Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

La mort en Île-de-France

 | 
Martine Tabeaud

La mort antique, médiévale et moderne en Île-de-France

Mark Guillon, Pascal Sellier, Laure Pecqueur, Stéphanie Creveuil et Raphaël Durand

Texte intégral

1Cette contribution ne prétend pas retracer l’évolution complète de l’histoire de la mort en Île-de-France. Il ne s’agit donc pas d’une étude exhaustive des structures funéraires et des gestes mortuaires des Âges des métaux à nos jours. La période antique servant de point de départ, la mise en place des aspects funéraires du christianisme sera présentée dans la région qui nous intéresse, puis le propos sera centré sur les périodes médiévales et modernes qui ont fait l’objet de recherches récentes, notamment dans le cadre de la fouille du cimetière de l’église Saint-Ayoul à Provins et dans celui de travaux universitaires soutenus à l’Université Paris I.

  • 1 Citons les colloques et les mémoires de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne (AFAM)

2Durant l’Antiquité, l’Ile-de-France doit être vue non comme un ensemble territorialement unifié mais comme un espace partagé entre plusieurs unités administratives : les civitates. Elles sont au nombre de huit : civitas des Parisiens, des Meldes, des Suessions, des Tricasses, des Senons, des Carnutes, des Eburoviques et des Veliocasses. Pour cette période, on ne peut donc pas a priori considérer la totalité des sites funéraires comme un seul et même ensemble homogène. De plus, les nécropoles gallo-romaines d’Île-de-France peuvent être schématiquement séparées en deux groupes. Le premier comprend les gisements datés du Haut-Empire et pour lesquels sont seules accessibles pour l’instant des données issues des rapports de fouille ou de publications occasionnelles. Le second est composé des nécropoles de l’Antiquité tardive dont l’occupation va jusqu’au haut Moyen Âge. Ces sites ont bénéficié d’une récente dynamique d’études portant sur les ensembles sépulcraux mérovingiens1. Le développement de ces travaux s’appuie notamment sur le mobilier funéraire, armes, bijoux ou ornements en métaux précieux par exemple, contenus dans les tombes qui contraste avec l’aspect plus fruste des dépôts antiques essentiellement céramiques. Une distinction paléo-anthropologique existe aussi car les études des individus de l’Antiquité tardive et du haut Moyen Âge usent des mêmes méthodes alors que l’approche des sites du haut Empire nécessite un protocole propre aux os incinérés.

3Pour ce qui est de Lutèce durant la première moitié de la période gallo-romaine, il existerait essentiellement deux nécropoles à l’extérieur de la ville : une à l’ouest en bordure de la voie de Dreux (actuelle rue de Vaugirard) et l’autre au sud, faubourg Saint-Jacques (Velay, 1992). La première a livré des inhumations en cercueil, en sarcophage et en pleine terre ainsi que des incinérations. Une troisième nécropole se développe au sud-est au IIIe s., le « cimetière des Gobelins » qui deviendra la plus importante nécropole de la ville au Bas-Empire et dont l’utilisation se prolongera au Moyen Âge. Au Bas-Empire, apparaîtront par ailleurs de petits cimetières qui se rapprochent de l’habitat (et se développe même à ses dépens) comme sur la butte Sainte-Geneviève. En milieu rural, peu de nécropoles ont été fouillées récemment ; le site de Chantambre, fouille exhaustive en contexte programmé, a livré 504 inhumations datables de la fin du Ier au début du Ve s. (Girard, 1997 ; Murail, 1996, 1997). Les modes d’inhumation sont variés, mais il a été mis en évidence que différents appareils funéraires sont utilisés selon l’âge des défunts (vases-cercueils, couche de cendre, mobilier spécifique, profondeur de creusement) ce qui a permis d’effectuer des estimations d’âge au décès pour des tombes dont l’os n’était pas conservé ; P. Murail montre alors que le profil de mortalité reflète une population naturelle ce qui est rare dans les séries archéologiques qui dénotent en général un déficit en sujets très jeunes par rapport à une mortalité naturelle attendue dans les populations anciennes (Murail, 1996 ; Sellier, 1996).

  • 2 Les cartes archéologiques « manquantes » sont en cours de préparation notamment celle du Val-de-Ma (...)

4D’une manière plus générale, à l’heure actuelle, une démarche de synthèse concernant spécifiquement la mort et les morts en Ile-de-France durant l’Antiquité reste à entreprendre. On peut déplorer avant tout un manque d’outils adéquats. En effet, en amont de ce type de travaux se trouve l’emploi des cartes archéologiques de la Gaule (Provost, 1981), répertoires de l’ensemble des sites enregistrés dans un même département. Déjà riche d’un grand nombre de volumes concernant diverses régions, cette collection ne possède qu’un seul document sur l’Île-de-France : la carte archéologique de Paris (Busson, 1998). Il est donc pour l’instant délicat d’obtenir une vision globale du phénomène funéraire antique en Île-de-France sans entreprendre un profond travail de recensement2.

  • 3 Sous la direction de O. Buchsenschutz (E. N. S.) et F. Dumasy (Université Paris I).

5Les récents travaux du Projet Collectif de Recherches sur l’occupation des sols chez les Bituriges Cubes3 ont cependant démontré l’intérêt d’une approche intégrant les cadres géographiques, administratifs, politiques et religieux gallo-romains. Cette démarche soutenue par l’emploi d’un système d’information géographique (SIG.), concentrant l’ensemble des informations archéologiques, géologiques et paléo-environnementales accessibles permet de replacer le domaine funéraire dans son « cadre d’existence ». L’association de ces données à celles qui sont obtenues par l’étude paléoanthropologique permet d’espérer atteindre une meilleure compréhension des gestes, mais aussi des conceptions funéraires dans leur cadre ethno-archéologique : celui de la cité. En effet, l’île-de-France offre un terrain privilégié d’expérimentation de cette nouvelle approche puisque sur une étendue relativement restreinte sont regroupées un grand nombre de cités au regard de la répartition plus généralement rencontrée dans le reste de la Gaule. Il serait donc porteur de comparer les résultats de synthèses obtenues selon les cités afin d’infirmer ou de confirmer l’homogénéité des pratiques funéraires en Gaule.

  • 4 Notamment : Saint-Julien, les Saints-Apôtres, Notre-Dame des Champs, Saint-Marcel et peut-être Sai (...)
  • 5 Pour ces questions d’anomalies démographiques des gisements funéraires Cf. l’article de P. Sellier (...)
  • 6 Ibid, et Guillon 2001.

6Pour le haut Moyen Âge, l’Île-de-France dans son ensemble a livré environ deux cents nécropoles (Berthelier-Ajot, 1979). À Paris, pour P. Périn et L.-C. Feffer (1987) « il est significatif de noter la continuité d’utilisation de plusieurs nécropoles du Bas-Empire à l’époque mérovingienne »4. Il existe des exemples archéologiques de continuité d’utilisation de lieux funéraires entre Antiquité tardive et haut Moyen Âge notamment à Maule (78), Argenteuil (95) ou Bry-sur-Marne (94). Entre le Ve et le VIIe s., les nécropoles se rapprochent généralement de l’habitat, et l’implantation des cimetières se fait dans et autour des lieux de culte et non l’inverse (Berthelier-Ajot, 1979). Ce qu’écrit Salin en 1952 (p. 12) a largement été démontré : « ...lorsque l’Église eut en main une organisation suffisamment forte pour tenir en main les fidèles et pour veiller efficacement sur eux depuis la naissance, elle rassembla les tombes autour des sanctuaires, et par conséquent souvent à l’intérieur d’agglomérations qui étaient en train de donner naissance à nos villages actuels ». Ces cimetières de village peuvent être de grande taille (comme ailleurs en France) et dépasser couramment le millier de sépultures. L’une des plus grandes se trouve à Vicq dans les Yvelines : 2000 tombes ont été fouillées, la plupart attribuables au haut Moyen Âge, et le responsable de la fouille estime l’effectif total à plus de 4000 sépultures (Servat, 1980, 1993). Les dépôts ont continué après le haut Moyen Âge, et ce jusqu’à nos jours mais les tombes occupent une surface bien plus réduite qu’entre le Ve et le VIIe s. Encore une fois, une église, dédiée ici à saint Martin, est à l’origine de la création de la nécropole qui ne fait pas suite à une occupation, funéraire ou non, du Bas-Empire ; cependant, de nombreux sites gallo-romains ont été fouillés dans les environs comme à Jouars-Pontchartrain, Méré ou Épône. É. Servat s’étonne de l’apparition d’un tel ensemble funéraire dans un lieu isolé ; il émet l’hypothèse que les défunts de plusieurs communautés villageoises ont pu être enterrés à Vicq. Les contenants sont variés (cuves en plâtre, pierre, bois ou dépôts en pleine terre) ; la distribution par âge semble présenter des anomalies, avec peu de tombes d’enfants5, mais ces données démographiques ainsi que de nouveaux travaux sur la répartition des hommes et des femmes à Vicq (avec notamment la question du sexe estimé d’après le mobilier et d’après le squelette) sont en cours dans le cadre d’un D.E.A. (Creveuil, n. d.). Autre grand ensemble funéraire des Yvelines la nécropole de Maule a livré 933 tombes et 500 d’entre elles auraient été détruites par le creusement d’une carrière entre 1893 et 1959 ; contrairement à Vicq, la mise en place des tombes mérovingiennes détruit presque totalement la nécropole à incinération antique ; on a donc ici une continuité du Ier au VIIe s. (Sirat, 1993). Un autre exemple de grande nécropole du haut Moyen Âge est fourni par la nécropole de la Magnanerie à Vigneux-sur-Seine qui a fait l’objet de travaux récents (Prié, 1996, 1999 ; Guillon, 1999, 2001) ; la présence d’au moins 1000 sépultures a été confirmée. Une fouille très partielle (100 m2, 70 sépultures) a mis en évidence une utilisation très longue, du VIIe au XVIIIe s., et un certain nombre d’anomalies démographiques avec un déficit de tombes d’enfants et une absence totale de tombes de fœtus et de nourrissons6. Cependant, cette fouille ne concernant qu’une petite partie de la nécropole, l’on ne peut généraliser ces résultats ; en effet, il faut émettre des réserves sur la représentativité de l’échantillon concerné par rapport à l’ensemble de la nécropole (Guillon, 1997, p. 261-266).

7Les incinérations, courantes durant l’Antiquité en Île-de-France comme ailleurs dans l’Empire, disparaissent presque totalement aux Ve et VIe s. et l’inhumation individuelle devient la règle avec un mobilier d’accompagnement de plus en plus rare pour disparaître dans la majorité des tombes pendant la période carolingienne. Les contenants utilisés au haut Moyen Âge sont variés, sarcophages en pierre ou en plâtre, coffres de bois, et l’on note la présence de tombes en pleine terre, mode de dépôt qui deviendra majoritaire au plein Moyen Âge, tout au moins en milieu rural. Comme durant l’Antiquité, l’Île-de-France du haut Moyen Âge ne présente pas une image homogène pour l’accompagnement des défunts et les gestes mortuaires ; par exemple, le matériau de fabrication des cuves funéraires varie, souvent pour des raisons de matière première, entre l’est et l’ouest notamment, ainsi que la richesse des tombes. Dans Paris et ses environs, l’on observe une large fabrication des sarcophages en plâtre moulé, fabriqués hors sépulture, dont beaucoup sont décorés. Ce type de sarcophage semble avoir été prédominant à Paris de la seconde moitié du VIe s. au milieu du VIIIe s ; il est cependant certain, de sources archéologiques récentes, que d’autres types de cuves funéraires furent utilisées, notamment en plâtre coulé in situ (Périn, 1981). Pour l’utilisation des contenants funéraires et pour les dépôts de mobilier, l’Île-de-France est influencée par les régions voisines, par exemple le nord-ouest par la Normandie et la Picardie au mobilier plus riche que le sud-est influencé par la Bourgogne (Berthelier-Ajot, 1979).

8La variabilité dans le traitement des morts au haut Moyen Âge s’exprime aussi par de nombreux exemples de sépultures isolées ou en petits groupes découverts sur des sites d’habitat rural. Depuis ces vingt dernières années, les fouilles de tels sites se sont multipliées avec le développement des grands travaux d’aménagement du territoire en Île-de-France. Ces sépultures ont en commun de ne pas se trouver dans une nécropole et de ne pas être associées à un lieu de culte ; elles ne sont pas liées à un type d’habitat particulier, groupé ou dispersé, et l’on peut les trouver malgré la présence d’un cimetière à proximité comme à Serris « Les ruelles ». Un inventaire, effectué par l’un d’entre nous (Pecqueur, 1999), révèle l’existence de 34 sites d’habitats d’Île-de-France comportant au moins une sépulture (fig. 1). Ces sites sont inégalement répartis au sein de la région ; le nord et l’est sont les mieux pourvus, mais ceci correspond en grande partie à la fréquence des fouilles, notamment préventives (Roissy, Marne-la-Vallée, La Bassée, autoroute A5). Le site de Forges « Mauperthuis » (77) est un bon exemple ; situé à proximité de la confluence de la Seine et de l’Yonne, il a été étudié dans le cadre des travaux archéologiques liés à la construction de l’A5 et fait l’objet d’une fouille préventive en 1990 (Speller, 1990). Le décapage du site fut partiel, sur une surface de 8000 m2 alors que l’emprise totale a été estimée à 3 ou 4 hectares. Les vestiges mis au jour sont habituels des fouilles d’habitat du haut Moyen Âge (trous de poteau, fours domestiques, fonds de cabane) auxquels il faut ajouter des sépultures ; répartis sur une bande de terrain de 60 m. de large, ils sont organisés en espaces à vocation spécifique : zone d’habitat, zone artisanale, zone funéraire.

9Au sein d’un habitat donné, ces sépultures sont peu nombreuses (de 2 à 6, rarement plus), le plus souvent groupées et en position périphérique. Leur organisation dépend souvent des éléments structurants du paysage comme les chemins ou les fossés avec une incidence sur l’orientation des fosses par exemple. Sur tous les sites de ce type étudiés, nous avons constaté les éléments suivants : les gestes funéraires (position de dépôt du corps, orientation, soin apporté au défunt, appareil funéraire) sont généralement les mêmes que ceux qui sont observés dans les grands ensembles funéraires contemporains, mais quelques rares sépultures se distinguent par une particularité (dépôt sur le ventre, inhumation dans un puits ou un silo par exemple). Du point de vue anthropologique, nous n’avons décelé aucune sélection par âge (le déficit observé en sujets immatures est à rapprocher de celui généralement constaté pour les cimetières), aucune sélection par sexe, ni aucun regroupement en fonction d’un de ces deux paramètres démographiques. Les ensembles de quelques tombes pourraient ainsi correspondre à de petits groupes familiaux, hypothèse qui resterait à tester au moyen de critères biologiques sur les ossements.

10Il semblerait donc que seuls l’effectif et la position topographique distinguent ces groupes de sépultures hors contexte de celles des grandes nécropoles contemporaines. L’exclusion (religieuse, économique ou sociale), la continuité historique sont autant d’hypothèses qui ont été avancées pour expliquer la présence de ces sépultures au sein de l’habitat. Arrêtons nous sur ces hypothèses. L’exclusion religieuse : prenons l’exemple des enfants non baptisés ; dans les textes les enfants morts sans baptême sont exclus des cimetières, mais ce n’est pas dans ces groupes en contexte d’habitat qu’on les retrouve car il y a peu d’immatures et pratiquement pas d’enfants en très bas âge. Une autre possibilité serait que ces tombes concernent des sujets non chrétiens mais en l’état actuel de nos connaissances, cela reste impossible à prouver. L’exclusion sociale : si tel était le cas, il devrait être possible de déceler des différences notamment dans les modes d’inhumation, le traitement du mort, l’état sanitaire. Or, la majorité des sujets retrouvés dans les habitats a bénéficié du même soin lors de l’inhumation que ceux des nécropoles. Les quelques sépultures qui se distinguent par un traitement particulier sont en très petit nombre.

Fig. 1 : carte de répartition des sites d’habitats ruraux du haut Moyen Âge en Ile-de-France avec présence de sépultures

  • 7 Treffort 1996 p. 170 « Les sépultures que les archéologues retrouvent dispersées parmi les structu (...)

11L’hypothèse d’une exclusion ne peut donc pas être écartée, mais reste difficilement démontrable avec les outils archéologiques et anthropologiques dont nous disposons ; elle est envisageable pour quelques défunts dont le corps ne semble pas avoir reçu le même soin lors du dépôt. Cette pratique d’inhumer dans l’habitat est connue depuis l’Antiquité ; il est donc possible d’y voir une continuation. Cette hypothèse est d’autant plus plausible que l’image d’un réseau paroissial fortement implanté et structurant la société doit être nuancée. Si les églises et paroisses se multiplient la contrainte paroissiale semble peu affirmée en l’an mil. L’inhumation ad sanctos apparaît plus comme un droit qu’une obligation car si la législation canonique recommande l’inhumation des fidèles près de l’église, elle n’interdit pas de manière catégorique les autres lieux de dépôt7. Cependant, si l’installation des sépultures dans l’habitat traduit une relative autonomie vis-à-vis du pouvoir ecclésiastique, elle ne signifie pas pour autant l’absence de règles. Les individus ne sont pas enterrés n’importe où, ce que confirme l’implantation presque systématique des sépultures en marge de l’habitat.

  • 8 Foucray 1993 p. 228 « La période carolingienne voit en Île-de-France le cimetière et l’habitat se (...)

12La période carolingienne voit se mettre en place progressivement le réseau paroissial et la grande majorité des sépultures s’organisent en cimetière autour des lieux de culte, que ce soit en milieu urbain ou rural. Le nombre des tombes varie beaucoup, allant de petits ensembles, notamment en ville, jusqu’aux grandes nécropoles rurales qui font suite à l’occupation funéraire mérovingienne (comme à Santeuil, 95, Sirat, 1993) ou qui s’implantent ; ce dernier cas est bien représenté par la nécropole de Serris (77). En milieu rural, les fouilles archéologiques montrent souvent les nécropoles associées à un habitat ce qui n’est pas le cas pour la période précédente8. D’après C. Treffort (op. cit. p. 137), le mouvement de rapprochement entre les morts et les vivants trouve sa première manifestation généralisée à la campagne.

  • 9 Cf. Colardelle 1996 p.308, la définition de la nécropole « Lieu d’inhumation à l’écart de l’habita (...)

13À partir du XIIe s., en Île-de-France comme ailleurs, les morts vont rejoindre les vivants et les nécropoles s’intègrent à l’habitat sous forme de cimetières communautaires et paroissiaux9. Les premières utilisations de ces derniers pourraient remonter au Xe s. d’après les données archéologiques (Galinié, 1996). Pour les chrétiens, les morts ne sont plus relégués à distance de l’habitat et le cimetière devient un espace intégré au tissu urbain, lieu de repos mais aussi de vie. Pour les villages, il s’agit généralement d’un cimetière et d’une église uniques. Pour les villes, de nombreux cas de figure existent alors en fonction du nombre et de l’importance des églises. La question n’est pas simple car, comme le souligne H. Galinié (op. cit. p. 21), les modalités de ce qu’il appelle « la fin de la règle d’exclusion du cadavre » sont mal connues et se mettent en place de manières différentes selon la géographie mais aussi selon la communauté et les relations qu’elle entretient avec la règle (ou plutôt les règles) concernant les inhumations. Les XIIIe et XIVe s. voient s’accentuer l’intégration des morts et des vivants au sein de la structure paroissiale en milieu rural comme en ville. Au contraire, le XVIe s. marque un début d’éloignement entre habitat et cimetière qui se renforcera au XVIIe s. avec des réductions de l’espace funéraire et sera marqué par une séparation complète dans la plupart des cas au XVIIIe s. avec de nombreuses fermetures de cimetières accolés ou entourant les églises. Les cimetières sont alors de nouveaux relégués en périphérie ou à l’extérieur des zones habitées.

  • 10 Cet ajout possible d’un siècle est lié au fait qu’un vase peut être déposé dans une sépulture long (...)

14Avant de présenter un exemple concret pour l’Époque moderne, revenons aux questions de contenants funéraires et de mobilier d’accompagnement, abordées plus haut pour l’époque mérovingienne. L’un des traits qui marque le mieux la rupture entre les périodes mérovingienne et carolingienne est la disparition du mobilier (« inhumations habillées ») à la fin du VIIe s. ou au début du VIIIe s. Pour le Bassin parisien, cette période voit aussi l’abandon du sarcophage pour le cercueil, qui reste de forme trapézoïdale au début de la période carolingienne et devient souvent rectangulaire et de grande taille vers les IXe et Xe s. ; en milieu rural davantage qu’en ville, on pratique beaucoup l’inhumation en pleine terre et dans certaines nécropoles c’est ce mode d’inhumation qui dominera à partir du XIe s. Cette dernière caractéristique a été constatée dans une grande nécropole de l’ouest du Bassin parisien, région normande limitrophe de l’Île-de-France, Tournedos-Porte-joie (Carré et Guillon, 1995, 1998 ; Carré, 1996 ; Guillon, 1997). L’abandon du sarcophage, la simplification de la sépulture, tant du contenant (qui peut aller jusqu’à disparaître) que du mobilier traduit pour de nombreux auteurs une évolution des mentalités et une diminution de l’importance des biens matériels accompagnant le défunt devant l’espérance d’une survie immatérielle (Delahaye et Périn, 1991). En Île-de-France comme ailleurs, en règle générale (ce qui signifie qu’il y a des exceptions) les morts ne sont accompagnés d’aucun mobilier funéraire jusqu’aux XIIIe-XIVe s. ; il y a des entorses à cette simplicité, notamment sous la forme d’objets personnels comme les bijoux, mais il ne s’agit pas de dépôt funéraire, il a été laissé au défunt quelques effets personnels. À partir du XIVe s. on assiste à l’apparition de céramique dans les sépultures ; il s’agit le plus souvent de pichets, coquemars ou vases à encens très souvent associés à l’utilisation d’un cercueil qui accentue le caractère soigné de la tombe ; c’est le cas de la tombe 45 de la figure 3a, mise au jour en 1998 dans l’église Saint-Ayoul à Provins (77). Comme pour les bijoux cités plus haut en exemple, il semble qu’on ne doive pas considérer ces vases comme des dépôts funéraires à connotation religieuse mais davantage comme un geste simple de relégation de matériel qui a souvent servi pendant la cérémonie. Ce geste peut parfois même être exempt de respect puisque l’archéologie a montré que ces vases sont parfois jetés dans la fosse sur ou autour du cercueil et ils se brisent en tombant. Cette habitude de placer des vases durera jusqu’au XVIe s. (XVIIe ?10), mais elle est loin de constituer la règle : la majorité des inhumations chrétiennes d’Île-de-France entre le VIIIe et le XVIIIe s. se fait sans aucun mobilier, en cercueil ou en pleine terre.

15Après ce bref aperçu des modes d’inhumation pendant quinze siècles, nous abordons l’Époque moderne. Cette période offre une forte variabilité dans le traitement des morts, même au sein du monde chrétien dont il est surtout question ici. Au-delà de certaines constantes, le mode d’inhumation et l’appareil funéraire pourront être différents en fonction du défunt ; ces différences peuvent être liée à l’âge, au sexe, à l’appartenance à une communauté religieuse ou à l’appartenance sociale. Une idée importante est que le comportement des vivants face à la mort et notamment le traitement du cadavre du moment du décès au moment du dépôt dans le cimetière présente souvent des particularités propres à la communauté à laquelle appartient le défunt. Ce qui signifie que, d’une part, la mort reflète certaines caractéristiques de la vie et, d’autre part cela peut représenter une clé de lecture pour l’archéologie funéraire, et cela montre si besoin était la nécessité de récolter un maximum d’informations pour faire « parler le terrain ».

  • 11 Cf. P. Sellier et M. Guillon (p.57) pour les méthodes biologiques d’estimation du sexe.
  • 12 Pour la définition de ce terme voir P. Sellier et M. Guillon, p. 57 dans ce volume.

16Pour illustrer l’Époque moderne, nous avons choisi de développer un exemple en Île-de-France que nous connaissons bien, l’église et le cimetière Saint-Ayoul à Provins (77) ; tous les signataires du présent article ont travaillé sur la fouille et l’étude de ce site sous la direction de l’un d’entre nous (Guillon et al., 1997, 1998, 1999). L’église Saint-Ayoul et son cimetière paroissial se situent en bordure est de la ville de Provins, dans les anciens faubourgs ; fondée au Xe s., le monument roman fait peut-être suite à un édifice plus ancien pouvant dater du haut Moyen Âge, ce que semble indiquer la mise au jour d’un sarcophage. Saint-Ayoul devient église paroissiale au XIe s. puis un prieuré bénédictin s’y installe et deux communautés vont utiliser la même église jusqu’en 1527, date d’un différent entre moines et paroissiens à laquelle est érigé un mur de séparation entre nef et chœur, chaque communauté effectuant des travaux d’agrandissement au cours du XVIe s. D’un point de vue architectural, cela a donné un monument avec de nombreux ajouts à travers lesquels on peut lire une partie de son histoire. D’un point de vue funéraire, l’organisation au sol des espaces communautaires n’est pas entièrement comprise. Comme cela est souvent le cas en archéologie, nous connaissons l’état d’abandon des lieux : emprise du cimetière paroissial sur un plan de 1750 et les cadastres du XIXe s. et dernier état de la partie conventuelle de l’église ; la partie paroissiale, ancienne nef agrandie, est encore en fonctionnement aujourd’hui. La fouille a montré que la partie de l’église réservée aux moines a reçu de nombreuses inhumations au Moyen Âge (donc avant la séparation) et à l’Époque moderne. Il s’agit majoritairement de sépultures de sujets adultes dont plus de la moitié sont des femmes11 ; cette dernière observation constitue une preuve que ce n’était pas un lieu funéraire réservé au seuls moines bénédictins et que, comme pour de nombreuses autres églises d’Île-de-France et d’ailleurs, certains laïques ont eu accès à l’inhumation dans le sol de l’édifice. Certains de ces défunts sont déposés dans des cercueils, mais d’autres sont déposés en pleine terre. De nombreuses tombes de l’église comportent des vases, ce qui procure une datation du XIIIe au XVe s. L’utilisation d’un linceul est attestée dans plusieurs cas par la présence d’épingles ou la taphonomie.12

  • 13 Les sépultures 254 et 293 (fig. 3 d et 3 c) montrent des effets de constriction très nets témoigna (...)
  • 14 La photographie de la fig. 3c montre une différence d’orientation très nette pour deux tombes d’en (...)
  • 15 Au vu de ces hypothèses, il ne faut cependant pas penser que la chronologie des sépultures de l’ég (...)
  • 16 Pour cette dernière sépulture (SP. 5), l’étude taphonomique a montré, malgré un état de conservati (...)

17Dans le cimetière paroissial, les tombes d’adultes sont peu nombreuses par rapport à celles des enfants, elles ne représentent en effet que 20 % de l’effectif des inhumations. Parmi les tombes d’enfants, ce sont les sépultures des sujets de moins d’un an qui dominent (52 %) avec des décès à un âge pour lequel on peut être certain que beaucoup n’ont pas vécu. À l’issue des estimations d’âge effectuées en laboratoire (Sellier et Guillon op. cit.) les enfants dont on est sûr que le décès est survenu avant le terme de la gestation sont classés dans les mort-nés ; les différentes classes d’âge sont données en légende du plan des fouilles du cimetière (fïg. 2). Le cercueil et le linceul sont utilisés avec des proportions comparables à celles de l’église13 ; ils ont été observés dans le cimetière pour tous les âges représentés, y compris les décès avant le terme. Par ailleurs, aucune sépulture ne comportant des vases n’a été mise au jour dans le cimetière. Nous fouillons actuellement les tombes les plus récentes qui sont aussi les moins perturbées par les utilisations funéraires successives, et les niveaux mis au jour sont attribuables à l’Époque moderne et à la fin du Moyen Âge, comme dans l’église, ce qui permet une comparaison chronologiquement pertinente. Dans une période que nous appellerons récente, à l’échelle archéologique, et sur une durée de moins de quatre cents ans (XIVe-XVIIIe s.), l’église Saint-Ayoul et son cimetière offrent deux milieux très contrastés, notamment pour la distribution par âge des sujets inhumés et pour le prestige de ses sépultures qui reflètent au minimum une sélection par âge et par statut social. De plus, l’organisation spatiale des tombes dans le sol de l’église est beaucoup plus soigneuse que dans le cimetière14. Cela pourrait montrer que la mémoire de la tombe au sol dure peu de temps dans le cimetière, signe d’un moindre soin, (il peut s’agir de simples levées de terre) alors que, dans l’église, les tombes sont marquées par des pierres tombales insérées dans le dallage du sol15. Un autre point de divergence est la position de dépôt des corps ; elle est beaucoup plus variable dans le cimetière alors que dans l’église tous les défunts, sujets immatures compris, sont allongés sur le dos, tête à l’ouest, sauf un sujet adulte, déposé tête à l’est16. Dans le cimetière, tous les adultes sont déposés sur le dos, tête à l’ouest, sans exception. En revanche les enfants présentent des positions très variées ; il convient de rester prudent sur l’interprétation de ces variations car nous avons pu montrer (Guillon et al., 1999) que certains petits corps avaient pu glisser et pivoter dans le cercueil au moment du transport ou de la descente dans la fosse ; il ne s’agit alors pas de position volontaire de la part des officiants.

Figure 2. Plan des fouilles du cimetière de Saint-Ayoul pour les campagnes de 1996 à 1999 ; répartition par âge des inhumés.

Fig. 3a : vue verticale de la sépulture 45 de l’église Saint-Ayoul (Provins, 77). Présence de vases entiers et traces de cercueils aux pieds. Fig 3b : vue verticale de la sépulture 254 du cimetière paroissial Saint-Ayoul ; estimation d’âge : 2,5-3,5 ans. Fig 3c : vues des sépultures 292 (âge : 0-6semaines) et 293 (âge : 2,5-3,5 ans) du cimetière paroissial Saint-Ayoul.

  • 17 Cf. DEA. (Univ. Paris I) de É. Portat, dir. J. Burnouf et les auteurs (M.G. et P.S.).

18Revenons sur la forte présence de tombes d’enfants dans le cimetière. Le calcul des quotients de mortalité montre que l’effectif des enfants (âgés de moins de 15 ans) comparé à celui des adultes est très largement au-dessus des mortalités les plus élevées connues dans les pires conditions démographiques (Castex et al., 1996 ; Sellier, 1996 ; Guillon et al., 1998, 1999). Il ne peut donc être question d’une mortalité naturelle dans le cimetière de Saint-Ayoul mais bien d’une anomalie avec un « sureffectif » de tombes d’enfants. Comme nous l’avons signalé, parmi ces décès d’enfants, plus de la moitié sont survenus avant l’âge d’un an et beaucoup avant le terme. Se pose donc ici la question d’un secteur du cimetière « spécialisé » en tombes de jeunes enfants et de fœtus. Ces derniers n’ont pas pu recevoir le baptême de leur vivant et le statut de cette partie du cimetière peut être lié à cela ; il est possible que nous soyons en présence d’un sanctuaire à répit (Gelis, 1981, 1984 ; Lett, 1997a et b). Les travaux en cours en histoire17, en archéologie et anthropologie devraient nous éclaircir sur cette question.

19En l’absence de textes, l’archéologie en général et l’archéoanthropologie funéraire en particulier sont les sources d’information les plus directes permettant d’appréhender le comportement de l’homme devant la mort. Pour les périodes qui nous ont intéressées ici, histoire, archéologie et paléoanthropologie deviennent complémentaires ; en effet, aucune des trois disciplines ne prétend apporter des réponses globales et complètes et une phase interprétative est indispensable. Cette phase conduit inévitablement à certaines approximations et erreurs ; la prudence est donc de rigueur dans la lecture de ces sources d’informations et tout résultat archéologique doit être communiqué avec une part de données presque brutes sur lesquelles le lecteur pourra toujours revenir et une part d’hypothèses qui peuvent alors faire l’objet de discussions.

20Dans le monde chrétien qui était au centre de ces quelques pages, nous avons pu constater une certaine constance dans les modes d’inhumation en même temps que des variations très perceptibles qui permettent dans une certaine mesure d’accéder à une partie du comportement funéraire des vivants et de caractériser la communauté à laquelle appartenait le défunt, les deux étant bien sûr liés. Cependant, de nombreuses incertitudes subsistent à l’issue des travaux et, en archéologie funéraire, c’est souvent la multiplication des observations qui permet de confirmer ou non les hypothèses émises. On aura compris qu’aucun travail en archéologie ne peut rester isolé et que les informations sur le traitement de la mort et des morts en Ile-de-France passe par une confrontation des résultats de plusieurs disciplines et cette idée qui semble évidente doit pourtant continuer à faire son chemin si l’on veut tirer partie de toutes les informations disponibles pour esquisser ce tableau si complexe du comportement des hommes face à la mort.

Bibliographie

Bibliographie

BERTHELIER-AJOT N., 1979. Les nécropoles mérovingiennes de l’Ouest parisien, thèse de III cycle, Paris, inédit.

CARRÉ F., 1996. Le site de Portejoie (Tournedos, Val-de-Reuil, 27), VIIe-XIVe s. : organisation de l’espace funéraire. In Archéologie du cimetière chrétien, Galinié H. et Zadora-Rio É. (dir.). Actes du 2e colloque ARCHEA, Orléans, 29/09-01/10/1994, Revue Archéol. du Centre de la France, 11e suppl., p. 153-162, FÉRACF, Tours.

CARRÉ F., GUILLON M., 1995. Habitat et nécropole de Portejoie : le site de Tournedos/Val de Reuil (27), VIIe-XIVe s. In L’habitat rural du haut Moyen-Âge (France, Pays-Bas, Danemark et Grande-Bretagne), Lorren C. et Périn P.. Actes des XIVe journées internat, d’archéologie mérovingienne, mémoires de l’Ass. Franç. d’Archéologie Mérovingienne, t. VI, p. 145-158, musée des Antiquités de Rouen.

CARRÉ F., GUILLON M., 1998. Méthodes d’approche chronologique d’un cimetière rural des VIIe-XIVe s. : le site de Portejoie (Tournedos-sur-Seine, 27). In La datation des structures et des objets du haut Moyen-Âge : méthodes et résultats, Delestre X. et Périn P. (dir.). Actes des XVe journées internationales d’archéologie mérovingienne, Rouen, 4-6/2/1994, mémoires de l’Ass. Franç. d’Archéologie Mérovingienne, t. VII, p. 93-98, musée des Antiquités de Rouen.

CASTEX D., DUDAY H. et GUILLON M., 1996. Mortalité périnatale/mortalité infantile : validité du rapport démographique et intérêt en palethnologie funéraire pour trois sites médiévaux. In L’identité des populations archéologiques. Actes des XVIe rencontres internat, d’archéologie et d’histoire d’Antibes, CNRS-CRA, 19-21/X/1995 p. 427-441, éd. APDCA, Sophia Antipolis.

COLARDELLE M., 1996. Terminologie descriptive des sépultures antiques et médiévales In Archéologie du cimetière chrétien, Galinié H. et Zadora-Rio É. (dir.). Actes du 2e colloque ARCHEA, Orléans, 29/09 - 01/10/1994, Revue Archéologique du centre de la France, 11e supplément, p. 305-310, FÉRACF/La Simmare Tours.

CREVEUIL S., n. d. La nécropole de Vicq (78). Nouvelles approches paléodémographiques. Mémoire de DEA (en cours), Université Paris I.

DELAHAYE G.-R, 1991. Les sarcophages mérovingiens. Sarcophages de pierre. In Naissance des arts chrétiens. Atlas des monuments paléochrétiens de la France, p. 288-299. Atlas archéologique de la France. Imprimerie Nationale Paris.

DUDAY H., 1995. Anthropologie « de terrain », archéologie de la mort. La mort, passé, présent, conditionnel, coll. groupe vendéen d’études préhistoriques, La Roche-sur-Yon, 1994, p. 33-58.

DUDAY H. et SELLIER P., 1990. L’archéologie des gestes funéraires et la taphonomie. Les nouvelles de l’archéologie, 40, p. 12-14.

FOUCRAY B., 1993. Nécropoles et inhumations d’époque carolingienne. In L’Île-de-France de Clovis à Hughes Capet du Ve au Xe s., p. 226-228, éd. du Valhermeil.

GALINIÉ H., 1996. Le passage de la nécropole au cimetière : les habitants des villes et leurs morts, du début de la christianisation à l’an Mil. In Archéologie du cimetière chrétien, Galinié H. et Zadora-Rio É. (dir.). Actes du 2e colloque ARCHEA, tenu à Orléans du 29 septembre au 1er octobre 1994, Revue Archéologique du centre de la France, 11e supplément, p. 18-122, FÉRACF/La Simmare Tours.

GELIS J, 1981. De la mort à la vie : les « sanctuaires à répit ». Ethnol. Franç. 11(3).

GELIS J. 1984. La mort et le salut spirituel du nouveau-né. Essai d’analyse et d’interprétation du « sanctuaire à répit », XVe-XIXe s. Revue d’histoire moderne et contemporaine, t. XXXI, Limoges.

GIRARD L., 1997. Les sujets immatures du cimetière gallo-romain de Chantambre (91). Pratiques funéraires. In L’enfant, son corps, son histoire, Buchet L. 7e journées anthropologiques de Valbonne, p. 211-225, CNRS-APDCA Sophia-Antipolis.

GUILLON M., 1997. Anthropologie de terrain et paléodémographie : études méthodologiques sur les grands ensembles funéraires ; applications au cimetière médiéval de Tournedos-Portejoie (27). Thèse de doctorat. Univ. Bordeaux I, inédit.

GUILLON M., SELLIER P. et MABIRE LA CAILLE C. 1997. L’église Saint-Ayoul et son cimetière, Provins (77). Rapport d’opération archéologique. Service Régional de l’Archéologie d’Île-de-France, Ministère de la Culture, inédit.

GUILLON M., CHAVY L., SELLIER P., CREVEUIL S., SPENCER T., BASSET G., BÉLIEZ Y., JEANTELET K., PIÉRA S. et FAURE G., 1998. L’église SaintAyoul et son cimetière, Provins (77). Rapport d’opération archéologique. Ser. Rég. de l’Archéologie d’île-de-France, Min. de la Culture, inédit.

GUILLON M., SELLIER P. BASSET G. et BÉLIEZ Y. 1999. L’église Saint-Ayoul et son cimetière. Rapport d’opération archéologique. Service Régional de l’Archéologie d’île-de-France, Ministère de la Culture, inédit.

GUILLON M., 1999. Vigneux-sur-Seine. ZAC de la Magnanerie, Essonne (91). Rapport d’opération archéologique. Service Régional de l’Archéologie d’Île-de-France, Ministère de la Culture, inédit.

GUILLON M., 2001. La nécropole de la Magnanerie à Vigneux-sur-Seine (91). Contributions de la campagne de 1998. Archéologie en Essonne, Actes de la journée archéologique de Brunoy, octobre 1999, Conseil Général de l’Essonne.

LETT D. 1997a. De l’errance au deuil. Les enfants morts sans baptême et la naissance du Limbus Puerorum aux XIIe-XIIIe s.. In La petite enfance dans l’Europe médiévale et moderne, FOSSIER R. (dir.). Actes des XVIe Journées Internat. d’Histoire de l’Abbaye de Flaran, Sept. 1994 p. 78, Presses Univ. du Mirail, Toulouse.

LETT D, 1997b. L’enfant des miracles. Enfance et société au Moyen Age (XIIe-XIIIe s.), Aubier, Mayenne.

MURAIL P., 1996. Biologie et pratiques funéraires des populations d’époque historique : une démarche méthodologique appliquée à la nécropole gallo-romaine de Chantambre (91). Thèse de doctorat, Université Bordeaux I, inédit.

PECQUEUR L., 1999. Hors du réseau paroissial. Les sépultures dans l’habitat rural du haut Moyen Age en Ile-de-France. Mémoire de DEA, Univ. Paris I, inédit.

PÉRIN P., 1991. Les sarcophages mérovingiens. Sarcophages de plâtre. In Naissance des arts chrétiens. Atlas des monuments paléochrétiens de la France, p. 299-305. Atlas archéologique de la France. Imprimerie Nationale Paris.

PÉRIN P. et FEFFER L.-C., 1987. Les Francs. Armand Colin Paris.

PRIE A., 1996. Vigneux-sur-Seine, ZAC de la Magnanerie, rapport d’évaluation archéologique, Serv. Rég. de l’Archéologie d’Île-de-France, Min. de la Culture, inédit.

PRIÉ A., 1999. Le site de la Magnanerie à Vigneux-sur-Seine, Archéologie en Essonne, actes de la journée archéol., Milly-la-Forêt, 18/10/97, Cons. Gén. Essonne.

SALIN É., 1952. La civilisation mérovingienne d’après les sépultures, les textes et le laboratoire, Deuxième partie : les sépultures, Picard Paris.

SELLIER P., 1996. La mise en évidence d’anomalies démographiques et leur interprétation : population, recrutement et pratiques funéraires du tumulus de Courtesoult. In Nécropoles et sociétés au premier âge du Fer : le tumulus de Courtes oult (70), Piningre J. F. (dir.). DAF 54, p. 188-202. Éd. de la MSH, Paris.

SERVAT E., 1980. La nécropole mérovingienne de Vicq. Histoire et archéologie dans les Yvelines, bulletin d’information départemental, 7 p.3-14.

SERVAT E., 1993. Un grand site médiéval de l’ouest parisien : Vicq (78). In L’Île-de-France de Clovis à Hughes Capet du Ve au Xe s., p. 222-224, éd. du Valhermeil.

SIRAT J., 1993.La nécropole de Santeuil (95). In L’Île-de-France de Clovis à Hughes Capet du Ve au Xe s., p. 220-221, éditions du Valhermeil.

SIRAT J., 1993.La nécropole de Maule (78). In L’île-de-France de Clovis à Hughes Capet du Ve au Xe s., p. 221-222, éditions du Valhermeil.

SPELLER A., 1990. Forges « Mauperthuis », 77194001AH, Établissement du haut Moyen Age, rapport dactylo, de sauvetage programmé, coordination archéologique des autoroutes A5-A160. Dir. des Antiquités historiques d’Île-de-France, inédit.

SPELLER A., 1993. Forges « Mauperthuis » (77). In L’Île-de-France de Clovis à Hughes Capet du Ve au Xe s., p. 209-210, éditions du Valhermeil.

TREFFORT C., 1996. L’église carolingienne et la mort. Collection d’histoire et d’archéologie médiévales, Presses Universitaires de Lyon.

VELAY P., 1992. De Lutèce à Paris, l’île et les deux rives, CNRS éditions, Paris.

Notes

1 Citons les colloques et les mémoires de l’Association Française d’Archéologie Mérovingienne (AFAM).

2 Les cartes archéologiques « manquantes » sont en cours de préparation notamment celle du Val-de-Marne qui devrait être publiée prochainement.

3 Sous la direction de O. Buchsenschutz (E. N. S.) et F. Dumasy (Université Paris I).

4 Notamment : Saint-Julien, les Saints-Apôtres, Notre-Dame des Champs, Saint-Marcel et peut-être Saint-Victor.

5 Pour ces questions d’anomalies démographiques des gisements funéraires Cf. l’article de P. Sellier et M. Guillon dans ce volume.

6 Ibid, et Guillon 2001.

7 Treffort 1996 p. 170 « Les sépultures que les archéologues retrouvent dispersées parmi les structures d’habitat du haut Moyen Âge, loin d’être celles d’exclus ou de marginaux dans le sens actuel du terme, sont témoins d’un contrôle paroissial encore peu assuré ».

8 Foucray 1993 p. 228 « La période carolingienne voit en Île-de-France le cimetière et l’habitat se rejoindre et prendre les formes si caractéristiques du plein Moyen Âge. »

9 Cf. Colardelle 1996 p.308, la définition de la nécropole « Lieu d’inhumation à l’écart de l’habitat, par opposition au cimetière.... »

10 Cet ajout possible d’un siècle est lié au fait qu’un vase peut être déposé dans une sépulture longtemps après sa fabrication et c’est cette dernière qui est datée et non l’utilisation domestique ou funéraire (la seconde pouvant succéder à la première).

11 Cf. P. Sellier et M. Guillon (p.57) pour les méthodes biologiques d’estimation du sexe.

12 Pour la définition de ce terme voir P. Sellier et M. Guillon, p. 57 dans ce volume.

13 Les sépultures 254 et 293 (fig. 3 d et 3 c) montrent des effets de constriction très nets témoignant de la présence d’un linceul entourant le corps. On a ici un exemple d’argument taphonomique permettant la mise en évidence d’un élément dégradable totalement disparu (Duday et Sellier, 1990, Duday, 1995, Guillon, 1997).

14 La photographie de la fig. 3c montre une différence d’orientation très nette pour deux tombes d’enfants de l’Époque moderne du cimetière Saint-Ayoul.

15 Au vu de ces hypothèses, il ne faut cependant pas penser que la chronologie des sépultures de l’église se lit comme un livre ouvert ; deux choses compliquent cette lecture : l’utilisation très longue du sol de l’église pour y déposer des morts (au moins 8 siècles) et les réfections nombreuses du dallage et les travaux d’agrandissement depuis le XIIe s., qui ont perturbé pierres tombales et sépultures.

16 Pour cette dernière sépulture (SP. 5), l’étude taphonomique a montré, malgré un état de conservation médiocre, que le défunt avait les mains sur la poitrine en position de prière (Guillon et al. 1997), avec un objet sous ou entre les mains, probablement un bréviaire (plutôt qu’un chapelet car les perles, même en bois, se seraient conservées comme une partie des planches du cercueil). Ces éléments, ajoutés à la présence d’attaches de bure, permettent d’attribuer très probablement cette tombe à un moine important de la communauté bénédictine.

17 Cf. DEA. (Univ. Paris I) de É. Portat, dir. J. Burnouf et les auteurs (M.G. et P.S.).

Table des illustrations

Légende Fig. 1 : carte de répartition des sites d’habitats ruraux du haut Moyen Âge en Ile-de-France avec présence de sépultures
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30673/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 386k
Légende Figure 2. Plan des fouilles du cimetière de Saint-Ayoul pour les campagnes de 1996 à 1999 ; répartition par âge des inhumés.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30673/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 355k
Légende Fig. 3a : vue verticale de la sépulture 45 de l’église Saint-Ayoul (Provins, 77). Présence de vases entiers et traces de cercueils aux pieds. Fig 3b : vue verticale de la sépulture 254 du cimetière paroissial Saint-Ayoul ; estimation d’âge : 2,5-3,5 ans. Fig 3c : vues des sépultures 292 (âge : 0-6semaines) et 293 (âge : 2,5-3,5 ans) du cimetière paroissial Saint-Ayoul.
URL http://books.openedition.org/psorbonne/docannexe/image/30673/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 450k

© Éditions de la Sorbonne, 2001

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540