Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud

 | 
Jean-Louis Chaléard
, 
Roland Pourtier

Troisième partie. Réseaux et politiques

Vieilles routes et nouveaux espaces

Une géographie des drogues

Pascale Perez et Michel Koutouzis

Résumé

Dans cet article les auteurs exposent les différentes réflexions issues de leurs études sur la problématique des drogues, sur les espaces et leur gestion dans le cadre de la réalisation d’un atlas et diverses autres recherches menées sur le continent africain. La compréhension des « espaces drogue » passe par l’analyse des routes, des réseaux et des acteurs. La géographie des drogues, si elle existe, amène-t-elle une nouvelle vision et analyse de l’espace ?
Le phénomène, dans ses aspects production, trafic, consommation, est loin d’être récent. Seule la prohibition et encore, elle ne concerne pas tous les produits — est contemporaine. La dimension spatiale ne peut ainsi être entièrement comprise que replacée dans une perspective dynamique historique.

In this article, the authors develop a number of ideas resulting from their study of drug problems, their distribution and their management. This is done in the context of the publication of an atlas and of a variety of research projects carried out on the African continent. An understanding of «drug areas» requires the examination of the routes, the networks and the actors involved. Does the geography of drugs – if such a geography exists – lead to a new view and analysis of these issues?
The phenomenon, insofar as production, trafficking and consumption are concerned, is far from new. Only prohibition – and then again not of all drugs – is contemporary. Consequently, the spatial aspect can only be fully understood if it is examined from a historical perspective.

Entrées d'index

Mots clés :

drogue, espace, informel, route, temps

Texte intégral

Les drogues et leurs espaces

1Nous présentons dans cet article une série de réflexions, nées à l’occasion de la réalisation de l’Atlas mondial des drogues (ogd, 1996) et qui concernent la définition et les limites des espaces influencés par le phénomène drogues. L’élaboration des cartes de cet ouvrage a fait surgir des découpages géographiques que nous avons qualifiés de nouveaux, dans la mesure où ils ne recouvraient pas les ensembles géographiques traditionnellement utilisés. Par la suite, nos differentes recherches en Afrique nous ont permis de travailler plus précisément sur ce que nous appellerons désormais « espaces drogues ».

2Le phénomène drogues est, de nos jours, œcuménique. On constate une augmentation généralisée de la production et de la consommation entraînant l’augmentation du trafic. Ces différents aspects connaissent des mutations constantes. Étudier ce phénomène consiste à mettre en relation permanente trois éléments interdépendants : la production, le trafic et la consommation. Mais, ces derniers doivent toujours être replacés dans des contextes socio-économiques, politiques, diplomatiques voire militaires au sein desquels ils se développent. L’analyse du phénomène drogues devient ainsi un point d’entrée pour une analyse de la société actuelle. Il est en particulier révélateur des dysfonctionnements et des contradictions de celle-ci. Son analyse nous amène à nous pencher sur les problèmes économiques, les crises sociales et politiques, le sous-développement, les relations internationales et les conflits. Un dernier aspect, celui du blanchiment de l’argent généré par les activités illicites, de par sa nature, embrasse, dans sa mobilité, des techniques qui vont des transactions informelles pratiquées au Moyen Age, aux transferts virtuels via Internet. Dans ce sens il est le précurseur (et la caricature) de l’ensemble des actions contribuant à la mobilité du « monde des drogues ».

3La réalisation d’un atlas des drogues avait pour objectif de présenter la complexité du phénomène en intégrant sa dimension spatiale. Pour une meilleure compréhension, nous ne pouvions nous limiter à la simple présentation d’une situation à un moment donné, il est en effet très vite apparu qu’il fallait introduire une dimension historique.

4La présence des produits psychotropes remonte très loin dans les pratiques sociales, médicales et religieuses de toutes les sociétés. À partir d’exemples précis, mais non exhaustifs, il s’agissait d’expliquer des mécanismes afin de dépasser le cercle restreint des spécialistes et de toucher un public plus large. Mais il s’agissait aussi d’ouvrir de nouvelles pistes de recherche dans la représentation du phénomène.

5Dans cet ouvrage, nous avons joué avec le temps et l’espace. Cela s’est traduit par un travail constant de mise en relation entre « histoire longue » et « histoire courte ». Il nous est apparu que ce qui était vrai pour les sociétés l’était aussi pour les espaces et les routes. Ainsi a eu lieu un va-et-vient entre les différentes échelles (du local au mondial) et des aller-retour dans le temps même si une certaine chronologie a été respectée.

6Tout un exercice géographique a été mené sur la mise en relation entre les espaces de consommation et les espaces de production. Exercice qui passe par l’analyse des espaces eux-mêmes et par celle des espaces qui assurent le contact. Les espaces de contact (ou espaces tampon), sont structurés par les routes. L’analyse de ces derniers intègre des données géographiques (passages), politiques (sécurité) et culturelles (populations). Le dernier élément d’analyse des espaces des drogues était les acteurs : ceux qui produisent, qui transportent et qui consomment.

Des espaces et des routes

7Si le phénomène drogues est devenu un phénomène mondial qui met en contact des civilisations, des attitudes et des principes différents, il fait aussi partie des histoires régionales et locales. Sa cartographie a posé un certain nombre de problèmes quant à la définition des espaces.

8Un des premiers problèmes qui s’est présenté a été le choix des échelles. Un même sujet peut en effet être géré à des échelles différentes. Ce sont les mécanismes que nous voulions appréhender qui ont déterminé les échelles retenues. Par exemple, la localisation des zones de production de plantes à drogues peut être présentée au niveau mondial quand on les relie avec les grands marchés de consommation. Mais, l’évolution de la production dans une région donnée nécessite de passer à une grande échelle, ce qui permet d’introduire des éléments explicatifs relevant de l’histoire locale. Ainsi, la même région, la même problématique peuvent apparaître dans des cartes à échelles différentes.

9Une autre difficulté était la délimitation des espaces eux-mêmes. Les activités liées au phénomène sont, dans la majorité des situations, illicites et donc cachées. Ainsi, les extensions territoriales des zones de production sont difficiles à définir. Il en va de même pour l’appréhension du trafic, de la consommation, ou des flux économiques générés par le trafic. Dans la délimitation des ces espaces, les découpages régionaux traditionnels, administratifs ou politiques n’étaient pas toujours les plus pertinents. Cependant, ces derniers nous servaient constamment de référence, quitte à inventer des signes qui indiquaient leur dépassement.

10Le rôle des frontières est un élément qu’il fallait faire ressortir. Car si elles ne semblent pas être un obstacle au développement du trafic, leur passage augmente la plus-value des produits. Pour assurer ces passages se mettent en place des systèmes de droits de péage sous la forme de « taxes informelles ». Celles-ci peuvent se présenter tout au long de la route et non seulement aux postes frontaliers, suivant l’acteur qui contrôle les segments des axes de circulation des produits. Le passage des drogues d’une frontière, qu’elle soit terrestre, aérienne ou maritime, reprend les mêmes mécanismes que la contrebande de produits licites. Les drogues ont aussi intégré des réseaux marchands tout à fait légaux.

La question des frontières sur les routes de l'héroïne en Europe

La question des frontières sur les routes de l'héroïne en Europe

11L’accélération du phénomène drogues a fait apparaître de nouveaux espaces soit par intégration, soit par mutation des rôles qui leur sont dévolus. Tout au long de l’histoire, des espaces, des régions ont été intégrés dans la problématique drogues : diffusion des plantes, diffusion et évolution des usages à partir de noyaux traditionnels dans les régions avoisinantes. Ainsi en Asie du sud-est, le « Triangle d’or », compris entre la Birmanie, la Thaïlande et le Laos, est une zone de production d’opium et de transformation en héroïne, intégrée, depuis les années cinquante, dans le trafic international de l’héroïne. On constate dans cette région une extension de la production et du trafic vers les régions voisines (Laos, Vietnam) où une production d’opium liée à des usages traditionnels mute désormais vers une production mercantile visant le marché international. Pour prendre un autre exemple, l’intégration de certaines régions du Brésil dans la production de la feuille de coca et du chlorhydrate de cocaïne correspond à la même dynamique. Il s’agit d’une extension en tache d’huile autour d’un noyau antérieur qui permet au complexe coca-cocaïne de dépasser les limites du Triangle andin.

La mutation des espaces

12D’autres espaces ont été intégrés dans la problématique non pas par une extension territoriale mais par le développement d’un aspect spatialement isolé. Ainsi, la production de feuilles de coca est apparue en Géorgie comme résultat d’une situation complexe : émergence en cei et dans les Balkans d’une clientèle potentielle, persistance d’une « poche de permissivité » en Adjarie géorgienne, toujours sous le contrôle d’un seigneur de la guerre, présence d’un microclimat subtropical, perte du marché traditionnel soviétique pour des produits agricoles tropicaux à haute plus-value. D’autres exemples du développement de la feuille de coca hors des zones d’extension traditionnelle existent dans l’histoire. À Java, à la fin du xixe siècle, les Néerlandais ont développé des plantations. L’implantation du cocaier entrait alors dans la logique de mise en valeur des possessions d’outremer des Pays-Bas et la volonté de devenir indépendant des sources habituelles de la matière première (Pérou) nécessaire à la fabrication de la cocaïne.

13Enfin, certains espaces de production et de consommation traditionnelles ont connu une mutation de leurs modèles de consommation. C’est ainsi que le Croissant d’or, zone productrice et consommatrice d’opium, est devenu, en quelques années, consommateur d’héroïne. De quelques centaines, les consommateurs de cette drogue sont désormais passés à près de deux millions.

14Les liens que nous avons dû tisser entre les différents espaces ont fait apparaître un nouveau découpage du monde. Des ensembles régionaux, composés d’un espace de production, d’un espace de consommation et, entre les deux, d’un lieu de passage, ne correspondaient plus aux découpages traditionnels. En analysant le rôle de la Turquie dans le trafic d’héroïne vers l’Europe occidentale, nous avons été amenés à délimiter un axe dynamique, sous la forme d’un couloir atteignant l’Asie centrale, où se développe désormais la culture du pavot qui remplace celle de la Turquie (années 1960-1970) et de l’Iran (1970-1980) et approvisionne les laboratoires turcs. Vers l’ouest, au sein de l’espace Shenghen (espace de consommation) et via les routes des Balkans, la diaspora turque est le terreau permettant l’extension de cet axe. L’influence de la Turquie dans l’économie de l’héroïne vers le sud (Syrie, Liban) et l’est (Caucase), reprend les limites de l’empire Ottoman mais aussi celles de l’espace turcophone (Azerbaïdjan, républiques de l’Asie Centrale).

15L’analyse des routes a montré une certaine constance des itinéraires malgré des changements techniques des transports. Dans la mer des Caraïbes, le trafic maritime de drogues, comme les activités de contrebande qui existaient, se sont superposés aux activités de cabotage et de pêche fréquentes sur cette mer protégée. Ce trafic maritime a été doublé par un trafic aérien utilisant des avionnettes. Quand les Américains ont installé des radars antiaériens, le trafic maritime a de nouveau connu un essor (incluant même des sous-marins). En Iran ou au Sahara, les caravanes de chameaux continuent de transporter les charges d’opium ou remplacent le sel par le haschisch.

16D’une manière générale, les drogues n’inventent pas les routes et souvent elles reprennent les grandes routes traditionnelles du commerce et des échanges. Cellesci sont parfois déterminées par les conditions géographiques, les cols en milieu montagnard, les oasis en milieu désertique, les passes maritimes, etc. Cependant, ces conditions géographiques ne sont plus suffisantes quand la sécurité de la route est remise en question. De la sorte, une route peut momentanément connaître une suspension de ses activités si elle est considérée comme peu sûre pour les trafiquants. Enfin, la minimalisation des risques est plus importante que la longueur de la route. L’important pour le trafiquant est qu'elle soit négociable. Péages « informels » et négociation (corruption), déterminent ainsi les flux intemporels.

17L’évolution récente du trafic montre que les routes, plus que de simples axes de passage deviennent l’enjeu de négociations. On assiste alors à leur mutation, comme le montre l’exemple de la route des Balkans : route traditionnelle de l’héroïne elle est devenue aussi une voie de la cocaïne. Les routes et les réseaux qui les contrôlent deviennent l’élément clef, avant même les produits. Ce sont elles que l’on négocie. Et si elles gardent des tracés historiques, leur gestion est adaptée à l’économie moderne.

Des acteurs et des réseaux

18Le troisième élément pris en considération a été les acteurs. Les populations dans leurs déplacements ont toujours été les vecteurs de diffusion des plantes et des usages. Elles ont assuré le relais et le passage des produits d’un espace à l’autre, d’une société à une autre.

19Les diasporas (au sens large du terme incluant l’émigration économique) jouent un rôle important. Elles offrent en effet des relais le long des routes et sur les lieux de destination finale. Ces diasporas sont nationales, ethniques, professionnelles ou religieuses. Le travail sur les diasporas est à manier avec précaution car si un réseau trafiquant peut s’appuyer sur une diaspora, les membres de celle-ci n’appartiennent pas tous à un réseau. Les liens qui unissent les membres d’une diaspora reposent sur la confiance. Les membres des diasporas peuvent fournir des informations sur le monde extérieur dans lequel ils évoluent et sont des points « d’atterrissage » dans un nouveau milieu.

20Si l’appartenance à une diaspora peut être considérée comme une structure de base, les réseaux élargissent leur recrutement, pour des raisons évidentes, hors de ce groupe. La taille des réseaux dépend de l’ampleur du trafic : trafic local ou régional, trafic transfrontalier, trafic international.

21Certains réseaux, actuellement impliqués dans le trafic de drogues, ont intégré la drogue comme un produit nouveau produisant une meilleure plus-value ou remplaçant des produits traditionnels qui ne sont plus demandés (sel par exemple). Une fois que la route est établie et testée par le temps, la nature du produit n’a plus aucune importance.

L’Afrique entre l’Asie et l’Amérique

22Le continent africain souvent considéré comme un continent en marge de l’économie mondiale se trouve depuis les années quatre-vingt au centre des flux qui relient les espaces de consommation européen et nord-américain à ceux de la production asiatique et sud-américaine. Nous nous intéresserons plus particulièrement à l’Afrique subsaharienne. Cette région n’est pas seulement devenue une voie de passage des produits tels que la cocaïne, l’héroïne ou le haschisch produits dans d’autres régions du monde. Ces quinze dernières années elle a connu de fortes mutations en ce qui concerne la production et la consommation de drogues. Si le premier aspect est plutôt lié à des situations de crise économique, le deuxième est, quant à lui, lié aux retombées des activités trafiquantes qui ont lieu sur le continent.

23L’Afrique apparaît comme un nouvel espace des drogues et pourtant elle est un vieil espace de consommation et de production de plantes telles que l’iboga, le datura, etc. Leur usage entrait dans le cadre de rites et de cérémonies (exemple du bwiti gabonais avec l’iboga) et dans la médecine traditionnelle. Ces utilisations, socialement contrôlées, correspondaient soit à la cueillette de plantes sauvages, soit à une production restreinte. Par exemple, le cannabis, dont il existe d’anciennes utilisations traditionnelles dans les parties orientale et méridionale du continent, se limitait à quelques pieds dans les jardins de case.

24Actuellement, deux phénomènes dominent : augmentation de la production de cannabis et explosion de la consommation des drogues. Ces deux phénomènes touchent l’ensemble des pays de l’Afrique subsaharienne bien qu’ils présentent des caractéristiques particulières suivant les pays et les régions.

Les espaces de production

25La production de cannabis est, d’après les enquêtes menées par l’ogd, en pleine expansion. Il est cependant difficile pour le moment de quantifier ce phénomène compte tenu de l’absence de données statistiques. L’explosion de cette culture remonte au milieu des années quatre-vingt. Plante sauvage ou cultivée à petite échelle, elle faisait l’objet d’une utilisation traditionnelle pour un marché local. On observe, au courant des années quatre-vingt, le passage d’une culture d’appoint limitée vers une augmentation des superficies cultivées.

26Les différentes enquêtes réalisées auprès des producteurs ont montré que l’essor de la culture de cannabis dans les exploitations agricoles était une conséquence de la crise économique. La baisse des cours mondiaux des matières premières agricoles a entraîné la baisse des revenus monétaires. Les nouvelles politiques économiques mises en place dans le cadre des programmes d’ajustement structurel ont accentué les difficultés des producteurs. La libéralisation des filières agricoles, l’ouverture des barrières douanières ont fragilisé les exploitations agricoles face aux marchés. Dans certaines régions, la crise écologique, les difficultés d’accès au foncier ont accentué cette crise économique. Les agriculteurs, frappés de plein fouet par l’économie libérale, ont cherché à mettre en place des alternatives.

Culture de cannabis associée au maïs (Cameroun) • Cliché des auteurs.

27Les résultats économiques performants du cannabis comparés aux productions licites font qu’il est devenu une culture importante dans les systèmes de production. Dans les zones enquêtées, il procure au minimum 75 % des revenus monétaires agricoles. Il apparaît dans certaines situations comme la culture pivot des exploitations agricoles bien qu’il n’occupe qu’une superficie restreinte. Dans la mesure où le cannabis s’adapte à des sols très variés, même pauvres, les conditions pédologiques ne constituent pas un facteur limitant pour la localisation des parcelles. On le cultivait autrefois en culture associée, mais nous notons que la culture pure se développe de plus en plus.

28Dans la plupart des régions productrices, la culture de cannabis a, de nos jours encore, peu d’impact sur les paysages et l’organisation de l’espace. En effet, le premier critère déterminant la localisation des parcelles cultivées en cannabis est la nécessité de dissimuler les plantations pour échapper à la répression. Elles sont souvent de petite taille, disséminées sur l’ensemble des terroirs. Cependant, la taille des parcelles, en particulier dans les zones isolées (République démocratique du Congo) ou dans celles où cette culture est depuis longtemps pratiquée (Afrique australe), a tendance à augmenter.

Une gestion moderne des espaces agricoles paysans

29Si le cannabis n’a pas encore provoqué une mutation des paysages agricoles, son rôle économique de plus en plus important provoque une mutation des économies et des activités des producteurs. Le cannabis, par ses avantages comparatifs et ses facilités de circulation, est un produit qui répond pour le mieux aux conditions économiques mises en place par les institutions financières internationales.

30Dans certaines régions, les producteurs ont intégré le premier niveau de commercialisation, en vendant directement une partie de leur production au détail aux consommateurs. En Afrique australe, ils préparent eux-mêmes les cigarettes et vendent ainsi un produit fini. Des systèmes d’avances en argent au producteur et d’engagement d’achat des récoltes, mettent en place des systèmes de commercialisation comparables à ceux qui existaient pour les matières premières agricoles. Mais ils sont gérés par des acteurs privés.

31La privatisation des filières traditionnelles a eu comme conséquence la mise en place de « filières cannabis » et a entraîné les producteurs à trouver eux-mêmes des débouchés commerciaux pour leurs produits licites. Dans les zones frontalières, en particulier, il est plus intéressant d’amener sa production dans le pays voisin pour obtenir de meilleurs prix. Ce que nous avons observé pour le cannabis était aussi valable pour des produits licites (Congo-Brazzaville avec le Cameroun pour le café, Gambie-Sénégal pour le coton). C’est ainsi qu’une partie des flux des matières premières agricoles qui, gérés par les agences de l’État, étaient centrifuges se sont convertis en flux centripètes.

Marijuana : un produit de plus en plus important dans l'économie paysanne (Cameroun). Cliché des auteurs.

32Avec le développement de la production et des marchés (expansion de la consommation), l’ensemble des zones se sont retrouvées en relation soit avec le marché national (grands centres urbains) soit avec le marché régional. À Dakar, les consommateurs apprécient la marijuana du Nigeria. En Afrique du Sud celle qui vient du Malawi. L’augmentation des exportations africaines vers d’autres continents, intègre ces espaces de production dans le marché mondial. Le développement de la culture de cannabis, compte tenu des difficultés de commercialisation pour les autres produits, permet aux paysans de rester présents dans les échanges marchands.

33Les instigateurs qui ont contribué aux changements d’orientation des espaces ne sont pas apparus avec le développement de la culture. L’ogd a pu constater qu’il s’agissait de réseaux commerçants déjà en place pour d’autres produits qui ont intégré un nouveau produit dans leurs activités économiques. On assiste donc à la mutation des réseaux marchands et des réseaux de transport, au niveau national comme au niveau régional. C’est ainsi que l’on retrouve des groupes de population plus impliqués dans le trafic de cannabis du fait de leurs activités économiques transnationales. En Afrique comme ailleurs, le cannabis utilise les mêmes filières que les autres produits licites (cacao, charbon de bois, agrumes). Les activités de contrebande ont facilité le passage des frontières d’un pays à un autre. De par leur valeur ajoutée, les drogues ont aussi intéressé des réseaux ayant besoin de liquidités. Il s’agit entre autres de réseaux politiques ou de guérilla.

Aires de consommation et axes du trafic

34Le cannabis qui est passé d’une consommation contrôlée à une consommation abusive n’est plus le seul produit présent sur les marchés africains. En effet, l’héroïne, la cocaïne et le crack sont largement diffusés sur les marchés de consommation. On a longtemps considéré que ces produits n’étaient accessibles qu’aux classes privilégiées (jeunesses dorées nationales, expatriés, certaines communautés étrangères). Mais aujourd’hui ils ont largement dépassé ces cercles restreints. Les prix pratiqués sont moins élevés sur le marché africain que sur les marchés des pays développés. En Tanzanie, le prix de la dose d’héroïne est de 1,5 dollar. Elle est de un dollar au Pakistan, zone productrice d’héroïne. On constate que dans de nombreux centres urbains africains ils sont facilement disponibles pour les populations des quartiers déshérités.

Trafic et consommation, l'exemple de l'Afrique australe

Trafic et consommation, l'exemple de l'Afrique australe

35En faisant la cartographie des aires de consommation de l’Afrique subsaharienne on constate des disparités régionales importantes. Ainsi, apparaît une aire d’influence de la cocaïne qui comprend l’Afrique de l’ouest et la côte ouest de l’Afrique australe. L’Afrique de l’est et la côte orientale de l’Afrique australe sont, quant à elles, sous l’influence de l’héroïne. Le coeur de l’Afrique offre un métissage tandis qu’en Afrique du sud, poly-usage et poly-trafic ont remplacé des modèles de consommation axés sur le tandem cannabis-Mandrax et les filières spécialisées sur ces deux produits.

36Cette géographie de la consommation des drogues en Afrique est une conséquence directe des grandes voies de trafic qui traversent le continent. Sur la côte orientale, l’effet de proximité des zones productrices du Croissant d’or a été renforcé par des activités commerciales importantes, formelles ou informelles, ainsi que par la présence d’une diaspora originaire du sous-continent indien. Comme nous l’avons déjà signalé, la différence de prix entre le sous-continent et la côte est-africaine reste très faible. Du côté occidental c’est la cocaïne qui arrive d’Amérique latine, avant de regagner l’Europe et parfois même les États-Unis. En Afrique australe, il est important de visualiser les axes trafiquants du passé concernant des produits « autres » (or, épices sur la côte est ; diamants, cornes de rhinocéros et défenses d’éléphants à l’ouest) pour voir à quel point ils se sont reconvertis en réseaux de drogues (héroïne et Mandrax à l’est, cocaïne à l’ouest).

37Dans les relations avec les autres continents apparaissent (ou réapparaissent) des vecteurs mercantiles préexistants. Ainsi, le trafic de cocaïne entre le Brésil et l’Angola (avec le Portugal comme un des points d’entrée en Europe), fait resurgir des relations qui avaient existé à l’époque coloniale. De même, le trafic de cannabis hors de l’Afrique fait resurgir les liens entre les métropoles et leurs anciennes colonies. Une des principales destinations de la marijuana gambienne est le Royaume-Uni. Par contre les filières qui partent de la République Démocratique du Congo finissent souvent à Bruxelles et Paris. Le fait que plusieurs pays africains jouent désormais le rôle de transitaire n’est pas étranger au fait que, dans ces mêmes pays, la consommation connaît une nette augmentation. Mais, et c’est là un des derniers enjeux de la cartographie des drogues, les réseaux transcontinentaux paraissent étanches, au point que les drogues (plus particulièrement la cocaïne) ne peuvent être consommées sur place qu’après avoir transité par l’Europe et être retournées en Afrique par d’autres réseaux, spécialisés dans le détail et le demi-gros. Ainsi, pour donner un exemple, si Luanda reste un port important pour le transit de la cocaïne vers le continent européen, ses habitants consomment de la cocaïne achetée à Bruxelles, Genève ou Amsterdam par des réseaux de « détaillants » congolais.

Conclusion • Tradition et modernité

38On serait tenté, en guise de conclusion, de dire que la cartographie des drogues fait apparaître des vieilles routes et des espaces nouveaux. Mais cela n’est qu’une apparence. Les routes, quoique anciennes, portent en elles, telles quelles sont utilisées aujourd’hui par les trafiquants, une modernité incontestable. Les taxes informelles, produit d’une négociation spatiale quotidienne qui fait fi de l’autorité, consacrent la victoire du mercantile sur l’administratif ; l’utilisation du temps comme facteur important pour la transformation d’un produit quelconque en « produit désiré », confère à la route (et au troc) un rôle de laboratoire ; enfin celle-ci n’est plus un vecteur entre deux autorités : elle irradie la notion de no man’s land bien au-delà du macadam et des pistes de sable.

39Par contre, l’apparente nouveauté des espaces nous ramène plutôt vers le passé, pas très lointain, des empires fédérateurs de peuples, de cultures et de mentalités différentes, à l’intérieur desquels les frontières ont un aspect essentiellement symbolique.

40En ce sens, cartographier les nouveaux espaces renvoie systématiquement à des structures de l’empire ottoman ou russe, ou encore aux empires coloniaux. Par contre, les routes, même celle qui relient Kashgar à Antioche, prennent de plus en plus la forme d’axes informels où l’autorité apparaît partout, mais rarement aux frontières, celles-ci ne semblant plus une limite mais plutôt le point de contact entre une autorité prédatrice et des flux conquérants.

Bibliographie

Références bibliographiques

Labrousse A., Koutouzis M. Géopolitique et géostratégie des drogues. Paris, Economica : Poche géopolitique, 1996.

La Dépêche internationale des drogues. mensuel.

ogd. La géopolitique des drogues, 1997-1998. Rapport annuel, Paris, 1998.

ogd. La géopolitique des drogues, 1995-1996. Rapport annuel, Paris, 1997.

ogd. Atlas mondial des drogues. Paris, PUE 1996.

ogd. Géopolitique des drogues. Paris 1995, La Découverte, 1995.

ogd. État des drogues, drogues des États. Paris Hachette, Pluriel Intervention, 1994.

Piro P. (dir.). Drogues : les fruits amers de la mondialisation. Paris, Editions Charles Léopold Mayer, 1998.

Table des illustrations

Titre La question des frontières sur les routes de l'héroïne en Europe
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 274k
Légende Culture de cannabis associée au maïs (Cameroun) • Cliché des auteurs.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Marijuana : un produit de plus en plus important dans l'économie paysanne (Cameroun). Cliché des auteurs.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31183/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 213k
Titre Trafic et consommation, l'exemple de l'Afrique australe
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31183/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 315k

Auteurs

Observatoire de géopolitique des drogues
39 rue Bréguet
75011 Paris

Observatoire de géopolitique des drogues
39 rue Bréguet
75011 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540