Version classiqueVersion mobile

Les orages dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud

Orage à Saint-Cloud

Jacques Réda

Texte intégral

Les dîneurs sont assis avec des couvertures
Sous leurs tables, pour le confort des lévriers
Chagrins, de pékinois nourris de confitures
Mais prêts à mordre au cas où vous vous lèveriez
Brusquement sous l’éclair bleu qui photographie
Le pré jaune citron où deux petits enfants
Culbutent. Vers Meudon le ciel se tuméfie.
On entend répéter en vain « je vous défends »
Dans la rumeur de moteurs indiscontinue
Sur le coteau jadis boisé que nous aimions :
Le béton luxe y met la villa biscornue
En danger. Et tandis que l'orage éternue,
Pâles, par des sentiers sombres, des Endymions
Qu'effarouche un couchant coléreux sur Versailles
S’éloignent pour fêter d’occultes fiançailles
Avec la lune dont le croissant hasardeux
Flotte entre des vapeurs, bague cassée en deux.
Dans des creux où l'odeur du champignon terrasse,
Passe l’ombre de Filochard, ou Croquignol,
Qui paraît écouter, hilare sous sa crasse,
Roucouler le tonnerre avec le rossignol.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search