Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Géo-méditer

 | 
Pierre Pech
, 
Laurent Simon
, 
Martine Tabeaud

Gaston Beaudet (1934-1994)

Pierre Gabert

Texte intégral

1Gaston Beaudet nous a quittés en février 1994, précédant de peu le décès de son collègue et ami Roger Coque. Son état de santé devenu précaire à la suite d’un accident avait interrompu ses recherches lointaines dans les régions tropicales sèches et humides auxquelles il avait consacré l’essentiel de sa carrière de géomorphologue.

2Gaston Beaudet, parmi les étudiants qui préparaient l’agrégation de géographie en 1956-1957, se signalait par son humour, sa culture, sa taille massive et, déjà, par la clarté pédagogique de ses exposés. Agrégé, il part au Maroc au lycée de Rabat avant de participer, à regret, à la guerre d’Algérie. Il revient comme assistant à la Faculté des Lettres de Rabat et entreprend ses recherches sur « Le Plateau Central marocain et ses bordures, étude géomorphologique » sous la direction de J. Dresch et, en thèse complémentaire, sur « Les Béni M’Guild du Nord, étude de géographie humaine » sous la direction de J. Despois. Il soutiendra ses travaux avec succès en 1969 devant l’Université de Paris. Rentré en France au Collège Universitaire de Perpignan, il est élu à l’Université de Paris 1 en 1978.

3Gaston Beaudet était un géographe de terrain dynamique, d’une grande résistance physique, méticuleux, jovial. Il aimait organiser des missions pluridisciplinaires avec des géologues, des pédologues, des botanistes, des préhistoriens portant en particulier sur les problèmes de l’évolution des milieux depuis la fin du Tertiaire étudiés à travers les formes de terrain, les croûtes calcaires, les cuirasses ferrugineuses, la néotectonique etc. Il a été un des grands animateurs de la recherche au Maroc, recrutant des jeunes chercheurs marocains et français, se chargeant de la Revue de Géographie du Maroc. Les débats sur le terrain étaient souvent vifs mais approfondis et il essayait toujours de bâtir de grands schémas de synthèse sur l’évolution morpho-climatique des milieux étudiés. Ses apports à une meilleure connaissance des pays tropicaux secs et humides et des régions méditerranéennes ont été remarquables (voir l’article détaillé de G. Maurer, P.Gabert et P. Michel dans les Annales de Géographie de 1994, no580).

4C’est avec lui que j’ai accompli plusieurs missions de recherche au Maroc et surtout en Amérique du Sud et Centrale, en collaboration étroite avec d’autres chercheurs de l’Institut Français d’Etudes Andines de Lima, avec l’Université de San José au Costa Rica... Les traductions morphologiques spectaculaires des variations climatiques du Quaternaire et de la néo-tectonique liée au mouvement des plaques furent étudiées au nord et au sud du Pérou, en Bolivie (malgré de sérieuses difficultés liées dans ce pays au régime dictatorial de Banzer !).

5Mais « Gaston » savait aussi bien garder son sang-froid que son talent de chauffeur mis à rude épreuve sur les pistes andines. De nombreuses comparaisons ont pu être faites sur les problèmes des déserts brumeux des littoraux à courant froid car il avait pu, avec P. Michel, étudier le désert de Namibie. Les piémonts arides péruviens ont permis aussi de comparer leur évolution avec celle des piémonts nord-africains, de même pour la néo-tectonique des cordillères andines et des montagnes et bassins méditerranéens. Gaston Beaudet mobilisa ses vastes connaissances pour proposer de grandes synthèses dans des colloques dont il fut un des organisateurs dynamiques sur les thèmes des cônes rocheux, des glacis, du Villafranchien méditerranéen, des liaisons terrasses-niveaux littoraux, etc.

6Il fut un ardent défenseur de la géographie physique et de la géographie globale. Il comprenait difficilement l’éclatement de la géographie française et la mise à l’écart des données naturelles, tout en étant très attentif aux dynamiques actuelles et au rôle des facteurs anthropiques. Il regrettait la parcellisation du nouveau système de l’enseignement universitaire mais il n’a jamais eu d’attitude mandarinale. Il encourageait les jeunes géographes à poursuivre des recherches à l’étranger et, dans les multiples commissions nationales où il fut élu, il défendait la géographie de terrain et de haut niveau. Il a profondément marqué ses étudiants, au Maroc comme en France, par son talent pédagogique, ses méthodes de terrain, la nécessité de se tenir informé des travaux les plus récents. Tout cela dans la bonne humeur. La géographie physique française a perdu un de ses meilleurs chercheurs et beaucoup d’entre nous un ami sincère et solide.

Auteur

UFR des Sciences géographiques et de l'Aménagement, Université Aix-Marseille 1, 29 av. R. Schuman, 13621 Aix-en-Provence Cedex 1

© Éditions de la Sorbonne, 1997

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter