Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Géographie physique, quelle vocation ? Enseignement, recherche et réflexion

La géographie physique dans les manuels de seconde 1966-1993. Essai sur le rôle des premiers présidents de l'association française de géographie physique (AFGP)

Raymond Regrain

Résumé

L'évolution des contenus de la géographie physique en Seconde, présentée par 12 manuels parus entre 1966 et 1993 marque l'importance de l'action de l'A.F.G.P. pour promouvoir une géographie globale, intégrant l'étude des milieux naturels. Lieux d'enjeux et de tensions, cet enseignement paraît aujourd'hui menacé.

The evolution of the physical geography syllabus, as shown by 12 textbooks published between 1966 and 1993, illustrates the importance of the A. F.G. P.'s action in favour of a global approach to geography which integrates the study of natural areas. This crucial and controversial subject seems to be under threat.

Texte intégral

1En 1976, alors que la géographie est particulièrement menacée, en particulier dans l'enseignement secondaire, des collègues de Paris 1 prennent l'initiative de fonder une association française de géographie physique, dont A. Godard (1977 à 1980) et G. Beaudet (1980-1982) furent les premiers présidents. Il était donc intéressant de tenter d'apprécier quelle avait pu être leur action pour la défense de la géographie toute entière certes, mais particulièrement en classe de Seconde.

2Les programmes scolaires de géographie évoluent assez rapidement, bien que les fondements en paraissent assez invariants (Lefort, 1992). Ainsi la géographie générale à enseigner en classe de Seconde des lycées comporte-t-elle une partie de géographie physique et une partie de géographie humaine. A partir de l'étude rapide des manuels parus en 1966, en 1981 après la fondation de l'A.F.G.P., puis en 1987 et 1993, nous rechercherons dans les publications de cette association quelle action elle a pu jouer dans l'évolution de leurs contenus et donc de la « géographie à enseigner », dont on sait qu'elle se différencie de la géographie dite « savante », de la géographie des programmes et de la géographie enseignée (Lefort, 1992).

I. L’ETUDE DES MANUELS

3L'étude de quatre « vagues » de manuels parus en 1966, 1981, 1987, 1993 chez divers éditeurs permet de présenter les observations suivantes :

  1. La place de la géographie physique jusque là équilibrée par rapport à la géographie humaine, diminue dans les sommaires des manuels : la moitié vers 1966 (Hachette 50 % ; Belin 41,7 %), suivie d'un certain recul en 1981 (Magnard 50 %, Bordas 36 %), et en 1987 (Magnard 50 % ; Hatier 45,1 % ; Bordas 43,9 % ; Hachette 39,4 % ; Belin 37,1 %) et surtout en 1993 : (Belin 35 % ; Hachette 31,4 % ; Nathan 26 %). Notons qu'un certain « palier » existe dans la période 1981-1987.
  2. La nature de la géographie physique d'origine universitaire et donc-dans le contexte de l'époque-à enseigner évolue. Dans les années soixante, la découverte de la « planète » s'effectue suivant l'ordre classique : planète, continent, océans, reliefs, climats ; les milieux apparaissent comme « annexes » des climats et la question des ressources n'est explicitement évoquée que par V. Prévôt (Belin, 66).

4Au début des années quatre-vingts, surtout chez Bordas, Nathan, Colin, le Soleil et l'Eau en tant que sources de vie apparaissent, et les milieux l’emportent sur la géomorphologie descriptive. L'« Homme » explore sa planète (Magnard), et ce point de vue « anthropologique » conduit à abandonner l'équilibre que les auteurs de la période précédente voyaient dans la géographie physique qui « faisant appel aux ressources des sciences physiques, et naturelles comme à celles des sciences historiques et sociales, présente une connaissance raisonnée de la planète » (Papy, 1966). Milieux, paysages, ressources constituent donc les thèmes fondamentaux de cette géographie à enseigner, où le Soleil et l'Eau entrent comme « moteurs » du système Terre (on est bien loin de la « cuesta » et de la « surface post-hercynienne », plus présentes dans les polémiques internes que dans les manuels !).

5En 1987, ce courant s'affirme, et Magnard comme Hatier par exemple présentent un « système Terre » où les soucis des ressources et de l'environnement sont particulièrement importants, où les milieux sont plus présents que les tiroirs descriptifs d'une certaine géographie physique vilipendée çà et là. Ce point de vue s'affirme dans les éditions de 1993, fruit d'une « relecture » des programmes de 1986. Il s'agit de présenter (Hachette, 1993) « les sociétés humaines face aux contraintes et aux ressources de leur espace » : la Terre, l'inégale maîtrise des milieux de vie, la gestion des ressources et de l'environnement planétaire, alors que Belin choisit après une présentation générale de « la Terre, planète vivante » (reprenant un titre de J. Tricart, 1972, réduit aux seuls événements géologiques et morphologiques) d'étudier climats et milieux.

6Des années soixante aux années quatre-vingt dix, l'étude des manuels montre donc un recul de la place relative de la géographie physique et une transformation assez nette de son contenu, analytique et descriptif au début de la période, davantage global et « systémique » de nos jours. Toutefois, comme en classe de Première (Regrain, 1995), elle reste encore assez peu reliée au reste du programme et insiste plus sur ses aspects statiques que comme un enjeu (contrainte / ressource) pour les sociétés qui y vivent. Quel rôle a pu jouer l'A.F.G.P. dans cette évolution ?

II. LA POSITION DES ENSEIGNANTS-CHERCHEURS

7Dans une note diffusée en janvier 1977, A. Godard, E. Moissenet et une quinzaine de collègues lançaient un appel pour que la géographie physique présente une vision globale des milieux naturels et notaient le risque que l'enseignement de la géographie soit « amputée de toute l'analyse des milieux naturels, alors que les problèmes d'environnement prennent une place croissante dans les préoccupations actuelles ». Un projet de programme de géographie physique pour la classe de Seconde était établi, dès le printemps 1977 et, après concertation avec l'A.P.H.G. (Association des professeurs d'histoire et de géographie), discuté avec l'Inspection Générale (un projet pour la classe de Première est proposé en 1978 dans le no6 du Bulletin d'information A.F.G.P.). En Seconde, le projet insiste sur « l'unité des paysages physiques et des milieux naturels (qui) constituent des systèmes complexes » dont l'étude serait souhaitable en cours d'année. L'enseignement doit montrer que « l'homme intervient à tous les niveaux de fonctionnement des systèmes » et que les rapports entre l'homme et les espaces naturels sont plus complexes que la simple perspective de la domination, intellectuelle ou technique. Des « prolongements en matière de géographie humaine et d'Economie » sont souhaitables, mais il appartient ensuite à l'enseignant de « confronter ces disponibilités aux effectifs démographiques et aux besoins » (p. 3-5).

8En Première, à l'échelle du pays tout entier, la géographie physique n'est pas seulement une « toile de fond », mais donne « les clés de la répartition des ressources naturelles » ; à l'échelle des régions, son poids très inégal varie de la contrainte (climat, relief) « jusqu'aux subtiles nuances climatiques de la façade océanique » (d°, p. 7).

9Il faut dès lors utiliser tous les relais possibles pour atteindre l'Inspection Générale, qui règne sur les programmes, par l'intermédiaire du Comité National de Géographie, en liaison souple aussi avec d'autres groupes qui souhaitent défendre l'enseignement de la géographie (Regrain, 1988).

10Au-delà de ce « lobbying », l'A.F.G.P. s'est attachée à diffuser la nouvelle géographie physique. Projet de séances parisiennes de formation continue, d'un manuel que G Beaudet étudiera et qui ne verra pas le jour alors qu'« Historiens-géographes » accueille une série de dossiers et que divers CRDP publient film ou dossiers documentaires avec diapositives.

11Aussi peut-il être noté en 1979 (Bulletin 12, p. 6) que « la majeure partie des propositions de notre Association s'intégre dans ce programme de Seconde, d'autant que la notion de milieu naturel est désormais conçue dans sa globalité, dans l'esprit même des programmes que nous avions élaborés ». La coïncidence ne peut être le fait du hasard. Pour G. Beaudet (Bulletin 16, 1980, p. 13-14), « le changement réside surtout dans l'esprit... L'innovation est surtout sensible pour la classe de Seconde » où on abandonne la « série de tiroirs indépendant contenant chacune une ennuyeuse liste de termes barbares » pour mettre l'accent sur « les mécanismes fondamentaux et sur l'interrelation entre les phénomènes »... L'idée centrale est de montrer les grands moteurs de la dynamique superficielle terrestre et leurs conséquences interagissantes... ; programme qui « se termine heureusement par un chapitre consacré à l'environnement et aux relations entre l'Homme et la Nature ».

12Président en 1982, G. Beaudet approuve la « réconfortante mise en place des nouveaux programmes de Géographie » (Bulletin 23, p. 1). Plus tard, des difficultés au CNRS et dans le recrutement universitaire des géographes physiciens lui feront craindre (Bulletin 33, p. 2) « à terme, la somnolence sénile de notre discipline, voire sa disparition ».

13La période 1982-1986 est celle des Commissions de réflexion sur l'enseignement de l'Histoire et de la Géographie, présidées par MM. Girault, Le Goff puis Joutard : le bilan qui est fait (Bulletin 34, p. 9) regrette que « la géographie physique paraisse si peu présente, en tant que connaissance des atouts et des contraintes pour le développement ou l'aménagement d'un pays ou d'une région, mais aussi en tant qu'élément de connaissance de la planète sur laquelle nous vivons, de la région dans laquelle nous évoluons ».

14En 1989, (Bulletin 40, pl-2), Madame Veyret s'inquiète des risques de marginalisation et de disparition de l'enseignement de la Géographie pour laquelle de nombreux candidats au CAPES montrent « d'extraordinaires carences particulièrement en Géographie physique », cette dernière étant souvent réduite à un cadre stéréotypé : « de là à nier la place de la géographie physique, à effacer celle-ci du discours géographique..., il y a un large pas... trop souvent franchi ». Au-delà de ces événements qui affectent la « technostructure parisienne », A. El Hosry (Bulletin 40, 1989) signale qu'en Seconde, « 58,3 % des enseignants disent clairement supprimer les chapitres de géographie physique (à cause de) la nature de la discipline et (du) manque de temps » (p. 24).

15Le bilan tracé dans le Bulletin 45, alors que se rédigent les manuels parus en 1993 est assez réservé. Ce savoir (la géographie physique) constitue encore une part importante du programme de Seconde - pour combien de temps ? - mais il a été totalement détaché des autres contenus. Les données naturelles sont sommairement reléguées comme une nomenclature, sans relation avec le fonctionnement socioéconomique des espaces étudiés. Ainsi l'enseignement de Première et de Terminale se cantonne dans un déterminisme économique écrasant aussi pour les élèves (p. 2).

16En 1992, « il ne serait pas raisonnable de nous accrocher à la défense d'un programme aussi complexe que celui que l'A.F.G.P. avait proposé voici une dizaine d'années... nous cherchons à intégrer les raisonnements de la géographie physique à la connaissance de l'espace social » (p. 4). En 1993, devant la remise en cause de l'enseignement de la géographie physique, jugée trop complexe et peu attrayante pour les élèves, sacrifiée par des enseignants mal formés, on propose de revenir à l'essentiel, de « lier nos analyses à une réflexion sur la mise en valeur des espaces, voire l'utilisation de la planète... montrer la complexité des phénomènes naturels sans prétendre à un savoir encyclopédique, proposer des analyses à différentes échelles pour éliminer des raisonnements simplistes » (Bulletin 46, 1993). La « Lettre de l'A.F.G.P » de mars 1994 s'inquiète, pour la Seconde, des coupes réalisées dans les manuels (par rapport aux éditions de 1987), qui ont en commun effet de supprimer « l'explication des phénomènes naturels dans l'espace ».

CONCLUSION

17Entre 1966 et 1993, la géographie physique en classe de Seconde telle que la présentent les manuels a donc évolué dans son importance relative et dans son contenu. Les combats menés dans la première décennie de l’A.F.G.P., celle où Godard, G. Beaudet et E. Moissenet furent tout particulièrement actifs, ont eu pour effet de transformer sa nature et son contenu. L'arrivée d'une nouvelle génération d'universitaires a entraîné un foisonnement de la géographie savante alors que l'AF.G.P cherchait à assurer l'unité des spécialistes. Les tensions créées dans cette « géographie savante », par les découpages de sections du CNRS, la montée en puissance d'une « nouvelle géographie » pour laquelle l'étude du milieu naturel ne présente qu'un intérêt fort limité pour comprendre l'espace social, les images multiples de la géographie chez les étudiants et dans la société, la force des stéréotypes (Douzant Rosenfeld, 1993) ont-ils eu raison des efforts de vulgarisation entamés par les géographes dans la précédente décennie ?

18Les combats menés récemment par la Coordination de Géographes contre l'annexion de cette géographie physique rénovée par les Sciences de la Vie et de l'Univers et les nouvelles orientations de l'AF.G.P., qui situe cette géographie physique soucieuse de milieux et de paysages dans le champ d'une géographie globale (Pech, 1992) suffiront-ils pour enrayer l'évolution inquiétante de cet enseignement dans le second degré ?

19A partir de 1984, paraissent des dossiers de géographie « régionale » (URSS, Japon, Balkans, USA, Antilles, Guyane, Bretagne, Provence, Nord, etc.) comportant une prise en compte des données naturelles.

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

BEAUDET G.-1982-Le point de vue d'un géographe physicien. Historiens et Géographes. 290, p. 1004-1005

DOUZANT-ROSENFELD D.-1993-L'image de la géographie. Quelques résultats de l'enquête. « Vous et la Géographie » auprès des professeurs et de la population française. Historiens et Géographes. 339, p. 109-132 (Voir aussi, du même auteur,-1991-. L'image de la Géographie chez les professeurs et dans la population française, Intergéo no104, p.15-130 LEFORT I.-1992-La lettre et l'esprit. Géographie scolaire et géographie savante en France. Presses du CNRS

PECH P.-1992-Pourquoi et comment étudier les milieux naturels. Historiens et Géographes. 335, p.85-92

REGRAIN R.-1978-Des associations de géographes et la formation continue des enseignants du second degré en France, de 1965 à 1984 : une expérience transférable ? Enseigner la Géographie dans les Pays Francophones, Limoges, octobre 1987 .Trames, Univ. Limoges, p. 155-169

REGRAIN R-1995-Quelle Géographie « naturelle » dans la Géographie de la France ? Historiens et Géographes, sous presse.

TRICART J.-1972-La Terre, planète vivante, P.U.F., 184 p.

Publications de l'A.F.G.P. consultées

Note d'information du no 1, avril 1977 au no3

Bulletin d'information du no 4, décembre 1977 au no 33

La Géographie physique du no 34, décembre 1986 au no 43

Géographie physique et environnement depuis le no 44, avril 1992

La lettre de l'A.F.G.P., no 1, janvier 1992

Dossiers de géographie physique parus dans Historiens et géographes

(* : suscités par l'A.F.G.P.)

MOISSENET E. MOISSENET N-1977-Théorie des plaques et dérive des continents. Historiens et Géographes 262, p. 516-549

REGRAIN R.-1978-Un nouveau regard sur la Terre, la Télédétection. Historiens et Géographes 269, p. 675-706

* TRICART J.-1980-Energie et ressources naturelles renouvelables. Historiens et Géographes 277, p.461-475

* MAINGUET M„ COSSUS L.-1980-Le Sahel. Historiens et-Géographes 279, p.813-830

* VEYRET Y., COQUE R., COUVREUR G. GUEREMY P., LAGEAT Y, PETIT M„ PINOT J.P.-1981-Les milieux naturels. Historiens et Géographes 284, p.903-961

* RAFFY J., MOUNIER J., PAGNEY P., SCHULE A.-1981-L'air et l'eau. Historiens et Géographes 285, p. 133-1196

* NEBOIT R., JOLY F., FORT M., RAYNAL R, VALADAS R-1982-Les relations homme-nature. Historiens et Géographes 290, p. 1124-1163

CORLAY J.P.-1982-L'Homme et le milieu littoral. Historiens et Géographes 291, p. 141-158

DOLL D-1985-Le dépérissement des forêts françaises et européennes lié à la pollution atmosphérique. Historiens et géographes 305, p. 1230-1237

DOLL D-1990-Le dépérissement des forêts françaises : bilan de santé et état des recherches. Historiens et Géographes 328, p.85-92

DOLL D-1993-La catastrophe sylvicole de l'hiver 1990. Historiens et Géographes 339, p.213-218

Auteur

Rectorat de l’Académie d’Amiens, 20 Bd Alsace Lorraine, BP 2609, 80026 Amiens Cedex 1

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter