Version classiqueVersion mobile

L’usine dans l’espace francilien

 | 
Martine Tabeaud
, 
Richard Conte
, 
Yann Toma

Introduction

Martine Tabeaud

Texte intégral

1Le petit Robert définit l’usine ainsi : « établissement de la grande industrie destiné à la fabrication d’objets ou de produits, à la transformation ou conservation des matières premières, ou à la production d’énergie, et employant des machines qui utilisent une source importante d’énergie ».

2Mais combien d'usines reste-t-il encore aujourd’hui en Ile-de-France ? La plupart des Franciliens ne savent pas répondre à cette question, car il ne subsiste que peu d’usine et tout particulièrement à Paris.

3Pourtant, le passé parisien et banlieusard a été marqué par l’usine, F usine-bâtiment industriel, l’usine-rassemblement d’ouvriers, l’usine-siège d’affrontement social.

4Plusieurs éléments permettent d’expliquer l’éradication des traces du passé laborieux de la région.

5Au XIXe siècle, avec le développement de l’industrie, les conflits sociaux seront menés par les ouvriers, à partir de revendications salariales, d’emplois... Mais ils iront jusqu’à remettre en cause la légitimité de la subordination des travailleurs aux patrons. Dès 1840, les ouvriers parisiens se mettent en grève. En 1848, ils jouent un rôle majeur et imposent même que l’un des leurs, l’ouvrier Albert, entre au gouvernement. La Commune de Paris sera la première expérience d’exercice du pouvoir par un collectif d’ouvriers... On comprend mieux alors pourquoi le patronat et l’État ont cherché à limiter le développement du « prolétariat » dans la capitale, à le repousser toujours plus loin.

6Le divorce est déjà consommé lorsqu’en 1936, Jean Duvivier sort La belle équipe. Ce film raconte l’histoire de chômeurs qui montent une entreprise coopérative en banlieue parisienne. Deux fins sont tournées et montées. La version qui est présentée à Paris se termine par l’échec de l’entreprise ouvrière, alors que celle qui est montrée en banlieue a un happy end.

7Le « bourgeois » parisien a peur de l’ouvrier, même si quelques-uns, plus téméraires, aiment se frotter de tant à autres aux ambiances chaudes des quartiers populaires, en allant au « bistrot » pour y boire un « canon » sur le « zinc ».

8Les usines repoussées en périphérie vont faire naître la « banlieue rouge », dont le meilleur exemple est la Seine-Saint-Denis, aux paysages caractéristiques, d’usines, d’infrastructures de transports, de lotissements pour ouvriers. Tout un monde, tout un patrimoine.

9Mais le poids jugé excessif de l’île-de-France par rapport au reste de l’Hexagone, va conduire à la politique dite de décentralisation. L’emploi industriel diminue de 6 % en France entre 1962 et 1975. Sur la même période, la diminution atteint 10 % en Ile-de-France et 17 % à Paris. Les cols bleus vont laisser la place aux cols blancs.

10Que deviennent les usines abandonnées par ceux qui leur donnaient vie ? Beaucoup sont rasées sans remords... Il est vrai qu’en France, contrairement aux États-Unis ou au Canada, le patronat n’a que rarement affiché sa réussite par la construction d’un bâtiment de grande valeur architecturale. Il est donc facile d’effacer le passé après quelques mois ou années de friche, un purgatoire en quelque sorte. Les plus accessibles ou les plus intéressantes sont alors le lieu d’expression de marginaux, artistes en tout genre. Dans les périodes de flambée immobilière, des promoteurs arrachent aux démolissions quelques usines pour les revendre en surfaces à aménager ; tel est le cas de la tour Hispano Suiza à Belleville.

11Du passé ouvrier, il a été fait table rase... A quelques exceptions près. Les associations ont imposé la sauvegarde, dans le ZAC Tolbiac Masséna, des entrepôts frigorifiques, des grands moulins et de l’usine Sudac. Ces reliques accueilleront dans un avenir proche des universitaires, des chercheurs, ayant quitté le campus Jussieu. Pour le moment, nombre d’entre eux a l’impression d’un exil...

de gauche à droite : Yann Toma, Richard Conte et Martine Tabeaud.
(photo : F. Labrouche)

Table des illustrations

Légende de gauche à droite : Yann Toma, Richard Conte et Martine Tabeaud.(photo : F. Labrouche)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30859/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search