Version classiqueVersion mobile

Les orages dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud

L’orage

Georges Brassens

Texte intégral

Parlez-moi de la pluie, et non pas du beau temps
Le beau temps me dégoûte et m’fait grincer les dents
Le bel azur me met en rage
Car le plus grand amour qui m’fut donné sur terre
Je l’dois au mauvais temps, je l’dois à Jupiter
Il me tomba d’un ciel d’orage

Par un soir de novembre à cheval sur les toits
Un vrai tonnerre de Brest avec des cris d’putois
Allumait ses feux d’artifice
Bondissant de sa couche en costume de nuit
Ma voisin’ affolée vint cogner à mon huis
En réclamant mes bons offices

« Je suis seule et j’ai peur, ouvrez-moi par pitié
Mon époux vient d’partir faire son dur métier
Pauvre malheureux mercenaire
Contraint d’coucher dehors quand il ait mauvais temps
Pour la bonne raison qu’il est représentant
D’une maison de paratonnerres »

En bénissant le nom de Benjamin Franklin
Je l’ai mise en lieu sûr entre mes bras câlins
Et puis l’amour a fait le reste
Toi qui sème des paratonnerres à foison
Que n’en as-tu planté sur ta propre maison
Erreur on ne peut plus funeste

Quand Jupiter alla se faire entendre ailleurs
La belle ayant enfin conjuré sa frayeur
Et recouvré tout son courage
Rentra dans ses foyers faire sécher son mari
En m’donnant rendez-vous, les jours d’intempérie
Rendez-vous au prochain orage

A partir de ce jour, j’n’ai plus baissé les yeux
J’ai consacré mon temps à contempler les deux
À regarder passer les nues
À guetter les stratus, à lorgner les nimbus
À faire les yeux doux au moindre cumulus
Mais elle n’est pas revenue

Son bonhomme de mari avait tant fait d’affaires
Tant vendu ce soir-là de petits bouts de fer
Qu’il était dev’nu millionnaire
Et l’avait emmenée vers les deux toujours bleus
Des pays imbéciles où jamais il ne pleut
Où l’on ne sait rien du tonnerre

Dieu fasse que ma complainte aille tambour battant
Lui parler de la pluie, lui parler du gros temps
Auquel on a tenu tête ensemble
Lui conter qu’un certain coup de foudre assassin
Dans le mille de mon cœur a laissé le dessin
D’une petite fleur qui lui ressemble

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search