Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Méditerranée, méditerranéen, méditerranéisation

L’approche classique du climat de la méditerranée occidentale

Lucien Dorize

Resumen

Le climat de la Méditerranée occidentale est un mélange de charmes et de rudesses. Ce paradoxe s'explique par l'originalité d'un bassin, encadré de reliefs qui isolent une mer relativement chaude, à la jonction des circulations tempérée et tropicale.

The climate of Western mediterranean is a mixing of sweetness and severity. This paradox depends on some particularities of a basin surrounded with mountains enclosing a tepid see, on the boundary of westerlies and tropical areas.

Texto completo

1Le bassin occidental de la Méditerranée, cerné de toutes parts par des massifs montagneux, s'étire sur un peu moins de 8° de latitude (700 km à peine séparent Marseille des côtes algériennes) et son extension maximale en longitude (Gibraltar-détroit de Messine) n'atteint pas 2000 km. Dans ce bassin aux dimensions réduites (une fois et demie la superficie de la France), une place importante est occupée par les îles : Sicile, Sardaigne, Corse, Baléares.

2Après un exposé succinct des caractères climatiques essentiels, nous analyserons leurs causes et, très brièvement, leurs conséquences.

I. CHARMES ET VIOLENCES DU CLIMAT MEDITERRANEEN

3Les subtilités du climat méditerranéen échappent à la seule considération des valeurs moyennes de ses paramètres auxquelles le lecteur se réfère habituellement. Ils traduisent certes une tonalité générale mais dissimulent des événements sporadiques qui altèrent son image de marque. Le touriste qui séjourne l'été ou au cœur de l'hiver sur les bords de la Méditerranée peut même totalement les ignorer pour n'être séduit que par la pureté du ciel et de la mer, la luminosité exceptionnelle due à la sécheresse de l'air et qui rend les paysages enchanteurs.

4La réalité apporte quelques fausses notes à cette vision idyllique.

5Voyons la température d'abord. Si la chaleur estivale est un atout largement utilisé dans les slogans publicitaires, elle atteint parfois les limites du tolérable quand l'effet modérateur de la brise fait défaut. La douceur des hivers elle-même peut être momentanément interrompue par de brefs coups de froid accompagnés de neige. Les régions les mieux abritées (sud de la Corse par exemple) ou les plus méridionales (Sicile, Costa del Sol...) parviennent à y échapper, et encore ! Des vents violents (Mistral, Tramontane, Grégal, Libeccio...) peuvent brutalement interrompre, en toutes saisons, des périodes calmes et provoquent, en hiver, des chutes importantes de température.

6La pluviométrie révèle également des caractères très particuliers. La forte sécheresse estivale, spécifiquement « méditerranéenne », n'apparaît pas à l'examen des totaux annuels. Les hauteurs de pluie atteignent des valeurs moyennes souvent supérieures à celles de l'Europe (exception faite de la façade atlantique) : alors que Paris reçoit 620 mm/an répartis sur environ 160 jours, Nice totalise 860 mm en deux fois moins de jours, Ajaccio 670, Alger 700... C'est dire que la déficience pluviométrique de l'été est largement compensée par des précipitations fortement concentrées, au cours de l'automne principalement : averses orageuses, brutales, qui surprennent par leur soudaineté et leur ampleur. Des pluviométries journalières dépassant 100 mm sont fréquentes sur les reliefs (Mont-Aigoual, Cévennes, Pyrénées orientales, Corse, Sardaigne, Sicile) ; elles n'épargnent pas non plus les régions basses, alors submergées par les eaux que les rivières ne parviennent pas à évacuer : les catastrophes de Nîmes(1988), Vaison-la-Romaine (1992), Bollène, Cannes, Porto-Vecchio en 1993, du Gard et des Alpes Maritimes en 1994, montrent bien que ces phénomènes loin d'être « exceptionnels » comme le veulent les médias, frappent au contraire à répétition et s'inscrivent parfaitement dans la nature méditerranéenne, tour à tour sereine et déchaînée.

II. LES CAUSES CONJUGUEES DE CE PARADOXE

7Plusieurs facteurs permettent d'expliquer ce comportement climatique déroutant.

1°) La situation géographique du bassin occidental de la Méditerranée

8A l'égard de la circulation atmosphérique générale, la Méditerranée occidentale occupe une zone de transition entre l'Europe atlantique, livrée le plus souvent à un flux maritime de composante ouest, plus ou moins perturbé, et l'Afrique septentrionale, largement soumise déjà, au régime des calmes subtropicaux. Située sur les marges de deux domaines si différenciés, elle a hérité de leurs caractères respectifs qui l'influencent à tour de rôle, selon une alternance saisonnière commandée par l'oscillation latitudinale des centres d'action : on ne s'étonne pas, dès lors, qu'elle subisse un été « subtropical » et que l'hiver la livre aux assauts des « westerlies ». Cette double influence rend compte, en partie, du régime thermique mais elle n'explique pas les facéties pluviométriques de l'automne dont la température conserve pour un temps une tonalité estivale : « et l'été déborde sur les mois qui ne sont pas les siens » remarque justement Virgile dans les Géorgiques. Les transits méridiens des masses d'air et la physionomie thermique de la mer permettent de comprendre cette particularité.

2°) Les caractéristiques physiques de la mer

9La Méditerranée occidentale est une mer relativement chaude, sa température moyenne, en surface, est d'environ 20°C (elle peut atteindre localement 25 à 27°C en été) et se stabilise aux alentours de 13°C à une trentaine de mètres de profondeur généralement, et même à moins de 10 mètres en juillet et août. Cette discontinuité thermique (thermocline) entraîne, à son tour, une discontinuité de densité, sorte de surface relativement étanche qui interdit les brassages verticaux et retient les eaux chaudes, plus légères, dans une couche superficielle qui s'échauffe d'autant plus qu'elle est très mince. D'où l'importance de l'évaporation, avivée par une forte insolation, un air sec et le plus souvent moins chaud que l'eau. Aussi, le bilan des eaux méditerranéennes est-il négatif, l'apport des fleuves et des pluies collectées par le bassin ne parvenant pas à compenser les pertes par évaporation. Le déficit annuel abaisserait le niveau de la Méditerranée de 0.70 mètre environ sans l'intervention des eaux atlantiques qui pénètrent dans le bassin par le détroit de Gibraltar. La réalité est assez complexe puisque la Méditerranée exporte une partie de ses eaux intermédiaires plus fraîches vers l'océan. On retiendra seulement qu'au terme de ces échanges subtils, les eaux superficielles se maintiennent à une température suffisamment élevée pour réchauffer l'air sus-jacent et pour le saturer. Dans ces circonstances, les basses couches de l'atmosphère, chaudes et humides, sont instables. Mais cette instabilité reste potentielle tant que les conditions aérologiques de la troposphère moyenne et supérieure l'autorisent. Ce sont donc celles-ci qu'il faut considérer.

3°) L'influence déterminante des masses d'air et de la circulation en altitude

10Entre deux grands ensembles climatiques, la Méditerranée occidentale occupe une position charnière qui la place dans un carrefour aérologique où circulent des masses d'air d'origine très diverse : polaire maritime, polaire continental, tropical maritime, tropical continental (saharien). Pourtant, il est rare que celles-ci s'affrontent violemment sur le bassin car les sources les plus froides sont lointaines et l'air arctique notamment y parvient dégénéré. En revanche, la présence du continent africain assure une réserve d'air chaud toute proche Les grands heurts massiques qui entretiennent les courants perturbés, au nord comme à l'ouest, sont donc pratiquement inconnus ici, et le calme qui règne sur la Méditerranée occidentale de juin à septembre n'est même pas lié à un champ de pression élevé puisqu'en surface celui-ci reste voisin de la normale. C'est en altitude qu'il faut chercher les raisons de cette stabilité. L'examen des cartes quotidiennes de la topographie à 500 hPa relatives à cette période, montre la quasi permanence d'une cellule anticyclonique puissante qui coiffe l'Afrique du Nord-Ouest et l'ouest méditerranéen en y imposant la subsidence et la pureté du ciel (Fig. 1).

11Les dégradations passagères mais brutales de la situation atmosphérique interviennent de préférence en automne et au printemps, saisons au cours desquelles le flux d'altitude accuse un ralentissement important : des coulées polaires s’aventurent alors jusque dans le domaine méditerranéen et le Maghreb en empruntant le lit d'une vallée planétaire (Fig.2). Cette invasion froide en altitude qui surplombe l'air plus chaud et humide des basses couches augmente le gradient thermique vertical et transforme l'instabilité potentielle précédemment signalée en instabilité réelle. A l'effet thermodynamique d'aspiration s'ajoute l'effet hydrodynamique de courbure (cyclonique) exercé par la vallée (ou la goutte froide qui peut éventuellement s'en dissocier). La cyclogénèse s'organise et des formations nuageuses épaisses (cumulonimbus) apparaissent et provoquent de violentes averses. Les reliefs insulaires et les pourtours montagneux du bassin sont les plus touchés, l'effet d'ascendance lié à l'obstacle orographique renforçant localement l'instabilité. Dans ces circonstances, le seul examen des cartes de surface est incapable d'apporter une explication satisfaisante de la situation ; les documents relatifs aux niveaux 700 ou 500 hPa sont indispensables.

4°) Le rôle protecteur des reliefs de bordures et ses défaillances.

12Si l'on excepte les détroits de Sicile et de Gibraltar, le bassin occidental de la Méditerranée est cerné de tous côtés par des chaînes montagneuses ou des plateaux qui jouent pleinement leur rôle d'abri. L'ouverture vers le bassin oriental par le seuil de Malte est sans incidences parce que les flux de Sud-Est sont rarissimes. Les masses d'air venues du Sud, de l'Ouest ou du Nord doivent donc escalader des barrières topographiques avant de pénétrer dans cette cuvette où elles parviennent plus ou moins desséchées par effet de föhn ou par simple compression liée à la subsidence Elles s'y stabilisent, pendant les périodes calmes tout au moins, et s'humidifient par la base. Sous cet angle, le bassin est moins un carrefour qu'un réceptacle, sorte de creuset où s'élabore l'air méditerranéen, avec des matériaux venus d'ailleurs. Les séquences d'instabilité sont d'ordinaire brèves mais les phénomènes apparaissent d'autant plus brutaux que les périodes calmes qui les ont précédés ont été longues, à l'instar des séismes trop espacés qui libèrent soudainement l'énergie accumulée.

13Le déclenchement de l'instabilité ne tire pas toujours son origine des coulées polaires affectant la moyenne troposphère comme cela a été évoqué plus haut (Fig.2). Il peut aussi trouver sa source dans les basses couches de l'atmosphère quand l'air froid fait irruption dans le bassin par l'une ou l'autre de ses échancrures (détroit de Gibraltar, Lauragais, couloir rhodanien...). L'accélération des vents au passage des seuils explique la violence du Mistral et de la Tramontane ; la chute de température qui les accompagne est un désagrément supplémentaire ! Ces effets locaux ont d'autres répercussions à l'échelle régionale. Ils conditionnent la cyclogénèse : l'apparition d'une dépression sur le golfe de Gènes est presque toujours liée à la présence du Mistral qui la génère. Là encore, l'effondrement de la pression s'explique par des mécanismes à la fois thermiques (gradient mer/air) et hydrodynamiques (au débouché du Rhône, le Mistral diverge et sa branche orientale s’infléchit selon une courbure cyclonique qui épouse d'ailleurs le tracé du littoral ligure). La perturbation ainsi formée apporte un temps troublé sur la Côte d'Azur et sur la Riviéra italienne qui la prolonge mais elle étend aussi progressivement ses effets sur le continent, les fronts opérant une rotation cyclonique autour du centre de la dépression : ces « retours d'Est » apportent des précipitations sur l'Europe centrale et jusque dans l'Est de la France (Fig.3). La circulation, très ralentie dans ces circonstances, favorise le développement d'une occlusion (l'air méditerranéen, chaud et humide, est rejeté en altitude). Ce scénario, très classique, se manifeste plusieurs fois par an.

14Reste à évoquer les détériorations soudaines des conditions météorologiques en mer lorsque surgissent Mistral et Tramontane ou d'autres vents locaux (Libeccio, Grégal...). Les tempêtes peuvent être aussi violentes que sur l'Atlantique Nord (des rafales atteignant 150 km/h balaient plusieurs fois par an le Cap Corse et le Golfe du Lion) mais elles gardent un caractère sporadique. Leur déclenchement brusque surprend moins les marins qui ont l'habitude de fréquenter cette mer fantasque que les amateurs de voile et touristes, étrangers à la région. La multitude d'épaves phéniciennes, grecques et romaines qui gisent par le fond rappelle que ces phénomènes ont toujours dû exister.

III. LES CONSEQUENCES D'UN CLIMAT CAPRICIEUX

15Comme elles sont multiples et diverses, une étude exhaustive de cette question n'a pas sa place ici. Toutefois, certains faits méritent l'attention et appellent quelques réflexions.

16Les grandes lignes du climat de la Méditerranée occidentale ont probablement peu varié depuis l'Antiquité grecque et romaine puisque les auteurs anciens font mention des tempêtes soudaines qui déchaînent les flots et des violents orages que ramène l'automne. En revanche, les descriptions de phénomènes ravageurs qui ruinent les constructions humaines, emportant ponts, aqueducs et habitations, n'apparaissent pas, semble-t-il, à travers les textes. Carence des chroniques ou absence d'événements catastrophiques ?

17A l'époque actuelle, chaque année ramène son lot d'événements « exceptionnels », « cataclysmiques »...à défaut d'épithètes encore plus forts ! Il est vrai qu'à considérer les pertes en vies humaines et l'importance des dégâts matériels sur les seules régions méditerranéennes françaises, ces termes utilisés par les médias sous le coup de l'émotion, ne semblent pas trop exagérés s'ils donnent la mesure d'un phénomène devant lequel l'homme constate son impuissance. Nos moyens technologiques modernes seraient-ils en échec là où jadis les Romains ont réussi ? Ou ne faut-il pas plutôt penser que nos contemporains ne perçoivent la notion de « risque » que lorsque l'événement surgit, indomptable ? Les populations de l'Antiquité ont eu la sagesse de s'écarter des cours d'eau les plus menaçants pour établir leur habitat sur des collines plus sereines. Et si tous nos maux actuels, à répétition, n'étaient que la rançon d'une inaptitude à observer l'environnement et d'une incapacité à en assurer convenablement la gestion ?

Fig. n°1 : Champ de pression en Juillet au sol (hPa) et topographie à 500 hPa (dam)

Fig. n°2 : Schématisation d’une situation d’instabilité engendrée par une coulée froide (en gras) surmontant un talweg de surface (en tiret)

Fig. n°3 : Invasion froide déclenchement une cyclogenèse méditerranéenne (d) et des retours d’Est

Índice de ilustraciones

Leyenda Fig. n°1 : Champ de pression en Juillet au sol (hPa) et topographie à 500 hPa (dam)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31659/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 215k
Leyenda Fig. n°2 : Schématisation d’une situation d’instabilité engendrée par une coulée froide (en gras) surmontant un talweg de surface (en tiret)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31659/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 241k
Leyenda Fig. n°3 : Invasion froide déclenchement une cyclogenèse méditerranéenne (d) et des retours d’Est
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31659/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 252k

Autor

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Comprar