Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

Le couvert nuageux du bassin méditerranéen de 1982 à 1991

Martine Tabeaud

Zusammenfassung

A partir des images journalières de Météosat, est évaluée la couverture nuageuse de la Méditerranée et de la mer Noire. En saison froide, l'abondance des nuages suit deux gradients, l'un Ouest/Est, l'autre Nord/Sud. La Mer Noire, le Nord de la mer Egée. l’Adriatique nord, la mer ligure sont les espaces les plus nébuleux. Par ailleurs, les hivers du début de la décennie étudiée furent particulièrement nuageux.

We evaluate cloud cover over Mediterranean and Black Sea, using Meteosat satellite pictures. During the cold season, cloudiness decreases Eastwards and Southwards. The most cloudy areas are Black Sea, northern Aegean Sea, northern Adriatic, Ligurian Sea. Besides, winters were particularly cloudy in the first part of the ten-year period under considération.

Volltext

I. LA METHODE UTILISEE

1Pour ce travail, nous avons utilisé les images journalières Météosat à 12 heures. Le milieu de journée permet d’appréhender au mieux l’échelle synoptique des phénomènes nuageux. En effet, midi est sans doute l'heure du minimum journalier de nébulosité, dans la mesure où les stratus bas matinaux se dissolvent après le lever du soleil et où n’apparaissent pas encore les nuages cumuliformes que la convection développe en fin d’après-midi.

2La trame 2,5° de latitude/2,5° de longitude a été choisie afin de coder la nébulosité avec une maille d’échelle moyenne. Le codage du couvert a été effectué visuellement dans les 76 carrés élémentaires issus de la trame. On a simplifié l’état du ciel selon l’importance du couvert nuageux : ciel dégagé (0), ciel à moitié couvert (4), ciel couvert (8).

3Dans cette étape préliminaire le type de nuage n’a pas été pris en compte, dans la mesure où les cumulus dominent largement en dehors des nuages de sable. La banque de données relative au couvert nuageux, à pas de temps journalier, et sur la période décennale du 01/01/1982 au 31/12/1991, a été traitée à l’aide du logiciel SAS du Centre de Calcul de l’Université Paris I.

II. LA SAISONNALITE

4La latitude du bassin méditerranéen (de 30°Nord en Libye à 50°Nord aux limites de la mer d’Azov) lui imprime un rythme annuel bien marqué. L’abondance hivernale s’oppose aux ciels estivaux particulièrement dégagés (fig. nol).

5Le maximum est :

  • soit uniquement hivernal (Décembre, Janvier, Février) dans le bassin oriental de la Méditerranée : détroit de Messine, mer Egée occidentale, Ouest de la Crète, côtes du Moyen Orient.
  • soit automnal (Septembre, Octobre, Novembre) dans le bassin occidental (côtes ibériques), la Méditerranée centrale et en mer Noire,
  • soit hivernal et printanier (Mars, Avril, Mai) dans l’Adriatique Sud, les parages des îles Ioniennes, les Syrtes-un unique maximum printanier n’a été observé qu’en année vraie et non en moyenne sur la période-,
  • soit équinoxial (Automne et Printemps) sur les côtes turques de la mer Noire, dans le Nord de l’Adriatique, et sur les régions situées à l’ouest de l’axe Corse-Sardaigne.

6La période étudiée en moyenne ne montre pas de décalage saisonnier, si on la compare avec les résultats des séries antérieures à 1950 (Huttary, 1950) - il est vrai principalement consacrées aux nuages précipitants -. On retrouve en particulier au Nord-Ouest du bassin les régions à double maximum équinoxial classique (fig. no2).

7Au cours de la décennie étudiée, l’année 1989 est celle dont le rythme d’évolution du couvert s’éloigne le plus du schéma moyen. Elle se caractérise par une simplification de la saisonnalité (fig. no3). La Méditerranée occidentale et la mer Noire ont un maximum d’automne, l’Adriatique un maximum de printemps, la Méditerranée orientale un maximum d’hiver. Les confins algéro-tunisiens ont même connu une nébulosité maximale en été, par suite d’importants vents de Sud chargés de poussières et de sables, qu’il est difficile sur l’imagerie satellitaire de différencier des stratus bas ou des brouillards. Ce type de panache ne constitue pas une « vraie » nébulosité.

III. LA REPARTITION MOYENNE DE LA NEBULOSITE SUR LE BASSIN

8Au contact entre les circulations atmosphériques subtropicales et tempérées et entre les influences océaniques et continentales, la Méditerranée offre de vigoureux contrastes latitudinaux, longitudinaux et saisonniers.

9En moyenne annuelle la nébulosité est faible (fig. no4). C’est la situation de saison chaude (fig no5) qui confère cette caractéristique à la moyenne annuelle. En effet, le champ de pression proche de 1015 hPa présente un léger gradient Ouest-Est, mais les hautes pressions associées aux Açores verrouillent les incursions de la circulation d’ouest (fig no7 A). Comme bon nombre de masses d’air issues des régions continentales limitrophes se stabilisent en parvenant sur les eaux marines plus fraîches que l’air, le ciel est dégagé, les vents faibles, la mer belle. Toutefois les régions septentrionales de l’Adriatique et les côtes de la mer Noire sont plus souvent nuageuses, le relief contraignant à l’ascendance des masses d’air humidifiées sur la mer

10A partir du 15-20 Octobre, la nébulosité s'élève par l’Ouest puis gagne l’ensemble du bassin où elle atteint son maximum durant les mois d’hiver. En saison froide, la Méditerranée est un efficace creuset de cyclogénèse. La nébulosité est maximum (fig no6). Les advections (fig no7 B) susceptibles de développer de gros ensembles nuageux, proviennent de trois directions principales :

  • des masses d’air polaire parviennent dans le bassin par le Nord-Ouest (seuil de Naurouze), lorsque l’anticyclone des Açores se prolonge vers le Nord-Est par une dorsale. La région du Golfe de Gênes se couvre alors d’amas nuageux, accompagnant le centre dépressionnaire développé sous le vent des Alpes ;
  • une circulation d'Ouest parvient dans le secteur des Baléares ou dans la mer d’Alboran lorsque la péninsule ibérique est recouverte de hautes pressions thermiques. La nébulosité se développe alors dans l’axe de propagation de l'air fortement instable, y compris près des côtes d’Afrique du Nord ;
  • de l’air continental froid parvient en Méditerranée nord-orientale lorsque la circulation d’Est s’installe autour de hautes pressions thermiques centrées sur les Balkans Les secteurs les plus nébuleux sont ainsi la mer Noire, la mer Egée, l’Adriatique, la mer Ionienne et la mer Tyrrhénienne

11Cette instabilité peut se renforcer par remontée d’air saharien, ce qui étend le champ nuageux aux régions comprises entre Sardaigne, Sicile et Tunisie.

12En toute saison, ce schéma saisonnier d’échelle moyenne peut être localement modifié par des phénomènes d’échelle plus grande (par exemple les effets sous le vent des Alpes lors de coulées polaires qui favorisent l’instabilité dans le Nord de l'Adriatique, ou encore les brises thermiques qui contrarient parfois les étésiens au large d’Athènes). L’effet des brises est maximum en saison chaude. Les brises de terre sont principalement nocturnes, alors que les brises de mer, qui sont à leur paroxysme autour de 13h peuvent plus fréquemment développer des nuages le long des littoraux dans le cas d’air instable.

13Ces interactions d’échelles différentes permettent d'expliquer d'une part la nébulosité nettement plus élevée dans le Nord de l’Adriatique, la mer Egée, la mer de Marmara, la mer Noire et d’autre part les ciels souvent dégagés des côtes algérotunisiennes ou égyptiennes lors de la saison froide.

IV. LE DECOUPAGE SPATIAL

14Six sous-ensembles s’individualisent, en accord avec les partitions classiques.

• Le Levant espagnol, Gibraltar et la mer d’Alboran

15L’été influencé par la proximité des Açores et de l’Afrique est très dégagé. Toute la saison froide peut être affectée par la circulation d’Ouest et les perturbations atlantiques à front froid actif. La nébulosité croit vers le détroit, la Meseta assurant au Nord un assèchement progressif des masses d’air qui la traversent.

• Les côtes du Maghreb, de Libye

16La nébulosité est la plus faible du bassin. Elle atteint son maximum autour du mois de Janvier pendant quelques semaines. Les perturbations se raréfient progressivement vers l’Est ou le Sud-Est si bien que la nébulosité décroît vers la Cyrénaïque. Parfois, les vents de sable peuvent voiler le ciel en plein cœur de l’été.

• La Corse, la Sardaigne, le Golfe de Gênes, l’Adriatique Nord

17L’ensemble de ce secteur est très nuageux pendant toute la saison froide. La propension à la cyclogénèse locale en hiver vient du gradient thermique exceptionnel entre les masses d’air polaire de Nord-Ouest ou de Nord et les eaux tièdes des golfes du Lion et de Gênes. Mais de gros amas cumuliformes très pluviogènes caractérisent l’automne, lors d’advections sahariennes humidifiées par transfert sur la mer. Le printemps jusqu’en Avril est caractérisé par des bancs de nuages stratiformes médiocrement pluvieux.

• La Mer Egée, la mer Ionienne, l’Adriatique Sud

18En hiver, lors d’advections froides issues des anticyclones continentaux, les eaux chaudes servent de soubassement à une cyclogénèse favorable au développement de bancs nuageux apportant des chutes de neige. Les gros amas de nuages convectifs caractérisent plutôt l’automne, au cours duquel se placent des épisodes pluvieux favorisant l’activité torrentielle, et secondairement le printemps. Seule la période des étésiens est vraiment marquée par les ciels sans nuages.

• La Méditerranée levantine

19La nébulosité est maximale en hiver, associée à des passages perturbés souvent issus de la région chypriote et se dirigeant vers la Syrie principalement et plus rarement vers Israël. Malgré sa position en latitude, c’est la région la plus « subtropicale » de la Méditerranée puisque les grands ciels bleus l’emportent largement.

• La Mer Noire

20L'ensemble de la mer Noire connaît une nébulosité très importante et étalée sur une longue période, puisqu’il n’y a guère que les trois mois d’été pendant lesquels domine le ciel d’Azur, et encore avec bien des nuances locales. La nébulosité se forme essentiellement sur place en liaison avec des coulées froides d’air polaire continental venu d'Asie. La région de Rizé au Nord-Est de la Turquie est la plus nébuleuse par suite de l’effet des reliefs contraignant à l’ascendance toute masse d’air à trajectoire méridienne humidifiée sur la mer. Aucun mois n’y est d’ailleurs exempt de nuages. La mer Noire est donc peu méditerranéenne quant à sa nébulosité, si l’on excepte les quelques perturbations régénérées vers Chypre entrant en mer Noire par les détroits du Sud-Ouest.

V. LA VARIATION AU COURS DE LA PERIODE

21Sur l’ensemble du bassin, la nébulosité semble évoluer selon des « cycles » ; elle passe par un minimum au cours des saisons froides 1988-89 et 1989-90 et un maximum au cours des saisons froides de 1983-84, 1984-85 et 1985-86. L’année 1990 (fig. no8), se distingue au cours de la décennie par une très faible nébulosité en début d’année (janvier, février, mars, avril). L’ensemble de l’Atlantique Nord-Est et l’Europe occidentale ont connu alors et jusqu’en novembre d’exceptionnelles conditions anticycloniques, ayant favorisé un déficit pluviométrique et une anomalie positive de température de surface de la mer Méditerranée occidentale (Tabeaud et Menezes, 1995).

22La figure no9 montre l’évolution de certains secteurs caractéristiques au cours de la période. Les régions corse, sarde et nord adriatique épousent parfaitement ce schéma d’ensemble avec une nébulosité maximale en 1985-86 et un creux très marqué en 1988-89 et 1989-90.

23En Méditerranée orientale, dans le secteur chypriote et sur les côtes libanaises les nuages sont très nombreux en 1984-1985 et la faible nébulosité, qui débute vers la fin de l’année 1988, se prolonge sur 1990-91.

24Le Nord de la mer Egée présente un déphasage, lors de cette dernière saison froide, puisque la nébulosité y est exceptionnellement élevée. Il se retrouve en Mer Noire, bien qu’atténué. De même, l’hiver 1982-83 fut très dégagé.

25Seuls le détroit de Gibraltar et la mer d’Alboran présentent une courbe différente avec des maxima en 1987-88, 1985-86, 1989-90 et 1988-89, donc en période peu nuageuse ailleurs, alors que les saisons froides les plus belles se placent en 1982-83 et 1986-87.

26Ces résultats confirment l’existence d’une « oscillation méditerranéenne » (Conte et al., 1982), expression des retraits et avancées des hautes pressions atlantiques en Méditerranée occidentale, qui crée une situation synoptique opposée en Méditerranée orientale. De même, un balancement non plus Est-Ouest mais Nord-Sud s’opère durant cette décennie 1980 entre l’ensemble Mer Noire-Mer Egée septentrionale et les côtes du Moyen-Orient.

CONCLUSION

27Le relief bordier joue un rôle majeur dans l’explication de la répartition de la nébulosité en saison froide. Il guide la géographie des advections d’air arctique (Nord), polaire maritime (Nord Ouest et Ouest Sud Ouest) et continental (Nord Est et Est) qui atteignent les eaux tièdes, sur lesquelles se développent et se creusent les dépressions. Il explique enfin l’hétérogénéité du couvert nuageux et les déphasages régionaux observés d’une saison à l’autre.

Fig.n o 1 : Période du maximum ou des maximas de nébulosité

Fig. n o 2 : Régions du bassin méditérranéen n’ayant pas un maximum pluviométrique de saison froide et un minimum de saison chaude (d’après Huttary).

Fig. n o 3 : Période du maximum de nébulosité en 1989

Fig. n o 4 : Nébulosité moyenne annuelle

Fig. n o 5 : Nébulosité moyenne de saison chaude (Mai à Octobre)

Fig. n o 6 : Nébulosité moyenne de saison froide (Novembre à Avril)

Fig. n o 7 A : Vents régionaux et locaux en saison chaude

Fig. n o 7 B : Vents régionaux et locaux saison froide

Fig. n o 8 : Nébulosité anormalement basse du début de l’année 1990

Fig. no9 : Evolution de la nébulosité au cours de la décennie

Literaturverzeichnis

BIBLIOGRAPHIE

Air Ministery Meteorological Office, 1962-Weather in the Mediterranean, 2 vol. 362 et 334 p

BERENGER M., 1955-Essai d’étude météorologique du Bassin méditerranéen, Mémorial Météo. Nat. no40, 58 p.

CHANG J.H., 1972-Atmospheric circulation Systems and climates, ed. oriental, 329 p.

CONTE M., GIUFFRIDA A., TEDESCO S., 1991-L’oscillazione mediterranea, in Le variazoni recenti del clima (1800-1990) e le prospettive per il XXI secolo. Roma, Soc. Geog. Ital., p. 115-143.

CONTE M., GIUFFRIDA A., TEDESCO S., 1989-The mediterranean oscillation : impacts on climate and hydrology in Italy. Actes du colloque d’Helsinki « Climate and Water », p. 106-134.

FONS C., 1979-Cyclogénèse dans le bassin méditerranéen occidental. Monographie Météorologie nationale, No109, 54 p.

HUTTARY J., 1950-Die Verteilung des Niederschläge auf die Jahreszeiten im Mittelmeergebiet. Meteorologische Rundschau, vol. 3, p. 111-119.

LEVI M., 1963-Local winds around the mediterranean Sea. Agrometeorological bolletin Bet Dagan, IV, no11, 20p.

MAHERAS P., 1983-Climatologie de la mer Egée et de ses marges continentales. Thèse Dijon, 784 p.

MAYENCON R., 1992-Météorologie marine, ed. Marines et Outre-mer, 336 p.

MARTYN D., 1992-Climates of the world. Elsevier, 435 p.

REUTER H. et PICHLER H., 1964-On the orographic influence of the Alps, Tellus, vol. 16, pp.40-42.

SHOM, 1991-Instructions nautiques, D2-1, France Sud, de la frontière espagnole au cap de l’Aigle, 308 p.

SHOM 1991-Instructions nautiques, D2-2, France Sud, du cap Croisette à la frontière italienne, 320 p.

SHOM, 1993-Instructions nautiques, D1, Détroit de Gibraltar Espagne, côtes Sud et Est, Baléares, 348p.

SAYAH A., 1993-Première approche de la nébulosité dans le bassin de la Méditerranée, Mémoire de DEA, Paris I, 68p.

TABEAUD M. et MENEZES A., 1995-Le climat de la mer Méditerranée occidentale de 1961 à 1992, Met Mar, no168, p.33-37.

THEPENIER R.M. et CRUETTE D., 1977-Rôle des cumulonimbus dans l’évolution des perturbations cycloniques des régions méditerranéennes. La météorologie, no6, p. 165-171.

TREWARTHA G., 1961-The earth’s problem climates. Univ. of Wisconsin Press, 334p.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift Fig.n o 1 : Période du maximum ou des maximas de nébulosité
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 370k
Bildunterschrift Fig. n o 2 : Régions du bassin méditérranéen n’ayant pas un maximum pluviométrique de saison froide et un minimum de saison chaude (d’après Huttary).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 243k
Bildunterschrift Fig. n o 3 : Période du maximum de nébulosité en 1989
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 351k
Bildunterschrift Fig. n o 4 : Nébulosité moyenne annuelle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 349k
Bildunterschrift Fig. n o 5 : Nébulosité moyenne de saison chaude (Mai à Octobre)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-5.jpg
Datei image/jpeg, 340k
Bildunterschrift Fig. n o 6 : Nébulosité moyenne de saison froide (Novembre à Avril)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-6.jpg
Datei image/jpeg, 355k
Bildunterschrift Fig. n o 7 A : Vents régionaux et locaux en saison chaude
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-7.jpg
Datei image/jpeg, 304k
Bildunterschrift Fig. n o 7 B : Vents régionaux et locaux saison froide
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-8.jpg
Datei image/jpeg, 271k
Bildunterschrift Fig. n o 8 : Nébulosité anormalement basse du début de l’année 1990
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-9.jpg
Datei image/jpeg, 398k
Bildunterschrift Fig. no9 : Evolution de la nébulosité au cours de la décennie
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31665/img-10.jpg
Datei image/jpeg, 242k

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Kaufen