Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et sociétés

 | 
Pascal Marty

Partie I. L'objet, la règle et l’exemple

Chapitre 3. Le Rouergue : petites et moyennes propriétés privées en moyenne montagne

Texte intégral

1Après avoir inspiré d’importantes thèses de géographie régionale dans les années trente et quarante (Meynier, 1931 ; Marres, 1935 ; Durand, 1946), les régions du sud du Massif central ont tenu une place plus discrète dans la littérature géographique. Au cours des années soixante, on trouve des travaux de biogéographie menés à l’échelle d’un massif, le massif des Palanges, en Aveyron (Lamorisse, 1962 et Lamorisse, 1966) ou bien des travaux de géographie régionale à l’échelle de tout le Massif central (Fel, 1962). Au milieu des années quatre-vingt, deux thèses étudient le phénomène du reboisement dans le département du Tarn (Rouzoulens, 1983 ; Urbano, 1983). Ces travaux, en balisant la réflexion géographique sur le double thème de la vie dans l’espace rural et de la géographie des forêts, n’épuisent pas le réservoir d’analyses et d’observations que sont les régions très contrastées réunies administrativement dans le département de l’Aveyron (carte 17).

2Dans notre optique de travail, les forêts du Rouergue présentent des caractéristiques hautement intéressantes. Ces forêts sont, à l’instar de la forêt privée en France, des forêts récentes, puisque la superficie forestière du département de l’Aveyron a presque doublé depuis le début du xxe siècle et cela surtout grâce à une véritable explosion des surfaces depuis 1945. L’appropriation de l’espace forestier sous le mode de la propriété privée y est très largement majoritaire (plus de 90 % des forêts sont des forêts privées). De plus, il s’agit d’une forêt très insérée dans l’espace et la société agricole, voire dans les survivances de la société paysanne. Enfin, il s’agit d’un domaine de moyenne montagne où se posent des questions d’usage de l’espace : suite à une intense déprise agricole et à une contraction de l’activité agricole sur les terres jugées les plus favorables, les terres forestières et enforestées oscillent entre plusieurs destins.

Les étapes de la construction de l’espace forestier rouergat : 1897-1997

  • 1 Kalaora, Savoye, 1986 : 119.
  • 2 Source : direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt.

3En 1905, Paul Buffault, forestier intellectuellement proche des positions de travail de Le Play, en poste au grade d’inspecteur à Rodez de 1900 à 19051, publie un opuscule intitulé Les forêts du Rouergue (Buffault, 1905). Les chiffres qu’il fournit indiquent un taux de boisement, pour le département, de 9,2 %, soit 80 339 hectares. En 1948, la superficie forestière était de 105 000 hectares2. En 1994, les résultats du troisième recensement de l’Inventaire forestier national donnent une superficie forestière de 268 000 hectares pour un taux de boisement approchant les 30 %. La progression de la surface boisée depuis l’entre-deux-guerres est une des plus fortes de France (+ 114 %). Certes, l’évaluation précise des superficies est complexe, les sources et les techniques d’élaboration des résultats chiffrés ont varié selon le temps (Cinotti, 1996) et, par conséquent, les comparaisons de chiffres sont à faire avec prudence. À la fin du xixe siècle, par exemple, les vergers de châtaigniers n’étaient pas comptabilisés dans la surface forestière. Quoi qu’il en soit, l’espace concret de la forêt privée aveyronnaise s’est fortement dilatée depuis la fin du xixe siècle, période où il avait atteint un point d’étiage.

carte 17. Régions forestières, département de l’Aveyron (découpage IFN)

Les forêts du Rouergue au début du xxe siècle

4Le travail de Paul Buffault ainsi que ses recherches historiques sur les forêts du Rouergue sont les premières sources qui dressent un bilan comptable des superficies forestières. Très marqué par les problématiques de restauration des terrains de montagne, cet ouvrage tend à exagérer quelque peu le caractère montagneux de la région. Au début du xxe siècle, le regard du forestier est frappé par la faiblesse de la couverture forestière. L’introduction de cet ouvrage est un plaidoyer pour la reforestation et contre le déboisement. Le principal argument en faveur de l’extension des surfaces forestières est la protection contre l’érosion, mais l’auteur démontre que la forêt est d’intérêt général car elle pourvoit à la bonne marche et à la régulation de tous les phénomènes naturels.

« La présence d’une armature forestière protectrice de forêts sur les pentes des montagnes et des plateaux du Rouergue aurait pour résultat de régulariser les courants atmosphériques et la protection des pluies, de fixer les éléments instables du terrain, d’assurer l’alimentation des sources et la régularité du débit des cours d’eau, d’atténuer les désastres causés par les inondations et de rendre celles-ci moins fréquentes » (Buffault, 1905 : 10).

5En 1905, Paul Buffault dresse le portrait d’une région où la tâche du forestier est immense : il y a très peu de forêts soumises et elles sont souvent grevées de droits d’usages qui s’exercent aux dépens de la qualité des bois. Le domaine public ou, du moins, les forêts soumises au contrôle de l’État, sont en constante diminution depuis la fin du xviiie siècle ; ces dernières auraient été amputées de 32 % de leur superficie depuis cette époque. La déforestation est un problème d’actualité au début du xxe siècle : de 1900 à 1909, la superficie forestière aurait encore diminué de 14 000 ha, même si la décrue des effectifs en milieu rural s’est amorcée. La fracture semble nette entre deux forêts. On distingue, d’une part, les « mauvais bois » appartenant le plus souvent aux particuliers et, d’autre part, les belles forêts. Cette distinction n’est pas propre au début du xxe siècle.

« Les forêts des Palanges, de Rigambal et d’Aubrac sont les seules qui méritent d’être citées. La forêt d’Aubrac est la plus remarquable de tout le département » (Galtier, 1866 : 14).

6La forêt qui est sous les feux de la rampe est la forêt soumise, la « vieille forêt », celle qui est anciennement gérée par l’administration, l’héritière, pour l’essentiel, des anciennes forêts des seigneuries ecclésiastiques, des forêts royales et des forêts des communautés. Mais cette volonté d’isoler les fleurons forestiers de la région a l’immense inconvénient de laisser dans l’ombre la majorité de l’espace forestier et de passer sous silence les activités qui s’y déroulaient.

Une forêt anciennement occupée et exploitée

7Pour les périodes antérieures aux ordonnances colbertiennes, et pour les forêts autres que royales ou seigneuriales, les sources sont éparses mais elles permettent de voir les hommes à l’œuvre dans des forêts indispensables à l’activité économique. Des travaux d’archéologie ont retrouvé des traces d’établissements de production de résine sur le Causse noir à l’époque romaine (Loir, 1940). Pour le Moyen Âge et l’époque moderne, si aucun travail n’a été publié qui concerne directement la forêt, les recherches sur la métallurgie et le combustible qui lui était nécessaire donnent des informations. Le flottage des bois (Delmas, 1975) sur les rivières de la région est un moyen de transport courant pour le bois de chauffage, pour les merrains (tonnellerie) et le petit bois de menuiserie. L’usage est attesté par des contrats dès 1283. En 1697, un menuisier se noie en convoyant du bois acheté sur les versants de la vallée du Lot, ce qui semble attester que les artisans achetaient le bois et surveillaient eux-mêmes le transport car les vols étaient fréquents. Lors d’un procès, en 1737, on condamne des voleurs de bois de chauffage à la suite d’une crue qui a balayé et dévasté une aire de stockage. Les travaux sur les forges à martinet et les moulines à fer (Delmas, 1980) montrent que d’importantes quantités de charbon de bois sont utilisées au début du xvie siècle. L’exploitant d’une mouline à fer située dans le sud du département, près d’Arnac-sur-Dourdou, a commandé 500 charges de charbon en septembre 1508, puis encore 400 charges en octobre de la même année. En février 1509, un contrat révèle que deux nouveaux charbonniers se sont installés et qu’ils livrent 400 charges de charbon. Ces moulines à fer fonctionnent dans la région jusqu’au xviiie siècle, période durant laquelle se développe le procédé des hauts fourneaux. Toutefois, après le xvie siècle, les mentions de moulines à fer diminuent. La régression de ces forges serait due à la raréfaction du combustible. Ces établissements consommaient en effet des quantités importantes de charbon de bois qui auraient entraîné la ruine des bois de la région (Lartigaut, 1969). On prend la mesure de l’importance de ces forges lorsqu’on sait qu’elles pouvaient employer un personnel relativement nombreux. Sur treize personnes employées par le maître de forge à Brusque vers 1510, neuf ont comme tâche de couper le bois, fabriquer et transporter le charbon.

  • 3 Mesure locale dont l’équivalent, dans le système métrique, n’est pas évalué avec précision.
  • 4 Terme passé en occitan : fusto désigne une poutre de charpente ou de construction.

8Ainsi, les contrats et baux concernant des petits établissements métallurgiques ou des fours à verre parlent, par ricochet, du fonctionnement au quotidien de l’espace forestier. Les usages du bois sont divers et parfois contradictoires : bois de chauffage pour les riverains des massifs, combustible pour la proto-industrie, bois d’œuvre nécessaire à la construction. Les conflits sont nombreux malgré des actes et des baux rédigés en prenant le soin de préciser les droits respectifs des parties. Ainsi, dans un acte de 1339, un maître de forge achète aux bayles de la domerie d’Aubrac et au seigneur de Canilhac, tous les bois à charbonner de hêtraies et de chênaies proches de sa ferrière qu’il pourra recueillir, de la date du contrat jusqu’à la Toussaint 1340. Mais l’acte spécifie que l’acheteur ne pourra pas toucher aux arbres « de plus de deux cannes3 » propres à faire des poutres ou des chevrons (Delmas, 1990). Dans la deuxième moitié du xve siècle, un conflit oppose la seigneurie ecclésiastique d’Aubrac et le seigneur de Canilhac. Les fermiers de ce dernier auraient dévasté les bois afin d’alimenter leur forge, forge dont le seigneur de Canilhac touche exclusivement les revenus. Le bois est donc une matière première hautement nécessaire ; le charbon de bois est régulièrement mentionné dans les actes passés de 1331 à 1543. À partir de 1543, la technique de fusion change. On emploie des soufflets de grande taille. La fabrication de la roue des soufflets et de l’arbre à cames nécessite du bois de charpente, appelé dans l’acte, selon un terme régional, fustalha4.

9Ces sources et ces travaux sur le flottage des bois ou la métallurgie à l’époque médiévale et moderne permettent d’aller au-delà d’une lecture trop simple, celle qui oppose une lente dévastation et dégradation des bois à l’effort réglementaire de la puissance publique pour y remédier. Cette vision dominait au début du xxe siècle. Le chapitre consacré à la forêt, dans la somme qu’un juriste retraité, Émile Vigarié, rédige sur le département, s’en fait souvent l’écho.

« Pendant les premiers siècles de notre ère, la dévastation des forêts se poursuivit et les historiens ne mentionnent aucune législation ayant pour but la sauvegarde des bois. Il faut arriver aux Capétiens directs (987-1328) et aux Valois (1328-1589) pour trouver les premiers règlements édictés en vue de la protection des forêts » (Vigarié, 1930 : 344).

  • 5 Les toponymes et les patronymes dérivés de l’activité métallurgique et préindustrielle en forêt son (...)

10À la lecture des actes notariaux passés entre les seigneurs et les maîtres de forge, on comprend, en effet, que les profits liés à la vente du bois, l’argent de la mise à bail des forêts ou les recettes de la vente des produits de la métallurgie (comme les cercles de tonnellerie, par exemple) font partie intégrante du fonctionnement de l’économie locale et des logiques de conservation ou de conquête du pouvoir que garantissaient la terre et l’argent. Peuplés et habités5, les bois sont une source de revenus importants pour les seigneurs (laïques ou ecclésiastiques) par le biais des baux qu’ils accordent à des maîtres de forge, verriers ou charbonniers qui tendent à s’approprier le sol forestier par les droits d’usage ou les baux emphytéotiques. La question de la sauvegarde des bois et de leur protection, omniprésente aux xviiie et xixe siècles, ne surgit, dans les périodes précédentes, qu’à travers des restrictions tendant à réserver les arbres les plus hauts destinés à la construction.

Vers les catégories contemporaines d’appropriation du sol forestier

  • 6 1673 : Procès-verbal de la Réformation des Eaux et Forêts en la Maîtrise de Rodez. Dressé par Louis (...)

11Les premiers documents consacrés directement à la forêt, dans la région, datent de la fin du xviie et du xviiie siècle. Le document le plus consulté et le plus cité est le procès-verbal dressé par les officiers des Eaux et Forêts à la suite des grandes décisions colbertiennes6. Ce document a permis de donner le point de départ d’une reconstitution des changements de statuts intervenus dans les forêts aveyronnaises depuis la fin du xviie siècle. Paul Buffault, s’appuyant sur les travaux de compilation d’un archiviste ruthénois (Affre, 1903), a retracé les pérégrinations statutaires des principales forêts connues sous l’Ancien Régime. On observe ainsi comment s’est fait le passage aux catégories contemporaines d’appropriation du sol forestier (figure 4).

  • 7 Plus précisément, il s’agit de forêts appartenant aux consulats, aux établissements hospitaliers et (...)
  • 8 Cette précision est toute relative. Ainsi, au courant du xixe siècle, la contenance de l’ancienne f (...)
  • 9 « Les forêts de minime étendue, disséminées de toutes parts, dévastées par les délits, sans cesse d (...)

12En effet, en 1673, on classait les forêts selon quatre catégories : les forêts royales, les forêts ecclésiastiques, les forêts des consulats et communautés diverses7, les forêts seigneuriales et les forêts des autres particuliers. Si les enquêtes et recensements de la fin du xviie siècle permettent de donner des chiffres précis8 quant aux forêts dépendant de la juridiction des officiers de la maîtrise des Eaux et Forêts de Toulouse, il faut attendre la fin du xviiie siècle pour que soit proposé un chiffre global dont on a pu déduire approximativement la superficie de la forêt des particuliers. Ainsi, il apparaît que le domaine forestier est nettement séparé en deux parties : les forêts royales, ecclésiastiques, seigneuriales et communautaires d’une part, et les forêts des particuliers d’autre part. À la différence de la seconde catégorie, la première est relativement bien connue. On connaissait leur localisation, leur contenance et on a pu retracer sans trop de peine leurs trajectoires. Ainsi, à la suite de la Révolution française et de l’adoption du Code civil, 8 292 hectares sont passés dans le domaine privé et auraient été défrichés. En réalité, il est quasiment impossible de dire dans quelle proportion ces 8 292 hectares ont été défrichés ou seulement exploités. Il est certain, en revanche, que le domaine public constitué au cours du xixe siècle est beaucoup plus aisé à gérer. Si 96 % des anciennes forêts royales ont été aliénées, il s’agissait souvent de forêts d’assez faible surface (sur 22 forêts, 4 avaient plus de 100 hectares et 5 avaient entre 50 et 100 hectares) sur lesquelles les droits d’usages multiples rendaient délicate la tâche de l’État forestier9. On a substitué à ces forêts royales des biens confisqués à l’Église : 3 121 hectares de forêts appartenant à l’abbaye d’Aubrac (nord du département) et 127 hectares appartenant à l’abbaye de Bonnecombe, dans le Ségala et le Levézou. Si les forêts de communautés d’habitants ont été fréquemment divisées entre les ayants droit, elles ont néanmoins progressé. Au début du xxe siècle, la propriété communale est deux fois environ plus importante que la propriété domaniale. On peut donc conclure que le domaine public, en 1900-1910, même si les communes augmentent leur espace forestier, est composé en grande partie (7 500 ha environ) de « vieilles forêts », au sens où l’entend P. Arnould (1988), à l’issue de recompositions diverses. Cela signifie que 8 292 hectares sont passés dans le domaine privé.

figure 4. Évolution des superficies forestières en Rouergue depuis la fin du xviie siècle

La propriété forestière privée entre inconnues et idées reçues

13De ce domaine privé on ignore à peu près tout au début du xxe siècle. L’ouvrage de Paul Buffault déjà cité, qui est presque intégralement repris en 1930 par Émile Vigarié, ne dit rien ou presque des forêts privées. La superficie de la forêt privée est approchée une première fois par Alexis Monteil, à la fin du xviiie siècle. Le chiffre de 78 273 hectares ne peut se comparer aux 68 675 hectares du début du xxe siècle qu’en précisant que le Rouergue avait, sous l’Ancien Régime, une superficie de 940 000 hectares alors que le département de l’Aveyron, après que le canton de Saint-Antonin-Nobleval eut été rattaché au Tarn-et-Garonne, n’avait que 877 100 ha. Il semblerait qu’au xixe siècle, malgré les fortes densités de population, les forêts se soient maintenues à un niveau assez constant. Les évaluations faites d’après les matrices cadastrales donnent les superficies indiquées dans le tableau ci-dessous. Ces superficies s’entendent toutes propriétés confondues, mais la superficie des forêts publiques, au xixe siècle, ne sort pas de la fourchette 10 000-11 000 ha.

La superficie forestière en Aveyron au xixe siècle

Période

Surface forestière

Variation par rapport à la période précédente (%)

Variation par rapport à 1809-1835 (%)

1809-1835

85 543 ha

1835-1851

84 406 ha

-1,33

-1,33

1851-1879

83 052 ha

-1,60

-2,91

1879-1908

84470 ha

+1,71

-1,25

Source : Buffault, 1909.

14C’est sous le Second Empire qu’on atteint le point le plus bas en matière de taux de boisement, sans que la diminution soit très significative par rapport au début du siècle. Or, ce constat de relative stabilité contraste très fortement avec le jugement des historiens et contemporains sur la période. En 1771, l’évêque de Rodez recueille les plaintes des curés qui attribuent à l’édit du Roi de 1766, dispensant de la dîme toutes les terres nouvellement défrichées, la détérioration des revenus du pâturage et des bois. Quelques années avant la Révolution, De Richeprey peut dire :

  • 10 Cité dans : Vigarié, 1930 : 349.

« La province a perdu tous ses bois, et ceux qui existent sont en très mauvais état » (fin xviiie siècle)10.

15La Révolution n’aurait fait qu’aggraver les choses :

« ... les pillages, les usurpations, le parcours immodéré des animaux, les délits forestiers de toute sorte se multiplièrent et réduisirent considérablement la valeur et la superficie des bois et forêts de France » (Vigarié, 1930 : 349).

« On se plaignait déjà, avant 1789, de la disparition des bois ; depuis cette époque, la plupart ont été rasés. Le peu qui reste cédera bientôt à la hache des pillards, à la dent meurtrière des bestiaux et à l’avidité des nouveaux acquéreurs » (Monteil, début xixe siècle).

16Le xixe siècle aurait vu se continuer les ravages :

« On ne peut pas s’occuper du boisement des montagnes sans penser avec un véritable chagrin aux défrichements inconsidérés qui ont anéanti tout ensemble et les bois qui ornaient plusieurs de nos coteaux, et la couche de terre végétale dont ces coteaux étaient revêtus » (1821, Les feuilles villageoises, Revue de la société centrale d’agriculture).

« Toutes ces cessions, en faisant passer les propriétés forestières de l’État entre les mains des particuliers eurent encore pour résultat de favoriser le déboisement » (Vigarié, 1930 :352, à propos des aliénations – 1 071 ha – sous la monarchie de Juillet).

  • 11 Les statistiques présentées proviennent de deux rapports du ministère des Finances : la Nouvelle év (...)
  • 12 .1,3 m3par ha et par an pour le Causse comtal, le Levézou et le Ségala (Buffault, 1909 : 44) où dom (...)
  • 13 Le furetage est une technique qui était pratiquée dans les hêtraies, au début du xxe siècle, dans l (...)
  • 14 René Lamorisse soulignait à propos de la forêt des Palanges que la proximité de la ville de Rodez e (...)
  • 15 Kalaora, Savoye, 1986 ; Nougarède, 1995 ; Larrère, Brun, Kalaora, Nougarède, Poupardin, 1981.

17On peut toujours douter de la validité du cadastre comme source statistique concernant la forêt. On peut discuter des critères de l’administration du ministère des Finances pour apprécier la nature boisée d’une terre. On retiendra toutefois que les chiffres fournis par le ministère des Finances11 correspondent à des critères stables au cours du xixe siècle. Si la superficie forestière peut être évaluée avec imprécision, il reste que ces chiffres permettent d’exprimer une tendance. Ainsi, on se trouverait devant un décalage entre le jugement des auteurs éclairés sur la forêt et l’état réel de cette dernière ou, pour reprendre la terminologie proposée plus haute, une distorsion entre les dynamiques de l’espace concret de la forêt privée et la forêt comme question débattue dans l’espace public. Nous sommes face à un discours de type idéologique qui se construit sur une opposition : d’une part une forêt privée mal gérée par des particuliers ignares, cupides, incapables de penser une gestion à long terme et, d’autre part, une forêt publique bien gérée dont on souhaite qu'elle s’agrandisse et dont on regrette qu’elle ait été pour partie aliénée au cours du xixe siècle. L’équation propriétaire particulier = défricheur se retrouve intacte au début du xxe siècle : « Si la déforestation a pu s’opérer dans de telles proportions dans une propriété soumise au contrôle des agents du pouvoir central, on peut en induire ce qui s’est produit dans les bois des particuliers de la région. » (Buffault, 1909 : 33, à propos de la forêt d’Aubrac.) Il ne faut cependant pas écarter une hypothèse plus prosaïque : l’imagination des observateurs, bons connaisseurs des forêts publiques et de la qualité des bois qui s’y trouvaient, a pu être frappée par des défrichements faisant suite à la privatisation. Ils auraient ainsi surestimé le phénomène parce qu’il touchait à des bois de meilleure qualité. Mais, en admettant qu’on reçoive cet argument, il confirme le désintérêt des observateurs pour la forêt privée. Ce désintérêt est sans doute motivé par le fait qu’il s’agissait, très vraisemblablement, de bois destinés à fournir du bois de chauffage, du menu outillage, des clayages pour les clôtures et des pâturages, notamment l’été. On peut supposer qu’il s’agissait de taillis à courtes révolutions, pauvres en bois d’œuvre. Les forêts des particuliers du Nord-Aveyron, au début du xxe siècle étaient créditées d’une production moyenne de 1,5m3 par hectares et par an12 (Buffault, 1909 : 20), alors que la belle futaie de hêtre du Devez, non grevée de droits d’usage, dans le même secteur, avait une production estimée à 150m3 par hectare et par an. Ainsi, lorsqu’on parle de « taillis furetés13 clairiérés, rabougris, souvent dépérissants, ruinés par les abus de toutes sortes qui y ont été exercés depuis des siècles » (Buffault, 1909 : 31), il faut se remémorer les luttes et conflits parfois violents, au xixe siècle, entre une paysannerie et en particulier sa frange la plus démunie, les « brassiers », dont les besoins en bois de chauffage et en menu bois sont incompressibles14 et les forestiers pour qui les paysans sont les ennemis de la forêt15 et doivent en être tenus écartés.

  • 16 Nous utiliserons désormais ce sigle pour : Archives départementales de l’Aveyron.

« Il s’est glissé de tels abus dans son régime [l’administration forestière] que tout le peuple indigné la regarde comme un fléau et n’élève qu’un même cri contr’elle, en peut-il être autrement lorsqu’on voit les agens forestiers non occupéz à signaler les vrais délits mais acharnés à trouver des coupables, et ne passant pas un jour sans dresser de procès verbaux mensongers, des dénonciations fausses contre quelques malheureux habitants des communes voisines des forêts, pour les faire fuir et commettre, en sûreté des délits. » (Lettre du maire de Saint-Sauveur au Roi, 1825. ADA16 7M 552)

18À propos des droits d’usage, Paul Buffault, forestier pourtant sensible aux thèses de Le Play et au fait des nécessités de la condition paysanne, reprend un compte rendu de l’administration forestière :

« Les habitants (...) y venaient faire chaque année [dans la forêt de l’abbaye d’Aubrac] des exploitations abusives, sous prétexte d’exercer de prétendus droits d’usage, que différentes décisions judiciaires et administratives avaient malheureusement admis, malgré la faiblesse des arguments invoqués et l’invraisemblance manifeste des prétentions émises. » (Buffault, 1909 : 31)

  • 17 « Deux obstacles majeurs la freinent [comprendre la substitution de la lande aux conifères], que l’ (...)

19Entre cliché et réalité, l’image d’une paysannerie tricheuse, rétive et routinière17 n’est pas sans rappeler celle que Balzac donne à lire dans Les paysans. Ainsi à propos du furetage des taillis de hêtre que le service forestier essaie d’imposer aux habitants des contreforts aveyronnais des monts de Lacaune, on lit :

« Il [le service forestier] a dû y renoncer en présence du mauvais vouloir des habitants qui, n’étant pas accoutumés à ce mode d’exploitation un peu spécial, ont prétendu qu’il présentait pour eux des difficultés insurmontables. » « Comme à Mélagues et à Tauriac, on s’est heurté à une répugnance invincible des habitants pour cette méthode nouvelle pour eux (...) » (Buffault, 1909 : 77 et 79).

  • 18 La châtaigneraie est un sujet qui est traité dans des ouvrages sur l’agriculture, comme, par exempl (...)

20La séparation entre le monde paysan et le monde forestier se lit aussi à travers la très faible place qu’on accorde à la châtaigneraie dans les ouvrages sur la forêt18. Paul Buffault y consacre un paragraphe sur 78 pages, en note infrapaginale.

« Les châtaigneraies couvraient, il y a quelques années, 41 000 ha dans le département de l’Aveyron. (...) Elles sont malheureusement en voie de disparaître par suite des exploitations sans mesure faites pour alimenter les usines de fabrication d’extraits tanniques » (Buffault, 1909 : 46, note de bas de page).

  • 19 Mais aussi de nombreuses moyennes montagnes de l’Europe du Sud, en Corse, dans les Asturies (Espagn (...)
  • 20 ADA, B 78.

21Le dénominateur commun du discours sur les. paysans (mais aussi des propriétaires privés en général) et leur mode d’utilisation de l’espace (et de la forêt en particulier) se situe autour d’un pôle sémantique qui mêle les notions d’abus, de manque de retenue, d’inconscience, d’ignorance : exploitations sans mesure, coupes abusives, répugnance invincible, défrichements inconsidérés. Outre la pratique du furetage des taillis de hêtres dans les forêts du nord du département où existent des droits d’usage, l’exemple des châtaigneraies à fruits dément ces jugements de valeur et montre que le rapport des paysans à l’arbre et à la forêt est un problème de ressource et non de moralité ou de mauvais vouloir. La châtaigneraie (Pitte, 1986) est une ressource de type agro-forestier essentielle pour la subsistance de la paysannerie dans les régions d’altitude modérée du Massif central19. Le soin que les cultivateurs apportent à ces terrains a été relevé dans tout le Massif central (Meynier, 1931 ; Perpillou, 1940 ; Fel, 1962). Il n’est plus alors question d’abus ni de gestion inconsidérée. Au contraire, en 1715, un document20 atteste que plusieurs habitants d’une paroisse auraient demandé l’ouverture d’une information contre un certain Guiral, aubergiste de son état, accusé d’avoir incendié 30 stérées de châtaigneraies en pratiquant l’écobuage dans sa propriété. Concentrée sur les sols siliceux et dépassant rarement les 800 m d’altitude, la châtaigneraie est très répandue dans le département, à l’exception des bastions calcaires (Causses Majeurs ou Grands Causses, Causse comtal et autres terrains calcaires de moindre étendue tels que le causse de Sainte-Radegonde, au sud-est de Rodez). Néanmoins, les ouvrages des forestiers ne mentionnent pas le châtaignier dont l’exploitation, à leur avis, relève de l’agriculture et non de la sylviculture. De fait, la châtaigneraie est tout entière dans le domaine privé et les difficultés à évaluer sa superficie témoignent de la méconnaissance du domaine forestier privé. La châtaigneraie à fruit, dominante, coexiste avec des taillis de châtaigniers visant la production de bois. Sur le plan cadastral, si la châtaigneraie est, pour l’essentiel, classée dans la catégorie des vergers, certains taillis de châtaigniers sont classés dans la catégorie bois et taillis. Les chiffres fournis au cours du xixe siècle paraissent difficilement harmonisables.

La châtaigneraie en Aveyron entre 1809 et 1923

La châtaigneraie en Aveyron entre 1809 et 1923
  • 21 Guizard (de) F., 1846.
  • 22 Guizard (de) F., 1846.
  • 23 Boscary G., 1909.
  • 24 Boscary G., 1909.
  • 25 Boscary G., 1909.

1. Non compris les bois et forêts de l’État.
2. Forêts (toutes catégories de propriété) et châtaigneraies sont comptabilisées ensemble.
3. divergence des chiffres donnés dans le même ouvrage.
Note 2121
Note 2222
Note 2323
Note 2424
Note 2525

22Le plus grand flou règne donc sur l’évaluation de la superficie forestière privée. La brusque décrue des superficies dans le dernier quart du xixe siècle est d’autant plus étonnante qu’elle n’est pas enregistrée par les matrices cadastrales. Les auteurs du début du siècle estiment probable la disparition de 40 000 hectares de bois ou de châtaigneraies entre 1873 et 1907 (Boscary, 1909).

« Ce chiffre ne paraît pas exagéré si l’on songe que, dans le Ségala, la plupart des châtaigneraies ont été détruites et remplacées par des champs de blé ou de pommes de terre et que sur les coteaux, les usines d’extraits tanniques de la Mothe, Sainte-Eulalie d’Olt, Saint-Félix près de Rodez, Penchot enlèvent chacune, par an, près de 10 000 tonnes de bois de châtaignier. Il disparaît ainsi, chaque année, dans le département, de 15 à 20 000 arbres. »

23En 1923, l’administration des Eaux et Forêts estime à 28 000 hectares la superficie des châtaigneraies. Il semble indiscutable que les vergers de châtaignier aient régressé en superficie. En effet, après la révolution agricole qu’ont initiée, dans le Ségala, le chaulage des terres et les amendements grâce à des produits arrivant désormais par le chemin de fer, les châtaignes ont une place moins importante dans le régime alimentaire et dans une agriculture plus intensive. Une évolution est en train de s’opérer : les interfluves et les points hauts, les puechs, autrefois peu attrayants et souvent couverts de landes sont reconquis par l’agriculture alors que les versants des vallées sont délaissés car la pente est devenue une contrainte plus forte maintenant que les sols acides des plateaux sont amendés et plus productifs grâce aux engrais.

  • 26 Selon les sources, la forêt privée représenterait 90 %, 91,25 % ou 96 % du total des surfaces boisé (...)

24La forêt aveyronnaise au début du xxe siècle est une forêt mal connue en dehors du domaine public. Des doutes subsistent sur les superficies occupées par les forêts et les châtaigneraies. Il s’agit d’une forêt où peu d’essences exotiques ont été acclimatées. Les feuillus dominent. Le hêtre occupe les parties les plus élevées du département (plateaux de l’Aubrac, Levézou, monts de Lacaune) ainsi que des versants nord à altitude plus modérée. Les chênes sont dominants ailleurs, le plus souvent traités en taillis à courtes révolutions. Le chêne pubescent (Quercus pubescens Willd) occupe de plus larges plages dans le sud du département et sur les causses. Le châtaignier est la troisième essence la plus répandue. Il faut attendre 1930 pour que soient publiés des chiffres plus complets (Vigarié, 1930). La forêt privée, qui représente environ 90 % de la surface forestière26, est considérée comme quantité négligeable.

La propriété forestière en Aveyron (1905-1994)

Forêt domaniale

Forêt communale

Forêt privée

Total (ha)

1905 (ha)

3 348

7635

68 675

79 668

(%)

4,20

9,58

86,20

100

1994 (ha)

11 034

8 933

248 282

268 249

(%)

4,11

3,33

92,56

100

Source : Buffaut, 1909 ; Vigarié, 1930 ; IFN, troisième inventaire, 1994.

25En conclusion de son bilan de la forêt en Aveyron, Émile Vigarié en appelait avec lyrisme au reboisement pour lutter contre les effets néfastes de la déforestation et pour améliorer les bois médiocres déjà en place. Dans le département, les expériences de reboisement de la première moitié du xixe siècle étaient perçues comme des initiatives éclairées, menées par des esprits avant-gardistes.

Premières expériences d’enrésinement

  • 27 Voir Marty, 1996-a pour une comparaison entre l’évolution vers l’enrésinement dans le Levézou et da (...)

26Les premières expériences de reboisement et d’enrésinement dans le département sont timides et relativement tardives par rapport à d’autres régions françaises (Landes, Sologne, Champagne pouilleuse) ou européennes (Ardennes belges27) En 1858 et en 1882, on effectue les premières plantations dans la région des Grands Causses pour 1utter contre le ravinement des pentes. De l882 à l911, à la frontière entre la Lozère et l’Aveyron, on reboise sur des terrains privés et communaux rachetés par l’État et devenus domaniaux (Georgin, 1996 :50-51). Ces reboisements dans la région des Grands Causses sont d’ampleur limitée et, surtout, se heurtent à la réticence des populations locales, car les terrains à reboiser sont des parcours et des pâturages perçus comme essentiels. Entre batailles rangées et négligence volontaire des ouvriers planteurs recrutés parmi la population locale, ces plantations sont retardées et contrariées.

27En Rouergue, la propriété privée s’est développée au xixe siècle par le partage des communaux, et beaucoup de landes, mêmes si elles ne sont pas encloses, sont devenues propriété individuelle. Il est donc difficile de réunir des superficies importantes pour mettre en œuvre une sylviculture de grande envergure. Au début du xxe siècle, les reboisements sont rares en Aveyron même si des expériences de plantations de pin sylvestre ont été tentées dans le nord du département et dans les Palanges, sur des terrains communaux.

« Les terrains communaux, encore assez répandus, présentent un lieu d’expériences tout désigné, mais outre la crainte de voir disparaître un pâturage possible, le reboisement du communal se heurte parfois à des difficultés juridiques lorsque la propriété n’est pas incontestablement communale » (Meynier, 1931 : 227).

  • 28 De Monseignat, op.cit. :« Si c’est une si bonne chose, pourquoi plante-t-on si peu ?Eh !Mon Dieu ! (...)

28Cette remarque est moins anecdotique qu’il n’y paraît. Elle signifie d’abord que le statut des terres restait encore flou, par endroits, au début du xxe siècle et que la lande est un bien collectif mais pas toujours communal. Par ailleurs, on saisit les résistances face à un enrésinement qui est presque toujours le fait de personnalités extérieures à la communauté, résistances qui tiennent à un double fait : la nécessité de la lande pour l’équilibre des systèmes agraires traditionnels28 et la préférence donnée aux taillis de chênes (on en tire du bois de chauffage pour l’autoconsommation ou pour la vente) sur les futaies de résineux. Cela peut se traduire par des attaques contre des forêts communales, attaques qui sont en réalité dirigées contre la soumission au régime forestier et contre la suppression des droits d’usages. Ainsi, dans le massif des Palanges, les habitants mettent le feu à la forêt pour se venger des rigueurs de l’administration. En 1840, dans la commune de Lacalm, dans le Nord-Aveyron, un garde est violemment attaqué par un habitant et le maire de la commune refuse d’enregistrer sa plainte. En 1848, à propos du bois communal de Murasson (Sud-Aveyron), le conservateur des Eaux et Forêts écrit au « citoyen Commissaire de la République » :

« Les habitants de la commune de Murasson s’étaient rassemblés au son du tambour pour aller, en foule, dévaster le bois communal (...). L’autorité locale, affirme-t-on, loin de s’opposer à cette dévastation y aurait encouragé les habitants. (...) L’agent local fait connaître que plusieurs communes ont manifesté déjà l’intention d’imiter celle de Murasson et même de partager leurs bois communaux après les avoir dévastés » (ADA, 7M 552).

29Les besoins de la société paysanne, la faible motivation des rares gros propriétaires fonciers expliquent que les reboisements se fassent d’une manière fort timide, notamment en Levézou dont les landes sont visées depuis longtemps comme territoire à boiser en priorité. En 1909, R Buffault se lançait dans un réquisitoire en bonne et due forme contre le Levézou et ses landes.

« Ces hauteurs sont couvertes de landes stériles et nues et leurs bruyères n’offrent aux moutons qu’une nourriture maigre et insuffisante. (...) Pourquoi ne tenterait-on pas le reboisement de ces landes qui serait une opération fructueuse, susceptible de fournir un placement rémunérateur à des capitalistes ? » (Buffault, 1909 : 51).

  • 29 On retrouve dans ce souci la trace de l’influence de la pensée de Le Play sur Paul Buffault.
  • 30 En 1990, les formations boisées de protection totalisent seulement 26 hectares en Levézou (source : (...)
  • 31 Par application d’une loi du 10 août 1904, les travaux de reboisement à entreprendre sur 506 ha, da (...)

30L’ingénieur Buffault en appelle donc aux « capitalistes » pour reboiser le Levézou. On remarque que l’État est laissé en dehors de l’affaire. En effet, les forestiers, en plus de leur mission traditionnelle de producteurs de bois et de forêt à moyen et long terme, sont concernés par une autre tâche d’intérêt public : le reboisement des terrains de montagne. Toute l’introduction de l’ouvrage que Buffault consacre aux forêts du Rouergue consiste à démontrer le caractère extrêmement montagneux du Rouergue ; ce préambule un peu exagéré vise à justifier les vertus des espaces forestiers, producteurs de bois mais aussi protecteurs des populations29 et gardiens du danger d’inondation. Or, le Levézou, terre de hauts plateaux mollement ondulés, donnant naissance à des rivières dont la plus grande est le modeste Viaur, affluent de l’Aveyron, n’offre pas le visage d’une montagne colérique et dangereuse. Il ne s’y justifie pas des aménagements30 aussi radicaux que ceux, par exemple, de l’Aigoual (Nougarède, Larrère, Poupardin, 1987 ; Nougarède, Larrère, Poupardin, 1988), ou ceux de la vallée du Tarn en amont de Millau, dans le périmètre de Rivière-sur-Tarn31. L’administration laisse donc aux particuliers le soin d’en entreprendre le reboisement.

  • 32 « Il y a sur le Levézou une superficie de 15 à 20 000 ha qui manque de vie et qui cependant pourrai (...)
  • 33 Gaubert, 1937 : Boisement des terrains incultes et des terrains de bruyères dans l’Aveyron. Rodez, (...)
  • 34 Gaubert, 1937.

31Vigarié estimait le « manque à boiser » sur le Levézou entre 15 et 20 000 ha32. C’est sur les terrains du domaine privé de M. Jules Gaubert, commune de Bouloc, que les résineux prennent pied sur le Levézou, dans les toutes premières années du xxe siècle. Sur un domaine de 430 hectares, 100 hectares ont été plantés, en deux massifs, à 860 m d’altitude en moyenne. Les essences qui se sont révélées les plus performantes sont le pin sylvestre (Pinus sylvestris) et l’épicéa (Picea abies (L.) Karst.) mais aussi le pin noir d’Autriche (Pinus nigra Arn subsp. nigra), le pin Laricio de Corse (Pinus nigra Arn subsp. laricio), le mélèze (Larix decidua Mill.). En outre ce propriétaire a réalisé des essais avec des essences de reboisement, exclusivement des résineux33 (37 essences au total : thuya, cyprès, sapins, séquoia, etc.). Toutefois, la plantation de résineux sur le Levézou exige des aménagements : quelques drainages mais surtout des rangées d’arbres orientés est-ouest pour offrir une protection contre les vents dominants. Cette initiative pionnière a été suivie, après la Première Guerre mondiale, de la constitution, en 1918, d’une « Société forestière du Rouergue » qui a acheté et reboisé 635 hectares sur le Levézou et son versant sud mais aussi sur le Causse Noir (215 ha qui seront rachetés par l’État en 1936). On y a planté essentiellement des pins sylvestres et des épicéas mais d’autres expériences ont été tentées (chênes truffiers sur le Causse Noir). Ces expériences ont une forte caution scientifique. Charles Flahault (1921, 1927, 1931) a dépensé beaucoup d’énergie pour la promotion du reboisement par les particuliers dans le sud de la France. Un degré de scientificité en dessous, Jules Gaubert, premier propriétaire privé à avoir planté des résineux sur des surfaces importantes, publie en 1937 une brochure destinée aux particuliers qui voudraient reboiser : Boisement des terrains incultes et des terrains de bruyères dans l’Aveyron34. Les arguments majeurs de cet ancien Président du Tribunal civil de Millau en faveur du reboisement sont l’amélioration du climat et la mise en valeur. Mais le reboisement, selon J. Gaubert, procure d’autres bienfaits : il donnera du travail aux ouvriers agricoles durant la morte saison et les empêchera d’émigrer ; il créera des abris pour la protection des cultures, des animaux et des hommes ; il donnera du charme au pays.

« Si l’émigration continue et si le prix, déjà si élevé, de la main-d’œuvre se maintient ou vient à augmenter encore, certaines parties du sol ne pourront plus être cultivées. Les terrains en pente et les hauts plateaux seront fatalement abandonnés. En présence de ce danger, il y aurait avantage à boiser toutes les parties du sol qui ne sont pas propices à l’emploi des machines agricoles et toutes les mauvaises terres (...). » Gaubert, 1937 :3)

« Par le boisement en résineux, il serait si facile de transformer, en même temps que son climat, l’immense désert qui s’étend, dans le canton de Salles-Curan, de la Tour de Peyrebrune au village de Curan, en passant par Saint-Jean-le-Froid, dont le nom seul donne le frisson, et par la Baraque des Cantonniers, petit Saint-Bernard muni d’une clochette pour signaler ce refuge aux voyageurs surpris par la neige ou le mauvais temps. Et quelle fortune ne représenterait-il pas pour l’avenir, mis en valeur par le reboisement ! » (Gaubert, 1937 : 4)

  • 35 On a rédigé plusieurs de ces guides, selon un découpage régional empirique, de façon à couvrir l’en (...)

32En 1939, l’Association nationale du bois, organisation professionnelle beaucoup plus proche des exploitants-scieurs que des propriétaires, publie une plaquette en deux fascicules sur Le reboisement par les particuliers (ANB, 1939). Le premier expose des considérations générales sur Futilité des reboisements ; le second est un recueil de conseils plus précis en termes d’essences, de diagnostics, de techniques de travaux35.

  • 36 Meynier, observateur attentif, instruit par l’exemple ségali, sait que la régression des espaces de (...)

33Ainsi, à la veille de la Deuxième Guerre mondiale, on peut avoir le sentiment que l’espace des moyennes montagnes rouergates subit une dynamique simple : régression des landes et des parcours au profit des plantations de résineux. La réalité est plus nuancée. Le recul des landes est général36 mais les reboisements n’en sont pas la seule cause. En Levézou, par exemple, les landes sont aussi défrichées pour servir de prairies artificielles ou pour être ensemencées grâce au chaulage des terres et sur le modèle expérimenté plus tôt en Ségala. Il est toutefois certain que les reboisements ont progressé fortement dans l’entre-deux-guerres.

  • 37 Suite aux inondations importantes de 1930, le préfet de l’Aveyron avait demandé à l’administration (...)
  • 38 Seulement 5 % de ce domaine est boisé.

34Le phénomène est surtout observable dans le sud du département où l’exode rural est plus prononcé que dans le nord et où la pression foncière est moindre. Le Levézou, avec les travaux de la Société forestière du Rouergue et les expériences de Jules Gaubert, fait figure de premier bastion du reboisement. Toutefois, sur les Grands Causses et les avant-causses, l’État a engagé un important effort de reboisement. Sur le Causse Noir, l'État achète, en 193037, hectares de pâtures et de terres arables38 puis rachète à la Société Forestière du Rouergue, en 1936, 427 hectares sur lesquelles on a expérimenté des plantations de pins sylvestres, de pins laricios de Corse, d’épicéas et de mélèzes. Plus au sud, l’État achète les terrains qui vont devenir la forêt domaniale de la Sorgues, sur la commune de Saint-Félix de Sorgues (270 ha). Les travaux de reboisement débutent en 1936 dans le contexte de marasme économique des années trente. À Millau, le chômage augmente dans le secteur de l’industrie du gant et de la peau. Au niveau national, l’État tente de régler le problème de l’emploi par la mise en place de « grands travaux contre le chômage » (plan Marquet de 1934). L’administration a bénéficié de crédits sur les disponibilités d’un Fonds commun du travail. Les chômeurs employés sur le Causse Noir et à Saint-Félix de Sorgues sont venus de Millau ou alors (selon d’autres sources) du bassin houiller de Decazeville. La forêt reste le lieu de travail de groupes marginalisés : réfugiés, immigrés, ex-employés de l’industrie lourde.

35Des reboisements sont aussi effectués dans la forêt des Palanges. Les premières plantations (ou les premiers semis) ont lieu à partir de 1870, dans les forêts communales, sur le territoire de la commune d’Agen en particulier. Une autre phase de reboisement, entre 1921 et 1927, concerne des propriétés privées ; on substitue des résineux (pins sylvestres essentiellement) aux landes et aux taillis de chênes appauvris.

Superficie forestière en Aveyron (1905-1948)

1905 (1)

1907 (2)

1908 (3)

1948 (4)

Superficie forestière totale (ha)

79 668

85 886

84470

105000

Variation début xxe s-1948 (ha)

25 332

19 114

20 530

Variation début xxe s-1948 (%)

+31,80

+22,26

+24,30

(1) (Buffault, 1909) Dans cet ouvrage, un doute porte sur la propriété communale (671 ha).
La superficie forestière totale est ainsi évaluée à 79 668 ha ou à 80 339 ha.
(2) Statistique agricole (Boscary, 1909).
(3) Évaluation d’après les matrices cadastrales (Vigarié, 1930).
(4) D.D.A.F. Aveyron.

  • 39 Soit une diminution de 20 % environ.

36Malgré tout, la superficie forestière, de 1905 à 1948, n’a pas autant augmenté que dans les années soixante et quatre-vingt-dix. Les gains de superficie sont moins à mettre au compte des reboisements volontaires, même si ces derniers modifient spectaculairement l’organisation de l’espace à échelle locale, qu’à celui des modifications dans l’utilisation des sols et de la diminution des densités rurales. Entre 1911 et 1946, le département a perdu 75 000 habitants39, ce qui a fait chuter la densité de population de 8,5 points. Le phénomène est surtout observable dans le sud du département (voir cartes 18-a et 18-b). Il semble donc que la croissance des superficies forestières est à mettre directement en relation avec les mutations de la société française dans l’entre-deux-guerres : lente augmentation de la productivité rurale qui se traduit par l’émigration forcée de la frange la plus pauvre de la paysannerie ; celle-ci gonfle les effectifs de population urbaine. Ce n’est qu’au tournant des années vingt et trente que la population urbaine dépasse la population rurale en France. Cette mutation sociale a pour effet, dans le monde rural des montagnes du sud du Massif central, d’initier un changement dans les affectations des sols et dans la définition des contraintes d’exploitation agricole. La forêt s’étend sur des terroirs abandonnés par l’agriculture. Dans le sud du département, notamment à la suite de la crise du phylloxéra puis de la Première Guerre mondiale, des vignes et des vergers ont été abandonnés.

37Mais le mouvement de dépopulation et de reforestation en est à ses débuts. C’est après la Deuxième Guerre mondiale que les superficies forestières connaissent un exceptionnel accroissement.

Accroissement des superficies et hétérogénéité du fait forestier

38La période qui débute immédiatement après la Deuxième Guerre mondiale a vu une transformation considérable de l’espace forestier rouergat. Les superficies, et singulièrement celle de la propriété privée, ont plus que doublé en à peine plus de 40 ans. De nouvelles forêts de résineux naissent et forment des bastions d’enrésinement avec, parfois conjointement, l’apparition de nouvelles formes de propriétés privées.

39En 1958, la perception officielle (ministère de l’Agriculture, 1958 : 80) des forêts du Rouergue reste très proche des textes de la fin du xixe et du début du xxe siècle. La forêt privée domine. Elle « est surtout constituée de maigres taillis. Elle n’est l’objet d’aucun soin et elle est livrée au parcours des bestiaux. Aussi ne donne-t-elle que des produits de faible valeur. Elles est de plus très morcelée ». Les reboisements n’apparaissent pas encore assez importants pour être soulignés avec force, même si on pressent qu’une nouvelle forêt se constitue lentement. Tout au plus, on souligne que le plateau du Levézou, à 900 m d’altitude environ, « couvert de vastes landes de bruyères et de fougères, est devenu (...) très favorable au reboisement. La jeune forêt de résineux y occupe déjà 1 000 hectares et progresse tous les ans. »

  • 40 « Les forêts particulières, nombreuses mais en général de faible superficie et de peu de valeur, ne (...)

40En réalité, la géographie forestière du département connaît une évolution extraordinairement rapide. En 1960, dans la monographie agricole départementale (ministère de l’Agriculture, 1960), si les forêts privées sont toujours tenues pour quantité négligeable40, un chapitre est consacré à l’action du Fonds forestier national. Le mouvement de reboisement est estimé à 60 hectares par an, en moyenne. Sans qu’on avance de chiffre précis, au début des années soixante, on pressent que le reboisement progresse beaucoup plus vite. Des pépinières nouvellement installées portent à un million de plants environ, la capacité de production annuelle. Ces plants sont distribués gratuitement aux particuliers comme subvention en nature.

carte 18 (A, B). Densités de population par commune (hab./km2), 1911 et 1946

41En effet, le Fonds forestier national a institué plusieurs types d’aides et d’incitations au boisement.

Fonds forestier national, Groupements forestiers : vers la production de matière ligneuse à des fins industrielles

42Les subventions accordées au titre du Fonds forestier national ont donné un second souffle au mouvement de reboisement. Les principaux acteurs, en forêt privée, ont été les Groupements forestiers et la caisse d’assurances mutuelles agricole Rouergue-Gévaudan. Les mutuelles agricoles ont lancé, à partir des années cinquante, une politique d’acquisition de terrains à partir du rachat d’un premier noyau : les terrains de la Société forestière du Rouergue reboisés dans les années trente. Les mutuelles ont bénéficié des prêts à très faible taux d’intérêt. Les personnes physiques ont davantage utilisé la formule des prêts sur contrats de travaux. Ces derniers, d’après les services du ministère de l’Agriculture, « sont recherchés par les propriétaires disposant de surfaces importantes, qui ne peuvent faire les travaux et ne veulent ou ne peuvent en assurer le financement » (ministère de l’Agriculture, 1960 : 83).

43La politique de mise en place de forêts de résineux dans une optique industrielle franchit un pas lorsque naît un nouvel objet géographique à la suite du décret sur les Groupements forestiers (1954). L’objectif est de rationaliser les reboisements en évitant la multiplication des toutes petites opérations. Pourtant, le système des subventions en nature et des plants fournis gratuitement est très apprécié par les paysans-propriétaires à la tête de petites exploitations familiales.

« [La fourniture de plants gratuits] convient tout particulièrement aux petits propriétaires rouergats, ennemis de toute formalité administrative et se prête bien aux reboisements des surfaces réduites qui sont nombreuses dans une région où la propriété est en général très morcelée » (Ministère de l’Agriculture, 1960 : 83).

44On perçoit un clivage entre les grands propriétaires plutôt intéressés par les prêts ou les contrats de reboisement, et les petits propriétaires qui préfèrent les aides en nature. Les groupements forestiers tendent à atténuer cette opposition en formant des aires de reboisement de taille importante (30 ha minimum) avec la réunion de parcelles de petite taille appartenant à de nombreux propriétaires. Les personnes morales ainsi constituées bénéficient d’une exonération trentenaire d’impôt foncier mais doivent rembourser la créance à mi-fruit sur les premières récoltes. Au début des années quatre-vingt (Levesque, 1995) on comptait en France 3 000 Groupements forestiers détenant 480 000 hectares. Dans le sud du Massif central, cette formule a connu un succès tout particulier dans les départements du Tarn et de l’Aveyron (Ogé, 1986). Si dans le Tarn dominent les stratégies foncières des industriels des bassins de Castres et de Mazamet (Rouzoulens, 1985 ; Urbano, 1985), en Aveyron, les 6000 hectares ainsi reboisés sont sociologiquement plus contrastés. Les Groupements forestiers, derrière des caractéristiques végétales communes, masquent de fortes différences du point de vue de la composition du groupe des ayants droit : familles nobles, agriculteurs en grand nombre avec de faibles apports ou bien en plus petit nombre mais avec des apports plus importants.

45Les reboisements volontaires ont contribué à l’expansion des superficies forestières mais beaucoup moins que la progression forestière spontanée.

Reboisements et progression forestière spontanée : l’expansion des superficies

46Le bilan chiffré de la croissance des superficies forestières est moins délicat à présenter à partir des années soixante. Dans le département, les premiers chiffres de l’Inventaire forestier national proviennent de deux campagnes de photographies aériennes (1963 et 1966). Un second inventaire utilise des photographies de 1978. Le dernier cycle est réalisé à partir de photos de 1990. Si les catégories de comptabilisation ont évolué d’un inventaire à l’autre, des tables de correspondance sont prévues.

  • 41 Il s’agit, pour le premier inventaire, des reboisements de moins de 25 ans et, pour les deuxièmes e (...)

Les reboisements depuis 194541

Les reboisements depuis 194541

Source : IFN.
(1) : Dans un autre tableau statistique de l’IFN, les « boisements de moins de 25 ans en terrain
nu » sont divisés en boisements artificiels (8 400 ha) et « boisements naturels » (2850 ha).
Total : 11 250 ha.
(a) : plantations entraînant une extension de la surface boisée.
(b) : plantations n’entraînant pas d’extension de la surface boisée (substitution d’essences).

47La difficulté, afin de juger de la part des reboisements dans l’accroissement total de la superficie, tient à ce que reboisement ne signifie pas nécessairement augmentation de la superficie. Des reboisements ont eu lieu pour remplacer des forêts déjà existantes. Parmi les chiffres disponibles, la distinction entre reboisements pour amélioration et reboisements avec extension de superficie n’intervient qu’à la fin de la décennie 1970. On remarque toutefois que la progression des reboisements entre 1978 et 1990 a été faible, comparativement aux deux décennies précédentes. D’après le bilan de 1978, il ressort que les reboisements avec extension de la superficie concernent 15 000 hectares environ, soit à peine un peu plus que les reboisements de substitution. Ces derniers sont plutôt caractéristiques de la politique d’amélioration menée en forêt soumise. En forêt non soumise les reboisements avec extension de surface dépassent les reboisements d’amélioration et de substitution. On remarque, enfin, que le mouvement de reboisement est très lié au Fonds forestier national. Les superficies reboisées diminuent lorsque les modes d’attribution des aides sont modifiés au milieu des années quatre-vingt : une limite minimale de superficie est instituée (10 ha) et certaines formes avantageuses sont supprimées (prêts sous forme de contrats de travaux pour les Groupements forestiers). Mais les reboisements ne constituent qu’une part minime dans l’extension des surfaces boisées en Rouergue.

figure 5. Évolution de la superficie forestière aveyronnaise par types de peuplement (1966-1978-1990)

Forêts de feuillus et forêts de résineux (1963-1966-1990)

Feuillus

Résineux

Total

1963-1966

176 550 ha
85,70 %

29450 ha
14,30 %

206 000 ha

1978

175 170 ha
79,83 %

44 260 ha
20,17 %

219 430 ha

1990

217221 ha
80,98 %

51 029 ha
19,02 %

268 250 ha

1966-1990

+ 40671 ha
65,3 %

+ 21 579 ha
34,7 %

+ 62 250 ha

48Avant la mise en route du travail de l’IFN, on ne dispose pas de chiffres globaux sur la composition des forêts en Aveyron. La forêt publique et soumise est bien connue mais la composition interne de la forêt privée reste floue. On lit souvent que les feuillus dominent, mais on ne sait pas dans quelles proportions. On affirme que les taillis dominent, ce qui est autant une impression visuelle issue d’un contact rapide avec le terrain que la reprise d’un cliché. À partir des premiers travaux de l’IFN, on constate que, si les résineux ont fortement progressé depuis 1966, les forêts du Rouergue restent des forêts feuillueys à 80 %.

  • 42 Pour une justification de l’utilisation du féminin accrues, voir Ingénieries EAT, n° hors série 199 (...)

49On estimait à 105 000 hectares la superficie forestière totale en 1946. Il faudrait conclure que, de 1945 à 1965 environ, l’augmentation des superficies forestières a été assurée par les accrues forestières42 formant une forêt de feuillus sur des terrains abandonnés par l’agriculture, puisque la part des résineux est encore faible en 1966 (14 % de la superficie forestière). Par ailleurs, la forte différence entre le chiffre de 1946 et le chiffre du premier inventaire de l’IFN est probablement due aux protocoles de collecte de l’information plutôt qu’à des changements aussi importants dans l’espace concret.

50Ensuite, de 1966 à 1978 (figure 5), l’extension de la forêt rouergate ne se serait faite que par enrésinement puisque la forêt de feuillus enregistre une légère baisse. Si la forêt de feuillus a régressé de 1 500 hectares environ de 1966 à 1978, en revanche, entre 1978 et 1990, elle a obtenu des gains de l’ordre de 42 000 hectares, alors que la tendance à l’enrésinement est plus modérée. On a vu que les reboisements étaient évalués à 9000 hectares ou à 17 000 hectares (si on tient compte des 8 400 hectares dus aux dynamiques spontanées d’enrésinement mesurées en 1966). L’extension spatiale des forêts de résineux ne provient donc pas uniquement des reboisements.

Types de peuplements forestiers. Évolution des superficies (1963/1966-1990)

Types de peuplements forestiers. Évolution des superficies (1963/1966-1990)

Source : IFN.

51À partir du tableau ci-dessus et de la figure 5 on peut préciser l’évolution des types de peuplements forestiers. Tout d’abord, on n’a pu obtenir une comparaison entre les trois cycles d’inventaires qu’en regroupant des catégories (types de peuplement) qui ont été modifiées d’un inventaire à l’autre.

52Ce qui est frappant dans l’évolution de la forêt aveyronnaise, c’est d’abord la très forte régression des « bois de ferme », c’est-à-dire des « peuplements marqués par le voisinage des terres agricoles dont ils reflètent généralement le parcellaire morcelé allant souvent de pair avec la diversité des essences, l’hétérogénéité de la structure forestière et des hauteurs d’arbres » (IFN, 1981 :35-36) Au profit de quelles forêts s’amenuisent-ils ? Le poste de futaies feuillues a fortement augmenté, au point qu’on peut penser que, conjointement à la régression des effectifs agricoles et ruraux, la pression sur les ressources forestières a baissé et les bois de ferme ont évolué vers une structure assimilable à de la futaie, ou à de la futaie mêlée de taillis.

53On peut aussi penser que l’agriculture abandonne des terres à proximité de ces boisements morcelés, phénomène qui a pour résultat de constituer des massifs plus vastes.

54Une autre conclusion est importante à tirer : malgré l’ampleur des reboisements et l’existence de dispositifs financiers avantageux en faveur de l’enrésinement, la part des forêts de conifères reste modérée. Elle n’a constitué que 34,5 % de l’accroissement des superficies forestières. Si on ne tient pas compte de l’extension de la futaie de pin sylvestre ou des boisements lâches de résineux (c’est-à-dire d’un phénomène de recolonisation naturelle des landes et des parcours), les reboisements se limitent à 17 500 hectares environ.

55En 1990, la forêt aveyronnaise présente un profil très varié : aucun type forestier ne donne sa caractéristique à l’ensemble. Futaies de feuillus, bois de ferme feuillus, taillis de chênes, boisements lâches et jeunes reboisements se partagent l’essentiel de la superficie forestière. Pour le reste, on trouve des forêts parfois bien individualisées dans le paysage, comme les châtaigneraies à fruits, mais qui représentent des surfaces peu importantes.

De nouveaux venus dans le monde forestier

56Sur le plan de la propriété forestière, l’Aveyron a vu l’arrivée de deux nouveautés : les Groupements Forestiers et l’émergence d’une propriété forestière de personnes morales.

  • 43 Soit un peu plus de 500 hectares situés essentiellement sur le Levézou.
  • 44 Société d’aménagement foncier Aveyron-Lot-Tarn.

57À partir des années cinquante, les Mutuelles agricoles (Groupama), afin de se constituer les fonds de garantie exigés de toute compagnie d’assurance, a aussi investi en forêt. Après avoir racheté les terrains replantés dans l’entre-deux-guerres par la Société forestière du Rouergue43 (Marty, 1996-a ; voir aussi supra), la mutuelle s’est constitué un domaine de 3 000 hectares dans le seul département de l’Aveyron. À la même époque, les agents de la DDAF, les élus locaux et les agents de la SAFALT44 ont œuvré à former des Groupements forestiers. Malgré la nouveauté de la formule, dans une région où le modèle de l’exploitant individuel propriétaire est très largement dominant, il faut relativiser l’importance des Groupements Forestiers sur le plan des superficies. Pour 20 000 hectares de reboisements en forêt privée, les Groupements forestiers et les contrats FFN avec les particuliers représentent 8 000 hectares environ. Sur ces 8 000 hectares, 90 groupements environ regroupent 6 065 ha, soit une moyenne de 67,3 ha. Les reboisements dans le cadre des Groupements forestiers constituent 30 % environ des reboisements privés.

58L'espace concret de la forêt aveyronnaise s’est très fortement dilaté en même temps qu’il s’est profondément modifié et relocalisé sur les terrains les plus en pente et sur les sols les plus médiocres. En termes de production de l’espace, il s’agit d’une des conséquences les plus marquantes à l’échelle du département.

  • 45 L’exemple du Levézou et de l’évolution de ses paysages depuis la fin du xixe siècle est tout à fait (...)

59Mais cette mutation doit être rapprochée des modifications dans la sphère de l’espace socio-économique local. Le processus de lente dépaysannisation de la population du département a eu pour conséquence une forte émigration (« exode rural ») : il existe désormais une petite et moyenne propriété forestière absentéiste. Les descendants d’agriculteurs ayant cessé leur activité peuvent habiter Toulouse, Montpellier ou Paris, conservent leur propriété forestière et ont un usage récréatif de l’espace rural. Parallèlement, l’activité de production agricole s’est concentrée sur l’élevage bovin ou ovin (filière lait et viande) et la forêt n’a plus qu’une place anecdotique dans l’exploitation. Ses produits, d’indispensables, sont devenus simplement utiles. Dans l’espace public local, la forêt est une question très en retrait par rapport à l’agriculture. L’émergence locale des préoccupations environnementales est décalée dans le temps par rapport à d’autres régions d’Europe45. Le thème de la production de matière ligneuse présenté comme une relance de l’activité en milieu rural, allié au puissant discours sur la compétitivité agricole, a occulté le discours « écologiste ». Néanmoins, l’importance de l’opinion, et des rapports de force dans l’espace public, est fondamentale dans la production de l’espace car aucun changement spatial volontariste n’est possible sans que soit acquis un accord tacite à propos de la légitimité de la transformation. En Aveyron, les schémas de l’agriculture productiviste ont été largement acceptés et l’espace concret en porte la marque. La forêt a subi la conséquence de ces choix : enrésinement limité et croissance de la superficie forestière feuillue dans les secteurs abandonnés par l’agriculture.

Questions sur la forêt rouergate

60L’espace et la société du département de l’Aveyron ont connu de profondes modifications au cours des dix dernières décennies. S’agit-il d’une révolution radicale ou bien peut-on compter sur des repères, sur des continuités ? En d’autres termes, qu’est-ce qui, sur le plan géographique, fait le lien entre le Rouergue de 1900 et celui de la fin du xxe siècle ?

Forêts et milieu physique

  • 46 La définition administrative d’une commune de montagne, en France, exige une altitude moyenne de 60 (...)

61L’espace concret du département de l’Aveyron, c’est-à-dire des régions naturelles très contrastées qui forment le sud/sud-ouest du Massif central, est classé, par exemple sur la carte de l’Europe déjà citée, dans la catégorie « moyenne montagne46. » Cela se justifie par des altitudes élevées mais ne dépassant que rarement les 1 200 m. Les secteurs les plus élevés sont : l’Aubrac (1 000 à 1200 m en moyenne), la Viadène (1 000 m environ), le Levézou (900 à 1 100 m), les Grands Causses (800 à 1 000 m) et les monts de Lacaune qui culminent à 1 100 m environ. Mais, à côté de ces hauts plateaux, on trouve des plateaux aux altitudes plus modérées : l’altitude du Causse Comtal (et de la bande de terrains calcaires qui s’étend vers le secteur de Séverac-le-Château, entre Lot et Aveyron) est de 600-700 m environ ; le Ségala a une élévation moyenne de 600 m ; les avants-causses du Quercy, à l’ouest de la faille de Villefranche-de-Rouergue, descendent en dessous des 400 m.

62Ces plateaux sont séparés par des bassins aux altitudes presque toujours inférieures à 500 m : bassins permiens localement appelés rougiers (Rougier de Marcillac, Rougier de Camarès) ; bassins miniers (région de Decazeville, et, même s’il se situe dans le département du Tarn, bassin de Carmaux).

  • 47 Ces conditions particulières de relief et de d’altitude donnent à la région plus de traits phyto-gé (...)

63Du point de vue géomorphologique, le terrain d’étude est constitué de surfaces d’aplanissement rajeunies à l’époque glaciaire et entaillées par des vallées profondes de 100 à 500 m pour les gorges de la Joute. Cette architecture dominée par les plateaux confère à l’espace concret une certaine rugosité : il s’agit d’un modelé en creux, d’un pays coupé, entaillé principalement par des vallées profondes (150 à 300 m en moyenne) orientées est-ouest, mais aussi découpé par les affluents de ces cours d’eau, comme, par exemple, les affluents de rive droite perpendiculaires au Lot. Pour les interfluves, les surfaces planes dominent dans la partie nord du département : plateaux formés d’assises calcaires (causses) et de terrains cristallins, métamorphiques ou basaltiques. Vers le sud du département, notamment entre le Tarn et la Rance, les interfluves offrent moins de surfaces planes que sur le Ségala, le Levézou ou les Causses47.

64En quoi les contraintes physiques des moyennes montagnes peuvent-elles être déterminantes pour la forêt en tant qu’objet géographique inscrit dans l’espace humain ?

  • 48 Même si le phénomène n’est pas particulier à la moyenne montagne. Voir, sur le problème des gélivur (...)

65Les contraintes climatiques sont des facteurs limitants qui interviennent pour contrarier le développement de certaines essences, ou qui leur impriment des caractéristiques dévalorisantes sur le marché du bois. On constate, par exemple, de fréquentes gélivures sur les troncs des chênes sessiles et pédonculés48 (Quercus petraea (Mattus.) Liebl. et Q robur L). Les contraintes climatiques interviennent aussi pour sanctionner certaines tentatives d’acclimatation d’essences exotiques. On se souvient que J. Gaubert avait improvisé un véritable arboretum sur sa propriété pour y tester tous les résineux disponibles à son époque et susceptibles de se développer dans la région. Si les pins noirs et pins laricios (Pinus nigra sp. et subsp.), le douglas (Pseudotsuga menziesii (Mirb.) Franco) ou l’épicéa (Picea abies (L.) Karst.) se développent sans problème majeur dans la région, d’autres essences rencontrent des difficultés. Le mélèze d’Europe (Larix decidua Mill.) s’est, par exemple, mal adapté. Son aire naturelle, dans les Alpes, se situe entre 1200 et 1 400 m. Les tentatives d’acclimatation sur le Levézou n’ont pas été satisfaisantes : l’essence aurait pu s’adapter à une relative rareté des précipitations, notamment estivales, sur des sols profonds, avec une réserve utile en eau supérieure à 150 mm. Or ces sols étaient réservés à l’agriculture et des précipitations estivales rares et irrégulières n’ont pas compensé le stress hydrique estival pour les plantations sur sols minces. Les essais pour implanter l’épicéa de Sitka (Picea sitchensis (Bong.) Carr.) ont aussi buté sur des caractéristiques climatiques. Cette essence est très exigeante en humidité atmosphérique et très sensible à la sécheresse estivale. Les plantations d’épicéa de Sitka n’ont pas donné satisfaction car, si l’humidité atmosphérique, notamment sur certains versants orientés vers le nord, est assez élevée, elle ne se maintient pas de manière suffisamment constante, surtout pendant l’été (CRPF Midi-Pyrénées, 1995).

  • 49 L’autre bastion du reboisement en Aveyron est la région des monts de Lacaune.
  • 50 Sur terrain peu accidenté, on peut utiliser des machines qui, conduites par un seul ouvrier, coupen (...)

66Les contraintes topographiques jouent un rôle notable, mais pas de manière égale pour tout le département. Le Levézou, l’un des deux bastions du reboisement en Rouergue49, présente des forêts de production situées sur des terrains peu accidentés pour le département : ces hauts plateaux ne sont entaillés que sur leur périphérie par le Tarn (500 m d’encaissement dans les gorges en aval de Millau) et ses affluents, notamment par le Viaur, ainsi que par le rebord du fossé de Séverac-le-Château (350 à 400 m de dénivelé). En Aubrac, autre secteur important pour ce qui est des forêts de production, domaniales notamment, les contraintes de pente sont surmontées. Car la question de la contrainte topographique est plus compliquée qu’il n’y paraît. Les pentes fortes ne sont une contrainte que parce qu’elles entraînent des coûts d’exploitation plus élevés, ou plutôt parce qu’elles empêchent d’utiliser le matériel qui permet aux entreprises d’exploitation de réaliser d’énormes gains de productivité en réduisant la main d’œuvre et en mécanisant le travail de bûcheronnage50. C’est donc par rapport à la technologie qu’il faut envisager la pente. La forte pente n’est pas, en soi, un obstacle à la venue de bois aux qualités commercialement appréciées. En Aveyron, où forêt est synonyme de pente et de versant de vallée, d’importants travaux de reboisement ont été menés dans des pentes à plus de 40 %. Sur les versants du mont Aigoual, des plantations ont été mécaniquement réalisées en utilisant un engin coûteux appelé pelle-araignée. Malgré tout, les problèmes habituels liés aux pentes fortes subsistent. Les risques d’érosion et de dégradation des sols lors de coupes à blanc, sous l’action des engins de débardage, sont réels, même s’ils sont limités par les structures foncières. Du fait de l’existence de petites propriétés, les vastes surfaces exposées à l’érosion sont un cas peu fréquent.

67Enfin, sur ces terrains accidentés de moyenne montagne, la circulation des engins lourds et notamment des camions chargés de bois se heurte à des problèmes de réseau de routes. Les voies à limitations de charge sont nombreuses. Des obstacles sont parfois difficiles à contourner : ponts à limitation de charge ou à hauteur limitée. Dans ce cas, les conditions naturelles ne sont pas responsables directement. Les régions les plus développées de l’arc alpin ont un réseau routier, certes coûteux à mettre en place et à entretenir, mais jugé rentable et nécessaire. Dans les moyennes montagnes rouergates, l’entretien du réseau routier secondaire peut poser des problèmes budgétaires aux collectivités locales.

  • 51 Dans la région, le prix du bois d’industrie, à condition de fournir une quantité suffisante pour re (...)
  • 52 Trop, peut-être, aux vues de certains. Sur le problème de l’ensauvagement de l’espace agricole et s (...)

68Un phénomène accentue encore les contraintes physiques : la déprise rurale, que l’on pourrait aussi appeler appauvrissement et marginalisation de certains espaces dans le contexte de massification des échanges intra-nationaux et internationaux et de guerre commerciale. Les centres de production et les usines consommatrices de bois sont situées en piémont ; or, sur la matière ligneuse brute ou peu transformée, les coûts de transports, même s’ils ont beaucoup baissé, sont proportionnellement plus pénalisants en termes de prix que pour des matériaux plus élaborés. Cela a pour conséquence de maintenir des prix de vente bas, peu rémunérateurs pour les propriétaires de forêts51. Mais la marginalisation des territoires a d’autres conséquences. Suite à l’exode rural, les agriculteurs sont devenus peu nombreux et la taille des exploitations a augmenté. En Aveyron, le modèle productiviste, dans les filières bovin-lait, bovin-viande et ovin-lait, continue d’assurer des revenus jugés acceptables. Mais cela n’est possible qu’à la condition que les agriculteurs concentrent leur travail sur la SAU, sans chercher à développer d’autres ateliers, notamment sur le plan forestier. La forêt est donc considérée comme une annexe très dévaluée de l’exploitation agricole dans laquelle les investissements sont aléatoires. Enfin, la concentration de l’activité agricole sur les meilleurs terroirs a eu pour conséquence un certain ensauvagement de l’espace rural non agricole : l’espace abandonné par l’agriculture passe progressivement de la friche à une forêt très peu humanisée et très naturelle52. Sur ces terres, on observe la croissance des populations d’ongulés (sangliers et chevreuils, surtout). Les prélèvements de sangliers et de chevreuils augmentent chaque année ; la présence des cerfs est attestée sur l’Aubrac et dans les monts de Lacaune, probable sur le Levézou. Si les sangliers constituent plus un risque pour les champs de maïs que pour les forêts, les forts effectifs de chevreuils entraînent des surcoûts dans toutes les plantations ? car l’usage de protection en matière plastique pour les jeunes plants est devenu un impératif.

Une forêt paysanne ?

69Le concept de forêt paysanne est présenté comme « un objet nouveau » (Baient, 1996 : 7 ; voir aussi Bertrand, 1993). Ce nouvel objet est pourtant aussi ancien que l’agriculture et les paysans. En réalité, c’est sur le plan scientifique qu’il y a nouveauté, jusqu’à une date récente, deux domaines bien identifiés étaient passés au peigne fin de la science : le domaine agricole et le domaine authentiquement considéré comme forestier. La nouveauté consiste donc à réfléchir sur des espaces intermédiaires entre l’agriculture et la forêt gérée et aménagée par la sylviculture d’État. Par forêt paysanne, selon G. Baient, il faut entendre « l’ensemble des formations boisées qui sont gérées par les agriculteurs ». Dans le contexte très agricole du département de l’Aveyron, peut-on dire que la forêt y est une forêt paysanne ou plutôt, peut-on essayer d’en cerner les contours ? Il faut se demander si l’expression « forêt paysanne » n’implique pas une réalité plus large que l’expression « forêt des agriculteurs ». En effet, il est intéressant de rapprocher la forêt paysanne de l’ancienne catégorie utilisée par l’Inventaire Forestier National, les bois de ferme. Dans les deux cas il s’agit de formations boisées qui ne sont pas considérées comme des forêts à part entière. En introduction de l’ouvrage collectif cité plus haut (Baient, 1996), Claude Millier, directeur scientifique de l’ENGREF, classe la forêt paysanne comme une catégorie intermédiaire entre l’ager et la silva. Il en fait une partie du saltus. Placer la forêt paysanne dans une position intermédiaire fait écho à la catégorie proposée par Paul Arnould, dès 1988, de « forêts de l’entre-deux ». Il faudrait entendre par-là des forêts qui ne seraient ni des « vieilles forêts » (c’est-à-dire des forêts déjà bien identifiées et faisant déjà l’objet de pratiques anciennes de sylviculture, des forêts royales, nobles ou ecclésiastiques passées dans le domaine public), ni des « nouvelles forêts » (c’est-à-dire des forêts construites, résultat d’une action de reboisement volontariste). Si, sur notre terrain d’application, la forêt est incontestablement marquée par la société agricole et rurale, elle n’est pas tout entière propriété des agriculteurs. En outre, la propriété forestière des agriculteurs ne ressemble parfois pas à une forêt paysanne, morcelée, inclassable mais bien au contraire à une nouvelle forêt de production. Il convient donc d’essayer de préciser la question du lien entre forêt et société paysanne.

Faiblesse du fait forestier public

  • 53 3 348 ha en forêt domaniale ; 4 164 ha en forêt communale.
  • 54 11 034 ha en forêt domaniale ; 8 933 ha en forêt communale.

70On a déjà fait entrevoir qu’une des spécificités du département de l’Aveyron, en matière forestière, était la faible étendue des forêts publiques. Les « vieilles forêts » y sont rares : forêts de l’Aubrac, des Palanges, quelques massifs dans les monts de Lacaune ou dans la partie occidentale du Levézou (forêt du Lagast). Certes les forêts domaniales et communales qui représentaient 7 500 hectares environ53 en 1905, représentent actuellement 19 000 hectares54. Mais cette augmentation, si spectaculaire qu'elle soit, est inférieure à celle qui a concerné la forêt privée. En 1905, la forêt publique concernait 9,86 % de la superficie forestière totale contre seulement 7,44 % aujourd’hui. Au total, en Aveyron, la forêt est une forêt privée à 92,5 %. Ces chiffres situent le département loin de la moyenne nationale. En France 26 % de la forêt est publique et, dans cette dernière, 16 % sont des forêts communales et 10 % sont des forêts domaniales alors qu’en Aveyron, la forêt domaniale est plus importante que la forêt communale.

  • 55 Estimation du responsable de la coopérative Sylva Rouergue.

71Malgré tout, cette faiblesse de la forêt publique en superficie est contrebalancée par son importance sur le plan de la production de matière ligneuse. Dans le département, la récolte de bois atteint environ 300 000m3 sur un accroissement naturel de 1 million de m3. Sur ces 300 000m3, on estime55 que 100 000m3 environ sont exploités de manière souterraine et non déclarée. La proportion de bois d’œuvre prélevée annuellement s’élève à 40 % du volume, soit un niveau inférieur à la moyenne nationale (65 %). La forêt publique propose l’essentiel des lots de bois d’œuvre de valeur.

72À côté d’une forêt publique de faible importance en superficie mais efficace sur le plan productif, la forêt privée est-elle entièrement assimilable à une forêt paysanne ?

Structures foncières de la forêt privée : de petites et moyennes propriétés

  • 56 Source : DDAF. (SCEES.). Chiffres de 1981.

73Forêt paysanne, la forêt aveyronnaise l’est assurément. Sur 53 000 propriétaires de forêt recensés sur base cadastrale56, environ 50 % sont des agriculteurs. Les agriculteurs actifs et retraités possèdent 75 % des surfaces forestières (Lacombe, 1996). Pour l’ensemble de la France, les mêmes catégories professionnelles ne possèdent que 25 % de la surface. De plus, on peut raisonnablement penser que les non-agriculteurs propriétaires de forêts sont des migrants issus de familles d’agriculteurs. En effet, l’exode rural dans la période suivant la Deuxième Guerre mondiale n’a pas entraîné un abandon et une dépossession totale des biens fonciers. Ainsi, la forêt aveyronnaise est une forêt d’agriculteurs, d’agriculteurs en retraite et de descendants de paysans. Mais cette matrice paysanne commune n’implique pas, du point de vue des comportements, une homogénéité. Les agriculteurs forment une catégorie de propriétaires forestiers particulière : ils ont à leur disposition du matériel agricole qui peut être utilisé en forêt et l’existence de moments plus creux dans le calendrier agricole n’exclut pas de dégager du temps pour l’exploitation forestière. Mais, sur le plan géographique, la question est de savoir si cet enracinement de la forêt aveyronnaise dans un passé paysan et dans la société agricole se traduit par des caractéristiques spatiales particulières.

74Sur le plan de l’espace concret, la forêt aveyronnaise est une forêt constituée de petites propriétés, elles-mêmes souvent divisées en plusieurs parcelles enchevêtrées. On a déjà exposé comment le nombre des propriétaires privés avait littéralement explosé entre 1912 et 1994 en France, passant de 1 520 000 propriétaires environ à 3 700 000 pendant que la superficie passait de 6,6 millions à 10 millions. Cette croissance des effectifs et de la surface s’était faite au bénéfice des moyennes propriétés (moins de 50 ha) et surtout des petites (moins de 10 ha). En Aveyron, la structure de la propriété est comparable, dans ses grandes lignes, à ce que l’on constate pour l’ensemble de la France : beaucoup de propriétaires possèdent peu de forêt et un petit nombre de propriétaires possède de fortes surfaces. Toutefois, en Aveyron le très grand domaine est faiblement représenté et que les petites et moyennes propriétés représentent l’essentiel de la superficie. Entre 1981 et 1990, le SCEES n’enregistre pas de changement notable de la structure de la propriété forestière en Aveyron.

75Sur le plan de l’espace socio-économique, on a souligné plus haut qu’une forte proportion des volumes récoltés ne passaient pas par des circuits de commercialisation patentés. La part de l'autoconsommation et des échanges souterrains en font un espace de production qui n’est pas sans évoquer ce que R. Brunet appelle l’antimonde (voir introduction). Il existe, en marge des modèles officiels, une sylviculture et une gestion en mode mineur. Bien qu'elle n’apparaisse ni sur les bilans ni dans les comptabilités, elle produit néanmoins de vrais revenus et elle participe discrètement mais tout à fait réellement à la production de l’espace. L’autoconsommation tout comme les menues ventes sont à la source d’un flux d’« argent qui rentre » et participent à la diminution du flux de l’« argent qui sort ».

  • 57 Source : brochure du ministère de l’Agriculture : Le travail des agriculteurs en forêt.
  • 58 Et cela, qu’il fasse sa déclaration au forfait ou au réel.
  • 59 « Je me considère complémentaire des entrepreneurs forestiers, car je prends surtout des petits cha (...)

76Toute l’activité économique des agriculteurs en forêt n’est pas souterraine. Le régime fiscal des exploitations agricoles leur permet, pour ce qui est du travail en forêt d’autrui57, par exemple, de bénéficier d’une non-application de la TVA jusqu’à un seuil de chiffre d’affaires de 70 000 F (H.T.). Pour ce qui est de l’impôt sur le revenu, jusqu’à 150 000 F de chiffre d’affaires (H.T.) en forêt d’autrui, l’agriculteur peut rattacher les recettes forestières aux revenus agricoles58. Ces dispositions favorisent le travail des agriculteurs dans un créneau un peu moins apprécié des exploitants forestiers : les chantiers de taille modeste59, au stock sur pied présentant des qualités peu favorables à la commercialisation.

77Cette exploitation forestière souterraine, souvent effectuée par des agriculteurs ou en relation avec eux, n’est possible que parce que la forêt dite paysanne appartient à ce que nous avons appelé plus haut les forêts en liberté.

Une forêt en liberté ?

  • 60 « Mais encore faut-il le récolter [le bois d’une exploitation agricole] de façon à remplacer ces pe (...)

78Une grande part de la forêt aveyronnaise, du fait de ses structures foncières, n’est pas soumise à l’obligation de mise en place d’un Plan simple de gestion. Pour le département de l’Aveyron, les propriétés de moins de 25 hectares rassemblent plus de la moitié du total des superficies. De plus, dans le cas où s’impose un Plan simple de gestion, le propriétaire négocie et discute les options avec les techniciens conseillers (CRPF ou DDAF) et il est difficile de parler de contraintes fortes. Dans l’esprit des professionnels de l’exploitation forestière, la forêt aveyronnaise ne serait pas une forêt de production60. Pourtant elle produit 100 000m3 de bois de chauffage, de piquets de clôture, de grumes sciées à façon.

79Il existe des cycles de production de l’espace forestier initiés à partir d’au moins deux types de logiques :

  • logiques de production de type industriel dont les produits aux qualités standardisées sont intégrés à des circuits complexes et dont les prix sont fixés par les gros consommateurs soumis à la concurrence internationale intégrant à divers degrés des calculs économiques et des stratégies géographiques ;

  • logiques de production de type familial dont les produits sont de qualité hétérogène mais qui conviennent à des circuits et des utilisateurs locaux. Les prix sont fixés après des calculs de coûts simplifiés et sous-estimant souvent le facteur temps de travail.

80Ces conceptions de l’espace forestier et de son utilisation méritent d’être examinées plus avant.

La question des usages de l’espace forestier rouergat

81Au niveau départemental, il convient de souligner que, même si les rapports de force qui structurent l’espace public de discussion ne sont pas exactement les mêmes qu’au niveau national, le problème des aspirations concurrentes et contraires pesant sur la forêt se manifeste tout de même. Mais, lorsqu’on dit que la question des usages de l’espace forestier est posée, cela ne signifie pas que d’amples mouvements de concertation ont été lancés afin de consulter la population sur ce qu’il convient de faire de la forêt aveyronnaise. Il y a malgré tout des débats, en amont de l’action volontariste d’aménagement du territoire. C’est en cela que nous accordons de l’importance à la sphère de l’espace public de discussion : il s’opère au niveau du débat public, un travail important de préfiguration de l’espace des possibles et d’élaboration d’une légitimité des projets d’aménagement.

82Un débat se poursuit en pointillés depuis les années soixante sur le devenir de l’espace rural des « arrière-pays », et notamment des périphéries montagneuses des métropoles régionales. Le paysage est présenté comme un objet de consommation urbaine, un produit (Facchini, 1993) par le biais de la mise en vente au plus offrant des « points de vue. »

« La campagne, d’abord devenue espace agricole spécialisé, se transforme, dans les cas extrêmes, en espace rural sans fonctions productives nettes ; c’est l’avènement du cadre spatial de l’idylle et de la bucolique. La campagne comme pure nature, comme cadre rural de distraction des urbains est le terme et non l’origine d’un processus ; évolution renforcée le cas échéant par une re-ruralisation décisoire ou artificielle (voir le devenir-parc des campagnes). L’espace rural ainsi transformé en espace de loisir est l’objet d’une consommation urbaine » (Chamboredon, 1980 : 118).

  • 61 À titre d’exemple, lors des nombreuses journées que nous avons passées en forêt pour notre travail (...)
  • 62 « On peut dénoncer la “Demande sociale d’environnement” comme purement manipulatoire, comme une cré (...)

83Pour ce qui est des forêts du Rouergue, le surcroît de fréquentation ou l’apparition massive de nouvelles pratiques ne se manifeste pas avec une grande clarté malgré la relative proximité de foyers de population importants (aires métropolitaines toulousaine ou montpelliéraine). Hormis la très notable exception de la fin de l’été et du début de l’automne, où la fièvre des champignons et les profits annexes non négligeables qu’autorise la commercialisation d’une partie de la cueillette attirent en forêt des milliers de personnes, la forêt reste un espace peu fréquenté61. Mais cela ne signifie pas qu’il soit peu convoité. Plusieurs scénarios sont repérables. Le premier consiste à présenter la forêt comme une ressource sous-exploitée et à faire de sa mise en valeur un nouvel objectif économique. Un autre scénario consiste à construire la forêt comme objet précieux et remarquable sur le plan écologique, objet qu’il faudrait préserver et donc protéger mais surtout visiter62. Enfin, il existe une perception très répandue, qui refuse l’intensification de l’exploitation tout comme la muséification. Il s’agit d’une survivance du système économique paysan traditionnel, une pratique de l’espace faite d’autoconsommation, de travail pris sur le temps libre, d’interventions discrètes et d’échanges dans des circuits limités.

Une forêt de production ?

« La feuille d’Aurillac est révélatrice des conditions qui règnent au cœur du Plateau Central : de hautes terres cloisonnées par des vallées difficilement franchissables, et où l’activité agricole est contrariée par un climat rigoureux. La modernisation de l’infrastructure économique et des techniques agronomiques (amélioration des pâturages, reboisement) permettra de pallier à (sic) la sous-exploitation des ressources naturelles qui menace cette région en voie de dépeuplement. » (Dupias, Lavergne, 1968)

84Même si l’opinion est répandue, parmi les professionnels de la filière bois, que la forêt privée aveyronnaise n’est pas une forêt de production, que la ressource forestière est sous-exploitée et que, dans le département, il n’existe pas de « tradition forestière », on ne peut nier l’existence d’une forêt privée intégrée – à des stades et à des degrés divers – au marché, à la filière bois. La forêt privée de production existe en Rouergue : elle correspond grossièrement à deux types de formations forestières. Les premières sont les surfaces reboisées en résineux entre les années cinquante et les années quatre-vingt, années des facilités financières accordées par le Fonds forestier national. Dans ces reboisements récents, il faut intégrer les 3 000 hectares du domaine privé de Groupama Rouergue, mutuelle d’assurances agricoles. Malgré tout, cette forêt de résineux reste minoritaire sur le plan des superficies (voir supra) et sa relative jeunesse en fait plutôt une ressource en attente, en cours de maturation et fournissant surtout des bois de petit diamètre et peu de bois d’œuvre.

85À côté des usines à bois résineuses qui, pour les spécialistes d’écologie végétale, ne constituent pas des forêts mais simplement des champs d’arbres (Carbiener, 1996 ; Couderc, 1988), des forêts de feuillus sont intégrées à un système d’échange de matière première ligneuse à échelle interrégionale. Les futaies de hêtre ont, par exemple, connu un succès particulier auprès des marchands de bois : des débouchés existent en Espagne, dans le secteur du déroulage. Les futaies de hêtres du Levézou sont, conjoncturellement, l’objet d’une certaine convoitise. On peut également juger que les autres forêts de feuillus exploitées, dont le bois est acheté par des scieurs ou des négociants, sont intégrées à la filière bois. Pourtant, la question est un peu plus compliquée qu’il n’y paraît. Lorsque les acteurs locaux de la filière bois parlent de la forêt de feuillus aveyronnaise, ils jugent qu’il y a « absence de gestion ou gestion conservatrice » (Lacombe, 19 % :2). Que signifie le mot « gestion » ? Ce substantif est conçu (Rey, 1995 : 885) à partir du verbe gérer, verbe qui, au xviie siècle, prend le sens juridique d’« administrer (une affaire, des intérêts) ». À la fin du xviiie siècle, il signifie par extension « diriger (ses affaires) ». Au xxe siècle, le sens de « s’occuper de quelqu’un ou de quelque chose de manière suivie » est attesté dans le langage militaire. De nos jours, ce vocable connaît une fortune toute particulière ; il est adopté, bien audelà de la sphère des affaires, par le langage de la pédagogie (gestion du groupe) ou du néo-taylorisme (gestion des ressources humaines) ou tout simplement dans le langage courant comme un équivalent de « contrôler ». Manifestement, lorsqu’on lit que la forêt aveyronnaise est une forêt non gérée ou une forêt gérée de façon conservatrice, il faut comprendre tout simplement qu’on juge l’action du propriétaire insuffisante par rapport à des objectifs de sylviculture. En effet, un propriétaire qui trouve à vendre une futaie de hêtre pour une somme qu’il juge acceptable et même s’il ne prévoit pas d’opération organisée de régénération, est un propriétaire qui fait acte de gestion : il administre et s’occupe de ses intérêts, en conformité avec l’idée qu’il s’est forgée de son propre intérêt. Ce qu’on lui reproche, c’est de ne pas « s’occuper (de son bien) de manière suivie » (sens militaire, xxe siècle). Pourtant, on peut penser que la décision de couper est réfléchie, prise après réflexion, qu’il s’agit donc bien d’un acte de gestion. En second lieu, il y a dans cette pratique quelque chose de plus compliqué qu’un caprice individuel ou une lubie dommageable du propriétaire : la coupe se fait souvent après que le démarchage du propriétaire par un exploitant. Il existe donc une filière économique qui parfois accorde peu d’importance à la phase de régénération et qui applique un mode d’exploitation qui fonctionne, à l’instar de nombreux autres secteurs de l’économie mondiale, sur le principe de la recherche de la rentabilité à très court terme.

86Entre la sylviculture intensive de résineux et l’exploitation des « gisements » en place en fonction du marché, il existe une troisième voie, celle du recyclage des anciens peuplements. L’exemple du balivage des taillis de châtaigniers illustre cette logique : le CRPF diffuse des savoirs techniques pour passer du verger sénescent à une forêt feuillue de production. Une série de conseils simples et un apprentissage minimum suffisent pour pratiquer le balivage et pour obtenir sur un temps assez court (moins de 30 ans) du bois d’œuvre. Les techniques d’amélioration et de transformation des peuplements de feuillus viennent en complément des stratégies de table rase (coupe à blanc et reboisement) et d’enrésinement. Les agriculteurs sont considérés comme particulièrement bien placés pour mettre en pratique ces projets : ils possèdent de la forêt et du matériel ; les spécialisations régionales et la concurrence internationale menacent la survie de certaines exploitations si elles maintiennent leurs orientations de production. L’air du temps est à la diversification dans les régions dites difficiles ou fragiles. L’ouverture d’un « atelier forêt » fonctionnant sur de petites superficies est un modèle qui suscite l’intérêt (Picard, 1996 ; Hubert, 1995 ; Cinotti, 1993 ; Martinel, 1995).

  • 63 Voir : Bouchon, 1984.

87Des positions diverses existent à propos de l’intégration de la forêt au système productif interrégional européen. À l’échelon local de ce que nous avons appelé la sphère des propriétaires privés (syndicat de propriétaires, échelon départemental du CRPF, coopérative forestière, collaborateurs de l’IDF), il est difficile de dire qu’il se dégage une ligne de conduite unique quant aux projets de transformation de l’espace forestier, dans une perspective économique. Néanmoins, la substitution d’essences locales de peu de valeur commerciale et peu susceptibles de fournir du bois d’œuvre à court ou moyen terme par des essences exogènes qui ont fait la preuve de leur bonne adaptation à la région (douglas, pin noir), et qui peuvent se révéler financièrement intéressantes, reste un scénario apprécié63.

88D’une manière générale, l’application sur de vastes superficies du scénario de substitution d’essences locales à faible potentiel productif par des plantations de résineux apparaît problématique.

  • 64 « Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible mais non persuasi (...)

89Certes, ce scénario pourrait être conforme à l’intérêt des entreprises de la filière bois mais on le présente aussi comme conforme à l’intérêt des propriétaires et finalement à l’ensemble de la collectivité, puisque seraient créés des emplois pour retenir « au pays » la jeunesse qui émigre. Ce scénario se situe entre économie-fiction idéale et projet de développement local vraisemblable64. En raisonnant au niveau départemental, on constate que les entreprises artisanales de première et deuxième transformations du bois sont assez nombreuses (2 000 salariés) et qu’elles sont amenées à s’approvisionner hors du département. De la même manière, il est vrai que le ratio « volume produit/volume prélevé » est déséquilibré. Enfin, il est vrai aussi que les mouvements migratoires sont défavorables au département, préfecture et sous-préfectures mises à part. Mais il reste à savoir dans quelle mesure un projet de développement local fondé sur la ressource ligneuse est susceptible d’apporter les solutions aux problèmes posés. Nous avons déjà souligné l’intérêt que nous portions aux thèses de M. Edelmann sur la construction des problèmes. On ne peut nier qu’il y ait un lien possible entre l’augmentation du volume de l’activité de la filière bois et la création d’emplois. Toute la question est de savoir si ces créations d’emplois seront significatives et durables. Les gestionnaires successifs de la forêt de Groupama d’Oc (4 400 ha dont 3 000 en Aveyron) ont tenu à appuyer leur projet de sylviculture sur un volet social : confier les travaux de plantation et d’entretien à une main d’œuvre locale et agricole. Ce projet a rencontré des obstacles : la formation d’équipes d’agriculteurs n’a pas pu être menée à bien partout. Pour pallier ces difficultés, les Mutuelles agricoles encouragent la création (1964), dans le sud-Aveyron, d’une entreprise de reboisements et de travaux forestiers. Dans la foulée (1965), une pépinière est créée, agréée par le Fonds forestier national. Les discours tenus par les responsables lors de réunions publiques comportent tous un paragraphe sur les bienfaits de l’entreprise forestière des Mutuelles en termes d’intérêt général.

  • 65 Source : Groupama d’Oc.

« Au travers de notre activité, que ce soit d’une façon directe ou indirecte, nous procurons à ce jour, au fil d’une année, du travail à une trentaine de personnes. (...) Par ces quelques propos, j’ai essayé de vous démontrer que la forêt, à quel stade que ce soit, est génératrice d’emplois et ne peut avoir que des effets bénéfiques, tant sur le plan économique, touristique et écologique de la région où elle se situe. » (Maisonabe J., 1986)65

« Nos propriétés se situent principalement dans les régions les plus déshéritées de notre département, régions accidentées et où l’agriculture est sur le déclin. Afin de freiner l’exode rural, la Mutuelle a pensé reconvertir certains agriculteurs en leur procurant sur place une activité forestière. » (Maisonabe J., 1973)

« À l’objectif « placement » est toujours associé un deuxième objectif : créer des emplois correctement rémunérés et surtout stables, dans les zones forestières, qui sont d’ordinaire des zones de moyenne montagne, appauvries et difficiles. » (Maisonabe J., 1976)

  • 66 « Tout pouvoir de violence symbolique, i.e. tout pouvoir qui parvient à imposer des significations (...)

90On perçoit comment l’argument du développement local désamorce le débat sur le bien fondé des opérations de reboisement. Peupler le désert ou empêcher la désertification, telle serait la mission finale des reboisements : une mission d’intérêt général. Les fondateurs du domaine forestier de Groupama d’Oc étaient convaincus d’agir dans l’intérêt des agriculteurs, et de la région (le département de l’Aveyron). Le terme « désertification » était néanmoins un levier commode pour légitimer le développement d’une forêt de production. Cette notion66 est un argument commode pour justifier de nombreux actes d’aménagement du territoire ainsi que l’attribution de subventions de la part de l’État ou des collectivités locales.

91Or ce projet de développement d’une forêt de production se heurte à des forces contraires. Certes, l’opinion semble réticente à un mode de développement forestier fondée sur le « tout résineux ». Mais surtout, le mode d’appropriation de l’espace est ici fondamental pour comprendre pourquoi ce projet de production de l’espace n’aboutit pas. Dans le langage des responsables de la filière bois, cela s’exprime ainsi :

« Le potentiel forêt du département est donc très nettement sous exploité. De nombreux points de blocage persistent (morcellement de la propriété, absence de tradition forestière, etc. » (Lacombe, 1996 :4)

92À côté de la volonté de faire de l’espace forestier un « El Dorado » économique, d’autres projets existent.

Une forêt « patrimoine naturel » ?

93La mise en valeur muséographique de la nature dans le département de l’Aveyron s’est réalisée de manière tardive et très modérée (cf. supra et Marty, 1996-a). La forêt ne semble pas avoir acquis, en Aveyron, le statut de bien collectif remarquable. Il est pourtant possible de repérer quelques pistes à ce propos au niveau régional.

94La puissance publique, après avoir laissé le champ de l’écologie aux associations, ne néglige plus le domaine de l’environnement. Sur le plan de l’espace public de discussion, ces questions ne sont plus traitées à la légère. Pour le pouvoir à l’échelon délocalisé (régions et départements), la mise en scène et la mise en texte de l’environnement devient un objectif important. La bataille se joue sur le plan de l’espace public de discussion et la puissance publique table sur son « savoir communiquer » pour agir sur l’opinion. La région Languedoc-Roussillon s’est, par exemple, dotée d’une agence de l’environnement au nom évocateur, l'ΑΜΕ (Agence méditerranéenne de l’environnement).

95Dans une publication du conseil général de l’Hérault (Journal de l’Hérault, mars 1996) on lit un article intitulé : « Dans le Somail et l’Espinouse : une forêt née des mains de l’Homme ». Citant un texte de Jean Giono en introduction (L’homme qui plantait des arbres) et soulignant qu’on y raconte l’histoire d’un planteur de chênes, le journaliste poursuit :

« C’est, en quelque sorte, une nouvelle version de ce récit inspiré d’un fait réel, que l’office départemental d’action culturelle se propose de nous conter. Mais cette fois-ci, l’action se déroule dans nos montagnes héraultaises (...). »

96Outre le fait qu’on établit arbitrairement une descendance entre les planteurs de chênes dans le monde de la création littéraire et les planteurs d’une forêt de production de résineux à croissance rapide dans le monde réel des échanges économiques, on se permettra d’insister sur le collectif du « nos montagnes héraultaises. » Le journal est destiné aux habitants de l’Hérault dont on sait, d’abord, qu’ils se concentrent dans les secteurs urbanisés (Montpellier, Béziers) des plaines littorales et des premiers coteaux et, ensuite, qu’ils sont souvent des nouveaux arrivés, la région connaissant un solde migratoire très positif depuis la fin des années soixante-dix. On peut donc interpréter ce genre de littérature comme une volonté de l’exécutif départemental de fournir aux populations urbaines du littoral un récit simple qui les rattache à un arrière-pays sociologiquement très différent, en même temps qu’il les intègre dans une fiction de collectivité (« nos montagnes héraultaises »).

  • 67 Réseau d’espaces forestiers d’intérêt régional. Malgré le dépouillement que nous avons fait du quot (...)
  • 68 « Il y a le musée consacré à un territoire dont il voudrait capter les différents éléments, géograp (...)

97La région Midi-Pyrénées et le département de l’Aveyron appliquent des méthodes semblables. En août 1994, le journal local Centre Presse publie un article intitulé « Causse Noir et Aubrac d’intérêt régional ». Il y est question de la mise en place d’un REFIR67 au niveau de la région Midi-Pyrénées. À l’origine il y a la signature d’une charte pour « mettre en valeur » ou mettre en scène des forêts « exemplaires ». La démarche est entièrement didactique : montrer ce qu’est une vraie forêt. En Aveyron, ce sont deux forêts publiques qui ont été choisies. La forêt privée reste en dehors du réseau. Sur le Causse Noir, on veut mettre en fonctionnement un sentier didactique d’observation et d’interprétation des activités forestières. Il s’agit d’une démarche de muséification, dans la lignée de ce qu’ont bâti, bien avant, des associations68 ou des gestionnaires de réserves naturelles (Larrère, 1994-a ; Larrère, 1994-b).

  • 69 Le PNR des Grands Causses correspond au sud du département de l’Aveyron.

98Un élément supplémentaire est intervenu dans la patrimonialisation de l’environnement : la mise en place du Parc naturel des Grands Causses69. Quelle est la place de la forêt dans cette construction ? Dans les discussions publiques qui ont précédé l’obtention du label, il a fort peu été question d’écologie, de nature et de forêt, mais beaucoup plus de géopolitique locale (la ville de Millau et le conseil général n’ont donné leur accord qu’après révision de la charte) et d’économie locale.

  • 70 Voir A. Micoud (1980) pour une interprétation magistrale de l’avant-propos de la charte du parc du (...)

99Pourtant, dans la charte du Parc70 on lit :

  • 71 Association de préfiguration du PNR des Grands Causses, 1994.

« La sauvegarde et l’amélioration du patrimoine naturel (biologique et minéral) constituent la préoccupation prioritaire du parc y compris dans les décisions d’aménagement, d’équipement et de gestion du territoire. »71

100Mais les forêts, quoique très largement présentes dans le périmètre du parc, ne sont évoquées qu’au chapitre « Développement économique et social ». Il est fait état de la « richesse économique du territoire » quelles représentent. La forêt est abordée sous la mention « bois et forêts ». Il est écrit qu’on tentera de concilier, d’une part, la protection des milieux naturels sensibles et des sols, d’autre part, le respect de la diversité biologique et des « paysages types des Grands Causses », et enfin, la valorisation économique. Le parc promet de veiller « aux plantations d’alignements et d’essences nobles ». Dans le chapitre « richesses du patrimoine », on parle du Causse Noir sans mentionner la forêt que le REFIR et la collaboration Région/ONF pensaient élever au rang de haut-lieu.

101Ce document est rédigé avec la plus grande prudence. Les organisations de propriétaires forestiers, au plan national et sur le plan local, ne font pas partie des soutiens forts à une structure de type parc naturel. La méfiance est de mise à propos d’éventuelles limitations apportées à l’exploitation forestière.

« ... dans les pays les plus développés comme dans le tiers monde, la mobilisation du bois se fait de plus en plus difficilement en raison des pressions écologiques » (Martinel, 1995 : 13).

  • 72 « Enfin, qui dit nouveaux usages dit nouveaux conflits d’usage. Chacun a à cœur de légitimer ses pr (...)
  • 73 Quels sont les arbres types des Grands Causses et des régions qui constituent le parc ? Voir le déb (...)

102De là découle l’impression de « grand écart » que donne le texte cité ci-dessus. Concilier la valorisation économique avec le respect de la diversité biologique et des paysages types des Grands Causses peut très bien signifier la condamnation des schémas techniques tels que les reboisements à base d’essences introduites72. La mention des plantations « d’essences nobles » est ambiguë : on imagine que les quartiers de noblesse, en matière d’arbres à planter, sont l’apanage du groupe des feuillus. Mais peut-être les résineux jugés autochtones sont-ils considérés comme nobles ?73

  • 74 Hebdomadaire d’annonces légales et d’opinion publié à Rodez.

103Un autre exemple illustre la tension qu’il y a entre un projet de protection appuyé sur un zonage et des règlements et la résistance à ce règlement pour des raisons essentiellement économiques mais, peut-être aussi, géographiques. En août 1996, dans un hebdomadaire local L’Hebdo74) (l’éditorialiste, utilisant l’arme idéologiquement redoutable du « plus-élémentaire-bons-sens », prétend ridiculiser le projet « Natura 2000 ».

« Ainsi, Bruxelles mobilise pour des chauves-souris, qui vaudraient la peine qu’on em... (sic) agriculteurs, forestiers, chasseurs... Le ridicule n’arrête plus » (L’Hebdo, no 440).

  • 75 Sous-titrée « Trimestriel du département de l’Aveyron » mais publication officielle du conseil géné (...)
  • 76 On peut souligner l’insistance dans l’usage des figures littéraires apparentées à des tropes : le r (...)

104Cette position est révélatrice, à notre sens, des luttes pour la préfiguration des usages du territoire dans l’espace public de discussion. Le sarcasme, l’eurosceptiscime systématique et un rien d’anti-intellectualisme masquent une problématique géographique : les milieux agricoles et forestiers s’opposent autant au projet Natura 2000 qu’à l’idée que le territoire puisse être façonné selon d’autres logiques et que son contrôle puisse leur échapper. Du côté du Conseil général de l’Aveyron, la stratégie consiste à parler d’environnement mais en ayant soin de ne pas y inclure nommément l’espace agricole ou la forêt. Ainsi, dans la publication Grand “A”75, en septembre 1994, un dossier est consacré à la filière bois (« La filière bois en Aveyron : les racines de l’économie locale ; Aveyron, la fibre du bois76). » On qualifie la forêt de « gisement », de « richesse naturelle ». La conclusion appelle à « une meilleure gestion de la forêt aveyronnaise, dont il faut continuer d’améliorer la qualité et la productivité ». Division du travail de persuasion, en janvier 1996, la même publication consacre un dossier à l’environnement mais sans rien renier du productivisme affiché pour la filière bois :

« La nature est pour notre département un atout majeur pour son développement économique, touristique, et pour tous ceux qui connaissent le bonheur de vivre dans ce cadre exceptionnel. Un tel capital ne peut donc être négligé. Plus que tout autre, le conseil général a compris la nécessité d’un engagement profond et durable. Aussi travaille-t-il à la sauvegarde et à l’enrichissement de ce patrimoine unique. » (Grand ‘‘A”, janvier 1996, éditorial)

  • 77 Après que les landes tourbeuses et autres milieux humides eurent été très fortement éliminés au pro (...)

105Dans le corps du texte il ne sera pas fait allusion directement à la forêt, ni à l’espace agricole. On fera seulement allusion, de manière générique, à « la protection et la mise en valeur des milieux naturels, des sites et paysages ». L’environnement à préserver se décline sur deux modes : le mode concret et le mode lyrique. L’environnement sur le mode concret, ce sont des exemples d’actions en faveur de l’environnement telles que la gestion des déchets, l’aménagement des rivières (bénéficiant de subventions de la part du conseil général) ou l’achat des terrains d’un secteur de tourbières77. Sur le mode lyrique, l’environnement à préserver se confond avec la totalité de l’espace du département et s’appelle aussi « cadre de vie, paysage ». Sur ce plan-là, les pouvoirs locaux se contentent de flatter l’opinion. Le cadre intellectuel de l’action politique reste profondément marqué par le primat donné à l’économie et à la recherche d’une rentabilité qu’on ne désire pas entraver par des règlements. Le risque paysager est d’ailleurs confortablement amorti par les secteurs de déprise rurale qui constitueraient, si besoin était, des espaces en réserve facilement reconstructibles, dans l’espace public de discussion, en « nature à préserver. » En définitive, la question posée derrière la possible fonction de spectacle des paysages et de l’espace forestier est celle de l’appropriation du territoire. Les structures qui représentent les propriétaires de forêts sont attentives au maintien de leur souveraineté et de l’autonomie de leur pouvoir de décision. Si un consensus apparent existe sur le fait que l’environnement mérite d’être sauvegardé, les opinions divergent sur les raisons de la sauvegarde ainsi que sur les méthodes. Pour le pouvoir local (conseil général, par exemple), la qualité de l’environnement est une vitrine qui attire le chaland et qui profite à l’économie locale, donc théoriquement à tous les locaux (mais à certains plus que d’autres). Mais l’artifice rhétorique utilisé consiste à dire que le paysage est, déjà, remarquable. Il n’y a donc pas lieu d’introduire des changements dans le mode d’appropriation et de gestion du territoire. Par contre, pour les rédacteurs de la charte du PNR, par exemple, un certain nombre d’orientations doivent être suivies (limitation des reboisements de type industriel, par exemple) afin de préserver l’image des lieux. Cela implique de limiter la souveraineté du propriétaire forestier sur ses terres au nom de la collectivité. En déclarant la forêt aveyronnaise objet patrimonial, il devient possible d’imposer cette limitation.

  • 78 « Ces données, fruit d’une importante mobilisation “citoyenne” n’ont pas la prétention de la rigueu (...)

106Pour l’heure, les tentatives de patrimonialisation clairement exprimées sont timides. La région Midi-Pyrénées et la préfecture de Région ont soutenu la publication d’un document : Arbres patrimoine de Midi-Pyrénées (SOLAGRO, 1996). SOLAGRO est une association indépendante qui se donne pour objectif « l’émergence de pratiques et de procédés participant à une gestion économe, solidaire et de long terme des ressources naturelles » ; elle « s’est fortement engagée dans la définition et la promotion de pratiques agricoles, sylvicoles économes, respectueuses du milieu et de la qualité des paysages ». Dans l’équipe qui a préparé cette publication, on retrouve une personnalité comme Ph. Pointereau (voir supra), acteur actif du réseau FNE (France Nature Environnement). Cette publication repose sur le concept de « mobilisation citoyenne78 » :

« En initiant cet inventaire, notre intention n’était pas d’aboutir à un recensement exhaustif, mais, en suscitant la participation d’un grand nombre de citoyens, de sensibiliser les Midi-Pyrénéens au rôle patrimonial de ces arbres. » (SOLAGRO, 1996 : 11)

107La stratégie consiste à mobiliser autour de l’arbre et de la forêt un public (au sens où l’entend Habermas), c’est-à-dire un ensemble de personnes plus large que les seuls propriétaires de l’espace. Ce public est légitimement appelé à prendre possession, sur le plan symbolique, de l’espace pour en faire son territoire et en appuyant sa légitimité sur le projet patrimonial. Cette intervention de la société civile passe par la définition d’un être nouveau sur le plan territorial : le « Midi-Pyrénéen ». Le cadre régional, de création récente et suscitant peu d’attachement symbolique, est un cadre qui vise à supplanter les autres niveaux scalaires d’appartenance au territoire. A. Frémont (1988) fait ainsi un parallèle entre les trois grandes divisions territoriales en France (la commune, le département et la région) et les trois vertus que la République a inscrites à son fronton (Liberté, Égalité, Fraternité) : à la commune la liberté, au département l’égalité et à la région la fraternité. En définissant ce que serait notre patrimoine arboré régional, les auteurs de la plaquette citée plus haut disent :

« Enfin, c’est aussi la richesse et la diversité de nos forêts : forêts alluviales de la Garonne, chênaies de plaine ou hêtraies-sapinières montagnardes » (SOLAGRO, 1996 : 10).

108La question des usages de l’espace forestier ne peut cependant pas être déconnectée des pratiques collectives en forêt, comme la cueillette de champignons en automne, la chasse ou les autres loisirs.

Forêts sans usage ou antimonde forestier ?

  • 79 Communication personnelle de M. Nadeau (IFN, Montpellier).

109Notre expérience personnelle de l’espace forestier rouergat est en accord avec ce qu’ont relevé de nombreux observateurs (comme par exemple les employés de l’IFN chargés de faire des mesures dans leur réseau de placettes test79) : la fréquentation des forêts reste très modeste et concentrée dans certains secteurs et à certaines périodes. À l’automne, en particulier, la cueillette des champignons attire des centaines de personnes dans des forêts privées où le propriétaire tolère le ramassage, car il lui est quasiment impossible de le limiter ou de le contrôler. De fait, la forêt tend à être considérée comme un territoire forestier commun, voire collectif.

« En bonne ethnologie, la “cueillette” peut se définir en partant du terrain, par un état d’esprit particulier, une manière de concevoir l’espace environnant comme un fonds commun de richesses dans lequel on peut puiser selon ses besoins. » (Méchin, 1989 : 168)

110Il peut être possible d’interpréter ces poussées de fièvre comme des symptômes d’une société française qui devient massivement urbaine et qui, en offrant aux individus des espaces de vie de plus en plus dilatés, leur permet d’investir ponctuellement des lieux très éloignés de leur résidence et de redevenir, pour un moment, des paysans.

« La France est un vieux pays de paysans. Il en reste quelque chose dans les mentalités, dans la culture, dans les rapports sociaux, dans les paysages et même dans les relations qu’entretiennent les citadins avec le monde rural. » (Damette, Scheibling, 1997 : 55)

  • 80 Sur la concurrence agriculture/forêt, voir : Robert, 1992.

111Malgré cela, dans un département comme l’Aveyron, où l’espace rural est dominé par une agriculture orientée vers les productions animales, l’espace forestier, pour une grande part, présente une apparente atonie. Il apparaît comme un négatif de l’espace agricole, comme un bouche-trou, au sens imagé mais aussi topographique du terme. La profession agricole tend à faire accréditer la thèse selon laquelle la forêt serait une partie dévaluée de l’espace rural, le domaine du « n’importe quoi et du ça ne vaut rien80 ».

  • 81 Le mot a été utilisé chez les géographes, dans un premier temps pour désigner une « perte de cultur (...)

112Une hypothèse mérite d’être examinée : l’espace forestier ne serait intégré aux rouages économiques du secteur bois que pour une faible part de son étendue. Pour le reste, la dynamique qui prévaut serait l’abandon. Les usages traditionnels et typiquement paysans tels que le pâturage sous forêt, le ramassage du bois mort, de feuilles pour la litière des animaux ou les coupes de bois de chauffage auraient presque intégralement disparu, à l’exception de coupes résiduelles et en constante diminution de bois de chauffage. Les mutations de la profession agricole, la substitution au bois d’autres sources d’énergie (charbon puis fuel ou électricité) et d’autres matériaux de construction (charpentes à structure métallique) auraient fait de la forêt une annexe obsolète d’un système de production paysan presque totalement effacé. Il resterait un espace abandonné, exceptionnellement visité et plus exceptionnellement encore exploité, un espace dont le stade ultime d’abandon serait la perte de mémoire allant jusqu’à l’oubli de la localisation précise. Cette forêt désormais sans usage serait engagée dans un lent processus de « retour à la nature » ; elle évoluerait vers l’ensauvagement81.

« Il est clair que la plus grande partie de ces espaces est désormais hors de la maîtrise des exploitants agricoles. Au mieux, elle est gérée par l’Office national des forêts, par des Parcs naturels régionaux ou par des sociétés de chasse. Au pire, elle est laissée à l’abandon par ses propriétaires privés » (Kayser et alii, 1994 : 15).

« Ces parcelles qui s’enfrichent, cette forêt qui s’ensauvage... C’est un débraillé qui s’impose à un paysage que l’on ne parvient plus à maîtriser. À qui veut bien le regarder, le plateau dit qu’il se clochardise » (Larrère, 1991 : 49).

113Cet ensauvagement de l’espace suscite des réactions variées : elles s’organisent entre deux pôles repérés lors d’études sur la perception et la récupération du concept de climax. Une vision négative présente l’évolution non contrôlée par le pôle socio-économique comme le retour du sauvage, d’une nature trop vraie, qui fait peur, de « la nature comme chaos » (Larrère, 1993 : 30). Cette vision est celle qu’embrasse B. Kayser qui tente de justifier, coûte que coûte, la lutte contre les évolutions spontanées des paysages délaissés.

« Reste qu’on peut à bon droit se poser la question de savoir si, en certains lieux, la dépense publique vaut la peine, et si laisser faire n’aboutirait pas à l’établissement spontané de nouveaux paysages. Pour répondre à cette question judicieuse, l’évaluation locale des risques (incendie, érosion, etc.) est nécessaire. À supposer qu'elle conclue négativement, un autre calcul devrait être fait pour mesurer les effets de la mise hors-circuit d’une partie du territoire, fermée pour deux générations au moins à la pénétration humaine. Et si demain le besoin se faisait sentir d’une remise en état, pour répondre par exemple à la pression de la demande en espaces de loisir, le coût ne serait-il pas supérieur à celui d’un entretien minimal et régulier ? » (Kayser et alii, 1994 : 42).

114La méfiance est de mise depuis longtemps face à la problématique de la demande en espaces de loisir. Dès 1977, des voix s’élevaient pour mettre en garde contre une certaine naïveté des conceptions des usages urbains de l’espace rural :

« La folklorisation, qui met la paysannerie au musée et qui convertit les derniers paysans en gardiens d’une nature transformée en paysage pour citadins, est l’accompagnement nécessaire de la dépossession et de l’exclusion » (Bourdieu, 1977 : 4).

115Le pôle opposé des perceptions est celui d’une nature climacique vue à travers une « reprise savante du mythe du paradis perdu » (Larrère, 1993 : 30). En ce cas, la catégorie du sauvage trouve des partisans et les portions d’espace ou les êtres vivants qui l’illustrent, des défenseurs (Fritch, 1993).

116Nous voudrions faire porter notre dernière réflexion sur un point légèrement décalé. À présenter l’espace forestier des régions de déprise rurale comme un espace abandonné, ne force-t-on pas quelque peu le trait ? Les travaux sur les terres marginales ont montré (Dérioz, 1994-a) que l’abandon des terres agricoles est un processus très complexe dans le détail et que la dynamique d’abandon est totalement réversible, les cas de réintégrations d’anciennes parcelles abandonnées dans l’espace utile des exploitions étant nombreux. De même, pour le cas qui nous intéresse, la forêt la moins fréquentée des secteurs de déprise en Aveyron est-elle un espace abandonné ? Il y a quelque malice à dire d’un espace qu’il est abandonné. Cela signifie, alors, qu’il s’agit d’un espace à prendre. Nous présenterons nos conclusions, après avoir exposé les résultats de nos recherches de terrain, dans une seconde partie, mais d’ores et déjà nous voudrions insister sur une notion qui peut fournir une alternative au scénario de l’abandon.

  • 82 « Le progrès moderne n’est pensable qu’à condition que tous les éléments qui sont contemporains sel (...)

117Plus haut dans ce texte, nous avons mentionné l’intérêt que nous portions à la notion d'antimonde (Brunet, Ferras, Théry, 1993 : 37). Cette notion peut fournir une grille de lecture opératoire (Marty, 2000) pour l’espace forestier des moyennes montagnes rouergates. R. Brunet parle de ces « terres qui sont (...) comme étrangées du Monde, dans le temps long ou le temps court. Des propriétaires gardent en réserve des étendues qu’ils n’utilisent apparemment pas, qui sont retranchées de l’activité productive ou qui même n’y ont jamais été portées. » Effectivement, la forêt peut représenter une portion d’espace détachée, en retrait, mais elle n’est pas dépouillée de toute fonction pour autant. Il s’agit plus d’un espace-réserve qui, pour être en dehors de tout projet de mise en valeur dans les filières visibles de l’économie marchande n’est pas abandonné. Il ne s’agit pas d’un bien sans maître. Les propriétaires n’ont pas renoncé à leur droit de propriété sur le sol, même s’ils ne lui consacrent ni temps, ni travail. R. Brunet parle de l’espace comme pouvant jouer le rôle de « porte-respect. » La répugnance à vendre des terrains qui pourtant « ne servent à rien » rentre dans cette catégorie : un « non » d’affirmation de soi, un but existentiel. Car, bien loin d’une irrationalité ou d’un infantilisme, ces refus face à des projets perçus comme plus rationnels (par exemple, les projets de regroupement du foncier en forêt) s’appuient sur des « finalités non pensées » qui recouvrent la part psychologiquement opaque du rapport des hommes à l’espace. Dans le même sens, on peut rendre compte, à travers ce concept d’antimonde, des pratiques d’économie souterraine si importantes en forêt rouergate (voir infra). Les pratiques secrètes et épisodiques de l’espace ne se justifient pas toutes du point de vue du calcul économique. Nombre de transactions, notamment pour le bois de chauffage ou les piquets de clôture, se font de telle manière qu’elles échappent à toute fiscalité ; cela n’empêche pas qu’elles soient, sur le plan comptable, peu rentables si on y intègre tous les coûts et notamment le temps de travail. La raison d’être de ces pratiques a son siège dans ce que certains anthropologues relèvent sous la notion d’hystérésis. Terme de physique, ce mot désigne la « propriété de certains systèmes, qui conservent les formes après que les conditions de leur production ont disparu » (Brunet, Ferras, Théry, 1993 : 263). Des comportements, mais aussi des formes spatiales subsistent, même s’ils ont été déclarés obsolètes. Pour utiliser un raccourci, nous ne sommes pas tous et toujours contemporains de notre époque82.

  • 83 « Mais bientôt, nous aurons achevé la modernisation, liquidé ces îlots [de barbarie] et nous serons (...)

118On peut ainsi rendre compte du succès et de l’efficacité, dans les polémiques, de l’adjectif « archaïque »83. Être d’un autre temps que le sien, même pour une partie seulement de ses comportements, est à la fois chose commune et sacrilège anti-moderne.

119L’antimonde forestier est un espace qui a l’apparence de l’irrationalité économique, de l’aberration scientifique (les risques naturels en l’absence de gestion que craint B. Kayser, voir supra) et de l’inefficience technique. Pourtant, c’est un espace qui est l’objet de pratiques économiques qui trouvent leur logique dans l’économie de la sphère privée, un espace où on retrouve toute la gamme des savoirs populaires dévalués (Mission du patrimoine ethnologique, 1983), parfois rebaptisés ethno-savoirs (la connaissance des variétés de châtaignes, par exemple, ou bien les plantes comestibles), un espace enfin qui peut fournir, en quantités artisanales, des produits technologiquement imparfaits mais dont on tire localement parti. L’antimonde forestier est un espace chronologiquement en décalage, en position d’abri par rapport à l’espace public de discussion mais sociologiquement utile.

La forêt privée : une forêt de l’entre-deux ?

120La diversité des forêts aveyronnaises rend difficile l’application de catégories. Paul Arnould (1988 et 1996) a proposé une classification qui oppose les « nouvelles forêts » aux « vieilles forêts ». Ces deux pôles n’épuisent pas la totalité des situations rencontrées ; une catégorie intermédiaire, « les forêts de l’entre-deux » s’est intercalée. Ce schéma ternaire présente l’avantage de se substituer efficacement, sur le plan géographique, à un tercet forestier ultra-fonctionnaliste devenu obsédant : forêt à fonction productive, forêt à fonction de protection, forêt à fonction sociale. Au début de ce travail il nous paraissait plausible de classer les forêts du Rouergue dans la catégorie « forêts de l’entre-deux ». En effet, on n’y retrouvait rien qui puisse se comparer aux grandes et anciennes forêts domaniales du Bassin parisien, pas plus qu’on y repérait des surfaces enrésinées comparables aux grandes opérations menées en Sologne, en Champagne ou, a fortiori, dans les Landes. En revanche il y avait prolifération de forêts paysannes, de bois et bosquets insérés dans l’espace agraire et intégrés aux anciens systèmes productifs paysans. Avec du recul et à mesure que la réflexion faisait son chemin, il nous est apparu que les « vieilles forêts » existaient bien, même si, au plan national, elles ne brillaient ni par leur célébrité ni par leur étendue. Les reboisements, dans les années trente puis pendant la période FFN, avaient mis en place une authentique « nouvelle forêt » de production. Les catégories d’appropriation ne clarifient pas beaucoup plus le tableau : il existe de « vieilles-forêts » privées, de « nouvelles forêts » publiques et nous avons vu que le xixe siècle a multiplié les mélanges et les transferts. Malgré tout, le terme « forêt de l’entre-deux » est connectable à une des caractéristiques majeures de l’espace forestier privé aveyronnais ? qui consiste en la résistance qu’il présente à la lisibilité et à l’interprétation. Intermédiaires ou hybrides, les forêts privées de la moyenne montagne rouergate le sont à bien des degrés : elles oscillent entre production et protection, entre gisement et patrimoine, entre domaine public et secret de famille, entre surinvestissement et abandon.

121La grande question est bien celle de la lisibilité de cet espace. Il s’agit de parcelles imbriquées et engagées chacune dans des cycles décalés de production de l’espace, dans des contextes stratégiques et parentélaires différents. Notre hypothèse de recherche, pour fixer ce kaléidoscope, est d’effectuer un travail de clarification des multiples logiques d’action des propriétaires : c’est le propriétaire qu’il s’agit de placer au cœur du dispositif de production de l’espace, c’est lui qui fait le lien entre l’espace concret, la sphère socioéconomique et l’espace public de discussion. La diversité des propriétaires et de leurs logiques d’action nous oblige à poser le problème de l’exercice du droit de propriété comme première clef de lecture de la production de l’espace forestier. C’est par un travail à très grande échelle, au niveau des parcelles cadastrales, des propriétaires et de leurs « histoires de vies » qu’on pourra tenter l’archéologie des décisions et préciser des modalités dans la production de l’espace forestier pour les confronter à des niveaux scalaires plus petits (massifs, régions forestières, département). Mais la propriété privée du sol, telle quelle est aujourd’hui, est montrée du doigt comme un des principaux blocages à une meilleure exploitation de la ressource bois. Elle constitue donc un nœud socio-géographique : les multiples propriétés et leur morcellement empêchent les économies d’échelle mais, à la fois, elles trouvent une certaine forme de légitimité en cela qu'elles constituent un des liens qui fondent le rapport au territoire d’individus et de ménages en nombre croissant depuis un siècle.

122Ce travail sur les logiques d’action des propriétaires privés devrait révéler à quel point la question de l’appropriation du sol, sous ses diverses catégories, de la propriété privée au concept étendu de patrimoine, est un ressort fondamental des dynamiques géographiques. L’espace public de discussion joue un pôle essentiel, car c’est à ce niveau que les discours se légitiment ou se délégitiment. Réussir à imposer un (son) discours est une des premières conditions pour peser sur l’action concrète et sur les dynamiques géographiques.

Notes

1 Kalaora, Savoye, 1986 : 119.

2 Source : direction départementale de l’Agriculture et de la Forêt.

3 Mesure locale dont l’équivalent, dans le système métrique, n’est pas évalué avec précision.

4 Terme passé en occitan : fusto désigne une poutre de charpente ou de construction.

5 Les toponymes et les patronymes dérivés de l’activité métallurgique et préindustrielle en forêt sont assez nombreux : Mouline, Ferrière, Verrière, Fargue, Farguette, Le Martinet...

6 1673 : Procès-verbal de la Réformation des Eaux et Forêts en la Maîtrise de Rodez. Dressé par Louis de Froideur, Grand Maître Enquesteur et Général Réformateur des Eaux et Forêts au Département de Toulouse. Ce rapport a été suivi, en 1714, d’un Procès-verbal de visite par Anceau, Grand Maître des Eaux et Forêts de Toulouse. (Archives départementales de l’Aveyron, cote B229.)

7 Plus précisément, il s’agit de forêts appartenant aux consulats, aux établissements hospitaliers et aux communautés d’habitants.

8 Cette précision est toute relative. Ainsi, au courant du xixe siècle, la contenance de l’ancienne forêt royale de Guiral (Sud-Aveyron) a été rectifiée et augmentée de 10 hectares.

9 « Les forêts de minime étendue, disséminées de toutes parts, dévastées par les délits, sans cesse diminuées par les usurpations, qui constituaient le domaine royal, ont été remplacées par des forêts généralement de grande étendue, qu’il est plus facile d’améliorer et de surveiller » (Vigarié, 1930 : 348, d’après Buffault).

10 Cité dans : Vigarié, 1930 : 349.

11 Les statistiques présentées proviennent de deux rapports du ministère des Finances : la Nouvelle évaluation du revenu foncier des propriétés non bâties de la France faite par l’administration des Contributions directes en exécution de la loi du 9 août 1879 (Paris, Imprimerie nationale, 1883) et l’Évaluation des propriétés non bâties faite par l'administration des Contributions directes en exécution de la loi du 3 décembre 1907 (Paris, ministère des Finances, rapport Dumont).

12 .1,3 m3par ha et par an pour le Causse comtal, le Levézou et le Ségala (Buffault, 1909 : 44) où dominent les « taillis peu productifs, exploités à de courtes révolutions ».

13 Le furetage est une technique qui était pratiquée dans les hêtraies, au début du xxe siècle, dans le Morvan, les Pyrénées, le fura suisse et quelques secteurs du Massif central. Cela consiste à ne couper, sur chaque souche, qu’un tiers des tiges, ceci pour ménager les taillis de hêtres, espèce rejetant moins aisément de souche que le chêne, par exemple.

14 René Lamorisse soulignait à propos de la forêt des Palanges que la proximité de la ville de Rodez et les besoins en bois des artisans engendraient un commerce de bois de chauffage qui a permis de maintenir des effectifs nombreux, dans cette région, jusqu’au début du xxe siècle. (Lamorisse, 1966 : 38). Dans Les paysans, le contexte forestier est marqué par l’alimentation en bois de la ville de Paris. (Voir aussi : Deffontaines, 1966 : 1363-1364).

15 Kalaora, Savoye, 1986 ; Nougarède, 1995 ; Larrère, Brun, Kalaora, Nougarède, Poupardin, 1981.

16 Nous utiliserons désormais ce sigle pour : Archives départementales de l’Aveyron.

17 « Deux obstacles majeurs la freinent [comprendre la substitution de la lande aux conifères], que l’on trouve toujours associés en milieu rural traditionnel : la routine et l’absence de capitaux. » (Lamorisse, 1966 :45)

18 La châtaigneraie est un sujet qui est traité dans des ouvrages sur l’agriculture, comme, par exemple, le Manuel élémentaire de pratique de l’agriculture à l’usage des cultivateurs de l’Aveyron, de M. Marre, publié vers la fin du xixe siècle à Rodez. (Marre, s. d.)

19 Mais aussi de nombreuses moyennes montagnes de l’Europe du Sud, en Corse, dans les Asturies (Espagne du Nord-Ouest, en Italie centrale).

20 ADA, B 78.

21 Guizard (de) F., 1846.

22 Guizard (de) F., 1846.

23 Boscary G., 1909.

24 Boscary G., 1909.

25 Boscary G., 1909.

26 Selon les sources, la forêt privée représenterait 90 %, 91,25 % ou 96 % du total des surfaces boisées.

27 Voir Marty, 1996-a pour une comparaison entre l’évolution vers l’enrésinement dans le Levézou et dans les Hautes-Fagnes (Ardenne, Belgique). En Belgique, les premières expériences de reboisement par des essences exotiques se font dès la fin du xviiie siècle.

28 De Monseignat, op.cit. :« Si c’est une si bonne chose, pourquoi plante-t-on si peu ?Eh !Mon Dieu ! parce que vous dites de planter des arbres à ceux-là mêmes qui les ont arrachés. » (p. 27)

29 On retrouve dans ce souci la trace de l’influence de la pensée de Le Play sur Paul Buffault.

30 En 1990, les formations boisées de protection totalisent seulement 26 hectares en Levézou (source : Inventaire forestier national).

31 Par application d’une loi du 10 août 1904, les travaux de reboisement à entreprendre sur 506 ha, dans le périmètre de Rivière-sur-Tarn, sont déclarés d’utilité publique. « On n’aperçoit sur toute l’étendue des versants que des marnes glissantes, de couleur verdâtre, coupées de ravins profonds dont les berges sont taillées à pic, et dans lesquelles s’accumulent les blocs arrachés par les eaux aux falaises supérieures et les dépôts détritiques, jusqu’à ce qu’ils soient entraînés dans le Tarn. » (Buffault, 1909 : 60)

32 « Il y a sur le Levézou une superficie de 15 à 20 000 ha qui manque de vie et qui cependant pourrait être facilement transformée en un important massif forestier. » (Vigarié, op. cit. : 360)

33 Gaubert, 1937 : Boisement des terrains incultes et des terrains de bruyères dans l’Aveyron. Rodez, Subervie, 16 p. (ADA 15-B-1-8).

34 Gaubert, 1937.

35 On a rédigé plusieurs de ces guides, selon un découpage régional empirique, de façon à couvrir l’ensemble de l’espace français.

36 Meynier, observateur attentif, instruit par l’exemple ségali, sait que la régression des espaces de landes n’est pas continue : dans ce recul qu’il interprète comme un progrès, il y a des coups d’arrêt liés aux échecs ou aux réussites des expériences agricoles ou à la conjoncture, aux prix du marché : « Les conditions économiques actuelles provoquent par endroit une avancée nouvelle de la lande et la sagesse invite à limiter les déboisements et à tenter, dans les terres les plus inutilisables, la reconstitution d’une nouvelle forêt. » (Meynier, op. cit. : 228)

37 Suite aux inondations importantes de 1930, le préfet de l’Aveyron avait demandé à l’administration forestière des mesures urgentes.

38 Seulement 5 % de ce domaine est boisé.

39 Soit une diminution de 20 % environ.

40 « Les forêts particulières, nombreuses mais en général de faible superficie et de peu de valeur, ne sont ordinairement l’objet d’aucun aménagement. La fréquence et l’importance des exploitations auxquelles elles sont soumises dépendent le plus souvent des besoins d’argent de leur propriétaire. » (ministère de l’Agriculture, 1960 : 82)

41 Il s’agit, pour le premier inventaire, des reboisements de moins de 25 ans et, pour les deuxièmes et troisièmes cycles, des reboisements de moins de 40 ans.

42 Pour une justification de l’utilisation du féminin accrues, voir Ingénieries EAT, n° hors série 1999 : Boisements naturels des espaces agricoles en déprise, p. 6.

43 Soit un peu plus de 500 hectares situés essentiellement sur le Levézou.

44 Société d’aménagement foncier Aveyron-Lot-Tarn.

45 L’exemple du Levézou et de l’évolution de ses paysages depuis la fin du xixe siècle est tout à fait éclairant de ce point de vue. (voir : Marty, 1996-a)

46 La définition administrative d’une commune de montagne, en France, exige une altitude moyenne de 600 m et des dénivelés de 400 m entre le point le plus haut et le point le plus bas de la commune.

47 Ces conditions particulières de relief et de d’altitude donnent à la région plus de traits phyto-géographiques communs avec d’autres pays du Massif central qu’avec le Piémont. L’histoire de la mobilité des aires de répartition des résineux, d’après la palynologie, montre que les résineux sont moins présents dans les flores du sud-ouest du Massif central : le pin sylvestre et le sapin pectiné dans une mesure bien moindre sont les seuls résineux considérés comme spontanés. Une des raisons de cette moindre représentation (Lemée, 1953-a et 1953-b) tient au temps qui a été nécessaire à la migration vers l’ouest et le sud-ouest de certains résineux (épicéa, mélèze). Pour les arbres subalpins d’Europe centrale (épicéa, pin noir d’Autriche, pin cembrot, mélèze), le fossé rhodanien a été un obstacle infranchissable. Pour la paléoflore des Grands Causses : voir Vernet, 1990.

48 Même si le phénomène n’est pas particulier à la moyenne montagne. Voir, sur le problème des gélivures sur les chênes en Moselle : Cinotti, 1991.

49 L’autre bastion du reboisement en Aveyron est la région des monts de Lacaune.

50 Sur terrain peu accidenté, on peut utiliser des machines qui, conduites par un seul ouvrier, coupent les arbres, les débitent à la longueur voulue, les écorcent et calculent les volumes.

51 Dans la région, le prix du bois d’industrie, à condition de fournir une quantité suffisante pour remplir un camion de 25 tonnes, se situe souvent dans la fourchette 20 à 50 F/tonne (164 à 328 euros).

52 Trop, peut-être, aux vues de certains. Sur le problème de l’ensauvagement de l’espace agricole et sur les dynamiques naturelles de reforestation, voir : Larrère, 1978 et 1993.

53 3 348 ha en forêt domaniale ; 4 164 ha en forêt communale.

54 11 034 ha en forêt domaniale ; 8 933 ha en forêt communale.

55 Estimation du responsable de la coopérative Sylva Rouergue.

56 Source : DDAF. (SCEES.). Chiffres de 1981.

57 Source : brochure du ministère de l’Agriculture : Le travail des agriculteurs en forêt.

58 Et cela, qu’il fasse sa déclaration au forfait ou au réel.

59 « Je me considère complémentaire des entrepreneurs forestiers, car je prends surtout des petits chantiers, mes clients sont propriétaires. » Un agriculteur effectuant des travaux de sylviculture (Lacombe, 1996 : 14).

60 « Mais encore faut-il le récolter [le bois d’une exploitation agricole] de façon à remplacer ces peuplements vieillissants à faible croissance par une véritable forêt de production » [souligné par nous] (Lacombe, 1996 : 14).

61 À titre d’exemple, lors des nombreuses journées que nous avons passées en forêt pour notre travail de relevés de terrain, nous n’avons pas aperçu plus d’une demi-douzaine de personnes.

62 « On peut dénoncer la “Demande sociale d’environnement” comme purement manipulatoire, comme une création des “offreurs” pour justifier leur action. » (Thiebaut, 1989 : 269)

63 Voir : Bouchon, 1984.

64 « Il faut préférer ce qui est impossible mais vraisemblable à ce qui est possible mais non persuasif. » Aristote, cité dans Ricoeur, 1983 : 100.

65 Source : Groupama d’Oc.

66 « Tout pouvoir de violence symbolique, i.e. tout pouvoir qui parvient à imposer des significations et à les imposer comme légitimes en dissimulant les rapports de force qui sont au fondement de sa force, ajoute sa force propre, i.e. proprement symbolique, à ces rapports de force. » (Bourdieu, Passeron, 1970 :18) « Le discours commun à tous les faiseurs d’opinion veut que la désertification des campagnes soit la conséquence de la disparition des services (...) ». (Kayser, 1995 : 13)

67 Réseau d’espaces forestiers d’intérêt régional. Malgré le dépouillement que nous avons fait du quotidien Centre Presse jusqu’à l’été 1997, nous n’avons pas retrouvé trace de ce projet.

68 « Il y a le musée consacré à un territoire dont il voudrait capter les différents éléments, géographiques, historiques, ethnographiques, maintenus en état de “fonctionnement” grâce à la participation, au-delà des spécialistes, d’une partie de la population concernée. L’écomusée correspondrait peut-être à cette catégorie. » (Pommier, 1991 : 147)

69 Le PNR des Grands Causses correspond au sud du département de l’Aveyron.

70 Voir A. Micoud (1980) pour une interprétation magistrale de l’avant-propos de la charte du parc du Pilat, près de Saint-Étienne.

71 Association de préfiguration du PNR des Grands Causses, 1994.

72 « Enfin, qui dit nouveaux usages dit nouveaux conflits d’usage. Chacun a à cœur de légitimer ses pratiques et de dévaloriser celles des autres. » (Stéphan, Larrère, 1994 : 116)

73 Quels sont les arbres types des Grands Causses et des régions qui constituent le parc ? Voir le débat à propos du sapin pectiné dans Prioton, 1973 et Prioton, 1974.

74 Hebdomadaire d’annonces légales et d’opinion publié à Rodez.

75 Sous-titrée « Trimestriel du département de l’Aveyron » mais publication officielle du conseil général.

76 On peut souligner l’insistance dans l’usage des figures littéraires apparentées à des tropes : le résultat, ici, est l’impression d’un lien naturel et même naturaliste entre une activité et un espace (« racines », « fibre »).

77 Après que les landes tourbeuses et autres milieux humides eurent été très fortement éliminés au profit de l’espace agricole par drainages, voir Marty, 1996-a.

78 « Ces données, fruit d’une importante mobilisation “citoyenne” n’ont pas la prétention de la rigueur scientifique. » (SOLAGRO, 1996 : 11) Notons que sur huit départements que compte la région Midi-Pyrénées, seuls, deux conseils généraux n’ont pas apporté leur soutien à SOLAGRO pour cette initiative : le conseil général de la Haute-Garonne et le conseil général de l’Aveyron.

79 Communication personnelle de M. Nadeau (IFN, Montpellier).

80 Sur la concurrence agriculture/forêt, voir : Robert, 1992.

81 Le mot a été utilisé chez les géographes, dans un premier temps pour désigner une « perte de culture et d’apprentissages par une population, en général par excès d’isolement ou à la suite d’un transfert, avec rupture des liaisons et références antérieures » (Brunet, Ferras, Théry, 1993 : 187).

82 « Le progrès moderne n’est pensable qu’à condition que tous les éléments qui sont contemporains selon le calendrier appartiennent au même temps. » (Latour, 1994 : 99)

83 « Mais bientôt, nous aurons achevé la modernisation, liquidé ces îlots [de barbarie] et nous serons tous sur une même planète, tous également modernes, tous également capables de profiter de ce qui seul échappe pour toujours à la société : la rationalité économique, la vérité scientifique, l’efficience technique. » (Latour, 1994 :179) Il faut rétablir, à la lecture de ce fragment, le ton ironique du paragraphe dont il est extrait.

Table des illustrations

Légende carte 17. Régions forestières, département de l’Aveyron (découpage IFN)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30787/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende figure 4. Évolution des superficies forestières en Rouergue depuis la fin du xviie siècle
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30787/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 388k
Titre La châtaigneraie en Aveyron entre 1809 et 1923
Légende 1. Non compris les bois et forêts de l’État.2. Forêts (toutes catégories de propriété) et châtaigneraies sont comptabilisées ensemble.3. divergence des chiffres donnés dans le même ouvrage.Note 2121Note 2222Note 2323Note 2424Note 2525
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30787/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Légende carte 18 (A, B). Densités de population par commune (hab./km2), 1911 et 1946
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30787/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Les reboisements depuis 194541
Légende Source : IFN.(1) : Dans un autre tableau statistique de l’IFN, les « boisements de moins de 25 ans en terrainnu » sont divisés en boisements artificiels (8 400 ha) et « boisements naturels » (2850 ha).Total : 11 250 ha.(a) : plantations entraînant une extension de la surface boisée.(b) : plantations n’entraînant pas d’extension de la surface boisée (substitution d’essences).
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30787/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Légende figure 5. Évolution de la superficie forestière aveyronnaise par types de peuplement (1966-1978-1990)
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30787/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Types de peuplements forestiers. Évolution des superficies (1963/1966-1990)
Légende Source : IFN.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30787/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 196k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540