Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Etienne Moissenet, géographe militant

Viviane Balland

Texte intégral

1Ami, tes dernières phrases s’adressèrent aux étudiants historiens dans le vieil amphi de Martonne. C’est un symbole à plus d’un titre puisque cet amphithéâtre est aujourd’hui rénové à l’ancienne après que tu te sois battu pour sa sauvegarde. Pour nous tous qui t’avons accompagné dans tes combats, chaque mur repeint, chaque réaménagement évoque ton souvenir et la criante injustice qui t’a fait disparaître à la veille de cette rénovation.

2Laisse moi rappeler combien tu as su enthousiasmer les foules historiennes de lè année à la vie de la planète Terre. Tes talents oratoires y étaient pour beaucoup mais c’est ta passion communicative associée à la grande rigueur d’un exposé soigneusement illustré qui ont fait ton succès auprès d’un auditoire rendu attentif. Ton engagement dans la formation des historiens porte actuellement ses fruits à travers l’enrichissement des cursus de 1er et 2è cycles qui vont permettre un approfondissement des connaissances en géographie par le biais d’un DEUG à mineure renforcée en géographie et d’une licence à mention géographie.

3Homme de terrain, tu étais à l’étroit rue St-Jacques et c’est au cours des stages de DEA et des excursions que tu t’épanouissais. Initié par P. Birot aux grandes excursions régionales pascales tu as repris le flambeau en organisant des sorties d’une semaine dans les Alpes. La mise au point des trajets se faisait avec Nicole, ton épouse, pendant les congés de printemps, à deux semaines de la sortie. Les itinéraires retenus étaient fonction de l’enneigement qui laissait subsister un doute lancinant : serait-il possible d’arriver en car au Pré de Mme Caries pour monter ensuite jusqu’au Glacier Blanc ?

4Une rare connivence établie sur les bancs de St Cloud nous permettait de nous relayer dans les exposés, d’illustrer les propos l’un de l’autre. Tu excellais dans la reconstitution schématique des paysages et dans la réalisation de blocs diagrammes et tout cela dans la plus grande simplicité en restant proche des étudiants et même en participant à leurs soirées. Puissent les jeunes collègues organiser de telles sorties, je n’ai plus le cœur à recommencer, et je garde le regret de ne pas t’avoir entraîné jadis sur les pentes de l’Hindoukouch.

5Car la montagne méditerranéenne fut l’objet de ta passion de chercheur, comme de toute l’équipe des élèves de P. Birot. Au cours de ton dernier été tu m’as fait découvrir non seulement les paysages de la province de Teruel mais à travers les discussions tu as exposé les résultats de vingt années de recherches dans un milieu semi-aride continental qui manquait de datations. Lancé sur la piste des micro mammifères tu as recherché des dents de rongeurs dans les sédiments détritiques des grabens. Pour cela tu as manipulé des tonnes de sédiments depuis les gîtes fossilifères jusqu’aux sites de lavage installés sur les berges des affluents du Rio de Teruel. Grâce à ton opiniâtreté et à la qualité des paléontologues réunis à tes côtés le sous-étage continental de l’Alfanbrien a pu être calé à la limite du miopliocène, entre 3 et 2,5 millions d’années B.P. Tu voulais dater chacun des gisements par toi découvert, c’était devenu le but de chaque nouvelle campagne de terrain au point de te faire délaisser la chronologie relative. Le volume du matériel exposé et conservé au Musée d’Histoire Naturelle de Teruel témoigne à l’envie de l’ampleur du travail accompli.

6Au cours de cette mission, au fur et à mesure des rencontres et des échanges avec la population locale j’ai pu sentir combien tu avais accompagné celle-ci dans son évolution politique et dans la mutation économique du monde rural espagnol. La préférence que tu as donnée à l’étude de la Planète dans sa dimension naturelle ne t’empêchait pas d’accorder une grande attention à l’Homme, de rester à l’écoute de l’autre, principalement du jeune étudiant soucieux de l’avenir. Par tes engagements comme par ton charisme ton souvenir demeure vivant en chacun de nous, il agit comme un aiguillon de probité et d’exigence au service de la géographie...

Auteur

UFR de Géographie, Université Paris 1, Institut de Géographie, 191 rue Saint-Jacques, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter