Version classiqueVersion mobile

Forêts et sociétés

 | 
Pascal Marty

Partie II. Exercice du droit de propriété et production de l’espace en forêt

Exercice du droit de propriété et production de l’espace en forêt

Texte intégral

1Les lignes qui suivent s’appuient essentiellement sur un matériau de première main, c’est-à-dire de l’information recueillie auprès des propriétaires forestiers eux-mêmes. L’idée est de retracer, à partir de ce matériau vivant, les manières de produire l’espace. Posséder une forêt c’est d’abord être dépositaire de certains droits sur une ou plusieurs parcelles et ces droits font du propriétaire le premier et principal intervenant. Mais la propriété forestière est un domaine sur lequel la collectivité a revendiqué depuis longtemps un droit de regard.

« Dans certains secteurs de la propriété immobilière, par exemple dans le droit forestier, les signes d’un certain collectivisme sont assez anciens » (Terré, 1966 : 422).

« À l’origine demeure essentiel, sinon primordial, le mécanisme, plus ou moins instinctif, de l’appropriation. (...) Le droit de propriété, malgré ou à cause de sa vitalité, compose de l’intérieur, avec les exigences naturelles du collectif » (Terré, 1966 : 428).

2L’espace forestier est inscrit dans la société et son histoire ; c’est un espace possédé et approprié. Mais le propriétaire n’est pas en possession d’une liberté absolue qui lui autoriserait un pouvoir démiurgique. La forêt qu’il possède est l’objet de stratégies de production et de reproduction de l’espace de sa part mais aussi de la part de la collectivité.

3L’espace forestier privé en moyenne montagne rouergate est une mosaïque d’autant plus complexe qu’on l’étudie à grande échelle ; y déceler des régularités implique d’essayer d’identifier des logiques de production de l’espace liées à l’exercice du droit de propriété.

4La question du « comment s’y prendre » est cruciale. Il y a là un terrain sensible à déminer. Dans notre cas, nous étions face à une première question simple : comment travailler sur la population des propriétaires de forêts en Aveyron ? Combien sont-ils ? Comment arriver jusqu’à eux ? Il y aurait plus de 50 000 propriétaires de forêts en Aveyron ; environ un ménage sur trois serait propriétaire d’une parcelle de forêts. En étendant la limite jusqu’aux propriétaires d’espaces boisés en voie de reforestation naturelle et de terres agricoles abandonnées, le nombre augmente encore. Il fallait tailler dans le vif et constituer un échantillon. La deuxième question, non moins délicate, portait sur ce qu’il convenait d’accepter sous l’appellation « travail de géographe. » Nous avons fait des choix et pris des décisions en liant ces options à notre objectif de travail et à notre cadre théorique préalable : la production de l’espace en forêt privée.

5Les choix qu’il était inévitable de faire pour affronter la complexité du réel passent par une sélection et par l’élimination de portions du territoire au fur et à mesure que l’observation se fait à grande échelle. Ainsi, un échantillon de neuf communes a été sélectionné (carte 19) de façon à représenter toutes les petites régions agricoles et forestières et afin d’avoir un éventail des principaux types de milieux physiques. Une fois le processus de sélection des espaces-test effectué, le même problème se pose quant au traitement que l’on réserve aux points de sondages et aux individus. En somme, pour avoir à sa disposition un corpus maniable pour l’analyse, on est face à l’obligation de simplifier le réel. C’est une des limites de toute démarche de recherche en sciences humaines : la quantité d’information disponible rend délicate la production d’un savoir. La solution passe par la rigueur dans les choix et surtout par la recherche de leur adéquation optimale avec les questions posées (Quivy, Van Campenhoudt, 1988 ; Blanchet, Gotman, 1992). Sur le plan méthodologique, l’équilibre est difficile à trouver entre les sciences expérimentales qui ont vocation à expliquer et les sciences narratives qui ont pour objectif de comprendre (Bailly, Ferras, 1997). Cette difficulté traverse la géographie et les sciences sociales. Elle traverse aussi notre travail. Le dispositif mis en place (en s’efforçant de trouver un compromis entre l’obligation d’efficacité et les contraintes de coût, de temps, de travail personnel) n’a pas seulement une visée explicative. Même si les résultats fournissent des informations en des matières aussi mal connues que l’âge des propriétaires, leur lieu de résidence ou la place de la forêt dans leur patrimoine et leur revenu, les enquêtes ont surtout pour but de fournir un échantillon de situations à commenter afin de construire des modèles comportementaux (les logiques d’action) et de comprendre le processus de construction de ces choix individuels. La quête ultime du chercheur en sciences humaines, son objet fût-il un espace végétal (la forêt des particuliers), reste, pour reprendre un mot de M. Roncayolo, le point d’articulation complexe entre l’individuel et le collectif.

carte 19. Régions forestières en Aveyron et réseau des observatoires locaux

Table des illustrations

Légende carte 19. Régions forestières en Aveyron et réseau des observatoires locaux
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30793/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 338k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Licence OpenEdition Books

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search