Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Géographie physique, quelle vocation ? Enseignement, recherche et réflexion

Sur quoi fonder l’unité de la géographie ? Objets ou problématiques ?

Pierre Pech et Hervé Regnauld

Résumé

Cet article propose une analyse de la démarche géographique. Habituellement, on fonde la démarche géographique sur les objets étudiés. On propose ici de considérer que la géographie physique et humaine ont en commun non pas les objets mais les méthodes : l'analyse spatiale, les échelles, etc.

The aim of this paper is to present an aspect of the geographical approach. Usually, the definition of the geographical concepts lies on the studied objects. We try to propose here that the essential and common approach of the physical and human geography lies on the methods : the spatial analysis, the scales, etc.

Texte intégral

1La géographie est parfois décrite comme une science schizophrène, qui serait coupée en deux parties, l'une humaine et l'autre physique. Ces deux demi-portions seraient exclusives l'une de l'autre et entretiendraient l'une envers l'autre des relations dont il n'est pas toujours facile de dire qu'elles sont amicales. D'autres définitions insistent, tout au contraire, sur l'aveuglante unité de la géographie, envisagée alors comme une science sociale. Enfin, une école de la géographie française présuppose qu'il existe une théorie de l'espace, reposant sur des lois qui permettent de comprendre et de définir les formes d'unités géographiques (régions ou toute autre forme de délimitation de l'espace quelle que soit l'échelle) mais aussi d'intervenir sur leur aménagement. Il y a bien usage polysémique du concept de géographie avec parfois opposition voire antagonisme.

2Dans ces contradictions épistémologiques, il nous paraît délicat de se trouver un lieu où habiter avec sérénité. Pour cette raison, nous avons souhaité observer de près le statut épistémologique de la géographie. Voici donc une étude en forme d'itinéraire. Dans un premier voyage nous allons d'abord faire du terrain du côté de « l'objet » de la géographie. Cette discipline ou science ( ?) peut-elle être définie par un objet, qui serait social ou physique ? Les objets d'étude des scientifiques se fabriquent, se découvrent, à une telle vitesse qu'il est, aujourd'hui, peut-être difficile d'espérer définir une science par son objet. Nous serons alors contraints, dans un deuxième temps, d'aller explorer d'autres thèmes, qui concernent cette fois les méthodes et les problématiques de la géographie. Ne faut-il pas rechercher plutôt dans les démarches plus que dans les objets l'unité de la géographie ? Une troisième étape nous conduira alors au pays d'Utopie, là où les géographes sont libres d'être ce qu'ils souhaitent.

I. GEOGRAPHIE PHYSIQUE, GEOGRAPHIE HUMAINE : QUELS OBJETS D'ETUDE ?

1. Des objets communs ?

3La géographie est souvent définie par l'objet qu'elle étudie, la région, le paysage, l'espace, le territoire, (Clark, 1994 ; Lizet et de Ravignan, 1987 ; Pinchemel, 1988 ; Rougerie, 1969 ; Rougerie et Beroutchachvili, 1991 ; Scheibling, 1994), même si les auteurs attribuent des significations différentes à ces concepts. Beaucoup de sciences sont ainsi définies par leur objet, science du sol, science des systèmes, sciences politiques et il n'y a pas de raison que la liste cesse d'augmenter. La définition de chaque science nouvelle est en fait la définition d'un nouveau champ universitaire.

4Pour de nombreux géographes, l'espace ainsi nommé est avant tout un espace dans lequel s'intègrent les sociétés humaines (Pinchemel, 1988) et que ces sociétés humaines organisent en territoires (Bertrand, 1982). Dans ces conditions, il est franchement logique et tentant d'affirmer que la géographie est une science sociale (Reynaud, 1982) et que l'objet de la géographie physique doit être « le physique de l'espace géographique » (Bertrand, 1982), c'est-à-dire les aspects naturels des territoires organisés par l'homme. Cela revient à porter un regard social sur les milieux naturels.

5Selon ces principes, l'objet commun de la géographie humaine et de la géographie physique est exclusivement la relation homme/nature ou en langage néo-positiviste, l'interface société/milieu. La géographie des risques volcaniques revient à faire l'évaluation sociale d'un phénomène naturel exceptionnel ; la géographie de l'aménagement des milieux naturels consiste à analyser la gestion sociale des phénomènes naturels habituels ; la géographie des paysages se limite à effectuer l'appréciation patrimoniale des milieux naturels. Il en va de même pour la géographie des forêts anthropisées, des sécheresses, des mouvements du sol, de l'aménagement du littoral ou de la montagne.

6Il est clair que ces problématiques sont d'abord sociales, et que l'on a conféré à la société le pouvoir quasi ontologique de définir le statut du phénomène géographique y compris dans sa composante naturelle... Mais ceci est critiquable. Le regard intéressé que l'aménageur (promoteur) pose sur « l'espace » ; le regard ému que le citoyen (patriote) laisse traîner sur le « territoire approprié », ne disent rien, ni l'un ni l'autre, du phénomène physique qui survient : la coulée boueuse, la tornade, l'inondation, le séisme, etc. Ils incitent surtout à réfléchir sur la société qui engendre ces « espaces » et ces « territoires » et sur le parti pris idéologique du géographe qui les encense ou critique cette forme de perception. A ce propos on peut se poser la question de la finalité idéologique de la démarche même du géographe lorsque celui-ci prétend quantifier les dynamiques de l'espace français actuel, à les cartographier et définir à partir des analyses statistiques ou des cartes ainsi réalisées des lois spatiales permettant de comprendre « la désertification » d'une portion notable de l'espace ou de l'organisation de cet espace : n'y a-t-il pas renversement du raisonnement ? Ces lois dites spatiales, qui proposent une forme d'organisation harmonieuse de l'espace, n'aboutissent-elles finalement pas à justifier la logique actuelle de déstructuration de l'espace français ? Ne servent-elles pas à proposer une cohérence pseudo-scientifique quantitative alors qu'elles n'aboutissent qu'à asseoir plus fortement ce qui n'est que choix politiques et tendances économiques dominantes... ? Ne permettent-elles pas au bout du compte à empêcher tout débat sur la remise en cause de l'organisation de l'espace actuel, dont des lois fixent la rigidité ?

7Il est donc normal que des géographes se soient tournés vers des objets d'étude moins biaisés, en identifiant, par exemple, des types de systèmes de « rencontre entre l'homme et la nature » ou entre les traces, les héritages, les « surimpressions » que constituent un paysage (Lizet et De Ravignan, 1987). Il peut s'agir aussi d'une perception esthétique de l'organisation de l'espace (Clark, 1994) ou d'une recherche de la logique du fonctionnement des unités spatiales en fonction d'enjeux variés. Il est fondamental de distinguer les enjeux sociaux des enjeux naturels (Fournier et Regnauld, 1991) et de les étudier séparément, avec leurs logiques propres Il ne faut pas les confondre dans un bavardage d'interfaces virtuels et d'espaces flous

2. Des objets distincts ou l'éclatement programmé de la géographie

8Y a-t-il beaucoup de points de rencontre entre des démarches géographiques aussi variées que l'étude de la répartition spatiale des modelés cryogéniques sur la planète Mars et celle de la représentation du Sahara chez les concurrents du Paris-Dakar, les Beurs de la banlieue Nord-Est de Paris, les touaregs ?

9Les deux démarches sont géographiques parce que les géographes qui les mettent en œuvre les revendiquent comme telles et qu'ils sont, dans une démocratie, souverains. A ce titre, ces deux démarches sont également respectables.

10Elles sont également marginales. Leur marginalité est due à la distance astronomique qui sépare l'institution universitaire d'une part, de la planète Mars ou de la banlieue des Beurs d'autre part.

11C'est pour cette raison de distance que des champs entiers de la géographie sociale et de la géomorphologie ont été quasiment exclus de la géographie dominante, au niveau des programmes du secondaire, par exemple. On accuse les géographes « sociaux » de tomber dans la sociologie des marginaux (et d'être marxistes attardés) ; on accuse les géomorphologues de tomber dans la géologie inhumaine (donc réactionnaire), et on les condamne. Mais, (et c'est très habile) l'oukase d'exclusion se déguise en travail épistémologique. Il suffit de définir la géographie comme science autonome de l'espace et de définir l'espace comme un objet théorique. Il y a alors une théorie de l'espace qui se veut scientifique et qui est, par postulat, indépendante de la société comme de la nature. Cette conception atteint son summum avec les « chorèmes » (Brunet, 1987) qui osent représenter des configurations spatiales sans milieu et sans classe sociale... Une géographie sans la Terre et sans les Hommes, par postulat scientifique, par idéologie... ou juste pour exclure les géomorphologues et la géographie sociale ?

12Il faut absolument établir que l'enjeu de ce faux débat épistémologique n'a rien de scientifique. Il est typiquement universitaire, donc politique. Une école de géographie qui prône l'autonomie du spatial par rapport à la société et à la nature pratique une réduction de la géographie à l'étroit domaine des représentations de l'espace : cela est suspect pour deux raisons. D'une part on est en droit de soupçonner des règlements de compte ainsi qu'une volonté hégémonique de domination de cette école ; d'autre part on peut imaginer que les représentations même quantifiées de l'espace tel qu'il existe, représentations qui servent de base à l'élaboration de lois spatiales, se contentent de donner une vision politiquement rassurante de l'organisation de l'espace en empêchant toute forme de critique ou de réflexion sur cette même organisation de l'espace... Elle épouse les grandes tendances de l'évolution mais elle ne propose pas d'autres formes possibles d'aménagement. Les centrales nucléaires sont-elles « voulues » par des lois de l'espace ? ? ? La théorie de l'espace est une théorie mais elle n'est pas le tout de la géographie : elle ne peut ni n'a le droit de considérer qu'elle constitue de manière totalitaire le contenu exclusif de la géographie.

3. Recentrage depuis l'objet d'étude jusqu'à la problématique

13Tant qu'on définit une science par son objet on reste irrémédiablement englué dans le néo-positivisme archaïsant du sujet et de l'objet. De façon concrète, on crée autant d'écoles concurrentes qu'il y a d'objets d'étude distincts et cela conduit forcément à l'éclatement, donc aux querelles.

14Une science ne se définit pas par l'objet qu'elle étudie. D'abord, l'objet n'est pas indépendant de la science et peut difficilement servir de référence. Ensuite la science découvre chaque jour des dizaines d'objets nouveaux... La science n'étudie pas un nombre fini d'objets et ne peut pas être définie comme l'étude d'une série d'objets à l'exclusion d'une autre série.

15La géographie doit être définie par ses problématiques. La cohérence de notre discipline est dans la spécificité du paradigme principal qui l'organise. Ceci n'est nulle part mieux exposé que dans le sigle RECLUS qui signifie, croyons-nous, « Réseau d'Etude de la Cause de la Localisation des Unités Spatiales ». La géographie explique la localisation des « choses ». Il suffit, en mémoire des idées antiautoritaires d'Elisée Reclus, de préciser qu'une unité spatiale est n'importe quel objet, sans distinction de race, de nature (biologique, minérale, atmosphérique...), de statut (concept, religion, représentation, matière), bref sans exclusion aucune !

II. GEOGRAPHIE PHYSIQUE, GEOGRAPHIE HUMAINE : UNE PROBLEMATIQUE COMMUNE D'ECHELLE ET D’ESPACE

16Une science analyse ce qu'elle étudie par l'intermédiaire de données. Pour recueillir des données (quant à la localisation), la géographie constitue des cartes. Il s'agit des cartes d'inventaires (MNT, cadastres, P O.S) pas encore, évidemment de cartes explicatives ou thématiques. Automatiquement, se pose le problème de l'échelle, qui à ce stade de la démarche correspond, de façon imagée, au pas d'échantillonnage. La difficulté vient alors qu'à chaque échelle, la pertinence des choix de données est remise en cause. Certains objets sont invariants dans certaines limites d'échelle puis, à l'occasion d'un seuil, tout bascule. Les géographes sont toujours confrontés à des discontinuités, à des seuils ou à des continuum d'échelle.

1. En fonction de l'échelle d'analyse, des méthodes et des modèles différents

17Pour sortir de l'ennui des monographies érudites et régionales, la géographie humaine, sous les impulsions avisées de P. Gourou, de P. George (qui ont emprunté l'un au structuralisme l’autre au marxisme) et de bien d'autres, a tenté d'expliquer l'espace humanisé, à partir d'hypothèses générales sur les civilisations, les sociétés ou les régularités spatiales (hexagones, par exemple). Ce système général d'hypothèses de localisation est parfois, abusivement appelé « lois de l'espace » alors qu'il ne s'agit que de lois sociales d'appropriation des ressources. Il s'agit même souvent de luttes sociales ! La démarche est cependant irréprochable : elle part d'une théorie générale économique pour chercher ensuite à mesurer les écarts entre chaque système observé et la disposition théorique. On peut discuter sur le modèle de départ, mais pas sur la rigueur du travail. Les géographes physiciens doivent aussi se convaincre que c'est de ce type d'approche qu'est venu le meilleur de la géographie régionale.

18Dans cette perspective, lorsque la géographie humaine descend au niveau local, à la grande échelle, il est évident que les modèles généraux n'ont plus la même pertinence. La vie d'un quartier, l'aménagement du périurbain, qui posent, au travers des révoltes de jeunes banlieusards d'explicites problèmes géographiques, tout cela ne se traite pas avec des modèles macro-économiques, mais avec des démarches plus sociologiques, voire anthropologiques. Cela est réalisé par nombre de géographes américains. En somme, la géographie humaine a des modèles « durs et numériques » pour la petite échelle, des modèles souples et subjectifs pour l'échelle locale.

19La géographie physique est dans la situation inverse. Nous avons des modèles physiques très « durs et mathématiques » pour les grains de sables, les fentes en coin, les glissements de terrain... Lorsque nous passons à l'échelle régionale ou a fortiori globale, tout devient aléatoire, flou, imprévisible et difficilement modélisable. Savoir exactement modéliser une goutte d'eau dans un champ de pression et de température ne suffit pas pour modéliser le climat. Les modèles durs mis en place pour le climat ne concernent que les échelles très petites ; à l'échelle régionale, c'est un peu plus difficile.

20En géographie humaine les modèles les plus « scientifiques » sont efficaces à des échelles qu'il faut ensuite zoomer. En géographie physique les modèles les plus « scientifiques » sont juste à des échelles qu'il faut ensuite dilater. Le problème des géographes est bien de déterminer quels sont les déterminismes d'échelle. C'est la rigueur scientifique de notre discipline qui est en jeu. Nous devons formellement expliquer comment ce qui est vrai à une échelle l'est aussi ou ne l'est pas à une autre échelle. Il n’y a sans cela que des monographies locales et disjointes, pas un corps de science.

2. La notion de seuil scalaire, pour les localisations

21Ce problème d'échelle est absolument commun aux deux géographies. Les approches qualitatives des « emboîtements » d'échelles sont insuffisantes et nourrissent des discussions infinies. Un outil quantitatif permet de lever toutes les ambiguïtés, il s'agit du modèle fractal.

22Une distribution fractale est invariante suivant l'échelle et c'est cela qui fait son intérêt pour définir des continuums ou des ruptures d'échelles. Tant qu'un phénomène est fractal, il y a déterminisme d'échelle : les conclusions obtenues auparavant restent valables. Dès que sa dimension fractale change, il y a seuil et il n'y a plus déterminisme d'échelle : donc il y a nécessité de faire une nouvelle étude à une nouvelle échelle. C'est, par exemple, le cas pour des systèmes d'éboulis. Cette forme de versant, apparemment simple, commandée par des chutes de pierres, et que l'on pourrait simplement matérialiser par un profil concave (fig.1 a), correspond, on le sait d'après les travaux de B. Francou, entre autres (Francou, 1993) à un modèle biphasé que l'on peut résumer par deux courbes concaves superposées (fig. 1 b) : la partie supérieure (A sur fig. 1 b) correspond à l'endroit où s'effectuent les chutes de pierres en provenance de la paroi. Là, les blocs sont en position instables, jusqu'à la base la cette première concavité où se trouve un point d'inflexion appelé point y, en aval duquel démarre la nouvelle concavité (B sur fig. 1 b). Celle-ci correspond à un secteur où s'effectue l'accumulation des blocs qui sont remaniés par des processus différents, liés au remaniement des débris sur le versant. Et si l'on effectue des analyses morphométriques de détail de chacune des concavités, on s'aperçoit qu'il existe encore un système de concavités emboîtées (fig.1 c). Un modèle fractal peut permettre de proposer une représentation de cet éboulis. Bien sûr, il ne dit pas comment s'effectue sa mise en place. En outre, il reste valide si l'on passe d'une division systématique de chaque concavité à deux concavités plus petites mais si le nombre de sous-unités change, cela correspond à un changement qu'il faut interpréter.

23Il existe de nombreuses méthodes pour calculer les dimensions fractales (Gouyet, 1992 ; Robert et Roy, 1992 ; Turcotte, 1992). Xu et al. (1993) en indiquent sept, Walsh et Waterson (1993) en critiquent deux, Pike (1993) en fait un inventaire presqu'exhaustif. Chaque méthode est mieux adaptée à un type de problème. Peu importe. L'essentiel est que c'est facile à mettre en œuvre, que des logiciels comme Fractint, qui permet des visualisations, sont gratuits, de domaine public et sans copyright, et que cela expose indiscutablement les limites de pertinence pour chaque explication dans des bornes d'échelles.

24Comme les cartes, les fractales sont un des outils utilisables en géographie communs aux deux géographies parce qu'elles répondent exactement à la question qui nous gène : dans quelles bornes d'échelles géométriques est-il justifié de définir une problématique spatiale ou géographique ?

25Toutefois, les fractales n'apportent aucune espèce d'explication : nous l'avons vu à propos des éboulis. C'est une pure description et dans bien des cas cela ne dit que des évidences dont l'observation nous avait convaincu avant tout calcul ! L'explication, celle que notre travail de géographe nous demande de fournir, relève d'autres instances de scientificité.

3. La notion d'échelle pertinente

26Nous entrons un peu plus dans le vrai problème. Si l'on peut, rigoureusement, définir qu'une échelle est plus pertinente qu'une autre, alors on pourra déclarer que le modèle qui la décrit et l'hypothèse qui l'explique sont, aussi, plus pertinents. Il y a derrière cela de vrais enjeux épistémologiques. Dans sa définition de la géographie (dictionnaire page 212) P. George explique que la finalité de la géographie physique et de la géographie humaine est « d'apporter une contribution à l'intelligence des ensembles. La forme concrète de présentation de ces ensembles est la géographie régionale... ». Il y a bien une échelle plus pertinente que d'autres, puisqu'elle est la finalité des autres ! En revanche, pour Durand, Lévy, Retaillé (1992) c'est « le modèle... de société-monde qui permet en négatif et en positif d'unifier (la) démarche », (p. 16). L'échelle la plus pertinente pour leur démarche théorique n'est donc pas celle de la région. Comment approcher ces difficultés de façon quantitative ?

27L'échelle la plus pertinente est, en fait, double. C'est-à-dire qu'il y en a deux. D'une part l'échelle la plus pertinente est celle qui permet à la méthode choisie de maximaliser la diversité spatiale. C'est une condition d'ordre déontologique : il est politiquement inacceptable et scientifiquement malhonnête de se refuser à la diversité ou à la différence.

28D'autre part, l'échelle la plus pertinente est celle qui permet à la méthode de minimiser les résidus du modèle, c'est-à-dire qui a lissé les exceptions pour démontrer l'importance de la règle. C'est encore une nécessité scientifique et politique dans une démocratie qui demande à la minorité de se laisser gouverner par ceux que la majorité a élus.

29Notre problème d'échelle est maintenant enfin posé dans les bons termes, comme un problème « politique » et ce n'est pas véritablement étonnant pour une discipline qui parle justement du monde actuel Disons qu'on peut savamment poser le problème, on ne peut pas plus le résoudre en géographie qu'en politique. Il faut se résigner à suivre le pouvoir de la majorité tout en conservant, en tant que minorité, une égale distinction. Il faut connaître la diversité spatiale et la rassembler dans des modèles réducteurs. Il n'y a pas d'échelle plus juste qu'une autre il y en a simplement de plus pratique...

III. ET SI ON LAISSAIT LES GEOGRAPHES LIBRES DE FAIRE DE LA GEOGRAPHIE ?

30Les parties précédentes ont posé qu'il n'y a pas d'objet géographique qui soit meilleur ou moins bon qu'un autre. On peut aussi bien travailler sur la mobilité des frontières linguistiques que sur la fixité des tors fini-tertiaires. C'est toujours de la géographie. On a aussi établi qu'il n'y a pas d'échelle plus juste qu'une autre : l'étude des micro-formes de géliturbation est aussi justifiée que celle des équilibres géopolitiques.

31Au lieu de voir dans cette disparité une cause de dissolution de la géographie, nous proposons d'y trouver la source propre du dynamisme de la discipline. Après tout, nous sommes les seuls à pouvoir étudier rigoureusement les micro-sociétés, les firmes transnationales, les palses et le global change. Or tout cela participe bien, ensemble, à l'existence de la planète. C'est ainsi qu'on pourrait imaginer la géographie future :

1. Des chercheurs débarrassés des étroitesses mandarinales

32Il convient de reconnaître la multiplicité des objets, des thèmes et des méthodes. C'est une liberté de recherche qui n'a pas à se laisser inféoder à des décisions politiques ou financières. Dans ces conditions, il faut s'interdire les exclusions et les condamnations, ce qui consiste, dans un soucis de clarification de nos démarches, à laisser de côté les querelles de personnes, les luttes politiques pour favoriser le débat scientifique.

33Il faut aussi cesser de courir après une utopie, celle de réaliser cette synthèse géographique, cette appréhension globale de la totalité du savoir géographique.

34Celui qui voudrait pouvoir juger de la validité de tous les objets ou de toutes les méthodes géographiques devrait connaître toute la géographie, ce qui est rigoureusement impossible.

35Alors, laissons les géographes, tous les géographes, faire la géographie qu'ils souhaitent.

2. Une géographie physique à toutes les échelles

36Le cas particulier de la géographie physique nous intéresse ici particulièrement. Nous n'avons aucunement à nous justifier vis à vis de nos collègues humanistes. Nous n'existons pas par rapport à eux. Nos problématiques sont les leurs (localisations, échelles.) et nos objets sont... ce que nous voulons.

37Il faut répondre aux questions de fond que pose l'existence de reliefs et « d'atmosphère » sur les autres planètes. Nos certitudes terrestres doivent ainsi être revues, comme la géomorphologie continentale a été revue à partir de l'exploration des fonds sous-marins. Et dans le domaine de la définition de la différence entre géographie humaine et géographie physique, il faut reconnaître que nous sommes sans doute à l'aube de découvertes en anthropologie ou en ontologie qui pourraient peut-être bouleverser les limites conventionnelles de ce qu'on appelle le « social » et le « naturel ». D'autres êtres vivants que l'homme sont organisés en société et l'humanité, espèce passagère dans l'histoire du vivant et du social, n'est sans doute pas la seule à produire de l'espace et des territorialités... La limite nature-culture et donc son corollaire, le positionnement de la géographie plutôt en science sociale ou en science de la nature est sans doute à envisager avec beaucoup de prudence et il est à parier que nous allons nous éloigner de plus en plus des certitudes cartésiennes et positivistes qui permettaient d'affirmer que la géographie est exclusivement une science sociale.

38Il faut étudier de très près les extensions de validité des lois physiques, obtenues en laboratoire vers le terrain réel, beaucoup plus vaste. Le laboratoire n’est pas nécessairement la norme et les approches naturalistes n’ont pas fini de démontrer que les modèles physiques ou mathématiques sont imparfaits.

3. Une géographie théoriquement modeste, pour être spatialement ambitieuse

39La géographie a de telles spécificités qu'il n'est pas abusif de la considérer comme science unique de son espèce. D'abord, elle mêle logiques humaine et naturelle, ensuite elle croise micro et macro phénomènes. Si les physiciens des sciences physiques n'arrivent pas à trouver leur « grande unification », alors qu ils ne parlent que de particules... et bien, nous géographes, soyons modestes et attendons encore avant d'oser nous aventurer vers des théories définitives de l'espace !

40Nous proposons un schéma qui présente la position de la géographie parmi les autres sciences, qui sont elles, mieux placées pour être théoriques. Laissons leur cette caractéristique. Mais laissons d'abord aux théoriciens le temps de se mettre d'accord sur ce qu'est une théorie avant de nous empresser d'en fabriquer une. Peut-être arriverons-nous à conclure qu'il n'y a aucune raison d'avoir une théorie de la géographie dès lors que la géographie a renoncé à théoriser la totalité du monde ! A moins que le rêve secret de certains géographes soit de se prendre pour Dieu ?

BIBLIOGRAPHIE :

Bibliographie

BERDOULAY V., 1988 - Des mots et des lieux. La dynamique du discours géographique. Mémoire et documents du CNRS, Paris, 108p.

BERTRAND G., 1978 - La géographie physique contre nature ? Hérodote. 12. p.77-96.

BERTRAND G., 1982 - Construire la géographie physique. Hérodote. 26, p.90-116.

BRUNET R., 1987 - La carte mode d'emploi. Paris, Montpellier, Fayard/Reclus, 269p.

CLARK K., 1994 - L'art du paysage. Gérard Montfort, Edit., Paris, 189p.

DURAND M.F., LEVY J., RETAILLE D., 1992 - Le Monde, espaces et systèmes. Paris, Dalloz, l-565p.

FOURNIER J., REGNAULD H., 1991 - Les falaises de Bretagne : enjeux scientifiques, enjeux sociaux. Un état des lieux. Norois. 38, p.439-448.

FRANCOU B., 1993 - Hautes montagnes. Paris, Masson, coll. Pratiques de la géographie.202p.

GOUYET J.-F., 1992 - Physique et structures fractales. Paris, Masson, 234p.

LIZET B. ET DE RAVIGNAN F., 1987 - Comprendre un paysage. Guide pratique de recherche. Paris, INRA, 147p.

PIRE J.R., 1993 - A bibliography of geomorphometry, open file report, US geological survey, 132p.

PENCHEMEL P.et G., 1988 - La face de la terre. Paris, Colin, U, 519p.

REYNAUD A., 1982 - La géographie, science sociale. Travaux de l'Institut de Géographie de Reims. 49-50, 164p.

ROBERT A., ROY A., 1993 - La modélisation fractale et la variabilité spatiale des phénomènes naturels. Géographie Physique et Quaternaire. 47, p.3-19.

ROUGERIE G., 1969 - Géographie des paysages. Paris, Puf, coll. Que Sais-Je ?, 128p. ROUGERIE G. ET BEROUTCHACHVILI N., 1991 - Géosystèmes et paysages. Paris, A. Colin coll. U, 302p.

TURCOTTE D.L., 1992 - Fractals and chaos in geology and geophysics. Cambridge University Press, 221p.

WALSH J. J., WATERSON J., 1993 - Fractal analysis of fracture patterns using the standard box counting method : valid and invalid techniques. Journal of structural Geology. 15, 12, p. 1509-1512.

XU T., MOORE I.D., GALLANT J.C., 1993 - Fractals, fractal dimension and landscape : a review. Geomorphology., 8, p. 245-262.

fig. 1 : représentation morphométrique d'un éboulis : d'un profil simple à un emboîtement de concavités.
a) le modèle morphométrique simple ; b) le modèle biphasé ; c) l'emboîtement de concavités.

fig. 2 : les modèles en géographie : une échelle inverse : les petites échelles en géopraphie humaine, les grandes en géographie physique.

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter