Version classiqueVersion mobile

Les orages dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud

Introduction

Martine Tabeaud

Texte intégral

1L’orage est un jaillissement d’énergie et un spectacle pyrotechnique. Bruyant, violent... il fascine et c’est donc l’un des météores les plus représentés dans la mythologie antique. Les symboles de l’orage faisaient partie dans l’Antiquité des attributs des dieux (Zeus en Grèce, Jupiter chez les romains, Thor chez les germains, Indra en Inde, etc.). La colère de Dieu ou le diable se manifestaient dans la foudre et les éclairs.

2Pour se prémunir de ce qui était vécu comme le désordre cosmique, durant tout le Moyen-Âge en Europe, la croyance populaire attribuait à des saints comme Saint Donat et Sainte Barbe la réputation de protéger contre ce courroux du Ciel.

3L’orage est également perçu comme la juxtaposition de contraires, noir et coloré... lumineux et sombre. Une grande richesse d’images s’attache à la représentation des noirs nuages, des éclairs et des arcs-en ciel. De nombreux artistes, poètes, musiciens, peintres,... au cours des XVII, XVIII et XIXe siècles ont évoqué les tempêtes et les orages. Parmi ces représentations picturales : G. Michel (L’orage sur la vallée de la Seine), les membres de l’Ecole de Barbizon (L’orage de G. Millet) et même la fresque de l’amphithéâtre Lefebvre en Sorbonne (L'arc-en-ciel de H. Gervex).

4Deux siècles de recherches scientifiques ont permis de comprendre ce phénomène naturel mais n’ont pas diminué la peur et la fascination qu’il exerce sur les humains. Le Musée de la Foudre à Marcenat, la revue américaine Storm Magazine, le poème de Jacques Réda ou encore la chanson de George Brassens, en sont des témoignages.

5En cette fin du XXe siècle, l’intérêt pour l’orage reste esthétique mais s’est également déplacé vers les dégâts qu’il occasionne. En France, le coût annuel global des dégâts directs et indirects dus aux orages s’élève à plusieurs centaines de millions de francs. Les dommages tournent même à la catastrophe dans un petit nombre de cas, mais on recense tout de même une dizaine de décès par an et plusieurs dizaines de blessés graves imputables à ce météore.

6Les textes rassemblés dans cette publication font suite à un séminaire du Programme Pluri Formation « Environnement francilien, de la gestion à la perception », qui s’est déroulé le 2 avril 1999 à l’Institut de Géographie.

7L’actualité francilienne du dimanche 30 mai 1999 au matin est venue souligner, s’il en était besoin, l’importance des dégâts occasionnés par ce météore qui a plongé l’espace francilien dans la nuit pendant... quelques quinze minutes. Un quart d’heure dont le bilan est lourd : douze blessés, trois morts, soixante dix postes souterrains d’alimentation électrique noyés et donc 110 000 foyers privés d’électricité, 120 km de bouchons automobiles par suite de l’absence de feux tricolores et de l’inondation de plusieurs tunnels parisiens, l’interruption de la ligne A du RER, la fermeture de l’accès Porte de la Chapelle à l’autoroute Al, l’effondrement sous le poids des eaux de la toiture du Palais de Chaillot contraignant à la fermeture du Musée de la Marine, la chute d’une grue à Aubervilliers, de nombreux chablis au Bois de Boulogne et sur les quais...

8« Vingt minutes d’enfer » titrait Le Parisien du 31 mai 1999 et le lendemain, dans les pages centrales un article était consacré à « L’indemnisation : mode d’emploi ».

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search