Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et sociétés

 | 
Pascal Marty

Partie II. Exercice du droit de propriété et production de l’espace en forêt

Chapitre 6. L’espace privé dans l’espace public. L’appropriation en question

Texte intégral

1La production de l’espace forestier privé se construit dans un rapport étroit entre le pôle de l’espace concret et celui de l’espace socio-économique. Mais les logiques d’action des propriétaires privés ne sont pas déconnectées des instances de régulation des comportements sociaux. L’action du propriétaire sur sa propriété ne dépend pas uniquement de la sphère familiale et du versant privé des stratégies économiques. De manière inévitable, les stratégies privées s’élaborent en référence à l’espace public de discussion car il s’agit du secteur de la société où se règlent les questions de « reproduction sociale élargie » (Damette, Scheibling, 1997 : 89-90). Par reproduction sociale élargie, on entend l’ensemble des dispositifs sociaux qui rendent possible la perpétuation de l’édifice social, qui contrôlent l’évolution de la société et, par voie de conséquence, de son espace. Le contrôle des individus et de leurs logiques d’action est donc un des enjeux fondamentaux de l’activité déployée dans l’espace public de discussion. Ce dernier peut être présenté comme un ensemble de lieux où se construisent les problèmes, où s’énoncent des solutions et où s’élaborent des normes et des règles. Ces lieux peuvent être des écoles, des assemblées mais aussi des journaux, la presse radiodiffusée etc. On peut les considérer comme des lieux où travaillent des instances qui ont pour objet d’instituer une « façon de faire » comme étant « la meilleure façon » d’agir. L’institution et la production de normes s’opèrent donc par un travail insistant sur l’exemplarité et sur la référence.

2Très concrètement, notre objectif est de travailler sur les liens entre la production de l’espace sur notre terrain d’étude et les débats du moment qui peuvent avoir des répercussions sur le monde forestier. En évoquant la question des usages de l’espace forestier rouergat, quelques premiers repères avaient été placés. L’objectif de cette dernière partie est de montrer que la production d’une nouveauté dans l’espace forestier (ou bien la reproduction d’une pratique) est indissociable d’un travail de persuasion, de communication, de publicité au sens fort, voire politique, que lui donne Habermas (Habermas, 1993). Il est possible de mettre en évidence ce travail d’imposition d’une norme à travers deux exemples, avec des pas de temps et des échelles différentes.

3Le département de l’Aveyron, en plus d’être un des secteurs du Massif central où la superficie forestière a le plus augmenté, a été le théâtre d’une assez vaste entreprise de modification des structures foncières en forêt depuis le milieu des années cinquante : la création des groupements forestiers. La propriété individuelle du sol a été, en partie, transformée en propriété collective et des avantages – fiscaux et financiers – ont été donnés en échange d’un contrôle de fait sur la gestion forestière. Or, il n’y a pas là seulement une astuce technique mise en place à des fins d’intérêt général. Sur la longue durée, on peut constater qu’un changement dans le mode d’appropriation de l’espace a eu lieu. L’effacement progressif de la propriété privée et du contrôle de l’espace par l’individu ne peut se justifier que par un argumentaire qui doit trouver et prouver sa légitimité dans l’espace public de discussion.

  • 1 Voir le thème de la « fabrique de l’homme » dans : Legendre, 1996-b.

4Si, pour le cas des Groupements forestiers, les changements dans le mode d’appropriation s’inscrivent dans la longue durée (30 à 40 ans environ), le travail de légitimation des pratiques est aussi à l’œuvre dans des processus de courte durée comme par exemple un stage de formation proposé aux propriétaires forestiers privés. La participation à un stage FOGEFOR a permis d’observer comment s’effectuait le contact entre le pôle ou la sphère institutionnelle de la forêt privée et des propriétaires privés non organisés. Les institutions de la forêt privée sont porteuses d’une vision, d’une « idée forestière » ; elles ne sauraient organiser une formation sans que son contenu reflète ses positions. Ainsi, elles organisent et font consciemment exister des lieux et des moments où, pour paraphraser Pierre Legendre, se fabrique l’homme forestier1.

Les groupements forestiers : par-delà la propriété privée ?

5Les Groupements forestiers peuvent être interprétés comme des lieux et des processus où se préfigure une nouvelle version de la propriété privée. Au-delà d’une simple astuce technique et de la recherche d’une solution pratique à un problème, le décret du 30 décembre 1954 a permis, dans les années soixante et soixante-dix, une création géographique et sociale qui a fait naître un type de forêts totalement neuf : une forêt privée créée sur des fonds publics et gérée par l’administration.

  • 2 Par Groupement forestier, nous entendons les forêts constituées conformément au décret de 1954 qu’ (...)

6La question de l’adéquation entre la pleine propriété des espaces forestiers et l’intérêt collectif a été un des principaux points de discussion entre la puissance publique et les organisations de propriétaires forestiers privés. La question posée est celle de la place de la forêt des particuliers au sein de l’espace national. L’opposition à l’intervention directe de l’État en forêt privée est un des pôles qui structure l’activité du groupe d’intérêt des propriétaires. L’intervention de la puissance publique a eu pour but d’accroître les capacités de production de la forêt privée. Les Groupements forestiers2 sont nés de la confrontation de ces deux logiques. À travers ce type original de « nouvelles forêts » (Arnould, 1988 ; Arnould, 1996), la question à poser est celle de la fonction des discours qui figurent et légitiment l’aménagement des espaces naturels.

Maîtrise du territoire et fonds de réserves

7Les décideurs et les élus locaux aveyronnais ont à leur disposition, à partir de la fin des années cinquante, un arsenal juridique qui permet d’intervenir en forêt privée. Sur la base du volontariat, des sociétés civiles (les Groupements forestiers) peuvent être créées si on réunit au minimum 30 hectares, d’un seul tenant. L’exonération trentenaire d’impôt foncier et la formule des prêts en contrats de travaux (qui permet aux propriétaires de ne rien débourser pour l’opération de reboisement) sont de puissants leviers pour remplacer la propriété privée forestière individuelle par une propriété collective du sol gérée par les directions départementales de l’agriculture et de la forêt jusqu’au moment du remboursement de la créance. Mais, dans la région d’étude, les moyens juridiques mis à disposition de l’aménagement forestier vont être utilisés dans une direction originale.

  • 3 Société d’aménagement foncier Aveyron-Lot-Tarn.

8Au début des années cinquante, les élus et les responsables agricoles aveyronnais partent du constat que l’agriculture est en recul et que l’exode rural progresse (spécialement dans le sud du département) ; on craint de perdre le contrôle du territoire avec l’arrivée d’opérateurs fonciers extérieurs qui viendraient investir dans la production de bois. Prenant en compte la manne du Fonds forestier national, un maire puis conseiller général dans le Sud-Aveyron (M. Alliès), avec l’appui de la profession agricole et d’un de ses leaders syndicaux (M. Brunei), de la chambre d’agriculture et de la SAFALT3 lance le concept de « forêt paysanne ». L’objectif est de regrouper les terrains des agriculteurs locaux en cessation d’activité pour en faire des Groupements forestiers « paysans ». Cela signifie que les futurs ex-paysans conservent la propriété de la terre (au lieu de vendre à des spéculateurs extérieurs au département) et qu’ils pourront se constituer un patrimoine de valeur à partir de leurs terres disqualifiées par les mutations technologiques de l’agriculture.

  • 4 Marty, 1996-a.
  • 5 Le reste des fonds de réserves était constitué en placements immobiliers et en obligations.
  • 6 Jean Maisonabe s’est occupé de la gestion du domaine, seul, puis avec un technicien forestier recr (...)
  • 7 À titre d’exemple, dans les années 1967-1968, un hectare de terrain destiné à l’enrésinement était (...)
  • 8 Direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt.

9Mais l’objectif est autant territorial que social dans la mesure où tout est fait pour favoriser les acteurs locaux dans les processus de reboisement, de la possession ou de l’acquisition à la réalisation des travaux par des équipes et des entreprises locales. C’est ce que les responsables appelaient la « fonction sociale » de la forêt. Plus encore, il s’est opéré comme un partage du territoire entre trois acteurs fonciers potentiels : les agriculteurs propriétaires, la Caisse d’assurances mutuelles agricoles (devenue Groupama d’Oc) et les éventuels investisseurs extérieurs. Ces derniers ont été le plus possible tenus à l’écart du partage. Groupama d’Oc, dans l’objectif de contribuer à constituer les fonds de garantie exigés à toute compagnie d’assurance, a aussi investi en forêt. Après avoir racheté les terrains replantés dans l’entre-deux-guerres par la Société forestière du Rouergue4, les mutuelles se sont constituées un domaine de 4 400 hectares, par acquisitions successives réparties dans tout le département de l’Aveyron mais aussi en Lozère et dans le Tarn (voir supra). En 1959, M. Marius Bouscayrol, ancien instituteur passé dans le monde des affaires, accède au conseil d’administration des mutuelles agricoles. Cet homme avait bien connu Jules Gaubert, expérimentateur de la plantation de résineux sur le Levézou et avait participé aux opérations de la Société forestière du Rouergue. Vers 1960-1962, une question de changement de statut qui entraîne une charge fiscale plus lourde amène la dissolution de la Société forestière du Rouergue et la vente de ses bois. La vente des bois a permis d’indemniser les actionnaires et les terrains ont été achetés par les mutuelles avec l’objectif de constituer 5 % de ses fonds de réserve en forêts de résineux5. Un juriste entré au service des mutuelles progressivement à partir de 1959, M. Jean Maisonabe6, a été chargé de la politique d’achats. Groupama a choisi les terrains les plus propices à la sylviculture du résineux, acceptant de payer un prix plus élevé que ceux pratiqués sur le marché foncier7. Sur les terrains agricoles restants, sur les exploitations sans successeur, les agents de la DDAF8, les élus locaux et les agents de la SAFALT ont œuvré à former des Groupements forestiers. Pour la SAFALT, la prospection à l’amiable pour acheter des terres à boiser se faisait en respectant les objectifs de Brunei et Alliès : faire de la forêt paysanne et ne pas perdre le contrôle du foncier au profit d’investisseurs extérieurs.

Propriété paysanne et forêts par actions

  • 9 « Les administrateurs, les sociétés d’agriculture s’émeuvent [des] dévastations, mais le peuple ru (...)
  • 10 Francisation de l’occitan qui utilise cette tournure pour bien signifier et distinguer la propriét (...)

10L’achat de terrains à des fins de reboisement s’est heurté à des résistances. Pour la paysannerie aveyronnaise, la terre est investie d’une forte valeur symbolique en tant qu’outil de travail et en tant que patrimoine familial. Depuis la fin du xixe siècle s’est enclenché un processus d’acquisition de terres et la petite paysannerie propriétaire s’est renforcée. De plus, l’économie rurale des pays du sud de la France n’intègre pas la forêt comme un élément important du système agraire (Dion, 1981)9. Enfin, les relations entre forestiers au sens large et paysannerie sont marquées par une certaine méfiance si ce n’est carrément par les conflits (Larrère, Brun, Kalaora, Nougarède, Pourpardin, 1981). On s’étonne, dans ce contexte, du succès de la formule des Groupements forestiers. Accepter d’entrer dans un Groupement forestier signifie renoncer à la propriété individuelle de la terre. Les membres reçoivent un nombre de parts à hauteur de leur apport en nature mais ne peuvent plus désigner la limite de parcelle qui sépare « ça nôtre » de « ça leur10 ». Ce phénomène est psychologiquement très important et joue fortement contre la philosophie des Groupements forestiers.

11Pour vaincre ces résistances, il a été réalisé un important travail de persuasion : la DDAF a nommé et embauché des agents de secteurs (souvent ex-agriculteurs à temps partiel) pour prospecter et convaincre les propriétaires de l’intérêt de former des Groupements forestiers. Outre le fait d’avoir choisi des gens du crû pour ce travail, on mettait en avant des arguments de poids : l’exonération d’impôt, le fait de n’avoir à s’occuper de rien, la perspective de disposer de bon bois à vendre au lieu de terrains qui s’enfrichent et enfin la plantation, en marge des résineux, d’arbres aux vertus plus reconnues – peupliers et noyers. Ces agents de secteur se voyaient remettre des argumentaires clef en main. Un agent de secteur retraité du canton de Nant, entre Larzac et Aigoual, nous a ouvert ses archives personnelles et a répondu à des questions sur sa période d’activité. Monsieur P. est entré au service de la DDAF en 1965 après avoir abandonné son travail d’agriculteur à temps partiel et d’employé pour une laiterie, environ à l’âge de 40 ans. Il a succédé à un agent qui n’était pas originaire de la région et qui n’avait pas réussi dans sa mission de convaincre les agriculteurs en cessation d’activité de rentrer dans des groupements forestiers. À cette période, les services agricoles fournissaient à leurs agents de secteur des argumentaires déjà prêts, à base d’exemples simples, pour expliquer le système du prêt en contrat de travaux, pour montrer comment une forêt de résineux permettait de résoudre des problèmes d’héritage en cas de partage entre l’enfant restant à la ferme et ses frères et sœurs. Ces documents contenaient aussi des justifications sur la disqualification des terroirs présentée comme inévitable et le fait que le reboisement en résineux était la seule solution alternative possible.

« En plus de ces bois sans avenir économique, une surface importante de landes et de délaissés d’agriculture font que l’on peut estimer à 150 000 hectares au moins (et peut-être 200 000) la surface à reboiser en Aveyron. »

« ... les nombreux peuplements déjà constitués « vulgarisent » l’action de reboisement, de sorte que de plus en plus, les propriétaires de terrains à vocation forestière sont conscients de l’intérêt du reboisement. »

« Il est donc à tous points de vue souhaitable de promouvoir le reboisement en Aveyron afin d’aboutir à un harmonieux équilibre “agro-sylvestre” (...). Ce qui est par-dessus tout intéressant : cette opération a lieu sur des terrains inutilisés et elle est possible sans le concours financier des propriétaires concernés » (Document interne de la DDA de l’Aveyron sur le reboisement, 1972).

12D’après notre interlocuteur, l’essentiel était de ne pas conforter le propriétaire dans sa crainte de perdre sa terre. Le droit de chasse, très symbolique, n’était pas perdu en constituant un Groupement forestier. Dans le souvenir de la personne interrogée, les négociations étaient longues et difficiles et les promesses de vente difficiles à faire signer.

  • 11 Information recueillie auprès d’un responsable de la SAFALT pour le Sud-Aveyron pendant l’essentie (...)

13L’enracinement local des agents de secteur a très probablement permis d’obtenir le consentement d’agriculteurs méfiants. Si, malgré cela, les propriétaires ne donnaient pas leur accord, il restait une solution : en cas de vente, la SAFALT, disposant d’un droit de préemption, rachetait les terrains et apportait ces terres à des Groupements forestiers en attendant de les revendre avec un bénéfice11.

  • 12 Sont considérés comme apporteurs : des individus, des ménages, des indivisions. Cela explique qu’i (...)

14Après avoir dépouillé un tiers des dossiers des groupements réalisés avec l’aide du FFN en Aveyron, il ressort qu’on peut les classer en cinq catégories d’inégale importance et aux contours flous. La catégorie dominante en nombre est celle des Groupements forestiers « paysans ». Leur superficie moyenne est de 56 hectares environ. Un bon exemple est fourni par le Groupement Forestier de Bor-et-Bar, à cheval sur la commune de Bor-et-Bar et de Saint-André-de-Najac. Le groupe des actionnaires est composé de 20 apporteurs qui ont constitué un groupement de 31 hectares avec des apports variant de 0,22 hectares à 6,5 hectares, soit une moyenne de 1,5 hectares par apporteur12. Sur vingt-six personnes impliquées, vingt-deux résident dans le département voire sur les communes concernées.

Un reboisement paysan : types de Groupements forestiers en Aveyron

Un reboisement paysan : types de Groupements forestiers en Aveyron

Source : DDAF Aveyron.
Légende :
type I : Groupement Forestier « paysan »
type II : Groupement Forestier « paysan » + SAFALT (1)
type III : Groupement Forestier « paysan » + gros propriétaires
type IV : indivisions, grosses propriétés
type V : associations, apports communaux

15Moins nombreux, mais de superficie plus vaste (130 hectares en moyenne), sont les groupements « paysans » consolidés par des apports de la SAFALT. En vertu de ses statuts, la SAFALT ne participe à ces groupements que de manière temporaire. Elle doit revendre ces terrains. Dans les faits, cette participation a pu être durable : en 1997, la SAFALT n’a pas vendu toutes ses parts de groupements forestiers. Dans le Groupement forestier du Roucadel, commune de Murasson, dans la région des monts de Lacaune, la SAFALT a apporté 30 hectares sur 66, le reste étant constitué d’apports de sept agriculteurs variant de 0,4 hectares à 14 hectares (5 hectares en moyenne).

16La catégorie suivante se situe à la limite entre le groupement « paysan » et la grande propriété (aristocratique ou bourgeoise) avec une superficie moyenne de 68 hectares. Sur la commune de Lavernhe, pour les 101 hectares du Groupement forestier du Ramondal, 43 proviennent d’une indivision d’une ancienne famille noble. Le reste se partage entre 37 apporteurs (1,6 hectares en moyenne). Dans ce cas, l’influence du maire, notable local respecté issu de la famille noble citée ci-dessus, a été déterminante pour créer le groupement. Il faut aussi noter que les vieilles futaies de réserve de la famille ont été laissées en dehors du groupement.

17Un avant-dernier type de groupement n’est plus qu’anecdotiquement « paysan ». Les notaires de famille ont conseillé la formule à des propriétaires terriens absentéistes pour régulariser une indivision. Il est à noter que les superficies réunies selon ce modèle sont en moyenne les plus faibles, toutes catégories confondues (54 hectares). Dans le cas du Groupement Forestier de Lacaze, communes de Naussac et Peyrusse-le-Roc, sur 51 hectares, seuls 60 ares ont été apportés par un ménage d’agriculteurs ; ce qui reste est l’ancienne propriété indivise d’une famille d’ancienne noblesse qui possède un château à la périphérie du groupement.

18Enfin, constitué par des associations ou, plus curieusement par des apports communaux, le dernier type est caractérisé par des superficies plutôt importantes (83 hectares). Un groupement de la vallée du Lot (le Groupement Forestier de Fraux, commune de Saint-Parthem) s’est formé à partir de 86,6 hectares apportés par une commune et complétés par 0,67 hectares d’une commune limitrophe. Cet exemple est incompréhensible sans préciser que le rôle joué par le maire de la commune, un des principaux prosélytes de la forêt dans la profession agricole pour la période 1970-1990, a été décisif. Dans ce cas, on peut parler d’une forêt publique autant que d’une propriété privée collective.

19Ainsi s’est créée, sous l’impulsion de la puissance publique et contre les résistances des populations agricoles locales, une propriété collective en forêt privée. Malgré la mise en avant de l’intérêt général (« Les travaux de reboisement sont considérés comme des travaux d’intérêt général. » Code Forestier, livre V, chapitre 1er, article L.511.1), ces groupements se situent à l’intersection de plusieurs catégories d’intérêts qui se révéleront difficiles à concilier : intérêts locaux et territoriaux, économiques et sectoriels, patrimoniaux et familiaux. Il convient maintenant d’examiner les caractéristiques concrètes de ces forêts ainsi que les nouveaux rapports sociaux qu’elles entraînent dans l’espace et la société rurale.

Les Groupements forestiers : des forêts « clefs en main »

  • 13 Au dernier inventaire, la part des résineux dans la forêt aveyronnaise est de 19 %.

20Mutation paysagère et sociale importante dans l’espace rural du Rouergue, l’apparition des Groupements forestiers ne s’apparente cependant ni à une « marée verte », ni à une invasion résineuse13.

Les limites de la marée verte

  • 14 Tarn et Aveyron ont été particulièrement concernés par les politiques de reboisement (Urbano, 1985 (...)

21L’Aveyron est un des départements les plus concernés par les reboisements du FFN et par les Groupements forestiers14 mais les paysages demeurent majoritairement marqués par les feuillus. Pour ce qui est des reboisements, on a souligné que les Groupements forestiers ne représentaient que 30 % environ des opérations effectuées par des propriétaires privés, en Aveyron.

  • 15 La DDA se fixait comme objectif, pour 1975,3 000 hectares reboisés par an. (Document interne, 1972 (...)

22Dans le temps, le phénomène est très ciblé (figure 22) : le processus démarre en 1958, soit quatre ans à peine après le décret de décembre 1954. La phase d’intensité maximum (superficies et crédits débloqués en francs courants) se situe entre 1965 et 1975 avec une moyenne de 300 hectares par an15. Devenus rares dans les années quatre-vingt, le dernier des Groupements forestiers est réalisé en 1985. En 1987 la formule des prêts sur contrats de travaux disparaît. La période du volontarisme en matière de reboisement semble toucher à sa fin.

23Spatialement, la distribution des Groupements forestiers souligne l’importance de la contrainte topographique. À travers la carte 34 on repère les grands accidents du relief : montagnes, entailles des vallées dans les plateaux. Au nord, la vallée du Lot orientée est-ouest et son affluent perpendiculaire la Truyère ; au sud, le bastion de reboisement du versant nord des monts de Lacaune ; au centre les contours du Levézou : Palanges et faille de Séverac-le-Château au nord, vallée du Tarn au sud, hauteurs du Lagast à l’ouest. Les terrains laissés au reboisement entrent dans la catégorie des terres dessaisies de leurs usages culturaux dans le nouveau contexte agricole : landes, anciennes vignes ruinées par la crise du phylloxéra, vergers, châtaigneraies, terrains en forte pente forestiers ou non.

Table rase et forêt standard

24Sur le plan végétal, les Groupements forestiers sont essentiellement composés de résineux choisis plus pour la rapidité de leur croissance que pour leurs aptitudes à fournir du bois d’œuvre. Ce choix technique est emblématique de la logique industrielle du FFN.

figure 22. La forêt des Trente-Glorieuses
Département de l'Aveyron : prêts sur contrats de travaux

carte 34. Les Groupements forestiers. Dispersion et modération du reboisement

L’invité américain. La prédominance du Douglas dans les Groupements forestiers

L’invité américain. La prédominance du Douglas dans les Groupements forestiers

Source : DDAF Aveyron

P. dougl.

douglas

Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco

P sitch.

épicéa de sitka

Picea sitchensis (Bong.) Carr.

Lar. Cal.

pin laricio de calabre

Pinus nigra Arn. subsp. laricio (Poir.) Maire var. calabrica (Loud.) Schneid.

Lar. cors.

pin laricio de corse

Pinus nigra Arn. subsp. laricio (Poir.) Maire var. corsicana (Loud.) Hyl.

P. nigra

pin noir d’autriche

Pinus nigra Arn. subsp. Nigra

A. alba

sapin pectiné

Abies alba Mill.

A. nordm.

sapin de nordmann

Abies nordmanniana (Stev.) Spach

C. atl.

cèdre de l’atlas

Cedrus atlantica (Endl.) Carr.

L. decid.

mélèze d’europe

Larix decidua Mill.

Feuillus

peupliers, merisier, amélioration de hêtraie

Populus sp., Prunus avium L., Fagus sylvatica L.

Nomenclature : Rameau et al., 1993

25En classant les essences par ordre d’importance selon la superficie occupée, il apparaît que l’une d’entre elles surtout est caractéristique des Groupements forestiers : le douglas. Ensuite on trouve l’épicéa de Sitka, planté dans les secteurs à forte humidité atmosphérique. Le groupe des pins (pin laricio de Corse, de Calabre ou pin noir d’Autriche) dépasse la barre des 10 %. Ces essences ont été réservées aux stations les plus sèches et aux sols les moins favorables. Les sapins (sapin pectiné et sapin de Nordmann) ont été plantés dans un grand nombre de groupements mais sur de petites superficies. Enfin, mélèze et cèdre de l’Atlas sont présents à titre expérimental ; le premier est à la limite altitudinale inférieure de son aire écologique et le second a été réservé aux stations les plus sèches.

26Pour répondre à des objectifs de production d’une matière première à la qualité la plus homogène possible, cette forêt a été voulue équienne et monospécifique à l’exception notable des expériences des plantations par bandes. Cette technique avait pour but de baisser les coûts de plantation en économisant des plants et en diminuant le temps de travail. On pensait que la croissance rapide des résineux étoufferait les feuillus et, ainsi, faciliterait la première éclaircie. Dans l’esprit des concepteurs, l’objectif était la production de bois d’industrie (trituration et pâte à papier). La tactique suivie a été celle de la table rase tant sur le plan végétal qu’en ce qui concerne les savoirs forestiers des sociétés locales.

Un nouvel espace social

27La production de ce nouvel objet géographique est à la fois le révélateur et l’outil d’un changement des rapports entre les groupes sociaux – dont les propriétaires – et la forêt, quasiment de la même façon que la production d’un nouvel espace urbain affecte l’ensemble du tissu social (Lefebvre, 1974).

28En premier lieu, les Groupements forestiers sous contrats de travaux sont des forêts pilotées administrativement. Même si les statuts de chaque Groupement forestier stipulent qu’il faut nommer un gérant, dans le cadre des prêts sur contrats de travaux, ce sont les techniciens du service forêts de la direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt qui conçoivent la plantation (suivant en cela des plans stéréotypés que l’on retrouve d’un groupement à l’autre) et qui sont responsables des décisions de gestion. Une technostructure forestière prend les commandes de ces forêts jusqu’au moment où la créance sera soldée. Certes, en théorie, les gérants des groupements sont avertis et tenus au courant de la gestion mais, dans les faits, la distance se creuse entre les propriétaires réunis en groupement et la forêt qu’on leur construit.

29En effet, les groupements, même s’ils sont statutairement des propriétés par action, deviennent des forêts anonymes. Après avoir enquêté auprès de toutes les catégories de propriétaires forestiers privés, il ressort que les membres des groupements forestiers ont un rapport très distant à leur forêt. Il s’agit le plus souvent de personnes âgées ou de leurs successeurs mal informés. Même dans le cas des groupements familiaux visant à mettre fin à des indivisions, les membres ont des difficultés à s’approprier ces forêts. Dans le cas des Groupements forestiers « paysans », le passage de la propriété d’une parcelle à la détention d’une ou plusieurs parts dans une société a eu un effet psychologique fort. Outre que les limites signifiaient l’appropriation de la terre, elles formaient comme une grammaire du paysage (Marty, 1996-b). La perte de sens de toute limite cadastrale a beaucoup dérouté.

30Plus généralement, les membres de groupements ont des difficultés à nommer les arbres, à les distinguer : résineux importés dans des régions où dominaient les feuillus, les nouveaux arbres sont génériquement désignés sous le nom de sapins ou pins selon les régions. Seuls quelques gérants particulièrement intéressés et impliqués dans la gestion distinguent douglas, sapin de Vancouver et sapin de Nordmann par exemple. On peut faire les mêmes constatations à propos des parts détenues et de l’évaluation de la superficie apportée au groupement : la méconnaissance de cette dernière augmente selon que l’apport est faible et le nombre de membres important.

  • 16 Dans les dossiers consultables à la DDAF on ne retrouve pas systématiquement les procès-verbaux d’ (...)
  • 17 Groupement Forestier du Ramondal, commune de Lavernhe.

31Il faut ajouter à cela la rareté des assemblées générales de propriétaires16, rareté liée sans doute à la dispersion spatiale croissante des membres. L’exemple d’un groupement déjà cité est éloquent17 : sur soixante-seize personnes concernées, quarante-quatre habitent hors du département, dont une hors de France. Cette dispersion, par le jeu des mutations et successions, tend à s’accentuer.

  • 18 Encore faut-il souligner que le reboisement est resté très en deçà des prévisions des services de (...)

32En définitive on peut dire que les Groupements forestiers se sont constitués à un moment critique pour l’espace rural et pour la paysannerie du sud du Massif central. Au cours des années cinquante et soixante (Mendras, 1967 ; Houssel, 1976 ; Gervais, Jollivet, Tavernier, 1976), la modernisation de l’agriculture a signé la fin d’une certaine civilisation paysanne. La modernité est venue lui signifier que ses terres n’avaient plus de valeur, que ses savoir-faire étaient obsolètes. Ceci explique pourquoi la paysannerie qui avait tellement investi dans le contrôle du foncier a accepté de se dessaisir de certaines de ses terres. Le processus de table rase18 a enclenché une substitution complète : l’espace forestier ainsi produit était techniquement et culturellement étranger aux savoirs et aux traditions locales. Malgré des expériences de reboisement dans l’entre-deux-guerres (Gaubert, 1937), la création des Groupements forestiers et la mise en chantier de reboisements volontaires a été une tentative, sur le modèle du productivisme agricole, pour greffer une sylviculture intensive à des fins industrielles dans un milieu où elle était étrangère à tous points de vue. En créant une nouvelle catégorie juridique de possession de la terre et en imposant un modèle forestier techno-industriel, on a refoulé ce qu’on appelle désormais des ethnosavoirs (Raffestin, 1995 ; Sabelli, 1995) et qui étaient des pratiques forestières préindustrielles en marge de l’économie marchande.

33Dix ans après la fin de cette entreprise se pose désormais la question de l’usage et de la place de ces forêts privées d’un genre nouveau dans l’espace public. La « forêt paysanne » initialement visée dans les projets des responsables agricoles et des élus a-t-elle vu le jour ?

Nouvelle forêt privée ou future forêt publique ?

34La question du devenir des reboisements et du bilan de la politique du FFN commence à préoccuper le ministère de l’Agriculture qui a ordonné un audit sur cette question.

Les inconnues de la gestion

35Selon les termes du contrat passé entre l’administration et les Groupements forestiers, une fois la créance soldée par les ventes de produits à mi-fruit, l’administration du bien, la gestion et la conduite des peuplements reviennent aux membres et spécialement aux gérants des groupements. Après une période de tutelle administrative, les propriétaires se retrouveront seuls aux commandes. À ce déroulement idéal, s’opposent deux principaux obstacles.

36Tout d’abord, il semble que le remboursement de la dette n’interviendra pas aussi rapidement qu’on l’avait prévu. Selon les estimations des services forestiers de la DDAF, les créances seront soldées à l’issue de durées variant de 35 ans, dans les meilleurs des cas, à une durée indéfinie (supérieure à cinquante ans). Les productivités des peuplements ont parfois été surestimées. Le choix des essences de reboisement est parfois en cause. L’épicéa de Sitka, par exemple, exige une forte humidité atmosphérique et n’a pas donné partout les rendements espérés. Des retards importants dans les éclaircies ont hypothéqué la rentabilité de certains peuplements. Enfin, les expériences de plantations par bandes se sont révélées peu judicieuses : le nettoyage du bois des interbandes a occasionné un surcoût.

37Ensuite se pose la question de la gérance à la fin du contrat. Les gérants devront en particulier faire face à deux échéances. Le gérant, responsable devant la loi, devra tout d’abord assurer le paiement des impôts fonciers avec la fin de l’exonération trentenaire d’impôt foncier. Exiger des membres du groupement le paiement d’un impôt sera d’autant plus complexe que les membres seront nombreux, qu’ils seront dispersés dans l’espace et que les revenus auront été maigres dans le passé et paraîtront hypothétiques pour le futur.

38Par ailleurs, les gérants devront prendre effectivement en charge la gestion des peuplements. Or, le système de tutelle administrative n’a pas favorisé un transfert de connaissances en sylviculture tel qu’il permette à tous les gérants de se substituer aux techniciens forestiers sans aide ni conseils. Il est aussi permis de douter que les gérants de groupements à nombreux associés se dévouent seuls pour des revenus à partager entre tous les membres.

39À l’avenir, plusieurs scénarios sont envisageables. En premier lieu, on peut prévoir une concentration de la propriété collective : des membres peu impliqués dans la gestion forestière chercheront à vendre leurs parts. Parallèlement, les outils de formation des propriétaires à la gestion forestière mis en place par les organismes de la forêt privée peuvent répondre à une demande des gérants de groupements forestiers confrontés à la prise de décisions.

40Il est ensuite envisageable que les coopératives forestières ou les experts privés prennent une part croissante dans la gestion des groupements forestiers. Cependant leurs services, pour être rémunérés, supposent une certaine rentabilité des peuplements. Or, la rentabilité pour des forêts privées de taille moyenne (inférieure à 100 hectares) permet, sur le long terme, plutôt le simple équilibre des recettes et des dépenses que des gains substantiels (Prévôt, 1993 ; Noël, 1992).

41Enfin, s’il n’est pas improbable que la puissance publique propose de renouer des liens avec les Groupements forestiers sous la forme de contrats de gestion à durée limitée, il semble peu réaliste d’envisager des rachats massifs de propriétés privées. Après avoir investi des sommes importantes on voit mal pourquoi l’État se retirerait définitivement du jeu.

Gestion globale du territoire et intégration des reboisements récents

42Les reboisements ont été préconisés comme un modèle opératoire de recyclage des espaces ruraux depuis la fin du xixe siècle durant l’essentiel du xxe siècle. Toutefois, dans les années soixante, l’hypothèse d’une conversion massive des territoires et de l’économie des marges méditerranéennes à la forêt est critiquée puis abandonnée dans les années soixante-dix. Bien au contraire, il se dégage désormais un consensus autour de la sauvegarde des espaces agropastoraux traditionnels. Alors que certains massifs du sud du Massif central ont été très fortement reboisés (Somail, Espinouse, Montagne noire), la région des Grands Causses est un exemple frappant de la volonté générale de limiter l’étendue des écosystèmes forestiers tant volontaires que spontanés.

43Les Groupements forestiers se sont constitués à un moment critique pour l’espace rural et pour la paysannerie du sud du Massif central. Au cours des années cinquante et soixante la modernisation de l’agriculture a signé la fin d’une certaine civilisation paysanne. La modernité est venue lui signifier que ses terres n’avaient plus de valeur, que ses savoir-faire étaient obsolètes. Les politiques publiques de reboisement ont permis la mise en place d’un espace forestier techniquement et culturellement étranger aux savoirs et aux traditions locales mais dont la légitimité n’était pas mise en doute. Cette dernière reposait sur la nécessité de produire de la matière première ligneuse pour l’économie nationale et sur l’assimilation des espaces pastoraux à des milieux dégradés et incultes.

44Aujourd’hui la gestion des groupements forestiers se heurte à la question du remboursement de la créance et à celle de la gérance à la fin du contrat de travaux. Par ailleurs, les espaces pastoraux des montagnes péri-méditerranéennes ont été réhabilités et leur intérêt en termes de biodiversité fait l’objet d’un large consensus. Dans ce contexte, l’intégration des groupements forestiers et plus généralement des reboisements dans une gestion environnementale des territoires soumise à des exigences de durabilité est un défi à relever pour les forestiers.

Gestion de la forêt privée et formation des propriétaires

45La France est un des pays de l’Union européenne où la forêt privée a la plus grande emprise spatiale. Environ 70 % de la superficie est détenue par des propriétaires particuliers. Les changements dans l’utilisation des terres intervenus depuis la fin du xixe siècle ont fait croître, en même temps que la superficie globale, la part des terrains privés dans la forêt française. Par ailleurs, les contraintes de gestion imposées aux propriétaires forestiers sont relativement faibles et ne touchent qu’un nombre limité de propriétaires (Arnould, Marty, Simon, 1999). Dans ce contexte, l’organisation de stages de Formation à la Gestion Forestière (stages FOGEFOR) revêt une importance particulière, car c’est une des rares structures où les propriétaires privés peuvent acquérir, en dehors de leur formation initiale, des rudiments de sciences forestières.

46Alors que de nombreux observateurs (Bianco, 1998 ; Martinel, 1995) mettent l’accent sur une certaine sous-exploitation de la ressource forestière en forêt privée, l’étude des contenus, du rôle et des fonctions de ces stages permet de mieux réfléchir aux enjeux de gestion de la forêt dans l’espace rural, au moment où les modèles de sylviculture intensive sont discutés, voire contestés (Puyo, 1999).

47Après avoir évoqué l’histoire récente de la formation des propriétaires forestiers en France, l’analyse s’appuiera en particulier sur les résultats d’un travail d’observation participative mené au cours d’un stage FOGEFOR organisé en Aveyron en 1996. On cherchera à évaluer la place des modèles de gestion considérant la forêt sous son versant économique par rapport aux autres dimensions et le lien qui peut être fait avec le débat sur la gestion et la qualité de l’environnement en milieu rural.

La forêt ou le bois ? Les deux facettes de la vulgarisation forestière

48La vulgarisation auprès des propriétaires privés des savoirs et techniques forestières, des règles de sylviculture, se fait, en France, essentiellement par le canal des organisations de propriétaires privés. Les services de l’État assurent une assistance technique aux propriétaires dans le cadre de l’application des politiques publiques d’accompagnement mais ne sont pas directement impliqués dans la formation.

  • 19 La diffusion des savoirs techniques a tenu un rôle important dès la constitution des premières ass (...)

49Pour la période récente19, l’organisation de la vulgarisation en France (figure 23) reflète une certaine opposition entre le milieu des propriétaires et celui des exploitants et industriels. En forêt, la vulgarisation est d’abord organisée, sur la base du volontariat, par les industriels du bois et du papier en relation avec les organisations agricoles. Deux structures existent. Les CETEF (Centres d’études techniques forestières) forment un niveau assez élitiste avec des groupes d’une vingtaine d’adhérents actifs. Un de leurs objectifs est de lancer des expériences de sylviculture, souvent dans les propriétés des membres de ces groupes. Les GVF (Groupes de vulgarisation forestière) s’adressent à des propriétaires plus modestes mais plus nombreux (80 à 100 adhérents). Les deux structures sont fédérées par l’Association technique de vulgarisation forestière (ATVF) qui devient l’Institut pour le développement forestier (IDF), reconnu d’utilité publique en 1970. À cette époque, l’orientation technique est surtout donnée par les industriels de la pâte à papier tandis que le financement provient de fonds agricoles et des chambres d’agriculture. Le personnel est mis gratuitement à disposition par l’administration.

figure 23. Formation des propriétaires privés et vulgarisation des savoirs en sylviculture. Les stages FOGEFOR

50Du côté des propriétaires forestiers, la loi d’orientation Agricole d’Edgar Pisani (1963) a créé les Centres régionaux de la propriété forestière (CRPF). Ces organismes consulaires sont aussi chargés de la vulgarisation et de l’assistance technique aux propriétaires.

  • 20 Fédération nationale des syndicats de propriétaires forestiers sylviculteurs.
  • 21 Association nationale des CRPF.
  • 22 Stage d’initiation à la gestion forestière. L’antenne Aveyron du CRPF Midi-Pyrénées a été précurse (...)

51La période de coexistence entre les deux familles de structures est limitée à la fin des années soixante-dix. Les opérations techniques des CRPF ne débutent pas avant 1973 et à partir des années quatre-vingt, les GVF disparaissent progressivement. De nouvelles formules voient le jour, parmi lesquelles les stages FOGEFOR. Il s’agit d’associations coordonnées par une structure informelle (Lavarde, 1998) : la Cellule Nationale des FOGEFOR. Elle est composée de l’Association Permanente des Chambres d’Agriculture (APCA), du syndicat des propriétaires forestiers la FNSPFS20, de l’ANCRPF21, de l’IDF, du Fonds national d’assurance formation des exploitants agricoles (FAFEA) et l’Association nationale pour le développement agricole (ANDA). Les stages SIGEFOR22, courts (trois jours), s’adressent plutôt à un public d’agriculteurs et de petits propriétaires. Ils ont lieu en semaine et sont organisés à l’échelle du canton. Leur objectif s’apparente à celui des GVF. Les FOGEFOR sont organisés au niveau départemental : dix journées de formation sont réparties sur un an. Dès 1988-1989, la formule est diversifiée. Après un stage dit « de base », les stagiaires peuvent suivre des stages dits « de perfectionnement » puis constituer un groupe de référence (1990) et choisir d’étudier une question d’intérêt départemental ou régional. La cellule nationale des FOGEFOR donne (ou refuse) son agrément et se charge ensuite de la diffusion des données établies. Le résumé du travail fait en général l’objet d’une ou plusieurs publications dans la revue Forêts de France.

carte 35. La formation des propriétaires privés. Les stages FOGEFOR

52Le premier stage FOGEFOR a été organisé dans le département de la Somme en 1983. Dès 1984, trois autres stages ont eu lieu dans le Sud-Ouest, dans le Tarn et dans l’Eure. Progressivement, des stages sont organisés dans toutes les régions. Au plan national, le nord du Bassin parisien (Picardie-Nord-Pas-de-Calais) est dominant (carte 35). Les autres régions où la formation des propriétaires privés est la plus développée sont l’Aquitaine autour de la puissante forêt landaise, Rhône-Alpes et Provence-Alpes-Côte-d’Azur (gestion des forêts et reboisements en montagne et défense des forêts contre l’incendie en milieu méditerranéen).

Anatomie d’un stage FOGEFOR

  • 23 Sur ce genre d’exercice, voir Augé, 1994 mais aussi Lurie, 1992.

53L’analyse porte sur le second stage organisé pour le département de l’Aveyron entre mai 1995 et juin 1996. Elle se fonde sur des matériaux issus de l’observation et de la participation directe à ce stage23 ainsi que sur les matériaux recueillis lors d’un entretien auprès de chaque participant.

Un corpus de savoirs et une pédagogie par l’exemple

54Quelle est la mission du stage FOGEFOR ? La cellule nationale des FOGEFOR a fait concevoir une pochette porte-document standard utilisée (en 1995-1996) pour la diffusion de tous les documents concernant les FOGEFOR. Cette pochette n’a pas été conçue au hasard et ce document fait une synthèse de ce qui est proposé aux propriétaires demandeurs de formation. Cela autorise un travail de commentaire de ce support.

55La couverture est occupée entièrement par une photographie en couleur. Le message délivré est énoncé en lettres capitales de couleur verte, en tête de page :

VOS ARBRES
ont besoin de vous

56Le choix a été fait de ne pas prononcer le mot « forêt ». Ce choix du dénominateur commun est conscient : le populiculteur, le petit propriétaire, le propriétaire d’une plantation ont tous des arbres. L’interpellation fonctionne sur un retournement de proposition. On pourrait penser que ce sont les hommes qui ont besoin de la forêt et de ses produits. Ici, le propriétaire est appelé au secours d’une formation végétale délaissée.

57Une courte phrase en lettres blanches, au centre de la feuille précise :

une formule de formation
simple et pratique,
économe de votre temps

  • 24 La notion d’économie, en s’opposant à celle de dépense est particulièrement rassurante.

58Ces formations reposent sur le bénévolat et une participation est demandée aux stagiaires (500 F – 76 € environ). Il y a donc nécessité à offrir une formule qui ne rebute pas les participants et qui assure leur assiduité. On garantit donc une vulgarisation adaptée (simple), des conseils immédiatement applicables (pratique) et un calendrier allégé (économe de votre temps)24.

59Les dernières lettres, en bas de page, en gros caractères, concluent le message :

fogefor

60Le stage est présenté comme une solution à un problème forestier pour gens occupés mais aussi préoccupés par leur forêt.

  • 25 Cette scène forestière doit paraître incongrue à certains propriétaires aveyronnais, agriculteurs (...)

61Ces messages s’inscrivent sur une photographie qui donne à voir la forêt privée et ses propriétaires. Il s’agit d’une majestueuse futaie de hêtre, éclairée, aux arbres espacés, élancés, à forte circonférence. Un chemin forestier rectiligne sans excès donne une perspective au paysage : la nature est organisée, humanisée et sans marques visibles d’exploitation. Au premier plan une petite fille, tout en courant, se retourne vers un homme âgé traînant à bout de bras un tricycle d’enfant. Derrière eux, au loin, des silhouettes avancent en groupe. L’univers forestier présenté peut apparaître idyllique25 : il évoque la réunion des générations, la transmission des biens et de l’amour de la forêt aux jeunes générations, la paix des familles.

62L’iconographie change dans la double page intérieure. Sur cinq photographies, trois représentent des individus masculins au travail : un ouvrier forestier mesure le diamètre d’un arbre avec un compas, un technicien s’exprime devant une assemblée de propriétaires, trois hommes sont en plein dialogue. En dessous d’une vignette montrant un rameau de sorbier des oiseleurs, une demi-page est occupée par une forêt de feuillus, où une éclaircie vient d’être réalisée : les rondins sont rangés avec soin et les rémanents ont été éliminés. Il s’agit de la forêt sous le versant de l’intervention des sociétés, la forêt qui a besoin de ses propriétaires.

63Trois blocs de texte précisent ce qu’est un stage et le contenu de la formation forestière. Au centre de la page de gauche, une vignette vante les mérites de la formule :

  • 26 Pour le seul département de l’Aveyron, il y aurait au moins 50 000 propriétaires de forêts dont 7  (...)

Déjà 5 000 propriétaires forestiers
ont trouvé réponse à ces questions
après avoir suivi les stages FOGEFOR26

64Cette double page est donc le cœur du document. L’information y est dense. On y trouve des questions d’ordre tactique et d’ordre technique posées à la première personne. Comment mieux vendre mes arbres ? Comment bénéficier des aides financières ? À quels allégements fiscaux puis-je prétendre ? Que vaut mon bois ? Quels soins prioritaires apporter à mon bois ? Quelles essences forestières planter ? En 1995, les thèmes portant sur l’évaluation écologique du terrain, sur la biodiversité, sur la faune, sur la préservation des équilibres des écosystèmes sont limités. La même remarque vaut pour l’annonce des thèmes proposés aux participants. Le mot « écologie » apparaît à la deuxième ligne, intégré au thème portant sur les règles de fonctionnement du milieu. La croissance des arbres, les aspects fonctionnels et phytosanitaires sont traités dans les quatre premiers thèmes.

Contenus de formation des stages FOGEFOR

1) Connaissances générales sur la forêt, l’arbre et les essences forestières
2) Connaissance du milieu : sol, climat, végétation, écologie
3) Les techniques de sylviculture : conduite des peuplements feuillus et résineux
4) Les divers peuplements forestiers
5) Programmation des coupes et travaux : Plan Simple de Gestion
6) Le cubage et l’estimation des bois
7) Les techniques de reboisement

8) Les aides financières au reboisement et à l’amélioration de la qualité
9) La mise en marché des coupes de bois, leur regroupement pour une meilleure valorisation par la coopération, un concours pour réaliser vos travaux et les surveiller
10) Les débouchés du bois : les diverses industries utilisatrices
11) La fiscalité de la forêt
12) Les organismes de la Forêt Privée : quelle aide en attendre ?
13) Les réglementations forestières

65Dans la partie intitulée Qu’est-ce qu’un FOGEFOR ?, un vocabulaire choisi balise le champ sémantique de l’efficacité et du sérieux : temps limité, y voir clair, programme détaillé, calendrier précis, spécialistes, contribution modique, documentation concise.

66L’objectif final tient en une phrase : À l’issue de ce stage, vous pourrez mieux dialoguer avec les spécialistes de la forêt grâce à un langage commun.

67Un des objectifs du stage est donc d’apprendre à parler comme un forestier. Or, on sait que l’adoption d’un vocabulaire signifie l’adoption de la conception du monde qu’il conditionne. Le stage FOGEFOR s’inscrit donc très nettement du côté de la sylviculture et de ses professionnels.

68La dernière page se conclut sur un possible jeu de mots : la formation est votre affaire. Le mot affaire désigne en effet les décisions à prendre dans la sphère privée (votre budget et l’avenir de vos enfants sont engagés). Mais le mot affaire renvoie aussi à la sphère économique et les mots investissement, coût, importantes retombées, le confirment.

69Immédiatement au-dessus d’une photo montrant des hommes âgés aux cheveux grisonnants en train de rire en écoutant un jeune technicien juché sur un rocher : le dernier message est à rapprocher du fait que des propriétaires cherchent dans la forêt une activité relais post-professionnelle pour la période de la retraite.

70À la satisfaction personnelle d'acquérir de meilleures connaissances s’ajoute l’intérêt de les mettre en pratique.

71Le document termine quasiment en boucle par rapport à l’image de départ : la forêt est le lieu où on trouve la joie de vivre autour de la connaissance, du travail et de la famille. La gestion de la forêt sur le plan technique et financier est entourée par deux images suggérant un certain hédonisme.

72Un des objectifs d’un stage FOGEFOR est donc de tisser un lien entre la technostructure de la forêt privée et les propriétaires à la recherche de réponses à des problèmes de gestion.

Contenus d’enseignement

73Le programme des dix journées du stage FOGEFOR organisé par l’antenne aveyronnaise du CRPF Midi-Pyrénées s’écarte assez peu du programme type décrit ci-dessus.

74On a classé ces interventions en quatre catégories. La sylviculture (neuf journées et demie) et la gestion forestière (six journées et demie) sont les piliers de la formation. La gestion du capital foncier est concernée par une demi-journée. Des éléments d’écologie forestière sont présentés lors des journées sur la sylviculture des feuillus (deux journées et demie) et des résineux (une demi-journée), sur les sols et stations forestières (une demi-journée). Les relations entre les peuplements forestiers et la faune sont explicitement abordées lors de la demi-journée sur les problèmes phytosanitaires. Il s’agit de diffuser des outils et des connaissances pour la mise en valeur et la rentabilisation du patrimoine. À cette fin, les moyens techniques modernes sont présentés : reboisements en résineux, traitements chimiques, programme d’éclaircies, réseau de pistes. Du point de vue pédagogique, les interventions en salle ont été limitées (sept journées et demie) au profit des formations sur le terrain.

Quel statut pour les exemples de terrain ?

75La méthode FOGEFOR est une pédagogie par l’exemple de terrain : le pari est de fixer dans l’esprit des propriétaires des références pour faciliter l’assimilation des connaissances techniques. La notion de « lieux exemplaires », développée par A. Micoud (1991), est éclairante pour analyser les lieux choisis pour illustrer la formation. Pour cet auteur, il s’agit de lieux « construits pour signifier la possibilité d’un avenir différent, articulés à la désignation concomitante d’un problème social, d’une contradiction (...) et, enfin, construits pour être reproduits et imités » (Micoud, 1991-b : 54). Les forêts visitées durant le stage peuvent combiner les trois sens de l’exemplarité selon cet auteur.

76D’abord, le lieu exemplaire a pour fonction pédagogique de faire comprendre au sens très fort de « faire ingérer », de faire « assimiler » (Micoud, 1991-b : 54). Les visites de terrain sont les compléments et l’illustration des notions présentées en salle. Ensuite, la parcelle exemplaire est parfois un prototype (ex : chantier de balivage des taillis de châtaigniers dans une placette expérimentale du réseau CRPF). Enfin, elle est un modèle digne d’être imité même si les techniciens et les intervenants ne font pas de prosélytisme pour tel ou tel type d’aménagement.

77Si on peut discuter de l’efficacité de la visite de terrain en termes de transmission et d’assimilation des connaissances, la pratique d’un enseignement à base d’exemples (et beaucoup plus rarement de contre-exemples) permet une lecture de l’espace forestier à partir de l’explication de quelques modèles.

L’encadrement des stagiaires

78Ces visites ne prennent sens que grâce au commentaire des intervenants de la forêt privée qui est diffusé par les intervenants. Pour le stage analysé, hormis les deux puis trois techniciens du CRPF, quatorze intervenants extérieurs ont été conviés (tableau 3).

79Cette parole est plurielle mais on peut identifier un axe fort de la structure d’enseignement qui unit le CRPF, le syndicat, la coopérative et l’IDF. Le CRPF, en Aveyron, travaille en coopération étroite avec le syndicat des propriétaires forestiers (les administrateurs au CRPF, qui examinent les plans de gestion, sont en majorité, aussi membres du syndicat). Le président du Syndicat des propriétaires forestiers est aussi le président d’une coopérative active. Le « membre actif du Syndicat » ainsi que les deux « sylviculteurs exemplaires », membres du syndicat, font partie des membres actifs de la sphère de la forêt privée.

80Les autres intervenants sont conviés de manière ponctuelle et ne sont pas directement lié aux instances locales de la forêt privée. Certains ne s’occupent de questions forestières qu’à la marge de leur activité. Un intervenant. L'intervention du responsable des achats du groupe Cellulose du Rhône et de l’Aquitaine mérite une attention particulière : ce groupe est en situation de monopole en Aveyron où, en 1996, avec 58 000m3 achetés par an, il absorbe 80 % du bois d’industrie.

81La nature institutionnelle des intervenants renforce l’ancrage de la formation au versant économique de la forêt privée.

82À la fin du stage, certains propriétaires sont sollicités pour prendre part au travail des organismes de la propriété privée.

Origine institutionnelle des intervenants (hors CRPF)

Origine institutionnelle des intervenants (hors CRPF)

Syndicalisme et recrutement

83Le syndicalisme des propriétaires forestiers en France est historiquement marqué par l’engagement de notables et de grands propriétaires parfois issus de la noblesse. Au niveau local, le syndicalisme forestier en Aveyron est à la recherche de membres jeunes et actifs. Le syndicat des propriétaires forestiers de l’Aveyron n’a été créé qu’en 1964, au moment de l’essor du mouvement de reboisement. En 1997, il compte cent quarante-huit membres dont dix femmes qui possédant 10 000 hectares (3,9 % de la forêt privée). Il se caractérise donc par une faible représentativité mais aussi par l’absence de très grands propriétaires. Les frais d’adhésion annuels sont relativement modestes : 80 F + 6 F (13 €) par hectares en 1996.

  • 27 « En outre, l'impact sur la profession a été sensible, de nombreux propriétaires bénéficiant de l’ (...)
  • 28 Les deux personnes contactées sont jeunes, comparativement aux membres du syndicat (45 ans environ (...)

84Le stage FOGEFOR permet de repérer des futurs membres actifs pour le syndicat27 et des animateurs pour les structures de la forêt privée. L’effet d’aspiration des stagiaires FOGEFOR vers le syndicat est modérée et se fait à la suite d’un tri. L’âge et le capital scolaire sont déterminants28 et considérés comme garants de l’efficacité de la pratique syndicale. Les propriétaires siègent dans de nombreuses commissions : boisement des terres agricoles, évaluations cadastrales, plans de chasse et dégâts du gibier, sécurité et incendies de forêts, protection des sites, gestion de l’espace, structures de regroupement des parcelles. La vigilance s’exerce face aux projets qui limiteraient la liberté de gestion de la ressource ligneuse. Cette activité peut expliquer l’alliance tactique qui consiste à présenter un front commun de la forêt et du bois en participant à des initiatives venant des entreprises de la filière bois.

  • 29 Cette structure comprend les syndicats départementaux d’exploitants forestiers et scieurs. Elle es (...)
  • 30 Aux côtés de la FNSPFS et de l’ANCRPF, on trouve des syndicats agricoles (FDSEA), des propriétaire (...)
  • 31 Buttoud, 1979 : 437 : « Le fait de considérer la forêt comme une entité fonctionnelle masque l’ide (...)

85Les « Journées Forêt-bois rouergates » ont été organisées en septembre 1996 par l’association Bois et Forêts du Haut-Languedoc, du Quercy et du Rouergue29. Un des premiers objectifs de ce type de journées est de favoriser la rencontre des professionnels mais aussi de répondre à un besoin de communication de l’ensemble des acteurs du monde forestier tournés vers la production de bois et notamment de la sphère des propriétaires privés. En septembre 1996, le monde agricole et forestier national et local est mobilisé pour refuser les premières propositions de zonages pour la constitution du réseau NATURA 2000, application de la directive européenne habitats (Le Grand, 1997). Au niveau national, un « groupe des 9 » a réuni les « acteurs du monde rural »30 pour refuser, puis négocier les conditions financières de l’intégration de la forêt à ce réseau. Un des arguments énoncés pour justifier une re-négociation des zonages est le fait que la gestion forestière est un garant fort de la qualité des paysages, des écosystèmes forestiers et finalement de l’intérêt général31.

Les enjeux de la formation des propriétaires

86À partir des éléments ci-dessus, la discussion peut porter sur les points suivants.

  • 32 La critique fondée sur une base scientifique (Carbiener, 1995 ; Couderc, 1986 ; voir aussi Puyo, 1 (...)
  • 33 L’expression « sylviculture dynamique » est préférée par les responsables techniques à celle de «  (...)

87Les stages FOGEFOR contribuent depuis le début des années quatre-vingt à diffuser des savoirs de base en sylviculture et à répondre à une demande de formation de la part des propriétaires de forêts. En 1995, au niveau national et local, les objectifs et le contenu de la formation étaient orientés vers la production et la commercialisation de matière ligneuse, vers les fonctions économiques de la forêt. Toutefois, le CRPF et les organisations de la forêt privée ne font pas de prosélytisme pour les modèles les plus intensifs. Sans entrer dans le débat de la légitimité des modes de gestion possibles, il faut remarquer que, même contestées32, les plantations de résineux bénéficient, sous certaines conditions, des politiques publiques d’accompagnement. Par ailleurs, dans leur activité de diagnostic, les techniciens s’appliquent à tenir compte de la situation du ménage, de la nature de leur patrimoine forestier (diversité des peuplements et parcellaire), de leurs attentes personnelles et, des aides publiques existantes. Depuis la fin des années quatre-vingt-dix, des expériences sont menées en concertation avec les organismes techniques agricoles et avec les associations de défense de l’environnement autour de documents d’objectifs dans le cadre des sites retenus pour la directive habitats. De même, la préparation des contrats territoriaux d’exploitation donne lieu des concertations débouchant sur des documents méthodologiques. Par ailleurs, pour le Parc naturel régional des Grands Causses, le CRPF est partenaire de l’opération « Des hommes et des forêts », cycle de formation pour les élus locaux, les membres d’associations d’usagers de l’environnement et les salariés des collectivités locales dont l’objectif est la « découverte des rôles multifonctionnels de la forêt ». Mais, malgré une diversité de modèles techniques adaptés à la variété des peuplements et des projets, il semble que les itinéraires techniques de sylviculture « dynamique »33 des résineux et des feuillus soient étayés par des références plus nombreuses et sur lesquelles on dispose de plus de recul. C’est en effet surtout depuis l’émergence d’une demande sociale, autour des questions d’environnement et de gestion des paysages, que les organismes techniques de développement forestier sont amenés à prendre davantage en compte des fonctions sociales et écologiques de la forêt.

  • 34 Quatre items étaient proposés : pas satisfait, peu satisfait, satisfait, très satisfait.

88Mesurer l’impact d’une formation de ce type sur les stagiaires est délicat. Pour ce que nous avons pu mesurer lors d’entretiens avec chacun des stagiaires, l’appréciation est plutôt positive. Sur vingt et une personnes, dix-huit personnes affirment que le stage répondait à leurs attentes34, dix-neuf pensent que la formation les aidera à mieux gérer leurs bois, vingt sont satisfaits du contenu des enseignements et dix-huit des dossiers distribués. Une telle unanimité laisse donc penser que la formation a atteint sa cible, au moins pour les quinze personnes qui n’ont pas été absentes plus de deux fois.

  • 35 « La forêt privée » (Languedoc-Roussillon), Documents préparatoires à la Loi d’Orientation Agricol (...)

89Quel est le degré de la connexion entre la formation au niveau local et le débat national sur l’aménagement durable du territoire et ses enjeux environnementaux ? Il est possible d’affirmer que les stages FOGEFOR sont utiles au groupe d’intérêt des propriétaires privés afin d’agir pour la défense de leurs positions. Outre qu’ils permettent de recruter ou de renouveler les membres actifs du groupe d’intérêt, ils autorisent l’usage, dans le débat, de l’image de propriétaires responsables et soucieux de bonne gestion. L’axe FNSPFS-ANCRPF et ses déclinaisons locales prennent très au sérieux le travail de communication dans l’espace public lorsqu’il s’agit de défendre la propriété privée contre une conception patrimoniale d’une forêt gérée en bien commun (Malaval, 1996) ou lorsqu’ils insistent sur la nécessité de rémunérer les propriétaires pour des services qu’ils rendent gratuitement (accueil du public, gestion de l’environnement). L’instrumentalisation des stages FOGEFOR est une stratégie efficace pour convaincre les pouvoirs publics. À propos du thème du développement durable, la FNSPFS évoque « les activités considérables de formation et d’information des sylviculteurs, effectuées par les organismes de la forêt privée en concertation avec l’État » (Plauche-Gillon, 1996 :194). On peut relever au niveau régional des positions comparables : « Beaucoup des propriétaires ont souvent participé à des cycles de formation à la gestion forestière et à des journées de vulgarisation mises en place par les organismes de la forêt privée35. »

90Du point de vue plus théorique, et à propos du rôle des groupes sociaux dans les dynamiques spatiales, cette étude contribue à montrer que l’activité déployée dans l’espace public de discussion est un des rouages fondamentaux de la transformation et de la production de l’espace. Toute action des acteurs de la sphère socio-économique dans l’espace concret doit passer par un processus de légitimation. Ainsi, l’analyse des cycles de formation organisés pour les propriétaires forestiers cesse d’être une question circonscrite à l’intérêt des spécialistes de sociologie des organisations. On peut dire qu’ils effectuent, à un moment donné, un travail de balisage du champ des possibles pour ce qui concerne l’action en forêt, champ des possibles qui tend à inclure progressivement, après l’avoir peu abordé, le champ de la gestion écologique de l’espace.

91L’étude des cycles de formation organisés pour les propriétaires forestiers montre que ce qui se joue lors de ces formations n’est pas seulement la transmission des savoirs techniques. L’analyse des processus sociaux de transmission de savoirs, de techniques et de normes auprès des acteurs géographiques, ici des propriétaires forestiers, contribue à une meilleure compréhension de l’impact sur l’espace des stratégies des groupes sociaux et des groupes d’intérêt. Elle fait partie, à l’articulation du travail des sciences sociales et des sciences du milieu, du champ scientifique des mécanismes de production sociale de la matérialité de la nature.

Appropriation, propriété privée et figures de l’intérêt général

92Les deux cas précédemment développés ont un point commun : ils sont au cœur d’un processus qui projette la question de l’appropriation des espaces forestiers dans l’espace public de discussion.

93L’enrésinement dans des structures de regroupement de propriétés était justifié, dans les années cinquante et soixante, par une figure de l’intérêt général fondée sur l’idée de croissance économique et d’efficacité de l’appareil productif. Depuis les années soixante-dix, le paradigme, en matière d’aménagement du territoire, a changé. Les grandes opérations décidées depuis le centre décisionnel ont laissé la place à une pratique de plus en plus contractuelle et à des projets plus intégrés à la sphère socio-économique locale. Dans ce contexte, les grands travaux d’enrésinement ont cessé. La gestion des équipements mis en place à cette époque, les Groupements forestiers par exemple, peut mettre à profit de nouveaux concepts : la notion de patrimoine et la territorialité de projet en termes de développement durable. La territorialité de projet, expérimentée en France autour du retraitement des friches industrielles par exemple, est une innovation que les propriétaires forestiers n’ont pas vu venir. Le concept de patrimoine appliqué à la forêt est une remise en cause douce de la propriété privée : le propriétaire n’est plus le seul acteur légitime du système. La collectivité est en droit d’imposer de nouvelles règles du jeu au sein de nouvelles instances territoriales. Au niveau local, le groupe de défense des intérêts des propriétaires est en train d’intégrer l’idée que l’aménagement du territoire ne fonctionne plus seulement sur trois niveaux, l’État, le département et la commune ; en matière d’aménagement de l’espace rural, de nouvelles structures ont acquis des compétences et jouent sur une autre logique territoriale : Europe, régions, territorialité de projet intercommunale. La notion de patrimoine et de développement durable oblige les propriétaires à adopter une autre ligne de défense. Au niveau national, on a insisté sur l’articulation écologie-économie. C’est au sein de nouvelles instances territoriales (comme les Parcs Naturels Régionaux) que se situe maintenant le débat public sur la légitimité des modes de gestion de l’espace rural forestier. Dans un numéro déjà ancien de la revue PARCS, le magazine de la fédération des parcs naturels de France, consacré à la forêt, l’introduction était rédigée en des termes qui montraient bien que désormais les nouveaux cadres territoriaux entendaient jouer leur rôle, avec leurs outils conceptuels sur la scène forestière :

« La forêt est un espace de production soumis à des contraintes techniques de gestion et des impératifs économiques forts. Mais elle est aussi un milieu vivant que les Parcs doivent préserver. Et pour trouver le juste équilibre entre exploitation et protection, Parcs et gestionnaires – privés ou publics – ne sont-ils pas condamnés à s’entendre ? » (Parcs, 1992 : 1)

Notes

1 Voir le thème de la « fabrique de l’homme » dans : Legendre, 1996-b.

2 Par Groupement forestier, nous entendons les forêts constituées conformément au décret de 1954 qu’il faut bien distinguer des autres formes de groupements dont l’objectif était l’amélioration technique, la vulgarisation de la sylviculture, la réflexion ou la commercialisation.

3 Société d’aménagement foncier Aveyron-Lot-Tarn.

4 Marty, 1996-a.

5 Le reste des fonds de réserves était constitué en placements immobiliers et en obligations.

6 Jean Maisonabe s’est occupé de la gestion du domaine, seul, puis avec un technicien forestier recruté à dessein, jusqu’à sa retraite. Il reste très actif et très respecté dans la sphère de la forêt privée.

7 À titre d’exemple, dans les années 1967-1968, un hectare de terrain destiné à l’enrésinement était évalué à 500 F, soit, en francs constants, 3 000 F (460 €) environ. Groupama acceptait d’aller au-delà de cette somme.

8 Direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt.

9 « Les administrateurs, les sociétés d’agriculture s’émeuvent [des] dévastations, mais le peuple rural ne proteste pas contre elles. Il sait, par tradition, tirer parti des plantes de la lande, et s’inquiète peu de son approvisionnement en bois, qui est assuré par les arbres plantés sur le bord des chemins ou parmi les haies » (Dion, 1981 : 83).

10 Francisation de l’occitan qui utilise cette tournure pour bien signifier et distinguer la propriété des uns et des autres.

11 Information recueillie auprès d’un responsable de la SAFALT pour le Sud-Aveyron pendant l’essentiel de sa carrière et qui a personnellement mené à bien de nombreuses acquisitions pour former des Groupements forestiers.

12 Sont considérés comme apporteurs : des individus, des ménages, des indivisions. Cela explique qu’il y ait plus de personnes impliquées dans un groupement que d’apporteurs.

13 Au dernier inventaire, la part des résineux dans la forêt aveyronnaise est de 19 %.

14 Tarn et Aveyron ont été particulièrement concernés par les politiques de reboisement (Urbano, 1985 ; Rouzoulens, 1985).

15 La DDA se fixait comme objectif, pour 1975,3 000 hectares reboisés par an. (Document interne, 1972, cité supra).

16 Dans les dossiers consultables à la DDAF on ne retrouve pas systématiquement les procès-verbaux d’assemblées générales. Il semblerait qu’on ait essayé d’en tenir systématiquement au début des années quatre-vingt, mais on n’en retrouve pas la trace écrite pour tous les groupements.

17 Groupement Forestier du Ramondal, commune de Lavernhe.

18 Encore faut-il souligner que le reboisement est resté très en deçà des prévisions des services de l’Agriculture qui prévoyaient le reboisement de 150 000 à 200 000 hectares.

19 La diffusion des savoirs techniques a tenu un rôle important dès la constitution des premières associations de propriétaires à la fin du XXe siècle : essais d’acclimatation d’essences exotiques, réflexion sur le rythme et la nature des interventions... Voir Buttoud, 1979.

20 Fédération nationale des syndicats de propriétaires forestiers sylviculteurs.

21 Association nationale des CRPF.

22 Stage d’initiation à la gestion forestière. L’antenne Aveyron du CRPF Midi-Pyrénées a été précurseur en la matière.

23 Sur ce genre d’exercice, voir Augé, 1994 mais aussi Lurie, 1992.

24 La notion d’économie, en s’opposant à celle de dépense est particulièrement rassurante.

25 Cette scène forestière doit paraître incongrue à certains propriétaires aveyronnais, agriculteurs célibataires qui n’ont ni piste, ni futaie dans une forêt en forte pente, et qui ont à la main plus souvent une tronçonneuse qu’un tricycle.

26 Pour le seul département de l’Aveyron, il y aurait au moins 50 000 propriétaires de forêts dont 7 500 ont plus de 4 hectares.

27 « En outre, l'impact sur la profession a été sensible, de nombreux propriétaires bénéficiant de l’élan donné se sont impliqués davantage dans les organisations professionnelles » (Lavarde, 1998 : 32).

28 Les deux personnes contactées sont jeunes, comparativement aux membres du syndicat (45 ans environ et un peu plus de 60 ans) et ils disposent d’un capital scolaire élevé (professeur du secondaire, architecte).

29 Cette structure comprend les syndicats départementaux d’exploitants forestiers et scieurs. Elle est affiliée à la Fédération nationale du bois (FNB). Pour l’Aveyron, environ trente chefs d’entreprise sur soixante sont syndiqués. Ils produisent 80 % des volumes de bois sciés.

30 Aux côtés de la FNSPFS et de l’ANCRPF, on trouve des syndicats agricoles (FDSEA), des propriétaires fonciers (Fédération nationale de la propriété agricole), l’Union des fédérations départementales de chasseurs, l’Union des fédérations départementales de pêche et de protection des milieux aquatiques. (Barbier, 1996-a). Voir aussi les éléments du débat dans : Barbier, 1996-a et 1996-b, Malaval, 1996, Lavarde et Martinet, 1994.

31 Buttoud, 1979 : 437 : « Le fait de considérer la forêt comme une entité fonctionnelle masque l’identité du bénéficiaire des produits qu’elle fournit ; il contribue donc à donner du groupe d’intérêt l’image neutre d’une collaboration à l’œuvre collective. »

32 La critique fondée sur une base scientifique (Carbiener, 1995 ; Couderc, 1986 ; voir aussi Puyo, 1999 pour l’histoire des conceptions de la gestion forestière) coexiste avec une critique à plus faible argumentation.

33 L’expression « sylviculture dynamique » est préférée par les responsables techniques à celle de « sylviculture intensive. »

34 Quatre items étaient proposés : pas satisfait, peu satisfait, satisfait, très satisfait.

35 « La forêt privée » (Languedoc-Roussillon), Documents préparatoires à la Loi d’Orientation Agricole, 6 octobre 1998.

Table des illustrations

Titre Un reboisement paysan : types de Groupements forestiers en Aveyron
Légende Source : DDAF Aveyron.Légende :type I : Groupement Forestier « paysan »type II : Groupement Forestier « paysan » + SAFALT (1)type III : Groupement Forestier « paysan » + gros propriétairestype IV : indivisions, grosses propriétéstype V : associations, apports communaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30802/img-1.jpg
Fichier image/, 87k
Légende figure 22. La forêt des Trente-GlorieusesDépartement de l'Aveyron : prêts sur contrats de travaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30802/img-2.jpg
Fichier image/, 156k
Légende carte 34. Les Groupements forestiers. Dispersion et modération du reboisement
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30802/img-3.jpg
Fichier image/, 264k
Titre L’invité américain. La prédominance du Douglas dans les Groupements forestiers
Légende Source : DDAF Aveyron
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30802/img-4.jpg
Fichier image/, 64k
Légende figure 23. Formation des propriétaires privés et vulgarisation des savoirs en sylviculture. Les stages FOGEFOR
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30802/img-5.jpg
Fichier image/, 251k
Légende carte 35. La formation des propriétaires privés. Les stages FOGEFOR
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30802/img-6.jpg
Fichier image/, 201k
Titre Origine institutionnelle des intervenants (hors CRPF)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30802/img-7.jpg
Fichier image/, 452k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540