Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

L’usine dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud
, 
Richard Conte
, 
Yann Toma

Une architecture pour l’usine ? Remarques sur l’exemple Français (xviie-xixe siècles)

Denis Woronof

Texte intégral

1Il faut se garder de l’illusion rétrospective : la distinction, par leur architecture, entre lieux de production manufacturière et autres bâtiments civils, n’est pas une évidence. Elle s’est établie progressivement, selon les besoins propres à chaque filière technique. Qu’il s’agisse du plan, du système constructif ou du choix des matériaux, l’histoire de cette spécialisation renvoie aux modalités de l’industrialisation. L’archéologie industrielle, attentive aux espaces concrets de production, est ici une approche indispensable. Son essor, tardif en France mais vigoureux, a permis d’envisager, dans leur unité, architecture et activité industrielle, au-delà de la métaphore pauvre de l’enveloppe et de son contenant. En jouant sur la longue durée, de la proto-industrialisation à la seconde industrialisation, on peut espérer dégager quelques hypothèses de travail.

2L’usine, dans son sens initial, est un atelier dont l’équipement est mû par la force hydraulique. Jusque vers les années 1840, l’industrialisation s’est faite en France essentiellement sur l’eau, grâce à l’eau. L’architecture emprunte donc souvent la forme du moulin. Les aménagements intérieurs et l’équipement varient évidemment selon le type d’industrie mais la structure est commune. Soit, par exemple, le moulin de Saint-Samson-la-Poterie, sur le Thérain, près de Beauvais. Il a servi successivement de moulin à farine (au XVIIIe siècle), de fabrique de polissage de verres optiques (vers 1820), de scierie (à la mi XIXe siècle), sans que le bâtiment, semble-t-il, en soit sérieusement transformé. Ce qui compte ici, c’est la prise d’eau et le système qui l’exploite. De même, le cas n’est pas rare d’un moulin qui passe du blé à la papeterie, voire qui revient à son premier usage. Cela explique aussi qu’au moment de la Révolution, beaucoup de couvents et d’abbayes, devenus biens nationaux, aient pu être transformés en usine, filatures de coton, le plus souvent (Royaumont), papeterie (Fontenay), fabriques d’armes, etc. Les bénéficiaires y gagnaient une forte économie de capital fixe.

Le moulin de Samson-la-Poterie (Oise)

3On dira volontiers que l’usine se fond dans le paysage. Vérité du plat pays ? Pas seulement. En ville, au XVIIe siècle, les manufactures textiles ne détonnent pas au milieu du bâti. Elles sont souvent logées dans des demeures patriciennes, ou elles les évoquent, si elles ont été construites exprès. Il arrive d’ailleurs qu’elles reviennent à un usage d’habitat. Cependant, cette lecture est partielle. Des signes plus ou moins discrets identifient malgré tout la fonction industrielle quand le bâtiment a été conçu pour elle ou s’y est adapté. Ainsi, en Normandie, les façades de certaines manufactures de drap, dont l’allure et les matériaux rappellent jusqu’au début du XIXe siècle le modèle d’hôtel dont elles sont issues, manifestent par le nombre et l’ampleur des ouvertures les besoins de lumière propres à ce travail. Le vitrage omniprésent vaut preuve. A la campagne, une démarche analogue dépiste aisément l’industrie dans des construction d’apparence ordinaire. Les magnaneries cévenoles se distinguent du bâti des simples fennes par leur grenier percé de multiples petites baies, munies de volets. Ce dispositif permettait d’assurer avec précision l’éclairage et l’aération nécessaires à l’élevage des cocons.

4Une rupture dans l’architecture des ateliers, autrement dit l’apparition d’éléments d’un paysage industriel, distingue les industries du feu, métallurgie, verrerie, céramique. Des contraintes spécifiques entraînent des solutions particulières. Pour s’en tenir à l’industrie qui nous a laissé le patrimoine bâti le plus vaste, la sidérurgie, le passage au procédé indirect — entre le XVe et le XVIe siècle selon les régions — s’exprime architecturalement par le haut-fourneau. Cet équipement d’au moins cinq mètres de haut, construit en pierres de taille, en forme de pyramide tronquée, est conçu pour produire en grand et résister à de très fortes températures (1500°). D’où des arcsboutants et des tirants de fer qui consolident l’ensemble. Voilà des nécessités communes à tous les hauts-fourneaux. Pourtant, le traitement de la construction diffère notablement, traduisant chez certains une volonté de paraître qui excède les besoins techniques. La qualité des chaînages et de l’appareillage des pierres, l’esquisse d’un décor tranche parfois avec des bâtiments minimalistes, voués en outre à de fréquentes réparations. Le sommet de la sophistication est incontestable-ment atteint par le fourneau des forges de Buffon (1770). L’appareil est englobé dans un bâtiment élégant, avec un porche en façade encadré de deux niches. Quelques marches conduisent à une terrasse bordée d’un balcon en fer forgé. De là, un escalier à double révolution mène au plancher de la coulée. Le travail se fait spectacle, pour les visiteurs de marque ou les clients importants jusque dans les années 1860, les modifications touchent la hauteur du fourneau et son volume, la forme intérieure, les installations auxiliaires (récupération des gaz) etc. Mais le principe de base est inchangé, en dépit de la substitution du coke au charbon de bois. Une nouvelle famille de hauts-fourneaux, tour de briques frettée de fer et élevée sur des colonnes de fonte s’impose alors, pour cinquante ans, avant de céder la place aux fourneaux « tout métal » de la sidérurgie contemporaine. En dehors du cas des fours (fonte, à verre, à briques) qui relèvent d’une filière spécifique, les bâtiments industriels de l’âge classique empruntent leurs matériaux et leur système constructif à leur environnement immédiat. Selon leur localisation, les manufactures textiles seront à pans de bois ou en pierres, les halles des forges seront couvertes en tuile ou en ardoise. La brique, « ce matériau de l’industrie », n’a qu’une diffusion régionale, avant les années 1840.

Puits Simon à Forbach : salle des machines, vers 1906 (cliché C.R.H.M.)

Forges de Buffon, près de Montbard : la salle de coulée (1768)

5Les manufactures royales — qu’elles soient propriété de l’Etat ou simplement privilégiées témoignent d’une toute autre ambition architecturale. Déjà les dimensions sont imposantes. A la Corderie de Rochefort (1667) la façade se déploie sur 370 mètres. Les grandes manufactures de drap, celle de Van Robais à Abbeville (1740) ou celle du Dijonval à Sedan (1755) forment dans leur extension finale un véritable quartier industriel. On connaît la magnificence des Salines royales d’Arc et Senans (1774), cité idéale inachevée, mais il faut aussi se pencher sur le cas de la manufacture de Villeneuvette, près de Clermont-L’Hérault. Plus que d’architecture, c’est d’urbanisme dont il convient ici de parler. En effet, non seulement toutes les étapes de la fabrication des draps sont réunies — du filage aux derniers apprêts — mais des logements pour les ouvriers ont été prévus, ainsi qu’une chapelle et une école, autour de la Place Louis XIV. L’implantation s’est faite en rase campagne ; une petite ville est née. Quel lien entre ces manufactures ? Sans doute, une recherche commune d’un effet de prestige. Qu’il y ait eu ou non recours à un architecte, les bâtiments ont été construits, disposés et décorés dans cet esprit. Il ne s’agit pas seulement de rendre cohérent le travail regroupé mais aussi de proclamer une excellence. Le traitement des façades évoque davantage les hôtels aristocratiques que des lieux de fabrication. Au même moment, les manufactures anglaises comparables frappaient par leur austérité, leur pur fonctionnalisme. Des observateurs d’outre-Manche s’étonnaient ou s’amusaient des dépenses « inutiles » que ce parti architectural entraînait. Certains parlaient volontiers à ce propos de « palais de l’industrie ». Au fond, il importait surtout de savoir si l’excellence des fabrications étaient aussi au rendez-vous. A Bouffon, au moins sous l’Empire, il n’en était rien, si l’on en croit le préfet. « Les forges de Buffon » écrivait-il en 1807 « se recommandent plus par la beauté de leurs bâtiments que par l’excellence de leurs produits ».

Manufacture de Villeneuvette, près de Clermont-l'Hérault : Place Louis XIV

6Une deuxième époque s’ouvre entre 1820 et 1840. C’est le moment de l’usine triomphante, qui s’affirme comme telle. La sidérurgie nouvelle, « à l’anglaise », suscite une architecture spécifique. Jusque là, les forges proprement dites, les affineries, se composaient d’un grand bâtiment de style rural que seules les cheminées et de plus nombreuses ouvertures distinguaient de la formegrange. Les bâtiments annexes, halles à charbon de bois, principalement, étaient apparentés aux bâtiments agricoles. Cet autre usage nous en a d’ailleurs conservés beaucoup. La sidérurgie du puddlage et du laminoir exige un tout autre volume. Il faut des bâtiments nettement plus longs et dans lesquels l’ensemble de l’équipement, disposé autour d’un moteur central (hydrau lique, puis a vapeur), puisse tenir a 1 aise. Le remplacement des murs latéraux par des piliers améliore la circulation des hommes et des produits. La brique l’emporte ; le fer et la fonte font leur apparition, sans détrôner toutefois le bois. A Fourchambault ou à Decazeville, s’affirment les usines de la modernité. L’innovation est aussi dans la constitution d’un couple ingénieurarchitecte pour construire les plus notables de ces usines. En fait, le premier nommé est le vrai maître d’oeuvre car l’organisation technique de l’espace est la préoccupation essentielle. L’architecte est plutôt chargé de donner un style au projet. Certains pourtant laissent un nom, comme E.Vanderbergh, dans le Nord. Les pionniers de cette mutation, les ingénieurs Walter de Saint-Ange et Eugène Flachat, ont eu le souci de transmettre leur savoir-construire par l’enseignement et par des publications. L’Ecole Centrale, comme l’a montré Françoise Hamon, s’ouvre tôt à la préoccupation d’apprendre à construire, d’abord des gares, des ponts, puis des usines.

Manufacture de draps à Louviers, fin XVIIe siècle

7Dans les années 1860, nouveau changement. Cette fois le signal est donné par Schneider, au Creusot. Les nouvelles halles, construites entre 1861 et 1867, sont dotées de charpentes entièrement métalliques. Il a fallu que le prix de ce matériau baisse et que sa résistance, en particulier au feu, s’améliore pour que le pas soit franchi. Le verre est l’autre matériau gagnant. On l’utilise pour le sheds (parties de toit vitrées orientées au Nord) et pour les verrières. Un exemple tardif (vers 1906) mais remarquable de l’alliance du verre et du fer est donné par la salle des machines du puits Simon, à Forbach. D’autres grandes usines sont bâties sur ce modèle, sans qu’il devienne hégémonique en industrie. Curieusement, les compagnies de chemins de fer, pour leurs gares, des grands magasins, théâtres et autres établissements publics imitent Le Creusot plus vite que bien des entreprises. L’autre grand secteur industriel, le textile, connaît une évolution moins spectaculaire dans ses principes de construction. La manufacture — filature et tissage — a certes gagné encore en dimensions et intégré le métal (fonte et fer) dans sa structure. Les seules contraintes tiennent au poids des machines, à la transmission du mouvement et au besoin d’une bonne lumière, obtenue par la multiplication des baies ou par l’éclairage au gaz. L’originalité propre au textile est dans le style architectural que les manufactures adoptent alors. Les grandes forges et tous les ateliers qui s’inspirent de leur programme constructif manifestent une faible propension au décor, qui fait au mieux écho au néo-palladisme venu d’Angleterre. Le textile est plus expansif : les filatures des années 1830 sont largement ornées de pilastres et d’attiques. D’autres partis sont possibles. Par exemple, à la filature Levasseur, sur l’Andelle, on a voulu se placer sous le patronage architectural de l’abbaye voisine. Quant aux Motte-Bossut, à Roubaix, leur manufacture, agrandie en 1865, se recommande ostensiblement du courant néo-gothique, par sa cheminée crenelée et ses tours. Les années 1870-1880 allaient être saturées par cette symbolique de châtelain. L’architecte Jules Saulnier, pourtant contemporain de cette mode, n’a pas cherché à historiciser l’usine que le chocolatier Menier a fait construire à Noisiel (1865-1872). Reprenant la vieille technique du pan de bois hourdé de terre, il a l’audace, changeant les matériaux pour le fer et la brique, d’avouer la structure et non de la dissimuler. L’austérité voulue est compensée par la polychromie des céramiques et l’élégance du motif de la fleur de cacaoyer. C’est en quelque sorte un retour au moulin mais, cette fois, distingué. En 1908, des constructions supplémentaires, sur le même site, expriment autrement la fierté de l’entreprise (la « cathédrale » de Sauvestre, le pont de Considère) en exploitant brillamment un nouveau matériaux, le béton. Ces dernières années, ce site emblématique, un moment menacé de destruction, a été sauvé.

Usine Menier à Noisiel (SeineetMarne) : le pignon Sud du Moulin.

8Les architectes Reichen et Robert, qui savent parfaitement trouver un compromis entre conservation et aménagement d’anciennes usines, avaient été sollicités par la Société Nestlé. Le résultat ne déçoit les plus intransigeants défenseurs du patrimoine industriel. Il associe une valorisation respectueuse du bâti ancien et la nécessaire création de nouveaux espaces pour l’entreprise. Cette protection réussie, qui n’est heureusement pas la seule, ne doit pas servir d’alibi. Le syndrome de la table rase hante encore industriels, architectes et préfets. Il est vrai qu’une certaine construction industrielle que l’on n’ose appeler architecture, rend plausible le concept d’usines jetables. L’enveloppe, nous dit-on, ne vaut rien. Seuls comptent les « process ». Mais ceci est une autre histoire.

Table des illustrations

Légende Le moulin de Samson-la-Poterie (Oise)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30865/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 614k
Légende Puits Simon à Forbach : salle des machines, vers 1906 (cliché C.R.H.M.)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30865/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende Forges de Buffon, près de Montbard : la salle de coulée (1768)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30865/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 324k
Légende Manufacture de Villeneuvette, près de Clermont-l'Hérault : Place Louis XIV
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30865/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Légende Manufacture de draps à Louviers, fin XVIIe siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30865/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 597k
Légende Usine Menier à Noisiel (SeineetMarne) : le pignon Sud du Moulin.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30865/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 652k

Auteur

UFR d’histoire, Centre Sorbonne, 17 rue de la Sorbonne, 75005 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540