Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Forêts et sociétés

 | 
Pascal Marty

Introduction

Texte intégral

1Il n’est ni original, ni nouveau de tenter de démontrer que la forêt est aussi une construction humaine. En revanche, il est légitime de s’interroger sur le lien entre les forêts et les hommes qui les possèdent. « Est maître des lieux celui qui les organise », lisait-on dans certaines publicités pour le métro parisien. On peut retourner la formule : organise les lieux celui qui en est le maître. Il y a donc une question de pouvoir entre les hommes et les forêts : être le possesseur c’est se voir reconnaître un droit d’organisation des lieux, droit qui est soumis à certaines limitations par le pouvoir organisateur (l’État). Le lien de propriété privée en tant qu’il conditionne les processus de production et de reproduction de l’espace forestier s’impose donc comme premier objet de recherche.

2Ce travail est centré sur la forêt aveyronnaise. Il puise là des exemples et un corpus de situations qui alimentent la réflexion. Mais on aurait pu travailler ailleurs, en moyenne montagne ou en plaine. Le macroscope aveyronnais est très intéressant parce que la propriété privée y est plus développée qu’ailleurs, parce que la forêt y est en forte croissance, croissance qui génère une extension du nombre des propriétaires et enfin parce que la forte hétérogénéité de l’espace forestier légitime la proposition d’une interprétation de l’espace « naturel » qui soit en rupture avec une lecture bio-écologique et qui fasse une place aux processus sociaux, culturels voire politiques. Ce travail porte donc sur la complexité du lien forêts-sociétés, sur la question des pratiques sociales de la nature. Mais la forêt s’assimile-t-elle sans risque à la nature ?

  • 1 Une ville est aussi un espace encadastré, attribué et que les individus et la société ont construi (...)

3Le couple forêt-nature n’est, a priori, disgracieux pour personne : si les types d’espaces étaient classés sur une échelle qui varierait du plus naturel au plus artificiel, nombreux seraient ceux qui placeraient aux deux extrémités la ville et la forêt, la première construite à partir de rien et sans cesse transformée par les hommes, la seconde, empire de la permanence, des régulations lentes, écrin pour la faune et la flore sauvage. Or ces représentations ne résistent guère au plus sommaire examen. L’histoire des forêts en Europe occidentale est le récit de la dénaturation de la nature, l’histoire d’une prise de possession et d’un contrôle par les sociétés. Un contrôle qui passe d’abord par la définition de limites, par la mise au point d’un quadrillage au sol, par la régulation des droits d’usage et d’exploitation, par l’établissement d’une liste des ayants droit et des possesseurs. La scène primitive forestière est la mise en œuvre d’un cadastre : une liste de titulaires et un plan des limites de parcelles. Les sociétés ont ainsi domestiqué et socialisé une forêt considérée comme un réservoir de ressources puis, plus tard, de produits à vendre. Ainsi, même si les contraintes naturelles ne disparaissent pas pour ce qui est de l’aménagement du milieu, la forêt reste une production humaine parce que chaque parcelle a été transformée à la convenance1 de son possesseur.

  • 2 À titre d’exemple, l’excellent manuel de G. Rougerie sur les milieux forestiers (Rougerie, 1983) c (...)
  • 3 « (...) même à cette époque [xviie et xviie siècle] la géographie avait déjà un double champ parti (...)
  • 4 Arnould, 1994 ; Corvol, 1987 ; Da Lage, 1995 ; Lamorisse, 1962 ; Lantorisse, 1966. En mai 1996, le (...)
  • 5 Descola, 1986. Voir aussi : Descola, 1985.

4Lorsque les graines de ce travail ont été mises en terre, nous pensions qu’il était important d’insister sur les déterminants humains des dynamiques végétales, sur ce que certains manuels de géographie physique éliminent un peu vite en un rapide appendice2 sur les « facteurs anthropiques. » Très vite il est apparu qu’après des siècles d’agriculture, de chasse, de foresterie, de défrichements et de replantations, il fallait se méfier de l’adjectif naturel accolé à des mots tels qu’espace ou à plus forte raison forêt. En outre, la littérature géographique3 sur le thème de la part de l’humain et du naturel dans l’évolution et le fonctionnement des espaces forestiers est riche4. Que l’homme et les sociétés aient un rôle immense pour expliquer les caractéristiques des milieux naturels est un fait avéré même pour les terres forestières les plus reculées et les moins peuplées de la planète. La très impressionnante étude de Philippe Descola sur les indiens Achuars et leur pratique de la forêt amazonienne, dans des secteurs très isolés, à la frontière du Pérou et de l’Équateur, est là pour le démontrer5. Si nature il y a, il ne peut s’agir que d’une nature domestique pour reprendre le titre de l’ouvrage de Philippe Descola. Les sociétés ont imposé leur marque, plus ou moins durable, dans toutes les forêts du monde. Plus rien n’était à démontrer en ce domaine, a fortiori dans les régions anciennement occupées et transformées d’Europe occidentale.

  • 6 C’est ce que révèlent notamment les travaux menés par M.-C. Maurel et l’équipe « Mutations des ter (...)

5Malgré tout, en mettant la forêt privée sous les projecteurs, il est possible de repousser le front pionnier et défricher des terres de quelque fertilité. Aussi le véritable objet de cette étude n’est pas l’espace forestier privé lui-même mais les rapports complexes entre les propriétaires, leurs pratiques, leurs forêts et les institutions forestières. On a choisi de fédérer cette problématique sous les vocables « appropriation et production de l’espace. » « Appropriation » parce que le lien de propriété privé semble essentiel et concurrent avec d’autres formes d’appropriation (symbolique, économique...). « Production de l’espace » parce que la forêt privée des moyennes montagnes n’est pas seulement sous l’influence des hommes, mais que, bien plus, elle est le résultat des projets humains, elle est construite au cours d’un processus. Réfléchir sur l’originalité de la forêt privée en tant qu’espace ainsi que sur le rythme de ses transformations implique en effet d’analyser les structures humaines et sociales des espaces « naturels » en posant le problème fondamental de l’appropriation de l’espace. Le mode d’appropriation est une variable essentielle dans les dynamiques spatiales6. Il ne paraît pas trop audacieux de poser comme hypothèse que les dynamiques de la forêt privée ont leur explication dans l’action des propriétaires sur leurs propriétés respectives : pour vérifier cette hypothèse il est nécessaire de confronter des informations de type bio-écologique à des informations de type sociologique, et ceci en travaillant à plusieurs échelles (parcelle cadastrale, massif, commune, petite région forestière et agricole, département). Mais pour donner toute leur valeur aux résultats de telles observations et ne pas rédiger une monographie dont les conclusions n’auraient aucune chance d’être exportées et testées ailleurs, il fallait un minimum d’appareillage conceptuel.

6Il faut désormais expliciter quel sens est donné aux concepts de production de l’espace et d’appropriation.

La production de l’espace

  • 7 Pour les recherches sémantiques nous avons utilisé essentiellement le Dictionnaire historique de l (...)
  • 8 On parle de production littéraire, artistique, touristique. Le mot devient presque synonyme de cré (...)

7Le verbe produire appartient au champ sémantique7 de la naissance : produire signifie d’abord engendrer, porter, puis rapporter au sens de fournir des bénéfices ; enfin il signifie occasionner et, au sens figuré, donner naissance ou donner un résultat. Le substantif production a la double acception d’action de produire et de ce qui est produit. Le sens d’action de produire a eu une fortune toute particulière en économie politique. Très classiquement, on entend par production le fait, par l’homme, d’approprier à son usage la matière et les forces de la nature. Il s’agit d’un processus où entrent en jeu trois agents : la nature (l’ensemble des forces et des moyens naturels), le travail et enfin le capital (réserves constituées par les économies en argent, les machines, les outils mais aussi le savoir et l’information). En quoi ce concept déjà ancien, utilisé sans restrictions8 et parfois contesté (Baudrillard, 1975) est-il d’une quelconque utilité pour un géographe travaillant sur la forêt privée ?

  • 9 Lefebvre, 1974, a.
  • 10 Lefebvre, 1974, b. Ce livre est une réédition d’un ouvrage de 1968, Le droit à la ville, suivi d’a (...)

8Rappelons d’abord que l’un des concepts fondamentaux de la géographie est celui de production de l’espace. L’expression prend pied dans le débat public en 1974 lorsque paraît le livre d’Henri Lefebvre, La production de l’espace9. Livre nourri de réflexions qui portent surtout sur le phénomène urbain10, il a pour auteur un très bon analyste des bases marxistes de l’économie politique doublé d’un lecteur attentif des textes philosophiques. La lecture de cet ouvrage est d’une difficulté à la mesure de ses ambitions : penser les rapports entre la société, la politique, l’histoire et l’espace des hommes. Volontairement brut, l’axiome de base de la réflexion est :

« L’espace (social) est un produit (social) » (Lefebvre, 1974 : 35).

9De plus, très intéressante, pour qui s’intéresse en géographe aux milieux naturels, est l’idée que la production de l’espace est indissociable de l’élimination de la nature. Apparemment évidente lorsqu’il s’agit de la ville, cette position est aussi valable pour l’espace rural ou forestier.

« Qu’est-ce que la nature ? Comment la ressaisir avant l’intervention, avant la présence des hommes et de leurs outils ravageurs ? La nature, ce mythe puissant, se change en fiction, en utopie négative : elle n’est plus que la matière première sur laquelle ont opéré les forces productives des sociétés diverses pour produire leur espace. Résistante, certes, et infinie en profondeur, mais vaincue, en cours d’évacuation, de destruction... » (Lefebvre, 1974 : 40).

10Il faut immédiatement préciser que, lorsqu’on parle de l’élimination de la nature on ne veut pas dire que le milieu physique et l’environnement n’existent pas. La vie et la reproduction des espèces végétales dépendent de facteurs et d’interactions biotiques et abiotiques. Mais, à partir du début de l'Holocène, les êtres humains constitués en sociétés d’agriculteurs n’ont cessé de domestiquer plantes et animaux afin d’étendre et de perfectionner leur pratique de l’agriculture. En d’autres termes, l’évacuation de la nature se fait au profit d’une nature de substitution, reflet déformé de la précédente, indissociable désormais d’un processus de stratification sociale :

« Il faut remonter à quelque cinq millénaires pour trouver à l’Europe une couverture forestière dont l’ensemble puisse être tenu pour authentiquement climacique, héritière du libre jeu combiné des évolutions phytogénétiques et des réponses aux variations des conditions de milieu. » (Rougerie, 1983 : 144)
« La domestication a été le point de départ d’une longue transformation de nombreux paysages naturels en paysages culturels, d’où est née une deuxième nature. » [...] « [Les cultures fondées sur l’agriculture] avaient en commun la production, par les cultivateurs, d’un surplus économique confisqué et utilisé par une autre classe sociale » (Roberts, 1996 : 574).

11Le fait que chaque société produise son espace et que le passage d’une manière de produire à une autre s’inscrive dans l’espace en le modifiant est à la base de la géographie. Les hommes transforment la surface de la Terre par leur activité et ont créé leur espace. Ils le produisent. Si l’on décide de récuser ce point de vue, il n’y a plus que des sciences naturelles et la géographie, bannie des sciences sociales, meurt.

  • 11 « Toute société, par le seul fait qu'elle existe, produit. [...] Et elle produit de l’espace » (Br (...)

12C’est peut-être d’ailleurs pour cette raison que la notion de production de l’espace tient une large place dans l’effort de Roger Brunet pour donner à la géographie une base théorique (Brunet, 1990 : 12-75 ; Brunet, Ferras, Théry, 1993). Influencé par la systémique et refusant les relations trop simples de cause à effet, l’auteur propose un schéma (figure 1) où la production de l’espace est illustrée par l’association d’actions, de modes de gestion et de structures spatiales. Appropriation, exploitation, échange et habitat sont les quatre actions fondatrices. De leurs relations deux à deux naissent des actes géographiques : des biens sont produits, puis circulent ; un espace est modelé puis des lieux sont reliés pour fonctionner ensemble (réseau). Ce schéma a l’ambition de proposer un raccourci de ce qui fonde la géographie11 : des hommes organisés en sociétés prennent possession d’un espace et en font leur territoire : par leur travail, ils génèrent des biens et des flux mais ils façonnent, transforment – parfois radicalement – l’espace qu’ils habitent.

13L’espace forestier s’intègre dans ce schéma. Il est approprié et exploité, intégré à des flux et connecté à des réseaux. Pour un travail sur les dynamiques de la forêt privée, le concept de production de l’espace est donc primordial car il met l’action des hommes au centre du système : la forêt est un espace construit par la sédimentation des actions d’individus inscrits dans la société, engagés dans ses contradictions et dépendants de ses systèmes de valeurs. Mais au-delà de la production de cette seconde nature, tellement humaine, se pose le problème de la perpétuation des caractéristiques spatiales dans le temps. Comment l’espace forestier dure-t-il ? Comment, pour paraphraser Spinoza, persévère-t-il dans son être ?

FIGURE 1. Le système de production de l’espace d’après R. Brunet

  • 12 « La situation a changé : le mode de production capitaliste doit se défendre sur un front beaucoup (...)
  • 13 Sur la notion de reproduction en sociologie : Bourdieu, Passeron, 1970 ; Passeron, 1991 : 89-109 ; (...)

14Pour revenir à la figure illustrant le concept de production de l’espace commentée plus haut, on voit apparaître une extension du concept de production de l’espace, celui de reproduction. Le mot est usuel au sens de reproduction biologique des espèces. La démographie l’a intégré à son vocabulaire. Il a été adopté par le lexique de l’économie politique : reproduction de la force de travail puis, chez H. Lefebvre, re-production des rapports de production, expression dont le ton peut paraître désuet mais qui pose le problème des mécanismes qui permettent la survie et la continuité d’une organisation sociale12. Les sociologues13 ont tenté de formaliser les efforts que certains groupes mettent en œuvre pour perpétuer leurs conditions d’existence : stratégies matrimoniales, choix des institutions pour l’éducation des enfants, contrôle et censure sur le plan des comportements (vêtement, langage).

« En [un] sens minimal, le concept de reproduction ne renvoie qu’aux stratégies et intérêts des agents définis par leur position dans un système, aux instruments d’action (institutionnels ou culturels) dont ils sont dotés par cette position, et aux fins qui sont stabilisées par la « routinisation » de l’action sociale, telle qu’elle se manifeste en toute continuité » (Passeron, 1991 : 90).

« La force d’autoreproduction dont on peut créditer un système social (...) ne désigne évidemment pas une entité métaphysique, (...) elle n’a rien de commun avec la force organique de reproduction des structures dans l’engendrement biologique » (Passeron, 1991 :92).

15En géographie, les réflexions menées par certains chercheurs ont abouti aux notions de « reproduction simple » et de « reproduction élargie » (Damette, Scheibling, 1997 : 85-96). Sur un plan géographique, qu’appelle-t-on la reproduction de l’espace ? Si l’espace est le fruit d’une production sociale qui met en jeu des actions et des relations, la stabilité n’est pas garantie. L’exemple en est fourni par les oscillations de la courbe de la superficie forestière au xixe et xve siècles en Europe occidentale (Gadant, 1994) : épidémies, guerres, crises démographiques et climatiques ont remis en cause les progrès agricoles de la période précédente et quantité de terres conquises pour l’agriculture sont retournées à la forêt.

16La puissance publique peut mettre en œuvre des régulations qui ont pour objectif d’assurer dans le temps la survie ou la continuité de l’organisation sociospatiale. Il s’agit d’actions de type juridique (la loi sur la restauration des terrains de montagne, sur le plan forestier, par exemple, qui visait à empêcher l’érosion des sols donc – pour simplifier – à perpétuer les conditions de la vie rurale en montagne). Mais il faut prendre en compte l’inertie et la résistance des populations face à des politiques volontaristes (voir Charbonneau, Padioleau, 1980, pour un exemple récent, à propos de la réglementation des défrichements de forêts). Ce qui est donc en question, c’est le changement dans les caractéristiques de l’espace géographique, la re-production de l’espace étant le processus par lequel un espace tend à conserver les attributs de la période précédente, parce que le groupe social qui le contrôle et en perçoit les bénéfices a partie liée avec cet espace. On peut prendre comme exemple la question des réformes agraires en Amérique latine (Bataillon, Deler, Théry, 1991 : 73-74). La longévité des structures latifundiaires (estancias, haciendas, fazeindas) issues d’un partage très inégal de la ressource foncière et la résistance des grands propriétaires aux réformes agraires illustrent de façon parlante la re-production de l’espace dans la région (voir, supra, la citation de Passeron).

17Les notions de production et reproduction de l’espace forment un doublé conceptuel qui peut aider à réfléchir sur la forêt privée, à mieux la comprendre en tant qu’être géographique. En effet, l’évolution de la superficie forestière peut être formalisée comme un problème de production et de reproduction de l’espace. La mise en place de la châtaigneraie (Pitte, 1986) dans le sud du Massif central est le fruit de l’acclimatation d’une essence exogène, acclimatation tellement réussie que l’aire dans laquelle le châtaignier peut se maintenir en dehors de toute intervention humaine est plus étendue qu’on ne le pensait (Arnaud, Bouchet, 1995). Mais les vergers de châtaignier ont très largement perdu leur fonction nourricière et ont été abandonnés ou coupés à blanc : cela peut être interprété comme une crise de non-reproduction de l’espace. De la même manière, les mutations de l’agriculture dans les régions de moyenne montagne depuis 1945 ont eu comme conséquence le retrait de superficies importantes de la surface agricole utile. Il y a eu rupture avec les règles qui avaient cours pendant les périodes précédentes. On peut parler de crise rurale, de déprise agricole, mais ce qui est en jeu et ce qui s’observe est une non-reproduction de l’espace d’hier, un processus à l’arrêt, avec une alternative : l’ensauvagement ou le recyclage. Le recyclage de ces terres abandonnées en plantations de résineux a abouti à la mise en place de nouvelles forêts (Arnould, 1996) : il y a eu production d’un espace forestier fonctionnant avec de nouvelles règles, bénéficiant d’une nouvelle assise sociale, intégré dans de nouveaux circuits économiques. Lorsqu’on pose le problème de l’entretien de ces nouvelles forêts, du retard inquiétant dans les premières éclaircies, on pose un problème de re-production de l’espace. La sylviculture a ses propres mots pour évoquer ce processus ; elle parle de régénération. L’exploitation des hêtraies des monts du Levézou, en Rouergue, sans prévoir de stratégies de régénération ou en substituant au hêtre des résineux, pose un problème de production et de re-production de l’espace.

18Or, une variable essentielle intervient dans la production et la reproduction de l’espace forestier : le mode d’appropriation.

L’appropriation

  • 14 Traditionnellement on cite comme date de naissance des méthodes de sylviculture modernes en France (...)

19L’espace forestier est, comme l’espace urbain ou l’espace agricole, le résultat de l’intervention des sociétés sur le milieu naturel pour qu’il réponde à leurs besoins. Pour cela, le sol forestier est approprié, quadrillé en parcelles qui peuvent être des parcelles cadastrales ou des parcelles d’exploitation. Sur ces parcelles, les ayants-droit peuvent donner libre cours à un certain nombre d’initiatives : exploiter la parcelle à blanc, prélever certains arbres, planter des essences exotiques, attendre la pousse des rejets de souche ou bien même défricher et éliminer la forêt. Notre postulat est que l’espace forestier (privé et public) fonctionne sur des cycles de production/reproduction mais que ces cycles sont plus ou moins difficiles à percevoir en fonction du mode d’appropriation. En effet, en forêt publique, l’institution gestionnaire applique un certain nombre de règles de sylviculture qui visent à prélever de la matière première de telle sorte que l’équilibre ne soit jamais rompu : son rôle est de travailler à la reproduction de l’espace forestier. En forêt privée, tout est plus compliqué parce qu’à la place d’un gestionnaire institutionnel obéissant à un corpus de règles mises au point depuis longtemps14, les décisions sont prises par une personne privée, le propriétaire, à qui le droit accorde un certain nombre de prérogatives mais fixe aussi des limites.

20Quand l’espace est approprié sous le régime de la propriété privée, les interventions ont lieu selon des rythmes qui se calent sur ceux des itinéraires des individus et des groupes familiaux (héritages, besoins d’argent à certains moment de la vie, etc.). Cette constatation simple a, sur le plan géographique, une conséquence importante : lorsque les massifs forestiers appartiennent à de nombreux propriétaires, il en résulte une grande diversité du matériel biologique et de la physionomie végétale. De ce fait, la production de l’espace forestier est un fait multiforme qui engendre un espace qui présente de multiples nuances. Le régime de la propriété privée est un mode d’appropriation qui a pour résultat de combiner les catégories de l’espace et du temps de manière compliquée ; la lecture de l’espace en est rendue d’autant plus difficile. On postule qu’il est possible d’en proposer une lecture à partir de l’analyse et de la mise en forme des logiques d’actions des propriétaires. Or, ceci n’est possible qu’à condition de dépasser l’image d’un propriétaire isolé de toutes contingences et guidé par son seul libre arbitre.

Les dynamiques spatiales en forêt privée

21Ce qu’il s’agit d’éclaircir en étudiant la question de la production de l’espace en forêt privée est un processus conditionné par les relations complexes entre trois ordres ou trois sphères ou même trois espaces. Nous proposons une forme graphique pour ce concept qui diffère de celle commentée plus haut. La figure 2 est une tentative volontairement simplifiée de donner une forme à cette idée. La production de l’espace, acte fondamental de la géographie est à la rencontre de trois pôles : le pôle du débat public ou espace public, le pôle spatial ou espace concret et le pôle social ou espace socio-économique.

FIGURE 2. La production de l’espace

  • 15 Dans sa version allemande, l’ouvrage a été réédité dix-sept fois entre 1962 et 1991.
  • 16 C’est en réalité une thèse de sociologie dont le statut correspond à l’ex-doctorat d’État de l’uni (...)
  • 17 Sur ces aspects, outre les réflexions de Jürgen Habermas des années soixante (Habermas, 1993. Habe (...)

22Le pôle du débat public ou espace public . On trouvera peut-être que le mot espace est utilisé d’une manière abusive. L’usage en est proposé (notamment pour le pôle du débat public ou espace public) à partir du sens qu’il prend dans un ouvrage de Jürgen Habermas devenu classique15 (L’espace public, Habermas, 1993 [1962 pour l’édition originale]). Comme le souligne le sous-titre (Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise), ce livre est un travail16 – à la frontière de plusieurs disciplines : sociologie, histoire, science politique, philosophie – sur la constitution et le rôle de la sphère publique. L’utilisation du mot espace ne doit pas induire en erreur : espace public n’est pas employé comme synonyme d’espace pour tous, tel qu’on pourrait appeler une place, un jardin ou un parc un espace public. Quand Habermas parle d’espace public, il évoque le principe de publicité, d’abord conçu comme un mécanisme de contrôle opposé à une pratique du pouvoir politique assis sur le dogme du secret d’État. L’espace public est donc plus qu’un lieu ou une série de lieux, c’est toute la dimension publique d’une société. On peut y inclure tout ce qui concerne les dispositifs de discussion collective et publique des questions d’intérêt général : discussions et débats publics, lieux où se déroulent ces débats, qu’il s’agisse de lieux concrets ou de supports tels que journaux, radios, mass medias. Bien évidemment il ne s’agit pas d’une agora idéale où la raison émerge du débat collectif dans toute sa pureté ; l’espace public de discussion s’est converti en un lieu où des groupes peuvent user de toutes les armes afin d’amener l’adhésion du public à leur point de vue. Autrement dit, il s’agit de lieux où se fait, se défait et se manipule l’opinion17. Ce qui est en jeu dans l’espace public, c’est l’élaboration de la norme. On utilise d’ailleurs parfois, comme raccourci, l’expression opinion publique. Mais cela n’est pas sans quelque ambiguïté :

« Le syntagme « opinion publique » revêt un sens différent selon qu’on le revendique en tant qu’instance critique face à la « publicité » imposée, corrélative de l’exercice du pouvoir politique et social, ou selon qu’on s’en sert pour désigner l’instance « réceptrice » de la « publicité » de démonstration et de manipulation, vantant des biens de consommation, des programmes politiques, des institutions ou des personnalités » (Habermas, 1993 : 246).

23Habermas différencie nettement, en effet : la Publicité critique qui est à la fois une manière d’assurer la communication dans la société (le débat d’idées dans un public sachant faire usage de sa raison critique) et qui, par suite, est à la base d’un travail d’émancipation ; la publicité qui emprunte des aspects à la Publicité critique mais qui est instrumentalisée, c’est-à-dire qui effectue un travail de démonstration et de manipulation. L’usage de l’expression espace public permet d’éviter cette ambiguïté.

24Le pôle de l’espace concret. Par espace concret, on entend l’espace dans sa matérialité et dans sa dimension palpable d’objet tridimensionnel. Cette notion se rapproche de ce que les philosophes classiques appelaient l'étendue. Il s’agit des choses en soi. Concrètement l’espace concret peut être une ville avec les caractéristiques particulières de son bâti, de ses réseaux ; une montagne caractérisée par son altitude, par les orientations dominantes de ses reliefs, par ses nuances de végétation ; une forêt avec ses arbres d’âges et de tailles différents, avec ses nuances pédologiques ; un versant et ses degrés de pente, son orientation, son ampleur.

25Le pôle de l’espace socio-économique est donné pour exprimer les rapports et relations des hommes entre eux. Il s’agit des hommes et de leurs activités considérées sous le rapport dans leurs relations matrimoniales, commerciales, productives. Pour les sociétés industrielles contemporaines, le pôle de l’espace socio-économique désigne le fonctionnement très complexe d’une société aux multiples stratifications et aux nombreuses nuances ainsi que la production de biens et l’activité économique qu'elle déploie.

26Aucun des trois pôles, dans le processus de production de l’espace, n’est plus géographique que l’autre car les trois sont constitutifs de la géographie en tant que fait social (les rapports dialectiques entre des sociétés d’humains et leur espace). L’ensemble des liens qu’entretiennent ces trois pôles est d’une particulière complexité et ils contribuent à façonner l’espace et à générer une mobilité des formes repérables dans l’espace concret. Ainsi, la forêt privée est autant un espace concret (des portions d’espace où poussent des ligneux de tailles et d’espèces variées) qu’un espace socio-économique (des hommes possèdent, se répartissent les sols et exploitent les richesses de leurs forêts, puis les transmettent à leurs descendants) et qu’un espace public (le devenir, les caractéristiques et les fonctions de la forêt donnent lieu à un débat non continu et dispersé dans ses supports mais auquel est sommé de prendre part l’ensemble des hommes, au-delà de la sphère des propriétaires). La production de l’espace forestier privé (ou sa reproduction) se fait dans un aller-retour constant d’initiatives, de perceptions, de discours, d’échanges économiques et de décisions entre ces trois pôles.

27La forêt privée peut être lue à travers cette grille et il est possible de clarifier ainsi un certain nombre de relations et de situations. En particulier, il s’agit de répondre plus précisément à deux questions.

28I) Peut-on parier sur une clarification des logiques d’action des propriétaires pour fonder une lecture sociale de l’espace géographique complexe des forêts privées ?

  • 18 Ce qui implique de se faire défricheur : « Beaucoup de ces territoires déboisés portent des appell (...)
  • 19 Sur ce point on peut rappeler que le regard que portaient les Européens sur les villes d’Afrique d (...)

29L’espace de la forêt privée de moyenne montagne n’est pas un fouillis18 illisible dans lequel on ne retrouverait rien de la rationalité de la sylviculture d’État19. Certes, étudier la forêt des particuliers c’est d’abord se pencher sur un espace où le processus de décision est éclaté entre de multiples propriétaires et spécialement dans la moyenne montagne rouergate, où les petites et moyennes propriétés sont beaucoup mieux représentées que la très grande propriété qui est exceptionnelle ; par ailleurs un grand nombre de propriétaires entraîne une grande diversité des choix, des décisions de gestion et d’exploitation des forêts, donc une importante variété à l’intérieur même des massifs et des plages forestières divisées en un grand nombre de parcelles cadastrales. Mais l’enjeu se situe au niveau d’un travail de clarification et de mise en forme des logiques d’action des propriétaires. En travaillant à l’échelle de la parcelle, puis de la propriété et des propriétaires, on peut retracer, en parallèle avec des itinéraires et des parcours individuels, des cycles de production et de re-production de l’espace. Nous essayerons de montrer que ces liens entre les logiques d’action des propriétaires et les rythmes de transformation de l’espace forestier privé sont des clefs pour une intelligibilité à des niveaux d’échelle plus petits (massifs, département).

30II) Dans quelle mesure le caractère privatif de la forêt des particuliers est-il remis en cause par la notion de patrimoine et de gestion en bien commun ?

31Plusieurs indices sont disponibles pour poser cette question. Primo, il existe des objets géographiques forestiers au statut intermédiaire entre forêt privée et forêt publique : les Groupements forestiers constitués après la loi de 1954 qui sont des propriétés privées collectives, sous tutelle publique le temps que l’argent public investi soit recouvré. Secundo, il existe un débat public sur ce que doit être la forêt, sur le rôle que l’on veut lui faire jouer dans le contexte géographique local. Dans la région d’étude, les contraintes physiques typiques de la moyenne montagne (fortes pentes, contraintes climatiques) se combinent avec une importante extension de la superficie boisée liée à l’exode rural depuis le début du xxe siècle. Pour autant, la filière bois n’impose pas ses débouchés comme unique horizon de la propriété forestière. Le devenir de la forêt privée n’est donc pas fixé, il est en cours de discussion. Or, cette discussion met au centre du débat le mode d’appropriation de l’espace, la propriété forestière privée. En effet, si la forêt privée remplit des rôles présentés comme des missions d’intérêt général (récréation des urbains, protection d’un niveau acceptable de biodiversité, cadre favorable au tourisme rural), l’appropriation peut se comprendre dans le sens d’exercice du droit de propriété mais aussi dans le sens de l’appropriation de la forêt par la collectivité. Ceci se traduit dans le débat public par l’importance que prend la notion de patrimoine appliquée à la forêt. Cette notion permet ce glissement : le mot suppose qu’un groupe plus ou moins étendu, uni par des liens de parenté, doit transmettre un bien, si possible amélioré, à ses descendants. Présentée comme un bien patrimonial, la forêt se trouve liée à un dessein collectif.

  • 20 On précisera ultérieurement la notion de « forêt en liberté », notion par laquelle nous désignons (...)

32Cette question est d’une particulière importance ; la propriété privée forestière ne saurait se réduire à un verrou qu’il faudrait faire sauter, à une gêne pour une exploitation rationnelle des ressources forestières (bois, loisirs, écologie). La forêt privée peut aussi être analysée comme un univers secret. Dans la région où nous avons choisi de travailler, la forêt n’est pas massivement conçue comme un gisement de matière ligneuse à exploiter industriellement. L’activité économique s’y développe aux côtés d’autres logiques et dans une certaine discrétion. Les propriétaires parlent avec réticence de leurs possessions forestières qui sont au cœur de l’univers domestique et sur lesquelles ils agissent sans devoir ni avoir à rendre de compte à quiconque20. Ces attitudes seraient à confronter utilement à ce que certains géographes appellent l'antimonde. Que faut-il entendre par antimonde ?

  • 21 Ce texte est un extrait de l’article « antimonde « dans : (Brunet, Ferras, Théry, 1993 :35). Il re (...)

« (...) Quantité de terres sont ainsi comme étrangées du Monde, dans le temps long ou le temps court. Des propriétaires gardent en réserve des étendues qu’ils n’utilisent apparemment pas, qui sont retranchée de l’activité productive ou qui même n’y ont jamais été portées. Les unes sont des friches d’attente spéculatives : autour des villes surtout, ou dans les espaces touristiques en devenir, on attend que les prix montent ou mieux que la zone soit déclarée constructible. D’autres sont de véritables espaces de réserve : on ne sait ce que l’on en fera mais on s’oppose farouchement à toute implantation nouvelle qui les détournerait d’une finalité non pensée mais ressentie comme tout autre. Il en est même qui ne semblent avoir d’autre but qu’existentiel. Ils portent une affirmation de soi, comme ces porte-respect des héritages et des tactiques paysannes : une parcelle enclavée, éloignée, inutilisable à la limite, mais dont on ne se déferait pour rien au monde parce qu'elle est une gêne pour les autres, parce qu'elle vous fait donc “être”. (...) L’antimonde (...) reste épars en archipels enchevêtrés. Il est mal connu et veille à l’être. On pourrait l’explorer mieux : là sont les dernières terres inconnues, celles qui tentent les explorateurs. (...) il y a là de belles analyses spatiales à faire, et de belles révélations sur les stratégies territoriales (...) » (Brunet, Ferras, Théry, 1993 : 37)21.

33L’auteur pense surtout à une géographie de la criminalité, de l’économie souterraine, des paradis fiscaux et autres secteurs juridiquement peu contraignants, de la ségrégation dissimulée. Or, certains secteurs de la forêt privée participent aussi de l’antimonde : les logiques de décision y sont non-dites ; les pratiques commerciales souterraines ; le travail non-comptabilisé et non déclaré. La pratique y est relativement indépendante par rapport à l’idéologie dominante. On y pratique le silence, l’attente voire la ruse ; on y est à l’affût sinon à l’abri. La forêt des particuliers fonctionne souvent comme un « espace de réserve » : le texte cité plus haut parle très justement de finalités non pensées mais qui peuvent influer grandement la pratique. Pour ce qui est de la fonction « porte-respect » ce texte évoque la gêne pour les autres qui vous fait être ; sans même qu’il soit question de gêne pour autrui, le fait de posséder une terre, reçue en héritage le plus souvent, est une manière d’être-là, de projeter son existence en un lieu qui est sien, lieu qui est aussi le fruit d’une histoire, d’un mythe familial. Posséder un rien de forêt sans y projeter d’usage particulier et ne pas désirer s’en séparer n’est pas une aberration économique, c’est une manière d’intégrer dans sa vie la variable spatio-temporelle en se réservant, sur un lieu donné, un droit de non-intervention qui est à ranger parmi les « ficelles qui nous font tenir », pour reprendre la très belle expression de Pierre Legendre (Legendre, 1996-a).

34Ce livre est organisé en deux parties : la première est consacrée à la définition des contours de l’objet (la forêt privée), à l’approfondissement des questions d’appropriation et de production de ce type d’espace et enfin à la présentation des caractéristiques du secteur géographique choisi pour l’étude de ce problème (la moyenne montagne Rouergate). Une fois posés ces repères, la deuxième partie sera réservée à l’exposition des résultats de nos recherches sur les logiques d’action des propriétaires forestiers privés : pratiques des propriétaires en forêt, correspondances spatio-temporelles entre les dynamiques de l’espace concret (la physionomie forestière) et les itinéraires individuels (c’est à dire la place des préoccupations forestières au cours d’une existence de propriétaires). Enfin, un dernier volet aura pour but de préciser les liens entre les décisions du propriétaire forestier dans le cadre de sa vie privée et les enjeux forestiers tels qu’ils sont formulés dans l’espace public de discussion. Pour cela, deux cas seront analysés en détail. D’abord, à travers l’exemple de la mise en place et de la gestion des Groupements forestiers, on retracera l’itinéraire d’une modification de l’espace concret et du statut de la propriété. Ensuite, l’analyse d’un stage de formation continue à la gestion forestière permettra de poser la question de la construction des objectifs de gestion et d’aménagement forestier.

Notes

1 Une ville est aussi un espace encadastré, attribué et que les individus et la société ont construit selon des règlements des normes et des contraintes qui ont varié dans l’histoire. Une ville et une forêt ont en commun la coexistence dans le présent de formes issues de périodes différentes. Sur ce point nous renvoyons au travail de M. Roncayolo sur la genèse des structures urbaines à Marseille (Roncayolo, 1996). Voir aussi : Collectif, 1987.

2 À titre d’exemple, l’excellent manuel de G. Rougerie sur les milieux forestiers (Rougerie, 1983) consacre seulement 23 pages sur 171 au thème « Des forêts et des hommes ».

3 « (...) même à cette époque [xviie et xviie siècle] la géographie avait déjà un double champ particulier dans les sciences, qui était de vérifier si les différences dans l’espace des hommes (les contrées) avaient un rapport avec les différences spatiales dans l’ordre des phénomènes naturels, et d’apprécier les écarts entre les sociétés « à l’état de nature » et celles qui s’en éloignaient ». (Brunet, Ferras, Théry, 1993 : 345), article « nature ».

4 Arnould, 1994 ; Corvol, 1987 ; Da Lage, 1995 ; Lamorisse, 1962 ; Lantorisse, 1966. En mai 1996, le colloque Géopoint était consacré au thème « Espace et nature dans la géographie d’aujourd’hui » (Marty, 1996-b). C’est la marque d’un intérêt assez nouveau pour cette problématique, de la part d’une tendance de la réflexion géographique qui n’y était pas particulièrement sensible.

5 Descola, 1986. Voir aussi : Descola, 1985.

6 C’est ce que révèlent notamment les travaux menés par M.-C. Maurel et l’équipe « Mutations des territoires en Europe » sur les changements dans l’espace rural à la suite d’une modification du mode d’appropriation, en particulier à la suite de l’effondrement des régimes socialistes en Europe de l’Est (Maurel, 1995-a ; Maurel, 1995-b ; Maurel, Lamarche, 1995 ; Maurel, 1994 ; Lacquement, 1996).

7 Pour les recherches sémantiques nous avons utilisé essentiellement le Dictionnaire historique de la langue française (Rey, 1995), qui condense de très nombreuses recherches sur l’histoire du lexique français, le Nouveau Larousse universel (Augé, 1948), dictionnaire encyclopédique ancien mais remarquable de rigueur et le Petit Robert, outil maniable et précieux.

8 On parle de production littéraire, artistique, touristique. Le mot devient presque synonyme de création et de processus.

9 Lefebvre, 1974, a.

10 Lefebvre, 1974, b. Ce livre est une réédition d’un ouvrage de 1968, Le droit à la ville, suivi d’articles rassemblés sous le titre Espace et politique.

11 « Toute société, par le seul fait qu'elle existe, produit. [...] Et elle produit de l’espace » (Brunet, 1990 :37).

12 « La situation a changé : le mode de production capitaliste doit se défendre sur un front beaucoup plus large, plus diversifié et plus complexe, à savoir la re-production des rapports de production. Cette re-production des rapports de production ne coïncide plus avec la reproduction des moyens de production ; elle s’effectue à travers la quotidienneté, à travers les loisirs et la culture, à travers l’école et l’université, à travers les extensions et les proliférations de la ville ancienne, c’est-à-dire à travers l’espace entier » (Lefebvre, 1974, b : 175).

13 Sur la notion de reproduction en sociologie : Bourdieu, Passeron, 1970 ; Passeron, 1991 : 89-109 ; sur le contrôle du langage : Bourdieu, Boltanski, 1975 ; sur la reproduction du mode de pensée des élites politiques : Bourdieu, Boltanski, 1976.

14 Traditionnellement on cite comme date de naissance des méthodes de sylviculture modernes en France la création de l’École nationale des Eaux et Forêts à Nancy, en 1824 et les « forestiers » aiment citer une chronologie quelque peu mythifiée qui égrène les ordonnances sur la gestion des bois et forêts prises en France depuis 1115, même s’il faut raison critique garder devant les célébrités historiques (sur les débats autour de Colbert à l’occasion du tricentenaire de sa mort, voir Corvol, 1994 : 19-33.)

15 Dans sa version allemande, l’ouvrage a été réédité dix-sept fois entre 1962 et 1991.

16 C’est en réalité une thèse de sociologie dont le statut correspond à l’ex-doctorat d’État de l’université française.

17 Sur ces aspects, outre les réflexions de Jürgen Habermas des années soixante (Habermas, 1993. Habermas, 1973), voir Legendre, 1996-a. Legendre, 1996-b. et Legendre, 1983 pour toutes les questions touchant à l’établissement et à la légitimation de l’édifice normatif.

18 Ce qui implique de se faire défricheur : « Beaucoup de ces territoires déboisés portent des appellations significatives : les “Fouillies”, les “Feuillies”, les “Feuillus”, et qui témoignent de la forêt qui les recouvrait. » (Roupnel, 1932 : 139).

19 Sur ce point on peut rappeler que le regard que portaient les Européens sur les villes d’Afrique du Nord à la fin du xixe siècle procédait d’une comparaison implicite. « Les villes arabes ne faisaient l’objet d’aucune analyse, et donnaient le plus souvent lieu à des jugements négatifs et sommaires du type : “Les villes du nord de l’Afrique sont construites sans dessin régulier. C’est un amas bizarre de maisons de toutes les dimensions”)...) » (Béguin, 1983 :14).

20 On précisera ultérieurement la notion de « forêt en liberté », notion par laquelle nous désignons les propriétés qui ne sont soumises qu’à un minimum d’obligations juridiques et réglementaires. Le seuil de 25 hectares d’un seul tenant, en dessus duquel on doit mettre en œuvre un Plan simple de gestion, est, de ce point de vue, fondamental.

21 Ce texte est un extrait de l’article « antimonde « dans : (Brunet, Ferras, Théry, 1993 :35). Il reprend et condense l’essentiel d’un texte légèrement antérieur : (Brunet, 1990 :189-194).

Table des illustrations

Légende FIGURE 1. Le système de production de l’espace d’après R. Brunet
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30772/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Légende FIGURE 2. La production de l’espace
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30772/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k

© Éditions de la Sorbonne, 2004

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540