Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Le meurtre après la mort ou le lapsus de l’anticipation

Davide Napoli

Texte intégral

1Le meurtre, en présence du cadavre devenu chair/image de la mort, devient la ligne de fuite, soit du meurtrier, soit de la victime, chacun enfin libéré du lourd poids de sa responsabilité mortifère. Ils se trouvent dans un état où tout dialogue glisse dans une boîte, jamais retrouvée, sorte d’écho en attente où de répondeur en attente. Si l’on part d’un point de vue délirant, celui du meurtre après la mort, les deux protagonistes se trouvent être l’écho vidé de tout témoignage dans un “bruit-logue” où le cadavre est obligé d’assumer une nouvelle identité. On assiste à la disparition du cadavre en présence de sa propre image.

2On n’est plus dans la mécanique dialectique où le meurtrier est la victime et vice-versa, mais dans un état de suspension où le meurtrier et la victime peuvent oublier le cadavre, effet-image de la mort. La mort, ainsi oubliée dans l’instant juste avant le meurtre, joue avec l’acte fragile de la vie ; la mort est l’acte de vie. Par ailleurs, le meurtre après la mort devient l’action de la mort même. Le meurtre est l’impossibilité de déchiffrer le récit de l’histoire de la mort, et l’impossibilité de saisir les récits à l’intérieur de la mort même. Le meurtre devient l’action sans l’acte de mort.

3Je pourrais dire, pour conclure, que ma position de victime à l’intérieur des crimes sur commande de Yann Toma, est une histoire à raconter dans la libération du meurtre après la disparition de la mort.

4On peut raconter la mort, on ne peut pas raconter le meurtre, on peut voir la mort, on ne peut pas voir le meurtre.

5Y-a-t-il un piège dans la mort ?

Affaire de la rue Saint Charles, assassinat du jeune Davide Napoli, 2000
© Yann Toma

REPONDEUR EN ATTENTE

6- Meurtre sans mort, meurtre outré par la mort, meurtre autre que la mort.

7- Tu m’as donné le meurtre.

8- Là, sans défense, dans la complicité d’une action où je ne pouvais pas être mais seulement agir.

9- Agir dans l’échec de l’inconsistance, lieu/pièce/stance d’une densité corporelle oubliée à coup de flash.

10- Il faut rester immobile, le meurtre est-il mobile, la mort est-elle immobile ?

11- Le mobile d’un mot dit et promet l’échange d’un corps destiné à disparaître.

12- Le tien, je pense, pour s’amputer à chaque pas visionnaire.

13- Tu disais et pourtant le cadavre vivait son ex-périence à coup d’impossible.

14- Meurtre sans peut-être, meurtre entre le men-songe, meurtre dans l’entre-mort.

15- Je t’ai donné l’impossible, le deuil d’une réaction fictionnelle et l’oubli de ton apparence, pour sauver l’incommensurable démesure de la mort meurtrière.

16- Le chantage criait, obsession de vocalises, de meurtre oral qui ne se peut plus et qui ne se touche plus.

17- Touche-toi, ex-plose ton objectif.

18- L’entre-temps ne se justifiait plus.

19- Le meurtre m’a enlevé la mort du bout des doigts.

20- Meurtre entre autre, pour oublier tes images mortelles, sans rien faire, sans rien dire.

21- En attente d’une réponse définitive, la question, la tienne, vivait son espacement dans un champ sans distance.

22- Meurtre sans témoin, meurtre en videsse, meurtre à part, meurtre en transe-lieu, transe-mort.

23- Il ne fallait plus écouter les coups anesthésiés, désir caché de ma mort.

24- Le meurtre me souriait à travers les déplacements de tes pas-images.

25- Collé, j’y étais, comme chair pleine d’événement.

26- L’a-venir y était pour démesurer chaque prise de conscience, là où l’inconscient jouait à se “fuir du bien”.

27- Ta mort, mon meurtre... je n’y pensais plus, seule la parenthèse jouissait.

28- La parenthèse s’espace sans engloutir les marges, le meurtre vit sa propre mort.

29- Meurtre sans cadavre, meurtre entre autre, autre que le cadavérique, meurtre entre l’autre.

30- Il ne s’agissait plus de vérifier l’image, mais de tutoyer dès le début son impossible fin.

31- J’appelais toujours sans voie de secours.

32- Meurtre sans appel, meurtre en distraction de mort, meurtre dévisagé par la mort.

33- Ton histoire ex-terminée, ne touchait jamais le bout, le souffle y était coupé depuis toujours.

34- Réponds, oublie mon rappel, ex-crément d’histoire sans temps à raconter.

35- Peu importe le reste, une fois, une seule fois en vide répétition d’images.

36- Ton parcours racontait l’ex-termination de tout acte de mort, le crime saisit mon deuil à jamais.

37- Jadis, tu oubliais de m’appeler.

38- Les images s’écroulent dans leur geste... le meurtre y était dans l’action de ton absence.

39- Ma présence se voyait avec.

40- Je crois qu’il ne suffit pas, je crois qu’il ne suffira jamais.

41- Meurtre sans putréfaction, meurtre troué, les yeux du meurtre, meurtre en action outre le fatal.

42- Meurtre entre autre, toujours “outre-mort”, en attente.

43- Meurtre à temps, arrêt sur la mort, je n’y pensais plus.

44- Je suis “meurtre “, tant pis pour elle, la mort.

45- L’abandon, mon abandon, donnait à toucher la lumière de ton action en plein œil meurtrier.

46- J’ai touché mon corps dans le silence d’une pensée en image invisible, une pensée meurtrière, un devenir sans vision de mort.

47- J’y étais sans te pré-venir.

48- Meurtre sans transe-port, meurtre entre les objets d’autrui, meurtre en vide visage de voyage, meurtre bientôt au-delà de la mort-mémoire.

49- Ma mort en attente depuis toujours.

50- Ton meurtre en attente à jamais.

51- Mes souvenirs restaient bouche bée, images béantes d’une surprise qui a lâché prise.

52- Je n’y témoignerai jamais.

53- Le meurtre trouve là le baiser de la mort.

54- Je t’embrasse, à bientôt.

Table des illustrations

Légende Affaire de la rue Saint Charles, assassinat du jeune Davide Napoli, 2000© Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30715/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 361k

Auteur

UFR d’arts plastiques, Centre Saint Charles, 162 rue Saint Charles, 75015 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540