Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’usine dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud
, 
Richard Conte
, 
Yann Toma

Ouest lumière : De l’exhumation à la réactivation

Yann Toma

Texte intégral

  • 1 Jacques RANCIERE, Le partage du sensible, La fabrique, Paris, 2000, p. 71.

Produire unit à l’acte de fabriquer celui de mettre au jour, de définir un rapport nouveau entre le faire et le voir. L'art anticipe le travail parce qu’il en réalise le principe : la transformation de la matière sensible en présentation à soi de lacommunauté.
Jacques Rancière1

1L’Usine Ouest Lumière a été érigée sur les quais de Seine en 1900. Elle était le plus grand producteur et diffuseur d’électricité de l’Ouest parisien. En 1946, l’état nationalisa l’énergie électrique française sous le nom d’Electricité de France (EDF). Ouest Lumière disparut alors et ses ouvriers furent intégrés dans la nouvelle entreprise nationale. Dès lors, l’évolution d’EDF ne put s’effectuer que par une prise en compte globale de l’état du réseau général du pays. L’émergence du nucléaire en France transforma la configuration du système, mettant fin progressivement à de nombreuses entités de transport électrique devenues obsolètes. Ce phénomène fut particulièrement important en Ile de France.

L’usine de production d’électricité Ouest Lumière de Puteaux en 1920

  • 2 On peut découvrir certaines pistes concernant le rapport art et sociologie en se reportant par exem (...)

2C’est en 1992 que je fus intégré en tant qu’artiste-chercheur dans l’ancienne « usine-mère » de Ouest Lumière à Puteaux, à une période où sa destruction devenait une réalité. Témoin privilégié de la fin d’une histoire, mon regard de plasticien releva des traces de vies, des restes d’activité et des mouvements de résistance. Cette expérience alimenta chez moi une réflexion sociologique2 qui me poussa à sauvegarder une part de la mémoire du lieu de travail.

  • i Le « U » majuscule indique la fonction symbolique de l’usine Ouest Lumière, en rappel des autres us (...)

3L’Usinei Ouest Lumière détruite, mon rôle devait être de transmettre en substance ce que j’avais pu percevoir en l’espace de trois années passées sur le site. Outrepassant largement le cadre d’une simple étude universitaire, ma qualité de plasticien m’entraîna à envisager la réactivation artistique de l’ancienne compagnie d’électricité en lui fixant un objet adapté à notre société. Cette démarche aboutissant aujourd’hui, on peut estimer que Ouest Lumière tend symboliquement à reprendre une place active dans la production et la diffusion d’énergie dans la région parisienne.

Exhumation de l’Usine

  • 3 « A chaque fois que je rentre dans l’atelier et que je le vois vide et abandonné, j’ai la chair de (...)

4Dans une société en pleine mutation, la trace passe bien souvent inaperçue. Elle se dépose en filigrane dans la ville et alimente notre mémoire collective. Les cheminées ne fument plus. Elles représentent, dressées, un manifeste imposant de l’activité industrielle. Les ouvriers nous ont légué leur marque de fabrique avant de disparaître. Dans les anciennes banlieues rouges, ils manifestent encore en silence sur les murs, des années après leurs licenciements. Ils ne sont plus là pour crier leur rage. La brique boit leur sang. Aujourd’hui, quand une communauté ouvrière essaye encore de se faire entendre, il lui faut adopter des positions radicalement désespérées, comme récemment dans le cas de l’usine Cellatex (Ardennes). Lors de ce conflit, Corinne S. (41 ans, ouvrière) déclare : « je serais sans doute capable de faire exploser l’usine »3. L’ouvrière et ses compagnons, condamnés, n’ont plus d’autre solution que de déverser de l’acide sulfurique dans les ruisseaux de leur région et, par la suite, de se préparer au suicide technique pour attirer l’attention du public. Cette attitude vis-à-vis de l'Autre marque ici certainement le sentiment de solitude que le monde ouvrier peut aujourd’hui ressentir face à la disparition progressive de son outil de travail. Projeter de l’acide sulfurique dans l’eau de tout le monde, c’est tenter de mettre à la même enseigne chacun d’entre nous. Nous serions, à ce niveau, par la force, plus proches des ouvriers de Cellatex, contaminés par le même acide.

Nouveau shéma d’alimentation du réseau parisien de distribution, 1932. © Ouest Lumière.

5La substance de l’usine coulerait jusque dans notre nourriture. Une plaie béante offerte aux yeux de tous.

  • 4 Par exemple une « espèce de journée à la Pérec », en référence à Espèce d’espaces, de Georges Pérec (...)
  • 5 Voir schéma des transports électriques en Ile-de-France dans les années 20-30.

6La sous-station EDF de Puteaux était encore en activité en 1992. J’ai été amené à y étudier deux territoires bien distincts : 1) le secteur encore en activité où les ouvriers électriciens et gaziers travaillaient (1/4 du site) ; 2) le secteur abandonné du site anciennement Ouest Lumière (3/4 du site). L’accès aux bâtiments en friche s’est fait illicitement pendant près d’un an. Ce n’est qu’après une intégration progressive dans le secteur en activité que j’ai pu développer au grand jour mes recherches. Les matériaux trouvés ont été pour moi des terrains de travail infinis. Ainsi, outils, documents, appareillages de toutes sortes m’ont permis d’essayer de comprendre l’environnement qui s’offrait à moi. Pour ce faire, un engagement corporel a été déterminant. Pendant près de deux ans j’ai appliqué une logique de travail répétitive afin de remplir intégralement un lieu de stockage où je pouvais trier et isoler les éléments de mémoire nécessaires à une meilleure compréhension de l’activité passée de l’entreprise d’électricité4 - Un travail de proximité a été également réalisé notamment auprès des ouvriers mais aussi du personnel administratif. Le système interne d’une sous-station EDF est très hiérarchisé. Tout acte est régi en amont par une décision qui se répercute par la suite au niveau de chaque agent. C’est une structure qui reflète fidèlement le transport de l’énergie électrique en Ile de France5. Mon intégration, normalement impossible, a réussi grace à l’adoption du rythme de l’usine. J’ai pu ainsi suivre de près la disparition progressive d’un grand site parisien de production et de distribution d’électricité.

Abri de l’usine Ouest Lumière reconstitué, installation, 1994. © A.D.A.G.P.

7Trois phases de travail ont déterminé mon séjour à l’Usine : une phase d’adaptation, une phase de captation, une phase de réappropriation.

8Il a fallu suivre une longue phase d’adaptation pour intégrer réellement le site. L’avancée de mes recherches était tributaire de l’obtention d’un territoire dans le lieu. Je dirai même d’auto-attribution puisque c’est illicitement que je pris pied dans un des bâtiments de l’usine sans que les autorités du lieu ne me l’aient permis. La mise en place d’une pratique de la résistance fut nécessaire. Ce n’est que grâce à cette attitude et à un effet de rémanence, dû à ma présence régulière dans le site, que je pus occuper le terrain avec l’accord de l’administration, sous couvert de recherche scientifique (obtention de plusieurs centaines de mètres carrés pour stocker et classer).

9C’est par un simple déplacement des objets abandonnés de l’Usine vers un lieu de stockage que je nommais « mémorial des ouvriers d’Ouest Lumière » que s’établit une nouvelle logique de traitement de la trace du travail. Une conscience de la mémoire gagna mon esprit par les simples actions que je réalisais (récupération, stockage, tri). C’étais pour moi un véritable acte d’engagement. Trois mille allers et retours furent effectués entre les bâtiments traités et le lieu du « mémorial ».

Chapelle ardente, installation, 1993. © A.D.A.G.P.

10Pendant ce temps, les bulldozers détruisaient méticuleusement l’usine. Mon travail revêtait un caractère de « course contre la montre » perdue d’avance. À force d’accumuler, de trier, d’étudier chaque trace de l’Usine et de vivre au contact des derniers employés du site, une architecture de combat se mit en place. C’était un « état de guerre ». Les chenilles des machines battaient le sol. Toute une communauté de travail était mise en péril en l’espace de quelques mois. Le sentiment de mutation était très présent.

Action au porteur de la Compagnie d’Electricité de l’Ouest Parisien Ouest Lumière.
© A.D.A.G.P.

11Mon implication plastique se transforma alors en réaction spontanée. Les objets prirent sens dans cette situation d’urgence. Ils libérèrent leur substance. Ce fut la mise en place d’un mémorial pour les ouvriers et la réapparition du nom d'Ouest Lumière. Les ouvriers venaient quotidiennement consulter les dossiers de leur parents et de leurs grands-parents (eux-mêmes membres de l’usine). L’aspect répétitif de mon intervention me plongea dans une systématique au service de la notion de mémoire. L’acte de traitement des restes bascula irrémédiablement dans une résistance artistique et devint de plus en plus périlleux. La nomination d’une nouvelle directrice, chargée de « dégraisser » le personnel restant, en remplacement de l’ancien directeur (représentant de l’ancien système de promotion interne des ouvriers), sonna le glas de la sous-station. Tout disparut très rapidement.

Transformateur Ouest Lumière de Tressancourt, Poissy, aujourd’hui en activité restreinte.
© Ouest Lumière

  • 6 En référence à Beuys : « Nous sommes tous des artistes ».

12L’Usine détruite, il ne restait plus que des traces informes et des gens dispersés. Si toutes les archives accumulées avaient été sauvées, il n’en était pas de même pour les objets accumulés pendant trois ans. Qu’en était-il de mon rôle de plasticien ? Devais-je en rester là ? En charge d’une mémoire ouvrière, il m’apparut nécessaire de redonner corps à l’Usine. Si le travail répétitif avait fait de moi un « ouvrier »6, alors mon assujettissement à un rythme m’avait rendu politiquement actif et impliqué dans une réalité sociale.

Ostention I, Transformateur de La Norville, 1995.
© A.D.A.G.P.

13La disparition de l’Usine, symptôme de la mondialisation, avait fait de moi un ouvrier. Je pris alors conscience que l’Usine pouvait être réactivée artistiquement.

extraits du carnet de bord de la période 1992-1995

Réactivation de l’Usine

14Par le biais du déplacement dans des lieux d’exposition artistiques, le legs acquis de 1992 à 1995 s’est trouvé à nouveau placé dans une position de service public. Le mode de l’installation s’est imposé comme révélateur de l’Usine. L’usage de la lumière électrique, absente du « mémorial de l’Usine », a apporté un regard nouveau sur les éléments inertes que j’avais pu exhumer. Courant, résistance, tension ; ces trois données fondamentales de la loi d’Ohm qui fondent l’existence de l’électricité m’ont permis de franchir seul une frontière invisible et de faire exister ce qui n’avait plus de réalité. De 1995 à 1997, mes installations ont toutes été en rapport avec la mise sous tension de lieux désaffectés par l’intervention de dispositifs-lumière mus par des mécanismes récupérés (donc ayant eu une vie fonctionnelle avant leur réappropriation). L’exemple du « mausolée de l’ouvrier inconnu » illustre une démarche en réaction vis-à-vis d’un site de mémoire ouvrière. Le lieu d’intervention était l’ancienne chaudière de l’usine, lieu non investi depuis près de cinquante ans. La mise en lumière de ce site réactivait une mémoire collective :

  • 7 Gérard NAMER, La commémoration en France de 1945 à nos jours, L’harmattan, Paris, 1987.

151) Le spectateur était mis sous tension par son conditionnement dans un espace où la température ambiante était diminuée de 10° par rapport à l’extérieur. De plus il devait descendre un escalier en béton le mettant dans un premier temps à distance de l’oeuvre ; 2) L’environnement de la chaudière était mis en scène par le mouvement des lampes d’éclairage qui se cognaient aux murs, créant une tension dans l’espace. Des ampoules jonchaient le sol comme pour aiguiller le spectateur ; 3) Au centre de la pièce, la chaudière était éclairée de l’intérieur, laissant deviner l’existence probable d’un corps humain recouvert d’une bâche en plastique. Les réactions furent vives. Ce dispositif ne pouvait laisser insensible. Ainsi, la réactivation du lieu abandonné prenait un sens collectif aux yeux des personnes ayant visité l’œuvre. L’installation était donc à même de dissoudre tout phénomène nostalgique. Dans la commémoration, on oublie et on conserve en même temps la mémoire7. La réactivation permet, elle, de plonger celui qui n’a pas vécu l’histoire dans une fiction mnémonique collective, proche du réel.

  • 8 Cf. la monstration du suaire de Turin.
  • 9 Ce qui entraîna un conflit entre l’artiste et la mairie, conflit aujourd’hui résolu.
  • 10 Ce projet est en cours d’élaboration et a donné lieu à une publication : Stephen Wright, Valérie Da (...)

16Ma pratique, établie intégralement sous le label d'Ouest Lumière dès 1996, a pris également corps dans le milieu public en se chargeant de la réactivation de mobiliers urbains abandonnés. La réinvestigation de sites extérieurs permet de faire sortir, au-delà du champ de l’art, l’activité du plasticien. Ouest Lumière, compagnie d’électricité et service public, a repris à ce stade une dimension publique. C’est ainsi que pour la première fois, en 1998, j’utilisais le terme d’« ostension »8 pour nommer la mise en fluorescence d’un transformateur électrique à La Norville (Essonne). Cette ostension bouscula tellement un public conservateur que la mairie décida de la faire supprimer six mois plus tard.9 La même année, je mettais en inter-relation des transformateurs électriques souterrains dans le XIe arrondissement de Paris (exposition Réveillons-nous). Un projet monumental commença également à se construire : il s’agissait de rendre phosphorescente la plus haute cheminée d’usine de Paris (SUDAC - XIIIe arrondissement)10.

  • 11 Galerie Valois, février 1999.
  • 12 Galerie Anton Weller, FIAC 1999.
  • 13 Galerie Cueto, septembre 2000.

17Peu à peu et surtout dès 1999, le nouveau système de fonctionnement d'Ouest Lumière a pris place sur de multiples terrains de l’espace artistique français. La photographie est devenue très présente, notamment par le biais de l’établissement de recherches dans les archives d’autres administrations que celles d’EDF (IGN, Police judiciaire Française, SNCF, organismes privés). Ces recherches ont abouti à l’établissement de séries de portraits particuliers de l’individu (crimes sur commande11, extases12, sommeils13). La photographie est un médium apte à canaliser la dimension collective d’Ouest Lumière tout en laissant le doute planer chez le spectateur.

Crimes sur commande, l’affaire de l’imprimerie Paul Dupont, photographie, 1999. © A.D.A.G.P.

  • 14 Hannah Arendt, Politique et pensée, Payot, Paris, 1989, p.130.
  • 15 Une œuvre intitulée « ouvrier-ouvrière » reprend cette idée dans l’exposition « Usine » (septembre (...)

18Au-delà des pratiques plastiques multiples, le rachat du nom d'Ouest Lumière à l’INPI, la création de l’association Ouest Lumière et l’obtention de sites EDF abandonnés ont été l’occasion de passer à une phase réelle de réactivation. Le nom est réapparu légalement. Le mode associatif a redonné un statut social à Ouest Lumière. Les bâtiments d’Ouest Lumière sont réinvestis progressivement par des artistes membres de l’association. Cette démarche de réappropriation permet de refaire fonctionner différemment le réseau électrique ancien. La pratique d’Internet est un support de relais apte à relier chaque transformateur. Cette démarche rend Ouest Lumière totalement autonome par rapport au milieu institutionnel français tout en sollicitant des aides ponctuelles. Ouest Lumière est un passeur de flux. Elle diffuse de l’information au service de l’utopie. C’est une entité politique. Elle ne transmet pas un objet mais plutôt un message « dont ni le texte ni le destinataire ne sont connus ».14 Nous devenons tous des destinataires inconnus, des ouvriers potentiels d’Ouest Lumière15. Ce lien fragile se renforce par la mise en action de la loi d’Ohm dans l’espace humain. Dans cette logique, l’exhumation artistique peut entraîner des réactions dans la réalité. C’est une lutte contre l’oubli, un lien de proximité au service de la démocratie.

AUJOURD’HUI : OUEST LUMIERE A POUR OBJET

L’exploitation des applications de l’énergie artistique sous toutes ses formes, en France et à l’étranger, et notamment dans la région ouest de Paris ;
L’acquisition par voie de substitution, de rétrocession ou autrement, et l’exploitation de concessions d’éclairage et de distribution de force motrice par l’articité, notamment dans la région ouest de Paris ;
L’obtention, l’exploitation, l'achat et la vente de toute concession relative à toute application de l’énergie artistique ;
L’installation, l’achat et l’exploitation d’usines productives d’énergie électrique, la distribution à distance, la vente et la localisation du courant électrique pour l’éclairage et la force motrice et toutes autres applications de 1’articité ;
La participation, sous forme quelconque, à toute entreprise de même nature que celles de la société ;
Et généralement toute opération commerciale et industrielle, mobilière ou immobilière pouvant être nécessaire ou utile à la réalisation des affaires de la société.

Ouvrière 1, photographie en couleur, 2000. © A.D.A.G.P.

19La réanimation de l’ancien réseau électrique d’Ouest Lumière, entraîne la mise en relation d’un monde du travail en voie de disparition avec un monde urbain en pleine restructuration. L’usage artistique des lieux récupérés développe dans l’ouest de l'Ile de France des entités culturelles aptes à diffuser une notion collective de l’engagement artistique. Il favorise les liens communautaires. La dimension politique est au cœur même de cette démarche. L’acte de réactivation est un acte profondément civique, un acte de mise au jour, puisqu’il fait œuvre publique en redonnant sens à ce qui a été plongé dans l’oubli.

Yann Toma (photo : F. Labrouche)

Notes

1 Jacques RANCIERE, Le partage du sensible, La fabrique, Paris, 2000, p. 71.

2 On peut découvrir certaines pistes concernant le rapport art et sociologie en se reportant par exemple à l’ouvrage de l’artiste Fred Forest, Art sociologique, 10/18, Paris, 1977.

3 « A chaque fois que je rentre dans l’atelier et que je le vois vide et abandonné, j’ai la chair de poule. Ca me fait mal. » Les traits tirés, les yeux noyés de fatigue, Corinne S. est retranchée depuis treize jours derrière les grilles de l’usine Cellatex. Cette salariée de 41 ans n’est pourtant pas habituée aux mouvements sociaux : « lorsque j’ai appris, le 5 juillet que l’établissement allait fermer, je n’ai pas hésité une seconde. Cette usine, c’est comme ma deuxième maison. » Le Parisien - mercredi 19 juillet 2000.

4 Par exemple une « espèce de journée à la Pérec », en référence à Espèce d’espaces, de Georges Pérec (Galilée, Paris, 1974, p.42). 3000 allés et retours ont été effectués entre 1992 et 1995 entre les lieux de récupération et le lieu de stockage.

5 Voir schéma des transports électriques en Ile-de-France dans les années 20-30.

6 En référence à Beuys : « Nous sommes tous des artistes ».

7 Gérard NAMER, La commémoration en France de 1945 à nos jours, L’harmattan, Paris, 1987.

8 Cf. la monstration du suaire de Turin.

9 Ce qui entraîna un conflit entre l’artiste et la mairie, conflit aujourd’hui résolu.

10 Ce projet est en cours d’élaboration et a donné lieu à une publication : Stephen Wright, Valérie Da Costa, Christophe Bayle, La cheminée phosphorescente, Victoires Edition, Ouest Lumière, Paris, 2000.

11 Galerie Valois, février 1999.

12 Galerie Anton Weller, FIAC 1999.

13 Galerie Cueto, septembre 2000.

14 Hannah Arendt, Politique et pensée, Payot, Paris, 1989, p.130.

15 Une œuvre intitulée « ouvrier-ouvrière » reprend cette idée dans l’exposition « Usine » (septembre 2000, friche industrielle du Chemin-Vert, Paris).

Notes de fin

i Le « U » majuscule indique la fonction symbolique de l’usine Ouest Lumière, en rappel des autres usines.

Table des illustrations

Légende L’usine de production d’électricité Ouest Lumière de Puteaux en 1920
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 180k
Légende Nouveau shéma d’alimentation du réseau parisien de distribution, 1932. © Ouest Lumière.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Légende Abri de l’usine Ouest Lumière reconstitué, installation, 1994. © A.D.A.G.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 148k
Légende Chapelle ardente, installation, 1993. © A.D.A.G.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 244k
Légende Action au porteur de la Compagnie d’Electricité de l’Ouest Parisien Ouest Lumière.© A.D.A.G.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 588k
Légende Transformateur Ouest Lumière de Tressancourt, Poissy, aujourd’hui en activité restreinte.© Ouest Lumière
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Légende Ostention I, Transformateur de La Norville, 1995.© A.D.A.G.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Légende extraits du carnet de bord de la période 1992-1995
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 252k
Légende Crimes sur commande, l’affaire de l’imprimerie Paul Dupont, photographie, 1999. © A.D.A.G.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Légende Ouvrière 1, photographie en couleur, 2000. © A.D.A.G.P.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Légende Yann Toma (photo : F. Labrouche)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30892/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 27k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540