Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et sociétés

 | 
Pascal Marty

Partie II. Exercice du droit de propriété et production de l’espace en forêt

Chapitre 4. Illisible mosaïque forestière en moyenne montagne ?

Texte intégral

1L’espace concret de la forêt privée aveyronnaise ne se livre pas dans une compréhension évidente et immédiate. Il est pourtant assez facile d’identifier la forêt dans le paysage : des masses forestières dont les frontières, les lisières, marquent plus ou moins nettement les limites. Mais cette géographie du visible et de la forêt telle qu’elle apparaît est contrariée par le fait que, en Aveyron, les principales plages forestières sont repoussées sur les marges de l’espace utile. La forêt n’est pas si aisée à « voir », car elle est une forêt contenue dans les vallées, dans les coupures du relief et isolée dans les écarts. Du point de vue biogéographique, l’espace forestier de la moyenne montagne rouergate est délicat à caractériser. C’est une forêt profondément modifiée par l’action humaine. Le processus de construction sociale d’un édifice naturel a eu comme résultat, sur le plan spatial, une forêt morcelée, éclatée et, sur le plan biogéographique, une forêt où l’action humaine s’est développée à un carrefour d’influences, à la rencontre du domaine atlantique, montagnard et méditerranéen.

  • 1 « L’échelle n’est que rarement introduite explicitement comme l’une des variables fondamentales qu (...)
  • 2 « Les échelles sont dites : très petites si elles sont inférieures au 1/1 000 000 ; petites du 1/1 (...)

2En amont de tout jugement porté sur la forêt privée se trouve la nécessité de classer c’est-à-dire d’élaborer et de proposer des catégories de description de l’objet forêt sous son versant végétal (Emberger, 1930a – et 1930-b). Une méthode qui repose sur la classification implique la division d’une réalité qui forme un tout en sous-unités plus maniables. Dans cette partie, on montrera la difficulté qu’il y a à dire l’espace concret. Selon l’échelle d’observation, la terminologie et les catégories d’appréhension du réel changent1. Une carte, par exemple, est une « réduction » qui force une intelligibilité, qui fait exister une typologie. Cette typologie est à la fois un instrument pour l’élaboration et l’objet de la représentation. L’observation à des échelles diverses, notamment lorsqu’on passe aux échelles les plus grandes2, implique qu’on précise certaines catégories ou qu’on en abandonne d’autres afin de rendre compte de l’hétérogénéité de la forêt telle qu’elle nous apparaît. J.-B. Racine et C. Raffestin soulignent la nécessité de distinguer l’échelle cartographique qui « rend compte de la représentation de l’espace en tant que “forme géométrique” » et l’échelle géographique qui « rend compte de la représentation du rapport que les sociétés entretiennent avec cette “forme géométrique” » (Racine, Raffestin, Ruffy, 1984 : 87). La perception de la distribution spatiale des objets et phénomènes géographiques est liée à l’échelle géographique : les auteurs cités font remarquer que l’homogénéité des phénomènes croît en raison inverse de l’échelle. On observera, en effet, que l’impression d’hétérogénéité des plages forestières sur la carte de la végétation au 1/200 000 est plus forte que sur les cartons botaniques (au 1/1 250 000). Les cartes que nous avons réalisées (au 1/50 000 environ) ne permettent de repérer aucune régularité et l’hétérogénéité est forte. En outre, la mise au point d’un protocole de description de l’espace concret ne doit pas faire oublier une autre échelle, l’échelle de temps qui guide l’appréhension des aspects dynamiques.

3Le problème majeur posé par l’espace concret de la forêt privée, et spécialement dans les moyennes montagnes du Rouergue, est un problème de lisibilité. La forêt est une masse forestière dont on perçoit, au sol ou du ciel, toujours beaucoup mieux les limites et l’impression de volume que les nuances internes. On verra que la forêt privée s’apparente à une mosaïque compliquée, marquée par de nettes discontinuités. Cette marqueterie ne peut pas être seulement le fruit de la nature conçue comme l’ensemble des processus physico-chimiques et biotiques régissant le fonctionnement d’un écosystème. On pourrait penser que l’aspect mosaïcal est un artefact dû au choix d’une échelle trop grande. Certes, la perception visuelle des gradients est-ouest (la diminution des influences atlantiques) n’est possible qu’avec une échelle assez petite mais on ne doit pas oublier que l’hétérogénéité à grande échelle est aussi le résultat spatial des logiques socio-économiques des sociétés rurales locales. Cette hétérogénéité peut être interprétée à partir des différences de stratégies des propriétaires. Avant de s’attaquer à la question compliquée des logiques d’action de ces derniers, on examinera l’espace concret à différentes échelles et avec différentes grilles de lectures, afin d’en dégager les principales caractéristiques.

À l’échelle départementale : forcer l’intelligibilité, La méthode cartographique

  • 3 « Il faut être conscient de cette diversité des possibilités de caractérisation d’une forêt » (Arn (...)

4Faire une carte des forêts est chose courante ou, à tout le moins, la forêt apparaît sur de multiples cartes : carte topographique, carte de la végétation (CNRS), cartogrammes et cartes de l’IFN, cartes thématiques réalisées à partir de sources statistiques ou cartes d’après photo-interprétation (Arnould, Dérioz, Hotyat, 1992). Pourtant, qu’est-ce que la forêt en tant qu’objet géographique concret3 ? À l’échelle mondiale, des changements de définition peuvent entraîner des variations importantes d’une tentative d’inventaire à l’autre (Arnould, 1995 : 22-23). À condition qu’on ait trouvé une parade à ce premier problème, il reste la question du langage cartographique (Bertin, 1967). Ce dernier a des limites en termes de lisibilité : trop d’information annule l’information. La confection d’une carte implique donc une opération – au sens chirurgical du terme – de division (Brunet, 1987 ; Béguin, Pumain, 1994). Classer les forêts en catégories implique de tailler dans le vif pour rendre intelligible l’ensemble. C’est pour cette raison qu’on parle d’une intelligibilité forcée par la méthode cartographique. La difficulté de ce travail de classement sera illustrée autour de trois exemples. On analysera trois types de cartes pour tenter de faire le point sur trois sujets : la forêt et les volumes de relief, la forêt et le contenu floristique, la forêt et son expression statistique.

Forêt et pente : les « travers » et la localisation des massifs

  • 4 Pour la région d’étude voir : Dupias, Cabaussel, 1966 et Dupias, Lavergne, 1968.

5Sur l’ensemble de la région étudiée, la contrainte topographique est fortement lisible à travers divers documents cartographiques, aux échelles moyennes et grandes. La lecture de cartes topographiques (IGN) et de la carte de la végétation de la France4 montrent que pour la moyenne montagne rouergate, la forêt, c’est la pente. La contrainte physique de la pente dans l’organisation et les réorganisations de l’espace agricole confine la forêt sur les secteurs en forte pente. Le mot « travers » est partout utilisé en Rouergue pour désigner une pente forte, impropre aux pratiques culturales. Traditionnellement, il s’agissait de pâturages. Actuellement, ces parcelles sont de moins en moins utilisées pour le pâturage. Elles sont souvent enforestées.

Une forêt linéaire : les « travers »

  • 5 Voir Dérioz, 1994-a ; Collectif, 1996-a.

6Conventionnellement, les cartes de l’Institut géographique national représentent les plages forestières en un vert sans nuance même si un figuré permet de distinguer bois de conifères, bois de feuillus ou bois à mélange de feuillus et de conifères. Lorsque la densité diminue, une autre catégorie prend le relais : la « broussaille », preuve de la difficulté qu’il y a à nommer les terres marginales, oscillant entre agriculture et forêt5. Sur la carte topographique de Saint-Géniez d’Olt (IGN : série orange, 1/50 000, no 2538) on observe à quel point il y a correspondance entre forte pente et forêt. Dans cette région, les cours d’eau, localement appelés « boraldes » sont perpendiculaires à leur principal collecteur, le Lot. La forêt correspond aux versants de vallées en « V » encaissées de 200 à 300 m. Elle s’inscrit dans un espace en creux. Les interfluves sont déboisés et consacrés à l’agriculture. Lorsque la forêt est localisée sur les versants de vallées, elle a une organisation spatiale en réseau. Ces « travers » aux pentes fortes (jusqu’à 50 % pour les secteurs les plus en pente), forment les coupures caractéristiques des pays de hauts plateaux qui constituent la moyenne montagne rouergate. Le réseau de transport ne traverse que rarement ces espaces : il s’organise sur les interfluves qui représentent l’espace agricole utile. On gagne la forêt par en dessus ; on y descend plus qu’on n’y arrive. Forêt-réseau, elle est aussi forêt-marge : les limites de finages sont fixées sur les cours d’eau plus que sur les interfluves et la forêt constitue une zone-frontière. Sur la carte d’Espalion, située immédiatement à l’ouest, on relève la présence de l’abbaye de Bonneval, ancienne abbaye cistercienne dont la situation topographique, « à mi-côte d’une gorge étroite et profonde », est assez semblable à une autre création cistercienne du xiie siècle dans la région, l’abbaye de Bonnecombe, fondée en 1162.

  • 6 Il en va de même pour la feuille no 58. Dans les conclusions, en fin de notice, les auteurs évoque (...)

7Cette forêt en creux, cette forêt réseau n’est pas une exception dans le sud-ouest du Massif central. La feuille n° 65 de la carte de la végétation de la France (au 1/200 000), couvrant un terrain allant, d’ouest en est, du Ségala tarnais au mont Aigoual et, du nord au sud, du Causse comtal (ou Causse de Rodez) aux monts de Lacaune, permet d’aboutir à la même conclusion6. L’élaboration de cette carte a nécessité un très important et minutieux travail de collecte et de synthèse de l’information (Dupias G., 1961). Le résultat est un document de lecture assez difficile car les plages de couleurs, les symboles sont nombreux. La légende est longue et complexe. Mais, pour le plateau du Ségala (ouest du département de l’Aveyron), le rendu visuel donne une information très nette. L’impression de linéarité de l’espace forestier l’emporte très largement : la forêt ne constitue pas de plages étendues sur le plateau. Cette structure spatiale linéaire correspond au réseau hydrographique, à un réseau de vallées nettement encaissées. Cette disposition spatiale évoque la forêt-galerie : le développement de l’espace boisé de part et d’autre du cours d’eau correspond aux secteurs de forte pente. On remarque une exception : la faille de Villefranche-de-Rouergue se traduit dans les volumes de relief par un talus boisé de direction régulière nord-sud assez remarquable. L’agriculture et la forêt ont donc deux espaces séparés. Les bois se maintiennent là où la pente rend trop difficile, trop coûteuse et trop dangereuse la mécanisation. Certes, il existe des bois sur les plateaux mais leur importance spatiale reste limitée et tend à diminuer dans cette région depuis que le peuplement, dans la première moitié du xxe siècle, s’est déplacé des versants de vallée vers le plateau (Groupe d’ethnologie rurale, 1963). Même si la situation est moins nette vers le sud du département, de part et d’autre de la moyenne vallée du Tarn, la localisation des forêts aboutit à un dispositif spatial de même nature mais densifié car les interfluves sont moins développés. La forêt en Aveyron est géographiquement un espace marginal, incrusté topographiquement dans l’espace agricole. Elle est localisée là où l’agriculture mécanisée atteignait ses limites.

Causses et « montagne » : les plages forestières compactes

  • 7 Ce document a été établi d’après la couverture photographique aérienne réalisée pour le troisième (...)

8Mais toute la forêt aveyronnaise n’est pas une forêt-réseau, une forêt linéaire. Spatialement, les plages les plus compactes correspondent aux Causses et à la « montagne » (Aubrac, Palanges, Causse noir). Les monts de Lacaune et l’Aubrac contiennent des forêts non linéaires de quelque ampleur. C’est très nettement visible sur la « Carte des types de formations végétales de l’Aveyron » de l’inventaire national au 1/200 0007.

9Malgré cela, la partie sud du département est, sur cette « Carte des types de formations végétales de l’Aveyron », tout comme sur la carte de la végétation au 1/200 000, visuellement bien mise en évidence, à partir de la rive gauche du Tarn. Les formations végétales non agricoles y forment des plages très compactes. Les bastions forestiers les plus remarquables par leur ampleur sont le Causse noir et ses nouvelles forêts de pins, et, d’autre part, les monts de Lacaune, où le reflux de l’agriculture a cédé aux bois l’essentiel de l’espace. Pour le reste, les landes et les pelouses pastorales occupent de larges espaces, surtout sur le Larzac et ses avant-causses. Pour les Causses (le Larzac et ses contreforts mais aussi, vers le nord, le Causse comtal et les avant-causses du Quercy, les formations de type landes et pelouses calcaires occupent les parties planes. La forêt y est toujours liée à la pente mais la structure linéaire liée au réseau hydrographique n’apparaît plus : les formations boisées sont situées sur les talus des plateaux calcaires.

10Au total, la forêt, en faisant abstraction de ses structures et de ses différences internes, est, à quelques notables exceptions près (Aubrac, Palanges, Causse noir), confinée dans les secteurs de forte pente : vallées encaissées et talus des plateaux calcaires. Les cartes dont on a commenté des extraits mettent très nettement en évidence le lien fort entre accidents et coupures topographiques et présence de la forêt.

  • 8 Après avoir quasiment disparu de la vallée du Lot, les vins d’Entraygues et du Fel font un timide (...)

11L’importance du drainage des eaux vers le bassin de la Garonne par le Tarn, le Lot et leurs affluents, donne à la géographie forestière du secteur un aspect linéaire et organisé en ramifications tout à fait remarquable. Il faut bien souligner l’importance des cours d’eau orientés est-ouest et de leurs vallées, encaissées de plusieurs centaines de mètres. Sur leurs versants, le recul de la viticulture8 et de l’arboriculture s’est traduit par de forts taux de recouvrement d’une végétation paraforestière évoluant vers la chênaie pubescente. À plus grande échelle, on a constaté que la forêt est à la fois une limite parce qu’elle correspond souvent à des frontières de finage, et une marge car elle est en dehors des aires d’activité économique dominantes et des axes, même locaux, de transport. Le contexte de moyenne montagne caractérisée par un relief coupé semble donc déterminant pour rendre compte de la disposition spatiale des forêts.

Forêt privée et floristique : une forêt de feuillus

  • 9 CNRS, Service de la carte de la végétation, Toulouse.

12Si l’espace concret de la forêt aveyronnaise est d’une lecture aisée quant à sa dispersion spatiale, les nuances floristiques internes posent un plus grand problème. La carte de la végétation9 est l’entreprise scientifique qui a établi le meilleur compromis entre précision, rigueur et lisibilité. Au début des années soixante, l’étendue des connaissances botaniques, pour l’Aveyron, était très inégale.

« Ce sont toujours les mêmes localités, celles qui hébergent des plantes rares, qui ont attiré les botanistes collecteurs, tandis que de vastes secteurs non pourvus de plantes exceptionnelles ont été négligés systématiquement. C’est ainsi que les Gorges du Tarn, les plateaux des sables dolomitiques, ont donné lieu à une profusion de notes floristiques, tandis qu’on chercherait en vain une liste pour les immenses étendues du Ségala, dont la flore est évidemment, en comparaison, bien monotone » (Dupias, 1961 : 87).

13D’une manière générale et comme pour les forêts, on retrouve l’opposition entre les secteurs jugés intéressants et les autres, dédaignés car moins gratifiants sur le plan de la découverte scientifique. La végétation des Cévennes et des Causses a fait l’objet de nombreux travaux de la part, notamment, des chercheurs basés à Montpellier (par exemple : Braun, 1915 ; Liou, 1929 ; Flahault, 1933 ; Braun Blanquet, 1923 ; Thiault, 1968 ; Hubert, 1978). Les massifs anciens situés au sud du Massif central, trop loin de Montpellier et de Toulouse, considérés comme moins intéressants sur le plan botanique, sont restés dans l’ombre, malgré la présence dans la région d’une sommité de la botanique, l’abbé Coste (Coste, 1906).

14Quand le projet des cartes de la végétation est lancé, c’est de couverture systématique qu’il s’agit, et non plus de stations de plantes rares. Il convient désormais de fixer des catégories pour réduire la complexité végétale à des types pouvant donner lieu à une cartographie. La simplification, procédure nécessaire dans toute entreprise cartographique, a poussé à l’établissement de catégories d’appréhension du réel. À quelle échelle et sur quelle base théorique cartographier la végétation ? Dans la Flore de France de Lamarck et De Candolle, apparaît une première tentative de cartographie de la végétation. À la fin du xixe siècle, Charles Flahault (1894) élabore un projet et réalise une carte des formations végétales de la région de Perpignan. La réflexion théorique avait fait un important pas en avant avec Henri Gaussen (spécialiste de biologie végétale à Toulouse) et René Rol (botaniste à l’école nationale des Eaux et Forêts), auteurs de la planche sur la végétation de la France, dans l’atlas de France, sous la direction d’Emmanuel de Martonne, dans l’entre-deux-guerres. Après la Deuxième Guerre mondiale, le principe retenu, pour la carte de la végétation de la France, a été celui des séries de végétation défendu par Henri Gaussen et son équipe (carte au 1/200 000), plutôt que celui fondé sur la phytosociologie (carte au 1/20 000), défendu Louis Emberger et Josias Braun-Blanquet (Emberger, 1930-b ; Braun-Blanquet, 1944 ; Braun-Blanquet et al, 1947).

15La remarque de Dupias (citée supra), co-auteur des deux cartes qui couvrent notre terrain (65-Rodez et 58-Aurillac), mettait l’accent sur le premier principe théorique qui sous-tend ce travail de cartographie : la distinction entre flore (inventaire des espèces présentes dans une région) et végétation, cette dernière se définissant comme un ensemble architectural qui résulte de l’agencement dans l’espace des types végétaux présents sur une portion quelconque de l’espace géographique.

  • 10 Emberger, 1930-b.
  • 11 Voir : Lepart, Escarré, 1983 ; Arnould, 1992 ; Larrère, 1993.
  • 12 La forêt pin Longleaf, aux USA, se maintient mais grâce à des incendies périodiques. Il s’agit d’u (...)

16Le deuxième principe fondateur de ce projet est celui du dynamisme de la végétation10. On postule que, sur une durée limitée, la succession des groupements n’est pas due au hasard. Les groupements appartiennent à un ensemble dynamique, un « phylum », dont l’évolution spontanée conduit vers une forme finale qui posséderait, une fois installée, une stabilité de longue durée. Cette notion a été contestée11, notamment parce qu’il y a un certain paradoxe à donner un terme statique à une évolution dynamique12. Mais c’est sur cette notion que repose le principe des séries de végétation. La série est une chaîne d’unités phyto-sociologiques. Il n’y a pas contradiction entre la définition d’associations et leur intégration dans une série. Afin de donner une cohérence à un niveau supérieur, la carte de la végétation replace chaque série dans des catégories plus vastes telles que l’étagement ou la zonation. L’utilisation de ces catégories complexes fait de la carte de la végétation une synthèse écologique et floristique.

17Sur le plan de la sémiologie graphique, le principe de la signification écologique des couleurs a été mis au point puis appliqué (Gaussen, 1958 ; Gaussen, 1961). La couleur qui désigne la série est choisie en fonction des conditions du milieu. Le bleu, par exemple, est utilisé pour la série du hêtre car son déterminant écologique essentiel est l’humidité.

  • 13 Teinte plate : stades arborescents ; demi-teinte : stade arbustif ; teinte pâle : stade herbacé.

18Enfin, le dernier principe de cartographie est la distinction physionomique de la végétation. Pour cela, on utilise la variation de l’intensité de la couleur qui correspond aux divers stades physionomiques d’une même série13. Des hachures horizontales représentent les reboisements. Ainsi, on peut établir visuellement la distinction entre des landes, des landes boisées, des pelouses, des bois, des reboisements ou des cultures.

Une forêt de feuillus

19La domination des forêts de feuillus est ce qui caractérise la forêt aveyronnaise sur le plan phytogéographique, même si on considère, sur les Causses majeurs, le pin sylvestre comme une espèce locale. Par ailleurs, les reboisements ont été importants (voir supra) et des bastions d’enrésinement existent (le Causse noir, le revers aveyronnais des monts de Lacaune, à l’extrême sud du département, le Levézou). Mais s’ils marquent localement le paysage au plan local, ces reboisements ne remettent pas fondamentalement en cause la prédominance des feuillus.

  • 14 Quercus robur L. ; Q. petraea (Mattus.) Liebl. ; Q. pubescens Willd. La nomenclature est celle uti (...)

20La végétation potentielle du secteur, en son entier, est considérée comme forestière (Dupias, Cabaussel, 1966 et Dupias, Lavergne, 1968). Pour la partie nord du département, il s’agit d’une convergence d’influences montagnardes (depuis le nord), atlantiques et subméditerranéennes. La partie nord-est du département est dans l’étage de la hêtraie ; les tourbières peuvent y être nombreuses. Vers l’ouest, en Viadène, on passe progressivement à l’étage du chêne pédonculé avec des pins sylvestres en peuplements subspontanés. Plus au sud, on trouve des associations formées des trois sous-espèces de chênes rencontrés dans la région : le chêne pédonculé, le chêne sessile et le chêne pubescent14. Outre une large plage de hêtraie-chênaie sessiliflore, on rencontre toutes les combinaisons de ces trois chênes. Sur les Causses mineurs, entre Lot et Aveyron, le chêne pubescent forme des plages uniformes.

  • 15 Prioton, 1973 ; Prioton, 1974.

21Au sud de la rive gauche de l’Aveyron, le massif du Levézou est bien individualisé. La formation forestière naturelle dominante serait la hêtraie, laissant place localement à des tourbières. C’est là que se retrouvent les derniers signes des influences montagnardes. Vers le sud-ouest, la végétation est dominée par le chêne pédonculé mais en association, localement, avec le hêtre, plus rarement avec le chêne sessile et très exceptionnellement avec le chêne tauzin qui atteint la limite orientale de son aire. Vers le sud, les influences subméditerranéennes s’intensifient avec des peuplements de chênes verts, spécialement dans la vallée du Tarn et dans le rougier (bassin de grès permiens) de Camarès. À l’extrême sud, sur les monts de Lacaune, on retrouve des associations de hêtre et de chêne. Sur les Causses majeurs, le hêtre serait également spontané. Un débat ancien a été exhumé, au début des années soixante-dix, à propos de la question du caractère spontané du hêtre et du sapin pectiné dans cette région. Jean Prioton, ancien conservateur des Eaux et Forêts et naturaliste a défendu, 40 ans après Flahault (1933), la thèse selon laquelle hêtre et sapin pectiné seraient des essences naturelles sur le Farzac. L’affirmation de la « vocation forestière » des Grands Causses constituait un argument de plus en faveur de la défense du plateau contre l’extension du camp militaire15.

22Ainsi, sur un espace réduit (120 km maxi. du nord au sud ; 110 km maxi. d’est en ouest), on constate que la végétation naturelle, ou climacique, connaît de nombreuses nuances. Du nord au sud, s’affirment les influences péri-méditerranéennes en même temps que s’affaiblissent les marques caractéristiques de la végétation montagnarde. D’est en ouest, les gradients mettent plutôt en valeur l’atténuation des caractères atlantiques : les stations de chêne tauzin sont absentes dans la partie orientale où le pin sylvestre prend une plus grande importance. Toutefois, l’existence ou le repérage de ces gradients ne masque pas le caractère très tranché et très contrasté de la végétation : bastions de hêtraie sur les massifs les plus élevés, les plus froids et les plus arrosés ; plages compactes de chênaie pubescente sur les tables calcaires et le grand bassin de grès et d’argiles permiennes de Camarès.

  • 16 Cette reconquête forestière inquiète certains observateurs : « Quand la forêt bénéficie de conditi (...)

23Les réflexions critiques sur la notion de climax ont souligné les difficultés et les impasses dans le travail de définition du terme et de ce qu’il recouvre. Il s’agirait d’un « concept à tout faire » selon P. Arnould, d’une « fiction rationnelle » selon R. Larrère. La proposition d’une carte de la végétation potentielle est le point de départ d’un récit : la terrible histoire de la destruction de la nature par les hommes. Nous avons essayé de montrer (voir supra) que la production de l’espace correspondait à la mise en place d’un espace humain qui obéit à la triple influence concomitante d’un pôle socio-économique, d’un pôle de l’espace concret et d’un pôle de l’espace public. Le travail scientifique qui aboutit à la construction des cartons botaniques accompagnant la carte de la végétation représente un effort pour ressusciter la nature ou pour donner une image de l’espace réduit à sa naturalité. Ce que nous observons est tout autre. Certes, dans l’espace concret de la forêt rouergate, on retrouve des hêtres, des chênes, et on constate que leur répartition spatiale dépend des contraintes du milieu (nature des sols, humidité atmosphérique, altitude, latitude). Mais les sociétés ont partout retravaillé, redessiné et remodelé l’espace à la mesure de leurs besoins et de leurs moyens. Le châtaignier, par exemple, s’est imposé presque partout ; la forêt a reculé ; l’agriculture et l’arboriculture ont imposé des plantes et des paysages agraires nouveaux qui ont fixé à la forêt ses limites. Depuis la parution de la carte de la végétation de la France, le recul de l’agriculture a laissé le champ libre à la reconquête forestière spontanée16.

Une mosaïque forestière

  • 17 « Dans un ensemble composé d’éléments, hétérogènes quand on les prend un à un, le sujet doit décou (...)

24La carte de la végétation de la France montre un espace « réel » où l’agriculture, dans la deuxième moitié des années soixante, était le mode majeur d’occupation de l’espace. Effet induit par la technique de cartographie, notamment par le choix de l’échelle cartographique, mais aussi réalité de la composition interne des forêts, l’espace forestier présente, sur ce document, une grande complication de détail. Il est difficile d’en bâtir le commentaire, sauf à se raccrocher aux catégories et à la méthodologie qui fondent la carte17.

« Intéressant à la fois le bassin d’Aquitaine, les zones cristallines et calcaires du Massif central et les confins de la région méditerranéenne, placée au carrefour des influences atlantiques, méditerranéennes et continentales et offrant une grande variété des conditions de sol et de relief, la feuille présente la gamme complète des séries de végétation des étages inférieurs à la zone montagnarde, à la fois sous climat méditerranéen et sous climat atlantique. » (Dupias, Cabaussel, 1966)

  • 18 La série Cpu (propeméditerranéen) constitue un ourlet étroit autour des séries méditerranéennes (s (...)

25Comme on se situe dans une région de convergence d’influences diverses, les grandes divisions, que l’on peut arriver à repérer grâce à de multiples indices, s’effacent devant une hétérogénéité qui est, spatialement, partout la règle. En effet, à l’échelle choisie (1/200 000), les limites d’influences sont difficilement perceptibles car il est, en réalité, question de zones de transition qui s’étalent sur plusieurs kilomètres. À la lecture de la carte de la végétation de la France, on constate que les plages floristiquement uniformes de grande taille, pour ce qui concerne les espèces dominantes de la strate arborée, sont rares. La hêtraie de l’Aubrac (série du hêtre, étage montagnard) est à peine perturbée par des plages de reboisement en sapins, épicéas, mélèzes ou douglas). La chênaie sessiliflore des Palanges a été assez fortement modifiée par des reboisements en pins sylvestres et pins noirs d’Autriche. La forêt de pins sylvestres du Causse noir a été, elle aussi, par secteurs, reboisée en pins noirs d’Autriche. Enfin, les monts de Lacaune, pour leur partie supérieure, présentent une hêtraie assez homogène. Partout ailleurs, la situation est beaucoup plus compliquée : les aires de la série du chêne pubescent latéméditerranéen18 ou propeméditerranéen (seulement pour l’extrême sud du département), de la série du chêne pédonculé et du chêne sessile s’enchevêtrent. On a le sentiment de ne jamais se situer au centre d’une aire mais d’être sur un continuum (Godron, 1967). Floristiquement, l’espace doit se lire sur le mode de la transition. Ici, en effet, les domaines atlantique, méditerranéen et montagnard sont fortement imbriqués et le passage de l’un à l’autre se fait de manière très progressive.

26Ce continuum implique une hétérogénéité qui s’exprime partout mais à des degrés divers. Dans le sud du département, dans la région de Brusque et Arnac-sur-Dourdou par exemple, on observe que sur un espace réduit coexistent la série du hêtre, la série du chêne pubescent latéméditerranéen, la série du chêne vert et des faciès à châtaigniers. L’hétérogénéité culmine dans le Ségala. Sur le même versant d’un affluent de rive droite de la vallée du Viaur peuvent coexister des bois de hêtres (série du hêtre, étage montagnard), de chêne pédonculé et de chêne tauzin (série du chêne tauzin et du chêne pédonculé, étage atlantique), de chêne sessile (série du chêne sessile, étage collinéen). En outre, ces vallées encaissées sont profondément marquées par les vergers de châtaigniers. Ces derniers, malgré leur extension considérable et le fait qu’ils forment des plages mono spécifiques, ne sont considérés que comme des altérations des séries du chêne pédonculé ou du chêne sessile. Enfin, ultime complication, en amont, des secteurs ont été reboisés en pins sylvestres et en pins noirs d’Autriche.

27La carte des types de formations végétales de l’IFN est dressée avec un appareillage théorique beaucoup plus simplifié. On y représente des types de formations végétales définies par l’espèce dominante et par le traitement sylvicole, sans faire intervenir des notions d’aires floristiques ou d’évolution dynamique. Mais sa lecture donne la même impression de très forte hétérogénéité. Cette difficulté de lecture, commune aux deux cartes analysées tient-elle aux principes de cartographie retenus par les auteurs ou butte-t-on sur une complexité inhérente à l’espace concret ? Si la carte ne peut représenter qu’au prix d’une sélection, donc d’une simplification, les auteurs de la carte de la végétation de la France et les commanditaires de la carte des types de formations végétales de l’Aveyron n’ont pas voulu d’une forte simplification. Il en résulte des cartes qui nécessitent une lecture attentive. La question posée est la suivante : à l’échelle cartographique de quadrilatères dans lesquels on peut inscrire des territoires de la taille d’un département, est-il possible de porter sur la carte des plages de végétation homogénéisées par un processus de mise en catégories, de « discrétisation », pourrait-on dire, de telle façon qu’elle en conserve une lisibilité acceptable ? Pour les forêts étudiées, forêts constituées de plages parfois importantes mais le plus souvent de taille moyenne, elles-mêmes subdivisées en un nombre considérable de propriétés, donc soumises à des interventions multiples selon des calendriers indépendants, la cartographie au 1/200 000 a le double inconvénient de ne pas mettre assez nettement en évidence les grandes aires écologiques (mieux visibles sur les cartons botaniques au 1/1250 000) et de ne pas rendre suffisamment perceptible la complication de détail qui fait toute son originalité.

28Faut-il alors chercher vers d’autres principes de cartographie pour trouver une efficacité à l’échelle départementale ?

Compter la forêt. La carte thématique : plages et points

29La cartographie thématique, en imposant une forte simplification, peut donner de l’espace concret une représentation efficace. Menée à l’échelle de la France, le test est concluant (Arnould, Dérioz, Hotyat, 1992). Qu’en est-il pour un département de 870 000 hectares ?

30En changeant de méthode cartographique et en passant à des cartes thématiques, on change aussi d’objectif. Les cartes analysées précédemment se donnaient comme but une représentation en couleurs de la végétation en fournissant le maximum d’information sur les nuances et les variations à l’intérieur des plages forestières, voire sur les aspects dynamiques (séries de végétation). La cartographie thématique en plages et en points proportionnels cesse de représenter des objets ou le contour des objets. Elle intègre un niveau d’abstraction supplémentaire. Chaque circonscription de base est considérée comme uniforme. On y applique les modalités d’un caractère quantitatif de rapport, une valeur moyenne ou un taux pour une carte en plages ou bien les modalités d’un caractère quantitatif de stock pour une carte en proportions. Ce sont donc des chiffres rapportés à des circonscriptions. On peut donc présenter des cartes dont le fond est identique et comparer la distribution spatiale de l’intensité ou de la valeur absolue de phénomènes différents.

  • 19 La méthode de Jenks ou algorithme de Jenks est une procédure automatique « qui teste successivemen (...)
  • 20 La discrétisation s’est faite en deux temps. D’abord on cherchait les bornes de classes selon la m (...)

31Le troisième et dernier inventaire en date des forêts de l’Aveyron par l’IFN donne des chiffres à l’échelle de la commune, alors que les deux premiers inventaires ne détaillaient l’information qu’au niveau des régions forestières. Le nombre important de communes (305) se prête bien mieux à une cartographie de ce type que les divisions peu nombreuses et irrégulières des régions forestières. Le fond de carte communal donne un maillage serré de plages à renseigner. Pour traiter les séries statistiques, le parti pris a été d’adopter un nombre de classes réduit, quatre à cinq classes selon l’allure de la distribution. Pour les discrétisations, on a utilisé la méthode de Jenks19, méthode qui calcule les bornes de classe de façon à construire les classes les plus homogènes20.

32La limite de ce travail de cartographie repose sur le fait qu’une carte thématique par plages érode, par le procédé statistique de discrétisation, la richesse de l’information donnée par la distribution des valeurs. Autre limite de la cartographie thématique : il est difficile de superposer plusieurs couches d’information sur une même carte et on est souvent contraint à donner une carte par thème. Cela oblige à multiplier les cartes dans un mode analytique de représentation des données.

33Le travail de cartographie a porté sur l’ensemble des types forestiers afin d’établir une image de la répartition spatiale des forêts aveyronnaises en valeur absolue et en fonction du taux de boisement, par communes. Dans un second temps, une série de cartes par types forestiers permet d’obtenir un mini-atlas des forêts aveyronnaises.

La couverture forestière

  • 21 Par taux de boisement, on entend le taux de recouvrement de tous les types forestiers (statistique (...)

34Le taux de boisement départemental est de 27 % environ. C’est un chiffre proche de la moyenne française. Cependant, localement, on observe de fortes différences. La comparaison entre la carte des densités de population et la carte des taux de boisement21 fait apparaître la spécificité du sud du département (cartes 20-a et 20-b). Le versant nord des monts de Lacaune, le Rougier de Camarès, la région des Grands Causses et la basse vallée du Tarn (limite sud du Levézou et du Ségala) forment un secteur où les taux de boisement sont forts. Ce secteur correspond aux régions les moins densément peuplées, aux secteurs qui ont connu le dépeuplement le plus intensif depuis le plus longtemps. On peut faire la même remarque pour la partie nord du département (vallées du Lot et de la Truyère).

  • 22 Nous appelons formations paraforestières les types de végétation recensés par l’IFN, sous les caté (...)

35La carte des régions ayant perdu le plus d’effectifs depuis la fin du xixe siècle est aussi très révélatrice. Si on la compare à la carte des taux de couverture des formations forestières et para forestières22, on constate qu’il y a un lien très fort – et assez peu surprenant – entre déprise rurale et enforestation (cartes 21-a et 21-b). La différence entre la carte des taux de boisement et la carte des taux de recouvrement des formations forestières et paraforestières est assez importante. Elle porte essentiellement sur la région des Grands Causses où les pelouses calcaires et les landes occupent de grandes superficies. Pour une moindre mesure, la remarque vaut pour l’Aubrac et les Causses mineurs (Causse comtal).

Petit atlas des types de forêts en Aveyron

36Avant d’exposer les planches de cet atlas de poche, on se doit de rappeler ce qui entre dans les catégories de l’Inventaire forestier national (IFN, 1985 et IFN, 1981).

37Pour l’IFN, on appelle « formations boisées de production » des formations végétales constituées par des arbres ou arbustes recensables (diamètre à 1,30 m égal ou supérieur à 7,5 cm) appartenant à des essences forestières. Elles doivent satisfaire à un certain nombre de conditions : le couvert apparent des tiges recensables, c’est-à-dire la projection des couronnes sur le sol, doit s’élever, au moins, à 10 % de la surface du sol ; la surface doit avoir au moins 5 ares avec une largeur moyenne en cime d’au moins 15 cm.

38Ces formations boisées ne doivent pas avoir essentiellement une fonction de protection ou d’agrément. Les châtaigneraies à fruits sont le seul type de vergers inclus dans cette catégorie.

39On appelle « forêt » une formation boisée de production qui appartient à un massif boisé d’au moins 4 hectares avec une largeur moyenne en cime d’au moins 25 m. Les « boqueteaux » sont de petits massifs boisés de superficie comprise entre 50 ares et 4 hectares avec une largeur moyenne en cime d’au moins 25 m. Les « bosquets » sont de petits massifs boisés compris entre 5 ares et 50 ares avec une largeur moyenne en cime d’au moins 15 m, et tous les massifs d’une largeur moyenne en cime comprise entre 15 m et 25 m sans condition de surface maximale.

40Les landes (catégorie qui groupe les « landes, friches et terrains vacants non cultivés et non entretenus ») forment une catégorie délicate à manier. À ses deux extrémités, elles se distinguent assez mal de l’espace agricole et de l’espace forestier. Le caractère vacant et non cultivé est difficile à cerner (Dérioz, 1994-a). Selon l’échelle de temps utilisée, l’abandon et l’absence d’entretien peuvent avoir un caractère plus ou moins durable. Pour ce qui est de la distinction landes/forêts, 1 IFN admet que la lande puisse contenir des arbres forestiers (« épars ou en bouquets de surface inférieure à 5 ares »), si le taux de recouvrement du sol n’excède pas 10 % ou que la densité à l’hectare soit inférieure à 500 tiges. Ainsi la différence et la frontière entre « landes » et « boisements lâches » est relativement ténue.

carte 20. (A, B). 1990. Aveyron : densité de la population et taux de boisement

carte 21 (A, B). Dépopulation et taux de couverture des formations forestières et paraforestières

41L’information des inventaires forestiers est de deux types essentiellement : elle donne une information sur la composition floristique (opposition feuillus/résineux) et sur la structure forestière (taillis, futaie).

42Du point de vue floristique, on considère qu’une espèce qui constitue plus de 75 % des effectifs donne son nom à la catégorie. La statistique ne distingue pas les trois principales sous-espèces de chênes (pédonculé, pubescent et sessile). La catégorie « autres futaie feuillues », « autres taillis », « boisements morcelés » ou « boisements lâches » de feuillus désignent des formations qui ne sont pas dominées par le hêtre ou le chêne et où le mélange des essences feuillues est la règle. Les châtaigneraies à fruits forment une catégorie distincte. Pour les résineux, seuls les pins sylvestres et les reboisements en pin noir et en douglas sont identifiés. Sapins et épicéas sont comptabilisés ensemble, y compris dans les reboisements, sans distinguer les sous-espèces.

43Pour la structure des peuplements, taillis, futaie et taillis sous futaie (« futaie de feuillus mêlée de taillis ») sont les principaux types retenus. Les types les plus intéressants, pour notre travail sur la production de l’espace, sont ceux qui échappent aux catégories traditionnelles de la sylviculture.

« Il convient de souligner cependant que plus de 60 % de la superficie des peuplements feuillus et 40 % de celle des peuplements résineux n’a pu être classée dans une structure définie traduisant l’application d’un quelconque traitement sylvicole » (IFN, 1972 :60).

44Les « boisements morcelés » étaient, jusqu’au dernier inventaire, appelés « bois de ferme » pour rappeler leur forte inscription dans l’espace et les pratiques agricoles. Les boisements lâches et les châtaigneraies à fruits complètent la gamme des formations végétales atypiques du point de vue des traitements sylvicoles habituels. Dans l’analyse des résultats du second inventaire, le texte, commentant la légère régression des bois de fermes et boisements lâches, évoque « une certaine régularisation naturelle des peuplements, qui s’opère avec le temps, favorisée par l’abandon des coupes anarchiques de jadis et aidée peut-être, ça et là, par quelques pratiques sylvicoles d’inspiration récente ». L’opposition entre « pratiques sylvicoles » et « coupes anarchiques », plus qu’un cliché vivace, souligne le caractère durable de l’incompréhension et l’étanchéité entre le monde paysan traditionnel et l’univers mental des forestiers. Pour le dire autrement, la pratique paysanne de l’espace forestier entre mal dans les cadres de pensée des forestiers de formation.

45Sur le plan de la physionomie végétale, la catégorie des landes est subdivisée en sous-catégories. L’opposition principale met face à face la « pelouse pastorale » (formation végétale très représentée dans la région des Grands Causses) et les fruticées où on peut trouver des arbres isolés. On oppose aussi la lande-pâturage, les pelouses pastorales, les incultes et les friches, qui conservent un caractère agricole marqué, et les grandes landes ou les vides forestiers qui sont dépourvus d’usages agricoles.

46Compte-tenu de ces remarques, les cartes thématiques réalisées à partir des chiffres de l’IFN fournissent une vision (et une visualisation) supplémentaire de l’espace forestier aveyronnais.

L’espace forestier aveyronnais. Carte 22 (a, b, c)

47La carte d’inventaire des superficies par communes (a) fait apparaître la spécificité des régions du sud du département : les Grands Causses, la bordure du massif de l’Aigoual, les monts de Lacaune et le Rougier de Camarès sont les secteurs les plus boisées. Toutefois, la taille de certains points est liée à la grande superficie de la commune (commune de Millau, par exemple). Par ailleurs, les· pelouses et landes des Grands Causses sont intégrés dans les types forestiers de l’IFN. Il s’agit cependant moins de forêts que de milieux ouverts à des stades de fermeture variables. L’Aubrac se détache assez nettement, au nord-est. La partie centrale et occidentale du département (le Ségala et le Levézou) est nettement moins touchée par le phénomène forestier : l’agriculture y est restée maîtresse des superficies, la forêt ne se développant que sur les versants de vallées.

48La carte des superficies forestières rapportées à la surface communale (b) confirme l’importance de la forêt dans le sud-est et le nord-est du département (plus de 50 % de taux de boisement). À l’extrême ouest, l’amorce des Causses du Quercy se signale par des taux plus forts que pour le Ségala et le Levézou. Le contraste est très fort entre les hautes terres couvertes de prairies naturelles du Levézou (moins de 20 % de taux de boisement) et la région du Millavois (plus de 50 %). Il y a une rupture paysagère assez nette entre ces deux régions forestières.

49Lorsqu’on dresse la carte du taux de recouvrement des formations non agricoles (forêts, landes, friches et pelouses pastorales) on constate (c) les mêmes contrastes entre les régions pour lesquelles la greffe du modèle agricole productiviste s’est faite sans disqualification de portions importantes des terroirs et celles qui, depuis les années soixante, connaissent un net recul de l’occupation agricole du sol : Grands Causses, Aubrac, Viadène, Haute et Basse Châtaigneraie auvergnate, avant-causses du Quercy.

carte 22 (A, B, C). La forêt dans l’espace aveyronnais

La propriété forestière en Aveyron (1990). Carte 23 (a, b, c)

50La propriété communale a une distribution spatiale très éclatée et structurée en trois pôles (a) : Aubrac, Palanges et un axe Millau/Arnac-sur-Dourdou qui va des Grands Causses aux monts de Lacaune.

51La propriété domaniale (b) est encore plus concentrée : le domaine public a ses deux places fortes sur l’Aubrac et dans les monts de Lacaune. Les reboisements en forêt publique dans la région des Causses majeurs forment une nébuleuse bien identifiée. Quelques forêts domaniales de petite taille existent en dehors de ces trois secteurs : à la limite entre Ségala et Levézou (forêt domaniale des Brunes et forêt domaniale du Lagast), dans le Carladez, c’est-à-dire la région de Mur-de-Barrez, à la pointe nord du département.

52La propriété privée (c) domine au point que sa carte se confond quasiment avec celle des superficies forestières, toutes catégories de propriétaires confondus. C’est, concernant la forêt, le mode d’appropriation de l’espace dominant.

carte 23 (A, B, C). La propriété forestière en Aveyron (1990)

La châtaigneraie en Aveyron. Carte 24 (a, b, c)

  • 23 L’usage de l’adjectif « auvergnate » est curieux pour parler de régions pleinement rouergates. A. (...)

53La châtaigneraie, à l’instar de la hêtraie, a une assise spatiale très précisément circonscrite (a et b) : le rebord sud du Levézou, le Ségala et la moyenne vallée du Lot (basse Châtaigneraie auvergnate23.) Le caractère calcifuge de la plante est nettement visible d’après son absence de la région des Grands Causses et de l’extrême ouest. De la même façon, sa sensibilité au froid et à l’altitude explique son absence sur l’Aubrac et le Levézou. Les châtaigneraies à fruit sont une relique d’un système agraire fondé sur la polyculture-élevage. Elles marquent néanmoins très fortement (c) le paysage forestier de la basse et haute Châtaigneraie auvergnate mais aussi du nord-Ségala et du Bas-Ségala, autour de la moyenne vallée du Tarn, en aval de Millau, et sur l’interfluve très découpé entre Tarn et Dourdou.

carte 24 (A, B, C). La châtaigneraie en Aveyron (1990)

La chênaie en Aveyron. Carte 25 (a, b, c, d)

54La carte d’inventaire des futaies et taillis de chêne pur (a) fait apparaître à nouveau le potentiel forestier du Sud-Aveyron. Toutefois, la catégorie « chêne pur » élimine les boisements de feuillus mélangés où le chêne pédonculé et le chêne sessile sont bien représentés : cela explique l’absence de ce type forestier dans les régions du Levézou, de l’Aubrac et de sa bordure. Le domaine du chêne pubescent n’en est que mieux mis en valeur car il forme plus souvent des peuplements homogènes. Les régions calcaires (Causses et avant-causses du Quercy) ainsi que le Rougier de Camarès apparaissent nettement.

  • 24 Il y a là comme une vérification de l’étymologie du nom de la région.

55Rapportée à la surface, la distribution spatiale de la chênaie (b) est encore plus nette : deux bastions se dégagent très nettement, à l’orée du Quercy24 et autour du couple Grands Causses/bassin permien de Camarès.

56L’espace de la chênaie est nettement divisé en fonction du type de traitement (c et d). Les futaies n’existent quasiment pas dans le sud du département alors qu’elles sont plus abondantes dans les régions en bordure de l’Aubrac, au nord, le long de la vallée de la Truyère, au nord-ouest, à l’ouest-nord-ouest, ainsi que dans les basses vallées du Viaur et de l’Aveyron. Les taillis sont nettement localisés dans le sud et l’extrême ouest du département.

carte 25 (A). La chênaie en Aveyron

carte 25 (B, C, D). La chênaie en Aveyron (1990)

La hêtraie en Aveyron. Carte 26 (a, h, c, d)

57La lecture de l’espace de la hêtraie et l’interprétation des cartes de la planche sont à rapprocher du cas de la châtaigneraie en cela que la distribution des forêts de hêtre est très ciblée.

58Les cartes a) et b) illustrent bien la dépendance du hêtre vis-à-vis des conditions climatiques. La hêtraie est la forêt des montagnes bien arrosées : Aubrac et monts de Lacaune mais aussi Levézou et Bordure Lingas. On peut la retrouver en dehors de ces secteurs à la faveur de certains versants à nette exposition nord. Notons que l’espace de la hêtraie correspond aussi à la forêt publique (Aubrac et monts de Lacaune).

59La carte d) montre la rareté des taillis de hêtre. L’entretien de ces taillis demandait un savoir-faire et le respect de certaines règles. Le taillis fureté était pratiqué dans l’Aubrac, beaucoup moins dans les monts de Lacaune. En forêt domaniale, les taillis de hêtre sont éliminés par balivage et conversion au régime de la futaie.

carte 26 (A). La hêtraie en Aveyron (1990)

carte 26 (B, C, D). La hêtraie en Aveyron (1990)

Les forêts de feuillus mélangés en Aveyron. Carte 27 (a, b, c)

60Cette catégorie est très lâche en cela qu’on y a placé des forêts difficilement classables du point de vue floristique. Du point de vue des types de traitement, le spectre est très large car, outre le taillis, la futaie et le taillis mêlé de futaie (taillissous-futaie), on y intègre des forêts atypiques : boisements morcelés (anciennement appelés « bois de ferme ») et boisements lâches. Du fait du caractère très fédérateur de cette catégorie, les cartes a) et b) montrent l’omniprésence de ce type de forêts. Néanmoins, lorsqu’on dresse la carte de la part de ce type de forêts dans la superficie boisée des communes (c), on note qu’il s’agit du type de forêt qui caractérise le plus les régions les moins forestières (Ségala, Viadène, et Bordure Cantal). Il y aurait donc un lien entre faible taux de boisement et caractère hétéroclite des peuplements.

carte 27 (A, B, C). Les forêts de feuillis mélangés en Aveyron (1990)

Les forêts de feuillus mélangés en Aveyron. Carte 27 (d, e, f g, h)

61Les boisements morcelés (d) sont très présents dans tout le département, à l’exception de la région des Causses majeurs. Le caractère très envahissant de ce type forestier confirme le lien très fort entre forêt et logiques agricoles : il s’agit de plages forestières de petite taille, hétéroclites du point de vue des traitements et du point de vue floristique mais qui répondaient aux multiples besoins des exploitations agricoles traditionnelles en matériau bois. Pour les taillis et les futaies (e et f) on retrouve l’opposition nord-sud déjà repérée à propos de la chênaie : au sud les taillis, au nord, les futaies.

carte 27 (D, E, F). Les forêts de feuillus mélangés en Aveyron (1990)

62Le mélange taillis futaie (g) a une répartition spatiale très précise : les monts de Lacaune, la « Châtaigneraie auvergnate », l’ouest du Ségala et surtout la vallée du Tarn en aval de Millau. Cette répartition spatiale pose des problèmes sérieux en termes d’interprétation. Ce type forestier semble correspondre à des régions en mutation paysagère après une disqualification d’anciens systèmes agraires : la vigne (moyenne vallée du Tarn), le pastoralisme et la petite polyculture en montagne (monts de Lacaune). De même, pour le Ségala, ce type forestier peut être rapproché du passage de la polyculture-élevage à l’élevage bovin (viande et lait). Par ailleurs, les futaies et taillis de feuillus ont une distribution qui est proche de celle des principaux foyers de châtaigneraie. Les boisements lâches de feuillus (h) sont moins difficiles à interpréter : ils correspondent pour l’essentiel aux pelouses pastorales des Causses majeurs. Le paysage pastoral connaît une reforestation qui est liée à aux changements d’utilisation des terres liées à la modification des systèmes d’élevage.

carte 27 (G, H). Les forêts de feuillus mélangés en Aveyron (1990)

Les formations végétales résineuses en Aveyron. Carte 28 (a, b, c, d, e, f)

63Les formations forestières de conifères, dans le département, forment 35 % environ des superficies. Mis à part la distribution géographique des reboisements récents, les forêts de conifères concernent des secteurs très bien individualisés. Les sapins et épicéas (a) correspondent à trois massifs élevés (plus de 1 000 m) : Aubrac, Levézou, monts de Lacaune. La forêt de l’Aubrac est le seul endroit du département où on observe la hêtraie sapinière. Les monts de Lacaune sont caractérisés par le site le plus méridional du Massif central pour le sapin pectiné. La forêt de sapins et épicéas du Levézou est constituée de reboisements de la première moitié du xxe siècle. Le pin sylvestre (b) est l’arbre des Grands Causses et spécialement du Causse noir. L’aire semble s’étaler vers le nord et le Causse de Mende. Les peuplements en Viadène et dans le nord du département sont d’importance bien plus réduite. Cette répartition correspondrait à une aire naturelle du pin sylvestre mais aussi à des reboisements dans l’entre-deux-guerres.

carte 28 (A, B). Les formations végétales résineuses en Aveyron (1990)

64Les autres conifères (mélèzes et pins noirs pour l’essentiel) ont une distribution moins regroupée (c). Néanmoins, on retrouve : les Grands Causses et la vallée de la Sorgues, au sud ; l’Aubrac et les Palanges (centre du département).

65Du point de vue des forêts autres que les futaies, la carte des boisements lâches de résineux (d) se confond avec celle des boisements lâches de feuillus en cela qu’elle souligne la situation particulière des Causses majeurs et du Larzac en particulier. Les boisements morcelés de résineux sont beaucoup plus rares que leurs homologues feuillus (e). Il faut toutefois souligner que, pour les peuplements en Viadène, ces forêts compléteraient la carte du pin sylvestre. En effet, il s’agit de l’essence dominante dans les forêts de résineux de ce secteur. Enfin, la carte des reboisements récents en conifères montre qu’il s’agit d’un phénomène qui a concerné tout le territoire aveyronnais, même s’il s’agit d’espaces limités et même si les deux bastions de reboisement du Levézou et des monts de Lacaune se distinguent nettement.

carte 28 (c, D, E, F). Les formations végétales résineuses en Aveyron (1990)

Les reboisements en Aveyron. Carte 29 (a, b, c, d, e, f)

66En effet, les reboisements affectent la quasi-totalité des communes du département (a). Néanmoins, deux secteurs sont principalement concernés (b) : il s’agit du Levézou et des monts de Lacaune où la part des reboisements dans la superficie forestière dépasse 23 %, voire même 40 % pour les communes de Curan (Levézou) et de Camarès (Rougier-monts de Lacaune). Le douglas a été utilisé (c) partout, en vallée du Lot, le long de la Truyère, dans la basse vallée du Tarn, sur les marges aveyronnaises du massif de l’Aigoual et bien entendu dans les deux secteurs déjà évoqués (Levézou et monts de Lacaune).

carte 29 (A, B, C). Les reboisements en Aveyron (1990)

67Le sapin et l’épicéa (e) et surtout le pin noir (d) ont été introduits dans des secteurs limités. Le sapin et surtout l’épicéa a été très diffusé sur le Levézou où il fait le bonheur des ramasseurs de cèpes, ainsi que dans les communes des monts de Lacaune. Le pin noir a surtout été utilisé dans un court rayon autour de Millau. Enfin, la dernière carte de la planche (f) montre la part qu’occupent dans le paysage les reboisements par bandes. C’est une technique qui a été expérimentée en de multiples lieux et qui caractérise surtout les reboisements des forêts communales et privées des Palanges mais aussi tous les secteurs de reboisement du sud du département (Rougier de Camarès, Grands Causses, Bordure Lingas et monts de Lacaune).

carte 29 (D, E, F). Les reboisements en Aveyron (1990)

Les formations végétales paraforestières en Aveyron. Carte 30 (a, b, c, d, e, f)

68Les formations végétales représentées sur ces cartes ne peuvent pas toutes être considérées comme équivalentes. Les grandes landes (a) sont des landes de grande surface (en principe plus de 4 ha), formant à elles seules de grands ensembles. Elles peuvent aussi être liées à des massifs forestiers (en périphérie ou incluses dans des peuplements). Il peut s’agir de formations végétales d’altitude (Levézou, Aubrac) mais aussi de landes non montagnardes (Rougier de Camarès, basse Châtaigneraie) ou encore de landes sur dalles calcaires (Grands Causses). Dans le Sud-Aveyron, ces formations peuvent concerner près de 10 % de la surface d’une commune. C’est une formation végétale en recul devant les possibilités croissantes du machinisme agricole. Le Levézou, terre de landes dans l’entre-deux-guerres (Meynier, 1931) et jusque dans les années cinquante, est désormais rentré dans le rang. Les friches et les terrains incultes (b) sont un marqueur relativement efficace du recul récent de l’agriculture en termes d’occupation du sol. Les secteurs que la carte met en valeur sont la partie sud-ouest du bassin permien de Camarès, la bordure de l’Aubrac, le Causse comtal ainsi que son contact avec le Rougier de Marcillac et enfin les avant-causses du Quercy. Mais, au total, les superficies concernées restent modérées, rapportées à la superficie communale. La pelouse pastorale (c), à la différence des deux catégories précédentes, est intégrée dans l’espace fonctionnel de l’exploitation agricole. Pour l’IFN, il s’agit, comme pour les « grandes landes », de formations de plus de 4 hectares mais qui ont une proportion de végétation herbacée de plus de 25 % ou « qui associent par taches des parties en landes et des parties en pâturage » (IFN, 1981 : 52). La répartition spatiale de la pelouse pastorale correspond à la région des Grands Causses (du Larzac et Causse comtal) et aux pâturages de l’Aubrac. Les taux les plus importants sont atteints pour le Larzac et ses contreforts (plus de 50 %). Lorsqu’on additionne toutes les formations paraforestières, les cartes (d, e et f) font apparaître la même structure spatiale que pour les pelouses pastorales. On remarque l’importance que peuvent prendre ces formations végétales dans le paysage : plus de 60 % pour l’Aubrac ou le Larzac. Du point de vue des structures agraires, deux domaines sont à identifier : celui des exploitations à orientation ovin-lait (Grands Causses) et celui de la filière bovin-viande (Aubrac).

69Ce travail de cartographie thématique est utile pour préciser la distribution spatiale des types forestiers. Le grand nombre de communes permet une efficacité de ce langage cartographique, qu’il s’agisse des cartes d’inventaire en cercles proportionnels ou des cartes utilisant la variable visuelle valeur en noir et blanc. On peut ainsi confirmer une nuance géographique intradépartementale fondamentale : l’opposition entre les régions agricoles de l’ouest et du centre (Ségala, Levézou), riches, adaptées au paradigme de l’agriculture fortement productive et utilisatrices d’une majeure partie de l’espace, d’une part, et, d’autre part, les régions où la forêt est un poste important dans l’utilisation de l’espace (sud et nord du département, Châtaigneraie, avant-causses du Quercy). Par ailleurs, cette technique cartographique permet de bien opposer les types forestiers à la distribution spatiale diffuse et ceux qui, au contraire, sont concentrés sur certains points précis. De ce point de vue, les futaies de résineux et les boisements de feuillus mélangés ont une répartition spatiale totalement opposée. Enfin, un lien intéressant semble pouvoir être dégagé entre de faibles taux de boisement et la présence de peuplements difficilement identifiables à un type sylvicole classique.

70Toutefois, certaines distributions spatiales, observées pour des peuplements forestiers particuliers, restent difficiles à interpréter. C’est le cas, par exemple, de l’opposition entre un sud où les taillis de feuillus sont très importants et un nord plutôt caractérisé par des futaies de feuillus.

71Les cartes thématiques qui ont été proposées sont dépendantes des catégories qui ont présidé à la collecte puis à l’établissement de la statistique. On n’y voit pas la forêt mais les forêts telles que les identifient les forestiers de formation. L’espace ainsi représenté est très différent de celui des naturalistes. Il s’agit plutôt d’un recensement au sens où des chiffres sont rapportés à une maille territoriale. Ce recensement s’est fait avec des outils intellectuels qui ont peiné à s’adapter à l’espace concret des espaces forestiers rouergats.

carte 30 (A, B). Formations végétales-paraforestières en Aveyron (1990)

carte 30 (C, D, E, F). Formations végétales paraforestières en Aveyron (1990)

À grande échelle : cadastre et photo-interprétation

72Au niveau de la maille communale, il est nécessaire de s’adapter à de nouveaux outils : le changement d’échelle appelle aussi un changement des problèmes (Racine, Raffestin, Ruffy, 1984 ; Richard, 1975). En travaillant au niveau de la commune, l’idée était d’obtenir deux types de renseignements :

  • une vision diachronique des masses végétales forestières identifiées dans leur différence et non plus présentées sans distinction comme sur la carte topographique ;
  • une appréhension de la forêt au niveau de la maille territoriale la plus fine, la parcelle cadastrale.

73La réalisation de cartes à partir de deux couvertures de photographies aériennes a permis de répondre au premier objectif. Pour le second objectif, appréhender la forêt au niveau du cadastre rend obligatoire la consultation des matrices cadastrales. Or, on y parle toujours de forêt mais les catégories changent : la fiscalité du foncier non bâti a élaboré des catégories qui ne sont ni celles des forestiers, ni celles des naturalistes. Les écarts entre les chiffres sont une conséquence attendue de cette distorsion.

Une mosaïque végétale

  • 25 Elles ont été réalisées à partir de calques avec le logiciel de dessin Aldus Freehand 3.0. Les déf (...)

74On a choisi de présenter des couples de cartes obtenues à partir des photographies aériennes de l’IFN. Malgré leurs imperfections25, ces cartes permettent d’observer des points essentiels dans notre optique de travail : les caractéristiques de l’espace concret moins en termes de superficies (les chiffres des inventaires donnent l’essentiel des informations sur ce point) qu’en termes de contours, de distribution des plages forestières (caractérisées par leur physionomie et leurs espèces dominantes).

75Le commentaire de cette série de cartes porte sur deux aspects. On perçoit, à cette échelle, le caractère très compliqué et très compartimenté des plages forestières. Ensuite, la perspective diachronique courte (une douzaine d’années) souligne des changements importants dans la composition floristique et le traitement des plages forestières.

Atomisation du paysage

76Les communes de Martrin et Naussac (planches hors-texte 1 et 2) mais aussi de Bor-et-Bar, Puines et Montézic pour 1990, sont une parfaite illustration de l’interpénétration entre espace agricole et espace forestier. La forêt se distribue dans l’espace en nombreuses et petites plages. Les îlots forestiers y sont de plusieurs types : feuillus et résineux composent des « boisements morcelés », c’est-à-dire des peuplements sans traitement sylvicole identifiable, composés d’arbres de tailles et d’essences différentes. Les peuplements de petite taille semblent être systématiquement classés par l’IFN dans la catégorie boisements morcelés, ce qui est exact au vu de leur dispersion dans l’espace mais ce qui ne signifie pas qu’on ne puisse y identifier des traitements sylvicoles. À côté de ces boisements morcelés, on trouve des plages de futaie (pin sylvestre ou feuillus mélangés) ainsi que des reboisements. Le paysage forestier est donc marqué par une extrême hétérogénéité, spatialement et du point de vue de la nature des peuplements.

77L’exemple de la commune de Martrin, en Ségala, est éclairant (planche hors-texte no 1). En 1990, la châtaigneraie et la hêtraie accroissent l’hétérogénéité intra-forestière. La forêt s’organise en lambeaux qui correspondent aux secteurs de plus forte pente. Du point de vue de la physionomie, les structures atypiques sur le plan forestier (boisements lâches, boisements morcelés, vergers de châtaigniers) confèrent à l’ensemble une certaine complexité, encore renforcée par des reboisements récents.

78L’interprétation des changements intervenus entre 1978 et 1990 est délicate en cela que les modifications portent sur des masses forestières éclatées et hétérogènes. Sur la commune de Martrin, l’évolution des peuplements tend vers l’homogénéité. Pour le massif le plus important, au sud de la commune, sa partie ouest était identifiée, en 1978, comme bois de ferme et boisements lâches, elle est, en 1990, interprétée comme une plage homogène de taillis. En revanche, la présence d’une plage de châtaigneraie à la place d’une futaie de feuillus ne peut s’expliquer que par une variation dans les critères d’appréciation des faciès sur la photographie aérienne. La châtaigneraie semble en recul : les petites unités ne sont plus mentionnées en 1990. Au total, pour le Ségala, les évolutions de l’espace forestier concret sont discrètes dans un contexte où l’interprétation des photographies est rendue difficile par la petite taille des unités. Les modifications sont à percevoir à plus grande échelle.

79La commune de Naussac en 1990 est un cas de transition intéressant (planche hors-texte no 2). Pour sa partie est, le schéma est celui décrit précédemment. On se situe sur la bordure ouest de la région Ségala ; le reboisement au sud-est se situe exactement sur un escarpement de faille (faille de Villefranche-de-Rouergue), escarpement qui se traduit nettement par un talus visible sur plusieurs de kilomètres du nord au sud. La forêt feuillue y est un mélange de taillis et de futaies. Un reboisement en résineux s’est imposé aux dépens des châtaigneraies. La partie centrale de la commune, très agricole, est bien moins forestière : on y retrouve les « boisements morcelés » de feuillus. Les Causses du Quercy apparaissent au nord et ouest de la carte. Une bande forestière entoure le village de Naussac à l’est et au nord : c’est un talus qui marque la limite de la table de calcaires et marnes du Jurassique moyen du Causse de Villeneuve. À l’ouest-sud-ouest, la forêt est dominée par les taillis et les futaies naines des Causses du Quercy (chêne pubescent). Il s’agit des rares cas de présence de plages forestières sur des terrains à pente faible ou nulle pour la partie ouest du département.

80Cette spécificité tend à s’atténuer entre 1978 et 1990 car le massif situé sur le Causse s’est légèrement clairiéré. Les changements observés dans la structure laissent penser que les taillis de chênes pubescents avaient été sous-estimés au profit de la forêt en 1990. Il faut rappeler que la forêt des Causses et avant-causses du Quercy a été tantôt classée parmi les futaies de chênes, tantôt avec les taillis de chêne, lorsqu’il s’agissait de basse futaie.

Bastions forestiers

81On a repéré et décrit plus haut une opposition de paysage : au nord et à l’ouest dominent les structures spatiales en archipel et en réseaux alors qu’au sud et vers l’est, les plages plus amples sont beaucoup plus nombreuses. Les communes de Pomayrols et Lavernhe (planches hors texte 3 et 4) mais aussi de Saint-Félix-de-Sorgues et Arnac-sur-Dourdou sont caractérisées par un taux de recouvrement des forêts et des landes supérieur aux communes précédemment citées. Les chiffres du SCEES confirment que la surface agricole, dans ces communes, est nettement plus restreinte qu’ailleurs (voir tableau ci-dessous).

Taux de recouvrement des formations forestières selon les sources

Communes

1

2

3

Arnac-sur-Dourdou

93,47

100

-6,53

Bor-et-Bar

30,37

39,63

-9,25

Lavernhe

38,33

41,15

-2,82

Martrin

31,17

43,93

-12,76

Montézic

45,59

76,63

31,04

Naussac

26,42

47,55

-21,13

Pomayrols

66,03

52,73

13,30

Pruines

36,34

45,60

-9,2

Saint-Félix-de-Sorgues

60,71

57,03

3,67

1. Taux de recouvrement (%) des formations forestières et paraforestières (IFN)
2. Taux de recouvrement (%) des formations végétales hors SAU (SCEES)
3. Différence entre les taux de boisement calculés d’après les deux sources (IFN et SCEES)

82La géographie forestière de la commune de Pomayrols est semblable à ce qu’on a dit plus haut à propos des relations entre forêts et topographie (planche hors-texte no 3). Dans le Lot, limite sud de la commune, se jettent des affluents perpendiculaires qui découpent le versant en entailles de direction nord-sud. La forêt est une forêt de versants à forte pente. Les interfluves sont intégrés à la SAU ou bien recouverts de landes. La lande est plus développée au nord car les altitudes y dépassent les 1 100 m, avec le début des plateaux de l’Aubrac. La bande forestière composite de direction nord-sud, à l’est de la commune correspond à une « boralde », le ruisseau de Bonance. On retrouve des unités importantes de châtaigneraie et de boisements morcelés mais les futaies, quelquefois monospécifiques, forment des plages étendues. Pour la partie sud-est de la commune, les contrastes sont forts : châtaigneraies et reboisements récents par des groupements forestiers sont insérés dans des forêts difficilement classables. Composées de feuillus mélangés (hêtres et chênes), il s’agit, du point de vue du traitement, de taillis mêlés de futaie. Malgré un taux de recouvrement des formations forestières et non forestières important (66 %), l’impression de morcellement et d’éclatement persiste : il n’est pas si sensible au niveau de la distribution des plages forestières que dans la composition de ces dernières. En effet, le paysage est compartimenté : des formations monospécifiques anciennes (châtaigneraies) ou très récentes (reboisements) tranchent et se détachent franchement de peuplements feuillus difficilement classables dans des catégories nettes. La lande domine au-dessus de 1 000 m d’altitude.

83Entre les deux inventaires, on constate une nouvelle plage d’enrésinement mais surtout des modifications dans la composition interne des peuplements. Ainsi en douze ans, le hêtre est devenu dominant dans une plage identifiée auparavant comme futaie de chêne. Ces changements sont à mettre en relation avec le fait que les forêts de feuillus, dans cette région, sont le plus souvent composées de hêtres et de chênes en proportion variable. La dynamique interne des peuplements paraît favorable au hêtre, dans l’exemple que nous relevons. On remarque ailleurs que le caractère dominant du chêne est variable entre les deux inventaires. Pour l’ouest de la commune, dans la vallée du ruisseau de Bonance, la partie amont est passée, de 1978 à 1990, de la futaie de feuillus mélangés et des boisements morcelés à la futaie de chêne. En revanche, pour la partie aval, taillis de chênes et châtaigneraies ont fait place à une futaie de feuillus mélangés. On croit pouvoir conclure que les formations de feuillus mélangés masquent une chênaie-hêtraie où localement et ponctuellement dominent tantôt le hêtre, tantôt le chêne mais qui est la formation la plus commune dans la région.

84Avec la région du Levézou et la commune de Lavernhe (planche hors-texte n° 4), l’hétérogénéité du paysage forestier décroît. Le taux de recouvrement des forêts et des landes de cette commune n’est pas très fort (38,33 %), mais la forêt est regroupée en un massif de taille importante au sud. Sur le plan topographique et géomorphologique, cela correspond à un talus qui marque l’escarpement de faille du faux fossé de Séverac-le-Château. Les terrains agricoles sont situés sur le secteur plan du faux fossé, à 650 m d’altitude environ, alors que la forêt correspond au talus, d’orientation nord, et se développe sur des terrains cristallophylliens qui culminent à plus de 1 100 m. On retrouve des éléments typiques de la végétation du Levézou : landes en plages étendues, futaie de hêtre correspondant à de grandes propriétés rurales, reboisements en résineux récents qui sont le fait de groupements forestiers. On note que la part des boisements morcelés est plus modérée et se limite aux rebords des tables calcaires (au nord et au pied du talus). La futaie de hêtre peut se situer plus bas en altitude (nord-ouest de la carte), au bénéfice d’une franche exposition nord. Au total, le taux de boisement assez faible, dans le contexte, ne doit pas masquer le fait que la forêt semble ici moins hétérogène : elle forme un massif compact ; les types de forêts sont bien identifiables (futaies, reboisements) et il existe des plages de hêtre pur sur des superficies importantes.

  • 26 « Les hêtraies du Ségala, du Levézou, du Lagast et des monts de Lacaune présentent, avec Scilla li (...)

85Pour ce qui est des aspects dynamiques, sur les hautes terres du Levézou, l’enrésinement se confirme. Une futaie de pin sylvestre et une futaie de résineux ont été exploitées. Le reboisement s’est étendu vers l’est au détriment des landes. Pour les peuplements de feuillus, la remarque faite à l’occasion du commentaire de la planche de Pomayrols reste valable. La chênaie-hêtraie est la formation la plus courante. Mais, la carte de 1990 mentionne de manière très explicite l’existence de futaies de hêtres là où, en 1978, on n’avait que des futaies de feuillus indifférenciés. Ce changement est assez singulier car on sait que dans les futaies de hêtre, le hêtre est l’essence prépondérante à plus de 75 %. Il faut considérer qu’en 1978, le ratio chêne-hêtre était très légèrement en dessous de ce qu’il aurait fallu pour que la plage soit classée en futaie de hêtre. Or, d’après les auteurs de la carte de la végétation de la France, « le hêtre constitue à lui seul la strate arborescente26 ». La futaie de hêtre aurait donc une temporalité qui rendrait délicate à comprendre son apparition soudaine entre 1978 et 1990.

  • 27 Rameau, Mansion, Dumé, 1993 : 492-493.
  • 28 C’est à Arnac-sur-Dourdou que se situe la forêt de la Tenelle, une sapinière constamment citée dan (...)

86Le cas d’Arnac-sur-Dourdou (planche hors-texte no 5) est particulièrement intéressant. Les monts de Lacaune sont une des régions les plus fortement et les plus anciennement dépeuplées du département. L’agriculture y est absente selon le SCEES, le taux de recouvrement des landes et forêts y est de 93 % selon l’ΙFΝ. Moins de 25 habitants permanents résident dans la commune. Le relief est simple : deux grands versants d’inégale ampleur de part et d’autre du Dourdou. Le versant rive droite du Dourdou est compliqué par une contre-pente donnée par la vallée du Sarlenq, affluent du Dourdou. Le dénivelé total est d’un peu plus de 500 m. Pour le versant rive gauche, le dénivelé est de 350 m. Le secteur non forestier est limité aux terrasses de la vallée du Dourdou et à quelques pâturages d’altitude sur le haut des versants. La forêt forme une masse compacte sur tout le reste du territoire communal. Loin de la forêt en archipel, en lambeaux ou en réseau des cas analysés jusqu’ici, le caractère compact de la masse végétale forestière ainsi que l’ancienneté du repli des populations agricoles et de leur activité permettent une lecture qui fait une plus large part aux conditions du milieu. La châtaigneraie se situe sur la partie inférieure des versants, en dessous de 700-750 m, conformément aux exigences écologiques du châtaignier27. Au-dessus de cette première ceinture de végétation, on trouve les boisements lâches de feuillus, interprétables ici comme des faciès de reconquête naturelle des terres agricoles abandonnées. Au-delà, les bois de feuillus avec parfois des secteurs de chêne pur, traités en taillis. Enfin, selon une organisation spatiale assimilable à un étagement, les secteurs les plus élevés sont recouverts de bois de hêtres et de sapins28. On ne retrouve pas ici la hêtraie-sapinière, formation rare en Aveyron et présente seulement sur l’Aubrac. Les reboisements en résineux ont modifié cet agencement : on en retrouve des plages importantes dans l’étage du hêtre. Ils occupent des stations écologiquement semblables à celles de la sapinière de la Tenelle mais ont été implantés sur les parties topographiquement les moins accidentées. La propriété domaniale (forêt domaniale d’Arnac-sur-Dourdou) atteint 480 hectares dans la commune, soit 31 % de la superficie forestière. Sa présence n’est cependant pas immédiatement détectable à partir de cette carte.

  • 29 Voir supra, les discussions du début du siècle sur le taillis fureté et son rejet par les populati (...)

87Les changements détectables entre les deux inventaires portent d’abord sur le versant rive gauche du Dourdou. La déprise rurale et le recul de l’occupation agricole des sols se traduisent par l’extension des boisements lâches de feuillus. On remarque aussi des plages de reboisements en conifères. Ailleurs, les changements sont plus difficiles à interpréter. On retrouve le problème déjà évoqué de la hêtraie. Son recul paraît général, au profit de taillis et de futaies mêlées de taillis de type hêtraie-chênaie. Il paraît curieux que la futaie de hêtre du secteur centre-oriental soit devenue un taillis de hêtre29. De même, si la sapinière de la Tenelle apparaît bien, au centre-est, il est curieux qu’elle devienne « futaie de sapin ou d’épicéa » alors qu’elle était classée « autres conifères » en 1978. La remarque vaut aussi pour les futaies de résineux du sud de la commune.

88L’application d’un traitement cartographique aux photographies aériennes interprétées à travers les grilles d’analyse de l’Inventaire forestier national confirme la complexité et l’hétérogénéité de l’espace concret des forêts aveyronnaises. La géographie très compliquée des localisations des plages forestières est le résultat du travail d’adaptation du milieu à ses besoins par la société rurale. Les cartes montrent la multiplicité, sur des espaces de dimensions faibles, de plages forestières à la nature très différente et leur coexistence sur un mode très distinct, très tranché. Nous sommes loin des régularités et des subtiles nuances données par les facteurs du milieu, même si, par exemple, dans le cas d’Arnac-sur-Dourdou et pour toutes les communes dont le territoire offre un gradient d’altitude suffisant, on peut repérer une distribution des peuplements qui évoque un certain étagement des formations végétales. Pour l’essentiel, la forêt se présente comme une mosaïque à polygones nettement individualisés qui traduisent l’importance de l’appropriation humaine de l’espace forestier. Les hommes ont construit, détruit, repoussé ou reconstruit l’espace forestier. Il a été démontré (Delcros, 1994) que, dans les cas de reconquête végétale suite à l’abandon des pratiques agropastorales en moyenne montagne, la superposition entre physionomie végétale et parcelle cadastrale était totalement opératoire. On peut postuler que le lien entre parcelle cadastrale et physionomie végétale forestière est structurant pour l’espace concret. Les cartes analysées montrent que les limites de la forêt résultent d’une sélection des terroirs les plus favorables à l’agriculture et ainsi apportent une preuve de l’omniprésence des projets et des aménagements des sociétés dans le fait forestier. Il est plus intéressant encore de noter que la masse forestière elle-même est le résultat de stratégies différentes et décalées dans le temps : reboisements récents de résineux, diversité de traitements dans des plages floristiquement homogènes. La forêt en moyenne montagne s’apparente à une mosaïque compliquée, marquée par de nettes discontinuités. Cette marqueterie compliquée n’est pas le fruit de la nature conçue comme l’ensemble des processus physico-chimiques et biotiques régissant le fonctionnement d’un écosystème, mais doit au contraire être interprétée à partir des différences de stratégies des propriétaires.

89La vision diachronique permet de dater certains changements dans le paysage forestier. Mais elle renforce l’impression de complexité car on voit que des forêts changent de catégorie d’un inventaire à l’autre. Les raisons de ces changements sont parfois parfaitement explicables sur le plan bio-géographique (exploitations de peuplements, reboisements, dynamique de croissance et compétition des espèces arborées). Mais certaines évolutions sont plus difficiles à interpréter et appellent un examen à une autre échelle. Classer, discrétiser, implique de tailler dans le vif pour créer de l’intelligibilité. En changeant d’échelle et en changeant de logique, les règles du jeu de la perception de l’espace géographique changent.

90Le cadastre, source indispensable pour discriminer le domaine privé par rapport au domaine public, classe les forêts selon d’autres règles.

La forêt du cadastre : identification du domaine privé

« L’appropriation implique la mise en place d’un ordre spatial foncier. Cet ordre s’inscrit sur la face de la terre par des millions de surfaces appelées communément parcelles » (Pinchemel & Pinchemel, 1995 : 129).

91Si la forêt peut se lire avec le langage des écologues, des forestiers, elle peut aussi être lue à travers les catégories de l’administration fiscale. Qu’est-ce que la forêt telle qu’elle se lit dans les matrices cadastrales et telle que l’administration fiscale la conçoit ?

  • 30 La taxe foncière est un impôt de quotité dont le taux et non pas le produit est déterminé à l’avan (...)
  • 31 Le code civil date de 1804, le code pénal, de 1810.
  • 32 L’idée était de diviser le territoire communal en masses circonscrites par des limites naturelles. (...)
  • 33 Cette période correspond à l’enquête Daubrée dont tout laisse penser quelle fut effectuée sur base (...)

92L’État lève des taxes sur le foncier bâti et le foncier non bâti. Le cadastre sert à codifier la propriété pour affecter à chaque parcelle une catégorie afin de calculer le montant de l’impôt30. Le cadastre est un objet double : une liste de propriétaires et de leurs possessions foncières et un plan à très grande échelle du parcellaire. Les premiers cadastres auraient été établis dans l’ancienne Égypte, dans la vallée du Nil, afin de retrouver les limites des terrains après les crues et afin de calculer et de mettre à jour l’assiette de l’impôt. En France, les opérations de levés de plans et l’établissement des listes ont débuté sous l’administration napoléonienne et se sont poursuivies pendant la première moitié du xixe siècle (Maurin, 1992). Le cadastre contemporain est né dans la foulée de l’unification des poids et mesures. On décide, en 1790 (loi du 23 novembre-1er décembre 1790), de remplacer ainsi les anciens registres fonciers. Les plans cadastraux sont réalisés dans l’esprit du travail de codification du droit31 mené par l’Empire napoléonien. Après l’échec d’une première tentative (le cadastre par masses de culture de 1802)32, de 1808 à 1850 on établit en France le cadastre dit « napoléonien » qui repose sur la parcelle comme unité géographique fiscale de base. Le défaut technique majeur de ce dernier est l’immuabilité du plan. On note toute vente, changement de propriétaire ou division de parcelle au registre mais le plan n’est pas mis à jour. Une révision cadastrale importante a lieu pendant la période 1908-191233 (Normandin, 1981). À cette occasion le système d’imposition encore en vigueur de nos jours a été mis en place. Mais la première grande rénovation intervient en 1930 et concerne la mise à jour des plans. La mise à jour permanente est décidée. En 1974 intervient une nouvelle rénovation : un nouveau plan est dressé chaque fois que l’ancien ne permet plus de représenter avec une qualité suffisante les évolutions du morcellement de la propriété. En 1990 a eu lieu une révision générale des évaluations cadastrales. La question de la dissociation du travail d’élaboration des listes de propriétaires et du support cartographique est en débat depuis quelques années. Le cadastre s’oriente vers l’établissement de banques de données territoriales informatisées.

93Pour notre recherche, nous avons consulté les matrices cadastrales de 1995 et 1996 pour les neuf communes-observatoire sélectionnées. Il était nécessaire de passer par le cadastre pour cerner la population des propriétaires sur chaque commune. Mais le cadastre fournissait aussi des chiffres et des informations sur l’espace forestier. Les terrains, en France, sont classés en plusieurs catégories selon les natures de culture. Le groupe des terrains forestiers est divisé en plusieurs sous-groupes dont les noms rappellent des classements de type sylvicole. On y distingue les futaies feuillues, les futaies résineuses, les taillis simples, les taillis sous futaie, les bois, les peupleraies et les oseraies. Dans la région étudiée, il faut ajouter la classe « vergers » avec la mention « châtaignier » pour les châtaigneraies à fruits. Enfin, les landes avec la mention « vague » sont hors du domaine agricole. Le système de classement paraît rigoureux mais d’une commune à l’autre, le contenu de ces classes varie beaucoup. Du point de vue des propriétaires, il entre dans la perception fiscale du territoire une composante fondamentale qui repose sur la recherche systématique sinon de la « niche » fiscale, au moins du moyen de débourser le moins d’impôts possible. Ces attitudes peuvent expliquer la fréquence d’occurrences de certaines classes de nature de culture. Le classement des parcelles correspond au revenu qu’elles sont susceptibles de fournir : les futaies de feuillus et les futaies de résineux sont les catégories les plus imposées. Les taillis sous futaie et les taillis simples sont moins taxés. Les landes « vagues » sont souvent exonérées de taxe sur le foncier non bâti.

  • 34 Par ailleurs (article 1395 du Code général des impôts) les terrains ensemencés, plantés ou replant (...)

94La procédure de classement est assez complexe et repose sur deux opérations : la classification et l’évaluation. Pour l’évaluation de la valeur locative, on procède par déduction des données foncières fournies par les actes de location relatifs aux propriétés situées dans la commune (Maurin, 1992 : 316). Auparavant, la commission communale et un représentant de l’administration choisissent des parcelles types. Le classement est effectué, en principe, sur les lieux même, parcelle par parcelle, en comparant les parcelles les unes par rapport aux autres. Dans les mairies des petites communes rurales, les procès-verbaux de ces actes ont souvent été égarés et la trace des parcelles de référence a été perdue. En outre, les revenus de la taxe sur le foncier non bâti sont faibles par rapport aux autres taxes (taxe sur le foncier bâti, taxe d’habitation et taxe professionnelle). Le recouvrement de l’impôt a été abandonné pour les parcelles les plus petites : une partie de la forêt est ainsi exonérée d’impôt34.

95Sur le plan végétal, la dynamique de la végétation, les coupes et autres interventions peuvent modifier la nature de culture. D’après des textes du 2 février 1968, le propriétaire est tenu de déclarer à l’administration les constructions nouvelles ainsi que les changements de consistance ou d’affectation que subit sa propriété bâtie ou non bâtie (Maurin, 1992 : 330, note 8). Le système est déclaratif et s’est substitué à une procédure administrative depuis les lois du 2 février 1968. Les changements de consistance ou d’affectation des propriétés bâties ou non bâties doivent être déclarées à l’administration par le propriétaire dans un délai de 90 jours à la suite de leur réalisation définitive. Pour les bois et forêts, si des changements tels que les plantations sont déclarés (parce qu’ils entraînent une exonération trentenaire de taxe foncière), la matrice cadastrale nécessiterait un réexamen des classements parmi les sous-groupes du groupe « bois. » Cependant, la mise à jour des matrices cadastrales nécessiterait un travail énorme dont le coût excéderait de beaucoup les recettes de l’impôt. Le foncier non bâti forestier entre pour trop peu dans les recettes fiscales pour justifier une chasse aux mauvais classements. Chaque commune désigne un répartiteur, c’est-à-dire d’une personne chargée d’informer la mairie des changements intervenus qui pourraient modifier l’assiette de l’impôt.

96Enfin, une certaine confusion peut exister, dans l’esprit des propriétaires agriculteurs, entre l’administration fiscale qui gère le cadastre et les organismes en charge de la parafiscalité sociale agricole (Maurin, 1992 : 347-348). En effet, tant pour la gestion des régimes sociaux que pour l’octroi d’avantages divers, le revenu cadastral est utilisé. Il sert de base au calcul des cotisations perçues sur les exploitants en matière d’allocations familiales, d’assurance maladie, d’invalidité, de vieillesse, de maternité. De même, le revenu cadastral entre dans les critères qui règlent l’attribution de prêts, de primes ou d’avantages sociaux. De fait, les agriculteurs sont très attentifs à déclarer des modifications intervenues et les inspecteurs de la Mutualité sociale agricole effectuent des vérifications. Mais dans l’esprit de nombreux exploitants, la déclaration de changement intervenu dans la nature de culture auprès de la MSA tient lieu de déclaration auprès des services fiscaux. La distinction entre les deux organismes se fait mal.

Impossible accord sur les chiffres

97On a d’abord cherché à évaluer la superficie forestière, à partir du cadastre, c’est-à-dire en faisant la somme des contenances des parcelles codées B (bois), BF (futaies feuillues), BS (taillis sous futaie), BT (taillis simple), BR (futaies résineuses), VE (vergers de châtaigniers identifiés sur les matrices) et L (landes). Les classes BM (futaies mixtes), BO (oseraies) et LB (landes boisées) n’ont pas été rencontrées. On pouvait facilement comparer ces chiffres à ceux fournis par l’Inventaire forestier national.

  • 35 Une donnée aussi fondamentale que la superficie totale communale peut connaître des variations sel (...)

98On constate des écarts35 (ce qui était attendu), mais dont l’importance, de l’ordre de plusieurs centaines d’hectares pour une seule commune, a de quoi surprendre. Pour sept des neuf communes, le SCEES fournit les chiffres les plus élevés. Pour les deux autres cas, c’est l’IFN qui donne la superficie maximum. Pour six communes, le cadastre donne le chiffre le plus modéré, contre deux communes pour l’IFN et une seule pour le SCEES. Les écarts entre l’évaluation minimale et l’évaluation plafond, mesurés en pourcentage de la superficie communale, montent à 41 % pour le cas extrême. Pour sept communes sur neuf, la différence excède 10 % de la superficie. On sait que les terres marginales sont sujettes à d’importantes erreurs de mesure, eu égard à la difficulté d’en fournir une définition unanime (Dérioz, 1994-a). On pourrait penser que l’évaluation de la forêt, en retranchant les landes, serait plus homogène. La statistique agricole ne fournissant pas ces détails, on s’est borné à comparer les chiffres cadastraux à ceux de l’inventaire forestier. Pour sept des neuf communes, la différence exprimée en pourcentage de la superficie totale dépasse 5 %. Elle avoisine ou dépasse les 10 % dans cinq cas sur neuf. En valeur absolue, les écarts portent sur plus de 100 hectares dans huit cas sur neuf.

99Les différences sont encore plus fortes lorsqu’on observe les chiffres par types de forêts.

Différence (ha) entre les données IFN et les données cadastrales

Différence (ha) entre les données IFN et les données cadastrales

Chiffres positifs : surévaluation par le cadastre ;
Chiffres négatifs : sous-évaluation par le cadastre.

100On peut en effet comparer les statistiques du cadastre et celles de l’IFN car elles sont fondées sur une terminologie commune (futaies, taillis, taillis sous futaie, châtaigneraies, landes). Néanmoins, la correspondance n’est pas entièrement satisfaisante car, pour l’IFN, la catégorie « boisements morcelés » n’a pas d’équivalent ; or elle concerne des superficies importantes pour certaines communes. Cette catégorie peut comporter des taillis simples, des futaies ou des taillis-sous-futaie. La classe « boisements lâches » est assez proche, sur le plan paysager, des landes. Mais sur ce point, il est difficile de savoir exactement sur quoi se sont fondés les employés du cadastre chargés de travailler avec les commissions communales des contributions directives pour classer les parcelles. Nous n’avons pas retrouvé la trace, dans les communes étudiées, des procès-verbaux désignant des parcelles de référence.

  • 36 On a aussi comparé le total des feuillus pour les deux sources. Le chiffre donné par le cadastre e (...)

101La comparaison des chiffres obtenus est intéressante à commenter. On constate que le cadastre sous-évalue systématiquement, de beaucoup, les futaies feuillues par rapport à l’IFN, lorsqu’il ne nie pas, tout simplement, leur existence. Les taillis sous futaie sont, eux aussi, fortement sous-évalués (sauf pour la commune de Pruines) mais dans des proportions plus modérées. Il s’agit d’un type relativement rare dans les forêts aveyronnaises. Les taillis simples sont, en revanche, largement surévalués dans la statistique du cadastre. Chose curieuse, le cadastre, dans les communes de Pomayrols et Pruines, indique la présence, respectivement, de 364 et 50 hectares de taillis alors qu’on n’en trouve pas trace dans les relevés de l’inventaire forestier. Les châtaigneraies ne sont significativement représentées que dans sept communes sur neuf. Pour ces communes, le cadastre propose des superficies plus élevées que l’IFN dans quatre cas. Les évaluations sont proches dans le cas de Bor-et-Bar et de Martrin. Pour les autres communes de l’échantillon, les évaluations sont divergentes, soit dans le sens d’une totale sous-estimation (Arnac-sur-Dourdou), soit dans le sens contraire (Pruines). Les futaies résineuses sont les types de forêts sur lesquels les sources divergent le moins. Pour six communes, l’écart n’excède pas 25 hectares et pour la commune de Martrin les chiffres concordent à 2 hectares près. Toutefois les différences peuvent être très larges : la superficie de la forêt de résineux de Saint-Félix-de-Sorgues est très différemment appréciée (394 ha contre 102 ha). Pour la commune de Pruines, l’évaluation varie du simple au double. Enfin36, les landes sont un poste comparable au taillis simple : à une exception près (Montézic), leur superficie portée au cadastre excède ce qu’on déduit de l’observation du terrain.

Erreurs ou question d’appropriation de l’espace ?

102L’interprétation de ces résultats est délicate. La première lecture consiste à poser le problème en termes d’exactitude des sources. D’après les travaux menés sur les terres marginales, les statistiques de l’IFN sont considérées comme les plus fiables (Dérioz, 1994-a : 37-45), ou, du moins, elles donnent les valeurs les plus approchées de la moyenne des mesures. Le cadastre donnerait donc des chiffres faux ou pour le moins très éloignés de la réalité. Mais, au-delà d’une discussion sur la mesure de l’espace et sur l’enjeu très important que revêt l’établissement d’une statistique fiable pour les aménageurs, le problème posé est plus large.

103On a dit plus haut comment les correspondances entre les deux nomenclatures et entre les deux sources avaient été établies, c’est-à-dire sur la base de l’utilisation d’un vocabulaire commun pour les types de forêts, en postulant des concordances pour la comparaison entre les chiffres du cadastre, l’IFN et la statistique agricole. Or il faut bien souligner une évidence qu’on pourrait avoir tendance à oublier : la mesure de l’espace (ici la mesure des superficies), et l’appareillage intellectuel de classification nécessaire à cette mesure, sont le reflet de préoccupations très différentes. L’IFN cherche à recenser les peuplements forestiers alors que l’utilisation agricole du sol est l’enjeu de la statistique agricole. Enfin, le cadastre sert à lever l’impôt. On peut rétorquer qu’il s’agit, quelle que soit la méthode d’appréhension de l’espace, d’une seule et même forêt, forêt qui existe indépendamment des méthodes de mesure et dont on devrait pouvoir fournir une estimation chiffrée moins discordante. Mais la mesure est dépendante des catégories de perception du réel et ces catégories changent d’une méthode à l’autre. Le problème n’est donc pas tant un problème d’erreur dans la mesure qu’une question d’usage pratique de la mesure.

  • 37 Pour la commune de Naussac, alors que les dernières vignes n’ont plus été taillées depuis les anné (...)

104En effet, parmi les types de forêts, la futaie, par exemple, est assez facile à identifier. De plus, dans les contrats de l’époque moderne, on employait le mot « fustalha » pour désigner les arbres d’une longueur de fût appréciable. En occitan, le mot est resté dans « fusto » qui signifie poutre. Les populations locales savent quelle réalité classer derrière le mot français « futaie » et ne se trompent pas dans la classification. La sous-estimation de la futaie n’est sûrement le fruit ni du hasard, ni de l’erreur, ni du mélange des langues. On pourrait avancer une autre hypothèse : les peuplements auraient, en vieillissant, évolué vers la futaie sans que les classements des parcelles aient été modifiés. Cela ne change toutefois pas grandement les pistes d’explications puisque les propriétaires, l’administration et les répartiteurs n’ont pas manifesté de zèle pour obtenir le reclassement des parcelles en question conformément à leur physionomie actuelle. L’argument de la fraude fiscale est souvent avancé pour justifier les écarts entre des chiffres jugés fiables et d’autres jugés aberrants. Le cadastre est, certes, un outil fiscal mais les recettes fiscales portant sur le foncier non bâti sont peu élevées, pour une collectivité locale, à côté de la taxe professionnelle, de la taxe d’habitation ou de la taxe sur le foncier bâti. La charge fiscale de la forêt sur un ménage est faible et « il ne faudrait pas exagérer l’ampleur de la fiscalité forestière qui reste des plus modestes » (Buttoud, 1980 : 100). Des tactiques locales d’évitement fiscal, même pour des gains minimes, existent-elles ? La châtaigneraie d’Arnac-sur-Dourdou (220 ha environ) n’existe pas fiscalement alors que celle de Bor-et-Bar ou de Montézic est plus exactement recensée. Les taillis (définis par l’IFΝ) n’existent pas au cadastre mais les taillis du cadastre ont en gros la superficie des futaies (IFN), futaies inexistantes sur le plan cadastral. Pourtant une partie importante de l’espace agricole abandonné est encore encadastré sous des rubriques agricoles, fiscalement plus coûteuses que la forêt. On ne peut donc pas postuler une stratégie d’évitement fiscal pour la forêt et en même temps constater une négligence pour l’espace agricole abandonné. Concernant les charges foncières de la forêt, la plupart des propriétaires les ont jugées négligeables et, par ailleurs, n’en ont qu’une très vague idée. En revanche, les propriétaires agriculteurs déclarent les changements de nature de culture à la Mutualité Sociale Agricole dont les cotisations sont calculées d’après les natures de culture. Ainsi, le cadastre des communes rurales offre des chiffres détaillés mais il a un retard considérable dans sa mise à jour, pour ce qui concerne l’espace forestier et les secteurs de déprise agricole37. La révision et la vérification de la nature de culture de toutes les parcelles demanderaient une charge de travail considérable pour l’administration des impôts. En effet, dans une seule des neuf communes étudiées, la proportion des parcelles de moins de 50 ares se situe en dessous de 50 % du total des parcelles de forêts, de landes et de châtaigneraies (Lavernhe). Ailleurs les parcelles de moins de 1 hectare peuvent représenter plus de 95 % des parcelles de forêts, de landes et de châtaigneraies (Naussac, Bor-et-Bar et Martrin). Un grand nombre de ces petites parcelles sont exonérées de taxe sur le foncier non bâti.

Part des parcelles de petite taille dans le nombre de parcelles forestières

Part des parcelles de petite taille dans le nombre de parcelles forestières
  • 38 Il est convenu d’appeler morcellement la division de la surface boisée entre un nombre important d (...)

105La question de l’appropriation de l’espace est, en dernier ressort, la problématique qui enserre le mieux ces questions compliquées. La puissance publique, dans son effort de comptage, de codification et de contrôle du territoire, a laissé de côté ces forêts qui sont plus que jamais dans l’entre-deux, dans une faille du contrôle territorial. Elles se situent entre un recensement établi par survol aérien sur des catégories sylvicoles et un contrôle de terrain devenu obsolète qui maintient une fiction de classification pour les terres de faible rapport fiscal et se concentre sur les secteurs dont on peut attendre des recettes : agriculture et, pour la forêt, les futaies résineuses récentes. Ces dernières sont d’autant mieux identifiées que, ayant fait l’objet le plus souvent d’une exemption trentenaire d’impôt foncier, leur propriétaire avait mentionné leur changement de nature. Ces faits étant pris en compte, faut-il toutefois écarter définitivement le cadastre des sources à interroger pour comprendre comment l’espace forestier est produit ou reproduit ? Selon, G. Bertrand (1975 : 49), « le cadastre devrait être l’un des premiers documents consultés par l’écologiste ». Le cadastre est en effet un outil indispensable pour lire les relations que les sociétés rurales entretenaient avec leur espace. Dans notre cas, une première leçon doit être tirée du très fort parcellement de la propriété forestière38 : il existe un lien entre la propriété privée (et particulièrement la petite propriété forestière) et la diversité, voire l’hétérogénéité de l’espace concret.

106À partir de l’analyse de différents documents cartographiques et statistiques, on a pu souligner combien l’espace forestier où domine la propriété privée s’apparentait à une mosaïque végétale compliquée. L’homogénéité augmente (plages forestières de plus grande taille) lorsque le recul de l’agriculture est intense et ancien (Arnac-sur-Dourdou) et lorsque la propriété publique du sol forestier est plus grande (Arnac-sur-Dourdou et Saint-Félix-de-Sorgues). Ailleurs, les étendues forestières sont soumises à un fort éclatement et, à l’intérieur de chaque plage, à une forte diversité du matériel végétal. L’examen des matrices cadastrales a révélé la division du territoire en un nombre important de parcelles. On peut donc supposer que l’appropriation du sol se fait selon des logiques et des temporalités multiples. Il s’agit d’un facteur supplémentaire de diversité du matériel végétal.

107Mais des questions, des zones d’ombres subsistent qui légitiment le passage à une autre échelle d’analyse de l’espace concret. En effet, l’étape précédente ne reposait pas sur un contact direct avec le terrain. Nous avons travaillé sur des documents et des sources qui représentaient une synthèse d’observations selon des méthodes différentes. L’espace concret était donné à lire à travers un filtre. On a souligné combien ce filtre était important dans la mesure où à partir de sources différentes, la réalité forestière est traduite en cartes et en chiffres parfois très dissemblables. De même, le changement des catégories de perception à l’intérieur d’une même structure (l’Inventaire forestier national) montre que décrire, classer et mettre en chiffres la forêt n’est pas un simple acte d’observation mais bien une opération intellectuelle compliquée pour fonder et justifier une discrétisation. Or, d’un inventaire à l’autre, des plages changent de classe de telle manière qu’on suppose que la diversité intra-classe est très forte.

108Il fallait donc travailler à un autre niveau scalaire, à très grande échelle, afin d’étudier le matériel végétal avec la plus grande précision.

L’échelle stationnelle : démultiplication des situations

109L’examen de l’espace concret sur des échantillons de petite taille (400m2 environ) permet une analyse du matériel végétal à un niveau scalaire qui est celui de la parcelle cadastrale mais aussi de la station (Richard, 1975), celle-ci étant théoriquement définie comme une étendue de terrain homogène dans ses conditions de topographie, de climat, de sol et de végétation. L’observation à très grande échelle met en valeur l’extraordinaire variété des situations locales de la physionomie végétale, à l’intérieur même de ce qui constituait une plage homogène à l’échelle communale précédemment étudiée. On constate, dans des périmètres réduits, soumis aux mêmes conditions mésologiques, des faciès très différents. Plus que jamais, la forêt des moyennes montagnes rouergates apparaît comme une forêt multiple.

110Du point de vue physionomique, l’information recueillie permet de réfléchir aux caractéristiques de plusieurs types de forêts et aux traitements qui leur sont réservés. On essaiera de poser le problème de l’identification de pratiques et de conduites. Peut-on, en effet, identifier des stratégies et des logiques à partir de l’observation fine des peuplements ? Peut-on rattacher les situations observées à des règles, à des pratiques ? Peut-on les classer sur des axes reliant deux pôles opposés, l’abandon et la sylviculture attentive ? Quelle place faut-il faire aux usages non-savants de l’espace forestier ? Pour répondre à ces questions, on examinera le cas, successivement, des catégories suivantes : châtaigneraies, chênaies-hêtraies, reboisements et formations paraforestières.

  • 39 Une estimation des défauts et qualité de la matière ligneuse sur pied dans une optique de commerci (...)

111Les placettes ou quadrats seront codés de la manière suivante : un chiffre désigne la commune (classement dans l’ordre alphabétique) et un autre chiffre identifie le sondage. Ainsi 1S1 se lit : sondage 1 dans la commune d’Arnac-sur-Dourdou, 4S6 : sondage 6 dans la commune de Martrin. Les tableaux insérés dans le texte se lisent comme la figure de la même manière39.

112Pour synthétiser l’information collectée sur le terrain, une liste d’espèces a été élaborée selon les principes retenus pour la carte de la végétation de la France au 1/200 000. Un tableau de classement simplifié a été établi (figure 6) qui tient compte seulement des individus formant la strate arborée. Au plan de la physionomie forestière et de l’architecture forestière de la placette, on peut identifier l’essence dominante de la strate arborée. Cette information est relayée par les coupes de végétation réalisées sur les côtés du quadrat. À partir de ce dispositif, on peut dégager des familles de forêts qui sont autant d’entrées pour une analyse de détail.

Nbre de tiges : nombre de tiges de la strate arborée. Total tiges : total des tiges recensées sur la placette. Strat.arb/tot tiges : part des individus de la strate arborée dans le total des tiges recensées. Densité : ha : densité par ha des arbres de la strate arborée. Qualité A : qualité acceptable. Qualité BB : très bonne qualité. Classe de hauteur : 1 : moins de 5 m ; 2 : 5-10 m ; 3 : 10-15 m ; 4 : 15-20 m ; 5 : 20-25 m ; 6 : 25-30 m ; 7 : 30-35 m ; 8 : 35-40 m ; 8 : plus de 40 m.
figure 6. Strate arborée et physionomie forestière

La châtaigneraie

Caractéristiques physionomiques des sondages où le châtaigner est l’essence dominante

Caractéristiques physionomiques des sondages où le châtaigner est l’essence dominante

113Sans chercher à produire une définition étanche de la châtaigneraie en tant que formation végétale, on peut isoler des sondages où le châtaignier (Castanea sativa Mill.) a une position dominante en tant qu’essence. Par position dominante, on entend que cette essence est présente à plus de 75 % dans la strate supérieure, strate formée d’arbres dont les couronnes forment en quelque sorte la limite supérieure de la formation. Le châtaignier est l’essence dominante dans la stratification végétale forestière pour huit sondages sur cinquante-six : 2S1, 2S6, 4S1, 4S2, 4S5, 8S1, 8S4. Il peut dominer la strate arborée conjointement avec d’autres essences (Quercus pubescens Willd. : 2S5 ; Quercus robur L. : 2S2, 8S3 ; Quercus pubescens Willd. et Quercus robur L. : 2S4 ; Quercus petraea (Mattus.) Liebl. : 7S6 Pinus sylvestris L. : 5S5). De plus, cet arbre est représenté dans un grand nombre de relevés (trente-cinq sur cinquante-six), avec parfois un nombre d’individus important, même s’il ne forme pas la strate dominante : dans le sondage 4S7, les châtaigniers représentent 41 % du total des tiges vivantes recensées même si la strate arborée est dominée par Quercus pubescens Willd. Le châtaignier est l’essence présente dans le plus grand nombre de relevés. Il n’y a que dans la commune de Lavernhe qu’on ne le retrouve dans aucun relevé. Castanea sativa Mill. est souvent présent à l’état d’arbuste dans la strate sous-arborée.

114Parmi les relevés où Castanea sativa Mill, est dominant (voir tableau ci-dessus), il faut distinguer les châtaigneraies à fruits des autres types de formations végétales. Ainsi, en 5S5, il s’agit d’une formation forestière mélangée à forte hétérogénéité, interprétée par l’IFN comme des « boisements morcelés » de feuillus. Il s’agit en fait d’un secteur d’accrus forestiers par colonisation du pin sylvestre et du châtaignier à partir d’un secteur voisin de châtaigneraies à fruits. De même, en 7S6 et en 2S2, les châtaigniers ne sont pas des arbres greffés pour la production de châtaignes mais des tiges au port nettement forestier (fût élancé) qui marquent l’influence floristique des châtaigneraies à fruits sur les forêts environnantes. Les relevés où on décèle la trace de châtaigneraies à fruits sont au nombre de dix. Mais il y a entre ces relevés de fortes différences. La densité des tiges formant la strate dominante, rapportée à l’hectare, oscille entre 300 tiges à l’hectare (2S6) et 3225 tiges (4S2). Si l’ensemble donne une impression d’homogénéité du point de vue des classes de hauteur, il faut souligner que les circonférences peuvent varier beaucoup. Il faut en effet distinguer entre les vergers encore en place et les vergers exploités où les souches ont abondamment rejeté et où la compétition inter-individus est très forte. Pour les châtaigneraies à fruits, les arbres offrent une opposition entre des circonférences importantes (plus de 140 cm, voire plus de 160 cm) et une hauteur modeste (entre 15 et 20 m). Les vergers ne montrent pas de trace d’entretien récent. Ils représentent un héritage d’une période où ils entraient pour une part importante dans les structures agraires locales (Pitte, 1986 ; Decoopman, Dérioz, 1994), spécialement en Ségala (communes de Bor-et-Bar et Martrin) et dans la vallée du Lot ou à proximité (Rougier de Marcillac : commune de Pruines). Les vergers fossiles montrent des caractéristiques d’abandon assez nettes : les arbres greffés (fruitiers) sont plantés avec un écartement assez important (figure 7), ce qui explique de faibles densités rapportées à l’hectare. En revanche, le nombre total de tiges recensées est très élevé : en 2S1, 2S6 ou 4S1, les tiges formant la strate dominante ne représentent que 6 à 12 % du total. La dynamique de croissance des jeunes sujets n’est plus contrariée par les actes concrets d’entretien ou par le pâturage des porcs. La châtaigneraie n’est plus un élément fonctionnel du paysage agricole. Les pratiques traditionnelles ont pu se maintenir de manière ponctuelle. Il ne paraît pas exagéré de dater de la fin des années cinquante et des années soixante la marginalisation des châtaigneraies dans le système productif. Les châtaigneraies à fruits sont en lente évolution vers le stade de sénescence et le déséquilibre des classes de circonférence tendrait à le confirmer en 2S6 par exemple ou bien en 8S2.

figure 7. Anciennes châtaigneraies à fruits

Classes de circonférence de la strate arborée

Classes de circonférence de la strate arborée

115Classes de circonférence :

1

moins de 20 cm

2

20-40 cm

3

40-60 cm

4

60-80 cm

5

80-100 cm

6

100-120 cm

7

120-140 cm

8

140-160 cm

9

plus de 160 cm

116Les taillis de châtaigniers sont issus de l’exploitation à blanc des anciens vergers, exploitation qui connut un succès important dans les années soixante. Du point de vue physionomique, 20 à 30 ans après l’exploitation, le résultat est un taillis de densité variable (figure 8). Un cas limite est constitué par la placerte 4S2 avec 129 brins formant la strate supérieure, soit une densité, rapportée à l’hectare, de 3 225 tiges. Sur cette placette, les rejets de souche de châtaignier ont une vigueur tout à fait saisissante : les châtaigniers représentent 97 % des tiges vivantes. On ne note pas un écart aussi grand entre les circonférences mesurées et la hauteur de la strate dominante : 10 à 15 m de hauteur pour des circonférences comprises entre 20 et 80 cm. La compétition inter-individus est très forte, elle se solde par une mortalité importante des tiges : 38 % de tiges mortes sur pied. Ce faciès montre un autre aspect de la non-intervention et de la marginalisation des châtaigneraies. D’autres taillis montrent des conditions moins extrêmes : en 4S5, la densité des arbres de la strate arborée dominante, rapportée à l’hectare, est divisée par trois par rapport à l’exemple précédent. La mortalité observée est inférieure (30 %) et les arbres ont des circonférences plus importantes (jusqu’à 100 cm).

117On retrouve cependant comme constante, la quasi-exclusivité du châtaignier (96 % des tiges vivantes recensées). Du point de vue phytosanitaire, les taillis de châtaigniers soumettent les brins à des frottements qui entraînent des blessures au niveau de l’écorce. De fait, les brins souffrent souvent du chancre, champignon qui se transmet d’autant plus facilement que ses spores se fixent sur les blessures des arbres. Il s’agit d’une des explications de la forte mortalité observée sur ces placettes : 30 % de brins morts sur pied en 8S4.

figure 8. Taillis de châtaigniers

118Enfin, des faciès forestiers sont admissibles dans la catégorie châtaigneraie, même s’ils s’éloignent des deux types bien identifiés : taillis et vergers. Il s’agit de formations végétales dérivées, intermédiaires entre la châtaigneraie, les chênaies (pédonculée, sessiliflore, pubescente) ou d’autres associations (figure 9). En 8S1, par exemple, le châtaignier est l’arbre dominant, mais le spectre des arbres présents sur la placerte s’élargit puisqu’il coexiste avec cinq espèces : l’érable champêtre (Acer campestre L.), le noisetier (Corylus avellana L.), le frêne (Fraxinus excelsior L.), le bouleau (Betula pendida Roth) et le chêne pédonculé (Quercus robur L.). Il s’agit d’une châtaigneraie incendiée ; après l’incendie, la richesse de la station s’est exprimée (le frêne est un indicateur de sols bien alimentés en eau) et la forte mortalité du châtaignier (100 % des arbres morts sur pied) semble indiquer une évolution vers une forêt de feuillus mélangés. L’exemple de la châtaigneraie-chênaie est illustré par plusieurs placettes. Le châtaignier est associé avec les trois sous-espèces de chêne. En 2S2, on observe, sous une strate arborée dominée par les châtaigniers et les chênes pédonculés, un éventail d’espèces bien plus riche que sous les châtaigneraies-vergers et typique de la chênaie atlantique. En 2S4, Castanea sativa Mill, est associé à Q. robur L. mais aussi à Q. pubescens Willd. ; en 2S5, il coexiste avec le seul chêne pubescent. La présence du chêne pubescent dénote une influence subméditerranéenne dans l’étage atlantique dans des conditions écologiques plus sévères (sols très peu épais en sommet d’interfluve). Enfin, dernier des faciès à châtaigniers tendant vers la marginalisation de ce dernier, le sondage 5S5 est colonisé par des espèces pionnières : bouleau verruqueux (Betula pendula Roth), mais surtout présence du genévrier, typique des landes, des friches et des formations végétales en dynamique progressive vers la forêt. Le châtaignier est ici associé au chêne pédonculé mais aussi au pin sylvestre. Cet arbre, en Viadène (commune de Montézic), est considéré comme une essence de reboisement, introduite à la fin du xixe siècle.

119La châtaigneraie peut donc être considérée comme une formation forestière à part entière : les anciens vergers évoluent vers des formations forestières à la flore arborée et arbustive de plus en plus variée (2S1 ou 2S2). Le châtaignier ne semble pas condamné par la concurrence des autres arbres (chêne pubescent ou pédonculé), il peut former avec eux des forêts de feuillus mélangés et se maintenir en dehors de toute intervention agroforestière.

figure 9. De la châtaigneraie à la forêt mixte de feuillus

Chênaies et hêtraies : les forêts de feuillus autochtones

120La chênaie et la hêtraie sont les forêts considérées comme climaciques dans la région. La chênaie occupe les parties les moins élevées du département alors que la hêtraie se développe largement au-dessus de 800 m d’altitude jusqu’à 1 100 m environ sur l’Aubrac. Si la hêtraie présente des faciès forestiers homogènes, la grande famille de la chênaie est à redécouper en plusieurs classes : chênaie sessiliflore, chênaie pubescente, chênaie pédonculée ou forêt de chêne tauzin.

Les chênaies : le désordre des familles ?

121Quatre sous-espèces de chênes apparaissent dans les relevés en tant qu’essence dominante dans la strate arborée : le chêne pubescent (Q. pubescens Willd.), le chêne pédonculé (Q. robur L.), le chêne sessile (Q. petraea (Mattus.) Liebl.) et le chêne tauzin (Q. pyrenaica Willd.).

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne sessile est l’essence dominante

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne sessile est l’essence dominante

122Quercuspetraea (Mattus.) Liebl. forme la charpente de la chênaie sessiliflore dans des sondages situés sur les communes-test les plus septentrionales (Montézic [5S3, 5S4, 5S7], Pomayrols [7S1, 7S3] et les plus montagnardes (Arnac-sur-Dourdou [1S1, 1S5] de la région étudiée.

123Ces renseignements sont en accord avec la distribution spatiale du chêne sessile en France : très commun dans une très large moitié nord du pays, cet arbre est moins répandu vers le sud-ouest et le sud-est. Dans la région, on le retrouve néanmoins, à l’étage subméditerranéen, (commune de Saint-Félix-de-Sorgues) mais sur des sols très équilibrés développés dans les grès rouges de l’Autunien (permien). Cet arbre trouve, en effet, son optimum écologique sur des sols filtrants, épais et légèrement acides (Rameau, Mansion, Dumé, 1989 : 565). Les caractéristiques physionomiques peuvent être très variées. Le faciès le plus impressionnant se trouve en 5S7 (figure 10) : il s’agit d’une haute futaie (arbres de 30 m de hauteur) composée de sujets de très haute qualité. La densité des arbres est faible (275 sujets par hectare), leur écartement régulier. Le volume sur pied est important, à en juger par les classes de circonférences mesurées. La strate arbustive est essentiellement composée de houx (Ilexaquifolium L.), de noisetier et d’érable plane (Acerplatanoides L.). Le sondage 5S3 est assez semblable (futaie composée d’arbres comportant peu de défauts : fûts de 6 à 8 mètres sans branches, rectilignes, non affectés par des phénomènes de torsion, sans gélivures).

figure 10. Futaies de chêne sessile

Classes de circonférence de la strate arborée

Classes de circonférence de la strate arborée

124Classes de circonférence :

1

moins de 20 cm

4

60-80 cm

7

120-140 cm

2

20-40 cm

5

80-100 cm

8

140-160 cm

3

40-60 cm

6

100-120 cm

9

Plus de 160 cm

125La strate arbustive est limitée à Ilex aquifolium L. ; la densité est de 500 tiges par hectare environ. Sur les autres sondages, la chênaie sessiliflore peut présenter des faciès au potentiel sylvicole appréciable et susceptibles d’amélioration (1S1) dans une optique marchande. Mais la gamme des situations rencontrées est très large. On trouve (5S4 et 7S3) des forêts de qualité plus médiocre. Il peut s’agir de taillis avec forte mortalité des tiges (33 % d’arbres morts en 5S4) et strate sous-arborée quasiment absente. On a rencontré aussi des futaies composées d’arbres de faible hauteur indiquant une faible potentialité de la station (7S3) et à sous-bois hétéroclite à châtaignier, aubépine, pin sylvestre et alisier blanc. Dans ce sondage, situé dans le nord-est du Rouergue (commune de Pomayrols) la présence de l’alisier blanc (Sorbus aria (L.) Crantz) indique des influences montagnardes. La présence du pin sylvestre peut se rattacher à une influence de la série subméditerranéenne du chêne pubescent et du pin sylvestre que l’on retrouve dans l’est de la région, sur les Grands Causses, à l’est et au sud de la commune.

  • 40 Cela constitue presque un record dans notre échantillon puisqu’on atteint dix espèces ligneuses di (...)

126Les formations où le chêne sessile forme la strate arborée se caractérisent par une certaine diversité des ligneux hauts (espèces arborées et arbustives). En 1S5, le peuplement, outre le fait qu’on y trouve des chênes sessiles de très bonne qualité, est caractérisé par la présence de neuf espèces ligneuses différentes40 organisée en une stratification interne bien développée avec des arbres dans toutes les classes de hauteur. Enfin, c’est dans un peuplement de chêne sessile qu’on trouve un taxon assez rare. En effet, en 9S5 (figure 10), on a repéré une station très fournie de fusain à feuilles larges (Euonymus latifolius (L.) Mill.). Cette plante est à distinguer d’une autre variété de fusain beaucoup plus commune, le fusain d’Europe (Euonymus europaeus L.), qu’on trouve dans toute la France jusqu’à la base de l’étage montagnard (700 m environ), à l’exception de la frange méditerranéenne et surtout du littoral atlantique et vendéen ; ses capsules sont rose violacé et les graines orangées persistent longtemps sur l’arbuste. Euonymus latifolius (L.) Mill, s’en distingue par des graines rouge orangé, luisantes et de grandes feuilles lancéolées de 7 à 15 cm de long et de 6 cm de large environ. Sa distribution spatiale est très originale en ce sens qu’on ne la trouve que dans les Alpes du nord et dans les Pyrénées orientales (plus rarement dans le Jura et en Provence). Ailleurs, elle n’a qu’une localisation connue, très ponctuelle : le sud de l’Aveyron et plus particulièrement les terrains permiens entre la vallée de la Sorgues et celle du Dourdou. Apparemment assez abondante dans le bois communal de Saint-Félix-de-Sorgues, Euonymus latifolius (L.) Mill, l’est également sur le sondage 9S5 : 10 % des plantes vivantes recensées, 4 % des plantes mortes.

127Les communes où se situent les sondages caractérisés par la chênaie pédonculée correspondent à l’étage atlantique (Bor-et-Bar [2S3] ; Naussac [6S4]) et à la base de l’étage collinéen : Pruines (8S2), Pomayrols pour sa partie inférieure (7S2 et 7S4). Elle se distingue de la chênaie sessiliflore par des peuplements de qualité globalement inférieure : les arbres de très haute qualité sont rares (à l’exception de 8S2) et les arbres de qualité acceptable sont bien moins nombreux.

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne pédoncule est l’essence dominante

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne pédoncule est l’essence dominante

128On retrouve souvent dans ces forêts, parmi la strate arbustive, un feuillu précieux assez commun dans la région, le merisier (Prunus avium L). C’est le cas pour 7S2 et 7S4 où il forme respectivement 77 et 44 % des plantes vivantes recensées. C’est un indicateur local d’une assez grande richesse de la station dans un versant où dominent les sols bruns lessivés sur schistes. Malgré tout, cet arbre forme rarement des sujets adultes participant à la strate arborée. C’est néanmoins le cas en 6S4 (figure 11). Ce sondage est intéressant car on y recense huit arbres ou arbustes différents, dont des feuillus précieux (merisier et frêne, 3 et 10 % des plantes vivantes recensées) dans la même classe de hauteur que les chênes pédonculés qui forment la plus haute strate. Dans cette commune, les chênaies pédonculées sont rares, il s’agit de bosquets et de boqueteaux disséminés au pied de l’escarpement de faille de Villefranche-de-Rouergue, dans un fossé à la topographie très peu accidentée et très cultivé. Le sondage 6S4 se situe en pente douce (moins de 5 %) à la limite d’un secteur récemment défriché ; les agriculteurs sont à la recherche de terres arables, même sur des sols de colluvions assez ingrats composés de galets entourés d’une mince gangue argileuse. Enfin, le dernier sondage (8S2) est un peuplement mûr de chêne pédonculé sur des grès et argiles permiens, où les arbres dominants n’ont pas de défauts majeurs. C’est un secteur riche en châtaigneraies et on retrouve les forêts de chêne pédonculé à faciès de châtaignier, classiques de l’étage atlantique. En 2S3 (figure 11), la chênaie pédonculée est la forme que prend la dynamique progressive de la végétation à la suite de l’abandon de culture en terrasses.

129Avec dix arbres et arbustes différents sur 400 m2, on atteint le degré le plus élevé de diversité ligneuse de toutes les placettes sondées. La strate sous-arborée est composée de Castanea sativa Mill., de Malus sylvestris Mill., de Rubus fruticosus L. (5 % des tiges vivantes pour chaque espèce), de Prunus spinosa L. (4 % des t. v.) de Corylus avellana L., de Crataegus monogyna Jacq., Prunus avium L. (5 % des t. v.). Mais la part la plus importante revient à Sorbus torminalis (L.) Crantz. (8 % des t. v.) et Cornus sanguínea L. (15 % des t. v.). Au total, les forêts de chêne pédonculé présentent de très fortes différences, d’un peuplement à l’autre, quant à la qualité du matériel ligneux et à la richesse de la strate sous-arborée.

130Les chênaies pubescentes tirent une certaine unité de la très nette péjoration de la qualité du matériel ligneux par rapport aux deux types précédents. Les forêts de chêne pubescent (Quercus pubescens Willd.) sont en effet de plus petite taille que les chênaies sessiliflores ou pédonculées, avec des troncs courts et souvent tortueux (Rameau, Mansion, Dumé, 1993 :649). Sur notre terrain d’étude, les stations où le chêne pédonculé forme la strate arborée sont spatialement bien typées : avant-causses du Quercy (commune de Naussac), région des Grands Causses (Commune de Saint-Félix-de-Sorgues) et bassin permien de Camarès (commune de Martrin).

figure 11. Futaies de chêne pédonculé

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne pubescent est l’essence dominante

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne pubescent est l’essence dominante

131C’est l’arbre typique de l’étage subméditerranéen. Localement, le chêne pubescent est désigné comme le « chêne du Causse ». On reconnaît ainsi ses capacités à tolérer le stress hydrique et ses affinités avec des sols basiques à légèrement acides. Dans nos sondages, on peut opposer deux types : la chênaie pubescente sur sols calcaires très peu épais à faible réserve utile en eau (rendzines calcaires du Causse de Villeneuve, à l’ouest de la commune de Naussac) et la chênaie pubescente sur sols plus acides (schistes métamorphiques du Postdamien (Cambrien) à Martrin).

  • 41 L’étymologie du nom de la région est directement influencé par la racine qu’on retrouve dans Querc (...)

132Sur les tables calcaires des avant-causses du Quercy41 (figure 12), la forêt de chêne pubescent est une formation de taille médiocre (moins de 15 m de hauteur en général), à la densité élevée (2500 à 7 200tiges par hectare). Lorsqu’on ne tient en compte que la strate arborée, les densités sont bien moins fortes et se rapprochent de celles de la chênaie pédonculée. Sur les Causses et avant-causses du Quercy, la chênaie était pâturée par le bétail (brebis essentiellement). Or cette pratique a cessé progressivement. La strate arbustive s’est, en conséquence, fortement développée, ce qui explique les densités très fortes lorsqu’on prend en compte tous les ligneux. Les principales plantes de la strate sous-arborée sont le cornouiller sanguin [Cornus sanguínea L.] (7,29 et 18 %des tiges vivantes recensées en 6S1, 6S2, 6S3) et l’alisier torminal [Sorbus torminalis (L.) Crantz] (28,30 et 1 % des t. v.). Le faciès repéré en 6S3 est un faciès de reconquête forestière : la densité très forte des tiges et la hauteur très limitée des arbres indiquent un stade pré-forestier. Les arbres dominants en taille (10 à 15 m de haut) ne représentent que 6 % du total des tiges comptabilisées. La chênaie pubescente semble donc se complexifier du point de vue de sa stratification tout en colonisant les vides forestiers dans un secteur où les activités agropastorales sont en net déclin. On en repère pourtant des traces et les arbres en portent les marques. On observe souvent, pour les chênes pédonculés, le port suivant : un tronc assez rectilignes sur 2,5 m environ puis un bourrelet qui marque le départ des branches elles-mêmes assez rectilignes. Les arbres étaient émondés en été afin d’enrichir la nourriture des ovins par des rameaux de feuilles de chênes. Ainsi, la chênaie pubescente montre les signes de pratiques agro-sylvo-pastorales disparues.

figure 12. Chênaie pubescente

133Dans la commune de Martrin, 60 km au sud-ouest environ, la physionomie de la chênaie pubescente ainsi que la composition de la strate arbustive changent. Les arbres mesurent environ cinq mètres de plus en hauteur et les classes de circonférence sont plus élevées. La strate sous-arborée est plus riche. Sur les calcaires du causse de Villeneuve, sur le sondage le plus riche en espèces ligneuses, on comptait cinq espèces différentes (6S2). À Martrin, les placettes contiennent six (4S7), sept (4S4) et dix (4S6) espèces ligneuses différentes. Cette relative richesse de la strate arbustive ne doit pas masquer le fait que la qualité du matériel ligneux est bien inférieure à ce qu’on trouve dans les autres chênaies observées dans les sondages. On a recensé quelques sujets de qualité acceptable mais aucun de qualité supérieure : arbres bas-branchus, troncs tortueux, gélivures et cicatrices s’ajoutent aux qualités du bois de chêne pubescent de manière générale pour disqualifier ces peuplements dans l’optique d’une mise en valeur de type marchand. En revanche, le chêne pubescent est un bois de feu d’excellente qualité, ce qui n’est nullement à sous-estimer dans le contexte local.

134Le dernier type de chênaie inspire sensiblement les mêmes remarques quant à la qualité du matériel ligneux mais il présente un intérêt du point de vue phytogéographique. Les forêts de chêne tauzin (Quercus pyrenaica Willd.) sont rares dans le secteur étudié. Cet arbre n’a été identifié qu’en un seul point de sondage. La détermination du chêne tauzin peut poser problème en cela qu’il peut s’hybrider avec les trois autres chênes présents dans la région (Q. robur, petraea, pubescens). Néanmoins, parmi les caractères diagnostiques, on a identifié les glands courtement pédonculés et les feuilles pétiolées, fortement pubescentes sur les deux faces. La carte de la végétation de la France atteste la présence de cette espèce plus au nord en Ségala. Il y a donc des raisons de penser qu’on ait, à 610 m d’altitude, à la limite entre l’étage collinéen et l’étage subméditerranéen, une des avancées orientales de cette espèce pour le Massif central. Trois espèces ligneuses accompagnent le chêne tauzin : le châtaignier (27 % des tiges vivantes), l’alisier torminal (7 %) et le genévrier commun [Juniperus communis L. subsp. communis] (2 %).

135À la suite des études de cas sur les chênaies, on peut apprécier l’efficacité des outils bio-écologiques pour ordonner le foisonnement du matériel végétal : il semble qu’il y ait adéquation entre la chênaie sessiliflore et l’étage collinéen, entre la chênaie pédonculée et l’étage atlantique et enfin, entre la chênaie pubescente et l’étage subméditerranéen. Ainsi, pour répondre à la question posée dans le sous-titre, il y aurait un « ordre des familles ». Malgré tout, du point de vue physionomique, pour ce qui est de la taille des arbres, des densités de peuplements et de la complexité de la stratification, d’un sondage à l’autre et dans un périmètre très réduit, les fortes différences enregistrées limitent l’efficacité d’une lecture fondée uniquement sur la recherche des correspondances avec les séries et les étages de végétation. La futaie semble être le type physionomique dominant et la rareté des taillis est conforme à ce qu’avancent les statistiques de l’IFN au niveau départemental. Toutefois, sur certains sondages, les traitements sont plus souvent de type agro-sylvo-pastoral que forestier, notamment sur les chênaies pubescentes des avant-causses du Quercy. Par ailleurs, la catégorie futaie est très hétérogène puisqu’elle comprend à la fois des hautes futaies de grande valeur (5S7) et des peuplements médiocres (4S6, 7S1 ou 7S3). Enfin, la chênaie peut aussi être une formation de reconquête dans une dynamique progressive (6S3). De plus, les chênaies-hêtraies sont plus fréquentes.

136Les chênaies-hêtraies peuvent être analysées à partir de quatre sondages (5S2 et 5S6 ; 3S2 et 3S6).

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne et le hêtre sont les essences dominantes

Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne et le hêtre sont les essences dominantes
  • 42 Il conviendrait (Rougerie, 1988 : 55), de ne parler de fruticée qu’en dessous de 7 m de hauteur. L (...)

137On pourrait considérer ces forêts mixtes de feuillus comme des transitions entre les étages inférieurs et l’étage montagnard. Mais ce schéma simple ne fonctionne pas systématiquement : le hêtre peut s’intégrer dans des formations végétales en dehors de l’étage montagnard. Le sondage 5S2 est typique d’une situation de transition entre l’étage collinéen et l’étage montagnard : le chêne sessile se mêle aux hêtres, dans une proportion assez limitée (3 % des tiges vivantes) mais il fait partie des arbres qui forment la strate arborée. Du point de vue physionomique, la présence dans le sondage d’arbres bas-branchus de grande taille et d’âge apparemment plus avancé que les autres sujets rend la placette difficile à affecter à un type particulier de traitement. L’hypothèse d’un reboisement progressif d’un « travers » n’est pas à écarter : en Levézou (commune de Lavernhe), les terrains en pente (« travers ») étaient réservés au pâturage mais contenaient des arbres isolés ou groupés par bouquets utilisés pour le bois de chauffage. En 3S6, la dynamique de reconquête arbustive et arborée est patente : le hêtre et le chêne pubescent forment la strate supérieure d’une fruticée (sujets de moins de 10 m42) sur sols argilo-calcaires développés sur les calcaires gris du Bajocien.

138Le nombre des espèces ligneuses est assez élevé (9) et les plantes recensées sont écologiquement rattachables à deux affinités : une affinité montagnarde avec le hêtre mais aussi avec Sorbus aria (L.) Crantz, et une affinité subméditerranéenne et calcaire avec le chêne pubescent mais aussi Rhamnus catharticus L. (nerprun purgatif), Cornus sanguínea L. et Viburnum lantana L. (viorne lantane). Les autres exemples de chênaie-hêtraie mettent en scène le chêne pédonculé. En 5S2 il se mélange à une très classique hêtraie à houx (Ilex aquifolium L.) et bouleaux pubescents. En 5S6, il s’agit d’une forêt mixte de feuillus à la strate sous-arborée très diversifiée : charme (Carpinus betulus L.), érable champêtre (Acer campestre L.), alisier torminal (Sorbus torminalis (L.) Crantz). Mais la strate arborée forme un couvert très fermé qui limite la croissance de la strate inférieure. Il en découle des formes caractéristiques : tiges à la circonférence très faible qui, à la suite d’une croissance rapide en hauteur, se courbent sous le poids des branches et feuilles sommitales.

139Malgré tout, dans les chênaies-hêtraies, les chênes jouent un rôle secondaire et le hêtre domine la strate arborée.

Les hêtraies : un capital en attente ?

140La hêtraie est le type de forêt qui forme les peuplements les plus majestueux. Les effectifs relevés dans les classes de hauteur montrent qu’il s’agit de forêts de 20 à 30 m de haut, composées d’arbres à forte circonférence. Les arbres sont relativement espacés (densités inférieures à 600 arbres par hectare pour quatre cas sur sept). Dans ces sondages, le volume de bois sur pied est élevé et réparti sur un nombre assez faible de sujets. Dans la conjoncture actuelle, une futaie de hêtre composée d’arbres aux qualités acceptables pour le marché du bois d’œuvre représente un capital appréciable.

Caractéristiques physionomiques des sondages où le hêtre est l’espèce dominante

Caractéristiques physionomiques des sondages où le hêtre est l’espèce dominante
  • 43 C’est-à-dire où le hêtre forme plus de 75 % de la strate arborée.
  • 44 Exactement de 720 m (1S3) à 890 m d’altitude (1S7).

141Du point de vue physionomique, la strate sous-arborée est limitée : houx et/ou chênes sessiles épars. Du point de vue géographique, les sondages où on a observé des hêtraies « pures »43 sont situés à des altitudes élevées (entre 700 et 900 m44) et dans les secteurs les plus montagneux du département : l’Aubrac et sa bordure (Pomayrols), le Levézou (Lavernhe) et les monts de Lacaune (Arnac-sur-Dourdou).

142Sur six sondages, on a pu étudier la futaie sur trois placettes. En 3S4 (figure 13) on trouve une des forêts les plus impressionnantes : une véritable forêt cathédrale, avec des fûts rectilignes et sans branches sur plus de 10 m pour des arbres qui atteignent les 30 m. Cette forêt est typique des futaies sur sols acides (sols bruns lessivés développés sur paragneiss) : la strate sous-arborée est essentiellement constituée de houx. En 7S5, le faciès forestier est marqué par l’influence du châtaignier (7 % des tiges vivantes recensées) et l’absence du houx. En revanche, on retrouve le merisier. La physionomie forestière est semblable au sondage précédent : haute futaie adulte d’arbres mesurant 25 m de hauteur en moyenne. Une strate intermédiaire est occupée par le châtaignier, entre 10 et 15 m. Il faut cependant apporter une nuance à l’appréciation de ces forêts : le nombre d’arbres de très haute qualité est un peu inférieur à ce qu’on pourrait attendre au vu de la physionomie du peuplement et l’étendue de ces futaies reste limitée. On passe rapidement à des châtaigneraies (7S5) ou des taillis (3S4).

143Toujours sur la commune de Lavernhe mais sur des terrains sédimentaires, en position de contact avec le massif ancien, le sondage 3S5 est un bon exemple de hêtraie sur terrains non acides. Le sol est de type argilo-calcaire développé sur des calcaires noduleux, lités et légèrement schisteux (Aalénien, Jurassique). Le contraste est frappant avec les hêtraies acidiphiles : on compte dix ligneux différents et on observe une stratification complexe : la strate arborée ne représente que 12 % du total des tiges recensées. Une première strate est composée de plantules de hêtre à environ 1,5 m. À moins de 5 m on trouve une autre strate de tiges de hêtres non francs de pied. Enfin, la dernière strate sous-arborée se situe vers 10 m et se compose de hêtre mais aussi d’érable champêtre. La strate arborée culmine à 20-25 m et si certains hêtres ne sont pas francs de pied, le peuplement est tout à fait distinct de la famille des taillis de hêtre.

144Le hêtre rejette difficilement de souche après une coupe à blanc. Pour cette raison, la technique du taillis fureté était pratiquée sur l’Aubrac. L’administration des eaux et forêts avait peiné à imposer le modèle dans les monts de Lacaune et s’était heurtée à la résistance des populations locales. L’ensemble de ces raisons explique la relative rareté des taillis de hêtres. Les sondages 1S7 et surtout 3S3 (figure 13) permettent d’examiner les caractéristiques de ces peuplements. En 3S3, les caractéristiques stationnelles sont identiques à celles de la placette 3S4 : il s’agit d’une hêtraie acidiphile à Ilex aquifolium L., sur paragneiss. On remarque le nombre important de tiges par pied mais aussi la hauteur et la circonférence importante de certains sujets. Il s’agit d’un taillis qui n’a pas subi d’intervention récente. La configuration de certains brins les rend aptes à une valorisation comme bois d’œuvre (dix-huit brins de qualité acceptable et sept de haute qualité). L’autre taillis présent dans nos relevés (1S7) n’offre pas de qualités comparables même si on y relève quinze arbres environ susceptibles de donner du bois d’œuvre. Les troncs sont plus souvent tortueux et si le hêtre est dominant dans la strate arborée, il est talonné de près par les épicéas, essence utilisée pour les reboisements en forêt domaniale, dans les parcelles attenantes.

figure 13. Futaies et taillis de hêtre

145Les taillis de hêtre en forêt domaniale sont soumis à des opérations de plus en plus systématiques de balivages (1S3). Sur ce sondage, un balivage a été réalisé très récemment, probablement au printemps avant notre passage. Le nombre de tiges a été drastiquement réduit et ne sont demeurés en place que les brins susceptibles de donner des arbres de qualité. Sur 22 tiges formant la strate arborée (76 % du total), 20 sont propres à donner du bois d’œuvre. La méthode du balivage et plus généralement de l’amélioration des peuplements dans les hêtraies est justifiée par le fait que le hêtre peut, même après 40 ans, connaître des accroissements de cernes très forts après éclaircie. Cet exemple confirme donc le fait que le hêtre se situe parmi les peuplements de feuillus qui ont le plus fort potentiel en termes d’économie marchande : l’ONF tend à valoriser systématiquement les taillis par des balivages et les propriétaires privés disposant de futaies de hêtre peuvent compter sur des rentrées financières importantes, en cas d’exploitation.

146En analysant une large gamme de faciès forestiers de feuillus autochtones, on est frappé par un contraste ou une opposition. Pris un à un, les relevés valident les données sur la répartition des ligneux dans la région. Il existe donc une phytogéographie forestière qui se fonde sur les nuances du milieu, du climat, des sols. En revanche, l’analyse à très grande échelle des caractères physionomiques révèle des caractéristiques très tranchées d’un point de sondage à l’autre. Pour être composés des mêmes arbres, deux sondages peuvent se révéler complètement différents pour ce qui est du traitement de la matière ligneuse, du stock disponible ainsi que de la valeur marchande estimable du bois sur pied. Les traces de l’appropriation de la forêt par les sociétés locales sont décelables partout (chênes émondés, traitements en taillis, balivages). Mais la physionomie végétale montre, à l’instar des châtaigneraies, que la pression sur la forêt en termes d’usages agropastoraux se relâche. Les arbres jeunes sont nombreux et ils forment une ou plusieurs strates sous-arborées. Depuis les années soixante et l’installation durable d’un modèle agricole fondé sur la spécialisation et le productivisme, l’espace forestier et l’espace agricole sont de plus en plus hermétiquement séparés. Les reboisements importants, entre 1950 et 1980, sont à interpréter comme un recyclage de terrains (forestiers ou non) dont les usages anciens s’estompent. Sur la parcelle 1S7, on observe une forêt de feuillus autochtones où l’influence des essences de reboisement se fait sentir ; en 1S2, les résineux exotiques et les feuillus autochtones sont en compétition.

Reboisement ou enrésinement ?

147Le mouvement de reboisement est observable dans dix sondages. Les arbres introduits sont tous des résineux : les douglas (trois sondages) et la famille des pins noirs (quatre sondages) sont les essences dominantes. L’épicéa, le sapin de Vancouver et le pin sylvestre sont représentés chacun par un relevé.

Caractéristiques physionomiques des sondages dans des parcelles reboisées

Caractéristiques physionomiques des sondages dans des parcelles reboisées

148Le pin sylvestre est une des plus anciennes essences de reboisement qui ait été acclimatée dans la région. En réalité, il est presque impropre de la qualifier d’essence exotique puisque les deux seuls conifères considérés comme autochtones dans le sud du Massif central sont le sapin pectiné (Abies alba Mill.), et le pin sylvestre (Pinus sylvestris L.). De plus, il est considéré comme subspontané pour l’ensemble du Massif central. Il est donc très difficile de déterminer si le sondage 5S1 (figure 14) résulte d’une initiative de reboisement ou d’un essaimage subspontané à partir de plantations ou de boisements naturels. Quoi qu’il en soit, ce peuplement offre des arbres d’une qualité certaine dans l’optique d’un usage comme bois d’œuvre (10 arbres de très haute qualité sur trente-neuf arbres formant la strate arborée. La strate arborée est composée, outre le pin sylvestre (20 % des tiges vivantes recensées), du bouleau verruqueux [Betula pendula Roth.] (18 % des tiges vivantes recensées). Le châtaignier (39 % des tiges vivantes recensées) est plutôt présent dans la sous-strate arborée, en compagnie du chêne pédonculé, du hêtre, du merisier et du sorbier des oiseleurs. Ce faciès forestier un peu atypique en cela qu’il oscille entre formation autochtone et reboisement est donc d’une grande richesse. Il est représentatif des formations forestières difficiles à classer et que l’IFN regroupe, faute de mieux dans la catégorie « boisements morcelés de résineux » et qu’on aurait tort de considérer systématiquement comme des peuplements de piètre qualité et sans intérêt sur la plan écologique.

  • 45 Voir Couderc, 1988 ; Carbiener, 1996.

149Avec les sondages 9S1, 9S2, 9S6 et 1S6, les situations sont très nettement à rattacher aux opérations d’enrésinement : l’essence utilisée est le pin noir d’Autriche (Pinus nigra Arn. subsp. nigra) ou le pin laricio de Corse (Pinus nigra Arn. subsp. Laricio (Poir.) Maire var. corsicana (Loud.) Hyl.) en 1S6. Cette essence a été très utilisée dans les reboisements au titre de la RTM. Les reboisements de la fin des années trente en Rouergue ont été dirigés selon des schémas techniques issus de ces expériences. Le pin noir d’Autriche a été planté sur les Causses pour sa tolérance vis-à-vis de la sécheresse et du manque d’eau dans le sol mais aussi pour son adaptation aux sols calcaires et superficiels (enracinement puissant). Les sondages 9S1 (figure 14) et 9S2 sont situés dans la forêt domaniale de la Sorgues, sur des rendzines calcaires, dans des dolomies ou des calcarénites du Jurassique (Hettangien et Sinémurien). Ces plantations datent de 1936 (voir supra) et sont contemporaines d’autres opérations de reboisements menées ailleurs dans le département et sur le Causse noir en particulier. Ces arbres de 60 ans ont eu une croissance relativement modérée à mettre en relation avec des conditions pédologiques assez sévères. Néanmoins, une proportion importante est susceptible de fournir du bois d’œuvre après exploitation. Sous le couvert forestier de ces « champs d’arbres »45, on ne retrouve pas le désert écologique auquel il est parfois fait allusion lorsqu’on évoque les reboisements : huit espèces ligneuses ont été recensées, soit bien plus que sous certains couverts forestiers de chêne ou de châtaignier. La station correspond à un creux un peu plus argileux et à des sols mieux alimentés en eau. On a recensé Fraxinus excelsior L. et Prunus avium L., deux espèces relativement exigeantes du point de vue de la réserve utile en eau. Sont aussi présentes, sur le relevé, des plantes de type calcicole : Cornus sanguínea L. et Sorbus aria (L.) Crantz. Enfin, la gamme est complétée par des pins sylvestres dont on peut penser qu’ils étaient mélangés avec les plants au moment des travaux d’enrésinement, des noisetiers et des ronces des bois (Rubus fruticosus L.). À quelques centaines de mètres plus au nord, 9S2 confirme l’installation d’une ambiance forestière sous la strate des pins noirs d’Autriche : neuf espèces sont recensées. Le camerisier à balais accentue les caractères subméditerranéens du peuplement mais on retrouve les feuillus précieux en strate arbustive : frêne, merisier et érable sycomore (Acer pseudoplatanus L.). Le développement d’une strate arbustive aussi complète dépend du temps écoulé depuis la plantation et des éclaircies effectuées.

figure 14. Forêts de pin sylvestre et de pin noir

150En effet, en 9S6 et en 1S6, les plantations datent de la phase de reboisement enclenchée avec les crédits du FFN, à partir des années cinquante. En 9S6, la densité de la strate arborée (rapportée à l’hectare) est quatre à huit fois plus élevée (2975 arbres/ha) que dans les parcelles précédentes (375 et 725 arbres par hectare) La strate sous-arborée, à affinités subméditerranéennes (Ruscus aculeatus L., Amelanchier ovalis Medik., Viburnum lanterna L.), est plus limitée (40 % des espèces recensées seulement contre 64 et 77 % pour 9S2 et 9S1). En 1S6, le déséquilibre est encore plus marqué : la strate arborée rassemble 80 % des plantes comptabilisées. Sur ce sondage, c’est une autre variété de pin noir qui a été implantée : le pin laricio de Corse (Pinus nigra Arn. subsp. laricio (Poir.) Maire var. corsicana (Loud.) Hyl.). Bien adapté aux sols siliceux, cet arbre a une aire naturelle qui correspond à l’étage montagnard méditerranéen. Il peut fournir, dans des conditions de croissance assez lente en montagne, un bois aux qualités très appréciées en menuiserie. Sur ce sondage, la strate arbustive se limite à Malus sylvestris L. (I %), Crataegus monogyna Jacq. (9 %) et quelques douglas (7 %), provenant, par dissémination, de reboisements voisins. Ainsi, autant les plantations déjà anciennes offrent des faciès forestiers riches et à la stratification complexe, autant les plantations récentes de pin noir (toutes variétés confondues) sont pauvres du point de vue de la diversité des ligneux ; elles méritent d’être qualifiées de « champ d’arbres ».

151À la différence des reboisements en pin noir, les plantations de douglas (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) sont plus récentes. Le douglas a été utilisé intensément dans les plans de reboisements subventionnés par le FFN, en forêt privée et en forêt publique.

  • 46 Évaluation réalisée à partir de souches récemment coupées et de chutes abandonnées après l’interve (...)

152Trois sondages permettent de comparer des utilisations différentes de cette essence de reboisement très appréciée des techniciens et des propriétaires privés à cause de la rapidité de sa croissance et de l’excellence de ses qualités mécaniques comme bois d’œuvre. Le sondage 1S4, situé en forêt domaniale, est une réussite du point de vue du respect des règles de sylviculture. Les arbres présents sur cette parcelle ont au moins 45 ans46 et ils atteignent une hauteur de 40 mètres pour des circonférences bien plus élevées (171 cm en moyenne ; valeur minimum : 116 cm, valeur maximum : 250 cm) que pour les pins noirs de 60 ans, en forêt domaniale de la Sorgues. La densité est de 425 tiges par hectare et tous les arbres ont des qualités remarquables en tant que bois d’œuvre. Le sous-bois est, en revanche, d’une grande pauvreté puisqu’on n’a recensé aucun individu. Toutefois, cette absence de strate arbustive peut être portée au compte des travaux d’éclaircie récents effectués sur la parcelle. Ce sondage confirme donc les potentialités du douglas dans la région, à l’étage collinéen et montagnard, en tant qu’essence de reboisement. Le débat reste ouvert en ce qui concerne l’impact écologique de ce type de sylviculture.

Classes de circonférence de la strate arborée

Classes de circonférence de la strate arborée

153Classes de circonférence :

1

moins de 20 cm

4

60-80 cm

7

120-140 cm

2

20-40 cm

5

80-100 cm

8

140-160 cm

3

40-60 cm

6

100-120 cm

9

plus de 160 cm

154Sur le plan esthétique, une futaie adulte de douglas de ce type n’offre pas un spectacle hideux. Résineux et esthétique peuvent parfois faire bon ménage.

  • 47 N. Hawthorne semble goûter tout particulièrement l’aspect des pineraies. Le vendredi 8 octobre 184 (...)

« L’île a une végétation de pins majestueux47, avec de hauts troncs puissants qui sont suffisamment séparés les uns des autres pour permettre au regard de vagabonder assez loin entre les futaies et comme il n’y a pas de broussailles, l’effet produit n’est guère différent de ce que l’on peut ressentir en contemplant les piliers d’une église » Journal de N. Hawthorne, samedi 9 octobre 1841. (Hawthorne, 1995 : 286)

155Cet aspect est incomparable avec celui des boisements plus jeunes. 6S5 (figure 15) est un exemple de reboisement par bandes. Les travaux ont été réalisés en 1968. La châtaigneraie à fruits préexistante a été coupée à blanc et les souches n’ont pas été dévitalisées. En un peu moins de 30 ans, les douglas ont eu une croissance assez modérée (les arbres de la strate arborée ne dépassent pas les 15 m. La strate arbustive est constituée par des rejets de souche de châtaigniers dépassant les 5 m de hauteur. Un dégagement des plants a été réalisé en 1976 et 1977 car les rejets de souche menaçaient de faire échouer la plantation. Les châtaigniers de la strate arbustive étaient donc approximativement âgés de neuf à huit ans lors de la réalisation du relevé (été 1995). Cet exemple illustre les limites de la méthode des reboisements par bande : la dynamique du châtaignier, aux étages collinéen et atlantique, est très vive et concurrence fortement les jeunes plants. Sans les interventions de dégagement des plants, la plantation aurait échoué. La strate arborée, au couvert très fermé (même avec une densité de 300 pieds par hectare), laisse passer peu du lumière. Sous ce type de couvert forestier, on observe un fort développement des rejets de souche de châtaignier. Ce type de reboisement n’est donc convaincant ni sur le plan de la production de matière ligneuse (développement assez médiocre des douglas), ni sur le plan écologique. Des conclusions semblables peuvent être tirées à partir du sondage 7S7. Il s’agit d’une opération de reboisement sur d’anciens terrains de culture en terrasse. La méthode retenue a été celle des reboisements en plein. Les chênes pédonculés qui composent la strate arbustive indiquent le dynamisme des essences autochtones. La nature de la strate arbustive est aussi à mettre en relation avec les choix dans la technique de reboisement. Les douglas ont été plantés avec un écartement assez fort (375 pieds par hectare), ce qui a permis le développement des feuillus pendant les premières années de la plantation. La qualité du matériel ligneux est correcte sans être exceptionnelle (aucun arbre recensé dans la catégorie de qualité supérieure).

figure 15. Reboisements en sapins et en douglas

156Les plantations en douglas offrent des visages très différents. Du point de vue de son aptitude à fournir du bois d’œuvre de qualité sur un temps assez court, cette essence est très appréciée dans les reboisements. L’aspect des rares peuplements adultes qu’il est permis d’observer ne permet pas de conclure à une défiguration du paysage forestier. En revanche, dans les plantation récentes, la lutte entre les feuillus (châtaigniers ou chênes pédonculés) et les résineux dans une ambiance forestière très peu éclairée est ce qui caractérise la strate sous-arborée (37 % de tiges mortes en 6S5).

  • 48 Il peut néanmoins être utilisé dans la fabrication de contre-plaqué (Rameau, Mansion, Dumé, 1989 : (...)

157La coexistence des essences de reboisement et des feuillus autochtones peut aboutir à des forêts mixtes résineux-feuillus. En 1S2 (figure 15), le sapin de Vancouver (Abies grandis (D. Don) Lindl.) et le chêne sessile participent à la strate arborée même si Quercus petraea (Mattus) Liebl. est en général moins élevé et dominé par les sapins. Le sapin de Vancouver, relativement peu utilisé dans la région, est une des essences typiques des plans de reboisement, surtout pour l’enrésinement des taillis à l’étage collinéen (l’espèce apprécie une humidité atmosphérique élevée et nécessite une pluviosité annuelle de 700 mm au minimum). Cette essence est emblématique de la logique industrielle et productiviste des années fastes du FFN : arbre à croissance rapide, son bois blanc était très recherché par l’industrie papetière. Les propriétaires privés lui reprochent donc ses faibles qualités en tant que bois d’œuvre. Ce bois léger et tendre n’a guère d’usages en dehors de la pâte à papier48. Compte tenu de ces réserves, le peuplement observable en 1S3 présente une proportion importante d’arbres sans défauts majeurs (20 % environ des sapins formant la strate arborée sont de qualité acceptable ou bonne). Dans ce peuplement, la présence du chêne sessile est un atout supplémentaire, même si Abies grandis (D. Don) Lindl. représente l’essentiel du volume sur pied : on dénombre 15 chênes de bonne qualité ou de qualité acceptable. Mais, dans une logique purement marchande, un peuplement équien composé d’une seule essence est préférable. De ce point de vue, le sondage 3S1 est en effet exemplaire d’une sylviculture contrôlée en vue de la production de bois d’œuvre de qualité. L’essence de reboisement utilisée ici est l’épicéa (Picea abies (L.) Karst.). La densité a déjà été ramenée à 850 tiges par hectare pour la strate arborée. La prochaine et dernière éclaircie a été préparée : les arbres de place (les arbres qui formeront le peuplement lors de la coupe définitive) sont d’ores et déjà marqués et élagués à 8 m alors que les autre tiges n’ont pas subi cette intervention. L’objectif est de préparer la vente du matériel ligneux qui sera garanti sans nœuds sur une longueur de 8 m et donc propre à donner des sciages de qualité.

  • 49 (Arnould, 1996).

158En définitive, l’espace concret des parcelles reboisées présente de fortes similitudes. Le reboisement est un enrésinement : les essences utilisées sont des conifères exotiques à divers degrés. Les « belles américaines »49, telles que le douglas ou le sapin de Vancouver, côtoient de « discrètes européennes » : épicéa, pin noir d’Autriche ou pin Laricio de Corse. La strate sous-arborée est en général très pauvre, à l’exception des plantations anciennes et déjà éclaircies. Conçues pour la plupart dans la logique forestière productiviste des années de croissance (1955-1975), ces plantations visent d’abord l’efficacité en tant que système de production de matière ligneuse. Ces peuplements ne sont pas seulement des forêts de substitution qui remplaceraient les anciennes formations feuillues dévaluées dans un contexte de libéralisation des échanges et d’extension du marché, il s’agit aussi d’un réel recyclage de terrains dont les usages ont été condamnés à partir des années cinquante et soixante : cultures en terrasses en 7S7, châtaigneraies en 6S5, agriculture de montagne en 1S4, systèmes agropastoraux Caussenards (9S6). Pour ces derniers, la remise en cause est encore plus ancienne, la forêt domaniale de la Sorgues (9S1, 9S2) datant du milieu des années trente. Pour 3S1, ce sont les landes du Levézou qui ont fait l’objet d’un recyclage : l’enrésinement s’est substitué à des systèmes agropastoraux. On a pu observer que dans d’autres régions de moyennes ou basses montagnes, les Hautes-Fagnes de Belgique, par exemple, le recyclage des paysages de landes avaient pris deux formes : les reboisements volontaires et la recolonisation spontanée par les ligneux (Marty, 1990). En Rouergue, les reboisements volontaires ont commencé beaucoup plus tard (première moitié du xxe siècle) et n’ont pas eu la même intensité qu’en Belgique ou même que dans les régions voisines du Gévaudan ou de la Margeride.

Importance du parcellaire cadastral

159En donnant à lire la diversité forestière à très grande échelle, à l’échelle d’une parcelle de sondage, on voit éclater les typologies bio-écologiques car les différences du point de vue physionomique produisent une très forte hétérogénéité interne à la catégorie. On retrouve, par exemple, des caractères communs aux forêts de chêne pédonculé de l’étage atlantique mais, d’un sondage à l’autre, la taille des arbres, leur disposition, leur qualité ainsi que les caractéristiques de la strate arbustive changent beaucoup, sans qu’il soit possible de mettre ces différences sur le compte des seules différences de station. Le problème de l’hétérogénéité des forêts du Rouergue implique de rechercher des pistes pour en fournir une lecture qui tienne compte de ces différences.

160Le principal objectif de cette partie du travail était de montrer la complexité de l’espace forestier des moyennes montagnes aveyronnaises. À l’échelle départementale, la méthode cartographique permet de construire une intelligibilité par le biais de catégories plus ou moins élaborées : la méthode de cartographie utilisée dans la carte de la végétation de la France au 1/200 000 est un chef-d’œuvre de minutie et de sophistication, alors que la « carte des types de formations végétales de l’Aveyron » part de catégories reposant sur de simples caractères physionomiques. Les catégories utilisées par l’IFN, outre qu’elles autorisent la production d’une cartographie thématique efficace à échelle départementale, permettent une vision diachronique à une assez grande échelle (1/50 000). On lit sur ces cartes une distribution très compliquée des types forestiers : l’espace forestier à l’échelle d’une commune est fait de polygones nettement différenciés, agencés apparemment sans ordre et produisant une mosaïque paysagère. Les cartes diachroniques confirment que ce qui était déjà perceptible sur la carte de la végétation (qui donne la situation dans les années soixante) est toujours d’actualité malgré l’extension des superficies : l’intervention des sociétés brise les régularités de la carte des potentialités naturelles et les remplace par un pavage d’une grande complexité.

  • 50 La station a été repérée dans la forêt communale de Saint-Félix-de-Sorgues mais on peut penser que (...)

161En changeant d’échelle, et en travaillant au niveau de la placette de sondage, on découvre un niveau supplémentaire d’hétérogénéité : à l’intérieur de ce qui constituait une plage homogène dans le classement écologique de la carte de la végétation ou dans le système de classification de l’Inventaire forestier national, on découvre des différences physionomiques et floristiques (pour ce qui est de la strate sous-arborée) considérables. Certes, on découvre sans problèmes les éléments qui fondaient son classement dans l’une ou l’autre des grandes catégories opératoires (les cortèges floristiques de la strate sous-arborée des formations subméditerranéennes sur calcaire par exemple ; les espèces typiques de la chênaie de l’étage atlantique ou la dominance d’une espèce dans la strate arborée qui justifiait son classement dans les catégories de l’IFN), mais les différences d’un sondage à l’autre ne peuvent pas être considérées comme négligeables. De plus, si le vocabulaire de base de la sylviculture (taillis, futaies, taillis sous futaie) permet de nommer des faciès forestiers, les formes classiques de conduite des peuplements prônées par l’orthodoxie forestière se rencontrent rarement, et le plus souvent celles-ci sont appliquées en forêt publique (balivages dans les règles de l’art en 1S3, éclaircies réalisées sans retard en 1S4, 9S1 et 9S2) et dans les reboisements sous contrat avec l’administration dans le cadre du FFN (3S1). Ailleurs, les interventions semblent liées à d’autres logiques et d’autres rythmes que ceux fixés par des plans de gestion contrôlés par un service gestionnaire (ONF ou DDAF). Le classement dans la catégorie « futaies » n’est pas, par exemple, une garantie absolue de qualité sur le plan économique : on a vu que des peuplements de grande qualité pouvaient être classés dans des catégories jugées peu intéressantes (5S1 est un « boisement morcelé de résineux ») et que les « futaies de chêne » comprenaient des peuplements de peu de valeur marchande (4S6, 4S7). En revanche, en appliquant d’autres valeurs que celles de la sphère des échanges marchands, certains sondages ont un intérêt lié à la présence d’espèces rares (Euonymus latifolius (L.) Mill.)50. Les écosystèmes forestiers étudiés mériteraient un examen approfondi, notamment sur le plan de la biodiversité faunistique. La pression humaine et pastorale s’est fortement atténuée et la flore locale des arbres forestiers surprend parfois par sa richesse.

162Au terme de ce travail d’analyse à plusieurs échelles, on constate que l’originalité des forêts de la moyenne montagne rouergate réside autant dans leurs caractères écologiques ou physionomiques que dans un émiettement perceptible à moyenne et grande échelle (forte variabilité des conditions floristiques et des paysages). La question est de faire le lien entre la nature et la société. La sapinière de la Tenelle (commune d’Arnac-sur-Dourdou) est une curiosité écologique dans la mesure où il s’agit du dernier peuplement de sapin pectiné vers le sud du Massif central. La carte de la végétation de Carcassonne (Gaussen, Dupias, Cabaussel, Mestre, 1963) souligne le caractère précieux, en tant que témoin écologique, de la forêt de la Tenelle.

« Située à une centaine de kilomètres à la fois des premiers sapins pyrénéens et des sapins les plus méridionaux du Massif central (mont Lozère et Margeride), la forêt d’Arnac, dont la spontanéité est infiniment probable, constitue une survivance d’une phase plus humide et probablement plus froide des temps glaciaires ou post-glaciaires durant laquelle faire du sapin dans le Massif central devait s’étendre plus au sud. » (Gaussen, Dupias, Cabaussel, Mestre, 1963)

163Mais la conservation de cette relique, la fixation de ses limites, son achat par l’État et sa gestion récente (exploitation au milieu des années cinquante) tiennent à des facteurs sociaux. L’appropriation de l’espace sous la forme de la propriété se traduit dans l’espace concret. Nous pensons, en effet, que le parcellaire cadastral et cette forte hétérogénéité sont liés. Bien plus, la parcelle cadastrale est une maille fondamentale pour comprendre le paysage forestier. Si la très forte variabilité spatiale à grande échelle peut être rapportée au maillage cadastral, cela signifie que l’appropriation de l’espace est le fait fondamental sur le plan géographique. En forêt, contrairement au domaine agricole, on constate souvent une superposition de la parcelle d’exploitation et de la parcelle cadastrale, ne serait-ce que parce que la possession forestière de très nombreux propriétaires se limite parfois à une seule parcelle. La superposition entre parcelle d’exploitation et parcelle cadastrale est d’autant plus évidente que les propriétés sont de petite taille et morcelées. On sait que dans les cas de reconquête végétale à la suite de l’abandon des pratiques agropastorales en moyenne montagne, la superposition entre physionomie végétale et parcelle cadastrale est totalement opératoire (Delcros, 1994). Une fois recomposée l’atmosphère forestière, on pourrait penser que ces discontinuités s’effacent. L’analyse des placettes de sondage prouve, au contraire, que la forêt reste une mosaïque et que son organisation dépend étroitement des projets portés par les gestionnaires en charge des parcelles qui, additionnées, forment l’espace forestier.

  • 51 Rappelons que dans les campagnes dites « profondes » des années soixante, l’arrivée d’argent frais (...)

164Chaque fois que les placettes de sondages ont porté sur un espace réduit, on a constaté des différences à mettre en relation avec le phénomène d’appropriation privée de l’espace. En 6S1, 6S2 et 6S3 (figure 16), dans un rayon de moins de un km et dans un paysage homogène en apparence (chênaie pubescente sur sols calcaires peu épais), les trois sondages montrent de fortes différences. La même remarque peut être faite pour 5S3 et 5S4, distants de quelques dizaines de mètres seulement : l’un est une futaie de chêne de grande valeur, l’autre un taillis plutôt grêle. Même lorsque la puissance publique fait l’acquisition des terrains et que la propriété privée individuelle disparaît, ses structures perdurent. Les sondages 1S4 et 1S5 (figure 16) sont directement attenants, séparés seulement par un mur de pierres sèches détruit. Pourtant, du point de vue écologique et physionomique, il n’y a aucun point commun entre ces deux forêts. En 1S4, la propriété est domaniale et les travaux ont été réalisés par l’administration des Eaux et Forêts puis par ΟΝΕ La parcelle où le sondage 1S5 a été réalisé était une ancienne parcelle agricole. Une agriculture de subsistance était pratiquée jusqu’à la fin des années trente par quelques familles de confession protestante vivant dans un certain isolement. Les terres ont été vendues et rachetées par l’État, les bâtiments sont en ruines et pris dans la forêt. Les chasseurs entendent leurs chiens passer dans l’ancien cimetière où ils font tinter les restes du mobilier funéraire dans des accords à la fois rustiques et macabres. La reconquête forestière a littéralement effacé les traces de cette agriculture. Après le rachat des terres par l’État, aucun aménagement n’a été réalisé sur cette parcelle mais ses limites signalent encore l’ancienne séparation entre le domaine public et le domaine privé. On mesure donc le rôle fondamental joué par les processus d’appropriation dans la production de l’espace forestier. L’État forestier a développé son projet sur une parcelle et à quelques mètres, d’anciens terrains privés ont subi une lente reforestation spontanée qui aboutit à un écosystème de valeur marchande incomparable avec 1S4 mais bien plus intéressant sur le plan floristique. Or la raison de ce retard tient à l’existence d’une limite cadastrale, à l’exercice du droit de propriété (qui ici se traduit par un abandon de la parcelle) par une personne privée avant que celle-ci ne prenne la décision de vendre. Cette position ne signifie pas que le milieu ne tient aucun rôle : les conditions mésologiques fixent les limites des possibles parmi lesquels le gestionnaire de la parcelle a fait son choix. Ainsi, en 3S1, malgré la substitution d’essences (épicéa à la place du hêtre), on observe la flore caractéristique des strates arbustives sous couvert forestier épais. De même, en 4S1 et 4S2 : les propriétaires ont choisi des voies radicalement opposées. En 4S1, il a été décidé que le verger de châtaignier méritait d’être conservé alors qu’en 4S2 on a préféré empocher le prix de la vente du bois sur pied51, sans se soucier outre mesure de ce qui repousserait après.

165Ainsi, la parcelle, la plus petite division territoriale utilitaire, la maille créée pour le contrôle fiscal du territoire, aurait un caractère opératoire sur le plan biogéographique. Le travail à l’échelle de la parcelle est adapté pour lire l’intervention des sociétés sur le milieu, pour étudier le lien entre le phénomène d’appropriation du sol forestier et la production de l’espace forestier. L’espace forestier est une mosaïque et son organisation dépend étroitement des projets portés par les gestionnaires en charge de la parcelle. Le régime de la propriété privée laisse toute latitude au propriétaire de choisir son modèle de gestion forestière dès lors qu’il ne possède pas plus de 25 hectares de forêt ou 40 hectares de taillis. Or, pour le département de l’Aveyron, les propriétés de moins de 25 hectares rassemblent plus de la moitié du total des superficies. De plus, il a été vu que, dans le cas où s’impose un Plan Simple de Gestion, le propriétaire négocie et discute les options avec les techniciens conseillers (CRPF ou DDAF).

166En définitive, dans les moyennes montagnes à propriété privée dominante, les fortes différenciations internes de la forêt sont issues d’un processus de production de l’espace initié à partir de logiques familiales intégrant à divers degrés des calculs économiques et des stratégies géographiques (volonté de se constituer un capital ou migrations de travail). Si la nature donne des limites et fournit des cadres à l’action des sociétés en forêt, les produits de ces stratégies ne sont pas assimilables à de la nature. Considérant que l’abandon (voire l’oubli) sont aussi des stratégies, l’espace s’organise autour de la parcelle cadastrale. C’est la base sur laquelle se fixent les termes de l’échange (c’est elle qu’on achète ou qu’on vend) autant que se détermine l’assiette fiscale. La parcelle peut se transformer et échanger des espèces avec d’autres (les douglas plantés en 1S4 ont essaimé en 1S5). Mais elle n’échappe pas à un « code sociologique ». Par « code sociologique », on entend qu’il y aurait un lien entre la position du propriétaire dans l’espace socio-économique et les caractéristiques de l’espace concret. Or, ce « code sociologique » est un outil pour introduire de la lisibilité dans l’espace forestier à partir d’un classement des acteurs-gestionnaires en fonction de leurs stratégies et de leur position sur l’échiquier social. Pour proposer un modèle sociologique d’organisation des espaces naturels opératoire, en les replaçant dans un temps qui n’est plus seulement un cycle biologique mais un processus historique au sens fort du terme, il est nécessaire d’étudier le versant humain et social de l’espace forestier, de confronter l’espace concret à l’espace socio-économique.

Notes

1 « L’échelle n’est que rarement introduite explicitement comme l’une des variables fondamentales qui va conditionner aussi bien la nature des observations que l’image qu’on donnera au niveau descriptif comme au niveau explicatif. » (Racine, Raffestin, Ruffy, 1984 : 87)

2 « Les échelles sont dites : très petites si elles sont inférieures au 1/1 000 000 ; petites du 1/1 000 000 au 1/100 000 exclu ; moyennes du 1/100 000 au 1/25 000 exclu ; grandes du 1/25 000 au 1/5 000 exclu ; très grandes si elles sont égales ou supérieures au 1/5 000 (cadastre). » (Maurin, 1992 : 408) Évidemment, ce découpage commode a des fondements peu expliqués et quelque peu arbitraires.

3 « Il faut être conscient de cette diversité des possibilités de caractérisation d’une forêt » (Arnould, 1995 :25).

4 Pour la région d’étude voir : Dupias, Cabaussel, 1966 et Dupias, Lavergne, 1968.

5 Voir Dérioz, 1994-a ; Collectif, 1996-a.

6 Il en va de même pour la feuille no 58. Dans les conclusions, en fin de notice, les auteurs évoquent « de hautes terres cloisonnées par des vallées difficilement franchissables, et où l’activité agricole est contrariée par un climat rigoureux. » (Dupias, Lavergne, 1968)

7 Ce document a été établi d’après la couverture photographique aérienne réalisée pour le troisième inventaire forestier de l’Aveyron, en 1990. Malgré une bonne qualité d’impression, les variables visuelles couleurs utilisées sont très nombreuses (18 types de peuplements forestiers et quatre autres types [landes, pelouses pastorales, espaces verts urbains]). Les couleurs utilisées, notamment dans les gammes de verts, sont parfois difficiles à distinguer.

8 Après avoir quasiment disparu de la vallée du Lot, les vins d’Entraygues et du Fel font un timide retour, dans le cadre des « nouveaux anciens produits » agricoles que sont les produits de terroir. Ailleurs, dans la vallée du Tarn en aval de Millau, le vignoble de Saint-Rome de Tarn ne donne pas de signe de renaissance.

9 CNRS, Service de la carte de la végétation, Toulouse.

10 Emberger, 1930-b.

11 Voir : Lepart, Escarré, 1983 ; Arnould, 1992 ; Larrère, 1993.

12 La forêt pin Longleaf, aux USA, se maintient mais grâce à des incendies périodiques. Il s’agit d’un exemple de stade d’équilibre pré-climacique mais durable. (Simberloff, 1994)

13 Teinte plate : stades arborescents ; demi-teinte : stade arbustif ; teinte pâle : stade herbacé.

14 Quercus robur L. ; Q. petraea (Mattus.) Liebl. ; Q. pubescens Willd. La nomenclature est celle utilisée par Rameau et al, 1989 et 1993.

15 Prioton, 1973 ; Prioton, 1974.

16 Cette reconquête forestière inquiète certains observateurs : « Quand la forêt bénéficie de conditions climatiques et écologiques favorables à son développement, la situation peut devenir préoccupante et justifier une gestion volontariste de l’espace pour tenter d’y sauvegarder un cadre de vie minimal. Quand la forêt occupe plus de 60 % des terres, c’est d’un véritable sauvetage du cadre de vie qu’il s’agit » (Guéringer, Perret, Baud, 1993 : 117).

17 « Dans un ensemble composé d’éléments, hétérogènes quand on les prend un à un, le sujet doit découper des sous-ensembles qui maximisent l’homogénéité par rapport à sa problématique. Il faut passer de l’hétérogène à l’homogène soit de l’information à forte probabilité à l’information à faible probabilité. » (Racine, Raffestin, Ruffy, 1984 : 90)

18 La série Cpu (propeméditerranéen) constitue un ourlet étroit autour des séries méditerranéennes (série du chêne vert) au sens strict, d’où le choix du préfixe pro (= avant). La série Cpu (latéméditerranéen) est dans l’étage subméditerranéen. Le préfixe late désigne une position en marge du domaine méditerranéen ou bien une extension des caractères méditerranéens hors de leurs limites.

19 La méthode de Jenks ou algorithme de Jenks est une procédure automatique « qui teste successivement, pour un nombre de classes donné, l’effet des limites sur la variance interclasse et qui permet de choisir les valeurs qui la maximisent. » (Béguin, Pumain, 1994 : 92)

20 La discrétisation s’est faite en deux temps. D’abord on cherchait les bornes de classes selon la méthode de Jenks, pour une discrétisation à huit classes. Ensuite, muni des valeurs limites, on reprenait le diagramme de distribution et on éliminait des bornes de façon à se limiter à cinq ou quatre classes, en procédant à une mise en classe selon les seuils observés.

21 Par taux de boisement, on entend le taux de recouvrement de tous les types forestiers (statistique IFN) sauf landes, pelouses et friches.

22 Nous appelons formations paraforestières les types de végétation recensés par l’IFN, sous les catégories landes, friches et incultes. L’IFN les classe parmi les « types forestiers ». Ce ne sont pas des formations forestières à proprement parler : il peut s’agir de terres momentanément abandonnées, de parcours, de landes pâturées. Toutefois, on peut y observer des dynamiques végétales de reconquête forestière (Dérioz, 1994-a).

23 L’usage de l’adjectif « auvergnate » est curieux pour parler de régions pleinement rouergates. A. Meynier ne l’utilisait pas dans sa thèse (Meynier, 1931).

24 Il y a là comme une vérification de l’étymologie du nom de la région.

25 Elles ont été réalisées à partir de calques avec le logiciel de dessin Aldus Freehand 3.0. Les déformations des photographies aériennes n’ont pas été corrigées.

26 « Les hêtraies du Ségala, du Levézou, du Lagast et des monts de Lacaune présentent, avec Scilla lilio-hyacinthus [Scille lis-jacinthe], Meconopsis cambrica [Méconopsis du Pays de Galles] et Euphorbia hyberna [Euphorbe d’Irlande] une tonalité nettement atlantique » (Dupias, Cabaussel, 1966).

27 Rameau, Mansion, Dumé, 1993 : 492-493.

28 C’est à Arnac-sur-Dourdou que se situe la forêt de la Tenelle, une sapinière constamment citée dans la littérature sur la forêt aveyronnaise, de Buffault à Prioton.

29 Voir supra, les discussions du début du siècle sur le taillis fureté et son rejet par les populations de la région des monts de Lacaune.

30 La taxe foncière est un impôt de quotité dont le taux et non pas le produit est déterminé à l’avance. Il ne s’agit donc pas d’un impôt de répartition dont le montant global est fixé à l’avance avant d’être réparti entre les contribuables. De plus la taxe foncière est un impôt qui frappe le bien et non le propriétaire en tant que personne privée.

31 Le code civil date de 1804, le code pénal, de 1810.

32 L’idée était de diviser le territoire communal en masses circonscrites par des limites naturelles. « Les terrains portant la même culture étaient réunis en une seule et même masse » (Maurin, 199233). :

33 Cette période correspond à l’enquête Daubrée dont tout laisse penser quelle fut effectuée sur base cadastrale (Normandin, 1981 : 436).

34 Par ailleurs (article 1395 du Code général des impôts) les terrains ensemencés, plantés ou replantés en bois bénéficient d’une exonération trentenaire de taxe foncière. Il en de même pour les marais desséchés (20 ans d’exonération) et les terres incultes, vaines ou en friches depuis 15 ans qui sont plantées et mises en culture (10 ans d’exonération).

35 Une donnée aussi fondamentale que la superficie totale communale peut connaître des variations selon qu’elle est fournie par l’INSEE, ou par l’IFN. On enregistre des variations de + ou - 1,5 % du territoire selon les sources, dans le cas extrême.

36 On a aussi comparé le total des feuillus pour les deux sources. Le chiffre donné par le cadastre est largement inférieur à celui de l’IFN.

37 Pour la commune de Naussac, alors que les dernières vignes n’ont plus été taillées depuis les années soixante, on trouve encore des parcelles codées VI au cadastre.

38 Il est convenu d’appeler morcellement la division de la surface boisée entre un nombre important de propriétaires et de parler de parcellement pour évoquer la division des propriétés en parcelles non contiguës.

39 Une estimation des défauts et qualité de la matière ligneuse sur pied dans une optique de commercialisation est proposée : elle repose essentiellement sur le repérage de présence ou d’absence de nœuds ou de gélivures, sur la rectitude de la bille de pied, sur le travail d’élagage.

40 Cela constitue presque un record dans notre échantillon puisqu’on atteint dix espèces ligneuses différentes seulement dans trois sondages.

41 L’étymologie du nom de la région est directement influencé par la racine qu’on retrouve dans Quercus : c’est presque littéralement le pays des chênes.

42 Il conviendrait (Rougerie, 1988 : 55), de ne parler de fruticée qu’en dessous de 7 m de hauteur. Le terme a néanmoins été retenu car il s’agit bien d’une « formation de faible taille dont les individus constitutifs n’ont pas de fûts développés, mais sont soit ramifiés dès la base ou bas-branchus - c’est-à-dire à port buissonnant - soit pourvus de tiges plus ou moins lignifiées, bien individualisées mais grêles ».

43 C’est-à-dire où le hêtre forme plus de 75 % de la strate arborée.

44 Exactement de 720 m (1S3) à 890 m d’altitude (1S7).

45 Voir Couderc, 1988 ; Carbiener, 1996.

46 Évaluation réalisée à partir de souches récemment coupées et de chutes abandonnées après l’intervention.

47 N. Hawthorne semble goûter tout particulièrement l’aspect des pineraies. Le vendredi 8 octobre 1841 il avait noté le vert sombre et solennel des pins. (Hawthorne, 1995 : 280)

48 Il peut néanmoins être utilisé dans la fabrication de contre-plaqué (Rameau, Mansion, Dumé, 1989 : 267).

49 (Arnould, 1996).

50 La station a été repérée dans la forêt communale de Saint-Félix-de-Sorgues mais on peut penser que la propagation des graines par les oiseaux entraîne la présence de cette plante dans les forêts privées avoisinantes.

51 Rappelons que dans les campagnes dites « profondes » des années soixante, l’arrivée d’argent frais signifiait la possibilité d’acquérir les signes extérieurs de participation au monde moderne : télévision, réfrigérateur ou machine à laver. Aux yeux de certains, cela valait bien quelques châtaignes.

Table des illustrations

Légende carte 20. (A, B). 1990. Aveyron : densité de la population et taux de boisement
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 287k
Légende carte 21 (A, B). Dépopulation et taux de couverture des formations forestières et paraforestières
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 305k
Légende carte 22 (A, B, C). La forêt dans l’espace aveyronnais
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Légende carte 23 (A, B, C). La propriété forestière en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 255k
Légende carte 24 (A, B, C). La châtaigneraie en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 263k
Légende carte 25 (A). La chênaie en Aveyron
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende carte 25 (B, C, D). La chênaie en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende carte 26 (A). La hêtraie en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende carte 26 (B, C, D). La hêtraie en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 269k
Légende carte 27 (A, B, C). Les forêts de feuillis mélangés en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Légende carte 27 (D, E, F). Les forêts de feuillus mélangés en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 277k
Légende carte 27 (G, H). Les forêts de feuillus mélangés en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 187k
Légende carte 28 (A, B). Les formations végétales résineuses en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 154k
Légende carte 28 (c, D, E, F). Les formations végétales résineuses en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 306k
Légende carte 29 (A, B, C). Les reboisements en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 275k
Légende carte 29 (D, E, F). Les reboisements en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Légende carte 30 (A, B). Formations végétales-paraforestières en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Légende carte 30 (C, D, E, F). Formations végétales paraforestières en Aveyron (1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 325k
Titre Différence (ha) entre les données IFN et les données cadastrales
Légende Chiffres positifs : surévaluation par le cadastre ;Chiffres négatifs : sous-évaluation par le cadastre.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Titre Part des parcelles de petite taille dans le nombre de parcelles forestières
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 95k
Légende Nbre de tiges : nombre de tiges de la strate arborée. Total tiges : total des tiges recensées sur la placette. Strat.arb/tot tiges : part des individus de la strate arborée dans le total des tiges recensées. Densité : ha : densité par ha des arbres de la strate arborée. Qualité A : qualité acceptable. Qualité BB : très bonne qualité. Classe de hauteur : 1 : moins de 5 m ; 2 : 5-10 m ; 3 : 10-15 m ; 4 : 15-20 m ; 5 : 20-25 m ; 6 : 25-30 m ; 7 : 30-35 m ; 8 : 35-40 m ; 8 : plus de 40 m.figure 6. Strate arborée et physionomie forestière
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 190k
Titre Caractéristiques physionomiques des sondages où le châtaigner est l’essence dominante
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 133k
Légende figure 7. Anciennes châtaigneraies à fruits
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Titre Classes de circonférence de la strate arborée
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Légende figure 8. Taillis de châtaigniers
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-25.jpg
Fichier image/jpeg, 203k
Légende figure 9. De la châtaigneraie à la forêt mixte de feuillus
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-26.jpg
Fichier image/jpeg, 241k
Titre Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne sessile est l’essence dominante
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-27.jpg
Fichier image/jpeg, 99k
Légende figure 10. Futaies de chêne sessile
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-28.jpg
Fichier image/jpeg, 243k
Titre Classes de circonférence de la strate arborée
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-29.jpg
Fichier image/jpeg, 151k
Titre Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne pédoncule est l’essence dominante
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-30.jpg
Fichier image/jpeg, 75k
Légende figure 11. Futaies de chêne pédonculé
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-31.jpg
Fichier image/jpeg, 210k
Titre Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne pubescent est l’essence dominante
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-32.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Légende figure 12. Chênaie pubescente
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-33.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Caractéristiques physionomiques des sondages où le chêne et le hêtre sont les essences dominantes
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-34.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Caractéristiques physionomiques des sondages où le hêtre est l’espèce dominante
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-35.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende figure 13. Futaies et taillis de hêtre
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-36.jpg
Fichier image/jpeg, 222k
Titre Caractéristiques physionomiques des sondages dans des parcelles reboisées
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-37.jpg
Fichier image/jpeg, 114k
Légende figure 14. Forêts de pin sylvestre et de pin noir
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-38.jpg
Fichier image/jpeg, 237k
Titre Classes de circonférence de la strate arborée
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-39.jpg
Fichier image/jpeg, 147k
Légende figure 15. Reboisements en sapins et en douglas
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-40.jpg
Fichier image/jpeg, 251k
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30796/img-41.jpg
Fichier image/jpeg, 200k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540