Versión clásicaVersión móvil
OpenEdition Books

Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud

 | 
Jean-Louis Chaléard
, 
Roland Pourtier

Première partie. Politique et aménagement du territoire

Politique de l’État et développement urbain au Mexique

Le Programme des Cent Villes

Alain Musset

Resumen

Pour faire face à la croissance de l’urbanisation et aux besoins accrus des citadins, le gouvernement mexicain tente de mettre en place une politique d’encadrement et de soutien des villes intermédiaires, considérées comme une alternative à la prédominance de Mexico, Guadalajara et Monterrey. Mais dans un contexte économique néolibéral peu favorable aux grandes politiques d’aménagement du territoire, la marge de manœuvre de l’État semble particulièrement réduite et les actions engagées, malgré d’incontestables réussites, peuvent paraître marginales. L’exemple de Toluca, capitale de l’État de Mexico, permet de mieux comprendre les enjeux, les avancées et les limites du Programme des Cent Villes lancé en 1993 pour revitaliser des centres urbains qui regroupent aujourd’hui plus de 30 millions d’habitants.

Confronted by increasing urbanization and the growing needs of city dwellers, the Mexican government is trying to establish a legal framework designed to support medium-sized urban centres. These centres are regarded as an alternative to the predominance of Mexico City, Guadalajara, and Monterrey. However, in a neo-liberal economic context indifferent to significant land resettlement, the State can achieve little. The impact of current initiatives remains marginal, in spite of a few cases of incontestable success. The example of Toluca, the capital of the State of Mexico, illustrates the challenges, the progress, and the limits of the Hundred Cities Programme, started in 1993 with the aim of revitalizing medium-size cities and now embracing a population of more than 30 million.

Entradas de índice

Texto completo

1Depuis le milieu des années quatre vingt, l’État mexicain se veut de moins en moins révolutionnaire et de plus en plus néolibéral. La grave crise économique de 1982, liée au problème conjoncturel de la baisse du cours des hydrocarbures, a sonné le glas des grandes politiques d’aménagement territorial largement subventionnées grâce aux revenus de la rente pétrolière. Le volontarisme affiché des années soixante-dix est aujourd’hui passé de mode. Les technocrates et les planificateurs n’espèrent plus transformer l’espace mexicain ni même corriger les disparités régionales les plus voyantes en investissant, souvent à fonds perdus, des sommes colossales. La crise de 1994-1995, de nature totalement différente, a cependant troublé le jeu des partisans du recul massif de l’État. Dans un pays où, malgré la nette amélioration de tous les indicateurs macro-économiques, les tensions sociales n’ont fait que s’amplifier au cours des dix dernières années, il devient difficile de prôner un laisser-faire qui risque de déstabiliser l’ensemble de la société.

2Le précédent gouvernement avait tenté de colmater les brèches du corps social en développant un vaste programme d’aide et de soutien aux groupes les plus fragilisés par la modernisation de l’économie et le retrait de l’État. Cette politique a été abandonnée avec l’arrivée au pouvoir d’un nouveau président, Ernesto Zedillo, mais celui-ci n’a pas renoncé à agir dans le domaine de l’aménagement local. Un nouveau Plan de Développement Urbain (1995-2000) a vu le jour pour prendre en compte un élément essentiel du Mexique contemporain : la croissance accélérée des taux d’urbanisation. En apparence, ses objectifs different peu de tous les plans présentés par chaque président depuis le milieu des années soixante-dix : le Plan National de Développement Urbain lancé en 1978 par le très dirigiste José López Portillo, préconisait déjà de déconcentrer les activités de Mexico et de favoriser le développement des villes moyennes. Pourtant, le projet d’Ernesto Zedillo s’inscrit dans une situation économique et politique inédite, et il s’appuie sur un programme spécifique, baptisé Programme des Cent Villes (Programa de 100 ciudades), engagé par son prédécesseur, Carlos Salinas, en 1993. Le tout est de savoir si, en choisissant de favoriser l’essor des villes secondaires, l’État a décidé de prendre le train en marche, ou s’il entend réellement peser sur l’évolution et la recomposition d’un tissu urbain fortement marqué par la présence d’une ville géante (Mexico) et de deux grandes capitales régionales, Guadalajara et Monterrey.

3L’étude du nouveau Plan de Développement Urbain et du Programme des Cent Villes doit donc permettre de reconsidérer le rôle de l’État-aménageur dans un contexte particulier : celui d’un pays où le modèle néolibéral en vigueur, importé des États-Unis, s’oppose aux traditions interventionnistes héritées de l’époque révolutionnaire. L’introduction du Programme National de Développement Urbain, est à cet égard une véritable profession de foi : « dans un contexte de déréglementation croissante, définir des axes pour organiser le territoire et aménager les villes n’a rien de paradoxal. Il s’agit au contraire d’harmoniser l’action des differents agents du corps social et de l’État, dans le temps et dans l’espace, afin de favoriser un développement équitable ». Malgré toutes les déclarations d’intention du gouvernement, le décalage entre les discours officiels et les pratiques économiques appliquées à la gestion des villes apparaît donc comme une manifestation des clivages politiques qui divisent non seulement le parti au pouvoir depuis les années vingt, mais aussi l’ensemble de la société mexicaine.

Le Mexique, entre villages et mégapoles

4Il faut cependant souligner que la principale réussite du régime incarné par le Parti Révolutionnaire Institutionnel (pri) consiste à avoir su créer une véritable classe moyenne, qui manque tant aux pays latino-américains mais qui fait la force de la société nord-américaine. Or, cette évolution a suivi le rythme continu de l’urbanisation, puisque l’on est passé d’une population encore à dominante rurale au début des années cinquante à une nation majoritairement urbaine moins de 40 ans plus tard. Cependant, en 1995, l’inegi comptabilisait encore 198 000 localités de moins de 2 500 habitants, dont la majorité (presque 70 %) était formée de petits noyaux regroupant moins de 50 personnes.

Les ambiguïtés de l’urbanisation

5Au cours des quarante dernières années, le Mexique a connu une croissance urbaine spectaculaire. On est ainsi passé d’un taux d’urbanisation à peine supérieur à 31 % en l921, à plus de 71 % en 1990. Les causes de cette évolution brutale sont multiples : l’exode rural massif qui a marqué la seconde moitié du XXe siècle a joué en faveur de certaines villes, et notamment de Mexico, la capitale économique et politique du pays. D’autres, comme Monterrey ou comme les cités de la frontière nord, ont trouvé dans l’industrialisation un moteur pour leur croissance. Il faut cependant tempérer l’optimisme des statistiques officielles, puisque la limite de 2 500 habitants agglomérés servant à définir les zones urbaines est une définition purement technique qui ne correspond pas à la réalité sociale du Mexique. En fait, certaines agglomérations comptant plusieurs dizaines de milliers d’habitants ne sont souvent que de gros bourgs ruraux officiellement baptisées « villes », mais dont les paysages, les structures et les activités ne rappellent que vaguement le monde urbain. L’inegi considère à ce propos que les localités dont la taille oscille entre 2 500 et 15 000 habitants appartiennent à une strate particulière, située entre l’urbain et le rural, qui représente encore 14 % de la population mexicaine (contre 21,8 % en 1970). On peut donc abaisser à 57,3 % la part de la population véritablement urbaine au Mexique (en 1990) alors que, selon les mêmes critères, elle était de 36,9 % vingt ans plus tôt.

6La croissance rapide des principales agglomérations, mais aussi des villes moyennes, pose d’énormes problèmes aux autorités locales et nationales. Dans les villes coloniales, comme Morelia, Puebla ou Mexico, l’aménagement des centres historiques est devenu un casse-tête pour les municipalités. Les vieux immeubles dégradés sont occupés par des familles pauvres qui n’ont pas les moyens de les entretenir. Ces vecindades font actuellement l’objet d’une politique active de réhabilitation et d’amélioration de l’habitat qui remet en cause le droit au logement des anciens locataires, le plus souvent expulsés vers des quartiers périphériques. Peu ou mal contrôlée, la croissance urbaine entraîne aussi de graves dysfonctionnements : rares sont les agglomérations où les services peuvent suivre le rythme accéléré de l’expansion démographique, même si les taux de couverture s’améliorent selon la taille des localités (tableau 1). De nombreux quartiers manquent d’eau, les pannes de courant sont fréquentes. À Mexico, le Département du District Fédéral (ddf) reconnaît que près de 10 % des habitations ne sont pas reliées au tout-à-l’égout. Les transports posent aussi de nombreux problèmes. Dans les rues encombrées, les embouteillages paralysent la circulation aux heures de pointe. Ce phénomène n’est déjà plus l’exclusivité de la capitale fédérale, que ni les grands axes de circulation tracés dans les années 1970-1980, ni le métro, n’ont réussi à désengorger – au contraire.

Tableau 1 - Disparités socio-économiques selon la taille des localités, en % (1995)

< 2 500 habitants

2 500-14 999

> 15 000

Analphabetismea)

22,7

14,5

5,1

Principaux servicesb)

Eau potable

38,3

13,1

5,3

Évacuation des eaux

68,9

30,5

7,2

Électricité

21,1

4,7

1,5

a) En % de la population ; b) En % des habitations non équipées.
Source : INEGI, Conteo 95 de población y vivienda, 1996.

L’essor des villes moyennes

7Dans ce contexte, les villes les plus dynamiques ne sont pas toujours celles que l’on croit. Le dernier recensement (1990) a montré que la croissance démographique de la zone métropolitaine de Mexico s’était ralentie et que son poids relatif dans la hiérarchie urbaine avait diminué. En 1970, avec 8,8 millions d’habitants, elle regroupait 18,3 % de la population mexicaine. En 1990, malgré le rattachement de nouveaux municipes et le doublement de ses effectifs (15 millions), elle ne représentait que 18,5 % du total. En fait, sur l’ensemble de la période 1970-1990, ce sont les villes intermédiaires qui ont le plus progressé, puisqu’elles ont connu un rythme de croissance nettement supérieur à celui des grandes métropoles (tableau 2). Ce taux a atteint 5,9 % par an pour les agglomérations considérées de taille moyenne par les autorités mexicaines (de 100 000 à 500 000 habitants) et 9,6 pour les villes comprises entre 500 000 et un million d’habitants, alors qu’il n’était que de 3,7 pour Monterrey, 3,4 pour Guadalajara et seulement 2,6 pour Mexico. Au cours de la période 1940-1970, les plus grandes villes ont absorbé la majorité des migrants, mais ce sont les villes de taille plus modeste qui se sont avérées les plus attractives entre 1980 et 1990.

Tableau 2 - Distribution et croissance de la population selon la taille des localités, 1950-1990

Tableau 2 - Distribution et croissance de la population selon la taille des localités, 1950-1990

1) Nombre de localités recensées.
2) % de la population totale
3) Croissance de la population. Ce tableau prend en compte la population des municipalités, pas celle des agglomérations type Aire Métropolitaine de Mexico.
Source : INEGI, Estadísticas del medio ambiente, Mexico, 1995.

8Le Conteo de 1995 a comptabilisé 101 villes intermédiaires (entre 100 000 et un million d’habitants, selon le critère purement quantitatif utilisé par l’inegi) alors que le pays n’en comptait que 32 en 1970, signe que les processus d’urbanisation se sont diversifiés au détriment des centres urbains de taille supérieure. Cette évolution s’explique en grande partie parce que la capitale a cessé d’être le principal point d’attraction des migrants d’origine rurale. En outre, les difficultés liées à l’hyperconcentration urbaine qui caractérise l’aire métropolitaine de Mexico (congestion, pollution, sous-emploi, délinquance...) ont favorisé le départ vers l’extérieur des populations les plus fragiles (sur le plan économique) ou les plus sensibles à la dégradation de leurs conditions de vie. De fait, les villes moyennes offrent désormais de meilleures possibilités d’accueil pour les populations en quête de travail ou de tranquillité. C’est pourquoi, entre 1970 et 1990, les villes de la frontière nord (Tijuana ou Ciudad Juarez), ou celles qui entourent l’aire métropolitaine de Mexico (Toluca, Cuernavaca) ont connu un rythme de croissance nettement supérieur à la moyenne nationale. C’est aussi pourquoi l’État fédéral a décidé de faire porter l’essentiel de ses efforts sur ce segment particulièrement dynamique de l’armature urbaine mexicaine.

L’aménagement du territoire en question

9Le tremblement de terre du 19 septembre 1985 a montré la grande fragilité d’un système politico-économique hypercentralisé, dont la brusque paralysie a touché l’ensemble des activités mexicaines. À cette occasion, on a ressorti des cartons le vieux projet d’un changement de capitale qui date du milieu du XVIe siècle, quand la capitale de la Nouvelle-Espagne était périodiquement affectée par de violentes inondations. Si l’idée s’est toutefois révélée impraticable, pour des raisons à la fois psychologiques et financières, elle a permis de débattre à nouveau d’un problème occulté par la crise économique de 1982 : la nécessaire (mais hypothétique) décentralisation des activités du District Fédéral. De fait, depuis la fin de la Révolution jusqu’au milieu des années 1960, l’État mexicain s’est peu intéressé aux villes en général et à la croissance de Mexico en particulier. Tourné vers les paysans, qui avaient formé le gros des armées révolutionnaires, il a préféré mettre en œuvre de grands programmes économiques destinés à renforcer le monde rural et à favoriser l’essor d’une agriculture moderne. Dans les années soixante-dix, la politique régionale du pays a été axée sur la création de quatre grands ports industriels qui devaient diversifier les activités de régions prometteuses ou dynamiser des espaces périphériques sous-développés. Sur la côte du Golfe, l’effort porta sur Tampico-Altamira (Tamaulipas) et sur Coatzacoalcos-Laguna de Ostiôn (Veracruz). Sur le versant Pacifique, ce sont les sites de Lazaro Cardenas (Michoacán) et Salina Cruz (Oaxaca) qui ont bénéficié de toutes les attentions gouvernementales.

10La crise de 1982 a mis un terme à cette politique volontariste, remplacée à la fin de la décennie par le volet « développement local » du Programme National de Solidarité (pronasol). Mais le programme engagé par Carlos Salinas de Gortari n’avait pas pour but de réduire les inégalités qui opposent toujours les différentes régions mexicaines. Pour les économistes qui entouraient le Président, les déséquilibres spatiaux et sociaux n’étaient plus perçus comme une entrave au développement mais comme un corollaire de la croissance (Musset, 1997). Il ne s’agissait donc plus de gaspiller les deniers publics pour tenter d’en limiter les effets, mais d’intervenir au niveau local afin d’amortir le choc des mesures macroéconomiques prises par le gouvernement fédéral. En ce sens, la politique de pronasol s’inscrivait dans une vieille tradition mexicaine : l’attribution par le Président de la République d’une aide aux communautés méritantes – selon des critères qui ne sont pas toujours objectifs... L’arrivée au pouvoir d’un nouveau président, Ernesto Zedillo, a sonné le glas d’un programme ouvertement fondé sur des pratiques paternalistes et dont l’efficacité laissait beaucoup à désirer. La nouvelle administration, obligée de travailler dans des conditions difficiles à cause de la crise financière de 1994-1995, a choisi de faire porter l’essentiel de ses efforts sur un secteur jusqu’alors trop souvent négligé par le pouvoir fédéral : la ville. C’est pourquoi un Plan National de Développement Urbain a été décrété pour la période 1995-2000, afin d’adapter la politique de l’État aux besoins d’une population de moins en moins tournée vers le monde rural.

Le Plan National de Développement Urbain 1995-2000

11Le programme lancé par l’administration Zedillo est particulièrement ambitieux, parce qu’il s’inscrit dans un contexte général de réforme des institutions politiques et de transformation des structures économiques de l’État. Il s’agit en effet de donner plus de droits et plus de moyens aux autorités locales et aux municipalités, afin de leur permettre de gérer les conséquences d’une croissance urbaine considérée comme irréversible.

Un programme ambitieux

  • 1 Programma national de desarrollo urbano 1995-2000, p. 33.

12La décentralisation, mot magique !, est présentée comme le fondement de toute politique d’aménagement du territoire, désormais centrée sur un certain nombre de « villes stratégiques » chargées non seulement d’attirer les investissements productifs et les flux migratoires, mais aussi de concentrer les activités économiques et d’en redistribuer les bénéfices sur toute une région1 C’est donc dans le cadre d’un nouveau fédéralisme, moins soumis au bon vouloir des autorités centrales et des besoins du District Fédéral, que le gouvernement a décidé de repenser le développement local. Cette nouvelle orientation du pouvoir fédéral n’est d’ailleurs pas que de la poudre aux yeux : en juillet 1997, pour la première fois dans l’histoire du Mexique moderne, les habitants du District Fédéral ont pu élire leur maire au suffrage universel direct. Certes, le parti du Président garde toujours la haute main sur presque tous les postes de gouverneurs et sur une écrasante majorité de communes urbaines. Pourtant, depuis le début des années quatre-vingt-dix, le degré d’autonomie des autorités régionales n’a fait qu’augmenter au rythme des défaites électorales du pri et du désengagement massif d’un État irrésistiblement attiré par les sirènes du néolibéralisme.

13C’est pour tenter d’enrayer cette érosion politique que le Plan National de Développement Urbain insiste sur les aspects sociaux du programme mis en place par le gouvernement. Celui-ci reconnaît en effet qu’il faut combattre la pauvreté et la marginalité qui caractérisent une grande partie des villes mexicaines, en aidant financièrement les municipalités qui n’ont pas les moyens de répondre aux besoins essentiels de la population. Pour autant, il ne s’agit plus d’accorder ponctuellement des subventions à fonds perdus, mais de favoriser le développement d’activités économiques sur le long terme. C’est ainsi que, dans les discours officiels, un nouveau concept vertueux et virtuel fait son apparition, celui de « développement urbain ordonné et durable » que l’on retrouve dans tous les forums humanitaires et écologiques de cette fin de siècle. On ne peut que saluer la volonté de l’État mexicain de s’inscrire dans la longue durée et d’essayer de réguler des phénomènes qui échappent en grande partie à son contrôle. Cependant, il faut faire la part des choses entre les déclarations d’intention et les politiques mises en œuvre pour agir concrètement sur le terrain.

Des moyens mesurés

14L’argent étant le nerf des politiques d’aménagement territorial, l’État a lancé une vaste campagne d’actualisation des cadastres urbains, afin de faciliter la perception des impôts locaux et de limiter la dépendance des municipalités vis-à-vis des participations fédérales. En quelques années, ce sont officiellement plus de 5,5 millions de nouveaux contribuables qui ont été ainsi recensés et obligés de payer leur taxe foncière. Cette recherche effrénée de nouvelles ressources permet de compenser en partie les restrictions budgétaires imposées par le fmi au gouvernement fédéral. Pour respecter les conditions draconiennes de ses bailleurs de fonds, l’État recommande désormais aux municipalités d’assainir leurs finances locales et de chercher de nouveaux partenaires dans le secteur privé – ce qui reste plus facile à dire qu’à faire.

  • 2 Les ejidos sont les terres agricoles, théoriquement inaliénables, attribuées par la Réforme agrair (...)

15C’est cependant dans un domaine particulier, celui de la conversion des espaces ruraux en zones urbaines, que l’État a engagé des actions décisives. En effet, dans un pays où, à cause d’une législation inadaptée, les processus d’urbanisation se faisaient de manière semi-clandestine, il était urgent de prendre des mesures et de régulariser la situation des nouveaux citadins – souvent eux-mêmes issus du monde rural. Depuis les années soixante, les villes s’étendaient ainsi au détriment des terres ejidales2 situées à leur périphérie immédiate. Officiellement, les ejidatarios n’avaient pas le droit de vendre leurs champs, dont ils n’avaient que l’usufruit. Dans les faits, il existait souvent des ententes financières entre promoteurs immobiliers et conseils d’ejidos pour permettre l’urbanisation d’une partie des terrains de la communauté. Une fois l’opération menée à son terme, les membres de l’ejido allaient se plaindre aux autorités, qui leur concédaient de nouvelles terres afin de compenser les « pertes » subies par le village. Pour tenter de mettre de l’ordre dans un marché incontrôlé, le gouvernement fédéral était donc régulièrement obligé de constituer des réserves foncières destinées à être transférées aux États et surtout aux municipalités en quête de terrains à bâtir.

  • 3 Les ejidatarios peuvent désormais vendre leurs terres, si le conseil de l’ejido ne s’oppose pas à (...)

16Le sexennat de Carlos Salinas de Gortari (1989-1994) a été marqué par une forte augmentation de la régularisation (a posteriori) des terrains agricoles incorporés de manière informelle aux centres urbains en plein développement. Il s’agissait alors non seulement de reconnaître le fait accompli, mais aussi de permettre l’intégration des nouveaux quartiers aux espaces anciennement urbanisés. La proclamation de la fin de la réforme agraire (1991) et le changement de statut des ejidoi3 ont ainsi été présentés par le gouvernement de Carlos Salinas comme un grand pas en avant vers la normalisation des relations entre villes et campagnes – les espaces péri-urbains pouvant désormais être gérés sans hypocrisie par les différents acteurs du changement.

Villes et développement régional

  • 4 L’oléoduc qui fournit en hydrocarbures la raffinerie de Salina Cruz est un élément essentiel de l’ (...)

17Malgré toutes les réserves que l’on peut faire sur le Programme National de Développement Urbain, il reste que sa principale originalité est de mettre la ville au centre des stratégies de développement territorial et d’intégration régionale. Les aménageurs mexicains proposent en effet de créer ou de renforcer sept grands axes structurants centrés sur des villes intermédiaires reliées entre elles par des voies de communication modernes (carte 1). De manière délibérée, ces axes contournent la mégalopole mexicaine (Aire métropolitaine de Mexico et centres urbains périphériques). Ils sont chargés de mettre en relation les régions sud du pays, considérées comme de simples gisements de matières premières, et les régions industrielles du nord, intégrées aux couloirs commerciaux situés de l’autre côté de la frontière. Un tel schéma ne fait malheureusement qu’entretenir les liens de vassalité et de dépendance solidement établis entre le nord et le sud du Mexique, au lieu d’envisager des politiques de développement destinées à mettre en valeur le potentiel de certains États comme le Chiapas, plus connus pour leurs problèmes agraires que pour leurs performances économiques. En revanche, le nouveau programme a le mérite de mettre à l’honneur des villes intermédiaires jusqu’alors négligées par les politiques nationales, et de proposer des axes transversaux considérés comme des alternatives aux directions dominantes de l’espace national. C’est le cas de l’axe Acapulco-Veracruz, dont le tracé s’inspire de l’ancien camino real qui reliait les deux océans à l’époque coloniale, et celui de l’isthme de Tehuantepec (Coatzacoalcos-Salina Cruz) qui met en relation les deux grands ports industriels situés à chaque extrémité de la partie la plus étroite du Mexique. Il faut cependant noter que ces deux axes sont en grande partie virtuels, puisque l’autoroute qui conduit d’Acapulco à Veracruz passe par la ville de Mexico et que seule une route fédérale unit Salina Cruz et Coatzacoalcos4

Carte 1 – Les villes du Programme des Cent Villes et les couloirs d’intégration urbaine et régionale

Carte 1 – Les villes du Programme des Cent Villes et les couloirs d’intégration urbaine et régionale

Carte 2 – Les régions rurales marginalisées, selon le Programme National de Développement Urbain 1995-2000

Carte 2 – Les régions rurales marginalisées, selon le Programme National de Développement Urbain 1995-2000

18Les villes moyennes sont par ailleurs considérées comme un élément central dans la lutte contre la pauvreté et le sous-développement des régions les plus marginalisées. Trente-deux centres urbains ont ainsi été sélectionnés pour offrir de nouvelles perspectives d’emploi, de formation et de logement aux populations pauvres de dix-sept zones rurales particulièrement fragilisées par les mutations récentes de l’économie mexicaine (carte 2). Pourtant, encore une fois, le gouvernement fédéral n’a pas pris la peine d’exposer clairement les ressources dont pourraient bénéficier les villes choisies pour participer à ces actions de développement économique et de solidarité sociale. Le principal intérêt de ce programme est de montrer que la perception des zones à problèmes a changé entre le sexennat de Carlos Salinas et celui d’Ernesto Zedillo. Pour la nouvelle administration, les montagnes du nord-ouest (Sierra Madre Occidental), les hauts-plateaux du centre-nord et les versants de la Sierra Madre Oriental ont remplacé le littoral du Sud-Pacifique et les espaces ruraux du Michoacân. Les sous-entendus politiques expliquent sans doute en grande partie ces dérives géographiques. Ce n’est pas un hasard si les zones considérées comme prioritaires par l’État sont celles qui ont plutôt « bien » voté lors de l’élection présidentielle de 1994. En ce qui concerne le Chiapas, territoire particulièrement sensible depuis l’apparition quasi miraculeuse du sous-commandant Marcos (en janvier 1994), les choix stratégiques de l’État fédéral sont éclairants. Alors que le pronasol de Carlos Salinas avait fait porter son effort sur l’étroite bande côtière, le Programme National de Développement 1995-2000 d’Ernesto Zedillo s’est orienté vers les hautes-terres et la forêt lacandone, là où les guerilleros de l’Armée Zapatiste de Libération Nationale ont trouvé un refuge et des appuis parmi la population d’origine indienne.

Le Programme des Cent Villes

19Presque toutes les villes désignées pour servir d’appui aux régions les plus marginalisées du pays font cependant partie d’un projet plus important, qui marque un infléchissement notable dans les politiques fédérales d’aménagement du territoire : le Programme des Cent Villes. Lancé à la fin du sexennat de Carlos Salinas de Gortari (en 1993), ce projet exprime parfaitement les attentes et les contradictions d’une société en pleine mutation, dont les représentants doivent répondre aux besoins accrus d’une population de plus en plus urbaine, en respectant les règles d’une économie de moins en moins dirigiste.

Une nouvelle stratégie ?

20À l’origine du Programme des Cent Villes, on trouve l’hyperconcentration de la population et des activités économiques du Mexique dans la capitale et dans les zones métropolitaines de Guadalajara, Monterrey et Puebla (environ 27 millions d’habitants en 1995). Au cours des années 1980-1990, le développement soutenu des villes moyennes a changé en partie les données du problème : en favorisant leur essor, on pouvait non seulement limiter le poids de mégapoles devenues ingérables, mais aussi tenter de réduire la dispersion (tout aussi difficile à administrer) des populations rurales. L’État a donc décidé d’influer indirectement sur les processus d’urbanisation en s’intéressant, au cas par cas, à des villes secondaires qui paraissaient offrir de véritables possibilités de développement. Au total, 116 villes moyennes (et 207 municipes, si l’on tient compte des espaces conurbains) ont participé ou participent au Programme des Cent Villes (données de 1997). Les localités concernées sont réparties sur l’ensemble du territoire (carte 1), mais le schéma général respecte trois grandes priorités qui expliquent d’apparentes inégalités spatiales : la prise en compte des densités de population (plus fortes dans la zone centrale), la proximité de zones rurales marginalisées (Sierra Madre Occidental, par exemple), les impératifs du développement économique et de l’intégration nord-américaine (villes de la frontière). C’est bien entendu autour de Mexico que l’effort principal a été porté. En rendant plus attirantes et plus dynamiques les villes de la lointaine périphérie (on pourrait parler d’une troisième couronne), on espère non seulement détourner de la capitale et de la Zone Métropolitaine une partie des migrants, mais aussi attirer vers l’extérieur des habitants lassés de vivre dans une agglomération surdimensionnée, surpeuplée et polluée.

  • 5 Pour la seule année 1995, les dépenses programmées du Ministère du Développement social représenta (...)

21Dans la continuité du pronasol cher à Carlos Salinas de Gortari, le Programme des Cent Villes se veut ouvert sur la société civile. Ce sont les municipalités elles-mêmes qui prennent la décision de présenter un projet de développement ou de réhabilitation et de solliciter l’aide de la Fédération. Le projet est ensuite examiné par des experts du Ministère des Finances et de divers organismes d’État. S’il est approuvé, les mécanismes financiers sont débloqués et la coopération s’organise entre les autorités municipales et le pouvoir central, par l’intermédiaire des représentants locaux du Ministère du Développement Social (sedesol). Les participations fédérales peuvent représenter jusqu’à 80 % du budget de l’opération, les 20 % qui restent étant à la charge de la municipalité. Dans certains cas, les États peuvent financer une partie du programme, si celui-ci s’inscrit dans la stratégie du gouverneur en place ! Les sommes engagées peuvent paraître importantes, mais elles ne représentent qu’une infime partie du budget national, ce qui relativise la portée globale des actions projetées et réalisées5 De 1993 à 1996, presque 3 milliards de pesos (presque 400 millions de dollars au cours de 1997) ont ainsi été investis dans les différentes rubriques du budget supervisé par sedesol, ce qui représente en moyenne pour chaque ville un peu plus de 25 millions de pesos (environ 3 millions de dollars) sur cinq ans (tableau 3). Cependant, les fonds réservés par l’État ne correspondent pas à une dotation globale et renouvelable, répartie de manière égalitaire entre les municipalités membres du programme. Il s’agit au contraire de soutenir des opérations ponctuelles et bien définies, dont le coût peut varier de quelques milliers à quelques millions de pesos, selon la nature du projet.

22La modernisation des réseaux de transport et l’amélioration de la voirie (réparation des chaussées, rénovation des trottoirs et de l’éclairage public) sont considérées comme une priorité par presque toutes les autorités locales. Le deuxième poste des dépenses concerne la réactivation économique et culturelle des centres-villes (11,6 % du budget total). Ce point est particulièrement important dans la stratégie globale du Programme des Cent Villes, puisqu’il s’agit pour l’État et pour les autorités locales de revitaliser les centres anciens, délaissés par les couches les plus favorisées de la société mexicaine. Séduites par les modes de vie nord-américains (l’automobile, la maison individuelle, la consommation de masse...), celles-ci préfèrent s’installer dans des lotissements de la périphérie, abrités derrière de hauts murs et surveillés jour et nuit par des gardiens armés. Ces urbains, de moins en moins citadins, fréquentent peu les quartiers centraux, jugés sales, dangereux et sous-équipés, et préfèrent se promener le soir et le dimanche dans de grandes galeries commerciales type mall. Pour inverser la tendance, les municipalités ont décidé de faire porter une grande partie de leur effort sur l’animation commerciale des centres historiques et sur la réhabilitation des paysages urbains dégradés.

Tableau 3 – Les investissements du Programme des Cent Villes (1993-1996)

investissements

total (pesos)

participations fédérales ( %)

Mise à jour du cadastre urbain
Incorporation et régularisation du sol urbain
Voirie et transport
Environnement
Revitalisation des centres
Total

211,7
605,1
1 244,3
581,3
318,4
2 960,8

52,4
31,5
48,9
56,8
47,9
47,1

Source : Secretaría de Desarrollo Social, Programa de 100 Ciudades, 1997.

23Des accords ont été passés avec les entrepreneurs membres de la Chambre Mexicaine de l’Industrie de la Construction (cmic) pour multiplier les projets de développement urbain fondés sur la conservation et la mise en valeur du patrimoine architectural hérité de l’époque coloniale et du xixe siècle. Le but de l’opération est d’inciter les investisseurs privés à se joindre aux pouvoirs publics pour financer la reconquête des centres-villes. Le Ministère du Développement Social estime à cet égard que, sur l’ensemble des opérations intégrées au Programme des Cent Villes, pour 10 pesos investis par l’État, le secteur privé engage désormais 8 pesos supplémentaires. Cette synergie secteur privé-secteur public, voulue, encouragée (et peut-être exagérée) par le gouvernement d’Ernesto Zedillo, entre tout à fait dans le cadre d’une politique d’aménagement d’inspiration libérale qui tourne le dos aux grands projets volontaristes des années soixante-dix.

« Pauvre Toluca, si loin de Dieu, si près du DF... »

24Si l’on veut étudier de manière précise un exemple de la politique urbaine menée dans le cadre du Programme des Cent Villes, le cas de Toluca, capitale de l’État de Mexico, est particulièrement révélateur. Peuplée de 564 000 habitants en 1995, Toluca est, selon les critères purement quantitatif de l’inegi, une ville intermédiaire dans la hiérarchie des centres urbains mexicains. Située à moins de 70 km du centre de Mexico, elle fait en outre partie des agglomérations qui composent la mégalopole mexicaine en cours de formation, véritable nébuleuse dont les différents noyaux s’organisent autour de l’Aire Métropolitaine de la Ville de Mexico (carte 3). En tant que capitale d’un État fédéré, Toluca revendique une identité quelle a du mal à définir et à imposer, car son développement économique et son autonomie politique dépendent étroitement des besoins, des intérêts et des ambitions du District Fédéral. En 1995, elle représentait moins de 5 % de la population de l’État de Mexico, alors que les municipes conurbains du DF regroupaient à eux-seuls huit millions d’habitants (environ 70 % de la population totale de l’État). En la modifiant à peine, on pourrait facilement appliquer à Toluca la phrase célèbre, souvent attribuée au vieux dictateur Porfirio Díaz : « pauvre Mexique, si loin de Dieu, si près des États-Unis ».

Carte 3 – La mégalopole mexicaine en formation

Carte 3 – La mégalopole mexicaine en formation

25Jusqu’au début des années quatre-vingt, Toluca n’était qu’un gros bourg agricole vivant sur son passé de capitale régionale. La construction d’une voie rapide puis, dans les années quatre-vingt-dix, son doublement par une autoroute à péage, ont bouleversé les données du problème. Le long de l’autoroute, vers Mexico, s’étend désormais une grande zone industrielle où l’on retrouve plusieurs constructeurs automobiles (dont Chrisler), des géants de l’alimentaire (Bimbo), ainsi que de grands noms de la chimie et de la pharmacie. La politique de déconcentration industrielle menée par le pouvoir central au cours des années quatre-vingt a trouvé un large écho auprès de nombreux chefs d’entreprise en quête d’espace (Toluca est entourée par de vastes plaines agricoles) et de liberté d’action (la législation locale n’est pas très contraignante). Le tremblement de terre de 1985, qui a mis à jour les faiblesses géographiques, politiques et sociales du District Fédéral, a joué en faveur du bassin de Toluca, perçu comme véritable alternative à la croissance démographique de la capitale. En quinze ans, la population du municipe a presque doublé et les structures socio-économiques de la ville ont été transformées. Le secteur tertiaire est toujours prépondérant (environ 60 % des actifs), mais le secteur secondaire occupe désormais une place essentielle, supérieure à la moyenne nationale (plus du tiers de la population active). Le municipe de Toluca affirme ainsi une vocation industrielle tardive mais en plein essor.

  • 6 Un quartier du sud de la ville porte encore son nom d’origine : Ejido Capultitlán.

26Une croissance aussi rapide n’a pourtant pas que des avantages. L’urbanisation s’est faite de manière souvent anarchique, sans que les autorités locales puissent réguler ou canaliser le flux des nouveaux arrivants. Dès le début des années soixante, au bord du boulevard périphérique, des colonias populaires se sont édifiées sans l’accord ni l’appui de la municipalité, le plus souvent sur des terres ejidales, suivant en cela des techniques d’appropriation informelle fort répandues au Mexique6 Aujourd’hui, tout cet ensemble est désormais réhabilité, mais les zones d’habitat sous-intégré sont sans cesse rejetées vers un espace périphérique en continuelle expansion. En outre, le centre historique de Toluca, qui s’articulait traditionnellement autour du Palais du gouvernement, de la cathédrale et du marché couvert, apparaît de moins en moins adapté à la taille de l’agglomération et aux nouvelles pratiques de la population. Dans les municipes conurbains de Toluca, les années quatre-vingt-dix ont ainsi vu fleurir de nombreux lotissements (condominios horizontales) destinés aux classes moyennes et supérieures qui répugnent à fréquenter les rues étroites et encombrées de la zone centrale.

Toluca • La place Gonzalez Arratia (cliché de’auteur).

  • 7 La construction de la cathédrale a débuté au milieu du XIXe siècle, mais elle n’a été achevée qu’e (...)

27C’est pourquoi, dès qu’elle a pu le faire, la mairie a décidé de profiter du Programa de Cien Ciudades non seulement pour améliorer la vie quotidienne des habitants, mais aussi pour changer l’image d’une « ville-champignon » dont le patrimoine architectural, situé dans un centre historique de taille réduite, avait sérieusement besoin d’être protégé. L’une des premières réalisations a été la réhabilitation de la place Gonzalez Arratia, située sur le côté gauche de la cathédrale, le long de la rue Nicolas Bravo7 L’ouvrage, inauguré en 1996, a coûté neuf millions de pesos (1,1 million de dollars en 1997), répartis entre les trois maîtres-d’œuvre : l’État fédéral (50 %), l’État de Mexico (40 %) et la municipalité (10 %). À la place d’un parking qui menaçait ruine, le quartier dispose désormais d’un véritable espace de vie à l’architecture élégante, conçu pour recevoir des animations culturelles et des spectacles organisés par la mairie. Grâce à l’appui financier du gouvernement central, le centre historique de Toluca a rapidement changé de visage. Des rues entières ont été remodelées, des maisons anciennes réhabilitées, des espaces aménagés pour accueillir dans un cadre agréable les habitants du centre et attirer (si possible) ceux de la périphérie. La place fray Andrés de Castro, située sur le côté droit de la cathédrale, en face de la mairie, a été entièrement rénovée. En sous-sol, un vaste parking permet aux employés des services administratifs, mais aussi à leurs visiteurs et aux clients des commerces proches, de garer leur voiture en toute sécurité. En surface, des boutiques ont été installées afin d’héberger les nombreux vendeurs à la sauvette qui encombraient les portales de la rue Miguel Hidalgo. Les peintures des édifices publics ont été soigneusement refaites et un centre culturel a été installé dans la petite chapelle de la Santa Cruz.

  • 8 sedesol, Programa 100 ciudades, Ejercicio 1997, p. 3.

28Ces travaux ont permis de mettre en valeur, à moindre coût, des quartiers centraux menacés de dégradation sociale et de dévitalisation économique. Ils s’inscrivent cependant dans un programme plus large, qui touche l’ensemble de la zone métropolitaine de Toluca (municipes de Lerma, Metepec, Ocoyoacac, San Mateo Atenco, Xonacatlan et Zinacantepec). Ces communes périphériques, qui regroupaient presque 500 000 habitants en 1995, subissent directement les effets du développement industriel récent de Toluca. Leur croissance démographique a été trop rapide pour couvrir tous les besoins d’une population encore fortement marquée par la ruralité, malgré la proximité de la capitale de l’État. C’est ainsi que presque 20 % des habitations du municipe de Zinacantepec ne disposent ni d’eau potable ni de tout-à-l’égout. Pourtant, dans la logique d’une politique urbaine d’inspiration libérale, les autorités locales cherchent avant tout à améliorer l’image des centres anciens, afin d’attirer des investisseurs privés et de favoriser le développement économique de leur commune. Les investissements réalisés en 1997 dans le cadre du Programme des Cent Villes sont à cet égard particulièrement révélateurs (tableau 4). Ils mettent en pratique la stratégie clairement exprimée par les responsables locaux de sedesol (délégation de l’État de Mexico) : « l’objectif principal est à la fois d’améliorer et de revitaliser l’image des centre-villes et de renforcer la convivialité et l’identité de la société »8

Tableau 4 – Le Programme des Cent Villes dans l’aire métropolitaine de Toluca (budget 1997)

Tableau 4 – Le Programme des Cent Villes dans l’aire métropolitaine de Toluca (budget 1997)

1) Pavage des chaussées, réparation des trottoirs, éclairage public.
2) Quartier ou place.
Source : sedesol , Delegación Estado de México, Subdelegación de Desarrollo urbano y vivienda (documents de travail).

29Pour l’ensemble de la zone métropolitaine, le poste principal des dépenses concerne l’amélioration de la voirie (pavage des chaussées, réparation des trottoirs, modernisation de l’éclairage public). On pourrait penser que cette répartition est équitable, mais si on replace les actions engagées dans leur contexte géographique, on constate que la distribution des crédits reflète la volonté politique des aménageurs et les sous-entendus économiques des autorités locales. En effet, sauf exception, les travaux de réhabilitation ont tous été entrepris dans les espaces centraux, au détriment des zones périphériques. À Toluca, par exemple, un seul quartier excentré, celui de San Luis Obispo, situé sur le Paseo Tollocan Norte, a bénéficié d’une aide de plus d’un million de pesos, financée à 80 % par l’État fédéral, afin d’améliorer son image. Dans les communes voisines, on a mis l’accent sur le décor des centres historiques plutôt que sur l’amélioration des infrastructures urbaines. La peinture a coulé à flots pour redonner de l’éclat à des façades dégradées par le temps et les intempéries. À Metepec, des couleurs vives, parfois criardes, attirent irrésistiblement l’oeil des passants : le rouge, le vert, l’orange, le jaune canari ou le rose tyrien se marient, s’opposent, s’entrecroisent pour faire des rues anciennes un vrai kaléidoscope. Cependant, malgré certains excès, l’ensemble ne manque pas d’audace et rappelle les vernis éclatants appliqués par les artisans locaux sur les poteries façonnées depuis plusieurs siècles dans les ateliers et les arrière-cours des maisons de la ville. De fait, cette débauche de couleurs, qui a coûté 2 millions de pesos aux contribuables (environ 250 000 dollars), est avant tout destinée à mettre en valeur 14 « couloirs artisanaux » où les touristes venus de Mexico peuvent acheter les produits de la région, essentiellement des plats, des vases et des bibelots d’argile qui ont acquis une réputation internationale (Metepec est célèbre pour ses santons et pour ses arbres-de-vie). De la même manière, la mairie de San Mateo Atenco (54 000 habitants), dont le patrimoine architectural est très limité, a choisi de consacrer les trois quarts de son budget (presque 1,5 millions de pesos) pour refaire les trottoirs du circuit Benito Juarez, où sont installés les magasins de chaussures qui font la fortune de la commune. Le samedi et le dimanche, des milliers d’acheteurs débarquent du District Fédéral pour faire leurs emplettes et profiter de prix particulièrement attractifs – même si la qualité n’est pas toujours au rendez-vous.

Metepec • la rue Cincok de Mayo (Cliché de l’auteur)

  • 9 Enquêtes personnelles, non fondées sur un échantillon représentatif de la population.

30Tel que le Programme des Cent Villes a été conçu, les travaux réalisés dans les centres anciens sont donc ouvertement destinés à favoriser le développement économique des municipes, en partant du principe que l’installation d’un égout ne rendra pas plus riche la population, alors qu’une population plus riche pourra, grâce à ses impôts, payer l’égout dont elle a besoin. Ce calcul financier, opposé aux traditions interventionnistes de l’État mexicain, n’est pas du goût de tout le monde. De l’avis même des agents de sedesol, la population s’est souvent opposée à des projets qui semblaient privilégier le paraître et le superfil, au lieu de s’attaquer à des problèmes de fond (l’approvisionnement en eau potable, le ramassage des ordures ménagères, l’amélioration des transports publics, la lutte contre la pauvreté ou contre la délinquance). Les autorités locales ont dû organiser de nombreuses réunions avec les habitants pour justifier leur point de vue et imposer leurs projets (c’est le volet « participation sociale » du Programme des Cent Villes). Une fois l’ouvrage réalisé, les critiques se font plus rares. Les citadins apprécient de voir que leur environnement quotidien a été valorisé, même si certains émettent des doutes sur la durée de vie des travaux de décoration9 En effet, les couches de peinture masquent bien des lézardes et les maisons réhabilitées ont besoin d’un entretien périodique que les propriétaires ne sont pas toujours prêts à assumer. Si la rénovation des espaces publics transforme véritablement les paysages urbains et s’inscrit dans le long terme (l’aménagement de la place Gonzalez Arratia, à Toluca, en est un excellent exemple), ce n’est pas le cas des constructions individuelles qui ont bénéficié d’une aide ponctuelle de l’État. On peut donc considérer que, d’une manière générale, les actions menées dans le cadre du Programme des Cent Villes n’ont qu’une influence très limitée sur les processus d’urbanisation en cours dans la vallée de Toluca. Pourtant, elles permettent d’accompagner l’évolution actuelle des rapports de force et de dépendance que l’aire métropolitaine de Mexico entretient depuis longtemps avec les différentes villes intermédiaires de la région centrale.

Conclusion

31De fait, si l’on s’en tient aux tendances actuelles (taux de croissance de 1,8 % par an), les quatre grandes zones métropolitaines du Mexique verront leur population doubler en quarante ans pour atteindre les 50 millions d’habitants en 2035. Mais, d’un autre côté, les cités membres du Programme des Cent Villes bénéficient d’un taux de croissance nettement supérieur (2,5 % par an) et leur population doublera en seulement 20 ans. En 2015, près de 63 millions de Mexicains vivront donc dans des villes considérées comme secondaires. Compte tenu de la faiblesse des sommes engagées, ce programme peut apparaître inadapté aux besoins réels de la population, mais il présente l’originalité de s’intéresser à une catégorie de villes en pleine croissance qui va occuper une place essentielle dans la hiérarchie urbaine du troisième millénaire. Certes, Mexico ne va pas perdre son rang. Le District Fédéral ne va pas se diluer dans l’immense réseau des villes moyennes. Les peintres en bâtiment de Metepec, malgré leurs vigoureux coups de pinceau, ne peuvent pas effacer la logique d’une organisation territoriale fondée depuis des siècles sur la toute-puissance de la capitale nationale. Pourtant, avec ou sans l’appui d’un État de plus en plus prisonnier de sa rhétorique révolutionnaire et de ses pratiques néolibérales, le système politique, économique et culturel du Mexique est en train de changer.

32Quelle que soit sa taille ou sa place dans la hiérarchie urbaine, la ville est au coeur de ces transformations. Tel qu’il est conçu, le Programme des Cent Villes ne peut pas accélérer le mouvement – ce n’est sûrement pas son but ! –, mais il doit permettre de fonctionner comme une soupape de sécurité destinée à calmer les attentes de la société mexicaine. En 1997, c’est l’un des chefs de file de l’opposition, Cuauhtémoc Cardenas, qui a été élu maire de Mexico. Ce séisme politique n’a pas affecté que la capitale du pays : il a remis en cause tout le système mis en place à l’échelle de la Nation par le Parti Révolutionnaire Institutionnel. Or, le Programme National de Développement Urbain lancé en 1995 par le président Ernesto Zedillo doit se conclure en l’an 2000, année où va se dérouler une élection présidentielle décisive pour l’avenir du pays. Pour la première fois depuis la fin des années vingt, l’hypothèse d’une victoire de l’opposition n’est exclue par personne, surtout si les populations urbaines, devenues largement majoritaires, suivent l’exemple donné par les habitants du District Fédéral. Si d’ici là le vent, la poussière et la pluie n’ont pas effacé leur ouvrage, les peintres de Metepec et de San Mateo Atenco auront peut-être, alors, leur mot à dire.

Bibliografía

Références bibliographiques

Bataillon C. Espacios mexicanos contemporáneos. Mexico, fce-Colegio de México, 1998. 201 p.

Gevara J.-P., Barreto A. Diagnóstico de la evolución de la dinámicapoblacionalen el Estado de México, 1950-1994. Toluca, El Colegio Mexiquense, 1995. 271 p.

Guillermo Aguilar A. et al. Las ciudades intermedias y el desarrollo regional en Mexico. Mexico. Consejo National para la Cultura y las Artes, 1996. 403 p.

inegi. Toluca, Estado de México : cuaderno estadístico municipal. Aguascalientes,
inegi-gobierno del Estado de México-Ayuntamiento de Toluca, 1994.

inegi. Estado de México : perfil sociodemográfico 1995. Aguascalientes, inegi, 1997.

Musset A. Le Mexique. Paris, Armand Colin, 1996. 274 p.

Musset A. Le Mexique, économies et sociétés. Paris, Ellipses, 1997. 96 p.

Perlo Cohen M., compilador. La modernización de las ciudades en México. Mexico, unam, 1990. 488 p.

Poder Ejecutivo Federal. Programa Nacional de Desarrollo Urbano 1995-2000. Mexico, Talleres Gráficos de México, 1996.

Problèmes D’amérique latine, no 27, 1997. Le Mexique en recomposition : société, économie et politique. Paris, la Documentation française, 1997.

Notas

1 Programma national de desarrollo urbano 1995-2000, p. 33.

2 Les ejidos sont les terres agricoles, théoriquement inaliénables, attribuées par la Réforme agraire aux communautés rurales.

3 Les ejidatarios peuvent désormais vendre leurs terres, si le conseil de l’ejido ne s’oppose pas à la transaction (modification de l’article 27 de la Constitution).

4 L’oléoduc qui fournit en hydrocarbures la raffinerie de Salina Cruz est un élément essentiel de l’organisation régionale, mais le chemin de fer transisthmique doir être entièrement réhabilité si l’on veut donner à cet axe une importance non seulement nationale, mais aussi internationale (comme alternative au canal de Panamá).

5 Pour la seule année 1995, les dépenses programmées du Ministère du Développement social représentaient 152 milliards de pesos.

6 Un quartier du sud de la ville porte encore son nom d’origine : Ejido Capultitlán.

7 La construction de la cathédrale a débuté au milieu du XIXe siècle, mais elle n’a été achevée qu’en 1978. C’est l’une des plus récentes du pays.

8 sedesol, Programa 100 ciudades, Ejercicio 1997, p. 3.

9 Enquêtes personnelles, non fondées sur un échantillon représentatif de la population.

Índice de ilustraciones

Título Tableau 2 - Distribution et croissance de la population selon la taille des localités, 1950-1990
Leyenda 1) Nombre de localités recensées.2) % de la population totale3) Croissance de la population. Ce tableau prend en compte la population des municipalités, pas celle des agglomérations type Aire Métropolitaine de Mexico.Source : INEGI, Estadísticas del medio ambiente, Mexico, 1995.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31000/img-1.jpg
Archivo image/jpeg, 149k
Título Carte 1 – Les villes du Programme des Cent Villes et les couloirs d’intégration urbaine et régionale
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31000/img-2.jpg
Archivo image/jpeg, 219k
Título Carte 2 – Les régions rurales marginalisées, selon le Programme National de Développement Urbain 1995-2000
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31000/img-3.jpg
Archivo image/jpeg, 200k
Título Carte 3 – La mégalopole mexicaine en formation
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31000/img-4.jpg
Archivo image/jpeg, 298k
Leyenda Toluca • La place Gonzalez Arratia (cliché de’auteur).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31000/img-5.jpg
Archivo image/jpeg, 162k
Título Tableau 4 – Le Programme des Cent Villes dans l’aire métropolitaine de Toluca (budget 1997)
Leyenda 1) Pavage des chaussées, réparation des trottoirs, éclairage public.2) Quartier ou place.Source : sedesol , Delegación Estado de México, Subdelegación de Desarrollo urbano y vivienda (documents de travail).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31000/img-6.jpg
Archivo image/jpeg, 162k
Leyenda Metepec • la rue Cincok de Mayo (Cliché de l’auteur)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/31000/img-7.jpg
Archivo image/jpeg, 258k

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Leer

Freemium

open access

Brindado por L’éditeur de ce site