Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

La ville et la mort aux époques médiévale et moderne : les cimetières de Melun

Claire Mabire la Caille

Résumé

L’histoire des cimetière de Melun est assez conforme au schéma général : pendant l’Antiquité, des nécropoles hors la ville, au Moyen Age de nombreux cimetières sur les lieux de culte et à partir de la Révolution deux grandes nécropoles en périphérie.

The history of Melun’s cemeteries is quite true to the general outline: during Antiquity, some necropolis outside the town, during the Middle Ages many cemeteries on liturgical places and from the Revolution twobig necropolis in the periphery.

Texte intégral

  • 18 C’est le cas du cimetière des Saints-Innocents à Paris.

1Il est généralement admis que, pour des raisons religieuses, la ville antique rejette ses morts à l’extérieur de son emprise tandis que la ville médiévale les intègre au tissu urbain. À l’époque moderne, des considérations extérieures à la religion ont influé sur la localisation des cimetières (transfert), parfois même sur leur nature (cimetière inter-paroissial par exemple18). Il est habituel d’attribuer ces changements à des raisons d’hygiène et de salubrité publiques, les cimetières urbains de l’époque moderne devenant, de par la concentration de cadavres dans un espace trop étroit, sources de pestilence. L’étude des cimetières de Melun permet de nuancer ces propos.

  • 19 Saint-Père de Melun 1000-2000, de l’Abbaye à l’Hôtel du Département, Dammarie-les-Lys, Conseil Géné (...)
  • 20 À l’époque gauloise, l’oppidum relevait du peuple des Sénons (capitale : Sens). Par la suite, la vi (...)

2À 45 km de Paris, en grande banlieue, Melun occupe un site de gué dans un méandre de la Seine doté d’une île. La rive méridionale s’étend sur une grande plaine limitée au sud par la forêt de Fontainebleau, tandis qu’au nord, le fleuve se heurte à des versants abrupts de plateau, qui est entaillé à l’est par la petite vallée de l’Almont. Limitée dans le passé à l’île et aux abords du fleuve, la ville s’est développée depuis l’arrivée du chemin de fer, vers 1850, tant au sud qu’au nord. Devenue préfecture au début du XIXe s.19, Melun n’a pourtant jamais été - et ce depuis l’Antiquité - qu’une agglomération secondaire, derrière Meaux, ancienne capitale gauloise des Meldes et civitas romaine20.

Les premières nécropoles21 : l’Antiquité

  • 21 Le mot « nécropole » renvoie à de vastes étendues à tombes disposées sans contraintes, tandis que « (...)
  • 22 Les plans de cet article sont imprécis, voire erronés. Le tracé des voies et des enceintes a été ré (...)

3L’origine de l’agglomération est l’oppidum insulaire gaulois où se déroule un épisode de la conquête de Lutèce par César (Planche I22). Un lieu d’inhumation, non encore localisé, devait desservir cet habitat.

  • 23 G. Leroy, Histoire de Melun, Melun, Drosne imprimeur-éditeur, 1887, p. 57 ; A.-C. Lussiez, « Répert (...)
  • 24 R. Adam, « Un vieux problème, le nom antique de Melun », Pagus Melodunensis, 5 (juin 1990), p. 5-8.
  • 25 Voir note 7.
  • 26 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », Almanach historique et statistique du département de Seine-e (...)
  • 27 Depuis le XIXe s., des observations de travaux, fouilles ont permis de repérer quelques tronçons de (...)

4Au Haut Empire, ce premier point de franchissement de la Seine en amont de Paris a été choisi pour faire passer une voie nord-sud d’Orléans à Meaux23 d’où l’aménagement d’une agglomération secondaire : Melodunum, Metlosedum ou Meteglo selon les sources24 (Planche II). Cette voie qui forme le cardo maximus de la ville traverse l’île en son milieu, se divise en trois bras au débouché du pont sur la rive droite : une vers l’ouest (Paris et Rouen), une vers le nord (Meaux, Senlis, Amiens) et la troisième, vers l’est (Sens, Troyes, Auxerre25). Le premier « champs de morts » connu est une grande nécropole à inhumations utilisée dès le Ier s., découverte lors de la construction de la voie ferrée, en 184626. Elle s’étend dans la plaine sud, à un kilomètre de l’île, le long de la voie nord-sud (Planche II). Cette nécropole sert de limite à la ville car dans l’Antiquité, selon la Loi des XII Tables, les ensembles funéraires sont rejetés en périphérie du tissu urbain, le long des axes de passage. La localisation des nécropoles permet de reconstituer l’emprise des villes antiques. Les fouilles et les découvertes mobilières ont montré que la ville du Haut Empire s’étendait uniquement sur la plaine sud et l’île27. À l’heure actuelle, ni vestiges ni nécropoles n’ont été découverts sur la rive nord. Au Haut Empire, Melun possède la même bipartition que Paris.

  • 28 Melun au temps de Rome, op. cit. Son tracé épouse-t-il celui de la fortification gauloise ?
  • 29 La nécropole grandit sous le quartier Chamblain (actuelle cité administrative). Grâce aux inhumatio (...)
  • 30 Il s’agit d’une partie d’une nécropole à inhumations (tombes en pleine terre essentiellement) décou (...)

5Au Bas Empire, la ville se dote d’un castrum de refuge, aménagé dans l’île28, qui abrite les organes du pouvoir. Si la vie continue dans la plaine sud, le tissu urbain se rétrécit. Cette rétraction se traduit par l’apparition d’une nouvelle nécropole, le long du fleuve, sur l’emplacement d’un quartier d’habitat désaffecté29 (Planche III). Mais, chose nouvelle, une troisième nécropole apparaît sur la rive droite, sur la route de Sens, à environ 150 m du fleuve30. Ce site indique un début de colonisation de la rive nord et un recentrage de la ville sur l’île, les deux ponts et leurs têtes de pont.

L’Antiquité tardive et l’époque mérovingienne (Ve siècle - milieu du VIIIe siècle) (Planche IV)

  • 31 Y. Gallet, « Childebert Ier et la question du groupe cathédral de Melun au VIe s. », dans Art et ar (...)
  • 32 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.

6Cette période se caractérise par l’émergence du christianisme dans la ville. Très tôt, une église, qui aurait servi de siège à un évêché temporaire au cours du VIe siècle31, est construite à la pointe est de l’île. Une abbaye se serait constituée sur le site de la future abbaye Saint-Père, à l’ouest de la ville, sur le plateau, le long de la voie menant à Paris32.

  • 33 Un récapitulatif des découvertes mérovingiennes sur le site de la Brasserie Grüber est fait dans J. (...)
  • 34 Cette découverte, lors de travaux depuis 1961 (rue des Fabriques) a engendré une fouille de sauveta (...)
  • 35 1) Site de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques : En 1826, il fut décidé d’aménager dans l’ancien hôtel-Dieu, (...)
  • 36 Les sarcophages sont utilisés moins fréquemment à l’époque carolingienne. Des réemplois de sarcopha (...)

7L’édification d’un sanctuaire dans l’île n’a pas entraîné la création d’une nécropole à ses alentours, car malgré les invasions du Ve siècle, les mœurs gallo-romaines subsistent et la règle de l’exclusion des morts de la ville est encore respectée. Les nécropoles se localisent à la périphérie de l’agglomération. Dans la plaine, la grande nécropole sud est toujours en activité, ce qui indique la proximité d’habitats33. Sur la rive droite, la nécropole de la période précédente a cédé la place à un lieu d’inhumation situé plus loin le long de la voie menant vers l’est (future église de Saint-Liesne). On y a découvert des sépultures en sarcophage ou avec bordures de pierre et un mobilier datant du milieu du VIe siècle au début du VIIIe siècle34. Par ailleurs, deux autres ensembles funéraires ont été identifiés grâce à l’existence d’inhumations en sarcophage35 caractéristiques de l’époque mérovingienne36 au nord du nœud routier de la rive droite (futur emplacement de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques) et sur le site de la future abbaye de Saint-Père. Si l’hypothèse de la présence d’une abbaye mérovingienne est exacte, il s’agirait alors du lieu d’inhumation des moines. La tripartition du site est maintenant manifeste.

Planche I : Le site de Melun à l’époque protohistorique.
Planche II : Localisation des cimetières de Melun au Haut Empire.
A-Nécropole de la plaine sud, site Grüber, B- amphithéâtre.
Planche III : Localisation des cimetières de Melun au Bas Empire.
A-Nécropole de la plaine sud, B- nécropole du boulevard Chamblain,
C-nécropole du boulevard Gambetta.

La période carolingienne (milieu du VIIIe siècle - Xe siècle)

  • 37 Les églises de Notre-Dame et de Saint-Etienne sont mentionnées en 826 (Gallia Christiana, XII, p. 1 (...)
  • 38 Voir note 19.

8Peu d’informations concernent cette époque. La parure religieuse se précise. Dans l’île, le long du flanc nord de Notre-Dame, se dresse l’église Saint-Etienne et sur le coteau nord, près de la voie de Paris, s’étendent l’abbaye Saint-Père et sa nécropole37. Près du carrefour nord de la rive droite existe sans doute une chapelle - future église Saint-Aspais - pour les voyageurs et les habitants du bourg embryonnaire du site. Il est tentant de mettre en relation la présence éventuelle de cette chapelle et la nécropole à sarcophages découverte à quelques dizaines de mètres de là sur l’emplacement du futur hôtel-Dieu Saint-Jacques38. L’occupation est prouvée pour l’Île et la rive nord, mais pas pour la rive gauche où la grande nécropole du sud disparaît. La prédominance de cette zone sud depuis le Haut Empire disparaît. Melun retombe dans une configuration bipartite qui, cette fois ci, concerne en plus de l’île, la rive droite et non plus gauche. (Planche V).

  • 39 A. Vauchez, « Naissance d’une chrétienté » dans R. Fossier (dir.), Le Moyen Age, t. 2, L’éveil de l (...)

9Dans le courant de la période carolingienne, l’Église et le pouvoir laïc obligent les gens à se faire inhumer à proximité d’un édifice consacré. Mais le processus n’aboutit qu’au XIe siècle39. Cependant, il est possible que les premières inhumations apparaissent à Melun, en milieu urbain, c’est-à-dire autour de Saint-Etienne et de Notre-Dame, dès la fin de cette période.

La mise en place des cimetières : le Moyen Âge (XIe - XVe siècles)

  • 40 Pour un état récapitulatif des données concernant les juifs à Melun, voir : J. Astruc, Les juifs da (...)
  • 41 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.
  • 42 Ibid.

10Aux XIe et XIIe siècles, l’économie se développe et la bipartition du site réapparaît. L’île renforce sa fonction administrative en accueillant, dès le début du XIe siècle un château où vont résider les rois pendant trois siècles. Deux bourgs se distinguent sur chaque rive du fleuve : celui de la rive nord à fonction marchande renforcée par la présence d’une juiverie40 et celui de la rive sud plus agricole41. Au XIIIe siècle, Philippe Auguste dote Melun de trois enceintes qui stigmatisent cette bipartition, qui existe encore42.

  • 43 La date de fondation est inconnue. La plus ancienne mention dans les actes anciens est entre parent (...)
  • 44 Pour fonder une paroisse, il faut une population assez nombreuse pour entretenir un curé.
  • 45 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.
  • 46 Ibid.
  • 47 Les ordres mendiants, qui prêchent les masses, s’installent d’abord dans les grandes villes. Les pr (...)
  • 48 La première mention de la léproserie remonte à 1033, de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques à 1162 et de l’h (...)

11Cette deuxième moitié du Moyen Âge voit se mettre en place le réseau paroissial, se multiplier les fondations conventuelles et apparaître les fondations hospitalières. Cinq paroisses sont attestées à Melun, trois intra muros et deux hors de la ville. Le bourg nord est desservi par l’église Saint-Aspais (1080)43, le bourg sud par l’église Saint-Ambroise (1178) et l’île par Saint-Etienne. Les deux paroisses périphériques à la ville, Saint-Barthélémy (1080) au nord-ouest et Saint-Liesne (1004) au nord-est, se localisent sur la rive droite plus dynamique et plus peuplée44. Notons que les édifices de ce réseau sont soit de fondation ancienne (Saint-Etienne, Saint-Aspais ?, Saint-Liesne ?), soit de fondation récente (Saint-Ambroise, Saint-Barthélémy). De simples chapelles, satellites de ces églises paroissiales sont signalées : Saint-Michel (Saint-Ambroise) cité en 1178 et Saint-Laurent (Saint-Etienne) attesté en 116145. Les établissements conventuels se répartissent uniquement sur l’île et la rive droite. Un prieuré bénédictin dédié à Saint-Sauveur est fondé au XIe siècle dans l’île. Les Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem s’installent en 1210, dans la vallée de l’Almont. Au XVe siècle les premiers moines mendiants - des Carmes - s’établissent au débouché de la porte nord du bourg Saint-Aspais, sur la route de Meaux46, ce qui prouve que Melun n’était qu’une ville très secondaire47. Enfin, les trois maisons hospitalières, mises en place au moins au XIe siècle, renforcent la dichotomie entre les rives puisqu’elles se répartissent entre l’île (hôtel-Dieu Saint-Nicolas) et la rive nord (hôtel-Dieu Saint-Jacques, maladrerie Saint-Lazare)48.

Planche IV : Localisation des cimetières de Melun à l’époque mérovingienne.
1-Notre-Dame, 2-Saint-Père ?, A-nécropole de la plaine sud, B-nécropole Saint-Liesne, C-nécropole Saint-Jacques.
Planche V : Localisation des cimetières de Melun à l’époque carolingienne. 3-Saint-Etienne, 4-Saint-Aspais ?

12Tous ces établissements religieux, sauf peut-être les deux chapelles satellites (Saint-Michel et Saint-Laurent), possèdent leur propre cimetière. Les cimetières sont désormais intégrés au tissu urbain et les vivants côtoient quotidiennement les morts. Il faut distinguer les petits cimetières, confinés et difficilement extensible, à forte densité de sépultures et à problèmes de saturation et les cimetières plus vastes sans entrave spatiale mais dont la fréquentation est généralement peu élevée. En milieu urbain, ces deux types de cimetière ne sont pas attachés à un genre d’édifice religieux particulier.

  • 49 G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 10.
  • 50 L’église Saint-Etienne et son cimetière sont représentés sur un plan de la pointe est de l’île, dat (...)
  • 51 Par la bulle du 4 avril 1232, Grégoire IX accorde au maître et aux frères de l’hôtel-Dieu Saint-Jac (...)
  • 52 C. Mabire la Caille, « Les établissements hospitaliers de Melun... », op. cit.
  • 53 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 132-133.
  • 54 La porte de la Geôle, appelée ensuite porte de Paris, est mentionnée dans les censiers du XVe s. de (...)
  • 55 Ce tableau est conservé au Musée municipal de Melun.
  • 56 G. Leroy rapporte la découverte de plaques tombales du XVIe s. lors de travaux à l’intérieur de l’é (...)
  • 57 G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 10.
  • 58 Le clocher, au Moyen Âge et à l’époque moderne, est un édifice lié au culte et un élément de signal (...)
  • 59 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.

13À Melun, relèvent de la première catégorie ceux des églises paroissiales Saint-Aspais et Saint-Etienne et celui de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques. Celui de Saint-Aspais s’étendait au nord de l’église49, tandis que celui de Saint-Etienne longeait le goutterot sud de l’église50. Le cimetière de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques, octroyé par le pape en 1232 seulement51, était le plus petit des trois (moins de 100 m2). Il se situait en bordure de la rue de la Cerclerie (actuelle rue Carnot) entre, au nord l’église de l’hôtel-Dieu et à l’est comme à l’ouest des maisons particulières52. Ces trois cimetières ont eu un destin différent. Les cimetières de Saint-Etienne et de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques ne sont pas sortis de leurs limites durant tout le Moyen Âge. En revanche, celui de Saint-Aspais, cimetière de la paroisse la plus peuplée de Melun, est saturé dès 1418. Bien que le 13 novembre la fabrique achète une maison contiguë afin de l’agrandir, en 1442 son transfert est effectué53 hors de la ville sur la route de Paris, au débouché de la porte de la Geôle54 (Planche VI). Ce deuxième cimetière est visible sur un tableau de 1774, copie d’un original du XVIe siècle, représentant la ville vue à vol d’oiseau (Planches VII, VIII)55. Les inhumations, cependant, continuent à l’intérieur de l’église56. Le manque d’espace et le souci d’hygiène publique ne sont pas les seuls motifs au transfert : la place libérée est vite récupérée pour doter l’église d’un clocher (1468), puis pour l’agrandir d’un collatéral supplémentaire (1545)57. Si ce dernier est nécessaire à l’accueil de plus de fidèles, le clocher58 est surtout un élément de prestige de la communauté paroissiale. Son édification a pu correspondre au désir de paraître face à la bourgeoisie locale qui édifiait de somptueux hôtels particuliers59).

  • 60 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 137.
  • 61 Le prieuré n’a pas eu plus de huit-dix moines en période de paix (G. Leroy, « Le prieuré St-Sauveur (...)
  • 62 C. Mabire la Caille, « Les établissements hospitaliers de Melun », op. cit. La seule représentation (...)
  • 63 Voir note 39.
  • 64 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun », op. cit. Les enclos des cimetières paroissiaux se (...)

14Les autres cimetières de Melun relèvent de la seconde catégorie. Les cimetières conventuels, réservés aux religieux et aux privilégiés qui en acquièrent le droit, se localisent généralement dans le cloître ou le préau de l’établissement (Saint-Père, Saint-Sauveur, Carmes, Récollets)60 ou le jardin ou un des jardins de la clôture. L’église conventuelle reçoit aussi des sépultures. À Melun, le prieuré Saint-Sauveur, qui dispose d’un enclos conventuel très réduit, est le seul qui ait pu connaître des problèmes d’exiguité bien que les documents ne l’évoquent pas61. L’hôtel-Dieu Saint-Nicolas, à la différence de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques, possède une vaste emprise dans l’île et n’a jamais manqué de place. Son cimetière médiéval, encore inconnu a sans doute été englobé dans les bâtiments conventuels lors de la reconstruction au XVIIe siècle. Le cimetière attesté par des documents du XVIIIe siècle est trop loin de l’église pour pouvoir être le cimetière d’origine62. Quant à la maladrerie Saint-Lazare, elle est rejetée au nord-ouest de la ville, en pleins champs63. Enfin, les trois églises paroissiales restantes, soit possèdent de vastes cimetières en dehors des murs de la ville (Saint-Barthélémy, Saint-Liesne), soit desservent le bourg agricole de la ville au tissu encore très aéré jusqu’au XIXe siècle64 (Saint-Ambroise).

Planche VII : Vue de Melun à vol d’oiseau, copie de 1774 d’un tableau réalisé entre 1564 et 1590 (Musée municipal de Melun).
La ville est représentée du sud-ouest en direction du nord-est.

Planche VIII : Vue de Melun à vol d’oiseau, copie de 1774 d’un tableau réalisé entre 1564 et 1590 (Musée municipal de Melun).
Détail du deuxième cimetière de Saint-Aspais.

  • 65 Voir note 24.

15N’oublions pas le cimetière juif qui a dû exister mais dont il ne reste, à l’heure actuelle, nulle trace ni dans les textes ni sur le terrain65.

L’époque des perturbations : l’Âge moderne (XVIe siècle-1797)

  • 66 Une chapelle est fondée dans son enclos en 1617. Dans les descriptions postérieures, aucun cimetièr (...)
  • 67 G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 381.

16Les modifications qui affectent la ville moderne sont d’ordres militaire, religieux et sanitaire. Melun subit un siège extrêmement dur en 1590 à la suite duquel la fortification du XIIIe siècle est bastionnée. Des ordres monastiques s’installent extra muros sur la rive nord (les Capucins et les Récollets en 1606) et dans le quartier Saint-Ambroise (les Visitandines en 1637 et les Ursulines en 1644). Une Maison de Santé pour pestiférés est aménagée à l’écart, entre 1562 et 1584, à l’ouest, le long de la Seine, mais elle ne paraît pas avoir eu de cimetière66. La religion protestante compte peu d’adeptes et aucun cimetière protestant n’est attesté à Melun67.

  • 68 Par délibération du 31 mars 1769, le corps de ville accepte la suppression du couvent des Visitandi (...)
  • 69 Ibid., p. 406.
  • 70 Id., « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 130-138.
  • 71 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.
  • 72 L’église fut démolie en 1792 après suppression de la paroisse (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit (...)

17Durant cette période, interviennent de nombreuses modifications (disparition, transfert, création). N’ont pourtant pas subi de changement, les cimetières conventuels (de Saint-Père, de Saint-Sauveur, des Carmes, des Récollets, des Capucins désaffectés à la Révolution et des Visitandines, des Ursulines, fermés respectivement en 177068 et 177269), et les cimetières des paroisses péri-urbaines (Saint-Liesne, Saint-Barthélémy supprimés à la Révolution)70. Ajoutons à cette liste celui de la paroisse insulaire de Saint-Etienne à la fonction administrative et militaire très prononcée71 et à population stable, ce qui explique son maintien sans modification jusqu’à sa suppression à la Révolution72.

  • 73 Ibid, p. 297.
  • 74 C. de Maizières donne à l’église Saint-Aspais, le 25 juin 1564, un jardin près du cimetière de Sain (...)
  • 75 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 132-133.
  • 76 Les terrains sont achetés par la fabrique le 19 juin 1597. Le cimetière est béni par Jérôme de Clau (...)
  • 77 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 133.
  • 78 Ibid.
  • 79 Sur un plan du XVIIIe s. le cimetière de St-Ambroise est situé entre l’église paroissiale et l’égli (...)
  • 80 Il est béni le 28 octobre 1782 par le représentant de l’archevêque de Sens (Ibid., p. 136).
  • 81 La ville réunit au cimetière un terrain de 58 perches carrées, soit 2287,52 m2, saisi sur le domain (...)
  • 82 Le cimetière de Saint-Jacques apparaît accolé à l’église hospitalière, pour la dernière fois dans l (...)
  • 83 J. et H. Clayette, Melun pas à pas, ses rues, ses places, ses monuments, France, Ed. Horvath, sans (...)
  • 84 Dans l’état des biens de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques, préliminaire à leur vente par la Nation, réali (...)
  • 85 Les actes mentionnant le deuxième cimetière de Saint-Jacques vont de 1542 à 1580 (Archives départ, (...)
  • 86 Voir supra.

18La seule disparition concerne le cimetière des Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, détruit en 1590 lors du siège de la ville par Henri IV avec l’établissement dont il dépendait, installé trop près des murs de la ville et démoli pour assurer la sécurité de Melun, qui n’a jamais été relevé depuis73. Trois ou quatre cimetières ont été déplacés : ceux de Saint-Aspais, de Saint-Ambroise, de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques et probablement celui de l’hôtel-Dieu Saint-Nicolas. Le cimetière de Saint-Aspais est agrandi en 1564 grâce à Claude de Maizières, bourgeois de Melun, qui cède un terrain afin d’y construire un charnier. La copie du tableau du XVIe siècle (Musée municipal de Melun) représentant la ville de Melun vue à vol d’oiseau, montre l’existence de ce charnier ainsi que d’autres sur trois côtés du cimetière74 (Planche VII). Mais le siège de la ville en 1590 a conduit à sa destruction pour y bâtir un ravelin et ses pierres tombales ont servi aux réparations des murs d’enceinte75. Après une vaine restauration - des inhumations s’y pratiquent jusqu’en 1597-, il est transféré en 1598 au nord-est de la porte des Carmes (porte septentrionale des fortifications du bourg Saint-Aspais), dans la ruelle de Poignet (actuelle rue du Moulin de Poignet)76. Il y reste jusqu’en 1797. À partir de 1796, il reçoit toutes les inhumations de la rive droite et de l’île par suite de la fermeture des cimetières Saint-Barthélémy, Saint-Liesne et Saint-Etienne qu’il remplace77. À partir de sa fermeture, toutes les inhumations se font dans le nouveau cimetière de Saint-Ambroise, sur la rive gauche78. Car le cimetière paroissial de Saint-Ambroise subit lui aussi un transfert. Sa surface a, dès l’origine, été très vaste pour le nombre d’habitants du bourg79. Lorsque en 1637 les Visitandines s’installent dans le quartier Saint-Ambroise, la fabrique de l’église paroissiale leur cède une grande partie du cimetière pour y bâtir leur monastère. En 1782, il est supprimé pour agrandir le tribunal et la prison, installés dans les bâtiments désaffectés du couvent. Il est transféré à l’extérieur de la ville, à l’est de la porte de Bierre - porte des fortifications du bourg Saint-Ambroise qui ouvre au sud80 (Planche IX). À partir de la suppression du cimetière de Saint-Aspais en 1797, il devient le seul cimetière de Melun et se révèle insuffisant. Il est donc agrandi, le 28 septembre 1797 par ajout d’un terrain voisin de 23 ares81. Déjà inadapté à l’époque médiévale, le cimetière de Saint-Jacques est transféré en dehors de la ville, entre 1532 et 1542, sur le plateau nord, à proximité du faubourg de Saint-Barthélémy, le long de la rue Saint-Germain82 (actuelle rue Président Despatys)83 sans qu’il soit encore possible de le localiser. Il cesse d’être utilisé avant la Révolution puisqu’en 1792, il est en terre84. Peut-être a-t-il été détruit lors du siège de 1590, et peut-être les inhumations se sont-elles faites dans le troisième cimetière de Saint-Aspais, celui fondé dans la ruelle de Poignet en 1598 ?85 Le cimetière de l’hôtel-Dieu Saint-Nicolas, dont l’emplacement est connu au XVIIIe siècle (à l’ouest des bâtiments conventuels, le long de la Seine), est trop éloigné de l’église et du cœur du couvent pour être le cimetière médiéval. Une translation a pu être effectuée lors de la réorganisation totale des locaux au XVIIe siècle86.

Planche VI : Localisation des cimetières de Melun aux XIe - XVe siècles. 5Saint-Laurent, 6-Saint-Sauveur, 7-Saint-Barthélémy, 8-Saint-Liesne, 9Saint-Ambroise, 10-Saint-Michel, 11-Saint-Jacques, 12-Saint-Nicolas, 13Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, 14-Carmes, A-château royal, B juiverie.
Planche IX : Localisation des cimetières de Melun entre le XVIe siècle et 1797. 15-Maison de Santé, 16-Capucins, 17-Récollets, 18-Visitandines, 19Ursulines, A-deuxième cimetière de Saint-Aspais, B-troisième cimetière de Saint-Aspais, C-deuxième cimetière de Saint-Jacques, emplacement supposé, D-deuxième cimetière de Saint-Ambroise, E-cimetière du dépôt de mendicité, F-cimetière des non catholiques.

  • 87 « (...) a été représenté que pour faire un cimetière pour l’inhumation des pauvres qui décèderont a (...)
  • 88 . G. Leroy, « Les cimetières de Melun »..., op. cit., p. 137.
  • 89 « (...) sur quoy lassemblée délibérant a autorisé les sieurs maire et échevins a faire construire u (...)
  • 90 Il aurait disparu lors de l’agrandissement du cimetière Saint-Ambroise en 1797 pour permettre les i (...)
  • 91 Ce cimetière a été trouvé en fouilles récemment sans qu’il ait été identifié (J.-C. Le Blay, « Débo (...)

19Le XVIIIe siècle a connu deux cimetières éphémères : en 1770, le cimetière du dépôt de mendicité et en 1788, celui pour les non catholiques. Le 23 décembre 1770, la ville octroie à l’Intendant de la Généralité un terrain situé près du dépôt de mendicité alors aménagé dans les bâtiments abandonnés par les Visitandines. Cet espace de 830 m2, est implanté à l’extérieur du mur de clôture de l’ancien couvent, dans les fossés de la ville, à l’est de la porte de Bierre87. Destiné aux marginaux de la ville, il est éphémère et sert au début du XIXe siècle à l’extension du quartier de cavalerie.88. Le cimetière des non catholiques est ouvert par délibération municipale du 8 juin 178889. Il se situe en dehors de la ville, à côté du cimetière de Saint-Ambroise. Il est minuscule (5,85 m de large) et est absorbé à la Révolution par ce dernier90. Les corps y ont été inhumés selon un axe nord-sud pour bien les différencier des sépultures chrétiennes91.

La mise en place des cimetières contemporains (1797 - 2000)

  • 92 Le culte reprend normalement à Notre-Dame en 1795 (A. Bernard de la Fortelle, Histoire et descripti (...)
  • 93 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 133-134.
  • 94 Un premier agrandissement a eu lieu dans les années 1863 (Ibid., p. 134), puis en 1962 (Archives mu (...)
  • 95 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 136-137 ; Archives municipales de Melun, plans, (...)

20De 1797 à 1810, Melun ne possède qu’un cimetière : Saint-Ambroise extramuros, rebaptisé cimetière de Notre-Dame quand cette église devint la seule église paroissiale en fonctionnement dans la ville92 (Planche X). En 1810, la paroisse Saint-Aspais est relevée et la ville acquiert un terrain de 65,90 ares situé sur le plateau, au faubourg des Carmes, le long de la route de Meaux, vis-à-vis l’ancien couvent des Capucins, au lieu-dit la Bourdette93 (Planche XI). Mais, en moins de trente ans, cet endroit se révèle trop petit et les inhumations cessent le 20 juin 1839. Les sépultures de la paroisse Saint-Aspais prennent alors place, comme entre 1797 et 1810, dans le cimetière du canton sud, le cimetière de Notre-Dame (ancien cimetière de Saint-Ambroise) jusqu’au 14 mai 1841, lorsque la ville achète un vaste emplacement au nord du cimetière de la Bourdette, au lieu-dit les Hauts-Mézereaux (Planche XI). Cette fois, la ville voit juste et ce cimetière est encore utilisé à l’heure actuelle malgré plusieurs ajouts94. Le cimetière de Notre-Dame, trop petit, est lui aussi, fermé en 1857 et remplacé par un cimetière plus vaste implanté au sud-est du précédent, entre les rues de la Rochette et Marcel Houdet. Un agrandissement a cependant été nécessaire en 194395. Ces deux cimetières, de Melun-nord et Melun-sud, sont les seuls employés aujourd’hui (Planche XI).

Planche X : Localisation des cimetières de Melun entre 1797 et 1810.
Planche XI : Localisation des cimetières de Melun entre 1810 et 2000.
A-Quatrième cimetière de Saint-Aspais, B-cinquième cimetière de Saint-Aspais, cimetière de Melun-nord, C-cimetière de Melun-sud.

Le cas des sépultures isolées

21Les sépultures isolées sont fréquentes en milieu urbain et en milieu rural, par exemple à Melun. Elles sont connues soit par les textes, soit par des découvertes fortuites ou par des fouilles. Les textes expliquent leur raison d’être, sinon, les sépultures isolées sont délicates à interpréter et à dater en l’absence de mobilier.

  • 96 Les forces françaises se replièrent le 14 fév. (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 462.
  • 97 Rapporté par un témoin oculaire (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 459-460). L’auberge de S (...)

22Les textes rapportent la pratique d’inhumations rapides lors de conflits. Lors de la campagne de France de février 1814, les forces françaises fidèles à Napoléon cantonnées à Montereau, furent attaquées par la grande armée de Bohême du prince de Schwarzemberg. La lutte fut terrible Des témoins oculaires ont rapporté que la Seine charriait des cadavres, qui furent inhumés au bord du fleuve96. Vers la mi-février, après cette défaite et le repli des forces françaises, des hussards wurtembergeois bivouaquèrent au-dessus de Saint-Liesne. Quelques cavaliers hardis pénétrèrent en ville. Lorsqu’ils repartirent, le dernier d’entre eux fut tué. Ses compagnons s’enfuirent en abandonnant son corps qui fut enterré par les habitants « dans le terre-plein qui existe au bas de l’auberge de Saint-Nicolas »97.

  • 98 L’Ile de France de Clovis à Hugues Capet, France, Editions du Valhermeil, 1993, p. 160.
  • 99 Ville de Melun, Bilan d’activité..., op. cit., p. 12.

23Par ailleurs, lors de travaux, deux sépultures isolées ont été découvertes. Rue Lucien Gaulard à Melun-nord, sur le plateau, dans l’ancien faubourg des Carmes, à peu près à égale distance du quatrième cimetière de Saint-Aspais (le cimetière de la Bourdette) et du cinquième, celui de Melunnord, une inhumation en sarcophage de pierre surmonté d’un couvercle en bâtière98. peut dater de l’époque mérovingienne, voire carolingienne, s’il n’y a pas eu réemploi. L’autre rue Crévoulin, dans la montée de Saint-Liesne est une inhumation en sarcophage de plâtre99 qui peut sans doute être rattachée à la nécropole mérovingienne découverte à quelques dizaines de mètres sur l’emplacement de l’église Saint-Liesne. Ces découvertes ponctuelles ne permettent pas de savoir s’il existe d’autres inhumations aux alentours et leur environnement.

Conclusion

24L’évolution des cimetières de Melun est conforme au schéma général. Durant l’Antiquité et le Haut Moyen Âge, les nécropoles se situent en périphérie, d’abord sur la rive sud (Haut Empire), puis sur la rive nord (Bas Empire, époque mérovingienne). L’apparition de nécropoles, sur la rive nord rurale au Haut Empire, marque la colonisation des lieux.

25Vers les Xe - XIe siècles, sous l’action conjuguée de l’Église et de l’autorité civile, les morts entrent dans la ville : les cimetières se groupent autour des sanctuaires conventuels, hospitaliers ou paroissiaux. Les grandes aires sépulcrales précédentes disparaissent au profit d’une myriade de petits cimetières. Au début du XIIIe siècle, Philippe Auguste entérine la tripartition de la ville et renforce le caractère propre du bourg Saint-Aspais, de l’île Saint-Etienne et du bourg Saint-Ambroise, ce qui se traduit dans l’histoire de leur cimetière. Les cimetières de l’île Saint-Etienne et du bourg Saint-Ambroise, quartiers peu densément peuplés, conservent leur configuration d’origine ; en revanche le cimetière paroissial de Saint-Aspais, bourg commercial très peuplé, est transféré à l’extérieur de la ville pour cause de salubrité publique et, certainement, de prestige.

  • 100 Le 10 mars 1776, après plusieurs transferts depuis le XVIe s., une ordonnance royale décréta le tra (...)

26À l’époque moderne, comme la liturgie chrétienne est très présente dans l’esprit des fidèles, l’Église accepte les modifications apportées aux cimetières paroissiaux ou hospitaliers, officiellement pour des raisons d’hygiène publique100, mais aussi pour cause de conjoncture politique du moment, d’intérêt public, d’intérêt privé. Le deuxième cimetière de Saint-Aspais, installé extra-muros est détruit lors du siège de 1590 et transféré dans une zone moins menacée. C’est une raison d’hygiène publique qui motive sa fermeture en 1797, tout comme le transfert du cimetière de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques en dehors de l’agglomération. Le cimetière Saint-Ambroise, trop grand pour la population paroissiale, est amputé au XVIIe siècle, pour bâtir, d’une part de son emprise. La réorganisation des locaux de l’hôtel-Dieu Saint-Nicolas entraîne, quant à elle, l’éloignement du cimetière hospitalier. L’époque moderne se différencie par le nombre réduit d’aménagements dans la ville. En dehors des cimetières de couvents nouvellement fondés (deux hors de la ville : Récollets et Capucins ; deux dans le quartier Saint-Ambroise : Ursulines, Visitandines), aucun cimetière paroissial n’apparaît puisqu’aucune paroisse n’est édifiée. Cependant, deux créations correspondent à des besoins ponctuels - dont l’un est propre à cette époque (dépôt de mendicité) - se situant en-dehors des cadres paroissiaux. À Melun, leur caractéristique est d’être tardive et éphémère.

27La Révolution simplifie considérablement les aires sépulcrales car elle n’en reconnaît qu’une seule, le cimetière Saint-Ambroise délocalisé au sud de la ville. Au XIXe siècle, un deuxième espace mortuaire est aménagé sur le plateau nord. Ces deux ensembles ont été implantés dans des lieux permettant les agrandissements, traduisant une vision d’aménagement à long terme. Force est de constater qu’avec ces deux créations, l’habitant de Melun retombe dans l’ère des grandes nécropoles du début de l’histoire de sa ville et renoue ainsi avec son passé antique.

  • 101 Voir note 86.

28Dans l’évolution des cimetières, les problèmes de salubrité publique dominent nettement dans les causes des transferts des cimetières paroissiaux et hospitaliers. Notons que ces modifications affectent seulement les cimetières paroissiaux urbains et les cimetières hospitaliers situés en ville. Les cimetières ruraux et conventuels, pour l’essentiel, échappent à ces changements. D’autres facteurs interviennent aussi, comme la politique (deuxième cimetière de Saint-Aspais, établissement des Hospitaliers, peut-être deuxième cimetière de Saint-Jacques ?) et les remaniements architecturaux d’envergure (peut-être le cimetière de Saint-Nicolas ?). L’ordonnance de 1776 décrétant la translation des cimetières en dehors des villes n’a pas eu d’impact à Melun101, les transferts étant une solution palliative pratiquée depuis le milieu du XVe siècle.

29Certains cimetières au destin mouvementé comme celui de Saint-Aspais qui a connu cinq emplacements successifs, témoignent, en dehors des accidents de l’Histoire, de vues à court terme des aménageurs (fabriques ou Ville), alors que d’autres n’ont connu aucune perturbation (cimetières de Saint-Liesne, de Saint-Barthélémy). Aujourd’hui, il est vraisemblable que les cimetières de Melun se sont définitivement stabilisés.

Notes

18 C’est le cas du cimetière des Saints-Innocents à Paris.

19 Saint-Père de Melun 1000-2000, de l’Abbaye à l’Hôtel du Département, Dammarie-les-Lys, Conseil Général de Seine-et-Marne, Direction des Archives et du Patrimoine, 2000, p. 47-57.

20 À l’époque gauloise, l’oppidum relevait du peuple des Sénons (capitale : Sens). Par la suite, la ville fut intégrée au diocèse de Sens (C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun et son évolution au Moyen Âge », dans Art et architecture à Melun au Moyen Age, actes du colloque, Melun, Espace Saint-Jean, 28-29 nov. 1998, à paraître et Gallo-romains en Ile-de-France, France, Ass. des conservateurs des musées d’Ile-de-France, 1984, p. 107).

21 Le mot « nécropole » renvoie à de vastes étendues à tombes disposées sans contraintes, tandis que « cimetière » évoque des emprises plus petites. Le premier est utilisé pour les grands ensembles ruraux et péri-urbains de l’Antiquité et du Haut Moyen Âge, le second s’applique aux espaces nichés près des églises à la fin du Moyen Âge et à l’époque moderne.

22 Les plans de cet article sont imprécis, voire erronés. Le tracé des voies et des enceintes a été réalisé par l’auteur pour cette recherche. La cartographie évolutive de la ville reste à faire.

23 G. Leroy, Histoire de Melun, Melun, Drosne imprimeur-éditeur, 1887, p. 57 ; A.-C. Lussiez, « Répertoire archéologique de la ville de Melun (périodes préhistorique, protohistorique, gallo-romaine et franque) », Bulletin du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, 10 (1971), p. 30 ; P. Geslin, Brie antique. Notice sur la topographie gallo-romaine de l’arrondissement de Coulommiers, Le Mée-sur-Seine, Editions Amattéis, 1993, p. 114-116.

24 R. Adam, « Un vieux problème, le nom antique de Melun », Pagus Melodunensis, 5 (juin 1990), p. 5-8.

25 Voir note 7.

26 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », Almanach historique et statistique du département de Seine-et-Marne et du diocèse de Meaux, (1863), p. 131-132. Voir à ce sujet les différents rapports de fouilles conservés au Service Régional de l’Archéologie d’Ile-de-France. Cette nécropole s’étendait sous la voie de chemin de fer et sous le site de l’ancienne brasserie Grüber (angle de l’avenue Jean-Jaurès et de l’avenue Thiers), détruite au profit du nouveau palais de justice et de la cité judiciaire en cours d’achèvement. Les inhumations, orientées est-ouest, étaient faites en pleine terre, en cercueil et autres aménagements.

27 Depuis le XIXe s., des observations de travaux, fouilles ont permis de repérer quelques tronçons de voies romaines dans la plaine sud (plaine de la Varenne) et des traces d’activités artisanales et de bâtiments (Melun au temps de Rome, catalogue de l’exposition, Melun, Espace Saint-Jean, 24 nov. 1990 - 27 janv. 1991, Melun, Ville de Melun, 1990). Dans l’île, si des bâtiments des Ier et IIe s. ont bien été identifiés, il n’est pas certain que s’y soient trouvés une nécropole et un temple dédié à Mercure, idée de G. Leroy au XIXe s., reprise depuis sans critiques. En l’occurrence, l’hypothèse d’une nécropole tombe d’elle-même puisque l’île est dans le périmètre urbain (C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.).

28 Melun au temps de Rome, op. cit. Son tracé épouse-t-il celui de la fortification gauloise ?

29 La nécropole grandit sous le quartier Chamblain (actuelle cité administrative). Grâce aux inhumations, l’occupation a été datée du Ier s. (J.-C. Le Blay, J.-C. Chanez, D. Doucet, « Un quartier de Melun à l’époque gallo-romaine », Pagus Melodunensis, 4 (nov. 1989), p. 6-10 ; J.-C. Le Blay, G.-R. Delahaye, « Un sarcophage trapézoïdal gallo-romain découvert à Melun », Bull, du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, 22 (1981), p. 97-99).

30 Il s’agit d’une partie d’une nécropole à inhumations (tombes en pleine terre essentiellement) découverte en 1992 lors de l’aménagement d’un parc de stationnement au 11 bd Gambetta et rue Eugène Briais (rapport de fouille du Service Régional de l’Archéologie d’Île-de-France.)

31 Y. Gallet, « Childebert Ier et la question du groupe cathédral de Melun au VIe s. », dans Art et architecture à Melun au Moyen Âge, actes du colloque, Melun, Espace Saint-Jean, 28-29 nov. 1998, à paraître.

32 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.

33 Un récapitulatif des découvertes mérovingiennes sur le site de la Brasserie Grüber est fait dans J. Cottard, J.-C. Le Blay, G.-R. Delahaye, « Le site de Saint-Liesne à Melun. La nécropole mérovingienne et l’église médiévale », Bulletin du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, 18-19 (1977-1978), p. 209-211.

34 Cette découverte, lors de travaux depuis 1961 (rue des Fabriques) a engendré une fouille de sauvetage en 1977-1978 (Ibid).

35 1) Site de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques : En 1826, il fut décidé d’aménager dans l’ancien hôtel-Dieu, sis dans l’ancienne rue de la Cerclerie (actuelle rue Carnot), « l’Hôtel de France » qui disparut dès la fin du XIXe s. Furent alors trouvés « des cercueils de pierre, en forme d’auges, de gaines, semblables à ceux de la cour d’honneur de la Préfecture, ancienne abbaye de Saint-Père, en 1865 » (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 11-12). Par ailleurs, une impasse nord-sud perpendiculaire à la rue Carnot, aujourd’hui ouverte (rue Saint-Jacques), longeait le lieu où se dressait l’hôtel-Dieu. Elle portait au Moyen Âge l’appellation de Campus Dei ou me de Chandé. G. Leroy a utilisé ce toponyme (« champ de Dieu » donc « champ des morts ») parce que cette impasse desservait le cimetière hospitalier (G. Leroy, L’obituaire de l’hôtel-Dieu de Melun au XIIIe s, Melun Imprimerie E. Drosne, 1892, p. 23-24). Or, les censiers médiévaux de l’hôtel-Dieu situent le cimetière au sud de l’église, le long de la rue de la Cerclerie et non au bout de l’impasse. Ce toponyme renvoie probablement au cimetière mérovingien antérieur (C. Mabire la Caille, « Les établissements hospitaliers de Melun au Moyen Âge » dans Archéologie et architecture hospitalières de l’Antiquité tardive à l’aube des temps modernes, actes du colloque, Univ. Paris XII, 7-8/X/1999, à paraître).
2) Site de l’abbaye Saint-Père où plusieurs inhumations en sarcophage ont été trouvées depuis le XIXe s. Dans les cas bien décrits, le sarcophage a été réemployé (C. Lemaire, « Note sur d’anciens tombeaux découverts à Melun dans la cour d’honneur de la Préfecture en décembre 1865 », Bulletin de Société d’Archéologie, Sciences, Lettres et Arts de Seine-et-Marne, 4 (1865), p. 361-364 ; Saint-Père de Melun, op. cit., p. 22), mais c’est un phénomène qui caractérise aussi certaines inhumations du cimetière de Saint-Liesne (J. Cottard, J.-C. Le Blay, G.-R. Delahaye, « Le site de Saint-Liesne à Melun », op. cit., p. 215).

36 Les sarcophages sont utilisés moins fréquemment à l’époque carolingienne. Des réemplois de sarcophages du Haut Moyen Âge sont attestés jusqu’à l’époque moderne (voir note 19 et G.-R. Delahaye, « Les sarcophages mérovingiens » dans Naissance des arts chrétiens. Atlas des monuments paléochrétiens de la France, Paris, Imprimerie Nationale, 1991, p. 288-299).

37 Les églises de Notre-Dame et de Saint-Etienne sont mentionnées en 826 (Gallia Christiana, XII, p. 17-19) et l’abbaye de Saint-Père est en ruines en 991 (Ibid., col. 34 ; Instrumenta Ecclesiae Senonensis, charte no°XI, col. 12).

38 Voir note 19.

39 A. Vauchez, « Naissance d’une chrétienté » dans R. Fossier (dir.), Le Moyen Age, t. 2, L’éveil de l’Europe 950-1250, Paris, Armand Colin, 1982, p. 79-99.

40 Pour un état récapitulatif des données concernant les juifs à Melun, voir : J. Astruc, Les juifs dans le diocèse de Sens. Recherches de topographie historique : enquête préliminaire, Mémoire de DEA, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, juin 1998, p. 70-73.

41 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.

42 Ibid.

43 La date de fondation est inconnue. La plus ancienne mention dans les actes anciens est entre parenthèses (C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun », op. cit.).

44 Pour fonder une paroisse, il faut une population assez nombreuse pour entretenir un curé.

45 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.

46 Ibid.

47 Les ordres mendiants, qui prêchent les masses, s’installent d’abord dans les grandes villes. Les premiers couvents arrivent en ville dès le XIIIe s. (J. Le Goff, « Apostolat mendiant et fait urbain dans la France médiévale : l’implantation des ordres mendiants. Programme questionnaire pour une enquête », Annales. Économie. Société. Civilisation, 23 (1968), p. 335-352 ; Id., « Enquête du centre de Recherches Historiques. Ordres mendiants et urbanisation dans la France médiévale. État de l’enquête », Annales. Économie. Société. Civilisation, 25 (1970), p. 924-946).

48 La première mention de la léproserie remonte à 1033, de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques à 1162 et de l’hôtel-Dieu Saint-Nicolas à 1222 (C. Mabire la Caille, « Les établissements hospitaliers de Melun... », op. cit.).

49 G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 10.

50 L’église Saint-Etienne et son cimetière sont représentés sur un plan de la pointe est de l’île, daté de 1836, réalisé à partir de données historiques en vue de l’implantation de la future maison de détention (Archives municipales de Melun, B 300).

51 Par la bulle du 4 avril 1232, Grégoire IX accorde au maître et aux frères de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques qui en font la demande, l’autorisation d’avoir un cimetière (Archives départementales de Seine-et-Marne, Copies de bulles de papes, ordonnances des rois de France, etc. datant des XIIe et XIIIe siècles et concernant l’hostel Dieu Saint-Jacques dont les originaux existent dans les archives de cet établissement, XIXe s., Mdz 593).

52 C. Mabire la Caille, « Les établissements hospitaliers de Melun... », op. cit.

53 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 132-133.

54 La porte de la Geôle, appelée ensuite porte de Paris, est mentionnée dans les censiers du XVe s. de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques (Archives départementales de Seine-et-Marne, 12 Hdt/B 39). Par ailleurs, ce deuxième cimetière de Saint-Aspais, parfaitement localisé par G. Leroy au XIXe s. (« Les cimetières de Melun », op. cit., p. 132-133), a été confondu, encore récemment, avec d’autres établissements comme la maladrerie Saint-Lazare, (Saint-Père de Melun..., op. cit., p. 24) dont l’implantation à deux km de la ville est certaine car localisée sur le plan d’intendance de 1787 (Archives départementales de Seine-et-Marne, C 50).

55 Ce tableau est conservé au Musée municipal de Melun.

56 G. Leroy rapporte la découverte de plaques tombales du XVIe s. lors de travaux à l’intérieur de l’église (« Les cimetières de Melun », op. cit., p. 132). En 1995, la plaque tumulaire de la sépulture d’un bourgeois de Melun a été exhumée lors de travaux (Ville de Melun, Service municipal de l’archéologie, Bilan d’activité, année 1995, rapport dactylographié, p. 17-19).

57 G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 10.

58 Le clocher, au Moyen Âge et à l’époque moderne, est un édifice lié au culte et un élément de signalisation dans l’espace d’où la construction de clochers de plus en plus hauts.

59 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.

60 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 137.

61 Le prieuré n’a pas eu plus de huit-dix moines en période de paix (G. Leroy, « Le prieuré St-Sauveur de Melun », Bull. de la Soc. d’Archéologie de Seine-et-Marne, VII (1875), p. 15-16.)

62 C. Mabire la Caille, « Les établissements hospitaliers de Melun », op. cit. La seule représentation de ce cimetière est sur un plan de l’île daté de 1740 provenant du Livre de plans de la duché-pairie de Villars conservé à la bibliothèque municipale de Melun (non coté).

63 Voir note 39.

64 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun », op. cit. Les enclos des cimetières paroissiaux se voient bien sur le tableau du Musée municipal de Melun (Planche VII).

65 Voir note 24.

66 Une chapelle est fondée dans son enclos en 1617. Dans les descriptions postérieures, aucun cimetière n’est mentionné. Les défunts étaient vraisemblablement enterrés dans le cimetière de Saint-Barthélémy (C. Mabire la Caille, « La maison de Santé de Melun », Bull, du Groupement Archéologique de Seine-et-Marne, à paraître). Cette maison se détache à l’avant du tableau (Planche VII) ; elle s’élève en bordure de Seine et possède un corps de logis rectangulaire doté d’un corps médian saillant, le tout est précédé d’un jardin enclos.

67 G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 381.

68 Par délibération du 31 mars 1769, le corps de ville accepte la suppression du couvent des Visitandines (Archives municipales de Melun). Dès 1770, les locaux sont affectés au dépôt de mendicité (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 406).

69 Ibid., p. 406.

70 Id., « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 130-138.

71 C. Mabire la Caille, « La topographie de Melun... », op. cit.

72 L’église fut démolie en 1792 après suppression de la paroisse (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 19-20).

73 Ibid, p. 297.

74 C. de Maizières donne à l’église Saint-Aspais, le 25 juin 1564, un jardin près du cimetière de Saint-Aspais « pour la commodité, augmentation et décoration dudit cimetière afin que l’on y bâtisse un charnier quand l’église le pourrait » (G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 135). Le tableau représente trois galeries, donc ce charnier et deux autres. Saint-Apais a probablement bénéficié d’autres dons. Ceci permet de dater le tableau original d’entre 1564 (don de Claude de Maizières) et 1590 (destruction du cimetière lors du siège de Henri IV).

75 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 132-133.

76 Les terrains sont achetés par la fabrique le 19 juin 1597. Le cimetière est béni par Jérôme de Clausse, évêque de Châlons, le 17 mai 1598 (G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p.133). Ce troisième cimetière de Saint-Aspais a été localisé précisément (J.-C. Chanez, H. Poupon, « Les vieilles maisons de Melun (suite) 26, rue Bancel », Pagus Melodunensis, 4 (nov. 1989), p. 23-27). Actuellement s’y élève l’école Jeanne d’Arc.

77 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 133.

78 Ibid.

79 Sur un plan du XVIIIe s. le cimetière de St-Ambroise est situé entre l’église paroissiale et l’église Saint-Michel (Bibliothèque municipale de Melun, plan levé par Limosin, BB 6).

80 Il est béni le 28 octobre 1782 par le représentant de l’archevêque de Sens (Ibid., p. 136).

81 La ville réunit au cimetière un terrain de 58 perches carrées, soit 2287,52 m2, saisi sur le domaine de l’hôtel-Dieu de Saint-Nicolas (Ibid., p. 136).

82 Le cimetière de Saint-Jacques apparaît accolé à l’église hospitalière, pour la dernière fois dans les textes conservés, dans le censier de 1532 (Archives départementales de Seine-et-Marne, 12 Hdt/E 13). Il réapparaît à son nouvel emplacement dans un acte de 1542 contenu dans un registre de l’abbaye Saint-Père (Archives départementales de Seine-et-Marne, H 223, p. 22). Un autre acte de ce même registre fournit sa localisation approximative : « Tiltre nouvel par Robert de la Vanne, vigneron, demeurant a Saint Barthélémy, de II sous parisis de rente foncière a cause de la Crosse sur une maison, court et jardin et terres contenant un quartier sciz a Moussigny devant le cimetière Saint Jacques, d’un bout sur la rue Saint Germain, passé par devant Jean Violet, notaire a Melun, le XII may 1580 » (Ibid., p. 20).

83 J. et H. Clayette, Melun pas à pas, ses rues, ses places, ses monuments, France, Ed. Horvath, sans date (XXe siècle), p. 168.

84 Dans l’état des biens de l’hôtel-Dieu Saint-Jacques, préliminaire à leur vente par la Nation, réalisé le 2 nov. 1792, il est décrit : « Cent cinquante neuf perches au même lieu, en une pièce dite le Vieux cimetière (...) » (Archives départementales de Seine-et-Marne, 1 Q 1084/2). S’il s’agit bien du terrain d’origine, il était très vaste (6270,96 m2).

85 Les actes mentionnant le deuxième cimetière de Saint-Jacques vont de 1542 à 1580 (Archives départ, de Seine-et-Marne, Fonds de l’abbaye Saint-Père, H 230 ; H 223, p. 20, 22).

86 Voir supra.

87 « (...) a été représenté que pour faire un cimetière pour l’inhumation des pauvres qui décèderont au Dépot de Mandiants étably à Melun en la maison ou étoit cy devant le monastère des Dames religieuses de la Visitation de Sainte Marie, Monseigneur l’Intendant a demandé une portion de terrain scituée près le mur de clôture du jardin de ladite maison, dans le fossé de la ville (...) ledit terrein contenant vingt une perche (...) » (Archives municipales de Melun, délibération municipale du 23 déc. 1770). 21 perches correspondent à 828,24 m2

88 . G. Leroy, « Les cimetières de Melun »..., op. cit., p. 137.

89 « (...) sur quoy lassemblée délibérant a autorisé les sieurs maire et échevins a faire construire un cimetière pour la sepulture des non catholiques sur un terrain scitué hors la porte de Bierre, attenant le cimetière de la paroisse de Saint Ambroise de cette ville contenant ____ (sic) pieds de long sur dix huit pieds de large. À cet effet de faire enclore d’un murs de dix pieds de haut compris fondation et chapiteau (...) » (Archives municipales de Melun, délibération du 8 juin 1788). Il est donc doté de 5,85 m de large et d’un mur haut de 3,25 m.

90 Il aurait disparu lors de l’agrandissement du cimetière Saint-Ambroise en 1797 pour permettre les inhumations supplémentaires issue de la fermeture du cimetière de Saint-Aspais.

91 Ce cimetière a été trouvé en fouilles récemment sans qu’il ait été identifié (J.-C. Le Blay, « Déboires rue Armand Cassagne à Melun », Pagus Melodunensis, 4 (nov. 1989), p. 13.)

92 Le culte reprend normalement à Notre-Dame en 1795 (A. Bernard de la Fortelle, Histoire et description de Notre-Dame de Melun, Melun, Desrues imprimeur, 1843, p. 30-31).

93 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 133-134.

94 Un premier agrandissement a eu lieu dans les années 1863 (Ibid., p. 134), puis en 1962 (Archives municipales de Melun, plan, D 46) et en 1966 (Id., plan, D 124).

95 G. Leroy, « Les cimetières de Melun », op. cit., p. 136-137 ; Archives municipales de Melun, plans, D 108, D 110, D 113.

96 Les forces françaises se replièrent le 14 fév. (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 462.

97 Rapporté par un témoin oculaire (G. Leroy, Histoire de Melun, op. cit., p. 459-460). L’auberge de Saint-Nicolas, non identifiée, doit se localiser près du quartier Saint-Aspais.

98 L’Ile de France de Clovis à Hugues Capet, France, Editions du Valhermeil, 1993, p. 160.

99 Ville de Melun, Bilan d’activité..., op. cit., p. 12.

100 Le 10 mars 1776, après plusieurs transferts depuis le XVIe s., une ordonnance royale décréta le transfert des cimetières hors des villes pour des questions d’hygiène publique. Cette ordonnance n’a pas été appliquée partout. (C. Mabire la Caille, Evolution topographique de la cité de Tours des origines jusqu’au XVIIIe s., thèse de l’Université de Paris I Panthéon Sorbonne, 1988, t. 1, p. 213).

101 Voir note 86.

Table des illustrations

Légende Planche I : Le site de Melun à l’époque protohistorique.Planche II : Localisation des cimetières de Melun au Haut Empire.A-Nécropole de la plaine sud, site Grüber, B- amphithéâtre.Planche III : Localisation des cimetières de Melun au Bas Empire.A-Nécropole de la plaine sud, B- nécropole du boulevard Chamblain,C-nécropole du boulevard Gambetta.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30688/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Légende Planche IV : Localisation des cimetières de Melun à l’époque mérovingienne.1-Notre-Dame, 2-Saint-Père ?, A-nécropole de la plaine sud, B-nécropole Saint-Liesne, C-nécropole Saint-Jacques.Planche V : Localisation des cimetières de Melun à l’époque carolingienne. 3-Saint-Etienne, 4-Saint-Aspais ?
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30688/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Légende Planche VII : Vue de Melun à vol d’oiseau, copie de 1774 d’un tableau réalisé entre 1564 et 1590 (Musée municipal de Melun).La ville est représentée du sud-ouest en direction du nord-est.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30688/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende Planche VIII : Vue de Melun à vol d’oiseau, copie de 1774 d’un tableau réalisé entre 1564 et 1590 (Musée municipal de Melun).Détail du deuxième cimetière de Saint-Aspais.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30688/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 440k
Légende Planche VI : Localisation des cimetières de Melun aux XIe - XVe siècles. 5Saint-Laurent, 6-Saint-Sauveur, 7-Saint-Barthélémy, 8-Saint-Liesne, 9Saint-Ambroise, 10-Saint-Michel, 11-Saint-Jacques, 12-Saint-Nicolas, 13Hospitaliers de Saint-Jean de Jérusalem, 14-Carmes, A-château royal, B juiverie.Planche IX : Localisation des cimetières de Melun entre le XVIe siècle et 1797. 15-Maison de Santé, 16-Capucins, 17-Récollets, 18-Visitandines, 19Ursulines, A-deuxième cimetière de Saint-Aspais, B-troisième cimetière de Saint-Aspais, C-deuxième cimetière de Saint-Jacques, emplacement supposé, D-deuxième cimetière de Saint-Ambroise, E-cimetière du dépôt de mendicité, F-cimetière des non catholiques.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30688/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Légende Planche X : Localisation des cimetières de Melun entre 1797 et 1810.Planche XI : Localisation des cimetières de Melun entre 1810 et 2000.A-Quatrième cimetière de Saint-Aspais, B-cinquième cimetière de Saint-Aspais, cimetière de Melun-nord, C-cimetière de Melun-sud.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30688/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 321k

Auteur

UFR d’histoire de l'art et archéologie, 3 rue Michelet, 75006 Paris

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540