Versión clásicaVersión móvil

Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud

 | 
Jean-Louis Chaléard
, 
Roland Pourtier

Troisième partie. Réseaux et politiques

De l'impuissance du politique à la prédation publique

Menaces sur le Parc National des Galapagos

Christophe Grenier

Resumen

L’histoire du Parc National des Galápagos illustre le remplacement de l’État par le marché comme principal agent d’organisation de l’espace et l’éclatement concomitant du territoire national. D’abord conçu comme un instrumentpolitique pour intégrer les Galápagos à l’Equateur, ce parc national est devenu un enjeu économique pour de nombreux acteurs. Parmi ceux-ci, les administrations nationales, les forces armées et les représentants de la population insulaire contrôlent les lieux de connexion entre le parc national et les réseaux économiques transnationaux du tourisme, de l’aide à la conservation de la nature et de la pêche d’exportation : ces acteurs tirent profit de leur pouvoir politique. Fractionné en de multiples territoires dont les maîtres négocient l’accès pour mieux les exploiter, le parc national est menacé d’un désastre écologique.

Texto completo

Le parc national, révélateur de l’évolution du pouvoir étatique

1Dès les débuts de la conservation de la nature, que l’on peut faire remonter en Occident à la mise en défens d’un espace aux ressources naturelles intéressantes pour l’usage exclusif du seigneur ou du Roi, son efficacité a dépendu de la capacité de celui qui la met en oeuvre à faire respecter les frontières de cette réserve : cet objectif économique implique donc un acte politique, la création d’un territoire. Sous sa forme moderne qu’est le parc « national », la conservation de la nature appartient d’autant plus au champ politique (y compris lorsque cette dimension est masquée par la mise en exergue d’une mission qui serait menée au nom d’intérêts supérieurs – la Nation, la Science, voire l’Humanité) que l’État crée à son effet un territoire qu’il garantit et dont l’appellation même est explicite. Car si le parc national n’est pas un territoire peuplé, il est bien celui de l’État-Nation : on peut même voir la quintessence du territoire national dans ce sanctuaire que l’État devrait défendre y compris contre ses propres citoyens mal intentionnés.

2Créé en 1959 et couvrant 97 % de la superficie de l’archipel, le Parc National des Galapagos (png) n’aurait pas dû entraîner de transformations majeures des espaces et des paysages insulaires. Or, c’est le contraire qui s’est produit : dans le PNG, même si les institutions conservationnistes ont travaillé à les limiter, l’invasion massive d’organismes introduits ou le pillage des fonds marins ont modifié de façon irréversible de nombreux écosystèmes. Et dans les 3 % de l’archipel qui ont été laissés à la colonisation, le changement apporté par le png est bien plus radical encore : on est passé d’une économie d’autosubsistance, faisant vivre chichement 2 000 personnes au début des années soixante, à une économie de services largement ouverte sur le monde où, dans une population aujourd’hui estimée à près de 20 000 âmes, coexistent fortunes locales et misérables.

3Je me propose de montrer ici que l’analyse d’un parc national peut contribuer à l’étude d’un processus en cours à une échelle bien plus petite : le remplacement du politique par le marché comme agent principal d’organisation de l’espace. Ou, en d’autres termes, l’évolution du png depuis 40 ans illustre le passage du mode d’organisation spatiale aréolaire pris en charge par l’État à celui des réseaux économiques transnationaux, qui ont fait éclater le territoire national pour le recomposer en de multiples micro-territoires où se mêlent inextricablement fonctions publiques et intérêts privés. Cette désintégration résulte de l’insertion de certaines parties du pays – en Equateur, il s’agit entre autres des Galápagos – dans une économie mondiale/globale réticulaire : ces régions échappent en majeure partie à tout contrôle public à l’exception de celui des responsables administratifs ou politiques commandant l’accès aux lieux qui contiennent des ressources intéressantes. En les articulant aux réseaux économiques transnationaux, les maîtres de ces « synapses » (Brunet et al., 1992) jouissent alors d’une rente à la fois de position et de situation (Lévy, 1994) qui est synonyme de profits.

4Nous verrons d’abord que l’action volontariste de l’État équatorien aux Galapagos, qui a donné naissance au png, s’est transformée, à mesure de l’inclusion de l’archipel dans certains réseaux de l’économie mondiale/globale, en une incapacité à contrôler son territoire « protégé » qu’est le parc national : cette impuissance politique a de désastreuses conséquences non seulement écologiques mais aussi sociales. Car le pouvoir étatique, qui était garant de la res publica sur cette portion du territoire national, s’est désintégré au profit de multiples acteurs, dont nous n’examinerons ensuite que ceux d’entre eux qui détiennent une parcelle de cette autorité publique dont ils se servent désormais pour leur profit privé.

L’organisation du Parc National des Galápagos : d’un projet politique au marché

5Si c’est bien à l’initiative des naturalistes les plus prestigieux de l’époque, regroupés au sein d’une ong internationale (la Fondation Charles Darwin, fcd) et bénéficiant de l’appui déterminant de l’unesco, de l’uicn et des médias occidentaux que le png fut créé en 1959, ce dernier était alors aussi devenu la pièce maîtresse de la stratégie équatorienne pour intégrer au territoire national un archipel qui avait toujours été un « espace ouvert » (Grenier, 1994). Ainsi pour l’Equateur, et malgré la rhétorique officielle, le png n’a jamais eu comme objectif de protéger la nature des Galapagos pour son intérêt scientifique (et encore moins « pour l’humanité »...) : il a été établi afin de développer une économie insulaire bâtie sur le tourisme de façon à peupler davantage un archipel jusqu’alors répulsif pour les Equatoriens, à y consolider, ce faisant, la souveraineté nationale, et à permettre enfin aux entreprises et aux administrations du pays de bénéficier des flux monétaires en provenance du Nord se déversant sur ces îles ; aujourd’hui, cette dernière fonction est même devenue, de fait, la seule.

6De 1959 à aujourd’hui, le png est passé par quatre étapes – que l’on peut grossièrement découper en autant de décennies – scandant le déclin des pouvoirs publics (nationaux et internationaux) sur ce territoire et la dégradation corrélative de la nature qu’il était censé protéger.

1959-1968 : la décennie Fondation Darwin

7De 1959 à 1968, le png est sous la tutelle exclusive des naturalistes occidentaux de la fcd : aucune administration équatorienne spécialisée dans la conservation n’est créée. Mais la responsabilité des naturalistes est largement théorique, car le parc n’est pas délimité sur le terrain et le personnel de la Station Darwin, qui s’étoffe très lentement, n’a pas de bateau. Cet abandon de la conservation des Galapagos aux mains des étrangers montre bien que celle-ci n’est pas la priorité de l’État. Pourtant, lorsque la Station est officiellement inaugurée en 1964, après quatre années de difficile mise en route, les plus hauts représentants de l’État équatorien côtoient des personnalités internationales de la conservation et de la science le temps de quelques discours à l’ombre des cactus.

8Le contraste entre le désintérêt de fait et la volonté de démontrer ponctuellement l’importance que l’État attacherait à la conservation des îles confirme la stratégie de Quito évoquée ci-dessus : il s’explique par la nécessité d’attendre une plus ample diffusion internationale des travaux de la Station Darwin afin d’établir la réputation des Galapagos dans le champ du tourisme mondial. En effet, c’est au cours des années soixante que sont tournés les premiers documentaires sur les Galapagos, diffusés auprès de millions de téléspectateurs des pays du Nord ; les naturalistes de la Station ont appelé et secondé ces journalistes dans les îles parce qu’ils font de la publicité pour leurs travaux et que les scientifiques escomptent ainsi récolter des fonds auprès du public. Or, pendant ce temps, l’État équatorien presse les naturalistes d’effectuer une étude sur la valeur touristique des Galapagos : ces derniers la qualifient de « potentiellement illimitée »...

9L’État se décide alors : en 1968, une administration équatorienne responsable du png est créée, le « Servicio Parque Nacional Galapagos » (spng), désormais seule habilitée à faire appliquer la loi en matière de conservation. Bien que cette prérogative ne soit que théorique, puisque le spng ne compte alors que deux membres et n’a pas non plus de bateau, elle marque la fin du règne exclusif de l’ong sur la conservation des Galapagos : la Fondation Darwin devra désormais partager les fonds internationaux destinés au png avec une administration nationale. Or, après des débuts difficiles, ceux-ci commencent à affluer vers la fcd : la conservation devient une affaire financièrement intéressante. L’année précédente, des consultants américains avaient établi un autre rapport à la demande de Quito : celui-ci soulignait la rente de rareté des Galapagos, dont la nature est une attraction touristique unique au monde, et préconisait d’en confier l’exploitation à leur principal partenaire équatorien, l’entreprise Metropolitan Touring. Cette simultanéité est lumineuse : conservation et tourisme vont de pair et sont, désormais, affaires équatoriennes.

Les années soixante-dix : l’État a les moyens de mettre en œuvre sa politique

10Ce n’est pourtant pas le tourisme, encore embryonnaire, qui permet à l’État équatorien d’intégrer définitivement les Galapagos au territoire national, mais le pétrole, découvert en 1967 en Amazonie : les années soixante-dix sont celles d’une croissance économique sans précédent pour le pays. Aux Galápagos, quatre processus se mettent alors en place.

11D’abord, le maillage administratif de l’archipel. En 1973, les Galápagos passent du statut de territoire, administré par la Marine de Guerre et vers lequel la migration était limitée, au rang de province, ce qui autorise désormais chaque citoyen à s’y installer librement. Cependant, au prétexte de sa faible population, la nouvelle province n’est pas dotée d’un Conseil Provincial comme les autres mais est directement administrée par le pouvoir central : en 1979 est créé l’Institut National Galápagos (ingala), une entité dépendant du Président de la République, dotée d’un budget imposant et chargée de développer l’archipel, où s’installent de nombreuses administrations nationales (les fonctionnaires représentent 37 % de la population active des Galápagos en 1982). De plus, l’archipel est partagé en trois cantons dotés de municipalités, et ses habitants élisent un député.

12Ensuite, le tourisme est lancé : le png compte 4 600 visiteurs en 1970 et 17 300 en 1980. Quelques insulaires arment alors leurs propres embarcations de tourisme – souvent des bateaux de pêche réaménagés – et ce marché prometteur attire des entreprises continentales : les concessions de bateaux de croisière passent de 2 en 1972 à 40 en 1980.

13Troisièmement, les migrants déferlent sur les îles, dont la population augmente à un taux annuel de 5 % entre 1974 et 1982 : les Galápagos comptent 4 000 habitants en 1974 et 6 100 en 1982.

14Enfin, l’État affiche ses bonnes intentions conservationnistes. Le spng est doté de moyens : il a 79 employés en 1980 contre 20 en 1974 ; de plus, en 1976, l’unesco et la Frankfurter Zoologische Gesellschaft — l’un des principaux bailleurs de fonds de la fcd — lui font don de trois petits bateaux. En 1974 paraît le premier plan de gestion du png et, l’année suivante, c’est au tour du « Plan de développement sélectif et de conservation pour la province des Galápagos » qui, entre autres mesures, prône des quotas de migrants, de touristes et de concessions de bateaux de croisière dans l’archipel.

15La stratégie de l’État équatorien, consistant à prendre la conservation des Galápagos comme moyen de consolider sa souveraineté sur ces îles par le biais de leur peuplement tout en les convertissant en ressource économique nationale grâce au tourisme, triomphe ainsi au cours de la décennie soixante-dix. Mais cet Etat apparaît singulièrement faible en matière de conservation : par exemple, les quotas de population, de touristes et de concessions édictés par les plans d’aménagement sont aussitôt dépassés ; ils sont même tellement en contradiction avec la politique de développement mise en oeuvre dans l’archipel que l’on peut formuler l’hypothèse qu’il s’agit de leurres destinés à la communauté internationale, à laquelle sont destinés les messages suivants.

16Aux agences de tourisme, l’État équatorien signale que les Galápagos sont un parc national exceptionnel et bien protégé : un trésor à découvrir. Aux bailleurs de fonds, l’État indique qu’il se sent responsable de la conservation des Galápagos mais qu’il a besoin de leur appui financier. Ce dernier point est essentiel : ainsi, le Plan de 1975 critique-t-il le manque de retombées économiques du travail de la fcd, qu’il prévoit de nationaliser (les ressources de l’ong ont beaucoup augmenté : 12 000 dollars de budget annuel en 1971, 500 000 en 1980). En réalité, la Fondation Darwin n’est pas expulsée des îles, ce qui aurait été désastreux en terme d’image pour le tourisme, et l’État participe même à son financement : il est vrai que l’ONG reverse une part importante de ses revenus au spng... Et malgré la transgression des règlements édictés par les plans, la communauté conservationniste internationale continue de jouer le jeu : en 1979, les Galápagos sont parmi les quatre premiers sites inscrits par l’unesco sur la liste du Patrimoine de l’Humanité.

La décennie quatre-vingt : crise financière de l’État et booms touristique et migratoire aux Galápagos

17Au début des années quatre-vingt, l’Equateur s’enfonce dans la crise économique qui touche toute l’Amérique latine. L’affaiblissement financier de l’État se marque, dans la conservation des Galápagos, par la réduction drastique des ressources allouées au spng : son budget passe de 260 000 dollars en 1980 à 160 000 dollars en 1985 ; il remonte bien à 250 000 dollars en 1990, mais seuls 20 % de ces revenus sont alors réellement affectés à la conservation des Galápagos, le reste étant en principe destiné aux autres aires « protégées » du pays. Du coup, le nombre d’employés du spng diminue aussi : il n’en a plus que 54 en 1990, soit un nombre inférieur à celui de 1976 (57)... Pourtant, cela n’empêche pas les gouvernements équatoriens d’élaborer, en 1984, un nouveau plan de gestion du PNG, de créer, en 1986, la Réserve de Ressources Marines des Galápagos (destinée à devenir un parc national marin) et de publier, en 1988, un autre plan d’aménagement de la province insulaire.

18Or, pendant ce temps, les Galápagos connaissent un véritable boom touristique et une forte croissance de leur population. Alors que les plans de 1984 et de 1988 préconisaient un quota maximum de 25 000 visiteurs par an pour le png, ceux-ci sont 26 000 en 1986 et 41 200 en 1990. Les entreprises continentales importent de nouvelles embarcations dans l’archipel (il y en a 62 en 1990) et rachètent des concessions aux insulaires qui ne peuvent affronter leur concurrence. L’État soutient le développement du tourisme aux Galapagos par plusieurs mesures, dont la plus importante est l’ouverture en 1986 d’un second aéroport dans l’archipel, à San Cristobal.

  • 1 Un exemple de cette détérioration du contrôle du png est fourni par le rapport entre gardes-parc e (...)

19Le secteur touristique local se développe, basé à terre contrairement aux entreprises continentales qui n’effectuent que des croisières dans l’archipel. Il alimente une immigration par ailleurs stimulée par la dégradation des conditions de vie sur le continent : la population des Galápagos augmente de 6 % par an entre 1982 et 1990, et atteint 9 800 habitants cette année-là. Comme les moyens du spng diminuent parallèlement, les croissances touristique et démographique entraînent une moindre capacité de surveillance du png1 Cependant, malgré l’impuissance du pouvoir politique équatorien en matière de conservation, l’unesco intègre les Galápagos en 1983 au programme mab, et des institutions internationales participent à la rédaction et au financement des plans d’aménagement de 1984 et de 1988.

Depuis 1991 : le marché au secours de la conservation ?

20L’accélération de la mondialisation économique et l’essor concomitant de l’idéologie libérale se traduisent, dans les années quatre-vingt, par la tendance des pouvoirs publics nationaux et internationaux à réduire leurs subventions aux parcs « nationaux » : ils passent le relais aux fondations privées et ong conservationnistes. Ces dernières préconisent un autofinancement croissant des entités responsables des réserves naturelles par le recours au tourisme – appelé « écotourisme » pour la circonstance (Boo, 1992). La Fondation Darwin accentue alors son partenariat avec quelques entreprises de tourisme continentales, les plus puissantes opérant aux Galápagos (en particulier Metropolitan Touring) : la première fournit l’image de sanctuaire naturel servant de publicité aux secondes, en contrepartie de dons financiers de leurs clients.

21Or, la Guerre du Golfe se traduit par un tassement du nombre de visiteurs des Galápagos : 41 200 en 1990, 39 300 en 1992. La fcd et l’État profitent alors de ce ralentissement conjoncturel pour réorganiser le tourisme dans l’archipel, prétextant que le trop grand afflux de migrants attirés du continent par l’expansion du secteur touristique terrestre lors de la décennie précédente est responsable de la dégradation écologique des Galápagos. La Fondation Darwin conseille par conséquent au gouvernement Borja (1988-1992) de mettre en place une nouvelle politique touristique pour détourner les continentaux de venir s’établir dans l’archipel.

  • 2 En 1993, le prix du billet d’avion aller-retour Quito-Galapagos passe de 280 dollars à 345 dollars (...)

22C’est un renversement de perspective total par rapport à la politique de peuplement suivie jusqu’alors par l’État équatorien aux Galápagos : il s’agit désormais de réduire la part, pourtant minime, des revenus que la population locale tire du tourisme de façon à décourager l’émigration vers les îles. Le « Plan Global de conservation écologique et de gestion touristique pour les Galápagos » est publié en 1991, avec l’aide de la Fondation Darwin et du pnud : il a pour but affiché de favoriser les entreprises publiques et privées participant au tourisme le plus performant de façon à « maximiser la rente touristique » qu’elles en tirent. En outre, par la stimulation de l’investissement dans le tourisme haut de gamme – ou « sélectif », selon le terme employé par le Plan – on vise à en faire la norme aux Galapagos (Comisión Multisectorial, 1991). Enfin, cette « rationalisation » de la gestion touristique du png s’accompagne d’un autre volet, le renchérissement du coût d’accès aux Galápagos2.

23L’objectif est clair, il s’agit de saper la base économique du secteur touristique terrestre et de faire la place aux grandes entreprises : ceux des entrepreneurs locaux qui, recevant de moins en moins de clients modestes, voient leur source de revenus se tarir en même temps que l’on exige de leur part de lourds investissements sont évincés du marché, et cèdent leurs concessions touristiques aux compagnies continentales. Or ces dernières gagnent beaucoup d’argent et introduisent des bateaux de plus en plus grands dans l’archipel, car le tourisme connaît un véritable boom depuis 1992 : le png a accueilli 62 800 visiteurs en 1997.

  • 3 Taux calculé à partir des 214 enquêtes (de 150 questions) que j’ai effectuées aux Galapagos en 199 (...)

24Mais le flux migratoire vers les Galápagos ne s’est pas tari, au contraire : la population insulaire s’est accrue à un taux annuel de 6,1 % entre 1990 et 19943 Cette croissance démographique est essentiellement due à l’immigration : la misère sévissant en Equateur conduit à aller tenter sa chance dans des îles continuant à jouir d’une réputation d’Eldorado sur la partie continentale du pays, tandis que l’installation de migrants maintenant des liens étroits avec leurs milieux d’origine ainsi que le renchérissement du coût de la main-d’oeuvre aux Galápagos (dû à la « dollarisation » de l’économie insulaire et à ses nombreux goulets d’étranglement) favorisent la constitution de réseaux migratoires, communautaires ou d’embauche, à destination de l’archipel.

25Et la situation écologique du png se détériore d’autant plus rapidement que, depuis la mise en œuvre du Plan Global et en raison de la politique d’austérité de gouvernements équatoriens soumis aux exigences du fmi, une part croissante des migrants comme une bonne partie de la population insulaire ne peuvent plus vivre ni du tourisme, ni de l’État : ces habitants, en voie de paupérisation, doivent donc s’employer ailleurs. C’est la pêche d’exportation de requins et d’holothuries vers l’Asie, nécessitant une main d’oeuvre abondante et dégageant d’énormes profits, qui tend à se substituer à l’État et au tourisme comme moteur de l’économie insulaire. Or cette pêche de type minier, à l’énorme coût écologique, est en principe interdite ; mais l’impuissance des pouvoirs publics limite les mesures de conservation à des effets d’annonce.

Un pouvoir étatique éclaté : la prédation publique

26Les Galápagos, bien que désormais intégrées au territoire national, demeurent un espace trop ouvert, d’où leur faillite écologique et sociale. L’insertion de l’archipel dans les réseaux de l’économie mondiale/globale a en effet provoqué un déséquilibre trop important entre, d’une part, la volonté politique proclamée de protéger le png et d’associer la population locale à cet objectif et, d’autre part, l’intérêt économique qu’ont certains acteurs de l’exploiter sans retenue : la croissance démographique, la pauvreté et l’appât du gain ont fait éclater la maîtrise des pouvoirs publics sur l’espace des Galápagos. Car ces pouvoirs publics fonctionnent désormais eux-mêmes sur le mode réticulaire : ils utilisent leur contrôle des territoires insulaires, même si celui-ci est plus théorique que réel, pour profiter des flux de capitaux transitant dans les réseaux économiques transnationaux. Aux Galápagos, la décomposition du pouvoir politique de l’État, accentuée par l’impuissance des institutions internationales, débouche ainsi sur la prédation publique. Car la proie est tentante : au milieu des années quatre-vingtdix, une cinquantaine de millions de dollars par an étaient tirés du tourisme, de l’aide internationale à la conservation (ou au développement « durable ») et de la pêche d’exportation aux Galápagos (Grenier et de Miras, 1994 ; Parra, 1994 ; de Miras et al., 1995)...

27Il nous faut alors recenser les différentes modalités de l’éclatement du pouvoir étatique sous la pression des acteurs se disputant les principales ressources fournies par le png. Celles-ci peuvent être exploitées directement, c’est le cas des entreprises, ou par l’intermédiaire d’une rente de situation fournie par la possession d’un territoire institutionnel ou politique aux Galapagos. C’est de ce dernier processus dont il est ici question : nous commencerons par l’examiner à travers un cas illustrant la productivité de cette rente de situation lorsqu’elle est tirée de la collusion d’intérêts privés et des maîtres institutionnels de territoires publics ; puis nous verrons successivement le rôle des Forces Armées, des administrations nationales et des représentants politiques de la population insulaire.

L’escale du paquebot Vistafjord : rente de position et rente de situation

28La brève escale à San Cristóbal du paquebot international Vistafjord, en février 1994, est un évènement à portée heuristique : il montre, à travers la répartition des bénéfices qui en ont été tirés, comment le pillage en cours du png profite aux acteurs disposant d’un territoire dans les îles et, mieux encore, d’amitiés politiques leur permettant de se connecter à un réseau transnational du tourisme de luxe – ici celui de l’entreprise Cunard – où circulent de gros flux monétaires. Normalement, la visite de ces paquebots est interdite aux Galapagos ; mais la pression des directeurs de l’entreprise Ecuadorean Tours (chargée d’organiser la visite du Vistafjord) auprès du gouvernement équatorien fut si forte, et les liens qu’ils entretiennent avec les dirigeants de l’État si étroits, que le président de la République autorisa cette visite par un permis spécial (Grenier, 1996).

29Cette escale a fait gagner au total un minimum de 600 000 US$ (il ne s’agit là que des sommes ayant pu être récensées au cours d’une enquête très délicate) aux acteurs participant à son organisation : les riches passagers du Vistafjord les ont déboursés pour accomplir de courtes excursions à terre ou des croisières d’un ou deux jours. La répartition de cette manne est instructive : tandis que les trois administrations publiques impliquées (le spng a fait payer le droit d’entrée au parc national, la Marine de Guerre a monnayé l’escale dans les eaux de l’archipel et la Municipalité de San Cristóbal a facturé l’utilisation de son quai) se partageaient 31 % de ce montant, la population insulaire – marchands ambulants, commerçants permanents et armateurs locaux – n’en recevait que 7 %. Quant aux entreprises touristiques continentales, elles se sont octroyé le reste, dont le quart du total pour Ecuadorean Tours (soit 151 000 US$), qui ne possède pourtant pas d’embarcation de tourisme dans l’archipel et n’a fait que jouer un rôle d’intermédiaire commercial entre les passagers du Vistafjord et les armateurs équatoriens.

30Les réseaux transnationaux n’abolissent donc pas les territoires mais les transforment. La connexion d’un territoire à un réseau valorise le lieu de contact entre les deux et profite par conséquent à l’acteur qui le contrôle : ce dernier bénéficie d’un « capital de position » (Lévy, op. cit.) lui permettant de capter une partie des flux monétaires passant par ce point de jonction. Ainsi, le spng, la Marine et la Municipalité sont des institutions contrôlant l’entrée de leurs territoires, dûment signalés – parc « national », eaux « territoriales » ou quai « muni cipal » : elles peuvent faire payer à la Cunard l’espace auquel veulent accéder ses passagers. En revanche, pour la majeure partie des habitants du territoire ainsi soumis à péage, le profit reste médiocre parce qu’ils n’ont pas le pouvoir d’en assurer la connexion avec le dehors. Quant à l’acteur qui maîtrise plusieurs échelles et parvient ainsi à articuler la demande touristique provenant d’entreprises des pays du Nord à l’offre des opérateurs équatoriens, il jouit d’un « capital de situation » (Lévy, op. cit.)... : dans l’exemple du Vistafjord, il s’agit de l’entreprise Ecuadorean Tours.

31Mais les institutions qui permettent l’utilisation par un réseau du territoire dont elles ont la charge ne sont que les antennes insulaires d’organismes nationaux dont les sièges, à Quito ou Guayaquil, ont donné les autorisations indispensables à la Cunard. Considérées dans leur ensemble (antenne insulaire et siège central), ces institutions ont donc profité à la fois d’un « capital de situation » (maîtrise de l’aire Equateur) et d’un « capital de position » (contrôle des lieux de jonction, aux Galapagos, entre le réseau touristique de la Cunard et des territoires institutionnels). Les entreprises de tourisme continentales jouissent elles aussi, aux Galapagos, de ce double capital spatial : la plupart des insulaires, eux, en sont dépourvus.

32On ne peut que qualifier de prédation publique l’action des institutions qui captent d’énormes sommes d’argent étranger sans investir dans ce à quoi elles sont destinées, en l’occurrence la conservation, la surveillance ou le développement des Galapagos. Les Forces Armées en sont un cas emblématique : elles détournent leur fonction de surveillance de l’espace national pour l’appliquer à la recherche d’un profit quelles obtiennent par la connexion de leurs micro-territoires institutionnels aux Galápagos avec des réseaux économiques transnationaux.

Contrôler les nœuds des réseaux plutôt que les territoires : les militaires, guichetiers des îles

33La présence de l’État aux Galápagos est d’autant plus ostentatoire dans le déploiement de ses fonctionnaires sur certains lieux publics que l’insuffisance de ses moyens l’empêche de se montrer dans la majeure partie de l’archipel. L’État ne se fait voir qu’en quelques points des Galápagos, mais ceux-ci – ports et aéroports – sont cruciaux : ce sont les « synapses » articulant les réseaux de communication internes de l’archipel au reste du monde. La maîtrise territoriale de l’État aux Galápagos se réduit ainsi aux points nodaux des réseaux : pour qu'elle soit efficace et peu coûteuse, il faut donc limiter au maximum ces noeuds situés à l’interface archipel/monde extérieur. C’est pourquoi tout bateau et tout avion à destination des Galápagos doit partir de Guayaquil, et que tout navire arrivant dans l’archipel doit se faire enregistrer à San Cristóbal.

34L’inconvénient de ce mode d’inspection, par rapport à celui qui permettrait de sillonner l’archipel, est d’ignorer ce qui se passe à l’intérieur des Galápagos, entre les points nodaux des réseaux comme sur les étendues marines ou terrestres. Mais le contrôle aréolaire du territoire insulaire n’importe pas, sauf dans les discours officiels, puisque la rente fournie par les Galapagos transite par les réseaux reliant l’archipel au reste du monde. L’essentiel des Forces Armées présentes dans l’archipel se concentre ainsi à ses deux portes d’entrée, l’aéroport militaire de Baltra et celui de San Cristóbal.

35Les Forces Armées gardent un énorme pouvoir aux Galapagos. Car en Equateur, tout ce qui circule sur l’eau le fait avec l’autorisation de la Direction de la Marine Marchande (digmer), une entité dépendant en fait de la Marine de Guerre, qui délègue localement son autorité aux Capitaines de Ports, des militaires ; la Marine de Guerre a en outre le monopole de l’approvisionnement en combustible des Galapagos. Chaque avion atterrissant dans l’archipel doit avoir la permission de la Direction de l’Aviation Civile (dac), qui a la haute main sur tous les aéroports du pays ; celle-ci, malgré son appellation, est également dirigée par les militaires. Ces derniers sont en outre propriétaires de la principale compagnie aérienne équatorienne, tame (Transportes Aéreos Militares Ecuatorianos), qui a l’exclusivité de la desserte de Baltra, par où transitent les deux tiers des personnes entrant aux Galápagos. Ce sont enfin des entreprises militaires qui ont construit les aéroports de San Cristôbal et d’Isabela, lesquels, comme celui de Baltra, sont la propriété de l’Armée de l’Air. Les Forces Armées, par leur maîtrise des points d’entrée aux Galápagos et par leur juridiction exclusive sur les espaces maritime et aérien, gardent ainsi jalousement la clé de l’utilisation d’un archipel océanique isolé.

  • 4 En 1996, la Marine disposait de 200 militaires et de deux petits patrouilleurs aux Galapagos ; ces (...)

36Le rôle des militaires s’apparente davantage à celui de guichetiers statiques qu’à celui de contrôleurs mobiles : installés aux portes de l’archipel, ils octroient l’autorisation d’y entrer ou d’y circuler mais ne peuvent ensuite le parcourir pour y rechercher des contrevenants4 De plus, comme la faiblesse des moyens de communication de la Marine l’empêche de surveiller efficacement ses fonctionnaires, certains capitaines de port profitent de leur isolement et de leur autorité absolue sur les mouvements maritimes dans leur circonscription navale pour transformer leur pouvoir en une véritable rente de situation locale, en délivrant moyennant finance des permis de pêche illégaux ou en taxant, pour les prétextes les plus futiles, les déplacements des bateaux de tourisme. À cet égard, la confidence d’un officier de la digmer est explicite :

« en Equateur, nous avons beaucoup de règlements, chaque administration a le sien ; le problème c’est qu’ils ne sont pas appliqués, faute de personnel, de moyens matériels et en raison de la corruption de certains fonctionnaires. »

37Mais on peut aussi avancer que c’est la corruption qui permet en partie au droit national de s’établir aux Galápagos : tout le monde joue à croire que les règlements peuvent être appliqués alors que chacun sait que c’est impossible. Autrement dit, le pot-de-vin est versé par le corrupteur au cas où il pourrait être pris par l’une des rares patrouilles sillonnant les îles, ce qui l’assure d’une tranquillité absolue ; et ce dessous-de-table est accepté ou demandé par le fonctionnaire parce que, outre l’appât du gain, cela indique que le corrupteur reconnaît son autorité... En ce sens, on peut dire que l’administration équatorienne s’est bien approprié son territoire insulaire. La présence physique des représentants de l’État, déficitaire hors des quelques points nodaux des réseaux organisant l’espace des Galápagos, est compensée par une présence « morale » ubiquiste de ces mêmes autorités qui, parce quelles ont été stipendiées, rappellent au corrupteur qu’il enfreint la loi. Car si l’on paie pour contourner la loi, c’est, du même coup, reconnaître qu'elle existe. Contrairement à l’époque de l’espace ouvert traditionnel, les Galápagos d’aujourd’hui ne sont donc pas un espace de nondroit, mais de droit détourné et récupéré par certains fonctionnaires équatoriens : elles font bien partie du territoire national.

Les réseaux institutionnels ou la prolifération d'entités publiques intéressées par le captage de la rente

  • 5 Ainsi la Commission permanente, créée en 1991 à l’occasion du Plan global, regroupe huit organisme (...)

38Sous prétexte de l’inefficacité d’un INGALA vampirisé par des intérêts personnels ou privés (Cruvellier, 1991), les gouvernements équatoriens ont pris l’habitude de former des commissions destinées à promouvoir le développement et la conservation des Galápagos, deux objectifs toujours liés dans la rhétorique officielle. Ces commissions sont investies par diverses entités5 qui se placent de la sorte aux Galápagos ou y élargissent leur rayon d’action : du simple fait d’être présentes dans l’archipel ou de travailler sur les Galápagos, elles participent au captage d’une partie de la double rente engendrée par le tourisme et les fonds internationaux pour la conservation. Or, non seulement ces entités noyautent les Commissions spéciales, mais plusieurs d’entre elles interviennent aussi directement dans les îles : il se constitue ainsi des réseaux institutionnels dans lesquels les responsables des administrations ou des ong présentes aux Galápagos côtoient des entrepreneurs et des militaires intéressés par une part de pouvoir dans les organismes gérant les fonds publics et internationaux destinés à l’archipel.

39Chacune de ces institutions produit ses propres règlements, qui viennent s’ajouter à ceux des Commissions nouvellement créées pour former un dense maquis administratif : aujourd’hui, aux Galapagos, il n’est pas une activité, de quelque ordre que ce soit, qui ne doive répondre de plusieurs administrations (six pour le tourisme, par exemple). Il est courant, dans ce pays hispanique au juridisme pointilleux, de faire sans cesse référence à « la ley », supposée donner le dernier mot à celui qui la met de son côté : or, il n’y a pas de « loi » mais des lois, et chacun des règlements sur lequel on s’appuie peut être invalidé par un autre acte juridique. Comme le remarque F. Ost (1995),

« le “panjuridisme”, ou envahissement d’un champ déterminé par un amoncellement de règles en modification permanente, conduit au “non-droit”, certains acteurs disposant du pouvoir unilatéral d’appliquer ou non les textes, ou de choisir ceux qui leur conviennent le mieux au regard des circonstances. »

40Les véritables objectifs de semblables montages juridico-administratifs ne sont pas, à l’évidence, de contribuer à la conservation de la nature mais de donner à l'État équatorien une image de respectabilité vis-à-vis des institutions conservationnistes internationales. Ces dernières se retrouvent ainsi piégées par leurs propres contradictions : ayant financé pendant des années de coûteux et inutiles programmes de conservation tout en étant empêchées d’intervenir par l’obligation absolue de respecter la souveraineté nationale face à laquelle la notion de « patrimoine mondial » ne pèse rien (Grenier, 1996), elles sont aujourd’hui considérées aux Galapagos comme des vaches à lait.

41L’incendie dans le sud d’Isabela en avril-mai 1994, dont j’ai été témoin, peut servir d’illustration au partage institutionnel de la rente fournie par les organismes internationaux pour la conservation des Galápagos. À Isabela, la nécessité d’être visible pour accéder à ces fonds imposait aux représentants de ces institutions de se retrouver au plus près des lieux du sinistre et des journalistes étrangers venus couvrir l’événement. Pérorant au milieu de ces derniers, une chemise jaune citron de l’« US Forest Service » passée sur son uniforme, le général responsable de la « Défense Civile » (organisme militaire) ne parlait pas l’anglais mais gesticulait d’autant plus que plusieurs institutions concurrentes – spng, ingala et Station Darwin – avaient dépêché sur le « front » leurs employés anglophones, et donc àmême, eux, de se faire comprendre des journalistes.

42Le délégué de la Station me confia qu’il n’était à Isabela que pour montrer que son institution « existait », car il n’avait ni hommes ni matériel à engager dans le combat contre le feu. Le spng se flattait d’avoir donné l’alerte et comptait bien rester à la tête des opérations, puisque le Parc est son territoire : les deux tiers des gardes-parc ont été mobilisés pendant trois à quatre semaines sur Isabela. Ce fut d’ailleurs une aubaine pour tous les contrevenants dans le reste du png : on a ainsi signalé en vain, au plus fort de la lutte contre l’incendie, une véritable ruée de pêcheurs originaires de tout l’archipel sur les gisements d’holothuries de l’ouest d’Isabela... ingala, cependant, ne l’entendait pas ainsi et disposait d’un argument de poids pour disputer la prééminence au spng : c’est la seule institution à posséder les « bulldozers » indispensables pour creuser des pare-feux. Mais les engins sont parqués sur San Cristóbal et Santa Cruz, et il fallait bien la coopération des militaires pour les acheminer... Dépité, le représentant d’ingala lâcha le morceau : « dites à vos collègues étrangers de ne pas envoyer des fonds immédiatement, c’est les militaires de la Défense Civile qui vont tout se mettre dans la poche... ». Néanmoins, la lutte contre les flammes s’organisa tant bien que mal, malgré des tiraillements entre institutions se ramenant essentiellement à une opposition entre civils et militaires. Les experts de l’Union Européenne venus aux Galapagos pour déterminer les bénéficiaires de l’aide de Bruxelles ne furent pas dupes de ces stratégies locales :

« L’incendie récent dans le sud d’Isabela a duré deux mois, a provoqué une opération improvisée regroupant 200 personnes sur le terrain et a engendré une dramatique alerte internationale qui est en fait complètement disproportionnée par rapport à son impact réel. » (Machado et al., 1994)

43Mais trop tard, certains crédits internationaux avaient déjà été répartis... En effet, en septembre 1994, la revue de la Défense Civile rendit compte d’un séminaire qu'elle avait organisé à Quito pour « évaluer la problématique des désastres aux Galápagos, définir des politiques de prévention et établir des règles pour canaliser l’aide internationale », lesquelles tiennent dans les dix recommandations suivantes :

1. création d’une loi spéciale régulant les migrations ;
2. réformes des lois et des règlements relatifs à la gestion des ressources ;
3. application du règlement de quarantaine ;
4. réforme du cursus scolaire ;
5. obtention de financements qui permettent l’exécution des plans d’aménagement et l’amélioration des systèmes interne et externe de transport et de communication ;
6. renforcement institutionnel, notamment des Municipalités ;
7. élaboration d’une étude d’impact environnementale ;
8. assistance internationale technique et économique pour développer les études techniques et l’infrastructure de base ;
9. traitement et recyclage des déchets solides ;
10. établissement d’un plan hydrologique pour l’exploitation des eaux souterraines et superficielles (Defensa Civil, no 4, 1994).

44La prédation institutionnelle aux Galápagos se trouve ici montrée de façon exemplaire. Ces recommandations doivent donner lieu, pour la plupart d’entre elles, à des textes de loi ou à des réformes, à des plans d’aménagement ou à des études techniques, et un certain nombre d’entre elles ont pour but d’obtenir des fonds internationaux : ce sont bien là les caractéristiques de l’administration équatorienne. Ces propositions peuvent se diviser en trois groupes, certaines appartenant à plusieurs d’entre eux. Celles qui ont comme objectif implicite la poursuite de l’intégration des Galapagos au territoire équatorien, par l’amélioration des conditions de vie de la population et des systèmes de transport et de communication, sont les no 5, 8, 9 et 10. Le second groupe vise à satisfaire les bailleurs de fonds alertés par les institutions conservationnistes ; mais cela à peu de frais, puisqu’il s’agit de lois dont on ne précise ni quand elles seront votées ni comment elles seront appliquées, ainsi que d’études qui n’engagent à rien : ce sont les recommandations no 1, 2, 3, 4, 7 et 9. Enfin, les articles dont le but est simplement d’obtenir des fonds internationaux pour les institutions concernées sont les no 5, 6, 7 et 8.

45Ce séminaire sur la répartition de l’aide internationale était urgent car une partie de celle-ci a été rapidement versée : le pnud a donné 50 000 dollars, en mai 1994, pour une « opération de protection de la vie sauvage aux Galápagos », dont l’entité responsable est la Commission Permanente (cf. note no 5). Et en juillet 1994, le spng et la Station Darwin ont obtenu de diverses sources (pnud, unesco, wwf, etc.) une aide d’un montant de 123 000 dollars pour la « protection des populations menacées de tortues géantes d’Isabela ». Les causes de l’incendie d’Isabela, dont tout le monde s’accorde à penser qu’il était d’origine humaine si ce n’est criminelle – ce qui indique, au mieux, une surveillance insuffisante du png et, au pire, une hostilité farouche de la population de l’île pour la conservation – n’ont jamais été placées au centre du débat. Pour les institutions concernées, l’essentiel était de recevoir des fonds internationaux pour « la vie sauvage » ou « les tortues », thèmes naturalistes plus susceptibles de justifier un financement international, dans l’idéologie conservationniste dominante (cf. l’analyse qu’en fait Bonner, 1994), que celui de l’amélioration de la surveillance du parc national.

46L’intégration des Galápagos au territoire équatorien s’est ainsi transformée en désintégration de l’action régulatrice de l’État dans l’archipel. Car les multiples entités publiques nationales dont le rôle originel était de stimuler et d’orienter le développement des Galápagos tout en le réglementant pour le rendre compatible avec leur conservation, se consacrent maintenant à recueillir une partie de la manne financière, essentiellement internationale, se déversant sur les îles. Aucune d’entre elles ne peut prétendre véritablement régenter ce qui se passe aux Galapagos autrement que par des textes administratifs à l’efficacité très limitée : elles n’ont que des moyens de contrôle virtuels, des lois mais pas de patrouilleurs. Le grand nombre d’institutions présentes aux Galápagos (une quarantaine en 1994) est donc dû à l’importance des revenus, d’origine publique et privée, qu’elles tirent de leur implantation dans l’archipel : il paraît normal que cet argent ait aussi attisé la convoitise des responsables politiques insulaires.

Les caciques et le PNG

47L’engagement financier de l’État diminue tandis que les Galápagos connaissent une forte croissance touristique, un boom de la pêche d’exportation et l’augmentation très rapide d’une population qui est par ailleurs progressivement évincée du marché touristique et (officiellement) interdite de pêche d’exportation : les représentants politiques locaux cherchent alors à gagner du terrain aux dépens de Quito. Depuis 1992, les présidents des municipalités et le député des Galapagos remettent ainsi en cause la mainmise absolue de l’État (ou des administrations nationales) sur le png, de façon, d’une part, à capter une partie des flux monétaires circulant dans les réseaux transnationaux du tourisme et de la conservation et, d’autre part, à élargir les usages de la réserve naturelle : ces « caciques » (cf. ce qu’en dit l’ex-président équatorien O. Hurtado, in Touraine, 1988) disputent à l’Etat le territoire du parc national.

48Depuis 1993, la municipalité de San Cristobal fait ainsi payer 30 dollars à chaque touriste arrivant sur son île, y compris – comme c’est le cas la plupart du temps – lorsque celui-ci ne fait que transiter entre l’aéroport et le quai d’où part sa croisière. L’année suivante, et malgré l’opposition des entreprises touristiques et de l’État à cette taxe, la municipalité de Santa Cruz fait également payer – dès l’aéroport de Baltra – un droit d’entrée de 12 dollars par touriste pour pénétrer (ou même pas, dans le cas des croisières qui partent directement de Baltra) sur son « territoire ». Par cette taxe, unique en Equateur, les municipalités des Galápagos considèrent implicitement le png comme faisant partie de leurs territoires. Or, bien quelles aient été créées 14 ans après le parc national, les trois municipalités insulaires couvrent effectivement la totalité de l’archipel : l’État avait voulu ainsi affirmer l’importance de la colonisation des Galápagos en superposant le territoire des municipalités à celui du png. De plus, en prise avec les revendications des immigrés récents réclamant davantage de terrains constructibles, des éleveurs qui ne se sont pas remis de l’interdiction de pâturer hors zone de colonisation, et des pêcheurs désireux d’exploiter sans contrainte les holothuries, les présidents des municipalités exigent à la fois l’augmentation des périmètres urbains et agricoles et la libre utilisation des ressources naturelles dans l’archipel. C’est bien le territoire du png, considéré comme celui des administrations nationales, des entreprises de tourisme continentales et des naturalistes « gringos » – c’est-à-dire d’acteurs « afuereños » (du « dehors ») – qu’il s’agit de démanteler au profit des insulaires. Pour cela, l’action des présidents des municipalités est relayée par le député des Galápagos.

49Contrairement aux maires, le député a accès aux finances publiques et peut peser, par les alliances qu’il noue au Congrès National, sur la politique du gouvernement : sur les 76 législateurs du Congrès, le représentant des Galápagos jouit d’un pouvoir sans commune mesure avec le faible volume de son corps électoral. Or, depuis le début des années quatre-vingt, la stratégie des députés insulaires a consisté à stimuler l’émergence d’un nouvel acteur sur la scène de l’archipel : la population « galapaguena ». Cette dernière réclame, par la voix de ses mandants, qu’on la prenne en compte parce quelle représente la Patrie aux Galápagos, qu'elle est même « en train de la faire », selon l’expression consacrée « hacer Patria ». L’argument de la souveraineté nationale sur les Galápagos grâce à leur peuplement, inattaquable, a ainsi été repris par les représentants politiques insulaires afin d’obtenir des avantages financiers pour la province.

50Pour améliorer les conditions de vie des habitants, il faut davantage de fonds publics et le pouvoir de les gérer localement, mais ces objectifs entrent en contradiction avec ceux des autres acteurs présents aux Galápagos : l’État est opposé à plus de subventions, la Fondation Darwin ne veut pas développer davantage l’économie insulaire, les entreprises continentales n’entendent pas modifier le système touristique, et les institutions publiques n’abandonneront pas leur rente de situation. La principale revendication des acteurs politiques insulaires est toujours l’administration locale du parc national : c'est un bras de levier pour obtenir des fonds publics ou privés, capter directement une partie les revenus du tourisme, autoriser d’autres usages de la nature et accroître la superficie des zones colonisées. Ces dernières années, deux députés des Galápagos ont tenté de modifier les règles de l’adminisration du png.

51En 1992, le député A. Serrano présenta au Congrès le projet de loi dit « pargal », ou Parc Galápagos : le png perdrait son « n » pour être dirigé par un collège qui remplacerait le spng et où les résidents des Galápagos auraient la majorité. Ce projet prévoyait en outre que 55 % des recettes du Parc Galápagos seraient reversés aux municipalités de l’archipel et les concessions touristiques désormais réservées aux insulaires. Face à la virulente opposition de la Fondation Darwin, des entreprises continentales et des administrations nationales ayant des intérêts dans l’archipel, le Président Borja mit son veto et pargal ne vit pas le jour.

52En 1995, le député E. Véliz exposa au Congrès la « loi de régime spécial pour la province des Galapagos », qui fut votée : ses très nombreux articles cristallisaient la plupart des demandes des secteurs de la population insulaire menacés par le « tourisme sélectif », la prohibition de la pêche d’exportation et le désengagement de l’État. L’objectif principal était encore l’administration du png par les pouvoirs locaux afin de l’exploiter davantage : par l’octroi de permis d’opération touristique, par l’encouragement de la pêche d’exportation, et par la prétention à rogner sur la superficie du parc national au profit des aires urbanisées. La réaction des intérêts continentaux fut immédiate et le Président Duran Bailen opposa son veto à la loi. Le député et les maires des Galapagos prirent alors la tête d’une grève insurectionnelle, très suivie par la population insulaire et amplement couverte par la presse nationale et américaine (cf. par ex. Newsweek, septembre 1995). Cette insurrection déboucha sur un accord préservant, moyennant quelques concessions comme la promesse d’un deuxième siège de député pour les Galápagos, le statusquo ante : la population a été flouée. Il est certain, cependant, que ce type de revendications et de violences ne manqueront pas de resurgir périodiquement aux Galapagos. Le contraste y est en effet trop fort entre des acteurs du « dehors » (entreprises de tourisme et administrations) gagnant beaucoup d’argent grâce au png, et une population locale écartée de sa gestion et qui tire chaque fois moins de bénéfices des usages qui y sont autorisés. Et une ample couverture médiatique tout comme un tourisme qu’il ne faut pas brusquer offrent une bonne caisse de résonance à ces manifestations.

Conclusion • La faillite de la conservation de la nature est celle du politique

53La dégradation en cours du png résulte de la continentalisation accélérée d’un milieu insulaire dont la singularité découle de l’isolement relatif dans lequel il avait évolué. Or cette ouverture insulaire n’est que l’illustration locale de l’affaiblissement général de pouvoirs politiques, étatiques ou autres, devenus incapables, sous la pression des marchés, de réguler et de contrôler leurs territoires. Cette impuissance du politique est d’autant plus vive dans un pays historiquement dépendant de l’étranger comme l’Equateur et, en son sein, dans un espace traditionnellement ouvert comme celui des Galápagos. Mais lorsque la polis ne maîtrise plus son fondement spatial, le territoire, elle est privée de la possibilité de décider elle-même de son destin : c’est la fin de la démocratie. La décomposition du politique comme organisation de la société et de son territoire profite en revanche à ceux qui parviennent à s’approprier une fraction du pouvoir étatique sur l’espace national. Les bénéficiaires de cette privatisation de fait de l’espace public sont souvent des dirigeants d’institutions ou des responsables politiques, qui peuvent utiliser une partie de l’appareil d’État pour parvenir à leurs fins : on peut alors parler de prédation publique. Car l’espace public se transforme en une marqueterie de territoires privés, dont l’accès aux ressources qu’ils renferment est négocié par leurs maîtres avec les entreprises intéressées.

54Aux Galápagos, l’échec de la conservation de la nature est celui du politique : impuissance de l’État, incapacité des institutions et ong internationales à protéger un patrimoine de l’humanité, et faillite de la démocratie.

Bibliografía

Références bibliographiques

Bonner R. At the hand of man. Peril and hope for african wilderness. New York, Vintage Books, 1994.

Boo E. The Ecotourism Boom. Wildlands andhuman needs, technical papers series no 2. Washington, wwf, 1992.

Brunet R. et al. Les mots de la géographie. Paris, La Documentation française-GIP reclus, 1992.

Comision multisectorial. Plan Global de manejo turístico y conservación ecológica de Galápagos. Quito, Presidencia de la República, 1991.

Cruvellier C. Sintesis de la problemática socio económica y ambiental de las islas Galápagos y propuestas institucionales para el mejoramiento de su administración.
Washington, Banque Mondiale, 1991. 41 p.

Defensa civil. Impactos ambientales y desastres en Galápagos. Quito, Defensa Civil, ano 4, no 11, 1994, p. 2-5.

De Miras C. et al. Evaluaciôn socioeconómica de la pesca experimental depepino de mar en Galápagos. Quito, fcd/Orstom, 1995.

Grenier C. De l’espace marginal à l’espace pionnier frontalier : ouverture et attraction des Galápagos. L’espace géographique, tome xxiii, no 3. Paris, Doin, 1994, p. 250-262.

Grenier C., de Miras C. Les Galápagos : du mythe d’un espace vierge au partage disputé de la rente. Cahiers des sciences humaines, vol. 30, no 4, Paris, Orstom, 1994, p. 645-666.

Grenier C. Réseaux contre nature. Conservation, tourisme et migrations aux îles Galâpagos. Thèse de doctorat de géographie de l’Université de Paris 1, 1997. 767 p. + annexes.

Levy J. L’espace légitime. Paris, Presses de la Fondation Nationale des Sciences Politiques, 1994.

Machado A. et al. Diagnóstico de situación de las islas Galápagos y recomendaciones para su gestión ambiental. Bruxelles, Commission des Communautés Européennes, 1994.

Ost F. La nature hors la loi. L’écologie à l’épreuve du droit. Paris, La Découverte, 1995.

Parra D. Inventario de acciones de asistencia y cooperación técnica internacional para Galápagos. Quito, Comision Permanente para las Islas Galápagos, 1994.

Touraine A. La parole et le sang. Politique et société en Amérique latine. Paris, Odile Jacob, 1988.

Notas

1 Un exemple de cette détérioration du contrôle du png est fourni par le rapport entre gardes-parc et usagers : on avait un garde-parc pour 336 touristes et 122 habitants en 1980, contre un pour 858 touristes et 204 habitants en 1990.

2 En 1993, le prix du billet d’avion aller-retour Quito-Galapagos passe de 280 dollars à 345 dollars et la taxe d’entrée au png de 40 à 80 dollars, soit une augmentation d’un tiers du coût d’accès global.

3 Taux calculé à partir des 214 enquêtes (de 150 questions) que j’ai effectuées aux Galapagos en 1993-1994, soit auprès de 5 % de la population âgée de plus de 20 ans ou de 9,6 % des ménages, selon les chiffres du dernier recensement de 1990 (Grenier, 1996).

4 En 1996, la Marine disposait de 200 militaires et de deux petits patrouilleurs aux Galapagos ; ces derniers, cependant, n’étaient présents que huit mois par an dans l’archipel, et ne pouvaient effectuer que de rares et courtes missions à proximité des côtes par manque de crédits de fonctionnement !

5 Ainsi la Commission permanente, créée en 1991 à l’occasion du Plan global, regroupe huit organismes : le ministère de l’Agriculture, ingala, la Corporation équatorienne de tourisme, la dac, la digmer, la Fundacion Natura (la plus grosse ong convervationniste équatorienne), la fcd et l’Association des entrepreneurs équatoriens du tourisme.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Esta publicación digital es el resultado de un proceso automático de reconocimiento óptico de caracteres.
Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search