Version classiqueVersion mobile

Les orages dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud

Les orages intérieurs

Yann Toma

Texte intégral

1Par définition, l’orage est une perturbation atmosphérique violente, liée aux mouvements verticaux de l’air provoquant la formation de cumulonimbus, et accompagnée de phénomènes mécaniques (rafales de vent, averses) et, souvent, de phénomènes électriques (éclairs, tonnerres).

2L’orage, c’est également un trouble, une violence dans les sentiments et les événements : les orages de la vie.

  • 1 L'induction est une production de courants dans un circuit par suite de la variation du flux magné (...)

3Pour cette intervention, je ne m’intéresserai qu’aux phénomènes électriques (éclairs, tonnerres) qui ont été étudiés par de nombreux scientifiques au XIXe siècle et notamment au début du XXe siècle par le chercheur Nicolas Tesla. Ce dernier a étudié en particulier des phénomènes comme l’induction mutuelle1 qui est l’interaction de deux circuits couplés, c’est à dire tel que chacun d’eux embrasse une partie du flux d’induction créé par l’autre. Si ce phénomène était physique pour Nicolas Tesla, il était également esthétique. C’est ainsi qu’en 1912 il enverra une photographie à un de ses amis pour le nouvel an représentant des flux électriques circulant autour de lui entre deux bobines chargées, Tesla étant immobile ; photographie des "contraires" puisqu’elle met en résonance le mouvement et la fixité.

4Concernant le tonnerre, j’évoquerai la notion de synesthésie qui est la liaison par laquelle l’excitation d’un sens fait naître de façon régulière, chez certaines personnes, des impressions d’un autre sens. Le plus souvent il s’agit d’impressions visuelles, surtout colorées, provoquées par des perceptions auditives. On peut ainsi parler par exemple du phénomène de l’audition colorée qui est une hallucination colorée liée à une excitation acoustique. Goethe et Rimbaud l’ont évoqué, les aspects esthétiques de l’audition colorée restent personnels, intérieurs.

5Avant d’en venir à ma propre recherche, liée à une vision phénoménologique de la foudre, je tiens à préciser que c’est au contact du milieu scientifique que s’est produit en moi un déplacement, notamment lors de ma visite en 1997 du site de la Renardière d’EDF où s’effectue une recherche permanente sur les phénomènes électriques et leur prévention. On y recrée ainsi des éclairs, à l’aide d’installations protégées, dans de gigantesques hangars. De nombreux scientifiques essayent de comprendre les phénomènes électriques et de les maîtriser. Le contact avec ces chercheurs a été avant tout un violent "coup" esthétique, une impulsion électrique. La science, qui de tout temps a été un élément inspirateur pour les artistes, m’a ouvert l’esprit sur de nombreux univers. Pour le sujet qui nous intéresse, je retiendrai particulièrement l’étude phénoménologique réalisée par le météorologue belge W. Prinz en 1992. Prinz dénombre cinq grands types d’éclairs : 1) linéaires ; 2) sinueux ; 3) à méandres ; 4) en boucle ; 5) rayonnants. Certes il y en beaucoup plus mais cette étude scientifico-esthétique en dit long sur l’importance que prend la forme des phénomènes pour les scientifiques, en particulier lorsqu’il s’agit de phénomènes lumineux.

  • 2 Bavcar E., 1992 - Le voyeur absolu, Seuil, Paris.

6Si les travaux de Moholy Naggui et, plus tard, de l’art cinétique se sont largement interrogés sur la lumière, de nombreux artistes contemporains ont repris à leur compte une réflexion artistique sur la convergence entre mouvement et lumière. Par exemple, James Turell met en place des dispositifs lumineux proches de l’impalpable et de l’immatérialité. Dans le domaine de la photographie on peut remarquer que les plasticiens photographes s’intéressent de près à ce sujet. Il y avait bien évidemment Man Ray et ses fameux rayogrammes et bien d’autres artistes marquants du XXe siècle. Plus récemment, des artistes se sont concentrés sur l’idée de synesthésie. Jean-Marc Spaans définit l’espace avec la lumière en présentant des contours de formes géométriques. Tokihiro Satoh trace ses propres sculptures avec de la lumière en prenant en compte l’architecture et les espaces naturels. Jyrki Parantainen fait brûler des lieux au lance-flammes et les photographie alors que les flammes les consument. Evgen Bavcar2 bien qu’aveugle, signale les corps de ses modèles avec des trâcés-lumière.

  • 3 Conte R., 1992 - Picasso : le désir attrapé par la lumière, Protée, Montréal, 105 p.

7C’est au contact de la photographie de Gjan Mili "Picasso et la fée électricité" (1949) où Picasso décrit un Minotaure dans l’obscurité alors que l’objectif reste en pose fixe, que ma perception de la photographie a été modifiée. Cette photographie emblématique où "Mili met littéralement en phase forme intérieure et lumière intérieure"3 met sous tension le sujet et son environnement direct. Une énergie impalpable apparaît autour du corps de Picasso comme si l’intention intérieure se lisait à l’extérieur. C’est précisément ce type de circulation énergétique qui inspirera la création photographique que je développerai en juillet et août 1998 en Bulgarie. L’étude précise de certains phénomènes électriques atmosphériques en Ile de France n’aura également pas été innocente à ce travail artistique.

8Ma pratique personnelle est plutôt une pratique d’installation. Je n’ai aucune formation de photographe. Néanmoins la photographie s’est imposée au fur et à mesure comme faire-part incontournable de mes réalisations éphémères. Ainsi le travail entamé à Plovdiv (Bulgarie) n’est pas dû au hasard. Il est la résultante d’un lent apprentissage de la photographie soit en l’ayant pratiquée en amateur, soit en l’ayant vu pratiquée par des photographes professionnels. L’appropriation de la pratique photographique a été rendue possible par l’acquisition d’un appareil moyen format 6 x 6 au puces de Sofia. Dès lors, les palais de Plovdiv sont devenus des terrains d’expérimentation pour une nouvelle pratique. En deux mois, quatre cents photographies ont été réalisées dans les palais bulgares. Pour chaque photographie, une ampoule était nécessaire. Il s’agissait au préalable de la brûler trois fois à la colle néoprène afin de la recouvrir d’une couche "caramélisée" dans l’espoir qu’elle tisse des sortes de filets d’or sur la pellicule, opération appelée néoprénisation. Le choc du feu sur l’ampoule ne pouvait assurer au réceptacle de lumière qu’un fonctionnement très éphémère.

9Chaque prise de vue se déroulait la nuit dans des lieux repérés à l’avance. Les modèles présents avaient été abordés dans la rue le jour-même et n’avaient aucune limite de temps.

10De même que la loi d’Ohm se compose de trois points : courant, résistance, tension, trois données fondamentales ont été nécessaires dans l’élaboration de ces photographies : 1) La force magnétique du lieu ; 2) La présence énergétique du sujet et sa fixité pendant le temps de pose ; 3) Mon propre mouvement chorégraphié intérieurement seulement quelques secondes avant la prise de vue.

  • 4 Didi-Huberman G., 1994 - Les caprices de la foudre, Antigone, Paris.

11Dans ces moments de création, il y avait de l’électricité dans l’air. Les modèles, habillés de "charchafs" (draps), étaient littéralement décontemporainisés voir presque dénudés car le voile blanc qui les recouvrait révélait leur corps plus qu’il ne l’étouffait. L’expression "slave/suave" des jeunes femmes bulgares ne faisait qu’intensifier la pénétration lumineuse des flux d’ampoule. Je citerai à cette occasion Georges Didi-Huberman dans "les caprices de la foudre"4 : "l’une des fantaisies les plus étranges de la foudre est assurément de déshabiller ses victimes". Inspiré par cette atmosphère, il ne me restait plus qu’à me laisser aller mentalement, l’ampoule à la main, et danser librement autour de mes "victimes" comme un électron en imaginant ce que donnerait mon action au tirage de la photographie. Un travail "à l’aveugle" dans l’univers du visible.

12Pour conclure, ne pourrait-on pas dire que les orages balkaniques, provoqués dans ces intérieurs bulgares aux décors orientalistes, ne sont que des visions intérieures, des visions de l’esprit provoquées par l’interaction soudaine entre une atmosphère en charge et l’intrusion d’un artiste étranger électrisé par son voyage, la vitesse du déplacement étant le déclencheur de tout.

13Alors peut-être pourrions-nous affirmer, comme l’évoque Hegel dans la "phénoménologie de l’esprit" que l’orage intérieur est avant tout "l’idée éternelle existant en soi et pour soi, qui se manifeste, s’engendre elle-même éternellement et jouit éternellement de soi comme esprit absolu", une induction mutuelle, un mirage intérieur devenu réalité lors de l’apparition de l’éclair, et capturé à l’impression de la pellicule photographique.

« La maison Netkovitch »
(Photo de Y. TOMA, août 1997 - Format 150 x 150 cm)

Notes

1 L'induction est une production de courants dans un circuit par suite de la variation du flux magnétique qui traverse une substance.

2 Bavcar E., 1992 - Le voyeur absolu, Seuil, Paris.

3 Conte R., 1992 - Picasso : le désir attrapé par la lumière, Protée, Montréal, 105 p.

4 Didi-Huberman G., 1994 - Les caprices de la foudre, Antigone, Paris.

Table des illustrations

Légende « La maison Netkovitch »(Photo de Y. TOMA, août 1997 - Format 150 x 150 cm)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31326/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 372k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search