Le rôle du politique dans la décomposition urbaine et territoriale

Le cas du Congo

Élisabeth Dorier-Apprill

Résumé

En 1993-1994, dans l'été 1997, puis fin 1998, trois sanglantes « guerres des milices » accompagnées de pillages et de violences criminelles de plus en plus systématiques ont d’abord ravagé la capitale congolaise avant de se propager dans les régions sud du pays, aiguisant des tensions etnorégionales latentes manipulées par les chef de partis politiques. La géographie des combats et des pillages, les migrations forcées des habitants, ont révélé brutalement les tensions et les déséquilibres sous-jacents de la structure urbaine, les accentuant jusqu à la caricature et au tragique. Les guerres imposent donc une relecture a posteriori d’un système socio-spatial urbain qui concentre autant les enjeux politiques nationaux que locaux. L'exemple le plus révélateur est celui du quartier de Bacongo, marquépar une forte conscience identitaire de caractère ethno-régional. Fiefde l’un desprincipaux partis politiques et contrôlé pendant quatre ans par sa milice, il a été détruit par l’armée et la milice cobra durant l’hiver 1998-1999. L’impact de la violence politique s’étend désormais à tout le sud du pays, coupant Brazzaville de ses liaisons avec le littoral et Pointe Noire, la capitale économique.

During the seven years since the National Conference, which put an end to a quarter of a century of communist regime, Congolese society has undergone an abrupt transformation linked to a context of collapse of the pension-based economy and the redistributing State, civil wars, crime, and urban exodus.
In 1993-1994, in the summer of 1997, and in 1998-1999, three bloody «civil wars» ravaged the capital, sharpening latent ethno-regional tensions for the benefit of leaders of political parties. Since 1997 part of the population continues to be caught between defeated militias who have turned to organized crime, and victorious militias incorporated into the army and the police, where they continue arbitrary and violent practices. Again in late 1998, fighting between the army and Southern militias resumed south of the capital. The heavy bombing of the Southern districts of the city and the acts of violence and looting by the army brought about a new flow of tens of thousands of refugees.
By basing their strategy of seizure and maintenance of power on the manipulation of ethno-regional or inter-generational cleavages, heavily arming the youth and knowingly instigating three civil wars between militias, the competing political parties have turned the country in on itself. Nowadays, Brazzaville is no more than an isolated secondary capital and an airline terminal, connected to the ocean by a single railway which is unreliable because of bandits.

  • 1 Les pillages de 1998 ont détruit les maisons de nombreux collaborateurs universitaires qui résidai (...)

1Décrire géographiquement une ville, un pays aux prises avec la guerre est délicat, pour des raisons à la fois éthiques et déontologiques1 L’instabilité des configurations, l’incertitude des sources, l’impossibilité de vérifier sur le terrain rendent l’entreprise difficile. Dans le cas de Brazzaville, qui connaît depuis six ans des guerres urbaines entrecoupées d’épisodes de retour à la paix, nous avons dû confronter et tenter de valider des sources d’informations événementielles de natures diverses (dépêches internationales, articles de la presse congolaise, témoignages directs, photographies, vérifications sur le terrain entre 1995 et 1997). Cette recherche sur la géographie politique des violences à Brazzaville s’inscrit dans un travail plus large de géographie urbaine, engagé depuis 1985, et qui nous fournit les éléments de la mise en perspective (Dorier-Apprill et al., 1998).

2En 1993-1994, dans l’été 1997, puis en 1998-1999, trois sanglantes « guerres des milices » accompagnées de pillages et de violences systématiques ont d’abord ravagé la capitale congolaise avant de se propager dans les régions sud du pays, aiguisant des tensions ethnorégionales latentes manipulées par les chefs de partis politiques (cartes 1 et 2).

3Les crises brazzavilloises sont d’abord l’effet de la crise de l’État et de la démocratie au Congo. Situé à la frange d’une Afrique médiane instable, le Congo avait échappé jusqu’alors à la diffusion généralisée de la violence et aux migrations interrégionales de réfugiés que connaissent les pays voisins. Cette exception relative était liée à l’organisation spatiale d’un pays fortement centralisé et urbanisé (60 %), combinant une majorité de régions quasiment vides à une forte bicéphalie urbaine. Mais la gravité et la répétition des violences à Brazzaville ne s’expliquent pas seulement par sa fonction de capitale politique d’un État hypercentralisé.

4Les dernières semaines de la guerre de 1997 ont vu la diffusion de la logique territoriale et des violences, d’abord dans les villes du nord. Puis, plus durablement, dans les fiefs régionaux de l’opposition actuelle, au sud du pays, où se replient les deux milices (Ninja et Cocoye) vaincues en 1997. Parallèlement, la thématique de l’antagonisme Nord-Sud et de l’épuration ethnique est clairement exploitée dans les discours des protagonistes dans leurs échanges d’accusations et d’invectives après le conflit (Tonda, 1998).

5En 1998 et pour la première fois, ce n’est pas à Brazzaville, mais dans les zones rurales voisines que redémarrent des accrochages entre miliciens et forces armées qui atteignent les franges sud de la capitale. L’intervention des forces armées et les exactions de la milice cobra ont détruit et vidé radicalement de ses habitants la seule partie de Brazzaville qui était restée à peu près intacte. Les violences politiques s’accompagnent de plus en plus souvent de stratégies de déplacement des populations, soit à l’échelle de la capitale, soit désormais à celle du pays entier.

6Dans le même temps, les jeunes miliciens de tous bords, de moins en moins canalisés par les chefs de partis imposent leurs pillages, rackets, violences physiques et humiliations aux habitants de toute origine, particulièrement aux adultes détenteurs d’une autorité dans les principaux systèmes normatifs (vieux, enseignants, religieux). La banalisation, et même l’autonomisation de cette violence juvénile et criminelle, révélatrice d’une crise socio-économique profonde (Ossébi, 1998), ne doit pas faire oublier qu'elle est souvent délibérément exploitée par le politique comme instrument indirect d’une stratégie de terreur auprès des populations.

7La géographie des combats et des pillages, les migrations forcées des habitants, ont révélé brutalement les déséquilibres sous-jacents de la structure urbaine, les accentuant jusqu’à la caricature et au tragique. Les guerres imposent donc une relecture a posteriori d’un système socio-spatial urbain qui concentre autant les enjeux politiques nationaux que locaux.

Des ethnicités urbaines politiquement manipulées

8Brazzaville, microcosme de la vie politique et culturelle congolaise depuis un siècle, a joué le rôle de creuset d’identités politiques qui ont, dès le départ, été étroitement associées à une territorialisation des espaces urbains sur des bases ethno-régionales, puis miliciennes. C’est pourquoi, de 1993 à juillet 1997, les guerres liées aux rivalités pour l’accaparement du pouvoir et l’accès à la rente pétrolière étaient quasiment restées limitées aux quartiers de la capitale. C’est à partir d’un ancrage dans les différents quartiers de Brazzaville que les milices recrutées par les partis politiques en compétition ont ensuite revendiqué une assise régionale.

9Les trois guerres brazzavilloises ne peuvent se comprendre qu’en tenant compte de la géographie contrastée des ethnies, qui explique celle des mouvances politiques dans l’espace de la capitale. La bipolarisation ethnique originelle de l’espace brazzavillois (Balandier, 1955), de part et d’autre du centre administratif et financier (« sudistes » à Bacongo-Makélékélé, et « nordistes » de Mpila à Talangaï) constitue le point de départ de la territorialisation brutale de ses quartiers par les milices urbaines à partir de 1993. C’est l’héritage combiné d’un urbanisme colonial ségrégatif, de la logique des itinéraires migratoires vers la capitale, de vingt-cinq années de pouvoir « militaro-marxiste » dominé par un appareil d’état d’origine nordiste, puis des stratégies d’ancrage territorial des nouveaux partis politiques.

10Brazzaville est une création coloniale marquée par une ségrégation ethnospatiale planifiée, et par la dichotomie entre deux cités indigènes (Poto Poto destiné aux populations du nord, et Bacongo destiné aux originaires du Pool), séparées par un centre commercial et administratif européen devenu ensuite le centre directionnel du Congo indépendant. Jusqu’en 1993, cette configuration évolue très peu, mise à part l’importance croissante des résidents d’origine kongo (60 % des brazzavillois en 1980 selon l’enquête creth, 1986), supérieure à leur poids national (48 % en 1974, dernier recensement à se préoccuper de l’ethnie).

11Au début des années quatre-vingt, la plus récente enquête dont nous disposons confirme la différenciation ethno-régionale des quartiers de la capitale, avec une forte opposition Nord-Sud. Au coeur de la ville, certains arrondissements constituaient alors des espaces de cohabitation relative (Moungali). Mais de part et d’autre, les différences s’accusaient dans les parties plus récentes et, sur le front d’urbanisation, les quartiers se peuplaient essentiellement par affinité ethnorégionale. On observait déjà une dichotomie sensible entre les extensions nord (Ouenzé et Talangaï), à dominante mbochi et téké, et Bacongo et ses extensions ouest, presque uniquement kongo.

12On ne pouvait distinguer que quelques zones de véritable mixité résidentielle. C’était le cas de poto-poto, vieille cité populaire proche du centre ville, qui jouait depuis longtemps le rôle de quartier d’accueil des migrants ; une forte proportion d’étrangers, jeunes et célibataires, s’y ajoutant à la diversité sociale et ethnique. Quelques lotissements et immeubles aisés voisins de l’aéroport, occupés par des cadres de la fonction publique, du régime, des partis politiques présentaient aussi un peuplement diversifié.

13Le brassage fonctionnel des citadins de toutes origines s’opérait, le jour, dans le grand marché de moungali, ou dans le centre administratif institutionnel. le soir ces espaces d’activité se vidaient au profit des marges ludiques de la ville, marchés de nuit, rues bordées de bars dancings localisés aux extrémités de l’agglomération. la cohésion d’ensemble était maintenue par une forte intensité des pratiques de civilité urbaines de type moderne, générant des liens sociaux transversaux fondés sur la camaraderie scolaire, universitaire et professionnelle, une vie associative intense, un développement des réseaux religieux, des déplacements et des échanges inter-quartiers pour le travail, les achats quotidiens, les loisirs.

14La construction de ces principaux groupes identitaires (kongo-lari, tékés, mbochis) et la partition de la ville en unités ethniques, ne constituent pas pour autant des héritages pré-urbains puisés dans une quelconque tradition. Ces identités se sont en grande partie forgées et renforcées en ville, autour des lieux de convivialité et de contacts entre migrants, des associations d’entraide de type communautaire, à l’intérieur des partis politiques naissants dans les années cinquante (Balandier, 1955 ; Bazenguissa, 1997). Les rivalités politiques, dès cette époque, se construisent tout ensemble autour de références à l’ethnicité et au territoire urbain, quand bien même elles ressortissent davantage de l’histoire récente de brazzaville que de traditions ancestrales (Kitongo, 1990).

  • 2 Union de défense des intérêts africains, parti de Fulbert Youlou.
  • 3 Mouvement socialiste africain, parti de Joachim Opangault.

15Lors des violences antimatsouanistes de 1956, puis des massacres de février 1959 entre partisans de l’uddia2 (majoritaires à Bacongo) et du msa3 (majoritaires à Ouenzé et Poto Poto), les violences entraînent, déjà, un reflux de réfugiés kongo fuyant les quartiers nord, en direction de bacongo. (Bernault, 1997 ; Dorier-apprill, 1997). La résolution violente de la concurrence politique, et son assimilation à un antagonisme ethno-régional (instrumentalisé par les leaders de partis), ne sont donc pas nouvelles dans la capitale congolaise.

  • 4 Date du dernier recensement national.
  • 5 Le taux de scolarisation du Congo était l’un des plus élevés du continent.

16Pourtant dans les années quatre-vingt, le référent ethnique semblait peu prégnant. Pendant vingt-cinq ans, l’idéologie marxiste officielle du parti unique avait délibérément cherché à occulter l’ethnicité, notamment par le biais de l’école qui visait à gommer les particularismes culturels locaux. Le renouvellement démographique faisait le reste. En 1984 déjà4 80 % des Brazzavillois de moins de 20 ans étaient nés dans la capitale, où ils ont été massivement scolarisés5 et encadrés dans les organisations de masse liées au Parti Congolais du travail. Des amitiés scolaires, des camaraderies de travail, une convivialité urbaine hédoniste stimulée par la prospérité de l’économie pétrolière favorisaient les brassages. On pouvait donc considérer comme révolu le recours à l’ethnicité dans le contexte brazzavillois. Le volontarisme politique unificateur était tel que la question de l’appartenance ethnique n’était pas posée au recensement général de la population de 1984 (elle l’était à celui de 1974) !

  • 6 En saison des pluies, il faut parfois plusieurs jours pour relier par la piste les deux villes dis (...)

17Mais l’ethnicité, tantôt sur le mode de la plaisanterie, tantôt dans le registre du symbolique, continuait à alimenter les interprétations brazzavilloises du politique, d’autant plus que certaines pratiques de clientélisme ont visiblement favorisé la moitié nord du pays, comme la construction d’une voie goudronnée BrazzavilleOyo dans les années quatre-vingt, alors que la « Nationale 1 » Brazzaville-PointeNoire, axe économique vital du pays, n’est encore, en 1999, qu’une piste en mauvais état6 À partir de la Conférence nationale de 1991, l’effervescence politique revitalise les appartenances ethnorégionales. La géographie des campagnes et des résultats électoraux est révélatrice : à chaque parti son fief régional dans le pays (Weissman, 1993), et son quartier dans la capitale.

18Le clientélisme ethno-régional constitue alors le ressort essentiel de la mobilisation partisane. Tous les candidats l’ont dangereusement utilisé, notamment auprès des jeunes, pour asseoir leur base électorale ou pour se constituer des milices armées. Dans l’année 1993, chaque parti se dote de milices qui peu à peu, au fil des conflits, vont s’arroger des zones d’influence dans la ville : Aubevillois et Zulu du côté de Pascal Lissouba (le président élu en 1992), ces deux milices fusionneront en 1997 sous le nom de Cocoyes ; Ninjas du côté de Bernard Kolelas, le chef politique le mieux représenté dans le Pool ; Cobras de Denis Sassou Nguesso, entraînés dans le nord du pays, et qui resteront discrets jusqu’à leur prise du pouvoir en 1997.

Trois guerres à Brazzaville

19Tous les quartiers de la ville ont été, l’un après l’autre, touchés par des bombardements et des combats, et mis à sac par les pillages des miliciens, selon le schéma d’une tragique rotation déterminée par le jeu des alliances politiques qui montre bien la relativité et l’instrumentalisation du référent ethnique.

  • 7 2 000 morts, 100 000 réfugiés d’un quartier à l’autre (voir croquis).
  • 8 P. Lissouba n’a été élu que grâce à son ancrage dans les régions peuplées et dynamiques du sud-oue (...)

20Les violences entre quartiers sud de 1993-19947 opposent les milices de deux partis, et, partant, deux quartiers « sudistes » de la ville (milices zulus de Mfilou contre ninjas de Bacongo-Makélékélé). Elles font suite à un différend électoral entre le parti présidentiel victorieux aux premières élections libres du pays, mais minoritaire à Brazzaville8 et le principal parti de la région du Pool, majoritaire dans la capitale, et dont le fief politique à Brazzaville correspond aux arrondissements urbains de Bacongo-Makélékélé. Les combats restent limités aux quartiers sud, le reste de la ville continuant à vivre normalement. Lors de ces combats, perçus à Brazzaville comme « aberrants » et « fratricides » parce qu’ils opposaient des miliciens du même groupe kongo, et contredisaient le fameux paradigme de l’opposition Nord-Sud, les chefs politiques ont jugé nécessaire de légitimer le conflit et de mobiliser leurs miliciens autour de référents de type ethnique. C’est l’invention du terme de « Nibolek » désignant par leur l’origine régionale les habitants du sud-ouest du pays (Niari, Bouenza, Lekoumou). Les violences et la fuite des populations minoritaires de chaque quartier aboutissent à renforcer encore l’identité lari et « pooliste » des quartiers sud-ouest de la ville (Bacongo-Makélékélé), et à fonder celle des quartiers Mfilou autour de la nouvelle identité « nibolek » (Quantin, 1994 ; Dorier-Apprill, 1996).

  • 9 Cobras du côté de D. Sassou Nguesso, Zulus et Cocoyes du côté de P. Lissouba.
  • 10 De juin à octobre 1997, 4 à 10 000 morts selon les estimations, plusieurs centaines de milliers de (...)

21Bien plus grave, le conflit de 1997 entre le gouvernement Lissouba et l’exprésident Sassou Nguesso éclate un mois et demi avant la date prévue pour les secondes élections présidentielles libres depuis la fin du monopartisme. Il implique non seulement des milices9 mais aussi des factions d’une armée divisée. La guerre commence par deux mois de combats strictement urbains (voir croquis) qui coupent la ville en deux (5 juin-15 août 1997) avant de s’étendre au nord du pays et aux régions du Niari. Pointe Noire tombera sans combats après l’intervention de l’armée angolaise, mais les affrontements décisifs auront lieu en octobre à Brazzaville. Après avoir provoqué des milliers de morts et un exode massif des Brazzavillois10 la guerre se conclut par la conquête du pouvoir par le général nordiste D. Sassou Nguesso.

22Les bombardements et les pillages détruisent alors le centre-ville et une partie des quartiers nord. Le sud, et notamment le secteur de Bacongo, reste neutre et demeure peu touché. Les Ninjas ne s’engagent dans les combats (aux côtés des Cocoyes et du parti présidentiel), que dans les toutes dernières semaines avant la victoire de Sassou Nguesso en octobre 1997. Bien que tardive, cette alliance entre milices « sudistes » constitue l’héritage le plus dangereux de cette guerre, qui explique la décomposition actuelle de l’unité nationale et la généralisation des violences.

23Revendiquées depuis 1993 comme des espaces de légitimation ethnique (linguistique, culturel, religieux), utilisées parfois comme bases ponctuelles d’entraînement et de recrutement des milices, les zones rurales et les villes du sud n’avaient encore jamais été vraiment impliquées dans les combats (Dorier-Apprill, 1997). Mais en septembre-octobre 1997, la guerre gagne l’intérieur du pays. La milice cobra s’empare des villes et des aéroports du nord, les miliciens vaincus, Ninjas et Cocoyes, pourchassés par les Forces armées congolaises se replient dans leurs bases respectives du sud Congo : Pool pour les Ninjas, Niari, Bouenza et Lekoumou pour les Cocoyes.

24Les régions passent donc du statut de références virtuelles à celui de territoires miliciens et de zones de troubles, où l’armée (appuyée par les Cobras de Denis Sassou Nguesso et les troupes angolaises) ne parvient pas à imposer durablement l’autorité de l’État jusqu’à la reprise de la guerre en 1998. Parallèlement, les étatsmajors politiques semblent perdre peu à peu le contrôle des milliers de jeunes miliciens, ou anciens miliciens toujours armés et reconvertis dans le banditisme. Une partie de la population continue donc à être prise en otage entre miliciens vaincus (dans le sud du pays), et miliciens vainqueurs incorporés dans l’armée et la police, où ils conservent des pratiques arbitraires et violentes.

25Fin 1998, les combats entre armée et milices sudistes commencent dans les campagnes qui entourent la capitale. Des incursions de groupes de miliciens ninjas dans les quartiers sud provoquent une réaction brutale de l’armée à laquelle ont été incorporés des miliciens cobras, fidèles à D. Sassou Nguesso. L’ensemble Bacongo-Makélékélé est bouclé, bombardé par les forces armées, intégralement vidé de ses 200 000 habitants, obligés de se replier vers des « sites » de refuge dans les quartiers nord (paroisses chrétiennes, pour la plupart), ou de fuir vers Pointe Noire ou Kinshasa. Nombre de jeunes, supposés Ninjas ou sympathisants, sont sommairement exécutés. Pendant quatre mois, le quartier est bouclé et placé sous le contrôle de l’armée, qui laisse libre cours au pillage le plus systématique que Brazzaville ait jamais connu : les véhicules militaires, des camions, sont utilisés pour vider méthodiquement les maisons de leur contenu, revendu sur les marchés de Ouenzé et Talangaï.

26La déportation massive des habitants dépouillés de leurs biens se déroule sous encadrement militaire, et dans une sidérante indifférence internationale, l’attention des médias étant alors captivée par le drame du Kosovo.

27En 1999, les habitants ne sont autorisés à regagner leurs domiciles sinistrés, rasés ou incendiés qu’en avril, après quatre mois de fermeture, mais à l’heure où nous rédigeons (fin mai 1999), les retours n’ont pas encore vraiment commencé, faute des garanties minimales de sécurité dans le quartier dévasté. Le pouvoir n’a toujours pas, de son côté, réussi à endiguer les incursions ninjas dans les périphéries sud de la capitale, où les bombardements reprennent, ni à contrôler le Pool et l’axe vital Brazzaville Pointe-Noire.

28En 1998, donc, plus que de « guerre urbaine » (il n’y a pas eu de véritables combats urbains), il s’agit d’une répression aveugle et massive à l’égard de tout le bloc des quartiers sud, considérés non seulement comme foyers urbains de la rébellion ninja, mais comme foyer symbolique de l’identité « sudiste ». Or les quartiers Bacongo-Makélékélé avaient tenu une position centrale au coeur des guerres précédentes, avant d’être victimes de l’acharnement actuel du pouvoir de D. Sassou Nguesso et de sa milice.

29C’est à Bacongo que se déclenche le mouvement des barricades en 1993 et le quartier (sous contrôle de la milice ninja) est bombardé une première fois par l’armée de P. Lissouba en 1994. En 1997, au contraire, Bacongo se distingue par sa neutralité prolongée au coeur du conflit. Les deux arrondissements étaient devenus zones de refuge pour les habitants de tout le reste de la ville, et les hommes politiques de tous bords.

30Cette position particulière de Bacongo-Makélékélé participe de la radicalisation d’un processus de durcissement identitaire, déjà amorcé lors des violences politiques urbaines qui accompagnent le processus d’autonomie puis d’indépendance, en 1936-1957 puis en 1959. Trente ans plus tard, il se traduit spatialement, non seulement par la délimitation violente du « territoire ninja », la mise en place de circuits économiques clandestins qui alimentent les caisses du parti politique local, mais aussi, symboliquement, par la résurgence du matsouanisme et la multiplication d’Églises néotraditionnelles (églises boulamananga) qui empruntent une partie de leur légitimité à une histoire et une symbolique kongo actualisée, refabriquée, bricolée. La plupart des miliciens ninjas, ainsi que leurs chefs politiques, fréquentent ces groupuscules religieux à forte identité communautaire (Dorier-Apprill, 1997). Cette double sensibilité contestataire et religieuse de l’ensemble Bacongo-Makélékélé est ancienne à Brazzaville. De nombreux mouvements religieux prophétiques, messianiques et néotraditionnels nés au sud du Pool dans la première moitié du siècle peuvent compter leurs martyrs et leurs lieux sacrés à proximité immédiate de la capitale. Le matsouanisme est même fortement et presque exclusivement implanté à Bacongo : le coeur de ce mouvement ou « gouvernement central » se trouve dans un quartier proche du fleuve (Sinda, 1972 ; Kouvouama, 1979). Incorporé dans nombre de constructions religieuses contemporaines, réinterprété par des jeunes urbains, le matsouanisme est affiché comme composante importante de la culture du Pool et des quartiers kongo de Brazzaville (Dorier-Apprill, Kouvouama, 1998).

31Vider le quartier de ses jeunes et de ses élites, contraintes à la fuite ou à l’exil, détruire ce territoire kongo-lari fortement enraciné dans l’histoire de Brazzaville et conforté par les deux guerres urbaines de 1993 et 1997 constitue à l’évidence l’objectif actuel du pouvoir. Mais il est probable que cette « sale guerre » renforcera davantage encore l’identité ethnicisée des Brazzavillois. Une mise en perspective historique montre bien que l’identité de Bacongo (et de ses habitants) s’est construite autour de la réitération du même scénario depuis la fondation de la capitale congolaise : dans la « transaction » politique citadine, Bacongo se pose tour à tour en « ville dans la ville », en foyer de révolte et en « cité martyre ».

Brazzaville, isolée du sud-Congo par la violence politique

  • 11 Qui s’est taillé un territoire dans le Niari, la Bouenza et la Lekoumou.

32De guerre des quartiers, on est passé à une guérilla qui embrase encore la moitié du pays, suivant l’axe de transport et de peuplement que constitue le tracé du cfco (Chemin de Fer Congo Océan). Des accrochages se répètent le long de cet unique cordon ombilical sans lequel Brazzaville ne peut être approvisionnée que via Kinshasa, ou par pont aérien. La ligne ferroviaire elle-même ne fonctionne plus depuis des mois à cause de brigandages et d’attaques répétées. Son axe, doublé par la piste Brazzaville-Pointe-Noire demeure l’objet de combats dont l’enjeu est non seulement la prise des centres urbains (et de leurs aéroports) et la délimitation de territoires échappant à l’État, mais aussi le contrôle de la vie économique du pays. C’est ainsi que, de janvier jusqu’à fin mars, la milice Cocoye11 commande toute l’alimentation électrique de Pointe Noire en contrôlant le barrage de Moukoukoulou.

33Les images de centre ville défoncé, mille fois montrées par les médias après la guerre de 1997, traduisent non seulement l’impact des combats, mais aussi l’isolement, la faiblesse de la capitale congolaise, minée par des décennies de gabegie publique, auxquelles la guerre s’est surimposée. L’argent du pétrole n’a jamais été investi dans le pays. En l’absence totale d’aménagement et d’entretien de la voirie, bien des trous dans les avenues brazzavilloises ne doivent rien aux bombardements.

  • 12 Dont certaines ont financé les belligérants en 1997.
  • 13 Plus de 20 mois en mai 1999.

34Dans le sillage des milices surviennent les candidats à la reconstruction, parmi lesquels les compagnies pétrolières de diverses nationalités (Exxon, Elf, Agip)12 ont prévu de se partager la tâche de reconstruire les équipements publics (écoles, dispensaires, université). Mises à part la tour Elf Congo et la basilique sainte Anne, sérieusement endommagées, il n’y a guère d’édifice remarquable à reconstruire à Brazzaville. Mais qui reconstruira les vastes quartiers de maisonnettes de parpaings, les commerces dévastés par les pilleurs, dans une ville sans économie productive, sans industrie, où la fonction publique – dont les arriérés de traitement continuent à s’accumuler13 – fournit l’essentiel du revenu en circulation ?

35On ne vit plus, on survit à Brazzaville.

Carte 3 - La guérilla dans les régions du Sud-Congo : l'évolution d'octobre 1998 à mai 1999

Carte 3 - La guérilla dans les régions du Sud-Congo : l'évolution d'octobre 1998 à mai 1999

Carte 3 - La guérilla dans les régions du Sud-Congo : l'évolution d'octobre 1998 à mai 1999 (suite)

Carte 3 - La guérilla dans les régions du Sud-Congo : l'évolution d'octobre 1998 à mai 1999 (suite)
  • 14 La compagnie nationale Lina-Congo est en rupture d’activité, faute d’avion.

36Entourée vers le nord de campagnes dépeuplées et sous-productives, et vers le sud de régions quadrillées par les milices rivales et sans accès aux transports pour acheminer leurs productions, Brazzaville est aujourd’hui une capitale enclavée, coupée du littoral et notamment de Pointe Noire. Le fleuve n’est pas navigable au sud de Brazzaville. Le Chemin de fer Congo Océan ne ravitaille plus la capitale, coupé tantôt par le banditisme, tantôt par la guérilla. La liaison terrestre (par piste) est exécrable et menacée par les milices. Ne restent que les liaisons aériennes, assurées désormais par plusieurs compagnies privées, qui prospèrent grâce à la crise14 Il en résulte une hausse très forte du coût de la vie à Brazzaville, notamment les produits alimentaires et les matériaux de construction, qui proviennent pour l’essentiel du Congo Kinshasa, et en grande partie par contrebande.

37La criminalisation des milices accroît le déclin d’une activité économique qui était déjà réduite à peu de choses avant 1993. Dans un premier temps, la crise d’ajustement, la libéralisation du commerce et la baisse des recrutements dans la fonction publique avaient eu pour effet une multiplication des activités informelles et de débrouillardise. Mais une partie des jeunes se sont reconvertis dans les activités, autrement plus lucratives (et légitimées par le politique), du pillage et du racket. Seule l’économie du pillage paraît prospère. Les marchés aux biens volés se déplacent eux aussi au gré des circonstances dans les zones les plus paisibles de la ville (à Bifouiti, sortie sud de la ville en 1997, puis à Djiri et Kintélé à l’extrême nord, et aujourd’hui à Ouenzé, au coeur du territoire « cobra »).

  • 15 En janvier, l’unicef évalue leur nombre à 150 000, addition des chiffres de population des localit (...)
  • 16 Sources : témoignages (lettres), article de Joël Nsoni, La semaine Africaine, 18 mars 1999, Médeci (...)

38Brazzaville n’est plus seule touchée. Les rares villes secondaires du pays et les zones de productions vivrières pour les marchés urbains qui s’égrènent le long de cette voie ont été progressivement démantelées selon un scénario presque toujours identique. Les ninjas, dans le Pool, ou les Cocoyes, dans la Bouenza, s’emparent des édifices publics urbains, séquestrant, enlevant ou assassinant les représentants de l’administration. Parfois, l’administration et la gendarmerie abandonnent les lieux avant même l’attaque ninja, comme cela a été le cas à Kinkala, préfecture du Pool, le 4 octobre 1998. Lorsque les forces armées et les Cobras investissent à leur tour la localité, c’est pour s’en prendre d’abord aux adolescents susceptibles d’appartenir aux milices. Ils se livrent ensuite à la destruction punitive, au pillage, à l’incendie des habitations et des biens des civils qui ont pris la fuite. La quasi totalité des habitants du Pool, puis des localités situées le long de la voie ferrée, ont dû se disperser dans les champs et les forêts pour fuir combats et arrestations arbitraires15 Selon plusieurs sources, les populations doivent aussi échapper aux enrôlements forcés de jeunes adolescents par une nouvelle milice, à la fois communautaire et religieuse, organisée par l’ancien fondateur d’une secte thérapeutique de Brazzaville. Violents et fanatiques, armés de machettes, les Nsilulu feraient régner la terreur dans les environs de Boko16.

39Ces violences miliciennes (politiques et criminelles) désorganisent démographiquement, socialement, économiquement et spatialement toute la moitié sud du pays sans pour l’instant affecter l’économie pétrolière (deux nouveaux gisements offshore seront mis en exploitation fin 1999). Pourtant, tout le « Congo utile », celui du pétrole, des gisements minéraux récemment identifiés finit cette fois par être menacé indirectement par des combats qui ont déjà détruit les principales villes, et déplacé des centaines de milliers d’habitants. Dolisie et Nkayi ont été dévastées, et si Pointe Noire reste encore à l’écart des violences, elle fut privée d’électricité pendant des mois en 1999.

40Bien avant les guerres, on l’a vu, le construit social particulier de Brazzaville était fait de la juxtaposition d’espaces résidentiels caractérisés par une forte spécialisation ethno-régionale. Les violences et le cycle des migrations forcées entre quartiers imposées par les milices politiques ont durci la structure existante en bloquant les échanges sociaux et spatiaux qui assuraient l’équilibre urbain. En outre, en basant leur stratégie de conquête et de conservation du pouvoir sur la manipulation de clivages ethno-régionaux, les partis politiques en compétition aboutissent à la fermeture du pays sur lui-même. Brazzaville n’est plus qu’une capitale secondaire isolée, terminus de ligne aérienne.

41La mise en œuvre de la guerre urbaine par des milices politiques composées de jeunes ne signifie pas que cette violence continue à être contrôlée par les cadres des partis. Il s’est produit à Brazzaville ce que l’on observe dans toutes les villes d’Afrique ayant connu le développement de milices partisanes (Beyhum, 1991 ; Calas, 1998 ; Davie, 1983 ; Perouse de Montclos, 1998) : une dispersion incontrôlable des armes, une quasi institutionalisation de modes de fonctionnement délinquants chez les jeunes, une violence de plus en plus diffuse, partie prenante de la vie quotidienne et entraînant des replis communautaires et générationnels de plus en plus radicaux.

42Jusqu’où le politique peut-il gérer la manipulation identitaire et ses effets ? L’extension actuelle des violences, l’épuration ethnique des quartiers, les exodes de populations, la criminalisation des milices, la systématisation des pillages entraînent la désagrégation de toutes les formes de régulations économiques, sociales et spatiales. Le Congo a atteint le seuil à partir duquel la désarticulation urbaine et régionale entraîne l’implosion sociale. Il est clair, malheureusement, que le cycle des violences n’est pas achevé au Congo, et il est possible que le pire soit encore à venir.

Bibliographie

Références bibliographiques

Balandier G. Sociologie des Brazzavilles noires. Paris, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, 1955.

Bazenguissa-Ganga R. Les milices politiques dans les affrontements. Afrique contemporaine, Dossier spécial « Congo-Brazzaville, entre guerre et paix », n° 186, 2e trimestre 1998, p. 46-57.

Beyhum N. Espaces éclatés, espaces dominés, étude de la recomposition des espaces publics centraux de Beyrouth de 1975 à 1990. Thèse de Doctorat en Sociologie, Université Lyon 2 Lumière. 2 vol., 1991. 795 p.

Bernault F. Démocraties ambiguës Congo-Brazzaville, Gabon : 1940-1965. Karthala, 1997.

Calas B. Kampala, la ville et la violence. Paris, Karthala, 1998. 435 p.

Creth. Schéma de développement régional de Brazzaville. Brazzaville, Ministère des travaux publics/Ministère du Plan, 1986.

Davie M.F. Comment fait-on la guerre à Beyrouth ? Hérodote, 29-30, 1983, p. 17-54.

Dorier-Apprill E. Géographie des ethnies, géographie des conflits à Brazzaville. In Le Bris (E.). Villes du sud, sur la route d’Istanbul... Paris, éditions de l’orstom, 1996, p. 259-289.

Dorier-apprill E. Jeunesse et ethnicités citadines à Brazzaville. Politique Africaine, no 64, 1996. p. 73-88

Dorier-apprill E. Guerres des milices et fragmentation urbaine à Brazzaville. Hérodote, no 86-87, 4e trimestre 1997, p. 182-221.

Dorier-apprill E., Kouvouama A., Apprill C. Vivre à Brazzaville. Paris, Karthala, 1998. 384 p.

Kitongot. Ethnies et urbanité dans la lutte politique au Congo après 1959. Africa, n° 45, Rome, 1990, p. 665-679.

Ossébi H. De la galère à la guerre : jeunes et Cobras dans les quartiers Nord de Brazzaville. Politique Africaine, no 72, 1998, p. 17-33.

Pérouse de Montclos M.A. Violence et sécurité urbaine en Afrique du sud et au Nigéria, un essai de privatisation, Durban, Johannesbourg, Kano, Lagos et Port Harcourt, t. 1, 303 p., t. 2, 478 p. Paris, l’Harmattan, coll. Logiques politiques, 1997.

Pourtier R., (dir.). Afrique contemporaine., Dossier spécial « Congo-Brazzaville, entre guerre et paix », no 186, 2e trimestre 1998.

Quantin P. Congo, décomposition d’une libéralisation. In Afrique politique, 1994, Bordeaux, cean, p. 167-190.

Sinda M. Le messianisme congolais et ses incidences politiques. Payot, 1972.

Tonda J. Identités religieuses, identités ethniques et situations d’aliénation au Congo. In Yengo P. (dir.). Identités et démocraties, Paris, L’Harmattan, 1997, p. 243-269.

Yengo P. Ethnicité et logiques de pouvoir : les conflits ethniques de 1959 et 1993 au Congo. In Yengo P. (dir.). Identités et démocraties. Paris, l’Harmattan, 1997, p. 187-202.

Yengo P. Un recours endémique à la violence. Afrique contemporaine, Dossier spécial « Congo-Brazzaville, entre guerre et paix », no 186, 2e trimestre 1998, p. 33-45.

Notes

1 Les pillages de 1998 ont détruit les maisons de nombreux collaborateurs universitaires qui résidaient dans les quartiers sud de la capitale. Certains ont été directement victimes des violences, d’autres poussés à l’exil.

2 Union de défense des intérêts africains, parti de Fulbert Youlou.

3 Mouvement socialiste africain, parti de Joachim Opangault.

4 Date du dernier recensement national.

5 Le taux de scolarisation du Congo était l’un des plus élevés du continent.

6 En saison des pluies, il faut parfois plusieurs jours pour relier par la piste les deux villes distantes de 500 kilomètres.

7 2 000 morts, 100 000 réfugiés d’un quartier à l’autre (voir croquis).

8 P. Lissouba n’a été élu que grâce à son ancrage dans les régions peuplées et dynamiques du sud-ouest (Niari, Bouenza, Lekoumou).

9 Cobras du côté de D. Sassou Nguesso, Zulus et Cocoyes du côté de P. Lissouba.

10 De juin à octobre 1997, 4 à 10 000 morts selon les estimations, plusieurs centaines de milliers de personnes déplacées.

11 Qui s’est taillé un territoire dans le Niari, la Bouenza et la Lekoumou.

12 Dont certaines ont financé les belligérants en 1997.

13 Plus de 20 mois en mai 1999.

14 La compagnie nationale Lina-Congo est en rupture d’activité, faute d’avion.

15 En janvier, l’unicef évalue leur nombre à 150 000, addition des chiffres de population des localités vidées par les combats.

16 Sources : témoignages (lettres), article de Joël Nsoni, La semaine Africaine, 18 mars 1999, Médecins sans frontières (site web), Croix Rouge (site web).

Auteur

Élisabeth Dorier-Apprill