Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud

 | 
Jean-Louis Chaléard
, 
Roland Pourtier

Deuxième partie. Guerres et dynamiques territoriales

La « Reconquista » et les paysages des hautes terres éthiopiennes

Alain Gascon

Résumé

Durant son règne (1889-1913), Menelik II repoussa les Italiens et les frontières de l’Éthiopie pour englober un glacis de basses terres et rattacher les hautes terres méridionales. Conquête coloniale ou « Reconquista » de territoires perdus aux XVIe et XVIIe siècles ? Le débat, récurrent, n’est pas clos. Cette expansion, sans transfert massifde population, entraîna l’avancée de la céréaliculture à l'araire, vers le Sud, et donc l'extension des openfields. Dans les nouvelles possessions, les chef militaires établirent un maillage de villes nouvelles, fortes, les kätäma, dans le but de collecter le tribut et le produit du travail des vaincus. Bâties selon le plan et l’architecture d’Addis Abäba, fondée par Menelik, en 1889, elles ne connurent pas toutes le succès de la kätäma capitale. Elles sont à l'origine du réseau urbain actuel de l’Éthiopie méridionale. La Reconquista signifia bien plus la transformation des systèmes et des paysages agraires, les débuts de l’urbanisation, qu’un bouleversement du peuplement de la Grande Éthiopie.

During his reign (1889-1913), Menelik II defeated the Italians and extended the borders of Ethiopia, annexing a glacis of peripheral lowlands as well as the Southern Highlands. Was this a form of colonial conquest or the «Reconquista» of territories lost in the 16th and 17th centuries? The question has often been raised and remains open. Expansion was carried out without a massive transfer of population, and it led to a southward expansion of plough cereal cultivation and to the subsequent extension of open fields. In order to collect tribute and contributions from a defeated workforce, military chiefs erected a network of fortified towns in the new provinces, the kätämas. Built in accordance with the layout and architecture of Addis Abäba, founded by Menelik in 1889, not all these cities experienced the success of the capital kätäma. The present-day urban network in Southern Ethiopia is to be traced back to these towns. The Reconquista should be seen more as a transformation of farming Systems and agrarian landscapes and a beginning of urbanization than as a disruption of the human settlements of a Greater Ethiopia.

Texte intégral

  • 1 On ne peut parler de copte (littéralement égyptien) pour l’Église éthiopienne täwahedo (monophysit (...)
  • 2 Eragrostis tef (Zucc.) Trotter.

1L’Éthiopie présente dans l’Afrique au Sud du Sahara, une grande originalité dont les Éthiopiens sont d’ailleurs parfaitement conscients. Le christianisme orthodoxe1 et la culture écrite marquent une continuité avec la Méditerranée et l’Arabie antiques, encore renforcée par l’islam arrivé depuis le viie siècle ! Outre des vestiges monumentaux imposants comme à Aksum, d’autres éléments matériels signalent ce particularisme. La céréaliculture à l’araire s’est imposée très tôt d’Asmära en Érythrée au Nord, jusqu’au Nil bleu au Sud. La base de l’alimentation repose principalement sur une céréale le téf2 consommé sous forme de galette. D’autres traditions culturelles et d’autres systèmes agraires existent en Éthiopie méridionale mais ils apparaissent comme dominés, secondaires ou résiduels et de toute façon oubliés, dans l’Éthiopie actuelle qui doit faire face à une population en forte augmentation, dans la première phase de la transition démographique.

2Deux événements importants ont changé la face de la Corne de l’Afrique et donc de l’Éthiopie. Le plus récent, et sans doute le plus lourd de menaces pour l’avenir proche, est la croissance de la pression démographique sur les sols cultivables. L’Érythrée et l’Éthiopie abritent plus de 60 000 000 d’habitants alors que l’ensemble n’était peuplé que de 25 000 000 d’habitants en 1970. Il faut rappeler qu’à part quelques 200 000 éleveurs nomades, les hautes terres (60 % de la superficie au-dessus de 1000 m mais 25 % au-dessus de 2000 m) regroupent la grande majorité des Éthio-érythréens : l’Éthiopie est bien « la montagne la plus peuplée du monde » (Gallais, 1989). Deux récentes famines et disettes graves, provoquées par des sécheresses récurrentes, ont frappé l’ensemble de la Corne. Les textes éthiopiens nous relatent ces catastrophes qui reviennent régulièrement tout le long de l’histoire.

  • 3 Littéralement : tête. Chef militaire et titre de noblesse le plus élevé.

3Sur l’autre événement qui a marqué durablement l’histoire de l’Afrique et que j’appelle la Reconquista de Menelik II, les témoignages abondent. Si nous nous reportons à l’Éthiopie de 1855 nous la voyons retranchée sur les hautes terres du Nord, menacée par la poussée des Égyptiens successeurs de Méhémet Ali, isolée et divisée entre des ras3 rivaux. Moins de cinquante ans plus tard, par une irrésistible Reconquista, la superficie de l’État éthiopien avait triplé, son armée avait battu les Égyptiens et les Italiens et Menelik était reconnu comme un souverain éclairé et incontesté auprès duquel se pressaient les envoyés extraordinaires des Grandes Puissances.

Pourquoi « Reconquista » en Éthiopie ?

Une affaire éthiopienne

  • 4 Traduction bien meilleure qu’empereur pour negusä nägäst.

4Ce terme attaché à l’histoire de l’Espagne du viiie au xve siècle, je me propose de l’appliquer à l’histoire de l’Éthiopie de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle qui correspond pour l’essentiel au règne du roi des rois4 Menelik II (1889-1913). Ses armées ont conquis et subjugué les peuples des hautes terres méridionales et orientales et débordé largement sur leur glacis des basses terres triplant presque la superficie de l’Éthiopie. Avant de justifier cet emprunt, il faut rappeler que ces expéditions commencées il est vrai sous les prédécesseurs de Menelik, Téwodros II et Yohannes IV, coïncidèrent avec la lutte que les Éthiopiens durent mener pour repousser les Égyptiens, les Mahdistes et les Italiens. Même si une transposition dans l’espace et dans le temps présente le risque d’un détournement de sens, la référence à l’histoire de l’Espagne, qui acheva son unité en même temps qu'elle conquérait un Nouveau Monde, a l’avantage d’insister paradoxalement, sur un faisceau de causalités proprement éthiopien.

  • 5 Axmed Gurey, le Gaucher, en somali.
  • 6 Fils de Vasco de Gama.

5Selon une prophétie rappelée avec insistance dans les chroniques royales éthiopiennes du xixe siècle, un negus du nom de Téwodros, devait se lever parmi le peuple pour restaurer la vraie foi et chasser de la « Terre Sainte » les occupants infidèles. En effet, au xvie siècle, une grave rupture avait eu lieu dans l’histoire « sainte » de l’Éthiopie, quand l’imam de Harär, Ahmed Graññ5 le Gaucher, lança un jihad à l’assaut du royaume chrétien sauvé, in extremis, par les fusiliers portugais de dom Cristovaõ de Gama6 Épuisés par plus de cinquante années de guerre, les deux adversaires ne purent contenir les migrations des Oromo, majoritairement païens jusqu’au xixe siècle, qui repoussèrent les Éthiopiens au Nord du Nil bleu, les Haräri à l’abri des remparts de leur ville et les Adal/Afar dans le désert. Les lettrés de Gondär, la capitale de l’Éthiopie-croupion, maintinrent intact le souvenir de la grandeur passée, exaltant le mythe salomonien selon lequel les Éthiopiens descendaient d’Israélites, compagnons de Menelik Ier le fils né des amours de Salomon et de la reine de Saba, revenus au pays.

  • 7 Langue afro-sémitique écrite avec le syllabaire « guèze », langue officielle de l’Éthiopie.

6Quand Sahlä Maryam, roi du Choa de lignée « salomonienne », fut couronné roi des rois en 1889, il prit le nom de Menilek II montrant par là sa volonté de renouer, d’actualiser le mythe. Comme en Espagne donc, un souverain légitimé par la vraie foi reprenait des territoires indûment occupés par des envahisseurs infidèles. Les chroniques montrent le negus et ses généraux visitant dans les provinces « re »-conquises, des villes ruinées et des églises qui auraient échappé à la fureur de Grann et qui étaient donc autant de témoignages de l’extension de l’Éthiopie. Ainsi, Addis Abäba fut fondée en 1887, non loin des ruines de l’église hypogée d’Eqa Mikaél. La présence de populations de langue sémitique (Guragé, Zay, Galila) établies au Sud du Nil confirmait encore que ces régions avaient fait partie de l’Éthiopie. À ce caractère de réparation d’une injustice de l’histoire, s’ajoutait la recolonisation des territoire recouvrés ; en effet, Aqänna (de la racine verbale qänna : coloniser) désigne en amharique7 cette période que je propose d’appeler Reconquista.

Carte 1 - L'Éthiopie et l'Érythrée au temps de l'Aqänna

Carte 1 - L'Éthiopie et l'Érythrée au temps de l'Aqänna

Carte 2 - L'Éthiopie à l'avènement de Téwodros II (1855)

Carte 2 - L'Éthiopie à l'avènement de Téwodros II (1855)
  • 8 J’ai enseigné deux ans à l’École secondaire, Haylä Sellasé Ier comme il se doit, d’Ambo (Choa) sou (...)
  • 9 Ps 68 (32) : « L’Éthiopie tendra les mains vers Dieu » (traduction de la Bible de Jérusalem et tra (...)

7Utiliser à dessein Reconquista (ou Aqänna), c’est refuser l’histoire sainte des chroniqueurs qui déteignait encore sur les manuels scolaires en usage dans les écoles secondaires sous le règne de Haylä Sellasé8. Ils accréditaient l’idée qu’au cours d’une succession de promenades militaires, les peuples du Sud se seraient ralliés à Menelik, leur maître légitime. Or, les témoins des combats, tant Ethiopiens qu’Européens, relatent une résistance si opiniâtre qu’il fallut par exemple, plusieurs expéditions pour subjuguer les Arsi ou les Wälayata. On ne peut soutenir comme le firent des auteurs stipendiés par Haylä Sellasé, que Menelik « re »-conquit ou « ré »-unifia son royaume, le soustrayant entre autres, aux Oromo ou aux Somali, des envahisseurs que les historiens préfèrent dénommer maintenant « migrants ». Néanmoins, pour mieux comprendre les Éthiopiens, il est important d’avoir à l’esprit qu’ils ont une conception messianique de l’histoire, enseignée par l’Église, répétée par les traditions orales et peinte sur les murs des sanctuaires. En 1593, pour Bahrey, moine réfugié dans le sud de l’Éthiopie, les Oromo étaient de nouveaux Philistins, de nouveaux Assyriens, envoyés par Dieu pour châtier le peuple Élu, son Peuple infidèle (Mohammed, 1990). Cette conception est encore largement partagée par les Éthiopiens qui, face aux guerres et aux famines, conservent au fond de leur coeur une espérance indestructible : Dieu ne faillit jamais à sa parole et ne les abandonnera pas9

Le « colonialisme éthiopien » : un anathème plutôt qu’un argument

  • 10 Ni la France ni la Grande Bretagne n’empêchèrent le trafic des esclaves en mer Rouge effectué par (...)

8Utiliser Reconquista, c’est également refuser d’entrer dans une longue et vaine polémique au sujet du « colonialisme » éthiopien et de son avatar le « féodalisme » éthiopien. Comme la conquête menelikienne a coïncidé avec le partage colonial de l’Afrique on a écrit que l’Éthiopie, État « artificiel », ne fut pas la victime de la colonisation européenne mais sa complice. Elle serait une création coloniale depuis qu'elle a soumis les populations méridionales. Cette accusation fut d’abord formulée par les Européens : comment un État africain, barbare et esclavagiste10 pouvait-il être digne d’être un colonisateur apportant aux populations les lumières de la civilisation ? La Grande Bretagne, en 1923, quand elle voulut s’opposer à l’admission de l’Éthiopie à la sdn, puis l’Italie, en 1936, quand elle tenta de justifier son agression, dénoncèrent cet État indigne de dispenser les bienfaits de la civilisation. Encore en 1944-1945, les Britanniques afin d’imposer leur tutelle au negus qu’ils avaient pourtant restauré, reprirenr cette argumentation. La dénonciation du colonialisme éthiopien changea de bord avec la décolonisation de l’Afrique : les fronts indépendantistes érythréens et les irrédentistes somali d’Ogadén accusèrent l’Éthiopie d’être un État colonial, une « prison des peuples ». La Révolution de 1974, la chute du régime de Mängestu Haylä Maryam en 1991, et la division de l’Éthiopie en régions-États ethnolinguistiques fédérales en 1994, ont encore ranimé ces débats. Partisans de la sécession et tenants de l’unité s’affrontent, s’accusant mutuellement de colonialisme.

9En réalité, la persistance de ces dénonciations relève plutôt de l’injure politique ou de l’anathème que de l’analyse historique rigoureuse. Faire de l’Ethiopie une création coloniale c’est oublier que les Éthiopiens dans leur majorité - en dépit de défections spectaculaires - ont tu leurs querelles, pour mieux se dresser contre les envahisseurs comme on le vit encore en 1977-1978 contre les Somaliens. Ainsi à Adwa en 1896, les troupes qui repoussèrent les Italiens, étaient déjà composées majoritairement de contingents prélevés parmi les peuples fraîchement « réunis », principalement des Oromo. Entre 1936 et 1941, en Éthiopie, résistants majoritaires, et collaborateurs minoritaires, se partageaient entre les différentes populations qu’elles aient été « réunies » il y a cinquante ans ou il y a plusieurs siècles ! D’autres arguments plaident pour écarter le colonialisme comme le cadre spatial et temporel de cette Reconquista. Les affrontements se sont déroulés dans le temps long entre des adversaires souvent de force égale, qui appartenaient au même continent : ce ne furent pas de brèves expéditions où la supériorité de l’armement européen suppléa la faiblesse numérique des envahisseurs. À Adwa, les armées éthiopiennes coalisées étaient plus nombreuses que le corps italien renforcé cependant d’askaris érythréens. Ce choix n’annonce-t-il pas la longue lutte pour l’indépendance chèrement conquise de l’Érythrée qui rétablit de fait, une frontière coloniale ? Donc l’Aqänna de Menelik fut une sorte, une manière de Reconquista, mais heureusement, sans l’expulsion des Morisques !

  • 11 On appelait « japonisants » les Éthiopiens envoyés en Europe par le negus pour y apprendre les tec (...)

10Précisément après les épisodes sanglants qui marquèrent la « re »-conquête et les razzias de bétail et d’esclaves, il n’y eut guère de déplacements massifs de population. Les nouveaux maîtres imposèrent aux vaincus un système foncier et fiscal destiné à prélever pour le negus les produits du travail de la terre et le travail même (Berhannou, 1971). Ce furent les céréales, le café, les cuirs et les peaux prélevés au Sud par l’appareil administratif, militaire et religieux qui, centralisés dans la nouvelle capitale, financèrent l’effort de guerre éthiopien (Marcus, 1974). Menelik acquit des armes, attira des techniciens étrangers et introduisit le téléphone, la poste, les routes empierrées et le chemin de fer dans un esprit très proche de celui de l’empereur Meiji au Japon11 C’est cette mobilisation des hommes et des produits de la terre impulsée depuis Addis Abäba, qui provoqua de profonds bouleversements des systèmes agraires, la greffe de réseaux urbains et donc transforma les paysages des hautes terres méridionales selon « un projet historique » (Gallais, 1995), un modèle inventé au Nord, qui n’a pu oblitérer les paysages hérités des peuples du Sud. Ces derniers ont maintenu leur identité par leur dynamisme démographique et économique notamment parce qu’ils ont été contraints d’introduire les cultures de rente dans leurs systèmes agraires et agropastoraux. On est loin du féodalisme : les féodaux éthiopiens sont à ranger avec les féodaux afghans, dans le magasin des accessoires historiques hors d’usage.

Les hautes terres du Nord : des paysages et des formes d’habitat liés à l’expansion de l’Ethiopie ?

11Les témoignages des archéologues, des historiens et des voyageurs convergent quant à l’ancienneté de l’utilisation de la céréaliculture à l’araire sur les hautes terres du royaume d’Aksum (Erythrée, Tegray). La parenté avec l’outillage de la péninsule arabique est certaine. Les densités furent très tôt élevées et les chroniques royales font état de disettes et de famines périodiques. Les récits, les descriptions et les gravures montrent déjà des champs nus en auréoles autour de villages groupés de huttes de boue et maisons de pierre à toit plat au Nord (comme en Arabie). Des enclos palissadés, jardinés, où sont enfermés les bovins nécessaires à la traction de l’araire, les petits ruminants, enserrent les habitations. Cette nudité apparaît, saisissante, sur les photographies prises en 1868, lors de l’expédition de lord Napier venu délivrer les otages retenus à Mäqdäla (Däsé) par Téwodros. La seule différence vraiment importante, outre l’accroissement des densités, est la plantation générale des eucalyptus dont la silhouette frêle signale les villages et les bourgs.

  • 12 Ensete ventricosum.

12Ces paysages de champs ouverts et d’habitat groupé se seraient peu à peu imposés à mesure que l’épicentre du pouvoir éthiopien migrait vers le Sud : du xie au xiiie siècle au Wällo (Lalibäla) puis au Gojjam et enfin dans l’actuel Choa du xive siècle à l’attaque de Graññ, au xvie siècle. Jusqu’au milieu du xixe siècle, jusqu’au début de l'Aqänna, le royaume de Gondär se retrancha au Nord du Nil et ne fut plus présent au Sud que par des zämächa, des raids militaires. Les fortes densités, l’emploi de l’araire, la céréaliculture exclusive et des pratiques collectives liées à l’appartenance au lignage du fondateur éponyme des communautés conduisirent sans doute comme au Moyen-Orient ou en Europe, à l’élaboration de ces paysages. Il demeure au Sämén, dans quelques terroirs éloignés sur les flancs méridionaux du Däjän, des vergers d’ensät12, de faux bananiers, qui assurent la subsistance des populations (Simoons, 1960). Or, ces jardins correspondent à des enclaves peuplées d’Agäw qui ne parlaient ni l’amharique ni le tegreñña, les deux principales langues afro-sémitiques éthiopiennes. Selon Simoons, ces vergers seraient le témoignage d’une extension ancienne de cette plante et de ces populations, plus au Nord. Ainsi pour certains éthiopisants et certains Éthiopiens, la céréaliculture à l’araire aurait été apportée dans une Éthiopie « agàw » par des migrants sudarabiques qui traversèrent la mer Rouge dans l’Antiquité, les mêmes qui apportèrent l’écriture avec le syllabaire geez, le christianisme et ensuite l’islam. Pour bien des Éthiopiens, l’araire est donc toujours tenu comme un signe d’appartenance à une civilisation « supérieure » alors que les outils de labour à bras témoignent d’un retard technique.

Carte 3 - Les paysages agraires de l'Éthiopie. De l'Aqänna (fin du XIXe siècle) à la Révolution éthiopienne (1975)

Carte 3 - Les paysages agraires de l'Éthiopie. De l'Aqänna (fin du XIXe siècle) à la Révolution éthiopienne (1975)

La « poussée » de l'araire vers le Sud : labours en décembre aux environs de Jimma • Vers 1800 m d'altitude (cliché de l'auteur). Notez l'importance de la couverture boisée : grands arbres isolés dans les champs, buissons arborés le long des rivières et et arboriculture (papayers, bananiers et ensät).

  • 13 À Addis Abäba, à la population certes très mélangée, on m’a parlé de la bulla consommée alors qu'e (...)

13Ces systèmes de culture des hauts plateaux sont également liés à des traits fondamentaux de la culture éthiopienne. Les Éthiopiens chrétiens lorsqu’ils voyagent, se déplacent avec trois objets : leur fusil, leur psautier (Dawit) et leur panier calfaté avec du sang qui contient l’enjära, la galette de téf. En effet, il n’est pas question de s’exposer à consommer une nourriture qui pourrait être impure selon les canons de la loi mosaïque. Ce n’est qu’en cas d’extrême nécessité que les citadins transgressent ces tabous alimentaires et qu’ils ont admis de se nourrir avec une enjära qui ne soit pas complètement faite à base de téf. Renoncer à ces règles de pureté13, c’est plus que déchoir, c’est se couper de son voisinage, de sa communauté, c’est un péché.

Les paysages nés de la Reconquista du Sud : quelle lecture ?

La Reconquista : une fondation de villes

14La pièce maîtresse de l’Aqänna fut la fondation d’un réseau de villes fortes, les kätäma, villes de garnison, résidence du chef local, marché avec, sur une éminence au voisinage, une église. Une fois la pax œthiopica installée, les kätäma les plus élevées, au dessus de 3000 m, froides, humides et entourées de palissades, sont abandonnées pour les étages entre 2000 et 2600 m, toujours au-dessus du paludisme et de la trypanosomiase endémiques. Sous des eucalyptus, comme à Addis Abäba, le plan très souvent en damier, autour du marché, s’ordonne le long de la route principale, mais le palais du chef, le gebbi, demeure un peu à l’écart sur une éminence. Ces villes demeurent un siècle après la conquête des enclaves chrétiennes et amhariques que les paysans d’alentour fréquentaient le moins possible dans la crainte des autorités. Sans doute, les progrès de l’enseignement et du réseau des pistes sous la Révolution, et l’abandon des mesures de collectivisation imposées aux paysans ne manqueront-il pas de faire tomber ces barrières autour des kätäma. Dans toutes les provinces reconquises selon un plan préétabli dont Addis Abäba fut le modèle, un réseau de villes fortes admirées par les Européens, arrima solidement les nouveaux territoires à la capitale reliée aux marchés d’exportation par le chemin de fer de Djibouti (Gascon, 1989, 1995b). Pour s’en convaincre il suffit de lire cet extrait de Zekrä Nägär (Mémorial) de Mahtämä Sellasé Wäldä Mäsqäl, par ailleurs ministre de l’agriculture de Haylä Sellasé.

  • 14 Traduction d’après des notes prises au cours de M. Tubiana à l’inalco auquel je dois la découverte (...)

« Position et emplacement des palais royaux d’Éthiopie »14

« Il est clair que les palais royaux d’Éthiopie ont toujours été construits dans un lieu élevé qui se prête à l’observation. [...] Lorsque nous considérons la disposition des lieux où ont été fondées jadis les diverses capitales de nos rois [...] celà nous fait comprendre à quel point […] à l’heure où leurs rivaux se multipliaient, ils devaient s’armer de prudence. [...] Elles sont de nature à rendre des services pour les combats, mais elles ne sont pas [dans] des sites qui facilitent la vie quotidienne du peuple, parce qu’elles sont toutes dans un endroit qui a un caractère montagneux à la limite des hauts plateaux (däga) et des basses terres (qolla).
« Lorsqu’il [Menelik] eut achevé sa tâche et organisé son royaume qu’il tenait bien dans sa main, alors qu’il ne cherchait [plus] les hauteurs, il construisit ses villes en des lieux bien fournis de bois, d’herbe et d’eau qui aidaient le peuple à vivre. Pour s’en rendre compte, il suffit de considérer au Choa, Addis Abäba, Addis Aläm et Gännät [...] Il avait beau construire les villes en des endroits plans, l’antique usage de construire ses palais en des lieux élevés ne cessa pas. Par exemple, la ville d’Addis Abäba, bien qu'elle ait été fondée en un lieu préférable à Enttoto et Wächächa, malgré tout le palais a été fondé en un lieu élevé d’où l’on voit la ville toute entière, sans renoncer à l’ancienne manière de voir. »

La Reconquista : l’araire et le café

15À l’Ouest d’Addis Abàba, au Mécha et au Wàllâgga, les plateaux ont été largement gagnés par la céréaliculture à l’araire et l’openfield en un peu plus d’un siècle de réunion à l’Éthiopie avec un progrès de la céréale « noble », le téf, qui domine au Choa et vient en second au Wällägga. Au Mécha, jusqu’à la Révolution, openfield et habitat dispersé coexistaient, rappelant selon des travaux convaincants une ancienne extension du faux bananier présent immédiatement au Sud. Autour des habitations du Wällägga les vergers d’ensät forment une sorte de bocage serré impénétrable où l’araire est toujours remplacé par les outils à bras. Dans les vallées et sur les pentes, la houe ou le bâton à semer pour des cultures hâtives rappellent sans doute des systèmes plus extensifs (Knuttson, 1969) comme les parcelles brûlées en attente d’être semées dans la vallée du Didéssa que j’ai vues fin décembre 1995. D’une façon générale, l’extension des openfields producteurs de céréales autre que l’orge, très prisée par les Oromo, au Choa, au Wällägga et en Arsi est une des conséquences de la conquête.

La coexistence de deux systèmes et de deux paysages agraires au Mécha (cliché de l'auteur).
Montée vers le volcan Wenchi (2700-2800 m d'atitude) : champs ouverts céréaliers (orge) sur les pentes coupées de rideaux et sur les interfluves, vergers enclos d'ensät entourant des huttes signalées par des eucalyptus. Au premier plan, du kosso (hagenia abyssinica – Bruce – Gmelin) un puissant ténifuge.

  • 15 Catha edulis Forsk, stupéfiant inscrit sur le tableau B, 80 % du revenu d’un Djiboutien selon Moha (...)

16Au Sud-Ouest, môle de hautes terres où les densités culminent à 1 000 h/km2 (cultivé), vivent un quart des Ethiopiens. Cette forteresse du faux bananier a résisté à l’araire mais entre les pseudo-troncs, les paysans ont été contraints par les maîtres de la terre de se livrer à des cultures de rente, principalement le café : les caféiers du Sidamo et du Wällägga ont supplanté la production du Haràr. Les ensäticulteurs ont été appréciés pour leur capacité à introduire des cultures nouvelles et pour leur aptitude à l’artisanat et le commerce : leur entrée dans un marché unifié aux dimensions d’un État a donné aux Dorzé du Gamo-Gofa le monopole des châles éthiopiens (shämma) et aux Guragé la mainmise sur le commerce au Mercato d’Addis Abäba. Le Harâr est une région de densités élevées où les systèmes céréaliers ont intégré des cultures de rente le tchat15 le café et les primeurs vendus sur le marché extérieur (Djibouti). L’araire introduit depuis la conquête choane, est utilisé dans les parcelles de sorgho conjointement avec la houe mais le dängora, un bâton à fouir lesté d’une pierre percée et manié par deux « laboureurs », a permis encore récemment, la mise en culture des terrasses quand il a fallu réserver les terres planes aux exploitations collectives mécanisées.

La Révolution ou la Reconquista continuée

17Dans les années soixante, la tendance parmi les organisations internationales, était à la promotion du développement régional intégré. En Ethiopie, le gouvernement impérial lança le cadu (Chilalo Agricultural Development Unit) : le Chilalo, un awrajja (province) de la région Arsi fut pris en charge par l’Agence suédoise internationale de développement (Swedish International Development Agency ou sida). Les développeurs s’efforcèrent de « conscientiser » les paysans par l’alphabétisation, l’éducation à l’hygiène et à l’agriculture « moderne » et encouragèrent le recours aux intrants et aux labours mécanisés (Cohen, 1987). Asälla, la capitale, connut un essor surprenant par l’arrivée des expatriés et des fonctionnaires éthiopiens associés au projet. De grands champs en gros blocs furent tracés à coup de charrues et de tracteurs et les maîtres du sol en profitèrent pour expulser les tenanciers comme j’en fus le témoin. Pressé par le Parlement alerté par les experts du cadu, le gouvernement suédois menaça de se retirer du projet. La Révolution de 1974 et la Réforme agraire de 1975 survinrent et interrompirent les évictions qui reprirent de plus belle avec la Révolution « verte » (la collectivisation) lancée en 1979. L’Arsi fut la région-phare pour la promotion de l’agriculture mécanisée dans d’immenses fermes d’État et le lancement du programme de villagisation (Cohen, Isaksson, 1987). Les Suédois préférèrent alors quitter le programme.

  • 16 Slogan répété à l’envi par les intervenants officiels lors de la Conférence internationale des étu (...)

18On peut voir dans cette affaire du cadu une sorte de prolongation de l’Aqänna : Asälla redevint une kätäma, un pôle « extractif » et l’openfield céréalier progressa sur les plateaux. Les nouveaux villages (addis mändär) imposèrent par la suite l’habitat groupé autour des bâtiments officiels dont la maison du parti. Les paysans durent détruire leurs huttes pour bâtir en priorité des maisons rectangulaires sur le modèle urbain, au centre d’un damier qui évoquait irrésistiblement une caserne. N’était-ce pas un moyen de surveiller les Oromo Arsi, résistants opiniâtres à la conquête choane du siècle dernier, qui par dépit, s’étaient convertis à l’islam et tournés vers l’ensät (Braukämper, 1988) ? La militarisation de l’habitat fut particulièrement poussée au Harär devant la crainte d’une recrudescence des activités des irrédentistes somali et oromo dans la région d’où était parti le jihad de Graññ. Elle fut également rigoureuse au Choa le long de l’étoile de routes qui partent d’Addis Abàba jalonnées d’addis mändär comme les kätäma de Menelik (Alemayehu, 1990). Il s’agissait également de garantir le ravitaillement de la capitale, assuré à grand renfort de livraisons obligatoires. Plus que le modèle soviétique, c’est celui de Menelik que Mängestu tenta d’imposer pour « mettre fin au mode de production paysan16 » (sic). Mais, la vague de villagisation se brisa sur le môle des hautes terres denses des ensäticulteurs. Avec l’abandon des mesures coercitives de collectivisation, de nombreux nouveaux villages du Sud Ouest n’existent plus, et surtout, les sites de réinstallation ont été désertés par les paysans qui y furent transférés de force en 1985-1986.

Y a-t-il encore des Aqänna possibles ?

19L’esprit Aqänna connut donc une série d’échecs à chaque fois qu’on voulut transférer des habitants des hautes terres vers les basses terres. Les fermes d’État découpées dans les pacages des éleveurs des basses terres, étaient d’anciennes exploitations mécanisées où des Éthiopiens hauts placés s’étaient alliés à des techniciens étrangers ; elles n’attirèrent jamais durablement les céréaliculteurs des hautes terres. Au mieux ce furent des planteurs rompus aux techniques de l’intensification qui acceptèrent de vaincre leur répulsion pour les basses terres impaludées du Rift. La nationalisation puis l’extension de ces plantations devenues fermes d’État, ne changea rien de plus que la provenance des experts et du matériel qui venaient désormais d’Europe de l’Est. Selon les promoteurs de la Révolution verte ces exploitations mécanisées devaient outre leur production tournée vers l’exportation, fixer les nomades des basses terres et les sédentaires des hautes terres et accélérer la mécanisation de l’agriculture. Aucun de ces objectifs n’a été atteint si bien que l’avenir de ces fermes est suspendu à une privatisation annoncée ou à une dévolution aux autorités locales alors qu’une irrigation inconsidérée a durablement altéré la qualité des sols (Gascon, 1994d). Les sites de réinstallation forcée implantés dans le même étage chaud il y a plus de dix ans, ont été abandonnés massivement et les Tegréens et les Amhara ont regagné tant bien que mal les hautes terres et sans doute les villes, tous les témoignages le montrent.

20D’autres considérations entrent en compte qui expliquent les combats violents qui ont opposé depuis 1991, l’armée et les fronts indépendantistes « islamistes », oromo et/ou somali. Ces fermes d’État ont surtout un rôle stratégique dans le contrôle du glacis des basses terres (Gascon, 1994d). Si ces motivations stratégiques ne sont pas présentes, les sédentaires des plateaux ne sont pas prêts à vivre dans les qolla chaudes, une chaleur qui leur préfigure l’enfer, parmi des éleveurs, de plus musulmans.

  • 17 Mésa ou parfois table calcaire au Tegray.
  • 18 Beatemann, J. (R.P.) Dictionnaire français-amangna. Diré-Daoua, Imprimerie Saint-Lazare, 1929,

21Jean Gallais rejoint Mahtämä Sellasé lorsqu’il évoque : « L’idée d’un projet historique dont la haute montagne, plus précisément un certain étage, est la base régulatrice » (Gallais, 1995, p. 94). Il caractérise les lieux où est ce « projet historique » : un étage obsidional, un étage « pays », un étage noble, un étage de commandement. C’est donc dans ces terroirs élevés, autour de 3000 m, que fut entretenu l’espoir de l’Aqänna. L’esprit de Reconquista flottait dans les däga et sur les amba17 inexpugnables, où se situent les camps retranchés, les prisons d’État (wuhani) les villes, les gebbi, les monastères. De ces étages densément peuplés, partirent les soldats de Menelik attirés par l’octroi des concessions. Ils quittaient leurs parcelles non pas sans esprit de retour, mais sûrs de pouvoir la récupérer auprès de leur lignage. Au cours de la Reconquista, ils reçurent le renfort des peuples les premiers soumis qui participèrent à l’assaut des populations qui n’étaient pas encore conquises. Au Sud, ils trouvèrent des hautes terres fraîches épargnées des miasmes où ils purent implanter leur civilisation sur les pas de leurs illustres et quelque peu mythiques ancêtres. Ils vérifièrent ainsi que le proverbe : « Kagär däga, kämeññita alga18 » [C’est dans les däga qu’on dort le mieux] pouvait s’appliquer au sud du Nil.

Bibliographie

Références bibliographiques

Alemayehu Lirenso. Villagization : Policies and Prospects. In Ethiopia : Options for Rural Developpement, S. Pausewang, F. Cheru, S. Brüne, E. Chole (eds). London, Zed Books, 1990, p. 135-143.

Berhanou Abbebe. Évolution de la propriété foncière au Choa (Éthiopie) du règne de Ménélik à la Constitution de 1931. Paris, Bibliothèque de l’École des Langues Orientales Vivantes, 1971.

Braukämper U. The Islamicization of the Arssi Oromo. In Proceedings of the 8th Conference of Ethiopian Studies (Addis Ababa 26-30 nov. 1984), Taddesse Bayene (ed). Huntington (GB), elm Publications, vol. 1, 1988, p. 767-777.

Bureau J. Les Gamo d'Éthiopie, étude du système politique. Paris, Société d’Ethnographie, 1981.

Cohen J.M. Integrated Rural Development. The Ethiopian Experience and the Debate. Uppsala, Nordiska Afrikainstitutet, 1987.

Cohen J.M., Isaksson N.-I. Villagization in the Arsi Region of Ethiopia, (Report prepared by sida Consultants to the Ethio-Swedish Mission on Villagization in Arsi Région, December 1-14, 1986). Uppsala, International Rural Development Centre, 1987.

Dehérain H. Figures coloniales françaises et étrangères. Paris, Société d’éditions géographiques maritimes et coloniales, 1931.

Gallais J. Une géographie politique de l’Éthiopie. Le poids de l’État. Paris, Économica, Liberté Sans Frontières. 1989.

Gallais J. Perception et interprétation amharique de la montagne. In P. Claval, Singaravelou (eds), Ethnogéographies. Paris, L’Harmattan, 1993, p. 93-119.

Gascon A. Le dangwara, pieu à labourer d’Éthiopie. jatba, vol. xxiv, no spécial, 2-3, avril-septembre 1977, p. 111-124.

Gascon A. Le sabre et le tracteur. Les fermes d’État dans l’agriculture de l’Éthiopie socialiste. Bulletin des Etudes Africaines de l’ inalco, vol. vii, no 13-14, 1989, p. 237-248.

Gascon A. Les « bastides » d’Éthiopie. Les villes fortes de Menelik dans le sud de l’Éthiopie et l’urbanisation contemporaine. In Tropiques. Lieux et liens. Paris, orstom, cnrs, ehess, 1989, p. 433-444.

Gascon A. Les Réformes Agraires 1974-1984. In La Révolution éthiopienne comme phénomène de société, J. Tubiana (ed). Paris, Bibliothèque Peiresc 8, L’Harmattan, 1990, p. 43-61.

Gascon A. Éthiopie, Érythrée, pays de la longue durée. In A. Dubresson, J.-P. Raison, J.-Y. Marchal (eds). Les Afriques au sud du Sahara, Paris/Montpellier, Belin/Géographie Universelle Reclus, 1994a, p. 272-294.

Gascon A. Model-Maps for Ethiopian Studies. In H.-G. Marcus (ed). New Trends in Ethiopian Studies, Ethiopia 1994, Papers of the 12th International Conference of Èthiopian Studies. Lawrenceville, The Red Sea Press, vol. II : Social Sciences, 1994b, p. 688-696.

Gascon A. Le miracle de l’ensät. Géographie d’une plante peuplante. In B. Zewde et al. (eds). Proceedings of the 11th Conference of Ethiopian Studies (1-6 April 1991, Addis Ababa). Addis Ababa, Institute of Ethiopian Studies, t. 1, 1994c, p. 81-89.

Gascon A. Les enjeux des aménagements hydro-agricoles en Éthiopie et en Érythrée. Cahier de la Recherche-Développement, Dossier : systèmes irrigués, no 38,1994d, p. 33-48.

Gascon A. La Grande Éthiopie, une utopie africaine. Éthiopie ou Oromie, l’intégration des hautes terres du Sud. Paris, cnrs éditions, Espaces et milieux 1995a.

Gascon A. La naissance du paysage urbain à Addis Ababa. In Fotografia e storia dell’Africa, Atti del convegno Internazionale, Napoli-Roma 9-11 settembre 1992. A cura di Alessandro Triulzi, Napoli, Istituto Universario Orientale, 1995b, p. 11-26.

Gerster G. (avec la collaboration de) W. Kuls, E. Haberland, E. Hammerschmidt, D. Karsten et D. Vögelin. L’Éthiopie, toit de l’Afrique. Zürich, Atlantis Verlag, Orbis Terrarum, 1974.

Knutsson K.E. Ploughland and Swidden, a Dual System of Agriculture in Western Ethiopia. In iiird Meeting ofSocial Fieldworkers in Northeastern Africa. Addis Ababa, Institute of Ethiopian Studies, 1969.

Kuls W. Agrargeographische Beobachtungen in der Umgebung von Addis Abeba. Petermans Geographische Mitteilungen, 1957, p. 245-251.

Mahtämä Sellasé Wäldä Mäsqäl. Zekrä Nägär (Mémorial). Addis Abäba, 1942, (A.M.).

Marcus H.G. The Life and Times of Menelik II, Ethiopia 1844-1913. Oxford, Oxford University Press, 1975.

Marque C., Rosenwald V. Étude des systèmes agraires d’une petite région du Nord de l’Éthiopie. Mémoire de Diplôme d’Agronomie Approfondie (sous la direction de H. Cochet), Institut National Agronomique Paris-Grignon, 1997.

Mesfin Wolde Mariam. An Introductory Geography of Ethiopia. Addis Ababa, Berhanena Selam H.S.I. Printing Press, 1972.

Mohammed Hassen. The Oromo ofEthiopia : A History 1570-1860. Cambridge, Cambridge University Press, African Studies Series 66, 1990.

Simoons F.J. Northwest Ethiopia Peoples and Economy. Madison, The University of Wisconsin Press, 1960.

Stielher W. Studien zur Landswirtschaft und Siedlungsgeographie Àthiopiens ». Erdkunde, vol. ii, 1948, p. 257-282.

Vitale G., Bartolozzi E. Strumenti agricoli dell’A.O.I. Relazione e monografie agrario-coloniale, no 52, Firenze, Regio Istituto Agronomico per l’A.I., 1939.

Westphal E., Westphal-Stevels J.M.C. Agricultural Systems in Ethiopia. Wageningen, Centre for Agricultural Publishing and Documentation, Agricultural Research Reports 826, 1975.

Wood A.P. Population Redistribution and Agricultural Seulement Schemes in Ethiopia, 1958-1980. In Population and Development Projects in Africa, J.I. Clark, M. Khogali, L.A. Kosinki (eds), Cambridge, Cambridge University Press, 1985.

Notes

1 On ne peut parler de copte (littéralement égyptien) pour l’Église éthiopienne täwahedo (monophysite).

2 Eragrostis tef (Zucc.) Trotter.

3 Littéralement : tête. Chef militaire et titre de noblesse le plus élevé.

4 Traduction bien meilleure qu’empereur pour negusä nägäst.

5 Axmed Gurey, le Gaucher, en somali.

6 Fils de Vasco de Gama.

7 Langue afro-sémitique écrite avec le syllabaire « guèze », langue officielle de l’Éthiopie.

8 J’ai enseigné deux ans à l’École secondaire, Haylä Sellasé Ier comme il se doit, d’Ambo (Choa) sous l’Ancien Régime.

9 Ps 68 (32) : « L’Éthiopie tendra les mains vers Dieu » (traduction de la Bible de Jérusalem et traduction du texte de la Bible en amharique : Mäsehafä Qeddus).

10 Ni la France ni la Grande Bretagne n’empêchèrent le trafic des esclaves en mer Rouge effectué par des potentats, leurs clients ou leurs protégés (Rouaud Alain, 1997, le negus contre l’esclavage. Les édits abolitionnistes du ras Täfäri, Paris, Aresæ).

11 On appelait « japonisants » les Éthiopiens envoyés en Europe par le negus pour y apprendre les techniques « modernes ».

12 Ensete ventricosum.

13 À Addis Abäba, à la population certes très mélangée, on m’a parlé de la bulla consommée alors qu'elle est faite à partir d'ensät, nourriture pourtant proscrite. Mais, la bulla se présente sous forme de farine séchée très différente du qocho, pâte gélatineuse traditionnellement préparée avec l’ensät.

14 Traduction d’après des notes prises au cours de M. Tubiana à l’inalco auquel je dois la découverte de ce texte combien remarquable.

15 Catha edulis Forsk, stupéfiant inscrit sur le tableau B, 80 % du revenu d’un Djiboutien selon Mohammed Guedda (iserst Djibouti). Communication personnelle.

16 Slogan répété à l’envi par les intervenants officiels lors de la Conférence internationale des études éthiopiennes (Addis Abäba, 1984).

17 Mésa ou parfois table calcaire au Tegray.

18 Beatemann, J. (R.P.) Dictionnaire français-amangna. Diré-Daoua, Imprimerie Saint-Lazare, 1929,

Table des illustrations

Titre Carte 1 - L'Éthiopie et l'Érythrée au temps de l'Aqänna
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31105/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Titre Carte 2 - L'Éthiopie à l'avènement de Téwodros II (1855)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31105/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 416k
Titre Carte 3 - Les paysages agraires de l'Éthiopie. De l'Aqänna (fin du XIXe siècle) à la Révolution éthiopienne (1975)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31105/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 462k
Légende La « poussée » de l'araire vers le Sud : labours en décembre aux environs de Jimma • Vers 1800 m d'altitude (cliché de l'auteur). Notez l'importance de la couverture boisée : grands arbres isolés dans les champs, buissons arborés le long des rivières et et arboriculture (papayers, bananiers et ensät).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31105/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 328k
Légende La coexistence de deux systèmes et de deux paysages agraires au Mécha (cliché de l'auteur).Montée vers le volcan Wenchi (2700-2800 m d'atitude) : champs ouverts céréaliers (orge) sur les pentes coupées de rideaux et sur les interfluves, vergers enclos d'ensät entourant des huttes signalées par des eucalyptus. Au premier plan, du kosso (hagenia abyssinica – Bruce – Gmelin) un puissant ténifuge.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31105/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 319k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540