Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’usine dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud
, 
Richard Conte
, 
Yann Toma

De l’usine socialiste a l’entreprise capitaliste

Baïba Savrina

Texte intégral

1Une dame en chapeau et en robe longue sortant d’une auto splendide auprès d’usines surmontées de cheminées... De nombreux ouvriers dans les usines immenses décorées des mots d’ordre et des portraits de Lénine... Et une entreprise gérée par l’ordinateur... Ainsi peut-on caractériser les trois périodes du développement industriel en Lettonie.

  • 1 Les données de Enciklopedija Riga, Riga, Galvena Enciklpediju redakcija, 1988.

2I. Le développement industriel forcé de Lettonie date de fin du XIXe siècle quand Riga (la capitale de Lettonie) est devenue la troisième ville industrielle de Russie après Moscou et Saint-Pétersbourg. Les branches industrielles développées à l’époque étaient essentiellement : l’industrie mécanique, la chimie et le textile. D’abord il faut insister sur l’importance de la machinerie. La grande usine Russo-Balt, par exemple, (créée en 1869, 4000 employés) avait produit la première automobile de Russie, le premier avion de Russie, les premiers chars du monde. Sa production représentait 95 % de toutes les automobiles construites en Russie, les wagons frigorifiques et les wagons de luxe pour les voyageurs, ainsi que dix modèles d’avions. Une autre usine remarquable était Rossia (créée en 1886) qui a produit les premières bicyclettes de Russie décorées même par la médaille d’or à l’Exposition Universelle. Pour l’industrie chimique, on peut citer Provodnik (créée en 1888, 14000 employés)1 qui était le quatrième producteur de caoutchouc et le premier pour la production des chambres à air. Provodnik possédait plusieurs filiales dans le monde entier. Tous ces géants appartenaient aux monopoles russes, ils recevaient des matières premières de l’étranger grâce à la situation géographique très avantageuse de Riga et approvisionnaient la Russie entière. Le destin de ces entreprises fut triste. Au début de la première guerre mondiale, quand les troupes allemandes se rapprochèrent de Riga, le gouvernement russe n’a pas voulu permettre aux Allemands de s’approprier toute cette fortune. Cela explique la décision d’évacuation de 1916. On avait essayé d’évacuer tout l’équipement industriel vers les territoires du centre de la Russie. Mais lorsque des premiers wagons arrivèrent en Russie, on s’est rendu compte que personne là-bas ne pouvait travailler sur cet équipement très sophistiqué. Alors on décida d’évacuer les usines avec leur personnel. Arrivés en Russie, les ouvriers s’aperçurent que l’équipement était endommagé, volé ou perdu et que l’indemnisation de déplacement promise aux ouvriers n’était pas payée. En fin de compte, la Lettonie n’a pas pu récupérer son équipement industriel. Certaines usines lettonnes avaient donné naissance aux premières usines socialistes de la Russie soviétique, marquant, en 1928, la période de l’industrialisation socialiste.

Dépôt d’une usine d’automobile, URSS, 1972.

3II. Après la première guerre mondiale, un nouveau réseau a été recréé sur le territoire letton. A la suite de l’annexion de la Lettonie par l’Union Soviétique à la fin de la deuxième guerre mondiale, la Lettonie a dû supporter le processus d’hyperindustrialisation.

  • 2 Grahm (L.), Königson (L.). Baltic Industry. A Survey of Potentials and Constraints. /Sweden/, 1990, (...)

4a) Ce développement forcé de l’industrie s’est fait principalement de façon extensive. Plus d’un tiers des habitants des pays Baltes ont été employés dans l’industrie, comme le montre la comparaison avec les plus proches voisins (la Suède et le Danemark)2 :

Les 3 pays Baltes (encore en URSS)

Suède

Danemark

Nombre d’habitants

7 930 000

8 382 000

5 129 000

Main-d’oeuvre totale

3 211 000

4 269 000

2 150 000

Dont dans l’industrie

1 100 000
34 %

L 054 000
24 %

404 000
20 %

5Le poids de la main-d'œuvre employée dans l’industrie en Lettonie est encore plus important : 42,3 %. La politique industrielle menée par le gouvernement soviétique avait développé prioritairement deux branches : les branches intensives en facteur travail, comme le textile, et les branches demandant une main-d'œuvre hautement qualifiée, comme l’ingénierie. Il faut noter deux particularités attribuées aux entreprises d’État dans les pays Baltes résultant de cette politique d’hyperindustrialisation :

  • premièrement, la grande taille des entreprises (par exemple, VEF employait 18000 personnes sur une superficie de 16 hectares, Alfa — une entreprise de production électronique de niveau européen employait 9000 personnes sur un territoire de 15 hectares),

  • deuxièmement, beaucoup de ces entreprises étaient des monopoles dans leur secteur.

  • 3 Grahm, Königson. Baltic Industry.... p. 27.

6Il s’agit de la production à grande échelle (en 1990 toutes les entreprises industrielles employaient en moyenne en Lettonie 997 personnes, en Lituanie 905 et en Estonie 775)3, à partir de facteurs provenant de l’extérieur : les matières premières, la main-d'œuvre ; le débouché était aussi extérieur. Certaines de ces entreprises étaient des monopoles au niveau de toute l’URSS : par exemple, RAF était le producteur quasi unique de « minibus ».

  • 4 Grahm, Kônigson. Baltic Industry..., p. 12.

7Un autre problème d’hyperindustrialisation tenait au fait que plusieurs des entreprises les plus performantes appartenaient au complexe militaro-industriel (environ 10 en Estonie, 40 en Lettonie et 24 en Lituanie)4. Les entreprises militaires fonctionnaient sans la tutelle des ministères sectoriels et étaient soustraites au contrôle des gouvernements républicains sur le territoire desquels elles étaient implantées.

8La politique d’hyperindustrialisation est à l’origine d’un problème de pollution. On peut citer les cas de l’usine produisant des superphosphates à Riga (fermée pendant les années 70), l’entreprise de l’industrie laitière de Riga (construite à la fin des années 80 sans être équipée de réservoirs de purification des eaux), les usines de pétrole, d’ammoniac et de sel de potasse, construites sur le territoire de la ville à Ventspils.

Usine de pétrole à Riga, Lettonie, 1980.

9b) Le deuxième trait caractéristique du développement industriel au sein de l’URSS était le développement économique à partir des directives du Plan quinquennal. Le système économique de l’Union Soviétique a été organisé de manière telle que chaque entreprise était imbriquée dans une structure de liens économiques (tant pour la fourniture des matières premières, que pour l’énergie et les composants). Le fait saillant de cette situation est l’absence de choix. Les entreprises ont été obligées de suivre des prescriptions concernant les partenaires, le rythme de production, les normes, le volume et l’assortiment des produits. Les comptes et les statistiques des entreprises étaient établis dans le but de montrer la réalisation des objectifs du Plan ; ainsi, il n’existait pas de recherche d’une meilleure efficacité ou de possibilités de flexibilité.

10c) Le troisième trait était l’insertion profonde de l’industrie dans le complexe économique de l’URSS. L’économie soviétique a été orientée vers l’autarcie. L’absence de débouchés extérieurs a été compensée par une interdépendance renforcée des régions et des républiques de l’URSS. De plus, le système d’interdépendance créé artificiellement avait parfois des traits irrationnels : le bois pour la production de la cellulose à Sloka (Lettonie) a été amené de Sibérie au lieu d’être importé de la Finlande toute proche ; l’entreprise Talleks (Estonie) était liée à une usine de moteurs diesel en Oural et non à l’entreprise des moteurs diesel à Riga (Lettonie) qui, à son tour avait dû collaborer avec des entreprises d’Ukraine et du Kazakhstan.

11Au niveau des relations sociales de l’entreprise, il y avait de nombreuses particularités qui ont conduit à des problèmes inextricables encore aujourd’hui. D’abord il faut noter que l’Union Soviétique ne connaissait pas de marché du travail à proprement parler. Les jeunes spécialistes étaient « partagés » sur le territoire de l’URSS, c’est-à-dire, le lieu de travail, le poste était assigné. Après avoir travaillé sur le poste assigné pendant deux ans, il avait la possibilité de changer de poste, d’usine, de ville. En général, les dirigeants des entreprises étaient nommés par le gouvernement soviétique et ils devaient se déplacer d’un point de l’URSS à l’autre. Les employés des usines militaires n’avaient pas de droit non seulement de déplacement, mais de correspondance avec l’étranger, de voyages touristiques à l’étranger, etc. Les mêmes règles s’appliquaient aux membres de leurs familles et ce, pendant une période de plusieurs années, même après avoir quitté l’usine militaire. Le chômage n’existait pas, car il manquait toujours de la main-d'œuvre ouvrière. Par exemple, on contraignait les prisonniers fraîchement libérés à travailler, et l’usine était chargée de prendre ces personnes pour les « transformer moralement ».

Usine biochimique au Kazakhstan, 1983.

12La politique sociale de l’URSS favorisait le travail physique tant par le salaire, que dans l’accès à différents privilèges. Pour remonter le moral des ouvriers, différentes formes de stimulations étaient mises en œuvre. Parmi elles, on peut citer des primes, des titres honorifiques attribués aux travailleurs.

13Parallèlement, le rôle des organisations syndicales était une fiction. Les syndicats existaient comme structure parallèle pour organiser la vie sociale dans les usines. Leurs moyens provenaient des cotisations payées par les travailleurs. En fait, ces cotisations étaient prélevées à la source, avant versement du salaire net, sans demander l’avis de la personne concernée. Ces cotisations ressemblaient plutôt, en pratique, à un impôt. Les moyens ainsi collectés étaient utilisés pour financer l’infrastructure sociale de l’usine. Les grandes entreprises, qui avaient plus de moyens, possédaient leurs propres écoles maternelles et leurs crèches, des colonies de vacances (les camps de pionniers) pour les écoliers, des résidences secondaires pour le personnel dans les stations balnéaires. On organisait des excursions pour les travailleurs. De même les entreprises avaient des chœurs, des troupes de danse, des orchestres, etc. dont les participants n’appartenaient pas obligatoirement à l’usine.

14La politique sociale menée par le gouvernement soviétique déformait en même temps les relations sociales sur place. Pour que les entreprises gigantesques puissent produire, on avait importé la main-d'œuvre des différentes régions de l’URSS. L'immigration planifiée importante était entretenue parallèlement à une certaine politique dans les pays Baltes qui s’est traduite par de nombreuses exécutions et déportations pendant les années 40 et 50. La situation est devenue catastrophique en Lettonie et en Estonie : en Lettonie, seulement 52 % des habitants étaient Lettons en 1989, et leur nombre n’avait pas retrouvé le niveau de l’année 1938. Dans la capitale de Lettonie, Riga, c’est encore pire car le poids des Lettons n’est que de 36 %. La structure ethnique de la population est devenue un vrai problème à la suite des privilèges attribués aux immigrés, par exemple, les appartements offerts ou les écoles construites pour la population russophone, etc.

15La politique d’hyperindustrialisation a laissé, dans la vie des pays Baltes, des traces difficilement réversibles, dont les plus importantes sont les suivantes :

  • une production basée sur les matières premières importées de Russie : il s’ensuit la dépendance du marché des matières premières et leurs prix instables en Russie pour la production vers la période de transition,

  • le débouché constitué exclusivement par l’ex-URSS : il en a résulté un problème d’écoulement des produits après la chute de l’URSS,

  • la main-d'œuvre importée de l’ex-URSS : ce qui a entraîné des problèmes sociaux et ethniques.

  • 5 les données d’après les statistiques nationales.

16Après la chute de l’URSS toute cette construction artificielle s’est effondrée. L’ensemble des problèmes apparus sont bien difficile à résoudre. Il est évident que, dans les conditions de l’économie de marché, les matières premières ne posent pas de problème : on cherche d’autres partenaires, on a le choix des prix. Mais il faut tenir compte, dans le cas des Pays Baltes que l’on n’avait ni le choix ni les moyens financiers pour réaliser des achats plus avantageux. Les entreprises n’avaient pas la possibilité de payer, par exemple, en devises convertibles, ce qui est absolument nécessaire pour effectuer un paiement à l’étranger. La production déjà réalisée n’avait plus de débouché. Dans l’économie de marché, on peut en chercher ailleurs. Dans notre cas, la production ne pouvait pas trouver de débouché sur le marché mondial en raison de la qualité et des normes non adaptées aux exigences du marché mondial. De plus, les entreprises socialistes n’avaient jamais eu d’expérience de marketing, ni surtout de son rôle indispensable qui consiste à étudier le marché et les besoins des consommateurs. Il faut souligner que la masse des salariés employés dans l’industrie représentant 42,3 % de la population active du pays en Lettonie, 32,6 % en Lituanie et 23,9 % en Estonie5, était habituée à des revenus stables et à un poste de travail garanti qui, compte tenu des conditions de la crise, ne peut plus être assuré.

17Ainsi, les nouveaux gouvernements des pays Baltes, qui ont retrouvé leur indépendance nationale en 1991, ont dû aider les entreprises à résoudre leurs problèmes et pourvoir aux besoins élémentaires de la population. En plus il faut tenir compte qu’un nombre important de dirigeants de grandes entreprises étaient aussi des immigrés représentant les intérêts de l’URSS et n’étaient pas loyaux vis-à-vis des intérêts et objectifs des gouvernements des pays Baltes.

  • 6 Vaskis (G.), Shumilo (E.) « Conditions and Prospects of International Business in the Republic of L (...)
  • 7 les données d’après les statistiques nationales.

18III. La troisième période du développement industriel de la Lettonie et des États Baltes dans leur ensemble (l’Estonie, la Lettonie et la Lituanie) débuta dans une situation de crise économique. En 1991 (après l’indépendance nationale) le produit national brut avait chuté de 4 %, l’année 1992 fut la plus difficile avec, au cours du seul mois de janvier, une chute de la production industrielle de 22 %. En 1991, les salaires avaient baissé de 32 % tandis que l’indice des prix des articles de consommation courante avait augmenté de 227,2 %. Cela a provoqué une contraction du volume des articles vendus de 30 %6. La situation est progressivement devenue plus équilibrée, ce qu’illustre le tableau suivant7 :

19En ce qui concerne les changements économiques trois axes de développement peuvent être notés :

  • les transformations dans le domaine de la propriété : la conversion de la propriété d’État et le développement de l’entreprenariat privé,

  • la création des conditions pour le développement de l’économie de marché,

  • l’élaboration et la mise en œuvre de la politique de développement dans le contexte international.

20En commençant le développement indépendant le gouvernement devait posséder la liste des entreprises sur son territoire, ainsi a-t-on créé le registre des entreprises. Le problème était l’établissement des droits de propriété : la légalisation de la propriété privée, l’attribution aux entreprises existantes du statut d’agent économique et l’ouverture du marché national au capital étranger. La conversion de la propriété d’État avait eu lieu, en commençant par la « petite privatisation », ensuite, avec la restitution des droits de propriété pour les anciens propriétaires qui, pendant la période soviétique, avaient perdu leurs droits et les revenus qu’ils en tiraient auparavant, et enfin le lancement de la privatisation de masse qui a débuté en 1995.

21Les changements difficiles pour les grandes entreprises ont été effectués en pleine crise. Les principales causes de la crise que l’on peut relever sont les suivantes :

22a) causes liées à l’indépendance du pays. Parmi celles-ci il faut noter d’abord la nécessité d’acheter les matières premières, l’équipement, les biens pour l’infrastructure urbaine et industrielle, de même que les moyens de transport (allant du transport urbain aux avions), ce qui a posé des problèmes de choix, en l’absence d’expérience préalable, problèmes aggravés par le manque de moyens pour acheter des biens de qualité et le besoin de devises convertibles pour réaliser cet achat. Ensuite, dans les conditions de l’économie indépendante il est nécessaire de changer la structure sectorielle. C’est un processus de longue haleine et ses coûts sont très élevés tant financièrement que socialement. L’approvisionnement de la production industrielle reste un problème toujours actuel, car la Lettonie ne possède pratiquement pas de matières premières. A cela s’ajoute le désir du gouvernement de réorienter l’économie lettonne vers l’Ouest, qui s’explique par la volonté de réaffirmer sa place au sein de l’Europe, de renouer les liens rompus et l’esprit de liberté ;

Ouvrière d’une usine de textile à Riga (Lituanie), 1983.

23b) causes liées à l’URSS. A la suite de la déclaration d’indépendance nationale, les relations avec l’URSS, et ensuite avec la Russie, étaient devenues tendues, ce qui ne constituait pas un climat favorable à la collaboration économique et politique. A l’époque de la Perestroika, les entreprises avaient obtenu l’opportunité d’effectuer leurs propres transactions avec l’étranger. Les exportations réalisées ainsi étaient payées en devises, lesquelles devaient être déposées dans une certaine banque soviétique Vneshtorgbank. Après l’indépendance, le gouvernement soviétique a viré les devises en dépôt vers l’Union Soviétique et les entreprises productrices ont été dépossédées de leurs gains. Le facteur suivant est le déclin, puis l’effondrement soviétique dont la conséquence fut la perte des débouchés pour les entreprises lettonnes. La chute brutale de la demande, à cause de la forte contraction du pouvoir d’achat en Russie, était aggravée par la pratique de relations fondées sur le contrat qui s’exprimait par le non-respect des engagements, le non-paiement des produits déjà fournis, l’absence de livraison des produits déjà payés etc. A tout cela, il faut ajouter l’héritage des mécanismes d’économie de commandement, déjà exploré précédemment ;

24c) causes subjectives. Dans ce groupe de causes il faut noter l’absence d’expérience de gestion des entreprises dans les conditions du marché et l’ignorance du marketing. Souvent les dirigeants des grandes entreprises n’étaient pas loyaux vis-à-vis de la Lettonie indépendante, ce qui se traduisait par la volonté de certains de détourner les moyens obtenus à leur seul profit personnel. Les premières expériences de privatisation peuvent être qualifiées de vol quand les actifs des entreprises étaient consciemment sous-estimés par les dirigeants dans le but de les acheter ensuite en toute propriété pour un prix dérisoire.

  • 8 Kilvits (K.) Innovations and Restructuring in Estonian Economy, BEMTP, Halifax, Canada, 1997, p. 4.

25Pour le développement industriel en tant que tel, il faut noter que l’aggravation s’est produite pendant des décennies. C’est le problème de dépréciation de l’équipement (par exemple, la commission de l’Académie des Sciences d’Estonie avait estimé le taux de dépréciation de l’équipement industriel à 41 % en 19918). Ainsi le remplacement des technologies était une question urgente, difficile à trancher dans les conditions de crise et du manque de moyens financiers.

26Le résultat de tout le déroulement de la crise peut être décrit à l’aide d’un seul mot : la chute des grandes usines. L’entreprise des wagons de Riga avait fait faillite, l’entreprise métallurgique de Liepaja a été rachetée et produit maintenant des clous en faible quantité, l’entreprise de radiotechnique de Riga est partagée en multiples petites entreprises et n’existe plus en tant que telle, l’entreprise électrotechnique VEF internationalement reconnue à l’époque soviétique et qui avait de multiples filiales dans le pays, ne produit plus et son terrain à Riga (16 ha) a été racheté pour y créer un centre commercial.

Prix des trois meilleurs travailleurs de l’année. Usines en Lituanie. 1978.

27La chute des grandes usines s’est accompagnée de nombreux problèmes sociaux qui se traduisent par le non-paiement des salaires pendant de longues périodes, par des congés non payés de durée indéterminée pour leurs salariés et par le non-paiement des cotisations sociales. Le dernier fait (le non paiement des cotisations sociales par les entreprises) est grave de conséquences pour l’avenir. Tout d’abord, en cas de faillite probable de l’entreprise ou en cas de licenciement, les ex-employés n’ont pas droit à l’allocation chômage. Ensuite, le capital de retraite ne s’accumule pas et ce fait a une incidence tant pour les retraites futures des salariés eux-mêmes, que pour le budget social du pays qui ne reçoit pas suffisamment de cotisations. En effet, le budget social d’Etat reste la seule source des pensions des retraités, l’insuffisance des moyens se répercute sous forme de pensions minuscules qui, à leur tour, influe sur le niveau de consommation dans le pays.

  • 9 Latvijas Republikas Ekonomikas ministrija. Zinojums par Latvijas tautsaimniecibas attistibu. Riga, (...)

28A l’ensemble des problèmes sociaux, il faut en ajouter encore un : celui du chômage. L’apparition du chômage est un phénomène tout neuf pour les pays en transition. Le problème est plus grave hors de la capitale, parce que en cas de fermeture des usines, il y a peu de possibilités de trouver un nouvel emploi. La région de Rezekne, par exemple, a le taux de chômage le plus élevé de Lettonie (28,9 % vers la fin de l’année 1998). Le taux de chômage dans le pays avait été stabilisé au niveau de 7 % en 1997 (3 % pour Riga), mais, après la crise en Russie, le chômage a eu tendance à augmenter et a dépassé le seuil de 10 % au début de l’année 19999

Les perspectives du développement

29L’apparition des petites et moyennes entreprises est un fait nouveau pour les Etats Baltes pendant la période de transition. Leur développement est stimulé par la politique économique gouvernementale et par les aides qu’ont attribuées différents programmes de l’Union européenne. Ce sont des consultations pour la création de l’entreprise, dans les domaines du marketing, de la gestion, des finances, de la comptabilité, des problèmes juridiques etc. Les entrepreneurs ont l’accès aux services informatiques ou bureautiques.

  • 10 Latvijas Republikas Ekonomikas ministrija. Zinojums par Latvijas tautsaimniecibas attistibu. Riga, (...)

30De même, l’entrée du capital étranger dans l’économie nationale est un fait nouveau. Les investissements directs cumulés par habitant en 1998 étaient de 1133 $ en Estonie, 610 $ en Lettonie et 568 $ en Lituanie. En Lettonie, ces investissements se sont répartis de la façon suivante10 :

Usines mécaniques en Estonie, 1980.

fin 1998 en millions de lats

Transports et communications

197

Services financiers

151

Industrie

127

Commerce

105

Autres

66

31Comme on a pu le voir, l’industrie n’est plus le secteur prioritaire pour le développement économique ou pour les investissements.

32L’environnement économique est assez favorable à l’augmentation de la production (l’inflation modérée, le PIB en hausse, la législation en cours d’harmonisation avec celle de l’Union européenne). Un autre facteur favorable est le niveau de qualification de la main-d'œuvre qui peut permettre de développer la production dans le secteur des techniques de pointe. La main-d'œuvre possède un bon niveau d’instruction, elle est habituée au travail industriel et, en même temps, est moins chère qu’en Europe de l’Ouest. Les coûts de transport sont moins élevés que pour l’organisation de la production dans les nouveaux pays industrialisés d’Asie. Certaines firmes en profitent, on peut citer, par exemple, la grande entreprise de textile (créée pendant l’époque soviétique dans une ville balnéaire, Ogre, près de Riga) qui fournit en produits la chaîne de magasins Marks & Spencer. On a pu voir, par exemple, la production de la bière contrôlée complètement par ordinateur et suivie par une seule personne dans la petite entreprise Sandriko & Co créée à l’aide de capitaux provenant d’Autriche. La grande entreprise des bières Aldaris (créée en 1865), par contre, développe ses filiales en Norvège. De même on peut citer l’entreprise des chocolats Laima (créée en 1870) qui organise son implantation non seulement commerciale mais une implantation industrielle en Russie à la suite d’un raisonnement purement économique : le sucre, la matière première pour la production des bonbons en caramel, de même que la main-d'œuvre sont moins chers en Russie et le débouché principal sera en Russie.

33Ainsi on peut voir que les anciennes usines les plus performantes s’adaptent aux nouvelles conditions de même que les petites et moyennes entreprises apparues récemment sont créées déjà selon la logique d’économie de marché. L’espoir de voir le développement des économies lettonne, estonienne ou lituanienne parmi les économies de Welfare anime les changements.

Baïba Savrina (photo : F. Labrouche)

Notes

1 Les données de Enciklopedija Riga, Riga, Galvena Enciklpediju redakcija, 1988.

2 Grahm (L.), Königson (L.). Baltic Industry. A Survey of Potentials and Constraints. /Sweden/, 1990, p. 2.

3 Grahm, Königson. Baltic Industry.... p. 27.

4 Grahm, Kônigson. Baltic Industry..., p. 12.

5 les données d’après les statistiques nationales.

6 Vaskis (G.), Shumilo (E.) « Conditions and Prospects of International Business in the Republic of Latvia » Management Education and Training. Understanding Eastern European Perspective. Malabar, Florida/Krieger Publishing Company, 1994, p. 34.

7 les données d’après les statistiques nationales.

8 Kilvits (K.) Innovations and Restructuring in Estonian Economy, BEMTP, Halifax, Canada, 1997, p. 4.

9 Latvijas Republikas Ekonomikas ministrija. Zinojums par Latvijas tautsaimniecibas attistibu. Riga, 1999.gada junijs, 60.1pp.

10 Latvijas Republikas Ekonomikas ministrija. Zinojums par Latvijas tautsaimniecibas attistibu. Riga, 1999.gada junijs, 42.1pp.

Table des illustrations

Légende Dépôt d’une usine d’automobile, URSS, 1972.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 452k
Légende Usine de pétrole à Riga, Lettonie, 1980.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Légende Usine biochimique au Kazakhstan, 1983.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 272k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Légende Ouvrière d’une usine de textile à Riga (Lituanie), 1983.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 264k
Légende Prix des trois meilleurs travailleurs de l’année. Usines en Lituanie. 1978.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Usines mécaniques en Estonie, 1980.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Légende Baïba Savrina (photo : F. Labrouche)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30880/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 47k

Auteur

UFR des Sciences Économiques, 106-112 Bd de l’Hôpital, 75013 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540