Version classiqueVersion mobile

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Crimes sur commande en Île-de-France

Yann Toma

Texte intégral

  • 1 W. Goethe, Faust, traduit par Gérard de Nerval, librairies Garnier frères, Paris, 1928.

Tu es, au reste... ce que tu es.
Entasse sur ta tête des perruques à mille marteaux,
Chausse tes pieds de cothurnes hauts d’un aune,
Tu n’en seras pas moins ce que tues.
Méphistophélès1

1C’est à la fin du XIXe siècle (vers 1882) qu’Alphonse Bertillon met au point un processus de relevés systématiques des signes distinctifs de la physionomie de l’individu. Le service scientifique de la police judiciaire française est né. Les deux inventions majeures de Bertillon (anthropométries et photographies de lieux de crimes) introduisent la photographie comme élément d’évaluation scientifique. La logique même des études techniques du service de la police judiciaire touche de près l’identité du sujet traité et de sa position dans la société.

2En réponse à un contexte où l’identité est remise en question, mise à mal par les nouvelles technologies, le politico-médiatique et les expériences scientifiques récentes, il me semblait nécessaire, en tant qu’artiste-chercheur, de développer une étude approfondie de l’individu par la mise en place d’un processus plastique contemporain propre à faciliter la révélation de son intériorité en le touchant au plus profond de lui-même. Pour y parvenir, j’ai entrepris de développer une étude artistique d’envergure. Il s’agit de mettre à mort fictivement des sujets consentants dans les circonstances de leur choix. On peut considérer cela comme un portrait. Les sujets se prêtent à un processus administratif rigoureux et implacable. Ils financent eux-mêmes cette étude intégralement. Leur suivi est assuré pendant trois à six mois. C’est un assassinat fictif établi au grand jour.

3Après une étude du contexte artistique dans lequel cette œuvre se situe et la présentation du processus en tant que tel, je développerai quelques réflexions en prise directe avec la réalité de la démarche.

4Dans les années 1990, la photographie s’est plus que jamais imposée en tant qu’œuvre d’art. Cette mutation s’explique peut-être par l’assimilation de la photographie par le marché de l’art, l’influence accrue de l’image dans notre société et, notamment, par l’évolution des représentations photographiques de mode et de publicité, plus plastiques. L’émergence des nouvelles technologies a parachevé cette évolution. Si la photographie a été largement utilisée par les artistes au cours du XXe siècle, elle est devenue aujourd’hui un phénomène de mode dont on peut observer le développement. A l’image de ce phénomène, l’art est devenu un support médiatique, de communication. Son caractère instantané fige radicalement notre société dans son désir boulimique de consommation.

  • 2 « Le cabinet M », œuvre photographique présentée lors de l’exposition « les dérives imaginaires du (...)

5La recherche que j’effectue depuis près de dix ans se porte essentiellement sur la mémoire collective. C’est en prenant appui sur la disparition d’une usine de production d’électricité (anciennement OUEST LUMIERE) qu’elle trouve son fondement. Tout d’abord exprimée plastiquement par des installations, elle s’est diversifiée par la suite en faisant usage de médiums tels que la photographie, la vidéo et l’infographie. Dès 1997, l’image photographique prend largement part à mon expression artistique en réponse à une problématique liée à la génétique2. Ce médium me permet de mettre en scène photographiquement des clones fictifs et ainsi d’inclure à ma démarche un questionnement sur une possible résurgence de la mémoire collective dans le réel par la mise en place de processus intégrant l’Autre.

  • 3 Ce type de photographie n’est jamais montré. Rappelons que ne sont accessibles théoriquement que l (...)
  • 4 L’exposition « La photographie judiciaire, corps et décors du crime, 1860-1930 » s’est déroulée du (...)

6C’est en me plongeant dans les archives de la police judiciaire française, début 1998, que mon attention s’est portée sur les photographies métriques de constats de crimes. Hormis le fait que ces photographies représentent des corps morts, l’esthétique en présence est un réel choc visuel qui met à la fois mal à l’aise et, en même temps, peut laisser le visiteur presque fasciné par la réalité photographique d’un corps abandonné3. Signalons que ce type de photographies a été récemment remis à l’honneur à l’hôtel de Sully4. Il n’est pas étonnant de constater qu’aujourd’hui on associe la démarche d’un artiste comme Joel-Peter Witkin à la présentation de clichés scientifiques de la police tant la frontière est mince entre la réalité et la fiction, surtout lorsque l’artiste se veut être le reflet de la société. L’afflux dans les médias d’images témoignant d’atrocités, de viols, de meurtres aurait pu rendre inopérants ce types de clichés. Il n’en est rien. Bien au contraire, la photographie fictive du sujet assassiné est la mort prise en flagrant délit. Et la mort est peut-être bien le dernier tabou de notre société. Le caractère exceptionnel de ces photographies a apporté à ma recherche des pistes nouvelles menant à une réappropriation du processus de Bertillon dans le but de saisir artistiquement un portrait particulier de l’individu.

7En opérant un croisement entre l’administration de la police judiciaire et les documents de l’ancienne usine OUEST LUMIERE, j’ai résolu de mettre en place une logique de progression intégrant l’Autre. Dans ce cadre, j’occupe deux fonctions bien distinctes : celle du conseiller scientifique et celle de l’artiste enquêteur. Cela me permet de prendre deux positionnements biens distincts afin d’engager une étude élargie du sujet en question. Toute personne qui me contacte porte commande de son propre crime. C’est en intégrant de plein gré la démarche artistique en présence que le sujet est à même de se trouver impliqué dans un portrait fidèle à son identité. On pourrait ainsi dire que les « crimes sur commande » sont une nouvelle forme de fiche anthropométrique, une photographie d’identité qui fige l’individu dans ce qu’il a de plus intime.

Affaire du cimetière de Boulogne, assassinat de Jean Baptiste Delamarre, 2001, © Yann Toma

Réunion de la Police judiciaire française vers 1900

Affaire du théâtre de la Ville, assassinat de Rose Heim, 1998
© Yann Toma

Crime de Stéphane Argilet, examen du conseiller scientifique, 2000
© Yann Toma

Affaire du Musée National du Louvre, assassinat d’Hervé Mikaeloff, 2001
© Yann Toma

Affaire du parking Montparnasse, assassinat de Marianne Grangié, 2001
© Yann Toma

Processus de mise à mort du sujet et de son suivi post-mortem.

I/Prise de contact avec le sujet

8Durant le procès Le sujet prend contact avec le conseiller scientifique. Un entretien est décidé dans un lieu neutre afin que le conseiller puisse avoir un jugement objectif du sujet. Suite à l’entretien, le conseiller scientifique décide ou non d’ouvrir un dossier de demande de concession. Si l’ouverture du dossier est effective, le conseiller propose un enregistrement administratif.

9En sus, OUEST LUMIERE reste en contact téléphonique permanent avec la victime.

II/Enregistrement administratif - ouverture du dossier

10Un Procès verbal d’essais est dressé et un second rendez-vous est fixé dans un café.

11Lors de ce rendez-vous, le dossier est présenté et chaque pièce détaillée par le conseiller scientifique.

12La future victime signe alors une décharge de concession. A partir de cet instant, le sujet scelle un pacte où il engage sa participation au processus.

13Le sujet verse la moitié de la somme du contrat lors de cette opération.

III/Processus administratif interne - Demande d’ouverture de Concession au Ministre de la Police Scientifique

14Un courrier officiel est envoyé par le conseiller scientifique demandant au Ministre de la police scientifique l’autorisation d’ouvrir une concession pour le sujet choisi.

IV/La visite médicale

15Une rencontre est organisée. La victime se rend à OUEST LUMIERE accompagnée de son docteur.

16Le docteur doit prêter Serment d’Hypocrate devant une caméra vidéo en présence de la victime.

17Serment prêté, le docteur prend les mesures anthropométriques de la victime et une fiche d’identification est établie.

18Le conseiller scientifique dresse un réquisitoire d’expert pour le docteur qui aura le droit et le devoir de réaliser l’autopsie de la victime.

V/La prise de vie

19Le conseiller scientifique, muni de son trépied de Bertillon vient prendre acte de l’assassinat fictif de la victime sur le lieu dit du crime.

20Des relevés métriques sont effectués. Les témoins éventuels se signalent au conseiller

VI/Processus administratif interne - Demande d’autopsie - Accueil des témoignages - Etablissement d’un faire-part de décès - Elaboration d’une plaque de déposition ainsi que de dix bandes témoin - Réception de l’autopsie

21Un procès verbal d’essais est établi par le conseiller scientifique. Il s’agit d’une demande faite au médecin légiste assermenté. Le conseiller prête le corps fictif pour examen.

22Un faire-part de décès est établi.

23L’artiste enquêteur réalise trois formats photographiques d’environ 2m20 X 1m67 ainsi que des bandes témoin.

24L’artiste enquêteur reçoit l’autopsie du crime rédigée par le docteur.

VII/Processus administratif interne - Livraison du dossier administratif au cabinet du psychanalyste de OUEST LUMIERE

25Le conseil scientifique isole les éléments clés du dossier et adresse un rapport à l’artiste enquêteur.

VIII/Rendez-vous POST-MORTEM avec la victime

26Un rendez-vous est fixé chez la victime quelques mois après.

27Une thanatoanalyse, interview post-mortem d’une heure environ, est réalisée sur fond neutre pendant laquelle l’artiste enquêteur questionne avec précision la victime sur le contenu du dossier et sur ses motivations.

IX/Clôture du dossier

28La victime remet le reste de la somme du contrat à l’artiste enquêteur. Elle reçoit alors un format de son crime photographié, son dossier administratif complet et ses deux vidéos (le serment d’Hypocrate et la thanatoanalyse).

29Toute personne qui suit ce processus risque de s’en souvenir à vie.

30Chacun des sujets prend à témoin sa vie à travers la série des « crimes sur commande ». Le processus est construit comme une phase initiatique qui plonge le sujet dans son propre cheminement. Envisager la mort impose l’idée d’un état des lieux. Dans cette optique, le conseiller scientifique et l’artiste-enquêteur jouent le rôle du psychanalyste. Mais ce n’est pas une thérapie ni de l’art-thérapie pour autant, car le sujet est conscient en permanence qu’il s’agit d’une œuvre artistique. Le face à face avec la mort est irréversible. Ce portrait est une anesthésie locale où la personne opérée est totalement responsable et consciente de chaque « coup » de scalpel.

31Le lien que j’établis avec la « victime » est un rapport de confiance où, à chaque pas, je suis présent pour vérifier et valider les étapes. Ainsi, je me porte garant de l’éthique de la démarche. Les individus instables psychologiquement sont dès le début isolés et exclus de cette « opération » (enregistrements administratifs II et III). Pour que le processus soit mené à bien, il est indispensable que le sujet se considère comme acteur plutôt que patient. L’erreur est néanmoins possible. Rappelons le cas d’un sujet qui avoua, à la fin de la démarche, son instabilité initiale et ses multiples tentatives de suicide. Il reconnut que la vision de son propre crime l’avait « libéré » de ses pulsions suicidaires. Scientifiquement, je ne peux pousser plus loin ce type d’expérience sans le soutien actif de psychanalystes. Dans ce cas de figure il est clair que la frontière est mince entre l’art et la thérapie.

  • 5 Selon les relevés administratifs de l’époque l’objectivité photographique était la garante de l’ob (...)

32Si « la nécessaire production de l’objectivité photographique »5 obligeait les conseillers scientifiques de la police judiciaire française à suivre une norme implacable, cette recherche déplace l’objet de l’étude dans un contexte artistique. Le sujet, soumis à un contexte hors normes, peut transférer son itinéraire de vie dans un cadre qui lui est offert. La thanatoanalyse parachève cette parenthèse de vie. Une interview « post-mortem » est délivrée au sujet. Les questions concernent dans un premier temps le vécu du processus et de chaque phase, puis il s’agit de déterminer peu à peu des événements antérieurs qui auraient pu entraîner le choix du crime. L’enquête post-mortem révèle des facettes qui étaient restées dans l’ombre tout au long de l’échafaudage du crime. La présence de la caméra met « sous cloche » l’individu. Il sait qu’au-delà de ma seule présence, tout ce qu’il dévoile s’adresse à un Autre. La trace vidéo donne un aspect solennel à la rencontre du sujet avec lui-même.

  • 6 Christian PHELINE, L’image accusatrice, Les cahiers de la photographie, Paris, 1985, p. 96.
  • 7 Ibid, p. 96.
  • 8 Rappelons qu’une publication relatant le processus administratif existe : Les crimes sur commande, (...)

33« Bertillon inaugure un type neuf de portrait »6 à la fin du XIXe siècle, ce phénomène coïncide avec le « déclin de l’esthétique propre au portrait bourgeois du Second Empire »7. Le « crime sur commande »8 est un portrait contemporain où le masque social tombe. Dans cette série, le cadavre revendique plus que jamais sa vie privée. Le conseiller scientifique et l’artiste enquêteur sont des miroirs. Ils font basculer l’espace d’un temps le sujet dans un état de non-être. Le vécu physique des personnes concernées est en cela très frappant. Les sujets attestent d’une perte de sensations de leur corps lorsqu’ils restent des heures au sol pour la « prise de vie » (paragraphe V du processus).

  • 9 Cet écart implique un double rapport entre la pellicule et l’objectif et entre l’objectif et le co (...)
  • 10 Il m’a fallu reconstituer ce matériel en bois selon plans tant il était impossible de retrouver un (...)

34L’angle de la photographie métrique correspond à un écart qu’aucune personne humaine ne peut constater : l’écart métrique9. C’est muni du trépied de Bertillon que le conseiller scientifique réalise la photographie métrique qui fige le corps à près de 2m50 du sol en vue frontale10. Cette vue « par au-dessus » présente le corps tel qu’il est. Il apparaît flottant, presque déjà absent. D’aucuns pourrons même lui trouver un caractère onirique.

  • 11 Présentation de la photographie du corps en public. Cet acte fait bien évidemment référence à la p (...)

35C’est lorsque ce corps est sorti de l’intimité que l’acte artistique devient public. Avec l’accord de la victime, je me mets en quête d’un site susceptible d’accueillir la photographie du crime agrandie jusqu’à la taille 1. Le sujet fait ici un choix essentiel : celui de se montrer à tous dans sa nudité mortifiante. C’est le moment où l’individu fait don réellement de son corps. L’artiste le prend alors en charge. Cette ostension11 du corps en public pose alors un problème de responsabilité morale qui implique plus l’artiste que le sujet. Après l’achèvement des formalités « administratives », me voilà responsable de la présentation de la photographie métrique en public et également de l’affichage des faire-part fictifs de décès de la « victime ». Si l’acte de disposer des faire-part de personnes vivantes peut entraîner le trouble dans les esprits des proches de la famille du faux « défunt », on peut considérer que cette procédure est un réel risque juridique pour l’artiste. Il ne doit y avoir aucune « gratuité » dans cette phase de la procédure. L’endroit d’ostension doit être en phase avec le crime et conforme aux désirs de la victime. Cette dernière est tenue de préparer ses proches.

36En Île de France, la mise en place de faire-part sur les arbres a été oubliée. Cette pratique existe par contre toujours en Italie, au Portugal ou bien même dans les pays des Balkans. La raison de cet ultime hommage est de confronter le passant à la notion de mémoire collective. C’est autant un message qui appelle l’autre à voir une œuvre qu’un miroir qui reflète la vie du « regardeur ». L’impact de l’action artistique n’en est que plus efficace. Il s’agit de plus d’un acte artistique qui échappe à tout contrôle de l’institution.

37Cette recherche, menée jusqu’à présent en milieu francilien, est avant tout un regard sur la vie, un état des lieux. Ici, l’acte artistique est un moteur de recherche qui sollicite l’être intérieur. Le processus est dans la durée (trois à six mois). Il ne transforme pas l’individu. Il lui fait peut-être prendre conscience autrement de lui-même et de ses limites. La mémoire est au centre des interrogations de tous les sujets qui se prêtent à cette expérience. On est alors très loin de ce qui est dénoncé aujourd’hui comme étant de la mort-spectacle. Ce qui jaillit par l’intermédiaire de ce travail, ce sont les lieux inconnus de chacun, les soupiraux interdits.

  • 12 Guy DEBORD, Commentaires sur la société du spectacle, Gallimard, Paris, 1988, p. 58.

38« Il y a toujours un plus grand nombre de lieux, dans les grandes villes comme dans les espaces réservés de la campagne, qui sont inaccessibles, c’est-à-dire gardés et protégés de tout regard ; qui sont mis hors de portée de la curiosité innocente, et fortement abrités de l’espionnage. »12

39L’Être, en tant que lieu de vie en mouvement, vivrait ici un transport de fond vital mis au service de chacun.

Affaire de la rue Raffot, assassinat d’Eisa Wolinski, 2001
© Yann Toma

Notes

1 W. Goethe, Faust, traduit par Gérard de Nerval, librairies Garnier frères, Paris, 1928.

2 « Le cabinet M », œuvre photographique présentée lors de l’exposition « les dérives imaginaires du corps », Institut Cochin de Génétique Moléculaire en collaboration avec le Ministère de la Culture, octobre 1997.

3 Ce type de photographie n’est jamais montré. Rappelons que ne sont accessibles théoriquement que les photographies de crime datant de plus de cinquante ans.

4 L’exposition « La photographie judiciaire, corps et décors du crime, 1860-1930 » s’est déroulée du 21 janvier au 26 mars 2000 en même temps que l’exposition de Joel-Peter Witkin « disciple & maître » (commissaire technique Yannick Vigouroux).

5 Selon les relevés administratifs de l’époque l’objectivité photographique était la garante de l’objectivité scientifique.

6 Christian PHELINE, L’image accusatrice, Les cahiers de la photographie, Paris, 1985, p. 96.

7 Ibid, p. 96.

8 Rappelons qu’une publication relatant le processus administratif existe : Les crimes sur commande, Ouest-Lumière/Éditions Paul Dupont, Paris, 1999. Un coffret d’artiste tiré à très faibles exemplaires renferme trois dossiers administratifs de crimes.

9 Cet écart implique un double rapport entre la pellicule et l’objectif et entre l’objectif et le corps photographié. La précision de la photographie est conditionnée par un positionnement rigoureux du dispositif sur le lieu du crime. Tout écart de plongée tronque la photographie, déforme le corps.

10 Il m’a fallu reconstituer ce matériel en bois selon plans tant il était impossible de retrouver un modèle encore utilisable. Le trépied, rétractable, est un dispositif léger et transportable dans n’importe quel endroit. Grâce à l’angle de vue de ce trépied, on pouvait connaître les dimensions des plaies que le médecin légiste aurait imparfaitement relevées à l’autopsie. La photographie métrique permettait de déterminer avec facilité la distance qui sépare les divers objets en présence.

11 Présentation de la photographie du corps en public. Cet acte fait bien évidemment référence à la présentation du suaire de Turin à intervalles réguliers. Notons que le terme « ostension » a été récemment utilisé par Yves Le Fur lors de l’exposition « La mort n’en saura rien » au musée national des arts d’Afrique et d’Océanie (décembre 1999-janvier 2000).

12 Guy DEBORD, Commentaires sur la société du spectacle, Gallimard, Paris, 1988, p. 58.

Table des illustrations

Légende Affaire du cimetière de Boulogne, assassinat de Jean Baptiste Delamarre, 2001, © Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30709/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 353k
Légende Réunion de la Police judiciaire française vers 1900
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30709/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 315k
Légende Affaire du théâtre de la Ville, assassinat de Rose Heim, 1998© Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30709/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 323k
Légende Crime de Stéphane Argilet, examen du conseiller scientifique, 2000© Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30709/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 341k
Légende Affaire du Musée National du Louvre, assassinat d’Hervé Mikaeloff, 2001© Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30709/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 332k
Légende Affaire du parking Montparnasse, assassinat de Marianne Grangié, 2001© Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30709/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 344k
Légende Affaire de la rue Raffot, assassinat d’Eisa Wolinski, 2001© Yann Toma
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30709/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 334k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search