Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Politiques et dynamiques territoriales dans les pays du Sud

 | 
Jean-Louis Chaléard
, 
Roland Pourtier

Introduction

L'espace géographique dans le champ politique

Jean-Louis Chaléard et Roland Pourtier

Texte intégral

1Le présent ouvrage rassemble les communications présentées au cours d’un séminaire organisé par les équipes de recherche Equateur et Pacifica de l’Unité Mixte de Recherche Prodig sur « le rôle du politique dans les transformations des espaces et des paysages ». Ce séminaire s’est déroulé d’octobre 1996 à juin 1998. Le thème, les grandes orientations et le choix des intervenants en avaient été fixés conjointement avec Joël Bonnemaison : bien que brutalement disparu en juillet 1997, celui-ci reste intimement associé à une entreprise que nous avons poursuivie en nous efforçant de rester fidèles à l’esprit et à l’architecture d’ensemble d’un projet élaboré en commun.

2L’objet du séminaire consistait à rassembler autour d’un thème fédérateur des géographes travaillant sur ce vaste domaine aux contours flous et qu’on ne sait plus nommer depuis qu’on en explore l’infinie complexité – tiers monde, monde tropical, pays en développement, pays du Sud. Les débats suscités par la présentation d’expériences singulières fournissaient l’occasion de repérer les convergences dans les questionnements, les problématiques, les situations étudiées, et ainsi de transcender les habituels clivages entre grandes aires culturelles (Amérique latine, Asie, Afrique, Océanie). À l’intérieur du cadre général défini par l’intitulé du séminaire, les intervenants disposaient de la plus grande liberté pour choisir un sujet et organiser leur propos, en fonction de leurs centres d’intérêt, de leur sensibilité, des spécificités de leur terrain, de leurs options méthodologiques. Il n’en est que plus remarquable de constater, qu’au-delà de la diversité des questions abordées et des lieux de référence, les onze textes rassemblés se rejoignent autour de quelques lignes de force, de quelques interrogations géographiques majeures, qui leur confèrent une parenté certaine.

3La question de l’articulation entre espace et politique rapproche les différentes communications. On sait combien ce vieux thème de la géographie, après avoir été mis à l’écart par bon nombre d’héritiers de Vidal de la Blache, a retrouvé depuis les années soixante-dix, en particulier à la suite des travaux d’Yves Lacoste, un vif regain d’intérêt. Il n’est guère de géographe qui ne se préoccupe aujourd’hui, peu ou prou, de la dimension politique des questions géographiques, dès lors que les rapports entre société, espace, territoire sont placés au coeur de la discipline. Les dynamiques spatiales, tout comme leur traduction dans les paysages, ne peuvent se concevoir indépendamment des acteurs sociaux, de la volonté qui les anime, des stratégies qu’ils mettent en oeuvre, des contradictions qui les déchirent. C’est à la rencontre des systèmes de pouvoir et des pulsions profondes des sociétés, mêlant confusément la passion à la raison, que se noue la relation complexe entre espace et politique. Aucun paysage n’est innocent. Toute organisation de l’espace résulte d’un jeu de forces s’exerçant à chacune des échelles de l’action humaine, du local au mondial. On l’aura compris, le politique dont il est question ici ne se réduit pas au domaine particulier des « politiques » institutionnelles, volontaristes ou clairement avouées, ni aux seuls intervenants du pouvoir central. Il est consubstantiel à la société et, par là, se manifeste dialectiquement dans l’espace. La démarche ne signifie pas fuite en avant d’une analyse géographique qui trouverait dans le champ politique le deus ex machina rendant le monde enfin intelligible. L’espace est en effet autant acteur qu’agi, ce qui exclut toute détermination univoque.

4Que les auteurs aient depuis longtemps intégré la dimension politique à leurs travaux ou qu’ils aient saisi l’occasion du séminaire pour expliciter certains aspects jusque là plus discrets de leurs recherches, l’ensemble des contributions montre, s’il en était besoin, la complexité des relations du politique à l’espace géographique – champ d’interactions multiples dans lequel les territoires se déploient, se font, se défont.

5Parmi les trois termes constitutifs de la problématique du séminaire, les paysages restent à l’arrière-plan. Non qu’ils soient absents : nouveaux paysages urbains issus de la rénovation des centres villes au Mexique, quartiers en ruine de Brazzaville, transformations du couvert forestier devant l’avancée pionnière en Indonésie, etc., les exemples ne manquent pas. Mais l’analyse des paysages en eux-mêmes occupe peu de place et reste toujours seconde dans les textes. Le thème proposé à la réflexion invitait moins à se soucier des « connivences » à la manière de Gilles Sautter, qu’à observer le dessous des cartes. Sémiologie du paysage et sémiologie de l’espace se rejoignent pourtant à travers le jeu des acteurs et les enjeux dont ils sont porteurs. Les deux faces d’une même réalité se répondent ainsi constamment dans la mise en scène et la mise en acte qui font l’histoire d’une société.

6La plupart des communications se situent dans cette manière de voir ; elles montrent comment les processus politiques participent à l’organisation de l’espace et gravent, dans un même mouvement, leur empreinte dans les paysages. La définition législative de limites territoriales, par exemple, peut circonscrire des zones d’influence urbaine ou des aires économiques spécifiques qui se liront dans la juxtaposition de paysages contrastés. Mais le politique se décline de mille façons. Ses modalités d’action et ses résultats varient énormément, chaque situation représentant un cas d’espèce. Les textes présentés reflètent naturellement cette diversité. Ils peuvent cependant être regroupés sans trop d’artifice en trois familles : c’est autour de ces thèmes de réflexion apparentés qu’est organisé l’ouvrage.

7Un premier thème se rapporte à la relation entre instances politiques et organisation de l’espace au sens le plus technique de « l’aménagement ». Des acteurs institutionnels modèlent l’espace par des actions volontaristes ayant recours à une panoplie d’outils plus ou moins sophistiqués.

8Au Mexique, les pouvoirs publics ont lancé un programme de développement des villes moyennes qui se traduit par une transformation significative des paysages urbains. La lecture qu’en fait Alain Musset montre qu’une action gouvernementale ne peut être abstraite d’un contexte plus général – ici le néolibéralisme triomphant des années quatre-vingt-dix-ni d’un non-dit des autorités en place-en l’occurrence la volonté de favoriser essentiellement la réhabilitation des espaces centraux. C’est à l’aune de ce jeu impliquant plusieurs sphères décisionnelles, pouvoirs publics et acteurs privés, que s’interprètent les résultats d’un programme d’aménagement du territoire où l’explicite le dispute au caché.

9Dans un autre contexte, et à une autre échelle, la politique de transmigration en Indonésie, présentée par Olivier Sevin, est un autre cas d’aménagement volontaire du territoire. L’auteur met en relief les liens qui unissent le « politique » et le « spatial », en dévoilant la face cachée du discours officiel : sous couvert de mise en valeur, de développement économique, de délestage démographique des régions très peuplées de Java, il s’agit en effet d’unifier l’archipel indonésien, autour du centre javanais et de la capitale Djakarta. Les conséquences se manifestent dès lors sur différents registres, en fonction des objectifs poursuivis : déplacement de millions de personnes, mise en culture de nouvelles terres, destruction des forêts avec la création de fronts pionniers, mais aussi extension des zones contrôlées par les migrants javanais et le pouvoir central.

10À la différence des cas mexicain et indonésien, l’étude des politiques agricoles et alimentaires de l’Union indienne par Frédéric Landy souligne les effets de politiques dont l’objectif premier n’est pas spatial, mais économique et social. L’analyse sur la longue durée met aussi en évidence, et c’est un point essentiel, le fait que les options politiques changent avec le temps, produisant des résultats parfois contradictoires. Tantôt elles ont favorisé une homogénéisation de l’espace, comme après l’indépendance, tantôt un développement spatialement différencié – générateur d’inégalités sociales – comme ce fut le cas lors de la révolution verte ou à la suite du Programme d’Ajustement Structurel de 1991. La situation indienne s’avère d’autant plus complexe que la structure fédérale de l’Union, avec un État central dirigiste et des États locaux aux pouvoirs relativement étendus, vient compliquer le jeu en favorisant l’expression des rivalités entre les différents niveaux d’exercice du politique.

11Cette question des échelles de pouvoir et des niveaux d’intervention est au coeur de la communication de Frédéric Giraut. Celui-ci examine, à partir d’une comparaison entre deux situations apparemment très différentes (le Niger et la France), les politiques de découpage territorial et leurs conséquences : dans l’un et l’autre cas les objectifs et les mobiles des gouvernants ne coïncident pas forcément avec ceux des notables locaux. Ainsi, au Niger, l’État impose un découpage en petites régions pour éviter des regroupements sur des bases sociales ou culturelles trop vastes qui pourraient porter atteinte à l’unité nationale. Au niveau inférieur les autorités et les notables luttent pour obtenir ici des rectifications de limites territoriales, là des responsabilités administratives au bénéfice de leur village ou de leur cité. À l’engouement français pour les « pays », qu’illustre le cas de l’Ardèche, répond, au Niger, un nouveau découpage territorial conduisant à un émiettement des responsabilités locales. Dans les deux cas, l’auteur nous invite à une réflexion sur la géopolitique des territoires.

12Un deuxième thème fait une large place aux conflits armés. La guerre, « continuation de la politique par d’autres moyens » selon la phrase célèbre de Clausewitz, est en effet trop présente dans le monde, principalement en Afrique, pour qu’on puisse continuer à pratiquer une géographie soft, aveugle aux dérèglements des sociétés et aux conséquences des violences politiques sur les espaces de vie – ou de survie. Avec la guerre, les dynamiques de destruction du territoire, particulièrement visibles dans les environnements urbains, relèguent dans d’hypothétiques futurs la mise en oeuvre de politiques d’aménagement.

13Roland Pourtier justifie dans son texte l’importance et l’urgence de l’analyse géographique des guerres présentes. L’exemple du conflit des Grands Lacs et, audelà, de l’embrasement de l’Afrique centrale, lui permet, à partir de questions d’actualité, d’analyser les ressorts profonds d’une situation où les données locales et régionales, notamment la soif de terre dans le contexte de surpeuplement relatif des campagnes rwandaises et la montée des oppositions entre Tutsi et Hutu, interfèrent avec un échiquier continental impliquant un nombre croissant d’États africains. L’analyse du conflit et de sa dimension géographique met en lumière la diversité des acteurs et des intérêts en jeu ainsi que les mobiles croisés profonds, plus politiques et économiques que territoriaux, d’une guerre dans laquelle s’enlise le centre de l’Afrique.

14Toujours dans cette Afrique centrale déchirée, Élisabeth Dorier-Apprill présente le cas exemplaire de Brazzaville, ravagée depuis 1993 par une succession de guerres civiles. Celles-ci s’ancrent dans l’histoire et dans la spécificité de configurations urbaines qui ont favorisé une territorialisation ethnique exposant, comme dans l’ex-Yougoslavie, à des actes d’« épuration ethnique ». Le territoire ethnicisé de la capitale congolaise – l’invention du groupe « Nibolek » est à cet égard particulièrement démonstrative des processus d’ethno-politisation – a cristallisé les rivalités politiques. En quelques années, la guerre a entraîné de profonds bouleversements dans l’espace urbain : destruction du capital immobilier, notamment dans le centre-ville, chassé-croisé de populations, accentuation de l’opposition structurelle entre « nordistes » et « sudistes ».

15La « reconquista » à partir des hautes terres chrétiennes éthiopiennes, qu’analyse Alain Gascon, illustre un cas d’aménagement de l’espace portant directement la marque de la conquête militaire. Le contrôle territorial résulte de l’établissement d’un réseau dense de Kätäma, villes de garnison et places marchandes localisées dans des lieux stratégiques. L’occupation armée des hautes terres du sud s’est accompagnée de l’extension de paysages d’openfield à base céréalière, conformément au modèle agraire des populations conquérantes du nord de l’Ethiopie. Lancée par Ménilek à la fin du XIXe siècle, cette politique a été poursuivie sous d’autres formes durant la « révolution marxiste » des années 1970-1980. L’évolution récente montre toutefois les limites de l’action du pouvoir central lorsqu’il va trop à contre-courant des attentes des populations : la politique imposée par la force des « villages de regroupement » a ainsi été abandonnée lorsque la contrainte s’est relâchée.

16L’Ouganda, présenté par Bernard Calas, rappelle que la guerre est un redoutable outil de transformation de la société et de l’espace. Comme dans la région des Grands Lacs ou à Brazzaville, les origines du conflit s’enracinent dans le passé : l’indépendance a exacerbé des tensions héritées de la période coloniale. La guerre a laminé la classe moyenne ougandaise, dévasté les campagnes, isolé Kampala du reste du pays. Depuis 1986 et la paix revenue – du moins partiellement – le pays se reconstruit. Au sens physique : réhabilitation des infrastructures de communication et d’administration ; au sens politique : recomposition des territoires et des structures sociales affectés par les années de guerre, avec entre autres la « restauration » du Buganda et le retour des Indiens. Les transformations en cours répondent à des rapports de forces internes, mais aussi à des facteurs externes. Elles s’effectuent en effet dans un contexte de libéralisme et d’ouverture aux capitaux étrangers avec la bénédiction des États-Unis et le soutien, pour ne pas dire la tutelle, de la Banque mondiale. Cela pose la question du degré d’autonomie réelle d’un État qui reste fragilisé par l’accentuation des inégalités spatiales et sociales inhérentes aux politiques libérales, le coût de son engagement dans la guerre d’Afrique centrale et l’activisme de réseaux transnationaux parfois mafieux qui interfèrent avec les acteurs politiques locaux.

17Nulle part, et ce dernier exemple le prouve, on ne peut limiter le politique aux seuls « professionnels » ou « officiels » de l’activité. Partout se créent des réseaux nationaux ou transnationaux dont le poids est considérable. Trois communications mettent en évidence l’importance et la diversité de ces « réseaux ».

18Le Parc National des Galapagos, étudié par Christophe Grenier, montre la richesse sémantique du terme de politique, la diversité des acteurs et de leurs niveaux d’intervention. La création du Parc National des Galapagos répond à une politique déclarée d’aménagement du territoire équatorien. Derrière celle-ci se cache la volonté de l’Equateur d’exercer son contrôle territorial sur un archipel éloigné et peu peuplé. Mais en même temps l’État s’efface au profit du marché, ce qui aboutit à donner un rôle accru à des réseaux nationaux ou étrangers dont certains agissent en marge de la légalité. Ces réseaux s’appuient sur les décisions politiques pour s’en servir et les détourner à leur profit. Ils jouent sur les rivalités entre pouvoirs locaux ou nationaux dont les intérêts divergent souvent. En ce sens, loin d’abolir les territoires, ils les utilisent tout en les transformant.

19La production et le commerce des drogues constituent l’exemple le plus extrême de l’action que les réseaux illégaux exercent sur l’espace, ainsi que l’exposent Michel Koutouzis et Pascale Perez en s’appuyant sur leur expérience à l’Observatoire géopolitique des drogues. Ils modifient les systèmes de cultures, provoquent des migrations de population, ouvrent de nouvelles régions à la production, comme dans le « croissant d’or » ou l’Amazonie. Les routes commerciales qu’emprunte le commerce illicite contribuent à structurer les territoires, bien que de manière peu visible. Ces réseaux dont l’ampleur n’a cessé de croître au cours des dernières décennies à la faveur de la mondialisation de la consommation de drogues entretiennent des liens étroits avec le politique. En premier lieu parce qu’ils profitent de complicités au sein des administrations en place, mais aussi parce que l’extension de la culture du pavot, de la coca ou du cannabis est presque toujours le résultat de l’échec des politiques locales de développement agricole.

20Les relations entre réseaux et politique sont à nouveau mises en exergue par l’étude des communautés marchandes d’Agadès réalisée par Emmanuel Grégoire. Ces dernières ont prospéré ou décliné en fonction des conditions politiques générales régnant dans la région, et des relations du Niger avec ses voisins. Depuis longtemps, les commerçants ont joué du tracé des frontières et du différentiel des prix des marchandises résultant de politiques économiques inégales d’un pays à l’autre : la politique des prix subventionnés en Algérie a ainsi été la source d’importants trafics transfrontaliers. Les aléas des relations nigero-libyennes ont un temps gelé les échanges commerciaux entre les deux pays pour ensuite autoriser le développement d’un fructueux négoce de cigarettes. Depuis 1990, la rébellion touaregue affecte l’économie régionale : l’insécurité provoque un fort ralentissement des échanges et de l’activité touristique, pénalisant les commerçants de l’Aïr. Les réseaux arabes du Niger renforcent au contraire leurs positions, faisant ainsi le jeu du pouvoir central qui mise sur un affaiblissement des positions économiques, et par voie de conséquence politiques, des Touareg.

21Une dizaine de textes n’ont pu qu’écorner le champ immense des questions que soulèvent les relations multiformes qu’entretiennent espace et politique. Les rassembler dans un même ouvrage n’avait pas pour ambition d’en dresser un bilan, mais de mettre l’accent sur quelques points forts autorisant l’esquisse de conclusions d’ensemble.

22Leur lecture montre tout d’abord combien les avatars du politique sont multiples, tout comme sont multiples ses traductions spatiales qui peuvent varier considérablement d’une situation à l’autre. Ici les aménagements volontaristes impriment la marque de la collectivité dans l’organisation de l’espace et l’élaboration des paysages, là l’effacement de l’État laisse le champ libre à des réseaux de toute nature. En tout état de cause les politiques conduites sous le label de l’aménagement ou du développement ne peuvent se limiter à l’analyse des objectifs déclarés mais appellent un examen critique de la face cachée des discours et des intentions inavouées. Derrière des actions de développement économique auxquelles l’aspect technique confère une apparence neutre se dissimule souvent une volonté de contrôle des populations et des territoires. Enfin, le champ politique étant investi par des acteurs agissant à différents niveaux, il est nécessaire de s’interroger sur les dynamiques « du haut » comme sur celles « du bas », afin d’apprécier la manière dont elles se confortent ou, selon les cas, se contrarient.

23Mais l’enseignement principal que l’on retire de la confrontation de ces études de cas, outre leur intérêt intrinsèque, tient à la mise en exergue de la complexité du réel que l’analyse géographique se donne pour tâche de dévoiler. La dimension politique n’épuise pas cette complexité, fruit d’un grand nombre de facteurs agissant et réagissant les uns sur les autres. Elle n’est qu’une des composantes multiples qui concourent au façonnement des territoires et ne prend tout son sens qu’en interaction avec d’autres paramètres tout aussi essentiels tels que la densité de population, la culture ou le milieu physique. De ce point de vue, une approche construite sur la trilogie politique-espace-paysage répond à l’exigence d’une réflexion globale. Elle rappelle à tout le moins qu’il est toujours réducteur d’isoler un élément du réel sans tenir compte des autres – ce que les responsables de l’action politique ne devraient pas perdre de vue-quand bien même l’appréhension de la totalité reste du domaine de l’utopie.

Auteurs

Jean-Louis Chaléard est géographe, spécialiste de l’Afrique, professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Equateur – prodig. Ancien élève de l'École Normale Supérieure de Saint-Cloud, il est connu pour son travail de recherche mené en Afrique de l'Ouest et en Afrique Centrale. Il a publié et dirigé de nombreux ouvrages, dont Métropoles aux Suds. Le défi des périphéries ? en 2014.

Roland Pourtier est professeur émérite à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Equateur - prodig. Il est spécialiste de géographie tropicale et du développement, de géopolitique de l’Afrique (Afrique centrale). Ancien élève de l’École normale supérieure de Saint-Cloud, agrégé de géographie, docteur de 3e cycle, docteur d’État, il a été président de l’Association des géographes français (2001-2015) et est membre de l’Académie des sciences d’outre-mer.

© Éditions de la Sorbonne, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540