Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

Les lieux du pogrom parisien de 1942

Martine Tabeaud

Texte intégral

1Sur les 230 000 personnes déportées de la France vers l’Allemagne, 32 000 sont revenues. Parmi elles, seulement 3 % sont des déportés « raciaux ». à Paris, la rafle des 16 et 17 juillet 1942 a conduit vers les camps de la mort 4 051 enfants, 5 802 femmes et 3 031 hommes. Trente quatre mois après, combien survivaient encore lorsque l’armée rouge a libéré le camp d’Auschwitz-Birkenau ? Au plus quelques dizaines.

2Alors que l’arrêté de classement des bâtiments de détention du camp de transit de la cité de la Muette à Drancy (93) a été signé le 25 mai 2001 par la Ministre de la Culture, le travail de mémoire nous ramène aux lieux parisiens et franciliens où s’est déroulée cette tragédie.

Le Vel d’Hiv

3L’opération « vent printanier » a été préparée de longue date. La Police française possède des fiches concernant les juifs : 25 334 parisiens et 2 054 banlieusards. La mise en carte a débuté avec l’occupation afin de « recenser les juifs n’ayant pas la nationalité française ». M. Tulard est responsable de ce fichier à la Direction administrative des Affaires de police générale. La police aux questions juives s’est ainsi donné les moyens de faire appliquer les ordres venus de Berlin, via le gouvernement de Vichy, à savoir « la solution finale ».

4Le 7 juillet 1942, une réunion fixe les modalités techniques de la déportation des juifs parisiens : 28 000 juifs doivent être arrêtés entre le lundi 13 et le mercredi 15 juillet. Mais il apparaît que la date du 14 juillet est « trop sulfureuse » et que l’opération est reportée à la nuit du 15 au 16.

5Le jeudi 16, baptisé depuis « jeudi noir », vers quatre heures du matin, des cars de police bloquent des quartiers entiers de Paris. Gendarmes, agents de police et jeunes du PPF grimpent les escaliers des immeubles où vivent des juifs recensés. Ils arrêtent des familles entières conduites vers des centres primaires, le plus souvent les commissariats de quartier. De là, des autobus les transfèrent vers le vélodrome d’hiver, situé à paris, rue Nélaton dans le quinzième arrondissement.

6Le Vel d’Hiv est un vélodrome de 15 000 places assises couvert par une verrière. Au fur et à mesure de leur arrivée, les familles s’y installent tant bien que mal dans les gradins et sur le terre-plein central. Il n’y a ni nourriture, ni eau, ni toilettes. Très vite c’est l’enfer : 7 000 personnes, dont 4 051 enfants sont enfermés là dans la pénombre, la poussière, la puanteur, les cris. Elles y restent deux à huit jours sous la surveillance très « efficace » de 80 gardes mobiles : il y a eu très peu d’évasions.

Drancy

7Drancy est à 5,5 km au nord-est de Paris. La Cité de la Muette y a été construite au milieu des champs à partir de 1935. C’est un ensemble de tours et de barres destinées au logement social. Les architectes, M. Lods et E. Beaudouin, ont utilisé des techniques de préfabrication encore peu répandues à l’époque. Non achevée au début de la guerre, une bâtisse de la cité, en forme de U, sera transformée en pénitencier militaire, puis en prison, par les Allemands qui y enferment jusqu’à 5 000 détenus en transit pour l’Allemagne.

8L’arrivée des juifs arrêtés le jeudi noir a été préparée par la déportation des précédents occupants par convois d’environ 1 000 personnes. Dès le 16 juillet arrivent des hommes et des femmes sans enfants qui s’entassent sur les planchers couverts de paille des chambres desservies par des escaliers ouvrant sur une cour de 8 000 m2. Ceux qui sont destinés au départ sont rassemblés dans trois ou quatre escaliers du bloc 1, à 70 voire 80 par chambre. Ils y passent deux à trois jours sans pouvoir communiquer avec les autres internés. Le jour du départ, à l’aube, les appels se font rapidement dans la cour et des autobus conduisent les déportés vers la gare du Bourget, d’où les trains de marchandises les conduiront en Pologne. Le soir-même, un nouveau contingent remplace les partants du matin. Le premier convoi de « raflés du Vel d’Hiv », 879 hommes et 121 femmes, est arrivé à Auschwitz le 19 juillet après deux jours de voyage à 100 par wagon.

9L’ampleur de la rafle impose l’utilisation de deux autres camps, dans le Loiret, Pithiviers et Beaune la Rolande, où les internés sont acheminés par train depuis la Gare d’Austerlitz. Il ne s’agit en principe que de dépôts temporaires, même si, fin juillet et début août, des convois d’enfants ont quitté directement le Loiret pour Auschwitz. Mais pour l’immense majorité des détenus, le trajet vers les camps d’extermination passe par Drancy, véritable plaque tournante pour ces convois de la mort.

Le Lutétia

10A partir d’avril 1945, les quelques rescapés des camps de la mort arrivent Gare de l’Est. Des infirmières de la Croix Rouge les font remonter dans des autobus à destination du quartier Sèvres Babylone. L’hôtel Lutétia, déserté par les services allemands, devient un centre d’accueil pour les survivants. On y affiche chaque jour les listes des « revenants ».

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540