Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les orages dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud

Les pierres de foudre et la naissance de l'archéologie moderne

Alain Schnapp

Texte intégral

1A la fin du XVe et au début du XVIe siècle, la curiosité des antiquaires s'émancipe progressivement des traditions médiévales qui faisaient de l'antiquité un bloc indistinct où voisinaient dans la plus grande confusion fragments d'auteurs antiques, monuments romains et visions plus ou moins fantasmatiques de l'Orient islamique. Après Pétrarque, les clercs de Rome s'intéressent au passé comme à une "terre étrangère" qu'il s'agit d'explorer comme on visite un nouveau territoire. En rapprochant les monuments des textes, en s'efforçant de situer dans le double espace de la tradition et de la géographie les monuments et les objets du passé, les clercs de la Renaissance fondent une science nouvelle qu'ils baptisent du vieux nom romain d'Antiquitates (Antiquités). La mode de la collecte, du relevé et de la description de monuments et d'objets anciens gagne, à partir de Rome et de l'Italie, toute l'Europe : clercs et seigneurs, hommes de robe comme hommes de guerre se passionnent pour la découverte des antiquités qu'ils exposent dans leurs Wunderkammer plus ou moins riches, plus ou moins bien fournies mais qui concrétisent, très loin de Rome, l'avènement d'une culture de la curiosité (Schnapp, 1998).

2A Rome, outre les monnaies et les inscriptions antiques, les statues font la gloire et l'ornement des collections cardinalices et princières. Hors de l’Italie, cependant, ce sont des objets difficiles à trouver : les antiquaires d'Allemagne, de Grande-Bretagne et du Nord, s'intéressent alors à d'autres types d'objets : les céramiques protohistoriques et médiévales, les Mégalithes et les « pierres de foudre », ou « céraunies ». Les « céraunies » sont des objets qui ont rapport avec la foudre ou dont l'aspect peut rappeler la foudre. Dans les trésors les plus divers accumulés depuis l'antiquité, ce terme désigne toutes sortes d'objets curieux, coquillages fossilisés, dents de poissons mais aussi pierres dont certaines peuvent être des curiosités naturelles ou des silex taillés ou polis. Le naturaliste romain Pline l'Ancien, après avoir décrit une pierre brillante nommée « astrion » (dont le nom est dérivé des astres), définit ainsi la céraunie : "Il y a aussi parmi les pierres blanches celle que l'on nomme céraunie ; elle absorbe l'éclat des constellations. Elle est elle-même cristalline mais son brillant est céruléen ; elle vient en Carmanie. Zénothimis reconnaît qu'elle est blanche, mais qu'elle a intérieurement une étoile scintillante ; qu'il se forme aussi des céraunies ternes qui, après macération dans le nitre et le vinaigre pendant quelques jours conçoivent en elles cette étoile, qui au bout d'autant de mois s'éteint" (Pline, Histoire naturelle, XXXVII, 51).

3Ce genre de pierres tire son nom de sa ressemblance avec la lumière des astres et de la foudre mais rien ne permet de les identifier comme des objets qui seraient façonnés par le tonnerre. Un autre type de pierres rares, cependant, laisse entrevoir une origine différente. Pline cite en effet un auteur plus ancien du IIIe siècle avant J.C qui affirme ceci : "Sotacus a donné deux autres espèces de céraunie, une noire et une rouge, ressemblant à des haches ; celles qui sont noires et rondes auraient un pouvoir surnaturel ; elles permettraient la prise des villes et des flottes ; elles se nommeraient bétyles, et les longues céraunies. On cite aussi une autre variété tout à fait rare, recherchée par les Mages, parce qu'elle ne se trouve que dans un lieu frappé par la foudre" (Pline, Histoire Naturelle, XXXVII, 51).

4On voit qu'en fait, la liaison entre la céraunie et l'action du tonnerre est assez oblique. Les céraunies sont des objets bons à penser parce qu'ils échappent aux catégories de l'entendement. Ce sont des produits de la nature mais qui prennent dans certains cas la forme de haches humaines. Leur propriété essentielle tient à leur action magique. Quand Sotacus attribue leur genèse à l'action de la foudre, il ne nous précise pas si elles prennent alors la forme de haches. Le discours antique sur les céraunies entre dans la catégorie des classifications floues, des attributs contradictoires. Dans leur volonté de reconnaître chez les penseurs de l'antiquité gréco-romaine une première définition de la préhistoire, les préhistoriens ont fabriqué selon l'expression de Noël Coye (1997) une théorie archéocentrique des "pierres de foudre" : celles-ci seraient des pierres taillées connues de tout temps par toutes les cultures humaines et collectionnées pour leur étrangeté. L'identification « pierres taillées de mains humaines-céraunies » n'est pas impossible mais ce n'est certainement pas l'interprétation dominante des anciens que l'on rapprochait des vers célèbres de Lucrèce :

5"Les premières armes furent les mains, les ongles et les dents, comme aussi les pierres, les branches cassées aux arbres, puis la flamme et le feu dès qu'ilsfurent connus" (Lucrèce, De la Nature, V, 1263-1285).

6L'interprétation des céraunies comme les armes primitives de l'humanité semblait évidente. Il suffit cependant de considérer le texte avec soin pour s'apercevoir que le raisonnement de Lucrèce n'est pas une réflexion technologique mais une méditation philosophique. Lucrèce ne parle pas de pierres "taillées" mais de pierres tout court. L'homme nu, désarmé face à la sauvagerie des bêtes retourne, contre elles ce que lui fournit la nature, équipements biologiques ou organiques qui ne sont pas travaillés mais en quelque sorte détournés. D'une certaine façon, les céraunies n'ont rien à voir avec l'idée d'une humanité primitive qui s'émancipe progressivement de son statut animal. Elles renvoient au contraire à une tradition qui ne se pose pas la question de la différence entre nature et culture mais qui joue des empiétements, des recouvrements, des mélanges de l'une et de l'autre.

7C'est précisément ce type d'interprétation que nous retrouvons dans la tradition médiévale, sous la plume des Lapidaires, comme le célèbre Marbode, évêque de Rennes à la fin du XIe siècle. Outre leurs qualités matérielles, les pierres rares possèdent des vertus magiques que les savants s'ingénient à classer :

"Ceraunus est mult belePiere
Si chef a fuildre mult est chere
Ki chastement la portera
La fuildre mal ne lui fera"
(Marbode, Liber Lapidum, XXVIII)

8Les taxinomies médiévales cherchent à classer les éléments en ensembles liés les uns aux autres par des affinités substantielles, à comparer des traditions les unes par rapport aux autres. Les hommes de la Renaissance, sans toujours pouvoir se libérer du poids énorme de ce genre de taxinomies, s'emploient à rapprocher la tradition textuelle de l'expérience. L'archiâtre du Vatican Michèle Mercati s'emploie à fin du XVIe siècle à classer le cabinet de curiosités du pape. Dans les vastes collections vaticanes, il trouve toutes sortes de pierres. Certaines d'entre elles ne lui paraissent pas devoir échapper à la dénomination de "pierres de foudre", d'autres au contraire lui semblent relever d'un autre ordre de connaissance :

9"La céraunie est fréquente en Italie. On lui donne communément le nom de "flèche". Elle est taillée dans un silex mince et dur en forme de trait à pointe triangulaire. Deux opinions ont cours à ce sujet. La plupart croit qu'elle est lancée par la foudre. Les historiens de profession estiment au contraire qu'antérieurement à l'usage du fer, on la détachait par percussion de silex très durs pour les folies de la guerre. Les plus anciens hommes, en effet, eurent pour couteaux des éclats de silex" (Mercati, 1717).

10Ce texte rédigé en 1593, mais publié seulement en 1717, annonce une rupture épistémologique considérable. Pour le savant médecin du Vatican les objets sont autant des signes que des preuves. Leur examen peut révéler des propriétés jusque-là négligées. En établissant que certaines pierres de foudre sont des armes, Mercati met l'observation des techniques au cœur de son raisonnement. Il devient possible de reconstruire les savoir-faire des anciens en observant attentivement les outils dont ils se servaient et en reconstruisant les techniques qu'ils utilisaient. L'antiquaire s’émancipe de la tradition par l'observation. En ce sens Mercati est un homme de son temps, selon Francis Bacon : "Veritas, temporis fllia dicitur, non auctoritatis". La vérité est fille du temps, non de l'autorité. Cet adage, qui est celui de l'âge de raison, ouvre un nouveau chemin à l'histoire. Ceux que Mercati appelle les "historiens de profession" vont avoir fort à faire pour intégrer dans l'histoire humaine céraunies, mégalithes et tessons dont aucune chronique n'avait jamais parlé. Il leur faudra encore plus de courage pour étudier ces antiquités "d'un âge si éloigné qu'aucun livre ne les peut atteindre" (Aubrey, 1982). Les pierres de foudre et autres céraunies font partie des instruments que les antiquaires ont rencontrés pour explorer le "sombre abîme du temps".

Bibliographie

BIBLIOGRAPHIE

Aubrey J., 1980-1982, Monumenta Britannica, édités par R. Legg et J. Fowles, Dorset Publishing Company, Kno-Na-Cre, Milborne Port, p.275. Coye N., 1997, La préhistoire en parole et en acte, méthodes et enjeux de la pratique archéologique, Paris, L’Harmattan.

Mercati M., 1717, Metallotheca, Rome, 243.

Schnapp A., 1998, La conquête du passé, aux origines de l’archéologie, Paris, Le Livre de poche, 2e ed.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.