Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud

 | 
Jean-Louis Chaléard
, 
Roland Pourtier

Deuxième partie. Guerres et dynamiques territoriales

Guerre et géographie

Du conflit des Grands Lacs à l’embrasement de l’Afrique centrale

Roland Pourtier

Résumé

En s'interrogeant sur la guerre qui règne en Afrique centrale, l'article pose une double question : la guerre est-elle du ressort de l’analyse géographique, la géographie est-elle un facteur d'explication de la guerre ? La région dite des « Grands Lacs » – c'est-à-dire pour l'essentiel les hautes terres de la crête Congo-Nil (Rwanda, Burundi, Kivu) a été l'épicentre de violences extrêmes dont le génocide tutsi de 1994 constitue le point culminant. Comment expliquer une telle situation ? Surcharge démographique, manipulations politiques de l'ethnisme ont sans doute leur part de responsabilité, mais c'est l'environnement géopolitique global qui explique l'extension du conflit depuis le Rwanda jusqu'au « sous-continent » d'Afrique médiane.

In examining the war that prevails in Central Africa, the article asks two questions: can war be subject to geographical analysis, and is geography an explanatory factor of war? The so-called « Great Lakes » region – the highlands of the Congo-Nile crest (Rwanda, Burundi, Kivu) – has been the epicentre of extreme violence, with the Tutsi genocide of 1994 being its worst manifestation. What explanation can be provided for this situation? Demographic pressure and the political manipulations of ethnie identity may be partly responsible, but it is the global geopolitical environment that accounts for the extension of the conflict beyond Rwanda to the larger Central African « subcontinent ».

Entrées d'index

Texte intégral

1Depuis le pamphlet d’Yves Lacoste (Lacoste, 1976), la multiplication des conflits armés dans le monde a amplement démontré que la géographie pouvait « servir » à faire la guerre – à tout le moins contribuer à en comprendre les ressorts. Il n’empêche que de nombreux géographes éprouvent encore des réticences à considérer les guerres contemporaines comme un objet d’étude, au prétexte, notamment, que le manque de recul nuit à l’objectivité.

2Cette frilosité est plutôt dommageable à la géographie qui devrait au contraire être présente sur tous les fronts de l’actualité. Les historiens l’ont bien compris qui en traitant de l’histoire du temps présent mangent la laine sur le dos de ceux dont on attendrait qu’ils fussent des témoins d’avant-garde. Le risque existe, assurément, de travailler sur un terrain mouvant sans attendre la fin de partie qui offrira à l’analyste le confort de l’explication a posteriori. L’étude d’un conflit ne se confond pourtant pas avec le pronostic des courses. Lorsqu un pays bascule dans la folie meurtrière, dans le dérèglement collectif, le regard que le géographe porte sur l’espace ne peut-il contribuer à en comprendre les raisons – ou celles de la déraison ?

3La question de savoir pourquoi l’Afrique centrale s’enlise dans la guerre est devenue essentielle pour l’avenir du continent. Les données de la géographie y sont-elles pour quelque chose ? Les réflexions auxquelles conviait Jean Gottman dans son ouvrage précurseur sur « La politique des États et leur géographie » (Gottman, 1952) invitent à s’interroger sur ce fait majeur que constitue une guerre de dimension désormais continentale. Un phénomène d’une telle ampleur, tant par l’extension des espaces concernés que par la diversité des acteurs impliqués et des buts poursuivis, est forcément multidimentionnel. La géographie n’est qu’une des entrées possibles dans cette totalité dont la compréhension fait appel à l’ensemble des sciences sociales. S’il est légitime de s’interroger sur la dimension géographique du génocide rwandais, par exemple, il est bien évident que cette tragédie humaine ne s’explique pas par les seules relations des hommes à leur espace. Inversement, les logiques de guerre ne se résument pas à des rivalités de pouvoir déconnectées du contexte géo-historique. Elles s’ancrent dans le terreau composite de populations entretenant des relations singulières avec leur territoire. La guerre, autant sinon plus que le don chez Marcel Mauss, est un fait social total ; c’est aussi un fait spatial. Stratégies et tactiques se déploient sur un espace mariant aux données brutes de l’étendue – distance, forme, extension, contiguïté, proximité, propriétés écologiques – les configurations de territoires politiquement organisés.

4Depuis la fin de la conquête coloniale jusqu’aux indépendances, l’Afrique noire a connu une longue période de paix juste troublée par les campagnes qui s’y déroulèrent à l’occasion des deux guerres mondiales. Ces guerres n’étaient pas les siennes. La pax colonica fut le temps nécessaire pour que les sociétés africaines secouées par le choc destructeur du contact colonial se ressaisissent, et se revendiquent à nouveau comme l’acteur central de leur propre histoire. Avec les indépendances, le transfert de l’autorité politique au bénéfice d’une poignée d’hommes pour la plupart formés dans les missions chrétiennes, les écoles publiques ou les casernes coloniales, a réveillé des tensions que le pouvoir blanc avait mises sous le boisseau. Alors que les chants des festivités d’indépendance ne s’étaient pas encore tus, l’ancien Congo belge basculait dans un chaos inaugurant les guerres postcoloniales et l’intervention de l’onu en Afrique. En ce sens, le Congo – trente ans durant Zaïre – a valeur exemplaire.

5La première guerre civile du Congo (1960-1965) devait révéler la fragilité des encadrements politiques et territoriaux légués par le pouvoir colonial. En quelques jours les revendications d’indépendance ou d’autonomie se multiplièrent, menaçant l’intégrité du plus grand Etat d’Afrique noire. La sécession du Katanga puis son échec devant la détermination des deux Grands de l’époque à faire respecter le statu quo territorial ont constitué deux moments fondateurs décisifs pour l’avenir du continent. Bien que la situation intérieure et l’environnement international aient considérablement changé en quatre décennies, on retrouve dans la guerre actuelle un grand nombre des caractéristiques déjà présentes dans ces périodes charnières de l’accession à l’indépendance. Les guerres récentes du Kivu font écho aux troubles politico-ethniques de 1959 et à la rébellion de 1964. De manière symétrique, les violences dont Brazzaville fut le théâtre en 1959 portaient en germe la guerre qui a ravagé la capitale congolaise en 1997 après la répétition générale de 1993-1994. Quant au Rwanda, le génocide de 1994 est l’aboutissement d’un engrenage de violences dont la « révolution sociale » de 1959-1962 constitue le premier acte.

6Que certains lieux, certains espaces remplissent à un moment de leur histoire une fonction « polémogène » ne peut laisser indifférent. Même si le destin des peuples n’est pas inscrit dans la configuration de leur territoire, celle-ci contribue à infléchir le cours de leur histoire. C’est ce que je tâcherai de montrer, tout en sachant bien que derrière les apparentes raisons des conflits, la guerre, nichée dans les replis de l’irrationnel, s’alimente à l’inconscient collectif.

7La séance inaugurale du séminaire, en octobrel996, devait être l’occasion d’un débat sur la nature de l’État au Zaïre. Secoué depuis quelques années par les spasmes de violences politico-ethniques à répétition, et confronté à la délicate gestion des camps de réfugiés du Kivu, ce grand pays, malade à l’image de son chef, fournissait une ample matière pour une réflexion sur le rôle du politique dans les dynamiques spatiales. Or, quelques jours plus tôt, on apprenait que de mystérieux Banyamulenge avaient attaqué les camps de réfugiés hutus du SudKivu. Laurent Désiré Kabila, survivant oublié du lumumbisme ayant longtemps tenu maquis dans la région de Fizi, près du Tanganyika, venait de prendre la tête d’une Alliance des Forces Démocratiques pour la Libération du Congo-Zaïre (afdl) créée le 18 octobre. Dès lors, disserter « comme si de rien n’était » des rapports entre État et territoire dans un pays en train de basculer dans la guerre eût été renoncer à une des missions premières de la géographie : être aux aguets, pour en témoigner, des transformations du monde.

8Y compris « à chaud », au risque que la vision soit biaisée par le bouillonnement d’événements non encore décantés dans le grand bac du temps. La géographie, à l’instar de toute science sociale, n’étant pas une science exacte, le mieux qu’on puisse lui demander n’est certes pas de dire « la » vérité, mais de contribuer, en assumant ses qualités de science « subtile » à réduire les marges d’ignorance. Il est moins grave de formuler des hypothèses qui s’avéreront erronées, que de s’interdire de poser des questions au nom d’une conception restrictive et peureuse de la géographicité.

  • 1 Selon la dénomination proposée dans la revue Hérodote no 86-87, 1997, Géopolitique d’une Afrique m (...)
  • 2 Texte mis à jour en juin 1999.

9Plus de deux ans ont passé depuis la tenue de ce séminaire, deux ans riches en événements au cours desquels le panorama de l’Afrique centrale – ou « médiane1 – a été profondément modifié. Ce qui n’était au départ qu’un problème rwandais est devenu la question des Grands Lacs – cette insoluble « question des Balkans » d’Afrique – avant de déboucher sur une guerre généralisée impliquant directement une demi-douzaine d’États. Ce changement d’échelle imposait une mise à jour à la lumière des récents développements de ce qu’on peut désormais considérer comme la première guerre continentale africaine2.

Carte 1 – La crête Congo-Nil : un espace de haute densité

Carte 1 – La crête Congo-Nil : un espace de haute densité

10Cette tragédie se déroule en cinq actes. Chacun représente un degré supplémentaire dans l’engrenage de la violence, et une expansion des espaces secoués par le séisme de la guerre dont les ondes se sont propagées depuis l’épicentre de la crête Congo-Nil. C’est donc ces lieux centraux qu’il faut d’abord interroger pour comprendre la genèse et les processus de diffusion spatiale de la guerre.

Genèse d’un piège ethno-démographique

11La région des Grands Lacs constitue aujourd’hui « un des pôles d’instabilité majeure de la planète » (Politique africaine, 1997). La guerre continentale est sortie de ce mouchoir de poche déchiré par des massacres inter-ethniques récurrents. Centré sur la crête Congo-Nil, cet espace de tensions comprend le Burundi et le Rwanda – qu’on a pris l’habitude de présenter comme des « faux jumeaux » mais qui offrent beaucoup de similitudes ; la partie montagneuse du Kivu que prolonge au nord la zone de l’Ituri ; le sud-ouest de l’Ouganda, entre le lac Albert et la frontière rwandaise. Au total un espace d’environ 100 000 km2 et 25 millions d’habitants.

12Le Lac Kivu se loge au coeur des paysages composites et grandioses du Rift occidental, cette puissante mosaïque de fossés d’effondrement, de blocs soulevés, d’édifices volcaniques. Le trop-plein de ses eaux se déverse dans le lac Tanganyika en empruntant le cours de la rivière Ruzizi qui sert de frontière entre le Congo à l’ouest, le Rwanda et le Burundi à l’est. Le lac Edouard, le lac Albert et, entre les deux, le massif aux neiges éternelles du Ruwenzori jalonnent la frontière entre Congo et Ouganda. Le descriptif « mille collines » appliqué au Rwanda, convient à la plupart des paysages d’une région combinant les bienfaits de l’altitude et l’avantage des sols volcaniques ; des facettes écologiques diversifiées offrent des conditions favorables tant à l’élevage qu’à l’agriculture. Les qualités du milieu n’expliquent cependant pas tout : la réussite du peuplement est largement redevable à l’efficacité des encadrements socio-politiques élaborés par les royaumes inter-lacustres. Mais depuis le milieu du siècle, la disparition des régulateurs démographiques de type ancien, principalement la famine, a ouvert les vannes à une croissance sans frein de la population : le brutal alourdissement de la charge humaine, en provoquant une rupture des équilibres entre les groupes sociaux et leurs territoires, constitue désormais la toile de fond des crises que traverse la région des Grands Lacs.

Les densités de population : le surpeuplement en accusation

13L’étude des densités de population ne peut être éludée dans une réflexion sur la guerre des Grands Lacs (Reyntjens 1994). On sait que le Rwanda et le Burundi sont les deux États africains présentant les plus fortes densités nationales : 225 à 230 hab/km2, selon les estimations actuelles. Avant 1994 celle du Rwanda frisait les 300. La croissance démographique y était une des plus fortes du monde : les projections de l’onu pour 1987-2000 la créditaient d’un taux de 3,6 % par an. À la faveur d’une structure par âge très jeune, l’indice synthétique de fécondité (isf) avait sensiblement augmenté entre 1965 et 1987, passant de 7,5 à 8, soit le double de la valeur moyenne des pays en développement ; les projections tablaient sur une lente diminution de l’isf (7,2 en l’an 2000). Tout cela conduisait, mécaniquement, à une rupture des équilibres population/ressources, la principale inconnue résidant dans le seuil au-delà duquel elle allait se manifester. Cette question est une des plus controversées qui soit car il n’existe pas d’équation capable de définir ce seuil, pas plus que d’établir un optimum de population. Ce n’est pas une raison pour faire l’impasse sur les contraintes démographiques : d’autant moins que l’histoire se charge d’imposer les ajustements lorsqu’ils deviennent inéluctables.

  • 3 Les chiffres varient considérablement : 8 millions dans le dernier rapport de la Banque mondiale, (...)

14Plusieurs études permettent d’observer avec précision l’évolution des densités rwandaises. La comparaison du travail pionnier de Pierre Gourou, sur les bases d’un recensement colonial réalisé en 1948 (Gourou, 1953), et de celui de Luc Cambrézy (Cambrézy, 1984) à partir des chiffres de 1978 est à cet égard très éclairante. Dans l’intervalle de trente ans, la population a été multipliée par deux et demi. Entre 1978 et 1991 (date du dernier recensement) elle a continué sur sa lancée, passant de 4 831 000 à 7 165 000 habitants. À cette date, les démographes annonçaient 10 millions d’habitants pour l’an 2000. François Bart a justement posé la question qu’aucun chercheur lucide ne pouvait escamoter : « Est-il envisageable, comme le souhaite officiellement le gouvernement, de nourrir les quelque 10 000 000 d’hommes qui peupleront sans doute le pays en l’an 2000, à raison de 400 hab./km2 ? » (Bart, 1993). La conclusion de son étude se faisait l’écho d’une inquiétude à peine dissimulée : « que vont faire, où vont vivre les quatre millions de Rwandais supplémentaires des quinze prochaines années ? » La guerre, le génocide et l’exode massif des Hutus ont apporté une réponse dramatique à cette question en déjouant les prévisions des démographes. La population actuelle du Rwanda, diversement estimée selon les sources3 est probablement revenue au niveau qui était le sien au milieu des années quatre-vingt.

15L’effondrement démographique, quel qu’en soit l’ampleur, a brutalement interrompu une croissance qui fut d’autant plus spectaculaire qu'elle a été relativement tardive. Jusqu’à une période assez récente le nombre des hommes était en effet régulé par des famines cycliques : pas moins de 17 ont été enregistrées entre 1900 et 1950. Celle de 1943-1944 aurait fait un million de victimes au Rwanda-Urundi, dont plus de la moitié au Rwanda (ceped, 1994). Rompant avec cette situation, la croissance s’est emballée à partir des années cinquante, ce qui a conduit à une rapide saturation des terroirs, d’autant que la population est restée rurale et agricole à plus de 90 % : les villes n’ont pas rempli la fonction d’exutoire au trop-plein démographique des campagnes. Les risques à terme furent masqués par les gains de productivité de l’agriculture pendant les années soixante-dix. Au Rwanda, la production alimentaire « a crû de 4,7 % par an entre 1966 et 1982 tandis que la population augmentait au rythme de 3,4 % » (Banque mondiale 1989). Les progrès étaient dûs en partie à l’intensification, en partie à l’augmentation de la surface cultivée avec la mise en valeur des marais. Mais à la fin des années quatre-vingt, la quasi totalité des terres arables était cultivée ; les jachères avaient disparu, les hautes terres volcaniques supportaient deux récoltes par an, le troupeau bovin, gourmand en espace, tendait à diminuer et l’intensification marquait le pas. Certes les tropiques asiatiques donnent maints exemples de paysanneries assurant leur subsistance avec des densités de beaucoup supérieures grâce notamment à l’irrigation. Rien n’empêche donc de penser, d’un point de vue théorique, qu’il reste une marge de productivité dans les terroirs de l’Afrique des Grands Lacs. Mais cela supposerait des aménagements agro-fonciers considérables dépassant probablement les capacités actuelles de paysanneries qui semblent avoir atteint un pallier dans le processus d’intensification.

16Une chose est sûre : raréfaction et morcellement de la terre ont placé le problème foncier au centre des préoccupations paysannes : comment vivre, dans l’environnement technologique actuel, du produit d’exploitations familiales dont la superficie est inférieure en moyenne à un demi-hectare ? Même en supposant de nouveaux progrès de productivité, peut-on imaginer que des espaces déjà saturés puissent supporter longtemps un rythme d’accroissement démographique correspondant à un doublement de la population en à peine un quart de siècle ? En conclusion du chapitre consacré au Rwanda dans la Géographie Universelle, J.-P. Raison posait cette même interrogation, à vrai dire incontournable : les paysanneries, acculées à une situation de désespoir ne voient-elles pas « dans la mort de “l’autre” l’espérance d’une terre plus vaste ? Les tueries ne seraient-elles pas l’indice d’un surpeuplement mal vécu ? » (Raison, 1994).

17Malthus est de retour. L’époque où le malthusianisme était vu par une certaine gauche comme une ruse de l’impérialisme destinée à maintenir les pays pauvres sous domination, est révolue. La Chine des grandes masses humaines a d’ailleurs montré l’exemple de manière spectaculaire. Dans la plupart des pays en développement la transition démographique va bon train ; seule l’Afrique reste à la traîne. Sa réputation de continent globalement « sous-peuplé » a sans doute contribué à minimiser la montée des périls dans les rares espaces densément peuplés. L’action d’un très grand nombre d’ong caritatives ou de développement a pu aussi retarder les échéances d’une régulation démographique violente. Certes, tout ne s’explique pas par le nombre. Le nombre cependant constitue un paramètre essentiel de la guerre, non seulement au Rwanda (Gotanègre, 1996 ; Willame, 1995) où ses conséquences ont été les plus terribles, mais aussi au Burundi et au Kivu – trois entités spatiales fonctionnant comme un tout interdépendant. Au Rwanda et au Burundi la situation est aggravée par l’exiguïté de territoires n’offrant aucune possibilité de délestage à l’intérieur des frontières d’État. Le bouclage frontalier issu du partage colonial, en restreignant les possibilités d’émigration, a refermé le piège démographique, préparant le terrain aux affrontements inter-communautaires.

Hutus et Tutsis : une mosaïque ethno-spatiale

18L’augmentation des densités ne pouvait que peser sur le face à face entre Hutus et Tutsis dans l’espace clos de leur voisinage. La question ethnique a fait couler beaucoup d’encre, mais plus encore de sang : les centaines de milliers d’hommes, de femmes, d’enfants morts seulement à cause de leur identité disent suffisamment que l’ethnie n’est pas un fantôme, quelles que soient les divergences – et elles sont nombreuses – d’interprétation concernant un sujet où il est souvent malaisé de faire le partage entre science et idéologie (Amselle et Mbokolo, 1985 ; Chrétien et Prunier, 1989). La question du nombre est en elle-même polémique bien qu’on admette généralement que la proportion des différents groupes – comparable au Rwanda et au Burundi – soit de l’ordre de 85 % pour les Hutus et 15 % pour les Tutsi, sans compter environ 1 % de Twa. Ces pourcentages, variables en fonction des traumatismes politiques, semblent stables sur la longue durée, les massacres inter-communautaires s’équilibrant dans la balance démographique. Il arrive que les réalités ethniques soient purement et simplement escamotées au nom de l’unité nationale : un manuel de géographie du Burundi réalisé en 1991 par des professeurs de l’université de Bujumbura (burundais et français) ne connaît que les Burundais et ne fait jamais mention ni des Hutus ni des Tutsis (acct, 1991). Mais a-t-on jamais résolu les problèmes en les masquant derrière une géographie lisse, sans aspérités, vidée des acteurs réels de l’histoire ?

19La dimension ethnique ne peut évidemment pas être évacuée de la guerre des grands lacs, car c’est elle qui cristallise les oppositions politiques, canalise les violences, guide les stratégies de conquête du pouvoir. Avant tout, elle désigne l’autre dans une vision étroitement manichéenne donnant corps à un bouc émissaire collectif. Au pays des « mille collines », l’autre n’est jamais loin car les différentes communautés vivent dans une étroite imbrication spatiale. C’est seulement à l’échelle du micro-territoire qu’on peut distinguer les lieux de vie des uns et des autres. Chaque « colline » associe en effet des « rugos » hutus et tutsis, le rugo se composant du hameau familial, de sa couronne de bananiers, et des terres cultivées adjacentes. À l’exception des préfectures de Ruhengeri et de Byumba, au nord du Rwanda, où les Tutsis ne représentaient en 1990 qu’une infime minorité, il n’existe pas de territoire ethnique à proprement parler, mais une mosaïque trop fine pour qu’un partage de type bosniaque – aussi imparfait soit-il- puisse être envisagé. Les hypothèses de création d’un « Hutuland » et d’un « Tutsiland » distincts sont dénuées de tout réalisme.

20Les politiques fondées sur l’ethnisme n’ont pas de mal à trouver des relais locaux : les graines de violence ont, depuis longtemps déjà, germé dans les terres disputées et le huis clos du quotidien. Les tueries à répétition qui ont atteint leur niveau d’horreur maximale lors du génocide de 1994 sont des tueries de proximité : on se massacre entre voisins, entre gens de connaissance, en gardant un oeil sur la terre de l’autre. Le génocide s’est accompli dans la promiscuité et le dérèglement général de ces « politiques de la haine » qui firent du voisin la victime ou le bourreau (Vidal, 1995).

21Hutus et Tutsis ont pourtant vécu pendant des siècles en bonne intelligence. Ces derniers exerçaient traditionnellement une prééminence politique étayée par les avantages économiques que confère la propriété d’un troupeau de bovins, mais dans un contexte de fluidité des statuts. Faute d’autres références, les Européens de la fin du xixe siècle ont analysé les relations inter-communautaires en termes de féodalité avant que la colonisation ne fixe le stéréotype du couple dominant/dominé. C’est elle qui a pétrifié des situations autrefois plutôt fluides par sa manie classificatoire d’enfermement des gens dans des cadres rigides. Faute de comprendre la subtilité de sociétés dont les rôles, bien que très codifiés, ne se réduisaient pas à un schéma héréditaire, elle a mis en exergue les différences qu'elle percevait entre des catégories de population qu'elle n’hésita pas à ériger en « race ».

22Il est vrai que dès les premiers contacts avec les royaumes des Grands Lacs l’aristocratie tutsie avait fasciné les Européens, les confortant dans leur vision raciale de l’Afrique. Réputés « hamites » et de « race » noble, les pasteurs tutsis n’avaient-ils pas vocation à dominer la masse des paysans bantous ? On vanta leur finesse pour l’opposer à la rusticité des Hutus, leur port altier, la beauté des femmes. Les considérations esthétiques jouent assurément un rôle dans l’histoire bien qu’il soit très hasardeux d’en évaluer l’impact tant la subjectivité est grande en la matière. Quoi qu’il en soit, après les traits physiques on loua bientôt l’intelligence d’un peuple réputé supérieur : l’administration belge tout comme l’église catholique s’appuyèrent à peu près exclusivement sur lui, réservant en particulier à ses enfants un accès privilégié à l’enseignement. C’est ainsi que la machine à distinguer et à exclure se roda au cours des quelques décennies de mandat belge ; elle conforta la « vocation » élitiste des Tutsis, tandis que les Hutus étaient relégués aux tâches subalternes.

23Au lendemain de la deuxième guerre mondiale, les leaders hutus commencèrent à réagir contre cette politique discriminatoire. En se familiarisant avec la rhétorique démocratique ils prirent conscience de l’anomalie de leur infériorisation sociale et politique alors qu’ils représentaient l’écrasante majorité de la population. Ils interprétèrent la démocratie de la façon la plus mécanique et la plus réductrice qui soit, à savoir en termes arithmétiques. Or, par un revirement lourd de conséquences, le pouvoir belge s’était mis à l’écoute des Hutus dont ils favorisèrent l’action, au nom précisément du principe majoritaire, mais en réalité dans le but d’entraver les revendications indépendantistes de l’élite tutsie. En 1959, forts de ce soutien tacite, les partisans de ce qu’on appellera plus tard le « Hutu Power » mobilisèrent leurs forces contre l’hégémonie tutsie, intronisant la violence ethnique comme acteur central de l’histoire des Grands Lacs.

24La traditionnelle prééminence tutsie que certains pensaient inscrite dans l’ordre immuable des choses fut balayée par la « révolution sociale » : entre 1959 et 1962 (année de l’indépendance), les partis hutus sapèrent l’édifice sur lequel s’était construite la société rwandaise. Ces événements eurent des conséquences internationales dont on ne pouvait alors mesurer l’ampleur : menacés dans leur vie, des milliers de Tutsis, prirent le chemin de l’exode, principalement en direction de l’Ouganda et du Kivu. Ils furent les plus anciens réfugiés d’Afrique. Pour diverses raisons, ni eux ni leurs descendants n’ont été véritablement intégrés dans les pays d’accueil. Ils conservèrent un statut distinct de celui des « Banyarwandas » (originaires du Rwanda) dont la présence en Ouganda et au Kivu est bien souvent antérieure aux découpages coloniaux. Ce fait est capital pour comprendre les enchaînements géopolitiques d’une guerre dans laquelle plusieurs États sont impliqués. Il y a longtemps que l’histoire du Rwanda se déploie sur un espace débordant des frontières de son territoire exigu. Chaque crise grave a alimenté des diasporas qui constituent un paramètre fondamental des dynamiques régionales.

Le nœud gordien de la géopolitique régionale

25Le renversement de l’ordre politico-ethnique au Rwanda a eu des conséquences qu’on ne pouvait imaginer au tournant des années soixante. Ses répercussions se sont faites sentir, avec un décalage chronologique plus ou moins prononcé, en Ouganda, au Burundi et au Kivu.

L’Ouganda et la restauration tutsie

26Les réfugiés tutsis de 1959-1962, estimés à 60 000, trouvèrent en Ouganda des populations culturellement proches, notamment les Bayankole. Cependant, dans le contexte nouveau des souverainetés nationales, ils furent considérés comme étrangers. À ce titre, ils subirent les persécutions du régime Obote, ce qui devait pousser nombre d’entre eux à s’engager dans la rébellion de Yoweri Museveni. Ils contribuèrent largement à sa victoire : en 1986, la National Resistance Army (nra) comptait 14 000 combattants, dont 3 000 Banyarwandas (Braeckman, 1994). Le général Rwigyema, d’origine rwandaise, occupa les fonctions de commandant en chef de l’armée ougandaise et fut ministre de la défense avant d’être remercié en 1989 sous la pression d’un sentiment anti-rwandais croissant en Ouganda.

27Paul Kagame, l’actuel homme fort du Rwanda, fut un des artisans du succès de Museveni. Les années de lutte commune (1981-1986) ont forgé l’axe Kampala-Kigali- pièce essentielle de l’échiquier régional actuel – et donné naissance à une armée tutsie. En 1987, la Rwandese Alliance for National Unity (ranu), réunie à Kampala après des années d’exil et de clandestinité, se transforma en Rwandes patriotic Front, Front Patriotique Rwandais (fpr). Cette force militaire mise en disponibilité par la victoire de Museveni, et l’activisme tutsi entretenu par l’afflux à Kampala de nombreux exilés de la diaspora, pouvaient devenir embarrassants pour le président ougandais. Il encouragea donc le FPR dans son entreprise de reconquête du pouvoir au Rwanda. L’histoire régionale s’apparentait de plus en plus à un jeu de billard.

  • 4 La mission d’information parlementaire constituée en mars 1998 sous la présidence de Paul Quilès p (...)

28Au Rwanda même la contestation du pouvoir autoritaire du président Habyarimana s’amplifiait ; la confiscation par son entourage familial des maigres richesses nationales alourdissait le climat social et entretenait le malaise politique, ouvrant la voie à des revendications démocratiques par ailleurs dans l’air du temps. C’est dans ce contexte que le Rwanda fut saisi par la guerre : en 1990 l’Armée patriotique rwandaise (apr), branche armée du FPR, lança ses premières attaques au nord du pays. L’offensive partie du sanctuaire ougandais aurait peut-être été victorieuse sans les interventions extérieures : déploiement de forces françaises et belges à Kigali, dans le cadre d’accords de coopération militaire, participation aux combats de troupes zaïroises prélevées par Mobutu sur la Division Spéciale Présidentielle (dsp). La France, très impliquée dans l’affaire rwandaise, apporta son soutien diplomatique au Président Habyarimana et fournit armes et instructeurs aux Forces Armées Rwandaises (far). La défense de la francophonie face à la poussée de l’Afrique anglophone était alléguée pour justifier son engagement, mais les enjeux étaient vraisemblablement plus complexes4.

29Après l’arrêt de l’offensive de 1990, les combats n’apportèrent un avantage décisif ni à l’apr ni aux far. Ils révélèrent cependant une habilité manoeuvrière des combattants tutsis qui ne s’est pas démentie depuis lors : l’armée du Rwanda est aujourd’hui une des plus performantes d’Afrique centrale. À défaut d’une solution militaire, les deux parties, encouragées par les diplomaties occidentales, se résolurent à la négociation : les accords d’Arusha, difficilement conclus en août 1993, devaient permettre le retour des Tutsis d’Ouganda et leur participation à un gouvernement d’union nationale. Le nombre de ces descendants des réfugiés de 1959-1962 était alors estimé à au moins 200 000. Le refus d’un partage du pouvoir par les clans hutus du nord-ouest du Rwanda – les proches de la présidence ou « akazu » (maison) – allaient faire échouer la solution pacifique. Il est vrai qu’entre-temps les dramatiques événements du Burundi avaient conduit au durcissement des positions des extrémistes hutus du Rwanda.

Rwanda et Burundi : deux territoires interactifs

30Parmi les conséquences de la « Révolution sociale » rwandaise, la réaction des Tutsis du Burundi ne fut pas une des moindres. Pour se prémunir d’une possible réplique d’un si brutal retournement politique ils confisquèrent le pouvoir et la force militaire. Abrité derrière le rempart de l’armée, ce groupe minoritaire a durement réprimé les mouvements d’opposition hutus afin de tuer dans l’oeuf toute velléité de résistance. L’histoire du Burundi contemporain est ainsi émaillée de massacres ethniques, notamment ceux de 1972 – ils auraient fait entre 100 000 et 200 000 victimes et décimé l’élite hutue – et ceux de 1988. Entre ces paroxysmes, les périodes de rémission sont restées de toute façon dominées par les clivages politico-ethniques. Face au pouvoir tutsi qui s’appuie sur l’Uprona (Union pour le progrès national), les Hutus créèrent en 1980 le Palipehutu (Parti pour la libération du peuple hutu), confirmant l’ethnicisation croissante de la vie politique.

31C’est pour tenter de sortir de ce schéma générateur de violences interethniques à répétition, que les forces modérées créèrent le Frodebu (Front pour la démocratie au Burundi). En 1993, l’élection du Président hutu Melchior Ndadaye fut saluée par la communauté internationale comme une promesse de pacification. L’espoir fut de courte durée : en octobre, l’assassinat du Président par des extrémistes tutsis allait inaugurer une période de violences accrues, proportionnées aux espérances que son élection avait fait naître. Elles se répercutèrent instantanément au Rwanda, confirmant la profonde unité de l’espace rwando-burundais, les « faux jumeaux » étant à nouveau projetés dans un cycle de violences qui les enchaîne à un destin commun (Guichaoua, 1995).

32Au Rwanda, déjà confronté à la guerre venue d’Ouganda, la propagande antitutsie se déchaîna de plus belle, préludant au génocide qui devait être déclenché six mois plus tard. Au Burundi, en réponse au raidissement des Tutsis, les mouvements insurrectionnels hutus, notamment le cndd (Conseil national pour la défense de la démocratie) se sont réorganisés, multipliant les attaques contre l’administration et l’armée. Celle-ci réagit par une répression systématique, un véritable « génocide à froid » selon certains observateurs qui avancent le chiffre de 150 000 morts depuis 1993 (Mondes rebelles 1999). On a tendance à mésestimer le drame du Burundi, car l’onde de choc médiatisée du génocide au Rwanda n’est pas encore totalement amortie. À vrai dire, massacres inter-ethniques ou génocides ne cessent de se répondre d’un pays à l’autre. Il est un peu vain et indécent pour les morts de disserter pour savoir si les uns ont droit au label « génocide » – un label aux retombées politiques positives et qui remplit une fonction de produit d’appel à destination de l’aide internationale – et pas les autres.

L’imbroglio du Kivu : autochtonie et migration

33Les hautes terres du Kivu ont jadis constitué un far west riche de promesses pour les populations du Rwanda qui y trouvèrent des conditions écologiques comparables à celles de leur pays d’origine, favorables en particulier à l’élevage. Depuis des générations, ces espaces faisaient partie de leur sphère migratoire. Avant les accords frontaliers germano-belges de 1910 le territoire rwandais s’étendait d’ailleurs sur une petite partie de l’actuel Congo située au nord de Goma. La présence au Kivu des populations dites « Banyarwanda » – appellation générique désignant les originaires du Rwanda et recouvrant indifféremment Hutus et Tutsis – est donc ancienne. Au Sud-Kivu, des groupes d’éleveurs tutsis implantés depuis très longtemps dans les montagnes situées au sud-ouest d’Uvira sont connus localement sous le nom de « Banyamulenge » (les gens de Mulenge), ethnonyme régional auquel la guerre allait soudainement donner une audience internationale.

34La présence d’importantes minorités d’origine rwandaise au Kivu constitue un des éléments clés du conflit des Grands Lacs : la migration des hommes a précédé et préparé son extension géographique. Le problème est d’autant plus compliqué (Pourtier, 1996) que les « Rwandais », loin de former un ensemble homogène, se répartissent en plusieurs strates que distinguent l’ancienneté et les conditions de leur installation. Aux courants diffus de la migration individuelle et familiale d’autrefois, s’est surimposée une vague migratoire organisée par l’administration belge. La mission d’immigration des Banyarwandas créée en 1937 visait un double objectif : délester les campagnes rwandaises où la surcharge démographique commençait à être sensible ; fournir de la main-d’œuvre aux exploitants agricoles européens du Kivu. Les réfugiés tutsis de 1959 forment un petit groupe statutairement différent. Enfin, depuis les années soixante, des migrants ont continué à s’installer, plus ou moins clandestinement, au Kivu.

35C’est au tournant de l’indépendance que les relations entre autochtones et immigrés ont commencé à se dégrader. La cohabitation n’avait pas soulevé de difficultés tant que les terres étaient suffisamment abondantes pour accueillir cultivateurs et éleveurs ; leur raréfaction engendra un climat de tension, d’autant que les autochtones se sentirent menacés dans leurs prérogatives foncières et leurs droits coutumiers. La mise en place en 1959 d’assemblées locales élues cristallisa les antagonismes, entraînant les premières violences entre des ethnies réputées les unes « congolaises », les autres « rwandaises ». Loin d’être un héritage de la tradition, le tribalisme (ou comme on dit aujourd’hui l’ethnisme ou l’ethnicité) est inhérent à la modernité de l’État ; il s’est construit autour de droits appliqués à un territoire qui allait devenir « national ». Le principe territorial d’exclusivité, hérité de la colonisation et concrétisé par la frontière linéaire, s’est imposé alors qu’il était étranger aux représentations et aux pratiques spatiales des sociétés africaines. Les problèmes identitaires ont dérivé vers des revendications liées à l’autochtonie et aux droits supposés en découler. Ce glissement est d’importance, car dès lors que le rapport à la terre devient tendu et conflictuel, c’est désormais l’arbitrage du territoire qui est sollicité pour légitimer des pratiques d’exclusion.

36C’est précisément la question de la nationalité au Kivu qui a précipité les antagonismes inter-ethniques, mettant en lumière la réalité de la compétition foncière, qu’il s’agisse de la disponibilité en terre ou de son statut juridique. Lorsque le Congo accéda à l’indépendance, la nationalité congolaise fut acquise automatiquement par les membres des tribus installées à l’intérieur du territoire à la date du 30 juin 1960. Cependant, sous la pression des groupes autochtones du Kivu, des mesures discriminatoires limitèrent l’accès à la nationalité congolaise pour les originaires du Rwanda. Des lois successives rendirent son acquisition de plus en plus restrictive. Celle de 1981 (Kanyamachumbi, 1993), par son effet rétroactif, priva des milliers d’immigrés de la nationalité zaïroise. Ils se retrouvèrent apatrides car le Rwanda de son côté les considérait comme étrangers. L’environnement zaïrois permettait certes à de nombreux « Rwandais » de contourner la loi en s’achetant une identité, mais le nombre croissant de personnes dites de « nationalité douteuse » envenima les relations intercommunautaires. Tout se mettait en place pour que la violence éclate, les problèmes liés à la nationalité ayant exacerbé des tensions qui allaient dégénérer en massacres politico-ethniques au cours des années quatre-vingt-dix.

37La question du Kivu est beaucoup plus complexe que celle du Rwanda car de nombreux plans de friction s’y chevauchent : rivalités entre autochtones et étrangers, entre éleveurs et cultivateurs, statut des personnes, inégalités sociales, revendications autonomistes face au pouvoir central etc. Jean-Claude Willame a remarquablement démêlé l’écheveau d’une complexité où la dimension démographique n’est pas des moindres (Willame, 1997). Elle concerne surtout le Nord-Kivu : les densités y atteignent des niveaux comparables à ceux du Rwanda. L’exiguïté spatiale est ressentie depuis longtemps : la création des parcs nationaux, notamment celui des Virunga (ex-parc Albert) en 1925, et l’attribution de vastes domaines fonciers aux colons, avaient déjà été source de conflits dans les années trente. Les flux migratoires en provenance du Rwanda ont fini par déstabiliser les équilibres ethno-démographiques, donnant aux autochtones (Hunde, Nyanga, Bembe, etc.) le sentiment d’une invasion étrangère. Le cas est patent dans la zone de Masisi : des estimations pour 1990 avançaient les chiffres d’environ 320 000 étrangers pour une population totale de 493 000 habitants, soit près des deux-tiers. Dans la zone de Rutshuru, la proportion d’étrangers n’était que de un cinquième, mais en réalité de très nombreux Zaïrois vivant dans ce secteur frontalier sont originaires du Rwanda et toujours considérés comme étrangers par les autochtones. Il est vrai que les Banyarwandas, qu’ils soient de nationalité rwandaise ou zaïroise, continuent à parler kinyarwanda et à pratiquer une endogamie peu favorable au rapprochement entre communautés.

38Les clivages économiques sont par ailleurs plus importants au Kivu qu’au Rwanda. À la masse des petits agriculteurs autochtones s’opposent de grands éleveurs banyarwandas, principalement tutsis. Grâce à eux, le Masisi avait atteint dans les années quatre-vingt un remarquable niveau de développement : avec son cheptel amélioré par des croisements de races bovines européennes et ses laiteries modernes, il approvisionnait Kinshasa en viande et en fromage. Cette prospérité des propriétaires de grands troupeaux (pouvant dépasser plusieurs milliers de têtes) groupés dans l’Association coopérative des groupements d’éleveurs du Nord-Kivu (acogenoki) dominée par les Tutsis zaïrois, masquait la précarisation des petites exploitations. Schématiquement, le secteur agricole moderne était dominé par des « Rwandais », au premier chef par des Tutsis dont quelques métis d’Européens. Cette population dynamique et délibérément moderniste s’était en outre approprié la plupart des domaines abandonnés par les colons à la suite de la guerre civile de 1964 ou de la « zaïrianisation » de 1974. Une convergence d’intérêts avait rapproché le Président Mobutu et les Banyarwandas, ne serait-ce qu’en la personne de Barthélémy Bisengimana, directeur du bureau de la présidence de 1969 à 1977.

39Les tensions démographiques, socio-économiques, ethniques et nationales ont fourni les ingrédients du cocktail explosif du Kivu. Les revendications démocratiques des années quatre-vingt-dix eurent pour effet de réactiver les réflexes identitaires. L’organisation de « mutuelles » à finalité économique et sociale s’est calquée sur la trame ethnique : la Mutuelle agricole des Virunga (magrivi) était notoirement d’obédience hutue. Dans chaque camp, jeunes désoeuvrés et cadets sociaux étaient encouragés à constituer des « milices ». Or la dynamique milicienne enclenche presque inéluctablement des cycles de violence. En mars 1993 les tensions dégénérèrent en massacres dans la région du Masisi dans un affrontement généralisé entre autochtones (Hunde, Nyanga) et « Rwandais ». Les réminiscences de la rébellion de 1964 refaisaient surface : on vit réapparaître les fameux « maï-maï » qui se pensent invincibles grâce à une magie censée vaporiser en eau les balles de fusil. Après une période de violence aiguë soldée par plusieurs milliers de morts, la pacification semblait en bonne voie. Les cicatrices du conflit n’étaient pourtant pas entièrement refermées lorsque le cataclysme rwandais entraîna toute la région des Grands Lacs dans un déchaînement de violences inouïes.

1994 : guerre et génocide

40Une littérature très abondante a été consacrée au génocide rwandais. On n’en retiendra ici que les faits relatifs à l’expansion de la guerre. L’attentat du 6 avril 1994 qui coûta la vie aux Présidents rwandais et burundais et déclencha instantanément les tueries de Tutsis et de Hutus modérés faisait partie d’un plan délibéré auquel participèrent non seulement les far et les miliciens « interahamwe » (littéralement, ceux qui travaillent ensemble), mais aussi une partie de la population obéissant aveuglément aux ordres de l’administration. Dans son analyse de la tragédie rwandaise, Gérard Prunier souligne le fait qu’au Rwanda on ne discute pas les ordres du Bourgmestre, et plus généralement de l’encadrement hiérarchique : héritage d’« une forte tradition d’obéissance inconditionnelle à l’autorité dans le royaume précolonial du Rwanda » (Prunier, 1997). L’exécution du génocide a été facilitée par la bonne organisation de la fonction publique dans un territoire bien administré, où la finesse de la maille du contrôle territorial rend les possibilités de fuite à peu près nulles. Les fortes densités ont joué un rôle d’amplificateur de la violence – à l’inverse du vide qui relâche les tensions et favorise les stratégies de fuite et de dissimulation dans les innombrables non-lieux du contrôle social.

41Les conditions territoriales, la pression constante d’un encadrement sociologique laissant peu de marge aux décisions individuelles ne sont pas étrangères à la rapidité et au caractère systématique des massacres ; pour tuer le voisin il n’était pas nécessaire de disposer d’armes sophistiquées. L’objectif d’extermination des Tutsis relève moins d’une barbarie gratuite que d’une réponse à un environnement de guerre : pour ses promoteurs il s’agissait d’éliminer une population constituant une structure d’accueil favorisant la progression de l’armée du fpr.

42Le génocide a été précédé d’un conditionnement médiatique sans relâche (Chrétien, 1995). L’assassinat de Melchior Ndadaye en 1993 avait apporté de l’eau au moulin des fanatiques Hutus du Rwanda qui à travers la radio Mille collines menèrent une campagne haineuse exhortant à se débarrasser de la « vermine » tutsie. L’écho donné aux événements du Burundi faisait remonter à la surface le souvenir des massacres de 1972 et de 1988, induisant des comportements collectifs de peur et de haine. La proximité géographique faisait office de conducteur de la violence dans cet espace rwando-burundais caractérisé par une très forte résonance interne.

43Un des aspects les plus troublants de cette phase de la guerre réside dans la démission de l’Occident, paralysé devant la fatalité. Les forces de la minuar, la Mission des Nations Unies au Rwanda, se sont empressées d’abandonner le terrain dès le début des massacres, comme si la « communauté internationale » selon l’expression consacrée mais largement vide de sens, se résignait à le cautionner. Après trois décennies de politique démographique infructueuse, les stratèges de l’onu ont-ils considéré que la régulation par la guerre était inéluctable ? Question gênante, on en conviendra, mais que la simple transcription des faits ne permet pas d’éluder, sauf à se satisfaire de la politique de l’autruche.

44Quoi qu’il en soit, la mise à mort des accords d’Arusha et les massacres qui auraient fait selon les estimations entre 500 000 et 800 000 victimes, n’ont pas empêché la défaite militaire des extrémistes Hutus et des far. Le Front patriotique rwandais, fort du soutien de l’Ouganda, s’emparait de Kigali en juillet 1994. Après 35 ans d’exil les Tutsis rwandais renouaient avec le pouvoir.

L’exportation de la guerre au Zaïre

Les camps du Kivu et l’internationalisation du conflit

45Dernier baroud d’honneur des nostalgiques d’aventure coloniale, l’opération Turquoise (août-septembre 1994) permit à la France, sous l’égide de l’onu, d’établir un périmètre de sécurité au sud-ouest du Rwanda. Les populations civiles, quelle que fût leur ethnie, furent mises à l’abri des massacres ; les far profitant de l’aubaine se replièrent sans précipitation au Zaïre. Mais entre-temps, dès la mi-juillet, des masses compactes de Hutus avaient fui en direction de la Tanzanie, du Burundi et surtout du Kivu qui dut faire face à l’arrivée d’un flot d’environ 1,3 million de réfugiés.

46Deux ans durant, les camps du Kivu ont incarné une géographie de l’illusion (Pourtier, 1999). Une quarantaine d’ong occidentales s’y étaient partagé le marché de l’humanitaire – à l’exception de MSF qui, dès l’urgence passée, décida de se retirer pour ne pas participer au réarmement des « génocidaires » sous le parapluie du hcr. Le Programme alimentaire mondial (pam) consacrait une moyenne de un dollar par réfugié et par jour – contribution appréciable à l’écoulement des stocks de maïs des agriculteurs du Middle West.

47Au début de l’année 1996 les camps avaient atteint leur vitesse de croisière. À Goma il était de bon ton de déplorer les atteintes à la forêt protégée des Virunga et le braconnage dont quelques milliers d’hippopotames furent les victimes expiatoires, et de s’inquiéter du sort des gorilles de montagne. La gestion quotidienne des camps allait son train, indifférente au risque géopolitique qui grossissait de jour en jour. L’encadrement de la population s’était réorganisé autour des bourgmestres, des membres du corps enseignant et médical, des églises et des interahamwe. L’état-major des Far, regroupé au camp du Lac Vert, à l’ouest de Goma, entretenait une force combattante en prévision d’opérations de reconquête.

48La guerre rwandaise toutefois n’avait pas attendu le déferlement des réfugiés pour déborder sur le Kivu. Le clivage Hutu/Tutsi s’était en effet substitué spontanément au front uni banyarwanda qui avait fonctionné jusqu’en 1993. Les Forces armées zaïroises (faz) se mêlant au conflit, le plus souvent dans un simple but de rapine, ajoutèrent à la confusion. Les éleveurs tutsis, jalousés pour leur réussite, devinrent une des cibles privilégiées de pillages auxquels le facteur ethnique servait d’alibi commode. Un certain nombre d’entre eux rejoignirent le Rwanda pour participer à la renaissance de l’État tutsi : ce faisant, ils alimentaient les accusations de duplicité des autochtones convaincus qu’ils n’avaient jamais cessé d’être « Rwandais ».

49Les camps de réfugiés représentaient une menace directe pour Kigali car, massés le long de la frontière, ils facilitaient les opérations de commando. Il ne faut pas perdre de vue que la guerre des Grands Lacs se déroule dans un petit espace : cent-vingt kilomètres à vol d’oiseau séparent Kigali de Goma, Bujumbura de Bukavu. Malgré ces courtes distances le hcr échoua dans ses tentatives d’organiser des retours volontaires, comme par exemple en février 1996. Certains acteurs locaux n’hésitèrent pas à dresser un parallèle avec la situation des Palestiniens (Dorlodot, 1996). Pour nombre de Zaïrois, l’établissement sur leur sol d’un « Hutuland » n’était pas une simple vue de l’esprit mais un risque tangible. Un double plan de frictions exposait la région à un embrasement généralisé – Hutus contre Tutsis, Zaïrois contre Rwandais – dans une confuse imbrication des identités ethniques et nationales. Au bout du compte c’est au Kivu qu’a fini de se nouer le nœud gordien qu’allait trancher la guerre du Zaïre.

50Les stratèges de Kigali trouvèrent avec les Banyamulenge un moyen idéal pour une intervention masquée au Zaïre. Contrairement à ce que les observateurs pronostiquaient généralement, ce n’est pas la « poudrière » du Nord-Kivu qui explosa en premier, mais le Sud-Kivu. Après l’assassinat de Ndadaye, des dizaines de milliers de Hutus s’y étaient réfugiés. Uvira remplissait une fonction de banlieuedortoir de sécurité pour des Hutus travaillant à Bujumbura. Mais la région n’avait pas échappé à l’exportation des conflits stato-ethniques. Un nombre difficile à déterminer de jeunes Banyamulenge avait rejoint le fpr dès 1990 et participé aux campagnes militaires du Rwanda. Ces combattants aguerris regagnèrent le Kivu au moment où leur communauté était victime des mesures discriminatoires prises par les autorités administratives zaïroises envers les « étrangers ». Les Banyamulenge allaient ainsi servir de couverture à l’offensive de Kigali contre les camps de réfugiés hutus. À l’automne 1996, le conflit rwandais prenait les dimensions d’une guerre internationale.

L’implosion de l’État zaïrois et la guerre de Kabila

51La stratégie du Rwanda était claire : il s’agissait de sécuriser la frontière en éliminant les camps, et d’établir si possible un glacis protecteur sur une certaine profondeur du territoire zaïrois. L’allié ougandais avait des préoccupations comparables : réduire les bases arrière des oppositions armées à Museveni qui avaient trouvé une terre d’accueil au Zaïre. Or, après l’offensive surprise des Banyamulenge, l’histoire s’est emballée, la guerre changeant soudainement d’échelle et d’objectif.

52L’articulation de la guerre du Zaïre sur celle des Grands Lacs ne se comprend que dans le contexte d’effondrement des structures étatiques zaïroises durant les dernières années de Mobutu. Entre octobre 1996 et mai 1997, la marche victorieuse de l’afdl ne rencontra pas de résistance sérieuse. Les généraux des faz, enrichis dans toutes sortes de trafics, notamment or et café dans l’est du Zaïre, avaient perdu l’esprit militaire. Les hommes de troupes n’étaient plus payés depuis des années : pillards par nécessité de survie, ils n’étaient pas prêts à se battre pour un pouvoir moribond. La diminution physique de Mobutu dont chacun sentait la fin approcher accélérait la démoralisation des forces armées. Laurent Désiré Kabila que rien ne prédestinait à renouer avec la grande politique après de longues années passées entre le maquis de Fizi et ses activités d’import-import, a donc bénéficié d’une période de fin de règne et de la décomposition d’un État zaïrois depuis longtemps déjà à la dérive (Pourtier, 1992).

53La progression des troupes de l’Alliance, bien encadrées par des militaires rwandais – bien que le Rwanda ait toujours officiellement nié sa participation directe au conflit zaïrois – a été assez lente, moins parce qu’il fallait réduire des poches de résistance que par la nécessité de mettre en place des autorités nouvelles au fur et à mesure de l’avancée de l’afdl, et d’étoffer les effectifs militaires. À l’occasion des recrutements de jeunes recrues on vit le passé rattraper le présent : des ex-« gendarmes katangais » et surtout la génération de leurs enfants s’enrôlèrent massivement et dans l’enthousiasme : ces « tigres », ainsi qu’ils se proclamèrent, reprenaient le flambeau du combat de leurs parents partis en exil après l’échec de la sécession du Katanga. La défaite avait alors créé des mercenaires qui servirent le pouvoir de Luanda en combattant notamment la rébellion de Savimbi. En 1977 puis en 1978 ils avaient lancé une offensive au Katanga depuis leurs bases angolaises et pris le contrôle de Kolwezi. Dix-huit ans après cette tentative de renversement militaire de Mobutu – stoppée par l’intervention aéroportée française et belge – les tigres allaient prendre leur revanche. L’internationalisation des conflits en Afrique centrale ne date donc pas d’aujourd’hui, elle plonge dans la durée en récupérant l’héritage des troubles post-indépendance.

  • 5 Des ex-militaires des FAR auraient combattu dans les rangs des partisans de Sassou Nguesso lors de (...)

54La campagne de l’afdl est inséparable de la question des réfugiés et du décompte macabre des victimes après la destruction des camps à la mi-novembre 1996. Le nombre de ceux qui prirent le chemin de l’exode a fait l’objet d’âpres polémiques. D’après les décomptes du hcr en septembre 1997 841 000 réfugiés du Kivu avaient regagné le Rwanda, 26 000 étaient recensés dans des pays voisins de la rdc, notamment au Congo Brazzaville, et 24 000 repérés à l’intérieur de la rdc. Par rapport à l’effectif présumé des camps en 1996, plus de 200 000 réfugiés manqueraient donc à l’appel. Les troupes de l’afdl sont accusées d’avoir perpétré des massacres. Kabila, après avoir tout fait pour empêcher une mission de l’onu d’enquêter sur ces massacres accuse aujourd’hui ses anciens alliés d’en être responsables. On ne connaîtra probablement jamais la vérité. Beaucoup de réfugiés sont morts de faim, de maladie, d’épuisement au cours d’une marche de plus de 1500 km à travers la forêt congolaise. Parmi les survivants qui ont réussi à franchir les frontières de la rdc, d’anciens militaires ou miliciens sont venus grossir les rangs de ces nouveaux mercenaires, dont le nombre croît en fonction de la généralisation de la guerre en Afrique centrale5

La forêt et la guerre

55La forêt contribue à épaissir le mystère. Les vues aériennes, images satellitales ou photographies aériennes, ne saisissent que les grandes masses. Il est vrai que les importantes divergences d’interprétation entre Américains et Français quant au nombre de réfugiés en mouvement tenaient davantage à des objectifs politiques qu’aux limites proprement dites des investigations techniques. En tout état de cause, le milieu forestier est propice à la dissimulation. De petits groupes isolés circulant sous la canopée ne peuvent être repérés. Pendant l’exode des réfugiés vers l’ouest, les ong ont pu suivre la progression des colonnes le long des rares routes ou pistes carrossables entre le Kivu et Kisangani. Mais de faibles écarts au-delà de ces axes suffisent à faire perdre les traces. Il est vraisemblable qu’une partie des réfugiés manquant à l’appel ont survécu à l’abri de la forêt. Depuis la rupture de l’alliance entre Kabila et le Rwanda ils réapparaissent, contribuant à faire à nouveau régner l’insécurité dans l’est du Congo. Un raid meurtrier lancé dans le parc des gorilles en Ouganda, au début de 1999, a rappelé, si on en doutait, l’existence de ces maquis.

56La rébellion déclenchée en août 1998, si elle tient les villes de l’est de la rdc, est impuissante à contrôler un territoire trop vaste que la couverture forestière soustrait au regard et donc à l’exercice réel du pouvoir. Les stratégies militaires élaborées dans les petits espaces très peuplés et fortement anthropisés de la crête Congo-Nil deviennent inopérantes dans les étendues forestières. La forêt impose des tactiques adaptées à un milieu sans visibilité : une colonne motorisée tchadienne l’a appris à ses dépens : surprise par un ennemi invisible, elle a été anéantie. La forêt-refuge favorise la résistance, pérennise les maquis, donne l’avantage aux actions de guerrilla, sous condition que les groupes combattants aient accès aux armes. Cela semble chose faite avec l’internationalisation croissante de la guerre.

La dimension continentale : la guerre pour le contrôle des ressources du Congo

57La guerre du Zaïre s’achève avec la victoire de Kabila en mai 1997, et la proclamation de la République Démocratique du Congo : le changement de dénomination effaçant symboliquement l’ère Mobutu. Mais la victoire a été acquise avec l’aide décisive de l’armée rwandaise, l’appui de l’Ouganda et celui, plus tardif, de l’Angola. Les alliés n’ont pas tardé à revendiquer leur part du trésor minier du Congo. La curée va bien au-delà des convoitises personnelles inhérentes à un État « patrimonial » : l’exportation de diamant, d’or et de cobalt est en effet indispensable pour financer les économies de guerre. Ce n’est pas un hasard si le déclenchement de la « rébellion » le 2 août 1998, a été la réponse immédiate au limogeage des militaires rwandais des forces armées congolaises. Pour le Rwanda, le contrôle des régions orientales du Congo est doublement important : pour des raisons de sécurité, mais aussi pour accéder à l’une ou l’autre des ressources minières d’un pays toujours perçu comme un « eldorado ».

58Les alliances se sont recomposées, Kinshasa et Kigali sont désormais les adversaires les plus résolus, de nouveaux protagonistes interviennent dans cette guerre d’Afrique centrale dont il est actuellement impossible d’avoir une vision précise. Je me limiterai donc à quelques observations.

Le Congo-Zaïre : espace éclaté et conscience unitaire

59Le territoire congolais manque de centralité, ses régions actives tout comme sa capitale se situant en périphérie. Cette configuration a toujours favorisé les forces centrifuges dont la sécession du Katanga a représenté jadis la manifestation la plus spectaculaire. Le spectre de l'éclatement est réapparu à la faveur de la crise politique de la décennie quatre-vingt dix. Et pourtant, les discours sécessionnistes ne sont plus de mise. L’espace du « Congo-Zaïre » est pensé dans sa totalité. Qu’on le veuille ou non, trente ans de mobutisme ont conforté l’identification des populations à leur territoire. Les violences politico-ethniques dont le Shaba-Katanga et le Kivu ont été le théâtre au cours de la dernière décennie n’ont par remis en cause un nationalisme fondé sur une authentique revendication du territoire hérité de la colonisation. L’État peut bien être le lieu d’une compétition violente pour le pouvoir, son espace demeure une référence forte. Les guerres qui se déroulent en Afrique centrale n’affichent pas d’enjeu territorial proprement dit sauf peut-être pour le Rwanda qui pourrait « récupérer » les territoires rattachés au Congo en 1910.

Carte 2 – La première guerre continentale africaine

Carte 2 – La première guerre continentale africaine

60Les analyses politiques consacrées à l’Afrique ont tendance à surévaluer la dimension ethnique au détriment des identités nationales, au prétexte que la greffe de l’État-nation n’aurait pas pris. Le sentiment d’appartenance à une entité « nationale » existe pourtant bel et bien. Il n’a pas été nécessaire de manipuler la population de Kinshasa pour qu'elle manifeste violemment ses sentiments antitutsi. La présence de militaires parlant swahili et anglais dans la capitale congolaise entre mai 1997 et août 1998, avait été mal vécue, les alliés de Kabila étant perçus comme une troupe d’occupation. Dans l’est du Congo, la situation est plus confuse, car les « autochtones » semblent se partager entre un soutien à la rébellion et une profonde hostilité envers les Tutsis. Toute l’ambiguïté de la rébellion tient au fait qu'elle a été orchestrée par des Tutsis, qu’ils soient de nationalité congolaise ou rwandaise. Parmi ses chefs, Bizima Karaha fut ministre des Affaires étrangères de Kabila ; quant à James Kabare, son ex-Chef d’état-major, il est maintenant, avec Paul Kagame, le maître d’oeuvre des stratégies militaires de la rébellion. Les rebelles imaginaient une guerre éclair : une opération aéroportée leur permit de s’emparer de la base de Kitona à partir de laquelle ils pensaient investir Kinshasa. Sans doute était-ce sous-estimer les difficultés logistiques d’une opération lancée à près de 2 000 km des bases de la rébellion – Goma et Kigali – et les capacités de réaction de Congolais mobilisés contre l’« agression rwandaise ». Mais c’est l’intervention du Zimbabwé et de l’Angola qui a sauvé la mise à Kabila.

Nouvelles alliances et enjeux miniers

61La guerre a fait du chemin depuis son nid de la crête Congo-Nil. La décomposition de l’État zaïrois au cours des dernières années de règne de Mobutu avait créé une situation de vacuité au coeur de l’Afrique centrale, vacuité renforcée par le désengagement des puissances extra-africaines qui furent longtemps étroitement impliquées dans les affaires congolaises, Belgique, France, États-Unis. À la faveur de cette situation inédite, la tentation d’intervenir dans le « ventre mou » du continent était grande pour des États africains désireux d’affirmer une position de puissance régionale. Des alliances par ricochet ont internationalisé la guerre. C’est ainsi que le Soudan est allié au Congo (Kinshasa) simplement parce qu’il est un adversaire déclaré de l’Ouganda, lequel ne fait pas mystère de soutenir les mouvements rebelles du sud-Soudan.

62Si la Rébellion congolaise a le soutien déterminé du bloc Ouganda-RwandaBurundi, pour lequel le contrôle de la situation congolaise est crucial, les alliés de Kabila constituent un ensemble des plus hétéroclites. Seul l’Angola a des intérêts vitaux dans le conflit, le territoire du Congo ayant toujours servi de base arrière pour les rebelles de l’Unita. L’alliance entre Kinshasa et Luanda a d’ailleurs aussitôt rapproché Savimbi de la Rébellion et de Kigali. La rupture entre Kabila et ses anciens alliés a donc profondément modifié l’échiquier régional.

  • 6 Le Zimbabwé aurait envoyé 10 000 hommes, le coût de son intervention étant estimé à un million de (...)
  • 7 Un accord aurait été signé accordant à la société Ridgepoint de l’homme d’affaire zimbabwéen Billy (...)

63L’intervention du Zimbabwé aux côtés de Kabila a été des plus inattendues, et plus encore celle de la Namibie (mais celle-ci est restée plus théorique que réelle). Probablement, le Président Mugabe entend-il ainsi s’affirmer sur la scène internationale afin de rehausser une stature politique éclipsée par celle de Mandela. Mais le coût élevé de l’engagement militaire6 ne peut se justifier que par les perspectives minières, notamment en ce qui concerne les mines du Katanga7 L’affairisme n’est jamais loin derrière des buts de guerre peu explicites. La nouveauté tient dans la place prise par l’Afrique australe qui entend affirmer ses ambitions au-delà du cône sud du continent.

64Dans l’état actuel de partage de facto du territoire congolais, la Rébellion et ses alliés contrôlent les régions aurifères du nord-est et les zones d’exploitation de diamant proches de Kisangani : cela permet d’alimenter les budgets militaires de l’Ouganda et du Rwanda. Côté Kabila, les diamants du Kasaï représentent toujours une ressource essentielle, impossible à évaluer tant les circuits sont opaques entre les lieux de production et les diamantaires d’Anvers. La Rébellion n’a pu s’emparer de Mbuji Mayi, la capitale du diamant : les contraintes logistiques qu’impose la dilution d’un front étiré sur plus de 1000 km ont eu raison de ses ambitions. Depuis le début de l’année 1999 on observe un statu quo territorial. Des négociations sont en cours entre les protagonistes d’un conflit qui s’enlise et qu’auto-entretient le pillage des richesses minières du Congo.

Conclusion : l’histoire n’a pas de fin

65À observer les phases successives de la guerre en Afrique centrale, on garde l’impression d’un inexorable enchaînement à partir de l’espace initial RwandaBurundi-Kivu. Les violences se sont cristallisées dans un environnement fait de tensions ethno-démographiques exacerbées par les rivalités politiques. La tragédie rwandaise n’a rien résolu. Au contraire, elle a exporté la guerre au Zaïre, en lui donnant une tout autre dimension géographique. Depuis les territoires confinés de la crête Congo-Nil elle a investi l’immensité du bassin congolais dans un affrontement disproportionné entre le Rwanda, agissant par l’intermédiaire de la Rébellion, et la rdc. L’avenir, toujours très indécis à la veille du troisième millénaire, dépendra des capacités de Kinshasa à gérer un territoire désarticulé. Une des conditions sine qua non réside dans l’aménagement physique de l’espace, dans la réhabilitation des infrastructures de communication, nécessaires au fonctionnement de l’État. Cela suppose l’établissement d’une dynamique de paix dont l’instauration se heurte actuellement à des facteurs de guerre externes, qu’il s’agisse de la prolifération des mercenaires que chaque phase de conflit met sur le marché de la guerre, ou des prétentions des divers « alliés » à contrôler les ressources minières du Congo.

66Les médias se sont faits discrets en l’absence d’événements spectaculaires, mais cela ne signifie pas que l’histoire s’est arrêtée. L’axe Kampala-Kigali sort fragilisé par les récents affrontements entre troupes ougandaises et rwandaises au Congo : le partage des dépouilles engendre des convoitises contraires. La guerre favorise par ailleurs le développement de réseaux mafieux impliqués dans les trafics de diamant, de drogue, d’armes, et une situation d’anomie généralisée. Est-ce à dire que le bassin du Congo, centre d’instabilité majeure du continent est menacé de s’enliser dans un conflit de longue durée, du type de la « guerre de trente ans » qui jadis ravagea l’Europe ? Ce n’est pas sûr. À condition du moins que les repères territoriaux soient assez forts pour permettre de surmonter la crise politique en faisant l’économie d’une redéfinition des territoires qui installerait l’Afrique centrale dans des drames sans fin. C’est dans le territoire lui-même que réside la solution à la crise politique.

Bibliographie

Références bibliographiques

Amselle J.-L., Mbokolo E. (dir). Au coeur de l’ethnie. Paris, La découverte, 1985.

Banque Mondiale. L'Afrique subsaharienne. De la crise à une croissance durable. 1989.

Balancie J.-M., Arnaud de la Grange (éd). Mondes rebelles. Michalon, 1999.

Bart F. Montagnes d’Afrique. Terres paysannes. Le cas du Rwanda. Bordeaux, Ceget Presses universitaires de Bordeaux, 1993.

Braeckman C. Rwanda. Histoire d’un génocide. Paris, Fayard, 1994.

Cambrézy L. Le surpeuplement en question. Organisation spatiale et écologie des migrations au Rwanda. Paris, orstom, Travaux et Documents no 182, 1984.

Ceped. La démographie de 30 États d’Afrique et de l’Océan Indien. 1994.

Chrétien J.-P., Prunier G. (dir). Les ethnies ont une histoire. Paris, acct, Karthala, 1989.

Chrétien J.-P. (dir). Les médias du génocide. Paris, Karthala, 1995.

de Dorlodot P. Les réfugiés rwandais à Bukavu au Zaïre. De nouveaux palestiniens ? Paris, Groupe Jérémie, L’Harmattan, 1995.

Gotanègre J.-F. Surpopulation et guerre : l’exemple du Rwanda. Bulletin de la Société languedocienne de géographie, fasc. 1-2, 1996, p. 33-55.

Gottman J. La politique des États et leur géographie. Paris, Colin, 1952.

Gourou P. La densité de population au Rwanda-Urundi. Esquisse d’une étude géographique. Bruxelles, Institut royal colonial belge, Section des Sciences morales et politiques, Mémoires xxi, 6. 1953.

Guichaoua A. (dir). Les crises politiques au Burundi et au Rwanda (1993-1994). Lille, Université des sciences et des technologies, 1995.

Kanyamachumbi Mgr . Les populations du Kivu et la loi sur la nationalité. Kinshasa, Atrio, Editions Select. 1993.

Lacoste Y. La géographie ça sert d’abord à faire la guerre. Paris, Maspéro, 1976.

Politique africaine . Politiques internationales dans la région des Grands Lacs. No 68, 1997.

Pourtier R. Zaïre : l’unité compromise d’un sous-continent à la dérive. Hérodote, no 65-66, 1992, p. 266-288.

Pourtier R. La guerre au Kivu : un conflit multidimentionnel. Afrique contemporaine no 180, 1996, p. 15-38.

Pourtier R. Les camps du Kivu ou la gestion de l’éphémère. In Déplacés et réfugiés : la mobilité sous contrainte. Paris, ird Éditions, 1999, p. 451-477.

Prunier G. Rwanda, 1959-1996 : Histoire d’un génocide. Editions Dagorno. 1997.

Raison J.-P. In Les Afriques au sud du Sahara. Paris, Belin-Reclus, 1994.

Reyntjens F. L’Afrique des Grands Lacs en crise : Rwanda, Burundi (1988-1994). Paris, Karthala, 1994.

Reyntjens F., Stefaan M. (dir.). L’Afrique des Grands Lacs, annuaire 1997-1998. Paris, L’Harmattan, 1998.

Vidal C. Les politiques de la haine. Les Temps modernes no 583, 1995, p. 6-33.

Willame J.-C. Aux sources de l’hécatombe rwandaise. Cahiers africains no 14, 1995, L’Harmattan.

Willame J.-C. Banyarwanda et Banyamulenge. Violences ethniques et gestion de l’identitaire au Kivu. Paris, Institut Africain- cedaf, L’Harmattan, 1997.

Notes

1 Selon la dénomination proposée dans la revue Hérodote no 86-87, 1997, Géopolitique d’une Afrique médiane.

2 Texte mis à jour en juin 1999.

3 Les chiffres varient considérablement : 8 millions dans le dernier rapport de la Banque mondiale, 7,7 millions pour le Population Reference Bureau de Washington, 7,4 millions dans l’édition 1999 de Mondes rebelles, 5 883 000 seulement dans L’état du monde 1999.

4 La mission d’information parlementaire constituée en mars 1998 sous la présidence de Paul Quilès pour faire la lumière sur le rôle joué par la France au Rwanda n’a pas levé tous les voiles d’ombre sur un sujet qui demeure sensible.

5 Des ex-militaires des FAR auraient combattu dans les rangs des partisans de Sassou Nguesso lors de la guerre de Brazzaville de 1997.

6 Le Zimbabwé aurait envoyé 10 000 hommes, le coût de son intervention étant estimé à un million de dollars par jour.

7 Un accord aurait été signé accordant à la société Ridgepoint de l’homme d’affaire zimbabwéen Billy Rautenbach, proche du Président Mugabe, le contrôle pour dix ans de la Gécamines (Le Monde, 13 janvier 1999).

Table des illustrations

Titre Carte 1 – La crête Congo-Nil : un espace de haute densité
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31090/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 445k
Titre Carte 2 – La première guerre continentale africaine
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31090/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 375k

Auteur

Université de Paris 1
Equateur – prodig
191 rue Saint-Jacques
75005 Paris
Ancien élève de l’École Normale Supérieure de Saint-Cloud, Professeurs à l’Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, il est connu pour son travail de recherche mené respectivement en Afrique de l’Ouest et en Afrique Centrale.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540