Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Géographie physique, quelle vocation ? Enseignement, recherche et réflexion

Le formalisme des classifications : un danger pour la géographie

Jean Tricart

Texte intégral

1Il y a maintenant un siècle et demi, le philosophe Auguste Comte a établi une classification des sciences. A l’époque, la physique, la chimie, la géologie étaient en train de s’individualiser. Depuis, les choses ont bien changé. On débat actuellement des rapports entre la physique des particules et la recherche des composants de la matière. On applique la physique quantique tant à la structure de la matière qu’à celle de l’Univers. Ce sont des problèmes spécifiques à ce qu’on appelle, aujourd’hui, les « sciences dures ». On est loin d’en être là dans les sciences de l’homme et de la société, bien que l’on risque de très graves erreurs si l’on ignore ces problèmes. C’est ce qui se passe en géographie.

2Dans le dernier Bulletin de l’Association des Géographes Français, (71, n°5), il est encore des auteurs pour affirmer que la géographie est une science sociale, voire qu’elle n’est qu’une science sociale. Auguste Comte ne s’était pas préoccupé de ce problème. Il avait bien raison ! Adopter une telle position est la négation ausssi bien de l’existence de l’Association des Géographes Français, qui ne s’est jamais confinée dans les problèmes sociaux, que de la carrière scientifique des deux collègues que le présent volume s’est donné pour objet d’honorer, Gaston Beaudet et Etienne Moissenet.

3Certes, le progrès des connaissances nous fait nécessairement tendre vers la spécialisation. Il est plus facile de se confiner dans l’étude d’une ligne d’autobus ou des contraintes de l’urbanisme dans un bout de rue que de brosser une fresque aussi transcendante que celle qu’A. von Humboldt, noble germanique, a consacré à la fin du Siècle des Lumières à différentes parties de l’Amérique latine. La richesse et la variété des observations recevaient leur cohésion d’une vue d’ensemble qui en accroissait l’intérêt. Elles méritent toujours, après deux siècles, d’être non seulement lues, mais méditées. J’en témoigne en ce qui me concerne. Tout le monde n’a pas, ne peut bénéficier de l’intelligence profonde d’un personnage exceptionnel. Tous les géologues contemporains ne mériteront pas d’être anoblis pour leurs travaux comme le fut Charles Lyell, devenu Sir Charles Lyell.

4Au cours de la première moitié du XIXème siècle, toutefois, à une époque où la machine à vapeur se répandait rapidement en France, des physiciens ont établi les lois fondamentales de la thermodynamique, qui sont à l’origine d’un nouvel instrument logique : la sytémique. Son principe même consiste à étudier les interactions entre phénomènes différents en examinant les flux et les transformations de l’énergie qui les relient, qui leur donne une cohésion. Un peu plus tard, Ch Darwin a proposé des conceptions nouvelles sur l’évolution des espèces. Un allemand, Haeckel, en 1864, applique les idées de Darwin, avec lequel il était en contacts suivis, et forge le terme « écologie » pour désigner les rapports entre les êtres vivants et leur habitat, susceptible d’influer sur leur propre évolution. Si la géographie n’avait pas été, alors, stérilisée par son intérêt exclusif pour la nomenclature, écologie et géographie n’auraient formé qu’une seule et même branche du savoir et de la pensée. Ce n’est que tout récemment, depuis trente à quarante ans, que l’intérêt croissant pour la sauvegarde de notre milieu écologique et la prise de conscience des dangers, parfois irréparables, que lui font courir les formes de plus en plus variées de pollution tendent à créer une unité de la pensée qui transgresse les limites formelles entre les diverses parties d’un savoir éparpillé. Le magnifique volume publié fin 1994 par toute une série d’organismes internationaux coordonnés par le Conseil de l’Europe, Euro-Diary/Europa Agenda 1995 en apporte une brillante illustration. Il montre aussi, dans la plupart des notices des divers pays membres, les insuffisances d’une conception de la protection de la nature qui se restreint à fournir une statistique des espèces menacées et protégées et de l’étendue des réserves, fondées sur de piètres énumérations physiographiques. Les intentions exprimées par de nombreux organismes officiels et associations privées « ONG » et le contraste entre les principes qu’elles exposent et la médiocrité des notices des divers pays est significatif. La géographie a un rôle à jouer. Il répond à une inquiétude de notre société présente, mais cela n’implique pas, bien au contraire, que la géographie ne soit qu’une science sociale. Lorsqu’un industriel commande à une firme de constructions mécaniques une pompe pour fabriquer des produits chimiques, cela n’implique pas que le constructeur soit un chimiste. Il reste un mécanicien et le reste quelles que soient les utilisations des équipements qu’il fabrique. La géographie peut travailler pour la société, mais cela n’implique pas qu’elle soit, ipso facto, une science sociale, encore moins qu’elle le soit exclusivement.

5L’utilisation de l’approche systémique permet de relier les résultats de recherches analytiques, inéluctablement plus « pointues », plus étroitement spécialisées, dans des ensembles plus vastes, qui permettent de rejoindre l’ample vision d’A. von Humboldt et de son équipier français A. Bonpland. L’approche systémique permet de transgresser les limites entre les disciplines, limites qui sont par nature des oeillères. La transdisciplinarité consiste à aborder les problèmes en eux-mêmes, tels qu’ils se posent, ce que ne peut faire l’addition pure et simple des résultats apportés par les diverses disciplines, qui consiste en l’interdisciplinarité. Une des caractéristiques d’un système est, en effet, d’avoir des propriétés spécifiques qui ne sont pas l’addition des propriétés de ses diverses composantes. Le système est aussi, intrinsèquement quelque chose qui évolue, qui se modifie, qui se caractérise donc par sa propre dynamique.

6G. Beaudet a placé ses travaux dans le cadre méthodologique que je viens de rappeler. Ses recherches portant sur des unités régionales ne se limitent pas à la seule géomorphologie, bien qu’il l’ait pratiqué avec talent. Dans un article en collaboration de 1976 (Revue de Géographie Physique et de Géologie Dynamique), il rejette l’hypothèse soutenue alors par divers spécialistes, d’une extension du « domaine climatique tropical » au Sud du Maroc. Il n’existe aucune preuve d’une « semblable désertification du bassin méditerranéen ». « Il est plus raisonnable de penser que les pluviaux du Sahara et de ses marges correspondraient à l’effacement ou à l'affaiblissement des hautes pressions subtropicales. Dans ces conditions, les perturbations méditerranéennes pouvaient davantage pénétrer au Nord de l’actuel désert, tandis qu’au Sud s’avançaient la mousson et les grains tropicaux engendrés par l’anticyclone austral de Sainte Hélène dont la permanence est probable » (p. 171). Depuis vingt ans, certes, nos connaissances se sont accrues et nos conceptions se sont modifiées. Si la permanence de l’anticyclone de Sainte Hélène n’est pas remise en question, les recherches de M. Leroux attribuent une grande importance aux pénétrations, loin vers le Sud, des langues d’air polaire, qui engendrent grains et pluies. La curiosité transdisciplinaire de G. Beaudet n’en est pas moins attestée.

7Le cas d’E. Moissenet est fort différent. Il s’est dévoué à une tâche militante, ce qui ne lui a guère laissé le temps de publier. Animant des organismes aux noms successifs différents, il a consacré sa carrière à montrer l’unité de la géographie, qui est sa nature profonde. Il a toujours refusé, avec énergie bien qu’avec pondération, un quelconque démembrement de notre discipline en petites « spécialités », en réalité, chapelles propres aux médiocres pour régner dans leur propre cocon, à une différence près, c’est que dans le cocon, il se forme une chrysalide dont sort un papillon, qui vole en pleine lumière, chatoyant, et qui, se reproduit. E. Moissenet a consacré sa vie de militant à montrer que la caractéristique de la géographie est d’être multiforme, de transcender les limites formelles et artificielles des microspécialités.

8Le propre de la géographie, ce qui la rend irremplaçable, n’est pas d’être une « science de la société », pas plus qu’une « science de la nature ». Elle ne peut exister qu’en ayant pour objet de se centrer sur les rapports de l’homme, des sociétés humaines et de la nature qui est leur milieu écologique, celui sans lequel elles ne pourraient exister. La géographie répond ainsi aux préoccupations des hommes, des sociétés. La géographie, complète et non mutilée, est le point de départ indispensable d’un développement durable, tel que la Conférence des Nations Unies sur l’Environnement et le Développement, à Rio de Janeiro, en Juin 1992, en a affirmé avec force la nécessité.

Auteur

UFR de Géographie, Institut de Géographie et d’Aménagement, Université Louis Pasteur, 3 rue de l'Argonne, 67083 Strasbourg Cedex

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter