront à perpétuer l'idée d'accidents imprévisibles et exceptionnels. L'examen des dernières décennies révèle pourtant une grande quantité de cas perçus, à tort, comme « inégalés ». Trois exemples montrent comment l'on glisse par ajouts successifs de quotidiens météorologiques, en apparence contradictoires, vers une empreinte climatique explicite où la dualité eau-température est un atavisme de la conscience collective méditerranéenne.

A) 1964-1971 : huit années de sécheresse entrecoupées d'événements pluviométriques intenses et destructeurs (fig. 6)

22Dès le début de l'été 1964 la sécheresse sévit. La courbe du cumul des écarts par rapport à la normale (1964-1994), montre une décroissance des valeurs. Dès juillet les précipitations sont déficitaires et atteignent-100 mm en automne. Le 2 août la station météorologique de Toulon La Mitre enregistre de fortes températures (35,9°C). Cet accès de chaleur n'a rien d'anormal pour un climat méditerranéen mais il oblige déjà de nombreuses communes à s'équiper de camions-citernes pour aller chercher de l'eau à Seillons-Source d'Argens. Rationnement et distribution pallient ainsi la diminution du débit des sources n'ayant pas un réservoir karstique assez développé pour soutenir les débits d'étiage. Ce sont pourtant des chutes de neiges abondantes et soudaines (Le Luc 4 cm, Brignoles 8 cm, Rians 13 cm), pendant la journée du 28 décembre qui feront dire aux habitants que le département est mal équipé, en chasse-neige. Avril 1965 accentue le déficit pluviométrique. Une période très ventée renforce le dessèchement. Pendant 13 jours consécutifs, un vent de secteur nord-ouest souffle à plus de 60 km/h. La durée de la situation favorisant la persistance du vent est remarquable. Il ne pleut presque pas ; Toulon ne recueille que 8 mm (59 mm en moyenne trentenaire 1931-1960).

23L'année 1966 avec un mois de mars très sec semble être calquée sur les années précédentes : Toulon : 5 mm. Mais, le 20 juin des précipitations orageuses de très forte intensité rappellent aux habitants le caractère impétueux du climat. A Lorgues, il tombe 53 mm en 24 heures, soit la moyenne de mars. Plan d'Aups : 49 mm Brignoles : 55 mm. Cette première alerte est suivie dans la nuit du 28 au 29 septembre de violents orages. On observe, à Hyères, des précipitations de 129 mm en 12 heures. Il a plu en une demi-journée ce qu'il pleut en un mois : Collobrières : 110 mm en 12h, Sainte-Maxime : 105 mm en 12 heures, Cuers : 110 mm en 12 heures. Les journaux locaux oublient très vite leur « une » climatologique traditionnelle sur la sécheresse et titrent au déluge. Les dommages sont nombreux : 50 % de la ville de Saint Raphaël est sous lm50 d'eau du fait de la crue de la Garonne, du Valescure, du Pédégal, ces quelques « ruisseaux » locaux dont l'entretien a été négligé par les habitants. On mesure 2 m de hauteur d'eau au siège du syndicat intercommunal de défense contre ces mêmes eaux. Les dégâts sont évoqués à l'Assemblée Nationale, le Conseil Général accorde 500 000F aux victimes. On dépêche, le premier octobre, Maire, Préfet et Évêque pour rendre visite aux sinistrés. La colère populaire grandit : les habitants constatent que les lits des rivières obstrués par les débris de la crue de juin n'ont pas été dégagés, que fossés et buses d'évacuation n'ont pas été curés ; ils pensent que rien n'est fait ici pour se préserver des montées soudaines des eaux. Les autorités sont chahutées et évoquent une fois de plus la fatalité et l’imprévisibilité. Seuls les écoliers semblent satisfaits : la rentrée des classes est reportée.

24L'année 1967 est toujours sèche. Le premier trimestre est venteux, la durée d'insolation supérieure aux normales : Draguignan 254 h pour une normale de 224 h. Une fois de plus quelques fortes chutes de pluie se produisent en septembre : le 13, à Draguignan, 70 mm en une heure. L'absence de précipitations substantielles au printemps et à l'automne accentue le déficit annuel. Le bilan des trois années passées montre une diminution sévère des valeurs de précipitations. Deux zones sont très touchées : l'une centrée sur un axe Plan d'Aups, la Roquebrussanne, Le Luc, Draguignan ; l'autre englobe le rebord méridional des plans de Canjuers entre Mons et Fayence. Il s'agit pourtant des espaces les mieux arrosés au regard des moyennes trentenaires. Entre 1964 et 1967 le déficit cumulé est de 92 % par rapport à la normale 1931-1960, soit pratiquement une année moyenne de pluie. C'est la station de Draguignan qui enregistre le record avec 1340 mm, soit 151,6 % de perte.

25L'année 1968 met fin momentanément au manque d'eau. Février est très pluvieux. Les pluies de septembre sont orageuses et torrentielles et atteignent des valeurs horaires supérieures aux 50 mm. Le 13-14 on relève aux stations méridionales entre 150 mm (Cuers) et 165,5 mm (Cavalaire).

261969 est la dernière année de cette remontée temporaire des valeurs des précipitations. Les cinq premiers mois sont froids, pluvieux. Les hauteurs d'eau recueillies sont supérieures à la moyenne.

27La période la plus spectaculaire se situe entre les mois de décembre 1966 et janvier 1968. Pendant quatorze mois consécutifs, les pluies ont été largement inférieures aux normales saisonnières : maximum en novembre (77 % de la valeur moyenne mensuelle) ; minimum en juillet (4 % de la valeur moyenne mensuelle). Bien que des données de la première moitié du XXème siècle fassent défaut, il s'agirait d'une des plus longues et fortes sécheresses.

28Janvier 1970 est bien arrosé mais, sur l'ensemble de l'année, neuf mois sont déficitaires. Les communes réinscrivent à l'ordre du jour les restrictions d'eau. Le printemps et l'automne, périodes de pluviosité traditionnelle maximale accentuent pourtant le déficit, malgré un court épisode pluvio-orageux les 8 et 9 octobre. Les journaux locaux titrent à tort qu'il s'agit de la fin de la sécheresse. 1971 voit le paroxysme de cette situation. Il est atteint à Toulon en octobre : 4,5 mm de valeur mensuelle. Le déficit cumulé est de 947 mm pour des précipitations annuelles de 720 mm. A Draguignan, c'est en novembre avec 1353 mm, pour des moyennes annuelles de 890 mm, que le déficit est le plus marqué. 1972 met fin à ces neuf années de déficit croissant. Dans les quinze premiers jours de février, quinze perturbations très actives de voie d'ouest méridionale donnent des pluies importantes. Elles sont qualifiées à juste titre d'exceptionnelles par la presse. On retrouve les deux zones classiques de maxima : 454,2 mm pour le massif des Maures, 400 mm sur le rebord méridional du plan de Canjuers. Les minima, inférieurs à 200 mm, concernent le nord-ouest (Régusse, St Julien) et l'ouest de la côte (Bandol-le Castellet). Pour toutes les stations (30) les hauteurs recueillies ont été supérieures à la moyenne du mois pour la période 1951-1970. Mais les écarts moyens mensuels montrent que ces précipitations ont surtout profité à la bande du littoral entre Bandol et le cap Bénat : 75 à 80 % supérieures à la moyenne mensuelle. Cette aire correspond d'ailleurs au minimum d'écarts entre les jours moyens de pluie et le nombre observé pour le mois : plus 30 % contre 58 % d'augmentation dans la haute vallée de l'Argens. Les pluies ont été un peu plus fréquentes mais surtout plus intenses : pour dix stations, les hauteurs maximales en 24 heures ont été les plus fortes depuis 1951 : Porquerolles (97,9 mm, + 40,9 mm) ; Toulon (82,8 mm + 30,1 mm). Les cours d'eau sont en crue. Les débits atteignent des valeurs records pour l'Argens. Le Caramy inonde les quartiers nord-ouest de Brignoles. On peut comparer le régime de l'Argens avec celui du Gapeau, fleuve dont le bassin-versant est limitrophe. Il présente un régime à pointes épisodiques, même visibles en période estivale, malgré un débit d'étiage mal soutenu. Cette diversité des débits s'explique par le fait que l'impluvium du Gapeau est limité et vite saturé. En février 1972 (fig. 6), les débits de crue du Gapeau sont décalés par rapport à ceux de l'Argens et les pointes plus vives. L'évolution du cumul des écarts de précipitations par rapport à la moyenne est positive jusqu'en 1980 donc pendant une période quasi identique à celle de la décroissance. Entre 1964 et 1989 les périodes de sécheresse et celles plus arrosées alternent tous les 9 à 10 ans. Faute de recul on ne peut rapprocher cette évolution de celle des cycles solaires ou des balancements est-ouest des champs de pressions.

B) 1976 : année où s'individualise le climat méditerranéen

29En 1976, le paradoxe est saisissant entre la quasi-totalité du territoire français affecté par une sécheresse et le sud-est qui y échappe. Août voit la mise en place d'une contribution nationale pour pallier les effets désastreux du manque d'eau. Paradoxalement, dans le Var, le 6 octobre la Chambre d'Agriculture demande l'aide de l’armée pour le déblaiement des villages et des routes inondés. Seuls quelques volontaires sont détachés, le gros des troupes étant occupé au nord à la distribution d'eau et de fourrage. Les commentaires, dans la presse locale, sont acerbes. En comparaison avec les situations antérieures, on souligne à moins d'un an des élections (législatives et municipales) avec quel empressement les éleveurs du « Nord » sont secourus. Certains avancent comme explication à cette situation antinomique la mise en eau du barrage de Sainte Croix. Dès le mois d'avril, sauf dans la partie nord, les pluies orageuses sont nombreuses. Le 15 on relève 98 mm en 12 heures au Luc, le 17, 116 mm au Luc. L'Argens, aux Arcs, monte de 1,90 m et provoque à Correns la noyade d'un promeneur. L'été et l'automne sont extrêmement orageux et pluvieux : 10 jours d'orage sur le littoral, en juillet. On recueille 223 mm le 18 à Grimaud, 131 mm à Rians, 115 au Luc. Pour cette station le bilan mensuel s'élève à 256,5 mm pour une normale de 15 mm. En octobre les hauteurs d'eau dépassent les 400 mm sur tout le quart sud-est du Var : 488,3 à Collobrières, 430 à Gonfaron, 442,8 à La Roquebrussanne (+223 % par rapport à la moyenne mensuelle). Les limnigraphes enregistrent une montée temporaire du niveau marin de 30 à 40 cm en particulier dans la baie du Lazaret (La Seyne) et la Grande Rade de Toulon où l'eau afflue par la passe étroite. Ce phénomène de marée de tempête résulte de la coïncidence entre deux surcotes, celle du marnage et celle liée à la tempête dépendant de la perturbation, provoquant des vents d'afflux d'est et de sud-est, qui rencontrent la côte. De gros dégâts se produisent aussi en période de fort mistral. Les caps Bénat, Lardier, Camarat et la presqu'île de Giens favorisent la création de contre-courants de houle, destructeurs, localisés sous le vent. L'Argens inonde Fréjus et l'usine hydro-électrique d'Entraigues enregistre des débits de 232 m3/s.

30L'année 1976 est remarquable. Elle montre certes que le climat méditerranéen peut s'individualiser par rapport au reste du territoire, mais aussi, elle permet d'apprécier le pouvoir des informations nationales sur la perception du temps local. Le battage médiatique sur la sécheresse a occulté la réalité méridionale et a favorisé la dilution de cette année pluvieuse dans les mémoires.

C) Les méso-systèmes convectifs stationnaires : les grands orages destructeurs

31Aux conjonctures pluvieuses régionales où l'effet d'accumulation est essentiel pour la dynamique hydrologique, on peut ajouter des épisodes orageux, violents et brefs que des crues rapides rendent traumatisants.

32L'automne est la période la plus favorable au développement des systèmes convectifs dans cet espace « à hauts risques » selon Météo France. A partir des séries pluviométriques 1973-1991, les prévisionnistes ont calculé, par station, sous certaines réserves, les valeurs maximales attendues en 24 heures pour une période de retour de 10 et 50 ans (fig. 8). Les quantités prévues ne dépassent pas, en théorie, les 220 mm. Ces opérations statistiques reposent sur une étude des pluies connues dans le sud-est, dont l’historique est difficile compte tenu de leur caractère ponctuel et du maillage lâche des stations avant 1980. Le Var semble pour le moment relativement épargné, puisque sur les 27 épisodes ayant apporté plus de 200 mm en 24 heures entre 1980 et 1994, seul un a son épicentre sur le Var. Le 27 août 1980, une tempête d'est au large des îles d'Hyères résultant du creusement rapide d'une dépression, circule sur les Baléares et se dirige vers le golfe de Gênes : en 24 heures on recueille 156 mm aux Arcs, 169 mm à Porquerolles, 200 mm à Grimaud, 236 mm au Levant. Les épisodes pluvio-orageux de septembre 1992 (21-22 et 26-27) ont surtout touché le Vaucluse (Vaison-la-Romaine), l’Aude, les Pyrénées Orientales, la Corse. Ils ont eu moins d'impact sur le Var : Comps et Figanières 89 mm, Toulon 82 mm. Il en est de même le 29 Septembre 1993. La zone orageuse dont la pointe est sur le Mont Lozère (Villefort 300 mm), se déplace vers l'est, aborde les Bouches-Du-Rhône et reste quelques heures stationnaire : l'axe Puyricard, Perthuis, Aix (250 mm) est très arrosé. Draguignan ne reçoit que 70 mm, Toulon, 74,4 mm, Gonfaron, 72 mm. Le 5 Novembre 1994 c’est l'arrière-pays niçois qui est affecté. Dans le nord-est du Var les pluies sont maximales à Aups (103 mm), Tourette (98 mm), Figanières (97), Les Arcs (69 mm). C'est à l'ouest du littoral que l'on trouve le minimum : 32 mm à Toulon. Alors que l'on échappe ici au gros de l'intempérie, la Nartuby inonde la périphérie de Draguignan : la zone récemment urbanisée de St Hermentaire, de Trans. Le Blavet envahit Roquebrune. Ces villes partiellement sinistrées par des volumes précipités très inférieurs à ceux tombés ailleurs, montrent que le risque final dépend en partie de facteurs aggravants comme la qualité de l'urbanisation, les formes d'utilisation du sol et les pratiques culturales, les fonds investis dans l'aménagement des espaces récréatifs. Il semble que de nombreuses réalisations ne prennent pas en compte des volumes d’eau associés à des pluies de 200mm/24h, à longues périodes de retour. La conjonction des phénomènes n'est pas toujours appréciée, comme en témoigne l’épisode pluvieux intense mais classique de novembre 1994 qui touche simultanément l'ensemble des bassins et fait suite aux faibles précipitations du 3 et 4 novembre qui avaient déjà saturé les sols.

CONCLUSION : UN AMENAGEMENT HETEROGENE, DES IMPACTS DIFFERENTS

33L'urbanisation des bassins-versants a une incidence directe, variable, sur la dynamique des cours d'eau. Les effets des événements pluviométriques violents seront modulés selon la qualité de l'aménagement et de la gestion des espaces. De nombreux drains non domaniaux ne sont plus entretenus ; les berges et les lits mineurs font souvent office de réceptacles aux déchets urbains, que la compétence du cours d'eau est insuffisante à évacuer. Quand l'écoulement est intermittent, l'absence d'eau en été rend ces sites sans valeur récréative ; ils sont alors perçus comme inutiles et anachroniques dans la cité.

34Sur le littoral, l'urbanisation est intense en bordure de mer. La pression exercée par la valeur foncière est telle que les cours inférieurs et les embouchures sont endigués ou remplacés par des buses, qui ne peuvent pas toujours évacuer les gros débits. Les versants sont morcelés en une multitude de parcelles. Les coefficients d'imperméabilité sont plus faibles que sur la côte mais ces zones d'habitat diffus multiplient les points de concentration des eaux et inversement en suppriment les lieux de stockage momentané. Les espaces d'activités commerciales et industrielles au plus fort taux d'imperméabilité sont rejetés plus en amont, à la périphérie. Ils jouxtent souvent des friches reflétant la déprise agricole. C'est l'alternance de sites différemment aménagés qui, à chaque pluie, pose problème : les espaces fortement imperméabilisés jouent le rôle de chasse d'eau, entraînant des débris divers, issus des terrains à l'abandon, en attente d'une intégration urbaine. La charge solide augmente et contribue à obstruer les lits et les canalisations. Dans l'arrière-pays le schéma s’inverse. La ville se trouve en position haute, en site défensif. Les zones d'habitat diffus, les espaces commerciaux et industriels sont au pied. Les réseaux d'évacuation des eaux du vieux centre urbain sont souvent vétustes ou inexistants. Ils sont incapables de centraliser correctement les eaux de pluies et de les évacuer vers un émissaire. Les citadins peuvent souvent être inondés, même loin de tout ruisseau, par les seules eaux des quartiers amont.

35Pour les espaces ruraux, le cours de l'Argens est révélateur de l'évolution du mode d’utilisation du sol dans les vallées et les bassins. Quand elles le peuvent, les eaux de crue occupent le lit majeur. La basse vallée présente les pentes les plus faibles pour des débits les plus forts. Les champs d'inondations sont importants. Ils sont constitués de sols riches donc occupés par des espaces agricoles à haute valeur ajoutée supportant mal la submersion : serres, maraîchage... Le reste du bassin-versant est, quant à lui, souvent laissé à l'abandon. En un siècle on constate un bouleversement du mode d'occupation des sols : le triptyque vignes-oliviers-céréales est en déclin. Le saltus diminue alors que les friches et bois, souvent d'essences xérophiles, augmentent. Les surfaces en herbe n'ont jamais été prépondérantes.

36Les instances politiques et techniques du département ont entrepris quelques actions ponctuelles visants à préserver les zones très urbanisées. La nécessité de lutter contre les inondations dans l'aire de St Raphaël-Fréjus a provoqué la création d’un SIVOM et la mise au point d'un programme d'équipement : création de barrages écrêteurs sur la Garonne et le Pédégal, aménagement de galeries de décharge, recalibrage des lits. Pour l'Argens un plan d'aménagement directeur prévoit le lissage des berges, le recalibrage des cours pour faciliter l'écoulement de crues décennales de 300 m3/s, la construction de barrages écrêteurs. L'intégration dans le paysage des perrés de rives, afin d'éviter de réaliser un canal artificiel, oblige à mettre en place des zones de protection différenciée et à faire accepter par les riverains la nécessité de préserver quelques champs d'étalement des crues. La population ne supporte plus l'idée qu'une route, un chemin puissent être coupés, même si leur utilisation est occasionnelle : le seuil de tolérance aux aléas naturels est de plus en plus bas. La prise de conscience des responsabilités individuelles ou collectives dans l'entretien des sites évolue peu, contrairement à celle concernant les incendies de forêts. Des similitudes existent pourtant entre les facteurs d’émergence de zones à risques pyrophiles ou inondables.

37Le bilan de ces projets, partiellement réalisés, reste à faire. Mais, les récentes inondations montrent que des aménagements ponctuels, certes très populaires, ne peuvent résoudre des problèmes d’échelle plus petite. Inversement, un historique, à grande échelle, des paroxysmes climatiques locaux, souligne qu'une juxtaposition d'espaces diversement gérés peut accroître les dévastations liées aux aléas climatiques. Une meilleure maîtrise des composantes écologiques impose donc d'effectuer une étude systémique de l'espace.

Tableau II : Régimes de l’Argens et bilan de l’écoulement

Tableau II : Régimes de l’Argens et bilan de l’écoulement

Fig. 1 : Localisation du bassin-versant de l’Argens

Fig. 1 : Localisation du bassin-versant de l’Argens

fig.2 : Fréquence des types de cyclogénèses en Méditerranée occidentale.

fig.2 : Fréquence des types de cyclogénèses en Méditerranée occidentale.

fig. 3 : DISTRIBUTION DES CLIMATS DANS LE BASSIN-VERSANT DE L'ARGENS

fig. 3 : DISTRIBUTION DES CLIMATS DANS LE BASSIN-VERSANT DE L'ARGENS

fig. 4 : Schéma géologique du bassin-versant de l'Argens

fig. 4 : Schéma géologique du bassin-versant de l'Argens

fig. 5 : Le réseau hydrographique de l’Argens

fig. 5 : Le réseau hydrographique de l’Argens

fig. 6 : Cumul des écarts par rapport à la normale 1964-1994 à TOULON et à DRAGUIGNAN

fig. 6 : Cumul des écarts par rapport à la normale 1964-1994 à TOULON et à DRAGUIGNAN

Fig. 7 : Débits de l’Argents et du Gapeau en Février 1972.

Fig. 7 : Débits de l’Argents et du Gapeau en Février 1972.

fig. 8 : Valeurs des précipitations maximales en 24 heures attendues tous les 10 et 50 ans. D'après Benech, al 1993

fig. 8 : Valeurs des précipitations maximales en 24 heures attendues tous les 10 et 50 ans. D'après Benech, al 1993

BIBLIOGRAPHIE

Bibliographie

ASCENSIO E., 1983. - Aspects climatologiques des départements de la région ProvenceAlpes-Côte d'Azur, Monographie no2, Météorologie Nationale, 88p.

BARRET L, JACQ V., RIVRAIN J.C., 1994. - Une situation à l'origine de pluies diluviennes en région méditerranéenne : l'épisode orageux des 22 et 23 septembre 1993 sur le sud-est de la France, La météorologie, 8e série no7, septembre 1994, p.38-60.

BENECH B., BRUNET H., PAYEN M., JACQ V., RIVRAIN J.C., SANTURETTE P., 1993. - La catastrophe de Vaison-la-Romaine et les violentes précipitations de septembre 1992. Aspects météorologiques, La météorologie. 8e série nol, mars 1993 p.72-90.

BERENGER M., 1960. - Les types de temps en Méditerranée, Mèt. Mar. no29, p.23-41.

BONTROND E., 1962. - Le problème des « retours d'est » sur la côte d'azur, Recueil de Notice d'informations Techniques, Météorologie Nationale, section VII no20 juillet 1962 Paris, 69p.

CALVET F., GALAND A., 1978. - Incidence de l'urbanisation des bassins-versants sur l'aménagement des cours d'eau, Ed. S.H.F XVe Journées de l'hydraulique Paris 5,6,7 septembre 1978, question V, rapport no2, 7p.

CHAIGNE P., BEALETTO E., 1978. - Protection contre les crues du bas Gapeau : Projet et bilan des premières réalisations, Ed. S.H.F XVe Journées de l'hydraulique, Paris 5,6,7 septembre 1978, question V, rapport no13.

COMBARRE B., 1985. - Formations carbonatées externes. Haut vallon de la Florieye (var) Institut de géographie Aix Marseille O, 55p.

FABRET C., 1986. - Imperméabilisation des bassins-versants. Ed. S.H.F XIVe Journées de l'hydraulique.

FONS C., 1979 - Cyclogénèses du bassin méditerranéen occidental. Monographie no109, Météorologie nationale, 56p.

JUAN P., LAVAUD J., 1982. - Les inondations de l'aire de Fréfus-St Raphaël : l'exemple du barrage écrêteur du Crous,

MAYENÇON, R.,1982. - Cyclone en Méditerranée, Météorologie Marine no15, p.24-26.

MELET J.P., CALVET F., CLAVEAU C., 1986. - Les petits fleuves côtiers de la région Provence-Alpes-Côte d'Azur, Ed. S.H.F XIXe Journées de l'hydraulique, Paris 9-11 septembre 1986, question IV, rapport no12, 8p.

MENNESSIER G. 1959. - Etude tectonique des confins alpino-provençaux entre Verdon et l'Argens, mémoire de la société géologique de France TomeXXXVIII fasc 4. 174p.

NICOD J., 1969. - Sur le régime de quelques sources karstiques : le problème des réservoirs karstiques, Bul.Société Géographique, No80 p.237-320.

REITER E., 1975 - Hanbook for forecasters in the mediterranean - Environmental Prédiction Research Facility, Naval Poostgraduate school, Monterey Novembre 1975.

TABEAUD M., 1995-Les tempêtes sur les côtes françaises de Méditerranée, Annales de géographie, no584, p.389-401.

Table des illustrations

Titre Tableau II : Régimes de l’Argens et bilan de l’écoulement
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre Fig. 1 : Localisation du bassin-versant de l’Argens
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre fig.2 : Fréquence des types de cyclogénèses en Méditerranée occidentale.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Titre fig. 3 : DISTRIBUTION DES CLIMATS DANS LE BASSIN-VERSANT DE L'ARGENS
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 312k
Titre fig. 4 : Schéma géologique du bassin-versant de l'Argens
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Titre fig. 5 : Le réseau hydrographique de l’Argens
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 360k
Titre fig. 6 : Cumul des écarts par rapport à la normale 1964-1994 à TOULON et à DRAGUIGNAN
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
Titre Fig. 7 : Débits de l’Argents et du Gapeau en Février 1972.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre fig. 8 : Valeurs des précipitations maximales en 24 heures attendues tous les 10 et 50 ans. D'après Benech, al 1993
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31749/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 355k

Auteur

UFR de géographie, université d’Orléans, BP 6057, 45017 Orléans

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter