Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud

 | 
Jean-Louis Chaléard
, 
Roland Pourtier

Deuxième partie. Guerres et dynamiques territoriales

Recompositions ougandaises

Les dividendes géographiques de la paix et de la légitimité politique

Bernard Calas

Résumé

Comment l'histoire de la constitution de l’État ougandais participe-t-elle à l’organisation spatiale actuelle du pays ; c’est-à-dire contribue-t-elle aux différenciations régionales de son développement ? Dans un premier temps, est mise en valeur la logique de l’organisation spatiale et ses caractéristiques principales, puis l’article cherche dans l’histoire politique ougandaise les facteurs génétiques de cette organisation. Il décortique successivement lepouvoir géographique de la tradition précoloniale, de la domination coloniale, puis de la violencepostcoloniale et de la normalisation museviste de 1986 à 1999 et montre, finalement, comment la réalité actuelle est le produit d’une instrumentalisation incessante des héritages spatiaux. À la lumière des implications croissantes des Ougandais dans les affaires de leurs voisins (Rwanda, Burundi, Soudan, Congo et Communauté est-africaine), l’article s’achève sur l’hypothèse d’une remise en cause de l’échelle étatique comme échelle des déploiements des rapports politiques.

How has the spatial organization of Uganda, with its imbalances in regional development, been shaped by the political history of the country? The paper first explores Uganda’s contemporary spatial organization, with its three distinct regions. It then proceeds to account for their existence in the context of the country’s history. The residual effect on the present of pre-colonial, colonial and post-colonial ties and conflicts are considered. Emphasis is placed on the current rehabilitation policy and on the geographical consequences of Uganda’s diplomatic initiatives in favour of an East-African Community, and of the military involvement of its troops in Rwanda, cdr and Sudan. Finally, the analysis leads the author to consider the proposal that political regulation can only be achieved at the national level in Africa.

Texte intégral

  • 1 « Une carte politique est une carte qui fait apparaître des limites d'État et leurs subdivisions a (...)
  • 2 Lévy J. « “Contrôle” : un concept incontrôlé ? Pouvoir, espace et société » in H. Théry, (dir.), L (...)

1La géographie politique étudie les rapports qui se tissent autour de cette denrée rare qu’est l’espace et qui naissent de l’appropriation territoriale1 À ce titre, sa problématique est liée à celle de la violence. C’est pourquoi elle s’intéresse aussi aux mécanismes de régulation de ces rapports de force, par des contrats sociaux pacifiques, par l’instauration de pouvoirs coercitifs détenteurs du monopole de la violence légitime, par des encadrements étatiques et bureaucratiques et par leurs légitimations idéologiques. De ce fait, puisque la géographie analyse les rapports entre société et espace, toute géographie est nécessairement politique. Cependant, le risque de la dilution et de l’insignifiance du propos à cause de la chimère du « fait spatial total », demande la réduction du champ. Dans le champ du politique, J. Lévy distingue celui de la guerre, de celui de l’ordre et de celui de la légitimité2 Comment les rapports de pouvoir qui visent à se reproduire à travers un ordre, une paix et une légitimité se traduisent dans les paysages et modèlent l’organisation spatiale ? Comment, en retour, ceux-ci les structurent ?

  • 3 Coulon Ch., Martin D.-C., Introduction, in Coulon Ch., Martin D.-C. (dirs.), Les Afriques politiqu (...)

2L’étude portera sur l’espace ougandais. Or, celui-ci est singulier : il s’agit d’un État, forme d’organisation spatiale singulière et qui plus est d’un État africain. Sa genèse est donc récente puisque, sur le continent noir, « la greffe de l’État » date de la fin du siècle dernier et s’effectue dans le cadre de la domination coloniale. L’échelle étatique et la logique d’analyse diachronique apparaissent essentielles à la compréhension des recompositions actuelles en Ouganda. « Prendre le temps en considération, dans sa durée, dans ses mouvements, tel est un des impératifs assignés à l’analyse de l’Afrique contemporaine »3 L’analyse historique permet de répondre à la question suivante : comment les rapports de force tendus autour de la constitution de l’État expliquent-ils l’organisation spatiale actuelle du pays, c’est-à-dire les différenciations régionales et locales de sa mise en valeur et de son développement.

3L’État ougandais présente la particularité d’avoir été, de 1966 à 1986, le théâtre d’une crise violente qui a pris par moments l’aspect d’une guerre civile complexe. La crise s’est conclue sur le douloureux bilan de 800 000 morts. En 1986, après ces 20 ans de déclin de l’État et de régression économique, l’Ouganda pose à ses nouveaux maîtres – les membres du National Resistance Movement du président Y. K. Museveni – les problèmes suivants : il faut rétablir la paix, la normalisation intérieure, la croissance et, éventuellement, le développement et, enfin, retrouver une virginité diplomatique et un leadership régional, notamment à travers l’ouverture est-africaine. De plus, le président Museveni entend à la fois restaurer l’État et en restreindre les compétences. Il souhaite mettre fin à « l’État mou », c’est-à-dire à cette combinaison de pléthore et d’inefficacité de la fonction publique qui avait mené le pays au bord du gouffre.

4Ses ambitions se déploient dans un monde de plus en plus ouvert, travaillé par la mondialisation et le resserrement des interdépendances, la fin de la Guerre froide et l’affirmation de l’hégémonie américaine, notamment du point de vue culturel et politique, la multiplication des Plans d’Ajustement Structurel et la crise de l’État-nation. Ce contexte oppose un certain nombre de contraintes mais, à l’inverse, offre un certain nombre d’opportunités sur lesquelles ne manquent pas de miser les nouveaux leaders africains, dont le président Museveni. Ces problématiques politico-économiques qui interrogent le contenu de la souveraineté de l’Etat seront donc au coeur de l’analyse.

5Dans un premier temps, je soulignerai les principaux traits marquants de l’organisation de l’espace ougandais en 1998, pour, ensuite, en exposer la genèse politique à travers la succession de quatre périodes : la période pré-coloniale (avant 1880), la période coloniale (de 1880 à 1962), la période de la violence (de 1966 à 1986) et la normalisation museveniste (à partir du 26 janvier 1986). Chacune de ces périodes a laissé des héritages encore visibles aujourd’hui dans l’organisation spatiale et les paysages ougandais qui, de ce fait, constituent des palimpsestes très intéressants. C’est à la recherche des traces de ces temps perdus que je me propose donc de partir.

L’organisation spatiale ougandaise en 1998

6Comme dans bien des États africains, l’organisation spatiale repose sur un certain nombre d’« archipels ». Leur articulation exprime les différenciations régionales du déploiement des stratégies d’accumulation et de reproduction des acteurs du (sous-) développement. Ces archipels sont au nombre de quatre : le maillage logistico-urbain, les régions intégrées au système agro-exportateur, les régions mal intégrées au système agro-exportateur où se déverse une partie du trop-plein démographique des régions saturées et, enfin, les régions marginalisées.

7Les villes ougandaises rassemblent assez peu de monde : la part de la population urbaine n’est que de 15 % en 1995. La société ougandaise reste donc très rurale. Cependant, cette faible urbanisation ne doit pas masquer le rôle essentiel des villes dans la structuration spatiale. La capitale, Kampala (1 million d’habitants), contribue à près de 60 % du PIB, assurant à elle seule la quasi totalité de la production industrielle et des services formels. L’agglomération Kampala-Entebbe constitue le relais essentiel du système mondial en Ouganda.

8Le semis urbain est très déséquilibré puisque, parmi les vingt villes de plus de 10 000 habitants que compte l’Ouganda, seize sont localisées dans le sud. Les principales agglomérations secondaires sont situées sur l’axe logistique majeur qui, associant route et voie ferrée, traverse le pays d’est en ouest et s’insère dans la transafrican highway reliant l’Océan Indien à Kigali au Rwanda et Kisangani au Congo. Ces villes du sud sont animées par des hommes d’affaires dynamiques et possèdent une grande variété de fonctions. Leur dynamisme est renforcé par l’orientation du commerce international ougandais. La dépendance commerciale par rapport au Kenya est patente : celui-ci constitue le premier partenaire de l’Ouganda. L’essentiel des exportations (70 %) et la totalité du pétrole consommé transitent par le port de Mombasa. Les frontières septentrionales constituant un mur imperméable aux activités commerciales normales, la fonction de transit du pays est essentiellement orientée vers le Kivu, le Haut Zaïre et le Rwanda. Cette porosité différentielle déséquilibre le réseau urbain. De même, les efforts d’ouverture de l’Ouganda aux flux en provenance et à destination de Dar es Salaam favorisent les villes du lac Victoria (Kampala et Jinja) et renforcent encore le déséquilibre du dynamisme économique.

Carte 1 - L'organisation régionale ougandaise

Carte 1 - L'organisation régionale ougandaise

9Au contraire, les villes du nord du pays peinent à sortir de leur rôle de centre administratif et de cantonnement militaire. Si certaines d’entre elles dépassent les 40 000 habitants, c’est souvent à cause d’effectifs gonflés par les déplacés, chassés de la brousse par l’insécurité. Les villes du nord pâtissent d’un enclavement aggravé par le mauvais état des routes et par une insécurité chronique qui freinent investisseurs et investissements publics ou privés. L’urbanité y est très nettement fille de l’État.

10Ce déséquilibre s’appuie sur la différenciation rurale. En effet, l’Ouganda utile est situé au sud du lac Kyoga. Les régions les plus productives et intégrées au système agro-exportateur sont celles du sud du pays. Elles produisent la totalité des 200 000 tonnes de café (les deux tiers des recettes d’exportation du pays) et du thé. Elles sont également le théâtre d’une très dynamique agriculture vivrière à destination des principaux centres urbains, en particulier Kampala, mais aussi de certains fronts humanitaires dont la région ne manque pas. Les rives du lac Victoria sont ponctuées d’une série de petits ports de pêche dont la production prend la route de Kampala et de Nairobi. Une agriculture maraîchère de contresaison est mise en place par les agriculteurs les plus dynamiques du Buganda et du Busoga. Ces petites exploitations polyculturales dynamisent le bassin kampalais qui forme le coeur de l’Ouganda utile.

11Densément mais pas excessivement peuplé, ce bassin est entouré d’une série de zones qui relèvent de l’archipel du desserrement démo-économique, où se déploient un certain nombre de fronts pionniers agricoles spontanés, souvent illégaux puisqu’ouverts aux dépens de forêts classées (districts de Mukono, Kibaale, Hoima, Masindi, Kabarole, Kasese et Kamuli). Les régions pastorales (est de l’Ankole) se rattachent à ces espaces en cours de densification, espaces ruraux de plus en plus convoités, véritables soupapes de sécurité mais aussi, paradoxalement, poudrières potentielles. Des mouvements de population en provenance des régions périphériques les plus saturées y convergent. Ces dernières, massifs montagneux (Kigezi et West Nile en particulier), fonctionnent comme des réservoirs démographiques.

12Cependant, un certain nombre d’espaces restent à l’écart. Il s’agit là de régions autocentrées et marginales, insensibles en apparence, à l’intégration nationale.

13Trois sous-types se distinguent :

  • d’une part des massifs montagneux peuplés mais pas encore totalement saturés, auto-centrés et où se réalise une accumulation démographique sur place, souvent grâce à une intensification des systèmes agricoles et à une redistribution locale des populations, fondée sur la conquête des piedmonts et des hauteurs (Mont Elgon et Ruwenzori en particulier) ;
  • d’autre part, des espaces ruraux vides (la basse vallée du Nil) et/ou vidés (certains espaces du Bunyoro) à cause de l’insalubrité du milieu, en particulier de la présence de la trypanosomiase ;
  • enfin, des espaces totalement marginalisés par la guerre ou l’insécurité (pays Acholi, Karamoja) ou en cours de reconstruction après les opérations de pacification du début de la période Museveni (Lango et, surtout, Teso).

14Au total, trois types d’espaces se distinguent : le centre, c’est-à-dire le Buganda et le Busoga, les périphéries proches, leurs flancs est et ouest et, enfin, les marges du nord et de l’ouest.

15Dans quelle mesure la construction de l’État autour duquel s’élabore le champ du politique explique-t-elle cette structuration spatiale ?

« Le pouvoir géographique de “la tradition” » : l’importance de l'africanité pré-coloniale (avant 1880)

16L’histoire de l’Afrique ne commence pas avec le Blanc. Trouve-t-on des héritages des structures et des rapports de pouvoir pré-coloniaux dans cette structuration régionale de l’Ouganda ?

17La période précoloniale est, en partie, à l’origine des identités ethniques actuelles, notamment à travers la différenciation des systèmes politiques. Dès cette période, le Buganda constitue un proto-État, voire une proto-nation. Il est formé de fiefs donnés en administration aux katongole, révocables à merci par le roi, responsables de la livraison de tributs réguliers, de lever le ban et l’arrière-ban, d’entretenir des routes, de rendre une justice de paix, toutes fonctions et responsabilités symptomatiques de la mise sur pied d’une administration et d’une territorialisation de relative ampleur. Au contraire, sans être complètement acéphales, les ethnies nordistes présentent, à cette époque, des structures d’encadrement plus localisées et émiettées.

18Il est classique d’insister sur le rôle des conditions politiques précoloniales pour expliquer les différentiels de densité. Qu’en est-il en Ouganda ? Les différentiels de densités actuels sont en partie hérités de ceux qui existaient à la fin de la période pré-coloniale. Celle-ci montrait sensiblement la même opposition, entre une auréole sud relativement peuplée, des bastions montagneux déjà peuplés et un vaste ensemble septentrional, moins densément peuplé. Ces oppositions sont dues à la combinaison de facteurs complexes parmi lesquels le facteur politique.

  • 4 Néanmoins, les facteurs écologiques ont également contribué à cette accumulation différentielle da (...)

19L’accumulation démographique précoloniale sur les plateaux du Buganda et du Busoga s’explique, en partie, par la sécurité et la stabilité entretenue par la royauté baganda dans son aire d’influence qui a évité la saignée esclavagiste du XIXe, au contraire grave au Bunyoro et dans les régions du nord à partir de 1850. Dans ces dernières, l’émiettement politique aurait rendu impossible la levée d’armées contre la menace des raids esclavagistes. Au nord, « un cercle vicieux, amorcé par les expéditions [égyptiennes], se développa ainsi au cours du siècle... faisant du Soudan méridional [et du nord de l’Ouganda] une terre d’anarchie et de violence croissantes4.

Carte 2 – Densité de la population par district en Ouganda

Carte 2 – Densité de la population par district en Ouganda
  • 5 Dubresson A. et Raison J.-R, L’Afrique subsaharienne. Une géographie du changement, Paris, Armand (...)

20L’exemple du Bunyoro confirme le rôle de l’interaction entre facteurs politiques et facteurs écologiques pour expliquer les différentiels de densités pré-coloniaux encore largement sensibles aujourd’hui. À la fin des années 1890, le Bunyoro est faiblement peuplé, alors qu’il présente des conditions écologiques assez proches de celles du Buganda voisin. Le déclin politique de ce royaume, puissant au XVIIe siècle, a sans doute fait reculer le peuplement et permis aux mouches tsé-tsé d’occuper la mosaïque forêt-savane, précipitant l’apparition d’une « spirale sinon de l’anéantissement »5, du moins de la rétraction du peuplement. La conjonction des guerres et de l’agression épidémiologique n’a permis ni la bonification anthropique des sols, ni la propagation de l’élevage. De plus, les migrations précoloniales liées à l’insécurité et les razzias opérées par les Baganda, souvent pour le compte de commerçants arabes, aux dépens du Bunyoro ont permis au Buganda de se nourrir des hommes de son voisin, contribuant ainsi à accentuer les différentiels de densité.

21Les rapports de pouvoir pré-coloniaux amorcent également l’arrimage est-africain. En 1844, l’arrivée de la première caravane, en provenance de l’Océan Indien exprime la pénétration swahilie. Certes, la finalité des caravaniers était commerciale mais elle n’en sème pas moins les graines d’une véritable domination politique. Fondée sur son ouverture précoce aux tendances lourdes de l’intégration mondiale, sur ses quelques années d’avance sur les « explorateurs » européens, sur la familiarité ancienne des Swahilis avec le monde africain, sur sa position d’intermédiaire et sur la détention d’armes à feu, la puissance du sultanat de Zanzibar a permis la constitution de cet immense empire commercial. Il ne relève que partiellement de notre champ d’étude dans la mesure où il n’est pas guerrier, où il n’assure pas l’ordre et ne cherche pas une quelconque légitimité. Cependant, il nous intéresse dans la mesure où ses itinéraires structurants furent utilisés par les explorateurs, les missionnaires puis les militaires européens qui mirent l’Ouganda sous domination. Ces itinéraires drainent le sud du pays qu’ils arriment durablement à l’Océan Indien.

22À l’opposé, le nord de l’Ouganda est traversé violemment, quoique plus épisodiquement, par des étrangers, principalement des Arabes, Turcs ou Européens venus du Soudan. La dichotomie nord-sud se révèle du point de vue de la réceptivité à ces premiers contacts, puisque les autorités bantoues ont réussi à se rendre incontournables et ont empêché la prédation esclavagiste et écologique qu’a connue le nord, livré aux marchands d’esclaves et aux trafiquants d’ivoire.

La puissance géographique de la domination : la pax britannica (1880-1962)

  • 6 Un cas particulièrement net est brièvement décrit par Heike Behrend sur le pays Acholi. Voir Berhe (...)
  • 7 Prunier G. L'espace ougandais : esquisse d'écologie politique. Hérodote, no 46, 1987, p. 68-81.

23Un des legs les plus longtemps voilés et pourtant des plus importants de la colonisation reste la cristallisation ethnique. Placés face à des sociétés aux contours mouvants, en pleine mutation, dont ils ne comprenaient pas toujours les distinctions et qu’ils avaient à administrer et à contrôler, les administrateurs coloniaux ont procédé à des regroupements et à des amalgames, à des classifications approximatives et définitives, contribuant ainsi à l’ossification pragmatique de situations de pouvoir souvent très conjoncturelles6 Une véritable ethnogenèse coloniale a eu lieu, dont les effets restent perceptibles aujourd’hui. Elle fonde la structuration politique mais aussi géographique de l’Afrique actuelle. La mosaïque ethnique est construite par l’instrumentalisation coloniale de certains rapports de force précoloniaux, pour les nécessités de l’administration au moindre coût. « L’imposition du pouvoir colonial entraîna un processus complexe conférant de plus en plus de force à l’ethnicité dans les conflits pour la participation au pouvoir central »7.

Carte 3 – Le fractionnement ethnique en Ouganda

Carte 3 – Le fractionnement ethnique en Ouganda

24L’Ouganda ne se résume pas au Buganda. C’est là le problème essentiel de l’Ouganda. Le mot Ouganda ou Uganda signifie le pays des Ganda ; le Buganda signifie « le royaume des Ganda ». Les deux termes renvoient grossièrement à la même réalité territoriale. Or, celle-ci ne correspond pas au territoire de l’État ougandais, dont le Buganda n’est qu’une partie. Le reste du territoire n’est pas peuplé de Baganda. La partie sud de l’État est peuplée par des bantous non baganda, le nord et l’est par des groupes soudaniques, couchitiques et nilotiques. Ces différents groupes ont été appelés à cohabiter au sein d’un même ensemble étatique à la suite de la lente constitution du protectorat entre 1890 et 1914.

  • 8 Père Goulet, Sur les rives du Victoria, Librairie missionnaire, Pari (sic), 1939, 160 p.

25Le prétexte de la constitution de l’État ougandais est la prise de possession du Buganda. « En posant le pied sur le sol de l’Uganda, les explorateurs furent fort étonnés d’y rencontrer une civilisation en marche, un ordre, une culture, des moeurs, des manières de beaucoup supérieures à ce qu’ils avaient vu jusque-là en Afrique, et ils qualifièrent les habitants de “peuple extraordinaire”. Ce qui les frappa surtout ce fut l’admirable organisation hiérarchique et politique du royaume : un roi (kabaka) reconnu comme maître souverain des hommes et des choses ; un premier ministre (katikkiro) gouvernant avec une autorité entière et incontestée ; un État (sic) divisé en comtés, districts et cantons... un conseil royal... un pouvoir judiciaire... une police redoutée... une puissante armée. En établissant son protectorat, le gouvernement britannique eut peu de chose à changer aux rouages existants »8

26Pour assurer la stabilité du Buganda, la pax britannica dut s’étendre aux territoires voisins : d’abord au sud du lac Kyoga, puis au nord à partir de 1898 – à l’occasion notamment de l’affaire de Fachoda et de la nécessité de contrôler le haut Nil – dans les territoires peuplés de nilotiques, couchitiques et soudaniques. Le tracé des contours exacts de l’État ougandais demanda quelques ajustements ; les derniers ne furent réalisés qu’en 1926, grâce à un accord entre le Uganda protectorate et l’East African Protectorate.

  • 9 Twaddle M. Kakungulu and the creation of Uganda, Londres, James Currey, 1993, 310 p.

27Dans ces régions septentrionales, les Britanniques ne trouvèrent pas de royaumes structurés, mais des groupes acéphales, peu aptes à assurer le contrôle effectif et rentable d’un large territoire intégré dans une construction impériale. Aussi, pour en assurer l’administration, durent-ils opérer des bricolages successifs qui eurent tous pour conséquence d’étendre le système et l’influence baganda. D’abord, la superficie du royaume fut doublée : de dix comtés précoloniaux, il passa à vingt comtés. Puis des auxiliaires baganda – dont le fameux Kakungulu – furent utilisés pour conquérir et administrer les provinces de l’est (mont Elgon, Bukedi et pays teso notamment). Enfin, l’organigramme administratif baganda précolonial, simplifié par les Britanniques, fut, à peu de choses près, étendu pour remplir et mailler le territoire, créé en 1900 par Sir Harry Johnston. Si bien qu’on a pu écrire que « Uganda... wasfast becoming a congeries of little Bugandas »9

28Par ailleurs, dès 1900, les besoins croissants de l’administration territoriale, alors même que la métropole rechignait à subventionner ses territoires impériaux, conduisirent les autorités à diffuser les cultures commerciales (coton d’abord, puis café et thé). Les fortes densités du sud du pays assuraient des retours d’investissement importants et permirent, à travers le prélèvement fiscal, la prospérité du protectorat. Très tôt, les Baganda réinvestirent les revenus du coton, puis du café, dans l’éducation, enclenchant ainsi un processus de développement cumulatif, mais limité au centre-sud du Protectorat.

29Cet aménagement du territoire s’effectuait dans le contexte de l’Empire et donc d’une intégration croissante. Routes et voies ferrées désenclavèrent le croissant productif du protectorat, laissant le nord dans un relatif sous-équipement. Cette politique d’aménagement et d’exploitation du territoire destinée à réduire les coûts de la domination politique favorisa le sud et l’est aux dépens du nord et de l’ouest et ébaucha le canevas essentiel du développement inégal actuel. Face à cette inégalité, les chances de promotion des nordistes étaient réduites : seules leur restèrent ouvertes les voies du salariat agricole sur les grands domaines théiers et sucriers du sud, de la petite fonction publique et, surtout, de l’armée. Or, à la recherche de « races martiales », les Britanniques sélectionnaient dans les King’s African Rifles les « grands nordistes » de préférence aux « petits » bantous, amorçant un recrutement militaire déséquilibré qui allait se révéler catastrophique plus tard.

30La colonisation instrumentalisa donc le contexte africain qu'elle rencontra, pour servir ses propres intérêts. Ce faisant, elle dessina la silhouette de l’Ouganda dominé par les Baganda, inégalement développé mais intégré à l’espace estafricain. Cette intégration à l’espace est-africain fut en partie assurée par les réseaux indiens, chevauchant les frontières des trois colonies mais aussi, très précocement, les frontières entre l’Afrique anglophone et le Congo belge.

Carte 4 – La formation du cadre territorial : évolution des frontières 1885-1926

Carte 4 – La formation du cadre territorial : évolution des frontières 1885-1926

Carte 5 – Date de fixation des frontières du protectorat de l'Ouganda

Carte 5 – Date de fixation des frontières du protectorat de l'Ouganda

1966-1986 • Le pouvoir géographique de la violence

31Cette construction coloniale est fragile et l’indépendance est octroyée dans des conditions curieuses. La république ougandaise conserve, en son sein, cinq royaumes dont celui du Buganda. Ils ne couvrent pas toute la superficie du pays, mais seulement son « cœur utile », c’est-à-dire le sud et l’ouest. Ils possèdent une administration – celle du Buganda est autonome-, un budget, une police et des prérogatives crypto-nationales, sans que pour autant soit formalisée leur autonomie. Mais le plus curieux vient de ce que le président de la république est le roi du Buganda et qu’il est assisté d’un Premier ministre nationaliste – A. M. Obote – qui vient du nord, du Lango exactement.

32La vision que les deux hommes se font de l’Ouganda diverge fondamentalement. Leur problème principal est celui de la construction nationale et, audelà, de la façon dont le Buganda doit s’intégrer à l’État ougandais. Pour le roiprésident, l’État doit respecter les particularismes locaux et l’autonomie baganda constitue le gage d’une intégration réussie ; pour son Premier ministre, l’intégration nationale doit, au contraire, se faire en gommant les particularismes locaux. La crise mûrit de 1962 à 1966 et éclate alors que les Baganda sont près de mettre Obote en minorité au sein de son propre parti et du gouvernement. En février 1966, Obote suspend la constitution fédérale de 1962. Face aux réactions sécessionnistes du Buganda, en mai 1966, il fait donner l’armée, aux ordres d’Idi Amin Dada, qui prend le palais royal. Les monarchies sont renversées et l’année suivante, une nouvelle constitution unitaire et républicaine est proclamée. La violence commence de se déchaîner, elle ne cessera pas jusqu’à aujourd’hui.

  • 10 Brunet R. Les mondes nouveaux, Géographie Universelle, Hachette/Reclus, Paris/Montpellier, 1990, p (...)

331966 provoque la militarisation et la ré-ethnicisation de la politique ougandaise. À partir de 1971, le coup d’État d’Idi Amin ouvre la voie à des violences à grande échelle. Dès mai 1971, il fait massacrer les Langi et Acholi de l’armée. L’année suivante, il déclare « une guerre économique » contre la minorité indienne sommée de quitter le pays en trois mois, abandonnant ses biens, étatisés au sein du Departed Asians Properties Custodian Board (dapcb). L’expulsion des Indiens signe le déclin de l’économie et du pays. L’Ouganda se sépare du monde. En 1977, 1’East African Cooperation éclate. Le parc automobile diminue de moitié en huit ans ; le nombre de compagnies aériennes desservant Entebbe se réduit à trois. Le pays devient un véritable « chaos borné »10 Le contrôle du café, seule source de richesse, avive une féroce compétition entre des unités militaires qui se déchirent les restes de l’économie et de l’Etat. À la suite de « mouvements de troupes incontrôlés », une incursion menée en territoire tanzanien déclenche la guerre ougando-tanzanienne de 1978-1979, le renversement d’Idi Amin, l’instauration d’une transition agitée et, en décembre 1980, la tenue d’élections truquées qui ramènent au pouvoir Obote. Les cinq années suivantes marquent le déchaînement de la violence qui glisse sur une pente génocidaire aux dépens des Baganda, s’accompagne de l’effondrement de l’État et de la généralisation de la corruption. Le 26 janvier 1986, après cinq ans de guerrilla, Museveni entre dans Kampala à la tête de la National Resistance Army. Dès avril, elle contrôle l’ensemble du territoire.

  • 11 En swahili, le terme magendo désigne toutes les activités informelles et illégales.

34Ces vingt ans de crise ont transformé « la perle de l’Afrique » en un des dix pays les plus pauvres de la planète. L’effondrement logistique, industriel et commercial a provoqué le recul des cultures commerciales et de la production industrielle. En 1986, l’économie repose sur l’omniprésence du magendo11, c’est-à-dire le foisonnement des activités informelles, illégales, mafieuses et la multiplication des contrebandes. Cette économie de pénurie, « gérée » à coups de planches à billets, déchaîne une inflation à trois chiffres. Le plus grave réside sans doute dans la disparition des élites, assassinées ou en exil.

35Les effets spatiaux de cette violence sont très clairs. Elle fait de l’Ouganda un « chaos borné », propage des processus de désintégration à toutes les échelles, réduit sensiblement les mobilités et participe à l’atomisation des unités territoriales. Elle modifie la hiérarchie urbaine en privilégiant les villes de garnison et les postes frontières aux dépens des villes productives. Elle provoque le recul des cultures commerciales et de l’industrie et la diffusion des cultures vivrières. Au total, cette insécurité a fait que l’Ouganda utile occupé est pillé, razzié, taudifié, ruiné et que des mécanismes d’homogénéisation géographique par le bas sont enclenchés.

Le pouvoir géographique de l’ordre et de la légitimité : la normalisation museveniste (1986-1998)

36La « chance » politique de Museveni, c’est le chaos qui a précédé sa prise de pouvoir. Il ne pouvait que faire mieux. Sa légitimité repose sur son bilan sécuritaire et économique.

La paix et son rôle géographique : prospérités et inégalités

37Le premier souci du nouveau pouvoir a été de restaurer la sécurité. Le retour de la discipline dans l’armée a tenu à l’introduction d’un certain nombre de procédures simples mais effectivement appliquées. Ce meilleur contrôle des militaires a permis un grand progrès sécuritaire. Le second instrument du retour de la sécurité réside dans la généralisation d’un système d’encadrement politicoadministratif, testé dans les zones libérées par la guérilla dès 1984, et appelé Resistance committees (rc). Ces comités encadrent les populations dont ils sont issus grâce à des élections universelles directes au premier niveau, indirectes à partir du second niveau. À l’échelle locale, ils assurent une justice de paix, l’État civil et le recrutement et l’organisation des patrouilles de nuit dans les villages et les quartiers. À travers la promotion d’une petite élite locale, ces comités renversent la tendance à l’homogénéisation par le bas de la période précédente.

38La restauration sécuritaire et l’amélioration de l’encadrement social local favorisent une amorce de réintégration logistique. L’accroissement de la mobilité traduit nettement ce retour de la sécurité. Les gens ne restent plus confinés chez eux. Ils réinvestissent les espaces publics et cherchent à renouer les relations distendues. Les voitures n’étant plus volées, les transports constituent un secteur dont le très fort dynamisme (croissance de 10 % par an) a été renforcé par la réhabilitation et le resurfaçage des routes. Dans un premier temps, les rc ont mis la population au travail pour déblayer les routes ; dans un second temps, les projets de réhabilitation gouvernementaux soutenus par les bailleurs de fonds – 30 % des projets financés par la Banque mondiale concernent les infrastructures routières – ont permis le resurfaçage des principaux axes du sud du pays et l’ouverture de nouvelles routes. La réhabilitation de l’aéroport d’Entebbe a étendu ce désenclavement à l’international. Aujourd’hui, seize lignes aériennes desservent Entebbe ; le hub ougandais rayonne de nouveau de Johannesburg, à Yaoundé, à Bombay, de Dubaï aux principales capitales européennes.

39Le second volet de la politique de Museveni consiste à appliquer scrupuleusement un Plan d’Ajustement Structurel adopté en mai 1987. Il résulte très directement de rapports de force inégaux entre le nouveau régime et la Banque mondiale. Cette dernière impose ses directives au National Resistance Movement. Relativement classiques, les ingrédients de ce PAS aboutissent au désengagement de l’État du secteur économique et à la libération de l’initiative privée. Ce pas permet à l’Ouganda de retrouver le chemin de la normalité macro-économique. Le désengagement de l’État est prolongé par le dégraissage de la fonction publique. Ces mesures ont hâté la réduction de l’inflation, l’arrêt de la dépréciation monétaire et la réduction des déficits budgétaires. Cette politique économique si studieusement suivie vaut à l’Ouganda le titre de « meilleur élève africain du fmi », volant ainsi la vedette au Ghana. C’est pourquoi le pays est devenu importateur net de capitaux. Le maintien de l’aide à un niveau élevé (850 millions en 1997) se combine avec la réduction de la dette pour faire du pays un des principaux bénéficiaires de l’aide internationale. Dès 1995, un certain nombre de bailleurs de fonds bilatéraux avaient procédé à des annulations de dettes. La Banque mondiale et le fmi viennent de franchir le pas en faisant de l’Ouganda le premier pays à se voir offrir une réduction de dette grâce à l’Initiative sur les pays pauvres, les plus endettés. Cette mesure permet, à terme, de réduire le service de la dette de 20 %.

40L’Ouganda redevient donc un espace attractif pour les investisseurs à l’affût de retours élevés. Fondé sur l’ordre et la sécurité, donc sur le politique, un cercle vertueux de croissance est engagé. Depuis 1990, la rétrocession des biens des Indiens à leurs anciens propriétaires a incité 7 000 Indo-Pakistanais à s’installer en Ouganda. Ceux-ci ne sont pas toujours d’anciens Ougandais et de nouvelles filières migratoires se sont mises en place. Cependant, les plus gros des entrepreneurs indiens des années soixante (Mehta, Madvani, etc.) ont repris pieds en Ouganda et ont bénéficié d’un mouvement de concentration indéniable. En effet, certains des propriétaires de biens rétrocédés les ont revendus aux plus puissants d’entre eux, dont l’assise économique se trouve ainsi confortée. La rétrocession s’accompagne dans bien des cas d’une réhabilitation particulièrement ostentatoire et visible dans le paysage.

41Par ailleurs, un certain nombre d’exilés reviennent investir au pays. Enfin, d’autres investisseurs en provenance des capitalismes périphériques (Malaisie, Corée, Kenya, Liban, Afrique du Sud) mais aussi certaines grandes compagnies américaines et britanniques s’installent dans un État stable où la main-d’oeuvre est peu chère. Entre 1994 et 1995, plus de 400 projets d’investissements ont été déposés auprès de l’Uganda Investisment Authority (uia). Aujourd’hui, les investissements sont évalués à 20 % du pib contre 7 % en 1985. En quatre ans, 200 millions d’investissements ont été effectués. Les entrepreneurs misent sur la stabilité politique retrouvée. Ils misent également sur la croissance retrouvée – l’agriculture progresse de 10 %, l’élevage de 12 % et le secteur manufacturier de 18 % – conséquence de la conjugaison de cette sécurité, de l’ajustement structurel, de l’appui des bailleurs de fonds et du retour de la confiance des investisseurs. L’organisation spatiale et le paysage ainsi produits s’apparentent à une peau de léopard, à une mosaïque montrant, d’une part, les traces de l’intégration et de la réhabilitation en cours et, d’autre part, les héritages de la taudification et de la crise passées.

42Comparées à d’autres États, les conséquences sociales de l’ajustement ougandais ont été relativement faibles : la crise avait déjà ajusté la société, en provoquant la multi-activité précoce – « amortisseur de crise » rodé quand les pas se mettent en place – et la privatisation de fait de l’école et du dispensaire. Les vitupérations des étudiants mécontents de la disparition de leur bourse d’étude ont résonné dans la plus complète indifférence. On a pu craindre que la population urbaine qui alloue 66 % de ses revenus à l’alimentation souffre de la levée des subventions aux carburants. Or, il n’en a rien été ; l’amélioration de la mobilité et de l’intégration régionale a aiguisé la concurrence et réduit les temps de transport, compensant ainsi les effets de l’augmentation des coûts de l’essence sur le prix des denrées alimentaires en ville.

43Cependant, la croissance exacerbe les contrastes sociaux. Elle favorise les commerçants et le petit paysannat, notamment caféier. Ce dernier profite de l’augmentation de la part du prix mondial du café qui revient au producteur, passée à 65 %, contre 25 % au milieu des années quatre-vingt. Cependant, si la pauvreté recule en valeur relative, le nombre des laissés-pour-compte du « miracle ougandais » ne cesse d’augmenter, en valeur absolue. La frustration du plus grand nombre face aux réussites scandaleuses et ostentatoires d’une minorité que la sécurité autorise à s’afficher, ne fait que s’accroître. Une des déconvenues électorales les plus vives du pouvoir : la perte de « la bataille de Kampala », en mai 1998, au profit d’un candidat muganda d’extraction modeste – Hadj Sebaggala – et le revendiquant haut et fort comme un porte-drapeau, s’explique par le vote protestataire de ces urbains que la croissance oublie.

44Socialement inégalitaire, la reprise l’est aussi spatialement, puisque bénéficiant surtout au sud, elle réactive jusqu’à la caricature l’organisation spatiale coloniale. En effet, toutes les données montrent que le sud et surtout le centre bénéficient de la reprise, alors que le nord s’enfonce dans la guerre civile et le refus du développement et de la croissance. Les dynamiques actuelles aggravent ces déséquilibres en faveur des villes du sud du pays et, en particulier, de la capitale.

45L’Ouganda rappelle aux analystes le rôle essentiel de la sécurité dans la croissance économique ; il souligne l’importance des modalités des reconstructions sur l’organisation spatiale des territoires. Le rôle conjugué, d’une part des décideurs et des survivants de la crise, d’autre part des experts et des bailleurs de fonds étrangers et, enfin, des contradictions héritées des régimes précédents a été considérable pour reproduire une organisation spatiale, partiellement calquée sur celle de la fin de la période coloniale ! Le discours fondé sur le retour à la paix et à la vie normale, sans que les termes mêmes de cette « normalité » soient explicitement définis au préalable, a justifié des réparations et des réhabilitations effectuées sans réflexion et à la hâte, alors qu’elles réactivent une structure géographique, datée et porteuse, à travers l’acuité de ses contradictions, de violences potentielles. La réhabilitation se veut d’abord conservatrice, aussi, la structuration géographique quelle induit, s’apparente-t-elle largement à celle d’avant la crise. La repossession par les Indiens de leurs biens, le rétablissement du roi des Baganda en juillet 1993, la remise sur pied d’un système productif néo-colonial simplifié, la reproduction de logiques d’intégration inégales, inégalitaires et ségrégatives, la marginalisation croissante du nord du pays en sont autant de preuves, inscrites à la fois dans le paysage et l’organisation spatiale.

L’espace de la légitimité politique et de l’encadrement « démocratique »

46L’atomisation territoriale et la décomposition de l’État avaient été telles qu’une des missions du nouveau pouvoir est de redessiner la carte politique de l’État et de redonner force et légitimité à cet État et à ses frontières internes et externes, en tirant les enseignements de 20 ans de conflit et en tenant compte des crispations et tensions héritées de ce passé brûlant. Aussi l’action politique du pouvoir nrm vise d’abord à restaurer le contrôle de l’État sur son territoire et à y assurer les conditions de la régulation, pacifique, des conflits, afin d’éviter les dérapages de la période précédente.

47Pour cela, cependant, il doit louvoyer entre des exigences contradictoires et concilier : une restauration monarchique, la proclamation d’une constitution unitaire, une décentralisation imposée par les bailleurs de fonds, la tenue d’élections libres dans un cadre non partisan, les conséquences désastreuses des guérillas internes et de son implication dans les conflits rwandais, congolais et soudanais !

  • 12 Doornbos M. L'Ouganda : le retour des rois, Politique Africaine, no 52, décembre 1993, p. 122-128.

48Le 31 juillet 1993, le roi du Buganda, le kabaka, a été couronné sur la très symbolique colline de Buddo12 La cérémonie a été rendue possible par le vote le 14 juillet de la même année par le National Resistance Council (le parlement provisoire) des lois autorisant la restauration des royaumes et la restitution des ebyaffe (les biens traditionnels des monarchies). Le gouvernement a accéléré le mouvement parce que les Baganda avaient décidé de couronner leur roi, avec ou sans autorisation. La restauration a également eu lieu au Toro et au Bunyoro. La restauration, très populaire au Buganda, est plus controversée ailleurs (pour des raisons foncières et politiques essentiellement). Dans le contexte du retour des ebyaffe, l’éventuelle attribution du lac Katwe aux Batoro inquiète les Bakonjo du Ruwenzori. En Ankole, elle agite la menace d’une restauration bahima sur une majorité bairu, enrichie pendant la crise grâce à l’agriculture vivrière ! Ailleurs, dans certaines régions qui ignoraient la royauté – Busoga et Madi – on constate un regain d’intérêt pour les autorités dites « traditionnelles » qui n’avaient jamais existé auparavant.

49Quelles sont les implications de ces restaurations sur la structuration géographique nationale ? Le problème est d’intégrer les monarchies à la Nation. Théoriquement, elles n’ont qu’un rôle culturel. Dans les faits, à cause de leur puissance identitaire et de leur poids économique, elles ne peuvent pas ne pas avoir de rôle politique. Un groupe de traditionalistes radicaux (bazzukulu ba Buganda) considère la restauration sans droit de perception des impôts (cette restriction est inscrite dans le chapitre 16 de la Constitution) comme une trahison. Ce groupe réclame le retour pur et simple à la Constitution fédérale de 1962. La restauration du kabaka renforce l’identité et la position du Buganda par rapport au pouvoir central. Mais cela revient à créer un État dans l’État, alors même que ce Buganda reste le coeur de l’Ouganda utile et que l’État central ne peut admettre de voir lui échapper le contrôle des deux tiers du pnb et de l’essentiel des ressources fiscales.

50Ces restaurations auraient été impensables dans les années 1970-1980 tellement la volonté nationaliste dominait et tellement la présence d’une monarchie à l’intérieur de la république était perçue comme un facteur de division. La construction de la Nation passait par la redistribution et l’homogénéisation étatique. Aujourd’hui, celle-ci passe par l’affirmation des différences, notamment culturelles et administratives. Elle passe également par la décentralisation administrative.

51L’Ouganda n’échappe pas à la fission administrative. Les districts sont passés de 32 à 45 en douze ans. Ce processus révèle les tensions sociales locales nées de la normalisation et les tentatives faites pour y remédier. Les logiques qui président à ce mouvement de scissiparité sont variables ; cependant, un certain nombre de cas précis montrent la rémanence d’une mémoire politique parfois ancienne, manipulée par les acteurs contemporains pour assouvir leurs ambitions et asseoir leur pouvoir. Ainsi, la création du district de Ntungamo dans l’extrême sud-ouest s’appuie sur le souvenir de l’identité bahororo, niée par les colonisateurs, soucieux de s’attirer les bonnes grâce des Bahima ankole, auxquels les Bahororo étaient rebelles. De même, la création des districts de Kibaale et Kiboga, dans l’ouest du pays, est-elle liée à l’épisode des lost counties du Bunyoro. La création du district de Nakasongola permet de scinder en deux l’immense district du Luwero et de tenir compte d’une diversité ethnique plus grande au nord qu’au sud du Buganda. Cependant, derrière cette explosion de nouvelles créations qui entérinent les identités locales, comment ne pas voir la tentative du pouvoir central d’empêcher la constitution de trop grandes puissances locales, pour mieux arbitrer l’ensemble ? Diviser pour mieux régner, tel est le précepte rodé qu’adopte à son tour le pouvoir nrm. Comment ne pas voir également les tentatives d’élites locales pour créer les conditions de leur promotion politique, dans le contexte du nouveau jeu « démocratique » garanti par le nrm ? Et ce d’autant plus que, désormais, les districts disposent d’un budget autonome, établissent leur plan de développement et sont encouragés à trouver eux-mêmes les ressources nécessaires à leur mise en application. Cette démultiplication de l’État tente à la fois de désamorcer les tensions internes et d’en contrôler les effets. Cette tendance rencontre la propension des donateurs à développer des programmes locaux et le souci de la Banque mondiale de promouvoir la décentralisation. Le rétablissement des royautés est cohérent avec cette décentralisation dans la mesure où il conforte la nécessaire liaison établie entre le développement économique et l’affirmation culturelle et identitaire. Cependant, pour le pouvoir, le risque est grand de renforcer le chauvinisme local et les tentations si ce n’est centrifuges, du moins autonomistes.

52La complexité du montage administratif et de la construction de l’État exprime directement la subtilité des rapports de pouvoir sur la carte ougandaise. La Constitution de 1995, unitaire est l’aboutissement d’un long processus qui a laissé place à la consultation populaire entre 1991 et 1993. C’est dans sa quête de légitimité et dans ses bricolages administratifs pour encadrer territoires et populations que le pouvoir est structurant pour l’espace.

53Au total, le pouvoir dispose d’une véritable légitimité, militaire d’abord, économique ensuite, électorale enfin. L’articulation entre ces légitimités se lit dans la rhétorique même du pouvoir : lors des élections de 1996, des affiches montraient des tas de crânes des killing fields du Luwero Triangle accompagnées d’une légende superflue : « Don’t forget » ou bien « Never again ». Cette légitimité composite est renforcée par la légitimité culturelle du fait que Museveni a réussi à capter une partie du bénéfice de la restauration monarchique au Buganda. Il n’est pas innocent que les Baganda, au cours du couronnement de leur kabaka aient décerné au Président le titre d’Omutaka du Buganda, le plaçant ainsi parmi les sages du royaume. Un certain nombre des personnages clés du Buganda participent directement au gouvernement de Museveni. Loin de miner son pouvoir, la restauration a élargi sa base sociale. En restaurant le kabaka, Museveni a renforcé l’allégeance des élites baganda à son égard. Il capitalise ainsi deux sources de légitimité, sans pour autant renoncer à ses soutiens traditionnels et à sa politique unitaire. Cependant, dans quelle mesure n’est-il pas prisonnier de cette nécessaire quête de légitimité en pays baganda ? Jusqu’à quelles compromissions et quels stratagèmes tortueux ou quelles extrémités cette quête va-t-elle l’emmener ?

54La question mérite d’être posée au moment où la défaite électorale aux municipales kampalaises, en mai 1998, sonne comme l’avertissement de l’érosion de cette légitimité. Elle le mérite d’autant plus que le nord du pays refuse toujours la reconstruction museveniste et que l’ouest est agité de tensions nouvelles. En effet, l’instabilité des périphéries septentrionales y obère le rétablissement du contrôle territorial de l’État et, plus encore, les efforts de développement. Elle aggrave donc les inégalités nationales. Plus grave pour le régime, alors que la période 1992-1994 avait vu le contrôle de l’État sur l’ensemble de son territoire s’améliorer, la crise rwandaise et ses développements congolais ont provoqué un regain d’instabilité aux marges occidentales du pays. Ces foyers d’instabilité montrent l’articulation entre conflictualités internes et conflictualités régionales.

  • 13 Cette frustration est accentuée, dans la population civile, par la très forte proportion (42 % des (...)

55En effet, l’instabilité est suscitée par des oppositions internes mais accentuée par les répercussions des crises sud-soudanaise, rwandaise et congolaise. En proposant un soutien logistique et en livrant des armes aux rebelles (Lord Reform Army de Peter Kony en pays Acholi, West Nile Bank Liberation Front de Juma Oris dans le West Nile, adf qui regroupe Tabliq, Interhamwe, Ruwenzururu autour du Rwenzori) Karthoum et Kinshasa mais aussi Nairobi, qui entretient l’Uganda People Army de Peter Otaï dans le district de Tororo, soufflent sur les braises en Ouganda. Le pouvoir ougandais n’est pas non plus innocent puisqu’il a noué des alliances avec le spla, l’Erythrée, mais aussi de façon plus opportuniste et tactique, l’Éthiopie et l’Égypte. Ce jeu de dominos imbriqués est compliqué par le rôle d’Israël, de l’Afrique du Sud et des États-Unis dans la région. Certes, ces abcès ne risquent pas de faire basculer directement le pouvoir à Kampala mais ils obligent à maintenir le budget de la défense à un niveau élevé (20 % du budget), justifient des achats importants d’armes aux Chinois et aux Sud-Africains (réarmements anti-chars, aériens, anti-aériens, blindés) et accroissent le poids politique de l’Inspectorate of Military Equipment au moment où les dissensions internes à l’armée apparaissent au grand jour, opposant modérés et va-t-en-guerre, affairistes et militaires intègres, monarchistes, pluralistes et pro-gouvernementaux. De plus, la domination sans partage des Westerners (13 des 15 plus hauts postes de la hiérarchie militaire sont occupés par des gens de l’ouest) provoque la frustration des Baganda et des Teso13, d’autant que les soldats de ces régions estiment se battre plus que les Westerners. Par ailleurs, le poids des gens de l’ouest biaise les choix et les représentations stratégiques du pays : les chefs de certaines unités basées dans le nord sont accusés de faire durer la guerre pour s’enrichir. Les officiers profitent de la guerre au Congo pour piller l’or et le bois des forêts de l’Ituri. Les soldats sont mal payés ; beaucoup vendent de l’essence des dépôts de l’armée. L’affairisme des militaires et leur poids politique constituent si ce n’est encore des menaces, du moins des contraintes supplémentaires sur une politique d’aménagement du territoire déséquilibrée et menée avec des moyens modestes

L'espace de la guerre et de la diplomatie : le flou des limites externes de l'Ouganda

56La crise n’a pas amené à une redéfinition des frontières ougandaises. Cependant, loin de l’idée que la durée des frontières étatiques africaine fonde leur dureté, leur donnant l’apparence d’une légitimité presque « naturelle », l’analyse de la diplomatie ougandaise montre que la tentation existe, même si elle est faiblement affirmée, de modifier les limites extérieures du pays. Le politique n’est pas constitué que des rapports de force internes, il déborde les frontières étatiques, pour s’étendre aux relations internationales et diplomatiques.

57Dans ce domaine également la normalisation museveniste a, en partie, effacé l’image désastreuse, léguée par ses prédécesseurs. La virginité diplomatique retrouvée est un des atouts maîtres du président. Très tôt, développant une activité diplomatique tout azimut, il a prouvé qu’il avait pris conscience des retombées possibles d’une réelle aura internationale. La montée des conflits régionaux depuis 1990 lui a permis d’affirmer un véritable leadership régional. Sans entrer dans les détails de la diplomatie ougandaise, on peut dire que ses implications couvrent trois champs principaux.

  • 14 Cf. Prunier. La crise de Kivu et ses conséquences dans la région des Grands Lacs. Hérodote no 86-8 (...)
  • 15 Naipaul V. S. À la courbe du fleuve, A. Michel, coll. 10/18, Paris, 1995, 382 p.

58« La crise des Grands lacs » et son extension a l’est du Congo14 ont permis aux entrepreneurs ougandais de dépasser leur frontière et d’étendre vers l’ouest et le sud-ouest leur influence. Des réseaux de collecte et de traite longtemps déboutés par la brouille entre Museveni et Mobutu ont redécouvert la route de Kisangani à la courbe du fleuve15. D’autres, longtemps discrets, se révèlent et semblent s’intensifier. La guerre civile rwandaise entre 1990-1994, la conquête du Rwanda par le rpf en 1994, les opérations humanitaires et le renforcement de l’axe diplomatique Kampala-Kigali ont fait la fortune des villes-étapes de Masaka, Mbarara, Kabale, Kisoro et des postes frontières du Toro, du Kigezi et du West Nile dont commerçants et transporteurs saisissent les opportunités de trafic pour s’enrichir. Le rôle du shilling à l’est du Congo et au sud du Soudan comme alternative au dollar dans les transactions commerciales souligne la vitalité des réseaux commerçants ougandais dans ces marges instables du système est-africain. Il convient cependant de se demander dans quelle mesure ces acteurs sont réellement autonomes ou s’ils ne constituent pas plutôt l’avant-garde téléguidée d’entrepreneurs plus puissants, étrangers à l’Ouganda : Indiens, Sud-Africains, Israéliens, hommes d’affaires occidentaux.

59En tout état de cause, cette extension ougandaise vers l’ouest est en phase avec un mouvement de régionalisation de l’emprise des capitalismes exogènes, notamment sous l’influence du lobby des entrepreneurs indiens. En effet, de plus en plus à l’étroit dans les limites nationales, ceux-ci qui soutiennent les régimes de Museveni et Moi poussent à la reprise de l’intégration et à la résurrection de la communauté est-africaine. C’est en partie sous la pression de ces entrepreneurs que les frontières de l’Ouganda sont devenues de plus en plus perméables.

60Le renforcement institutionnel de l’unité est-africaine constitue une des priorités de Museveni. C’est avec cet objectif en tête que Kampala utilise son leadership régional, profite de sa complicité avec le pouvoir tanzanien, amorce une réconciliation avec le Kenya dont il redoute une déstabilisation, tente de réduire la corruption aux entrepôts de transit du port de Mombasa et baisse significativement les droits de douane. Cependant, parallèlement à cette ambition estafricaine, le pragmatisme du pouvoir l’amène à s’affranchir des frontières établies par la partition coloniale et à tenter d’étendre le Preferential Trade Agreement au Rwanda et au Burundi.

  • 16 Une base d'écoute a été installée à Fort-Portal ; des conseillers militaires américains entraînent (...)

61La fin de la guerre froide, l’accélération de la mondialisation, la montée de l’hégémonie américaine, l’exacerbation des tensions régionales modifient considérablement le jeu international et diplomatique en Afrique médiane. La paix et la croissance revenues, alors que ses voisins immédiats s’enfoncent dans la violence et la récession, font apparaître l’Ouganda comme une terre de stabilité et une possible plaque tournante pour les usa mais aussi pour l’onu. La nouvelle politique américaine en Afrique converge avec celle de Museveni qui accorde sa priorité aux affaires. Cette convergence de vue et le caractère « politiquement correct » du Président Museveni explique la visite de Madeleine Albright à Kampala en décembre 1997, la tenue à Kampala d’un mini-sommet américanoafricain à l’occasion de la tournée continentale de Bill Clinton. De plus, le rôle de plaque tournante de l’espace ougandais pour les conflits qui agitent la région (Sud-Soudan et crête Congo-Nil en particulier) et l’activisme ougandais au Sud Soudan ont favorisé la mise sur pied d’une assistance militaire américaine importante16. En prime à cette assistance militaire, les États-Unis donnent 50 millions de dollars par an à Kampala qui se place ainsi parmi les cinq premiers bénéficiaires de l’aide américaine. L’aide la plus efficace et la moins quantifiable est sans doute le bémol que les Américains mettent à leurs critiques du fonctionnement politique de l’Ouganda. La Maison Blanche se montre très tolérante vis-à-vis de Kampala. Cette attitude souligne ainsi moins l’orthodoxie du régime au regard des critères américains, que sa place dans la stratégie africaine des États-Unis. Faute de mieux dans une région instable, les États-Unis parient sur Museveni qu’ils contribuent ainsi à fortifier. Compte tenu du poids de la diplomatie américaine dans les choix de la Banque mondiale et des bailleurs de fonds, un système de cooptation à multiples entrées profite du pouvoir de Kampala. La restructuration géographique de l’Ouganda s'élabore aussi, en partie, dans les cabinets feutrés de Washington et New York.

62On s’aperçoit que l’ensemble des évolutions en cours du point de vue diplomatique tend à établir autour du coeur utile du pays une zone d’influence floue, partielle, fragile, présentant un gradient décroissant en terme de développement, de sécurité, de légimité, d’influence et de territorialisation de l’État.

63Au total, les enjeux internes hérités et les nouvelles dynamiques régionales se conjuguent pour poser, une nouvelle fois, au pouvoir, la question du contenu et des limites de sa souveraineté, c’est-à-dire le problème de son contrôle sur, à la fois, une région centrale turbulente et ses périphéries, animées de tensions entretenues par d’interminables rébellions, attisées par l’implication des voisins soudanais et congolais.

64Cependant, l’élargissement des préoccupations ougandaises n’en est pas moins un signe encourageant puisque Museveni s’affirme de plus en plus comme incontournable sur l’échiquier politique africain. Cette stature favorise la réintégration ougandaise dans le concert des nations. Le politique ougandais quitte peu à peu l’espace de la guerre pour l’espace de la légitimité. Le « chaos borné » ré-intégre le monde capitaliste et libéral. Néanmoins, à trop vouloir imiter les petits « tigres asiatiques » et réaliser le rêve ultra-libéral de l’État minimum, Museveni risque de redécouvrir, à ses dépens, les conséquences sociales et politiques des dérapages d’un capitalisme sauvage.

65Enfin, plus que sur une restauration de la souveraineté étatique, la normalisation ougandaise ne débouche-t-elle pas finalement sur une simple autonomie qui ne donne à l’État comme seule prérogative et domaine de compétence, que la responsabilité de la gestion de l’ordre et du territoire pour le plus grand bénéfice des acteurs transnationaux de toute sorte ? En effet, l’ouverture économique, le désengagement de l’État, la mise sous tutelle par la Banque mondiale, notamment à travers la nomination directe des contrôleurs des dépenses publiques, la diffusion et la légitimation d’un modèle de société libérale, l’intervention d’acteurs étrangers, téléguidés de Washington, Londres ou Johannesburg, ou appartenant à des diasporas variées, et l’allégeance vis-à-vis des États-Unis, convergent pour réduire le contenu de la souveraineté ougandaise. N’est-ce pas là, dans le contexte idéologique et économique actuel, le destin de ces États périphériques, nés de la colonisation, dont les sociétés n’ont d’autre choix que de s’intégrer au système mondial, aux marges ? Cette indépendance nouvellement acquise n’est-elle pas illusoire ? En effet, si pour d’aucuns, les récentes déconvenues françaises, britanniques puis américaines en Afrique et les rodomontades des acteurs locaux sont à interpréter comme autant de signes d’une maturité croissante des Africains sur la scène politique internationale, l’intervention d’autres acteurs ne doit-elle pas donner à réfléchir ? Plus qu’une véritable liberté, les Africains n’ont-ils pas acquis en fait la liberté de se vendre à qui ils voulaient, en fonction d’agendas qu’eux seuls fixent ? La mise hors-jeu des traditionnelles puissances tutélaires de l’Afrique n’est-elle pas plutôt le signe de leurs faiblesses actuelles que celui de l’autonomie des acteurs locaux ? Les mafias de tout ordre et les entreprises des capitalismes périphériques porteuses d’un capitalisme très sauvage et corrupteur, très actives sur le continent, laissent-elles aux pouvoirs africains plus de marges que leurs anciens colonisateurs ? Auquel cas, ne peut-on pas émettre l’hypothèse d’une mise en autonomie surveillée résultant d’un nouveau partage des tâches en Afrique, sous la surveillance des États-Unis et des diasporas commerciales ? Ce nouveau partage des tâches ferait confiance aux milieux d’affaires de tous poils pour produire de la croissance ; aux organisations régionales pour étendre les marchés, réduire les coûts par la levée des barrières, bref pour lubrifier l’espace ; aux États pour se recentrer sur le maintien de la sécurité et de l’ordre ; aux collectivités locales pour prendre en charge la gestion quotidienne au nom d’une illusoire « démocratie », du développement, et de l’efficacité gestionnaire. La finalité de ce nouveau partage des tâches serait d’atteindre à plus d’efficacité et de productivité territoriales, et ce, au moindre coût. Si, pour la plupart des Africains, cela signifie plus d’autonomie, celle-ci n’est pas synonyme de liberté. Ce partage des tâches n’est-il pas le symptôme politique le plus patent de la mondialisation en marche en Afrique ?

Bibliographie

Références bibliographiques

Calas B. La formation du cadre territorial. In Prunier G. et Calas B. (eds). L’Ouganda contemporain. Paris, Karthala, 1994, p. 55-69.

Calas B. L’Ouganda : un recentrage contrarié sur les enjeux politiques internes. In Guichaoua A. Les crises politiques au Burundi et au Rwanda (1993-1994). Lille, Université de Lille, 1995. p. 361-373.

Calas B. Kampala. La ville et la violence. Paris, Karthala, 1998, 440 p.

Dubresson A., Raison J.-P. L’Afrique sub-saharienne. Une géographie du changement. Paris, Armand Colin, 1998. 248 p.

Gallais J. Pôles d’États et frontières en Afrique contemporaine. Cahiers d’OutreMer, no 138, 35e année, avril-juin, 1982, p. 103-122.

Langlands B. W. On the disparity in the distribution of activities in Uganda. University of East Africa Social sciences council conference 1968/1969, Geography Papers. Kampala, misr, 1969, p. 209-228

O’Connor A. Uganda : the spatial dimension. In Hansen H. B., Twaddle M. (eds). Uganda Now, Londres, James Currey, 1989, p. 83-94.

Pourtier R. L’Afrique dans tous ses États. In Lévy J. (ed). Géographies du politique. Paris, Presses de la fnsp, 1990, p. 137-159

Prunier G. L’espace ougandais : esquisse d’écologie politique. Hérodote, no 46, 4e trimestre 1987, p. 68-81.

Prunier G., Calas B. (eds). L’Ouganda contemporain. Paris, Karthala, 1994, 304 p.

Prunier G. La crise du Kivu et ses conséquences dans la région des Grands Lacs. Hérodote, no 86-87, 3e trimestre 1997, p. 42-55.

Théry H. (ed). L’État et les stratégies du territoire. Paris, Editions du CNRS, Mémoires et documents de géographie, 1991, 242 p.

Twaddle M. Kakungulu and the creation of Uganda. Londres, James Currey, 1993, 310 p.

Notes

1 « Une carte politique est une carte qui fait apparaître des limites d'État et leurs subdivisions administratives, la géographie politique va bien au-delà : elle implique la volonté de prendre en compte la dimension politique des systèmes spatiaux et la dimension spatiale des phénomènes politiques. Elle comprend l'étude des États et des collectivités locales, des groupes de pression ; d'autre part elle comprend l'étude de la distribution spatiale des attitudes politiques. Elle est le moment où l'analyse d'un territoire se porte sur le jeu et la stratégie des acteurs, sur leurs intérêts et sur les effets de ces conduites dans la performance générale du système observé. » Brunet R., Ferras R., Théry H. Les mots de la géographie ; dictionnaire critique, Reclus-La Documentation Française, Montpellier-Paris, 1992, 470 p.

2 Lévy J. « “Contrôle” : un concept incontrôlé ? Pouvoir, espace et société » in H. Théry, (dir.), L'État et les stratégies du territoire, Éd. du CNRS, Paris, 1991, p. 33-43.

3 Coulon Ch., Martin D.-C., Introduction, in Coulon Ch., Martin D.-C. (dirs.), Les Afriques politiques, La découverte, Paris, 1991, p. 8.

4 Néanmoins, les facteurs écologiques ont également contribué à cette accumulation différentielle dans la mesure où ils ont permis l'expansion du bananier dans le Sud du pays et sur les pentes de certaines montagnes. Or, cette plante favorise des densités plus fortes que les céréales que cultivent les nilotiques du nord. De plus, l'entretien prolongé de la bananeraie améliore la qualité des sols, accroît les rendements et permet donc l'augmentation des densités. Un cercle vertueux de la densification aurait été enclenché assez précocement autour du lac Victoria, ce qui n’a pas été le cas dans le nord du pays. Par ailleurs, l'accroissement démographique a favorisé l'essartage et le recul de la trypanosomiase sous la pression démographique. Ceci favorise encore l'accumulation des hommes puisque recule la mortalité et progresse l'élevage, dont le rôle dans l'amélioration de l'alimentation et donc la résistance aux maladies est fondamental.

5 Dubresson A. et Raison J.-R, L’Afrique subsaharienne. Une géographie du changement, Paris, Armand Colin, 1998, p. 47.

6 Un cas particulièrement net est brièvement décrit par Heike Behrend sur le pays Acholi. Voir Berhend H., La guerre des esprits en Ouganda, L'Harmattan, Paris, 1997, 288 p.

7 Prunier G. L'espace ougandais : esquisse d'écologie politique. Hérodote, no 46, 1987, p. 68-81.

8 Père Goulet, Sur les rives du Victoria, Librairie missionnaire, Pari (sic), 1939, 160 p.

9 Twaddle M. Kakungulu and the creation of Uganda, Londres, James Currey, 1993, 310 p.

10 Brunet R. Les mondes nouveaux, Géographie Universelle, Hachette/Reclus, Paris/Montpellier, 1990, p. 513.

11 En swahili, le terme magendo désigne toutes les activités informelles et illégales.

12 Doornbos M. L'Ouganda : le retour des rois, Politique Africaine, no 52, décembre 1993, p. 122-128.

13 Cette frustration est accentuée, dans la population civile, par la très forte proportion (42 % des étudiants alors que leur poids dans la popufation totale est de 28 %) d'étudiants de l'Université de Makerere qui viennent de l'ouest.

14 Cf. Prunier. La crise de Kivu et ses conséquences dans la région des Grands Lacs. Hérodote no 86-87, 3e trim. 1997, p. 42-56.

15 Naipaul V. S. À la courbe du fleuve, A. Michel, coll. 10/18, Paris, 1995, 382 p.

16 Une base d'écoute a été installée à Fort-Portal ; des conseillers militaires américains entraînent les Ougandais aux opérations de maintien de la paix, alors que d'autres conseillers américains noirs, parlant swahili, seraient implantés dans le nord du pays ; des manoeuvres communes Ugandan People Democratic Force- spla -militaires égyptiens et érythréens étaient prévues sous la houlette américaine à Kabamba ; une base militaire américaine devrait être installée à Entebbe.

Table des illustrations

Titre Carte 1 - L'organisation régionale ougandaise
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31147/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 410k
Titre Carte 2 – Densité de la population par district en Ouganda
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31147/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Titre Carte 3 – Le fractionnement ethnique en Ouganda
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31147/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Titre Carte 4 – La formation du cadre territorial : évolution des frontières 1885-1926
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31147/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 342k
Titre Carte 5 – Date de fixation des frontières du protectorat de l'Ouganda
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31147/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 127k

Auteur

Université d’Artois
9 rue du Temple
62030 Arras cedex

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540